Vous avez aimé la Loi El Khomri, vous adorerez la fin du Code du Travail

Publié le 20 mai 2017 - par - 17 commentaires - 1 494 vues
Share

Après avoir été l’instigateur de l’infâme Loi El-Khomri, Emmanuel Macron (vous savez, cet ancien banquier d’affaire), en bon petit soldat de l’Union Européenne, élevé à l’ultra-libéralisme le plus brutal, veut aller encore plus loin dans la déréglementation du travail pour en finir avec notre modèle social français.

Rappelons-nous, la Loi El-Khomri, ou Loi Travail c’est la suppression d’un certain nombre de droits sociaux comme :
– Une remise en cause du temps de travail, puisque la durée maximale de travail journalier passant de 10H à 12H, et la durée maximale de travail par semaine passant de 48H à 72H.
– Les heures supplémentaires déjà fortement fiscalisées, sont pour l’instant majorées de 25% pour les 8 premières heures et majorées à 50% pour les suivantes. Si un accord de branche est signé, la majoration descendrait à 10%.
– Pour les licenciements économiques, les règles seraient assouplies. Ainsi pour l’instant, une entreprise ne peut licencier que pour une cessation d’activité ou une mutation technologique. Demain, d’autres critères seront pris en compte, comme le simple fait d’être en difficulté économique. Et pour une entreprise étrangère, elle pourra licencier si elle considère être en difficulté en France, même si elle se porte très bien à l’étranger.
– Des référendums d’entreprise pourraient être organisés, contournant ainsi la représentativité syndicale.
– La remise en cause de la médecine du travail, nécessaire système de prévention pour les salariés.
– La légitimisation du communautarisme dans l’entreprise en rompant avec la laïcité qui prévalait jusqu’alors (le fameux article 6).
– Et pour finir, l’inversion de la hiérarchie des normes, c’est-à-dire la primauté des accords d’entreprises sur les accords de branche, créant ainsi un véritable dumping social entre les entreprises.

Cependant, avec les mobilisations et les manifestations qui ont eu lieu en France contre la loi El-Khomri en 2016, Hollande et toute sa clique (ou du moins ce que le MEDEF et l’Union Européenne ordonnaient), n’ont pu aller aussi loin qu’ils le voulaient dans la déréglementation du travail.

Maintenant qu’Emmanuel Macron est élu président de la République, il va tenter de finir le sale boulot commencé précédemment en 2016. Ainsi, il compte aller plus loin en allégeant considérablement le contenu du Code du Travail et en le modifiant en profondeur. Le Code du Travail, qui est un véritable rempart pour les salariés pour la garantie de leurs droits, ne serait réduit qu’à sa plus simple expression : salaire minimum, durée légale de travail, lutte contre les discriminations. Pour le reste, on s’en remet aux accords d’entreprise pour réglementer les relations entre employeurs et employés, et notamment les conditions de travail. Emmanuel Macron veut également privilégier les accords d’entreprises (généralement moins-disant socialement) sur les accords de branches, et aussi considérablement diminuer les indemnités prud’homales.

Et l’alibi est toujours le même : la lutte contre le chômage. Alors que cela fait plus de 30 ans que les mêmes politiques inefficaces économiquement ont produit les mêmes effets : un chômage de masse endémique.

Ce n’est pas en retirant des droits aux salariés que l’on réduira le nombre de chômeurs.
La seule vraie réponse au défi du chômage de masse, c’est de relancer notre économie, de développer la croissance par la relance, c’est de défendre notre industrie, notre artisanat, nos savoir-faire, nos services publics qui participent à l’aménagement du territoire. Il faut mettre en place une véritable politique économique patriote (privilégier les produits français et issus de nos terroirs dans les secteurs de l’administration et des entreprises publiques).

Et pour cela, il nous faut rétablir nos frontières et leur contrôle, privilégier les circuits de distributions courts, pouvoir vivre et travailler au pays, favoriser la production en France et consommer français. Il faut que la France retrouve toute sa souveraineté, que l’Etat assure le contrôle de son énergie, de ses transports, de ses communications. Cela passe par la construction d’un Etat fort et stratège qui garantisse la prospérité économique de notre pays.

Et c’est bien tout le contraire de ce que fait ce nouveau gouvernement, ouvert au chantre de la mondialisation « heureuse », dont les Français n’ont pas fini de payer l’addition. C’est la volonté d’ubériser l’économie, de précariser les salariés, de liquider le CDI. C’est pourquoi Emmanuel Macron, qui compte légiférer par ordonnances, pour aller vite, juste après les élections législatives et avant les grandes vacances, a la bienveillance de Pierre Gattaz et du MEDEF.

La guerre sociale est donc déclarée contre le monde du travail, contre les salariés.
Dans un premier temps, il est donc nécessaire qu’une véritable opposition forte, patriote, sociale, populaire, souverainiste se créé à l’Assemblée Nationale, autour des députés Front National pour s’opposer à ce funeste dessein : aucune remise en cause de nos acquis sociaux, pas de déréglementation du travail.

Parallèlement, le cercle Front syndical, avec ses militants présents dans les grandes confédérations syndicales, agira pour que celles-ci prennent toutes leurs responsabilités, sans sectarisme, dans la défense du droit social en France, pour s’opposer à toute remise en cause du Code du Travail.
Le Code du Travail, c’est notre bien commun à tous, c’est notre assurance-vie sociale. Nous ne devons pas laisser les mondialistes et les libéraux-libertaires réunis autour d’Emmanuel Macron détruire plus de deux siècles de conquêtes sociales et ouvrières en France.

