Comment Var Matin traite les incidents du Muy

Publié le 29 juin 2015 - par - 2 043 vues
Share

3-singesL’article du 25 juin nous apprend que des jeunes jouant aux cartes sur le parvis d’une église ont été visés par des tirs provenant d’un monospace. Des plombs de chasse ont touché quelques uns. Ensuite, des heurts ont opposé de jeunes harkis à des jeunes de la communauté tunisienne.

Que peut-on comprendre, puisque le journal « Var Matin » ne donne pas d’indications claires sur qui a tiré, et qui a été visé. On peut déduire que des jeunes jouant aux cartes devant une église ne peuvent pas être des musulmans, surtout en période de ramadan, à moins qu’ils n’aient pris au mot le désir Boubaker de s’approprier les églises. Donc, ces jeunes s’en sont pris à ceux de la communauté tunisienne. Est-ce par hasard, ou savaient-ils qui les avait agressés ? L’extrême prudence de la presse ne nous permet pas de le savoir de manière sûre. On hésite à désigner les agresseurs pour ne pas stigmatiser leur communauté. Le lecteur lambda doit donc tenter de se faire une opinion lui-même, faute d’information précise. J’en ai déduit que les jeunes harkis jouaient paisiblement aux cartes sur le parvis de l’église, et qu’ils ont essuyé les tirs de musulmans tunisiens qui n’ont pas supporté de voir des descendants d’algériens (qui auraient dû être musulmans puisque tout enfant né d’un père musulman l’est), ne pas respecter le ramadan (les jeux sont interdits pendant cette période), surtout devant une église.

L’article du 26 juin ne fait état que de tentatives d’apaisement. Est-il apaisant pour les agressés de savoir que leurs agresseurs sont pratiquement à l’abri de la justice ? Affaire à suivre.

Marc Larapède

Share

Les commentaires sont fermés.