Vive le halal, vive la France halalisée !

La récente dénonciation du halal et le tollé qu’elle a déclenché obligent à reconsidérer toute politique d’intégration qui ne serait pas conforme aux desiderata des musulmans vivant en France. Que désirent, en effet, les musulmans vivant en France ? Vivre en France ! Mais comment ? Comme ils vivaient avant de vivre en France ! Une telle exigence est-elle possible ? Bien sûr, puisque le sésame est détenu par le Pouvoir, et que le Pouvoir s’efforce de prendre en considération les demandes musulmanes.

Mais alors, quid de la laïcité ?

La laïcité ? Ce débat n’a pas lieu d’être !

Par contre, ce qui a lieu, c’est la politique actuelle, dont le tort est précisément de «s’efforcer» de prendre en considération les demandes musulmanes, car si cette politique était à la hauteur du «droit à la différence» dont elle se targue, elle satisferait sans effort à ces demandes.  Autant dire que la politique actuelle n’en fait pas assez pour les musulmans !

En conséquence, il lui faut assouplir sa ligne de conduite en leur faveur, à commencer par la suppression des tracasseries administratives qui freinent la construction des mosquées. Il est temps, en effet, que la Grande Mosquée de Marseille, annoncée par Jean-Claude Gaudin en 2001, puisse enfin coiffer de son minaret la basilique Notre-Dame-de-la-Garde, qui domine outrancièrement la ville !

Le Pouvoir doit aussi baisser les prix des terrains destinés à l’édification de ces mêmes mosquées, quitte à les céder pour un euro symbolique, ce qui, en ce domaine, balaierait les défiances que les musulmans entretiennent à l’endroit de la République.

Le Pouvoir doit également veiller à ce que les abords des mosquées soient libres de tout véhicule, ainsi que de tout élément susceptible de gêner les musulmans : ce peut être un chien, même tenu en laisse, ou une attitude offensante (qu’il s’agisse d’une main de femme dans celle d’un homme, d’un baiser furtif, ou encore d’un vêtement jugé inconvenant). Il devra toutefois rappeler que la burqa est ici autorisée, par respect pour l’appartenance religieuse de celle qui la porte en se rendant à la mosquée.

Il va de soi que pendant le Ramadan, on évitera de boire ou de manger à proximité d’une mosquée. Tous les citoyens – y compris les restaurateurs, les aubergistes et les traiteurs – devront prendre en compte ce paramètre.

Si le nom d’une rue ou d’un monument est mal interprété par la communauté musulmane, qu’on le change : le génie français ne manque pas de ressources en la matière ! De même, le porc doit disparaître en figure comme en peinture : le fourmillement des espèces animales et l’imagination humaine sont à même de pallier son absence !

S’il faut dire «non» à la talibanisation de notre société, il faut dire «oui» à son islamisation, car l’islam ramène à Dieu, et Dieu est, de tous les êtres, l’Être de Miséricorde et de Paix. Aucune société multiculturelle vivable sans cette chance qu’est le divin ! Aucune intégration possible sans cette chance qu’est l’intégration ! Aucune chance d’intégration si l’on ne voit dans l’immigration «une chance pour la France» (1) ! L’immigration, c’est Dieu que l’on accueille sur notre sol !

Vive le halal donc ! Vive la France halalisée !

Vive l’hallali !

Maurice Vidal

(1) Bernard Stasi, homme politique français (1930-2011), qui a donné son nom à la célèbre Commission chargée d’un rapport sur la laïcité en France.


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.