Vous n’aurez pas ma haine : la voie de la résilience ?

Publié le 18 mai 2017 - par - 64 commentaires - 1 824 vues
Share

L’assassinat du policier Xavier Jugelé est encore dans toutes les mémoires. Chacun s’est ému de sa fin tragique alors qu’il était en service sur les Champs Elysées. Une cérémonie a eu lieu à Paris au cours de laquelle son conjoint a pris la parole. Il a repris une phrase, désormais célèbre, celle d’Antoine Leiris « Vous n’aurez pas ma haine ».(1)

Les avis sont très partagés sur le sujet. Le discours d’Etienne Cardiles n’a pas été apprécié sur RL alors que sur facebook, ils ont été des milliers à cliquer sur j’aime. Mais il faut se poser la question : est-ce le discours lui-même ou la formule d’Antoine Leiris qui a remporté tant de succès sur facebook ?

La perte d’un conjoint dans des conditions aussi dramatiques est un véritable traumatisme. C’est tout d’abord l’annonce brutale et inattendue de la mort de l’Etre aimé puis la découverte du corps bien souvent défiguré. Alors la douleur est extrême. Quant aux victimes directes des attentats, elles peuvent vivre un Etat de Stress Post-traumatique car ce qu’elles ont vécu a été très violent. Des images, des sons, des scènes « s’impriment » dans le cerveau dit « émotionnel » (le système limbique). Des troubles peuvent apparaître tels que des crises d’angoisses, des cauchemars terrifiants, des palpitations… D’autres sont au bord de l’effondrement psychologique mais trouvent les ressources pour se raccrocher à la vie.

Antoine Leiris a dès le lendemain du drame du Bataclan diffusé sa lettre ouverte. Il a raconté le drame. Il a son fils bien sûr mais aussi « vous n’aurez pas ma haine ». Ne peut-on pas interpréter cette formule « magique » comme un mécanisme de défense ? En effet, il faut y voir une stratégie à laquelle il se raccroche comme à une bouée de sauvetage. Les médias l’ont invité. Son récit est émouvant. On le trouve digne d’admiration. Il y est sensible évidemment et cela lui apporte du réconfort. Le plus haut degré de la reconnaissance est atteint avec le discours d’Etienne Cardiles lors de l’hommage national rendu au policier et présidé par Hollande.

La formule « Vous n’aurez pas ma haine » permettrait-elle la résilience ?
Certainement, Etienne Cardiles la trouve « guérisseuse » et la considère comme « une protection ». Ce combat contre la haine apparaît noble, en adéquation avec leurs propres valeurs morales et puisque l’Etre aimé a disparu, il faut combler le vide par ce nouveau défi. En fonction de sa personnalité, chaque victime va élaborer sa propre stratégie pour s’en sortir et le thérapeute fera toujours en sorte de la valoriser car c’est grâce à elle que la victime va trouver des capacités d’auto-guérison.

Même si le sentiment de haine habite certaines victimes, elles préfèrent généralement retrouver le calme intérieur et la sérénité. D’ailleurs, comment la haine pourrait-elle les « réparer » moralement et physiquement ? Une vision holistique de l’être humain conçoit que le corps et l’esprit sont indissociables. Si l’esprit est positif alors le corps guérira plus facilement. A l’opposé, la haine est un sentiment très violent qui peut même déclencher certaines maladies. Ne dit-on pas : être rongé par la haine ?

Outre le suivi psychologique, le recours à la florathérapie peut se révéler une aide complémentaire très intéressante si vous croyez au pouvoir guérisseur des plantes.(2) Ce remède a montré son efficacité également chez les enfants. N’oublions pas que les enfants sont très réceptifs au stress de leur environnement. Ils peuvent réagir et manifester de l’agressivité, des comportements régressifs (pipi au lit), des cauchemars…

Que nous soyons frappés par le deuil ou que nous vivions un événement traumatisant, nous n’avons pas tous les mêmes capacités, ni les mêmes ressources pour nous « libérer » de ce traumatisme.

