1

‌Barbara Pompili, une sauvage tueuse d’abeilles qui se dit écolo !

Barbara Pompili se voulait la « Jeanne d’Arc » de la biodiversité et des animaux sauvages. Elle s’est transformée en sauvage tueuse d’abeilles

Les abeilles françaises nourries par la blonde Barbara Pompili et par le mielleux Emmanuel Macron.

Vous connaissez tous l’histoire de la blonde qui met du pain dans les WC pour nourrir le canard WC. Et bien, la blonde Barbara Pompili fait beaucoup mieux. Elle met des néonicotinoïdes dans les ruches pour alimenter les abeilles. Si, si ! Alors qu’elle affirme défendre les animaux sauvages sur son site internet (voir notre photo).

https://fr.blastingnews.com/opinions/2020/08/dangereux-et-interdits-en-2016-les-neonicotinoides-ne-presenteraient-aucun-risque-en-2020-003185880.html

Mais c’est quoi, cette ministre qui, en plein été, du fond de sa cuisine en Picardie, affirme que les néonicotinoïdes ne sont pas dangereux en 2020, alors qu’elle affirmait que ces insecticides étaient hyper dangereux en 2016, en exigeant leur interdiction, en sa qualité de secrétaire d’État à la biodiversité ? A-t-elle fumé de l’herbe ? A-t-elle trop consommé de pastis avec la canicule ?

Hyperdangereux pour les humains et les insectes, et interdits en 2016, les néonicotinoïdes ne présenteraient aucun risque en 2020. C’est l’énorme couleuvre que la « blondasse » Pompili tente de faire avaler aux apiculteurs et aux Français. Tandis que Julien de Normandie, le sinistre de l’Agriculture, et Emmanuel Macron nous annoncent « un virus des pucerons » en 2021 et en 2022, dans les champs de betteraves.

Après le coronavirus, le « virus des pucerons » en 2021 et 2022 ! Que vont-ils inventer en 2021 ?

Alors, tel Juda vendant Jésus aux Romains pour 30 sesterces, la grosse blonde Barbara brade sa virginité de secrétaire d’État à la biodiversité de 2016, et renie tous ses engagements pour conserver son poste très alimentaire de ministre de la Transition écologique dans le gouvernement de Jean Castex.

Pourquoi Pompili se prostitue pour les géants de l’insecticide Bayer et Monsento ? Comme le faisait Jérôme Cahuzac en faveur des géants pharmaceutiques !

Où est la Barbara Pompili de 2016, alors secrétaire d’État à la Biodiversité, qui, telle un super-procureur, dressait un réquisitoire très argumenté contre les insecticides néonicotinoïdes (qui enrobent notamment les semences de betteraves, de colza, de tournesol, de maïs pendant toute la durée de vie de la plante) ?  Et qui se retrouvent dans les fruits, graines, betteraves produites pour mieux intoxiquer l’humain !

Où est la Barbara Pompili de 2016 qui faisait trembler Stéphane Le Foll, l’exterminateur des abeilles françaises ? On en vient à regretter Delphine Batho et Nicolas Hulot !

De la mandature de Macron, on retiendra les accusations de viols proférées contre Gérard Darmanin, les démissions forcées des ministres François Bayrou, Marielle de Sarnez, Sylvie Brunel, Agnès Buzyn, les affaires de corruption d’Olivier Dussopt, les prisons vidées des terroristes par la ministre de la Justice Nicole Belloubet, l’affaire Alexandre Benalla, les masturbations publiques de Benjamin Griveaux, les néonicotinoïdes à la sauce Pompili, etc., etc.

Proche de Macron, la Pompili n’a rien à voir avec la Pompadour de Louis XIV. Cette dernière n’était pas nuisible pour le royaume de France. Triste France, pauvre République, où l’écologie est devenue le paillasson des multinationales des pesticides et insecticides !

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411