Laurent Bras, syndicaliste, Secrétaire général du cercle Front syndical, Secrétaire Départemental Adjoint du FN41

Voir émission sur LCP « Présidentielle en action » où Laurent Bras est plusieurs fois interrogé.

Share

Bienvenu dans le libéralisme que vous aimez ici tous tellement. Marine trop à gauche… A la lanterne les bobos!

Elu en Mai, Législatives en Juin ; les réformes à coups de 49-3 sur le Code du travail courant Juillet ; dates des premiers départs en vacances pour les chanceux qui ont un travail ; farniente au soleil pendant un mois et demi jusqu’à fin aout, retour en septembre avec la gueule de bois des surprises programmées ; courant octobre timide tentative de manifs vite neutralisées par des postes offerts au dirigeants syndicaux et tout rentre dans l’ordre. Voila le programme annoncé d’avance que vont découvrir les cocus macroinistes.

Tout n’est pas à jeter dans le Code du Travail, loin s’en faut. Mais on ne fait pas du neuf avec du vieux et je déplore en tant qu’ancien DRH qu’il n’existe pas un Code du Travail simplifié spécialement adapté aux PME-TPE qui n’en peuvent plus d’une règlementation tatillonne faite pour les multinationales qui ont tous les moyens de la contourner…

2/2 La politique de Macron, inspiré par Attali, le chantre du libéralisme-libertaire, c’est de réformer et détruire le Code du Travail, parce que les puissances financières et l’Union Européenne l’ordonnent. En effet, la seule règle, c’est de déréglementer à outrance le travail et les services, c’est obtenir la marchandisation de toute activité, c’est la transformation de l’économie réelle, en économie virtuelle qui crée de l’argent pour l’argent. En clair, c’est la négation même de l’économie, celle-ci ne créant plus de richesse, mais servant uniquement de moyens pour organiser la spéculation financière.

1/2 : Faire un peu de toilettage du Code du Travail et l’adapter au monde d’aujourd’hui, pourquoi pas. Mais le fonds du problème, c’est que le Code du Travail n’a pas vocation à créer de l’emploi. Le Code du Travail, c’est comme le Code Civil pour les citoyens, il sert à garantir des droits aux salariés, pour éviter que ce soit la loi de la jungle dans le monde du travail, rien de plus. Le chômage se résoudra quand nous auront rétabli la croissance, quand les carnets des entreprises seront pleins, et surtout pour les PME-TPE, en réduisant leurs charges.

ben oui, les Français ont voté pour – un mot résume le tout : selber schuld (pardon pour l’allemand mais en français le mot auto-faute n’existe pas)

Mea culpa pourrait faire un peu …. de chretien a cretinnerie ca se frole en permanence …. De Macron a Micron ;e troupea de moutons ne va plus avoir de tete ou a quel seins se vouer…. Ou a quel boureau se donner corps et ame … Devenir martyr serait satyr !…

Comme vous dites Jerome… Ils vont jouir de leurs droits de vote ….Ils ne devront JAMAIS se plaindre . ca les rendrait plus hypocrytres qui »ils seraient capables de se definir en tant que tels !…. Oui, oui, que ces lois deveinnent realite !…. Vous verrez qu’ils n’auront pas ce courage de l’admettre en citant qu’ils se sont faits entube/es grave !….

Ils se sont fait enculer il ne faut pas mâché les mots j’espère les voir se mettre à genous devant Macron

De Macron a Micron ya pas loin…..

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ceux qui ont votés Macron vont avoir mal au fion et vont devoir faire provision de Pampers pour parer aux fuites anales qui ne tarderont pas à surgir ! Un quinquennat de diarrhées assurées qui feront la fortune d’entreprises !

Tant mieux pour eux, les français sont des merdes…

Un grand merci à vous monsieur Bras pour votre article sur la fin du code du travail. Je voudrais adresser un message à tous ces veaux qui ont de la merde dans les yeux et les oreilles, non Macron n’est pas le renouveau en politique, c’est un virus, un cheval de Troie que les mondialistes ont réussi à nous imposer avec votre complicité. Sa politique économique est annoncée depuis des années dans le programme national de réforme (PNR) de 2015 à 2017, en droite ligne de Bruxelle. Pour le renouveau, il n’y a que certains lobotomisés pour y croire. Maintenant,… lire la suite

Super j’espère que cette loi passera très vite 65% des français ont voté macron alors pas la peine de râlé pour ce qui va arrivé .

Jérome : s’il ne reste que 35 % de français à avoir compris le danger que représentait Macron, je reste persuadée que, parmi les 65 % qui ont porté ce type au pouvoir, il y en a facilement la moitié qui ne s’est pas rendu compte du danger que représentait Macron, un danger bien plus sournois et bien plus destructeur qu’une Marine parée de tous défauts.

@Danièle-Alice…, vous n’êtes pas pas sérieuse et/ou, vous ne vous relisez pas avant de commenter??
Quarante ans que ça dure et tous les cinq ans on lit et on entend les mêmes « âneries » concernant le « pouvoir » de déduction et d’analyse des français. Jerome a raison et les 66,10% qui ont élu Macron, ne devront pas se plaindre ni râler.
Maintenant sur le cas « Marine », il y aurait beaucoup à redire, mais c’est un autre sujet.

C’est tout comme vous dites …. Les gens ne sont pas interesses a se renseigner au-dela des unes de la presse et de leur tele …. et, ils accepteront leurs maux si le beau Micron saura les influencer assez longtemps pour leur faire avaler la pilule amere…. Ils ont la foi en lui car il est mignon et sexy !…. L’idole des jeunes aux mannettes de la France !…. perso j’habite loin de ce marasme…. Mes amis sont ceux que je plains le plus car ils sont ages pour la plupart d’entre eux ou tres jeunes !……

wpDiscuz