Quant au discours d’Etienne Cardiles, c’est à la fois un message d’amour pour son compagnon mais c’est aussi un discours très engagé. A revoir nécessairement dans un prochain article…

Cécile De Bussches
https://www.youtube.com/watch?v=yzccFEmAM8Y
L’émouvant hommage d’Étienne Cardiles à son compagnon Xavier Jugelé
Dans le système des fleurs de Bach, Etoile de Bethléem apporte l’apaisement et le calme après un choc présent ou passé, un chagrin, une mauvaise nouvelle.

Share
Notre vie moderne et confortable ne nous a pas préparé à ça a l’inverse de nos grands parents qui n’ont pas eu besoin de cours de résilience pour haïr le bosche et être serein dans la tête… Nos idéologues nous interdisent de haïr, précepte chrétien, il faut aimer tout le monde, même ton ennemi. Cette interdiction de colère et de haine se heurte à la réalité, celle de la défense de sa famille, son clan, sa tribu, son pays… Mais là famille a été désacralisée,lr pays destructuré dans un magma européen… Nous n’avons plus de valeur à défendre.. Nous ne… lire la suite

oui, et je rajouterai que dans un pays, ou il est devenu courant de « bouffer du curé », de vouloir interdire les crèches à Noel, de supprimer le porc en restauration collective…il est assez ridicule du coup, et complètement aberrant, d’adopter une conduite consistant à tendre la joue gauche…et à pardonner à son prochain.
Car après tout, quitte à perdre nos rites cultuels, nos repères de judéo-chrétiens, on attend alors plus de logique et de suite dans les idées de la part de nos zélites, seules habilitées à penser et à donner la mesure en matière de morale et conduite citoyenne!

« Juste colère citoyenne »… soigneusement anesthésiée par les médias et les gouvernements complices. Quel autre pays que la France est capable d’organiser des marches blanches à la suite d’actes immondes de pure barbarie ? Un encouragement à recommencer, un assentiment tacite et fourbe. Profondément lâche et vil. Aucune reconnaissance des morts et des mutilés dans ces défilés de pacifistes émasculés, de moutons en route pour l’abattoir qui bêlent des « merci ! merci ! On en veut encore !  » Des matraques, des gourdins, des fourches, des battes de baseball, voilà ce qui était à prendre, et pas des airs contrits, désolés… lire la suite

suite et fin/ et à force d’essayer de trouver des explications douteuses aux coupables et bourreaux, ou de donner ce sentiment, on risque d’amoindrir et de banaliser l’horreur du sacrilège, du crime et de l’inexcusable acte.
Heureusement, pour moi, je n’ai pas encore eu besoin de prendre des fleurs de Bach pour soulager ma peine, et je pleure encore sur toutes les victimes de ces dernières années, et je ne peux pas pardonner, même en tant que chrétienne à de sordides et immondes bourreaux.

Contrairement à ce que vous pouvez penser, je suis entièrement d’accord avec ce que vous dites.
L’article montrait simplement la détresse des victimes qui essaient de s’en sortir d’une manière ou d’une autre car elles sont maintenant ignorées. La formule Leiris a été de nouveau « déballée » et il s’agit bien d’une récupération politique sur laquelle je reviens dans l’article de ce jour.
Vous pouvez aussi lire mes différents commentaires ci-dessous.

Je répète que je comprends aisément les réactions de certains proches de victimes, qui essaient de dépasser leurs douleurs et leurs VISIONS de cauchemar, car ils doivent continuer à vivre malgré tout. Mais cependant, je trouve curieux quand même ce besoin de se projeter dans une mise en scène de leurs états d’âme. Personnellement, je serais écrasée par le chagrin, mais aussi la haine et le besoin de justice, et je serais bien incapable de prononcer de telles paroles, et encore moins devant les « autorités compétentes » en matière de maintien de l’ordre et de la sécurité. Pour moi, ce serait… lire la suite
Si l’on peut comprendre la résilience, la recherche de consolation en prenant « hauteur » et dépassement au vu des sordides épreuves subies, de la part des proches de victimes d’ attentats…. on ne peut pas accepter, ni même envisager que les autorités préposées et (in)compétentes en matière de sécurité, se servent de cette résilience à des fins dissimulatrices pour leurs lacunes et inaptitudes. Et, par le biais de mises en scène, laissant parfois un goût de voyeurisme malsain, les institutions défaillantes donnent en pâture des moments d’émotion terrible, qui devraient rester dans l’intimité. Ils les dispensent ainsi d’une juste colère citoyenne,… lire la suite
L’ennemi est là. Il agit en d’inspirant d’une idéologie politique fascisante s’appuyant sur une « révélation » formulée par un « prophète » qui n’a probablement pas existé ce qui lui permet de s’attribuer une justification déiste. Si un ennemi décidé veut vous faire la guerre, piller vos biens, vous réduire à un statut inférieur, vous spolier de votre territoire de vie il n’y a pas d’autre alternative que de le combattre ou se soumettre avec les conséquences possible vu le contenu de cette ideologie mortifère. La haine provient d’abord de l’ennemi qui vous combat avec haine parce que tout simplement il vous hait… lire la suite

Vous n’aurez pas ma haine mais comme le crime est faiblement puni, vous aurez ma justice. Elle sera proportionnée.

Pour les élections prochaines buvez http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
2017/05/breuvage-macron.html
et vous serez hypnotisés

La résilience désigne la capacité pour un corps, un organisme, une organisation ou un système quelconque à retrouver ses propriétés initiales après une alteration.

Donc si on est victime d’un acte haineux et barbare, il faut devenir haineux et barbare? C’est pour moi le sens du ‘vous n’aurez pas ma haine’

@batigial eh bien avec ce raisonnement tordu, il n’y aurait plus d’espèce humaine sur terre. L’instinct de survie consiste à se défendre efficacement contre les prédateurs. Les jugements de valeur n’ont rien à voir. Vous avez une vraie mentalité de victime.

tout à fait! Mais je pense que cette déclaration (vous n’aurez pas ma haine) est un acte de lâcheté avant tout! Le fait de de rendre coups pour coups nécessite du courage mais aussi du sang froid! Sa gosse assassinée doit être moralement et thérapeutiquement « vengée » une vie égal une autre vie tout au moins celle du bourreau! Le fait de se comporter comme un agneau est considéré aux yeux du bourreau tel un acte de lâcheté et donc de sous homme car assumant son rôle de victime dans une nature qui se joue de ces inepties stériles. La vie… lire la suite
Après le génocide du Rwanda de1994,le gouvernement a institué des tribunaux dénommés  » Gacaca » dans lesquels des juges élus étaient chargés de rendre une justice visant à encourager la réconciliation entre les victimes Tutsis et les génocidaires Hutus. Il était demandé notamment aux rescapés de pardonner à leur bourreaux déférés devant la juridiction sur la base d’ une sorte de  » vous n’ aurez pas ma haine » avant l’ heure. Parmi d’ autres,une femme Tutsi avait déclaré que c’ était au dessus de ses forces car son bourreau était l’ homme qui l’ avait tué ses parents, son mari, ses… lire la suite

A chacun son libre arbitre. Certaines victimes peuvent choisir la haine…
La haine permet-elle la résilience pour les victimes qui souffrent dans leur corps et leur esprit (ESPT) ? La question est posée.
Pour Boris Cyrulnik, la résilience est d’arriver à faire d’un drame une force.

Ceux qui disent cette phrase sont juste des lâches, des vrais petits moutons qui n’ont aucun honneur ni aucune fierté.

Votre article est mal accueilli, Cécile, et je partage l’avis de la plupart. Je pense qu’on essaie de nous piéger avec la résilience. Elle est tout simplement inadaptée à la situation. On veut faire de nous des moutons bêlants, ne se défendant plus. C’est très grave. Nous devons tous faire l’inverse de ce que la propagande nous suggère.

Cet article peut être perçu comme de la provocation. Le titre devrait être « UNE VOIE de la résilience » et non « LA VOIE ». Il s’agit d’abord d’examiner ce qui se passe du côté des victimes. Les victimes réagissent différemment. Antoine Leiris a trouvé SA voie tout comme Etienne Cardiles. Est-ce la bonne voie ? est-ce la mienne ? Je ne veux pas prendre parti dans cet article.

Pas de la provocation de votre part. Mais de notre gouvernement qui ne fait pas ce qu’il faut pour enrayer ces attentats, qui ne punit pas les immondes, comme l’ignoble Martinez et son « poulet grillé » pour lequel je n’ai vu aucune plainte ni tollé !
Comment peut-on accepter le pire sans se rebeller ? Je ne parle pas des victimes directes et de leurs collatéraux, sans doute trop sous l’effet du choc subi. Mais de tout un peuple qui en redemande en ne se rebellant pas. Ce n’est pas normal, et ce n’est pas de la résilience !

suite.
Ce que j’ai voulu mettre en évidence c’est que nous n’avons pas tous les mêmes ressources pour surmonter un traumatisme.
Par contre, j’ai un point de vue sur le discours d’Etienne Cardiles qui est un discours très engagé comme je le précise à la fin de l’article.
Vous pourrez le découvrir dès ce soir sur RL.

Très bien..à bientot de vous lire.

si tu me frappes la joue droite …t’auras mal aux dents avant de penser à frapper la gauche…quels bandes de cons qui se trouvent des excuses metaphysico psycho …pour ne pas avouer leur lâcheté et leur trouille

J’ai exposé la SITUATION des VICTIMES. Il est très difficile de se remettre d’un traumatisme. C’est un CONSTAT tout simplement !
Chaque victime réagit différemment. A chacun sa stratégie. « vous n’aurez pas ma haine » est une BEQUILLE. Le recours au spy est une béquille. Faire un projet de voyage ou de reconversion professionnelle quand on sera guéri est une béquille… A chacun sa stratégie parce qu’il faut S’EN SORTIR. Le but n’est pas d’oublier ce qu’on a vécu. C’est impossible surtout quand il y a des séquelles physiques qui font encore souffrir !

Mademoiselle, Madame,
Vous avez notre soutien, soyez-en sûre. Et l’on comprend parfaitement votre désarroi.
Il faut comprendre que pour l’immense majorité d’entre-nous qui n’avons pas (encore?) été frappés par ce fascisme vert, ces tueurs qui assassinent les plus faibles, les plus fragiles: femmes, enfants… la douleur-témoignage ne s’exprime pas. Notre solidarité s’affirme dans l’indignation, la volonté exprimée d’éradiquer cette peste verte.
Nous sommes semblables dans l’épreuve.
Très fraternellement.

Monsieur, votre signature vous trahis ainsi que votre humanisme qui était valable il y 200 ans mais plus maintenant nous ne sommes plus aux siècle des lumières. Aujourd’hui, nous sommes face à un péril sournois, rampant. Nos dirigeants ainsi que les associations humanistes sont aveugles devant lui et le nouveau gouvernement encore plus. Face à la montée du terrorisme, il faut oublier l’humanisme car en face de lui notre ennemi ne l’ai pas. Il faut faut donc agir contre lui de la même façon qu’il agit contre nous. Malheureusement, les humanistes et les gouvernements européens sont faibles donc impuissants.

J ‘ ai toujours éprouvée le même sentiment de satisfaction et de justice rendue en regardant :

-l’ homme à l’ harmonica ( Charles Bronson ) tuer Franck (Henry Fonda ) celui qui avait pendu son frère debout sur ses épaules d’ enfant dans le film  » dans la scène finale du film « Il était une fois dans L’ Ouest »;

-Julien Dandieu (Philippe Noiret ) dans le film » le vieux fusil  » tuer un par un tous les allemands qui ont assassiné sa femme et sa fille.

Entièrement d’accord !
Mais les terroristes sont tous morts sauf un : bon débarras.
Je trouve qu’il faut voir plus loin et examiner les responsabilités…
Je veux dire les responsables politiques ou plutôt les IRRESPONSABLES !!!

Belles references cinematographiques, ca fait plaisir. Ceci dit, est ce que tuer franck est la meilleure chose à faire? Est ce que des personnes comme Franck ou les Nazis du vieux fusil ne devraient pas etre arretés AVANT par la société. Est ce que l’epoque du far west ou de l’occupation est pertinente? questions ouvertes…

@batigoal Vous les gauchistes vous êtes incroyables. Toujours cette culture de l’excuse qui ne fait que cacher une vraie lâcheté. Julien Dandieu a agi de manière juste. Et dans le temps, on se battait en duel. Les gens se prenaient en main au lieu de tout attendre de la justice ou des institutions comme aujourd’hui.

Merci Batigoal. Mon intention était d’ affirmer à l’ aide d’ exemples cinématographiques que la réaction façon  » vous n’ aurez pas ma haine » prônée par Leiris et Cardiles était au fond inhumaine car non naturelle. Il est humain et naturel de haïr celui qui vous cause un mal absolu et ce quelque soit l’ époque.

« C’est quand on est vaincu qu’on devient chrétien » (Ernest Hemingway) En d’autres termes, l’évangélisme suicidaire a ses limites ; ou si vous préférez, trop de miséricorde tue le pardon.
Autre son de cloche entendu ce matin sur RTL, à propos d’un festival de Cannes devenu multilinguistique : »C’est bien d’être minoritaire chez soi ». Reconnaissons que les tenants de la suprématie mondialiste américaine n’ont pas la même politique avec l ‘American globish first !

Résilience, mon c..! L’apaisement d’accord, car bien évidemment l’être cher ne pourra revenir. Mais la résilience, pour moi, c’est pardonner l’impardonnable, c’est donner raison aux bourreaux, c’est ne pas se battre, c’est accepter l’horreur. Non, pas de résilience, de la combattivité, celle qui a animé ceux qui ont fait don de leur vie, non pour accepter la terreur, mais pour la vaincre.

Ce n’est pas une question de haine mais de self défense. Celui qui refuse de se défendre lorsqu’il est attaqué par des gens barbares et sanguinaires est destiné à disparaître. Cela revient à se suicider ou à accepter d’être assassiné ou même à avoir plaisir à être victime.Il y a donc une perversité ou une pathologie à ce type de comportement qui ne devrait donc pas être glorifié.Il faut plutôt glorifier ceux qui défendent la liberté, le droit à vivre et qui ne laissent pas les barbares nous exterminer les uns après les autres

Parfaitement d’accord, cela est malsain : glorification du suicide, refus de combattre…même pour ses enfants, ce qui ne se trouve pas dans le règne animal. Effectivement : pathologique.

Un cierge de plus, bien moulé certes, et allumé à la mémoire d’un policier mort, assassiné par le fascisme islamiste.
Que les survivants des morts aient besoin d’allumer des bougies et de déposer des suppliques et des bouquets sur les dépouilles de leurs défunts, on l’admet bien volontiers.
Mais nous autres survivants, qui compatissons à la douleur des Français, sursitaires de l’islam comme nous le sommes, nous devons exiger, oui, EXIGER des exécutifs, qu’ils combattent cette peste verte qu’est l’islam politique conquérant.
Assez de pacifisme bêlant! La guerre contre ces lâches sera gagnée par les armes… de guerre.

« Vous n’aurez pas ma haine » est une reddition, une forme de compréhensible abandon. Mais pour ceux qui savent ce que c’est… et qui ont connu l’indicible horreur , il y a une circonstance qui est inacceptable: la manipulation de la part de ceux qui continuent à nous raconter la « noble » histoire du padamalg . Je leur dirais au moins VOS GUEULES !

J’ai exposé la SITUATION des VICTIMES. Il est très difficile de se remettre d’un traumatisme. C’est un fait, un CONSTAT tout simplement ! Ce sont également des personnes qui vont souffrir toute leur vie de blessures physiques…
A la fin du texte, je précise que le discours d’Etienne Cardiles est un discours « très engagé ». Je le rappelle.
C’est ce que vous découvrirez précisément dans le prochain article…

« Vous n’aurez pas ma haine » est un sparadrap sur une plaie purulente – les suites sont mortelles

Ce n’est pas un sparadrap, c’est une béquille. Le sparadrap sert à cacher, la béquille est temporaire, elle permet de réapprendre à marcher. Je ne comprends pas ce que vous conseillez à la victime. La vengeance ? le terroriste est déjà mort ! Critiquer et influer sur les irresponsables politiques ? d’accord.
De plus, ai-je dit que j’étais d’accord avec la formule ? j’examine simplement la situation des victimes.

suite.
Si vous aviez lu le texte jusqu’au bout, je précise que le discours d’Etienne Cardiles est un discours très engagé.
Si vous lisez l’article qui va paraitre ce soir, vous connaitrez vraiment mon point de vue.
D’autre part, il peut être intéressant d’écouter les victimes d’attentats…

En lisant ce texte j’apprends que moi aussi je suis une “victime de stress post traumatique” depuis la mort accidentelle de mon compagnon il y a 40 ans… Mais en tant que physiothérapeute de la vieille école (diplôme 1974) je puis vous affirmer que, autant psychiquement que physiquement, en tout premier lieu il est impératif de poser un diagnostic précis à partir duquel peut être décidé un traitement tout aussi précis. Si vous n’ouvrez pas un abcès, si vous ne le videz pas, (cela signifie le curer ce qui signifie racler tout le pus avec une curette) votre patient risque… lire la suite

moi, personnellement, si un cloporte assassin au nom de son dieu stupide et meurtrier tue un de mes enfants, j’irai dessouder plusieurs des siens … Pour un oeil, les deux yeux, pour une dent, toute la gueule!

oeil pour oeil, et le monde finira aveugle…

Batigoal si tu pouvais fermer ta gu..ca nous ferait des vacances.

ca tombe bien, tu auras un long pont la semaine prochaine :)

On ne lira plus tes propos ineptes, quel bonheur. Tu devrais aller sur mediapart, tu serais accueilli a bras ouverts. Ici tu ne convaincras personne.

Il faut montrer aux barbares terroristes que nous sommes civilisés, nous ! « Vous n’aurez pas ma haine  » ! Cela leur fera une bonne leçon, NA !

Les villageois des villages chrétiens (et même quelques musulmans) de Syrie et d’Irak qui ont vu des leurs décapités et crucifiés, des femmes chrétiennes et yézidis vendue comme esclaves sont-ils des « vous n’aurez pas ma haine », combien de fois faudra -t-il tendre la joue ou pire le cou sous la lame?

Ce sont des propos de couards, baisseurs de culotte, indigne de leurs morts assassinés ! Je n’ai AUCUNE complaisance pour ces amorphes de la douleur mais du mépris ! C’est avec de tels gens que terrorisme et islamisme nous envahissent « sereinement » !

Face à l’islam et à sa terreur – d’où qu’elle vienne – un seul mot d’ordre : Vengeance !!

Il ne s’agit pas d’une attitude généreuse envers l’agresseur, il s’agit de lâcheté envers soi-même, c’est le refus, la peur d’assumer la réalité

« …Le discours d’Etienne Cardiles n’a pas été apprécié sur RL alors que sur facebook, ils ont été des milliers à cliquer sur j’aime…. »

Je paris que le QI combiné des adherants à RL est bien superieur à celui du troupeau entier de Face Book.
Quant a cette photo d’Antoine Leiris: quel narcissiste masturbateur !

« Vous n’aurez pas ma haine » est une formule socialiste qui voudrait remplacer le pardon chrétien.
Mais pardonner ne veut pas dire « oublier » et n’exclut pas la sanction, sans laquelle la victime ne se reconstruit pas totalement …

@Montecristo
Tout à fait. D’ailleurs le pardon chrétien ce n’est pas la lâcheté, on n’est pas obligé de se laisser piétiner et de dire merci !
De plus on ne peut pas pardonner tant que l’agresseur ne demande pas pardon…

Vous n’aurez pas ma haine l’ennemi oui vous l’aurez c’est des mots de marchand vous satisfaisait le fabricant votre haine ne la laissé pas dans les toilettes transporté la partout vous pouvez pas faire l’un sans l’autre pourquoi moi et pas un autre je dois porté la haine ces dans ta nature la bonté ces les dominé tu vois bien chez le musulmans ils sont pas tous dominant mais sa me touche de rencontré quelqu’un de gentil mais je l’emmerde .

Vous n’aurez pas ma haine sa fait des siècles ces dans tes gêne même quand tu achète un livre une place de cinéma un recueil de poèmes à chié un client satisfait vous êtes de ces chaussures de sa geule dans le miroir même pas fraîche .

L’amour en Allah la haine en Allah alors votre discours c’est comme perdre son chat écrasé vous n’aurez pas ma haine on peut recommencé ils vont pas bronché mais votre peine et votre soumission et humilié il vont obtenir .

Vous n’aurez pas le « vous n’aurez pas ma haine », putains de fumiers stupides d’islamistes de merde.
J’emmerde les bobos et le politiquement correct.

Quel mélange des genres délirant ma pauvre dame… Et quel vocabulaire typique de la doxa des psys… résilience, stress et pipi au lit, se « libérer du traumatisme », etc. Je crois que vous évaluez mal ce à quoi nous avons affaire : l’horreur. Il y a pour les victimes du terrorisme une rencontre avec le réel tellement abominable qu’il est impossible de la tamponner, même avec des brigades de psychologues… Que penseriez-vous d’un collier de fleur au cou et d’huiles essentielles dans les narines pour que nos concitoyens puissent marcher dans les rues, l’âme emplie de bonheur (sans haine évidemment) et… lire la suite
Un peu de bon sens ça fait du bien. Le taré, les tarés, qui commettent ces actes sans nom vu que les victimes sont aléatoires, ce qui supprime l’intention ciblée, ne méritent même pas nos haines mais juste la furieuse envie de les éliminer soi même vu que la société ne le fera pas. En revanche il est salutaire de la réserver, cette haine, aux salopards qui nous gouvernent. Dans ce cas elle n’est plus destructrice mais structurante. Quant aux petites fleurs…on en crève. La haine ça se canalise, madame. Cet article n’est qu’un verbiage sans intérêt, mais il n’est… lire la suite

Victor hallidee

Bravo pour votre commentaire totalement en accord avec ma pensée
encore une déconnectée vivant dans les beaux quartiers en plein délire avec son discours hallucinant (plus adepte à allumer des bougies, du même pas peur, du padamalgam etc)
encore un article pour les adeptes de ceux qui tendent l’autre joue

Une bonne correction donne également de bons résultats…

Tout à fait d’accord avec vous Victor Hallidée et tellement bien résumé.
Je suis sûre que cette dame ne vit pas au milieu de ces sauvages pour dire des conneries pareilles.

Votre emportement vous aveugle ou vous avez fait une lecture trop rapide du texte. Je parle justement des victimes et de leurs difficultés à s’en sortir, à tamponner l’horreur comme vous dites. Je parle des victimes parce qu’elles sont maintenant ignorées. En même temps, vous semblez faire un aveu d’impuissance puisqu’il n’y aurait pas de solutions à vos yeux sinon des stupidités de gens déconnectés. Vous désapprouvez la formule d’Antoine Leiris, c’est votre droit. Je n’ai pas dit non plus que je la recommandais! Cette formule a été de nouveau « déballée » pour être récupérée politiquement et c’est ce que je… lire la suite
wpDiscuz