11 juillet : nous célébrerons le centenaire de la mort de l’impératrice Eugénie

Ras le bol des mauvaises nouvelles.

https://www.facebook.com/events/570048757269615/

À l’heure où nos statues sont taguées, vandalisées, toutes les actions des bénévoles qui aiment l’histoire devraient être mises en avant en attendant que nos politiques aient assez de courage pour faire de même.

Le 11 juillet 1920, Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III, dernière impératrice des Français, meurt à Madrid à l’âge de 94 ans.

En ce 11 juillet 2020, nous célébrerons le centenaire de sa mort au château de Livet à Beaufai.

Olivier Ledanois et Eric Van Den Berghe, propriétaires, nous accueille pour cette occasion. Ils ont racheté le château en décembre 2014 et l’ont métamorphosé. Le résultat est remarquable.

Le château fut construit pour Olga de Pitray, fille de la comtesse de Ségur. Sa sœur Nathalie de Ségur épouse de Paul d’Ayguevives de Malaret fut une des dames d’honneur de l’impératrice Eugénie.

Programme :
14 h – conférence, Eugénie de Montijo, dernière impératrice des Français par Fanny Idoux.
Exposition, mise en scène, photos
16 h 30 – danse du Second Empire avec De crinolines en cotillons
18 h – apéritif organisé par les propriétaires du château – payant, 15 €, les bénéfices iront à la restauration du château
Réservation obligatoire***
19 h 30 – pique-nique dans le parc.

Dress code pour les costumés :
– crinolines pour les dames, robe de jour pour l’après-midi, robe de bal en soirée.
– fracs pour les messieurs.

S’il pleut, la manifestation sera reportée.

Réservation auprès de Fanny Idoux :

fanny.idoux@gmail.com

Fanny Idoux

http://au-temps-du-second-empire.com/

image_pdf
0
0

14 Commentaires

  1. Merci Madame pour votre article.
    L’impératrice, comme son époux Napoléon III, est souvent injustement décriée..!!
    Elle était catholique, ce qui dans ce pays, oublieux de ses racines, est considérée comme une tare..
    De son époux, on ne retient que Sedan, pauvre Napoléon qui souffrait déjà le martyre..
    Personne ne se souvient de leur fils, le courageux Prince Impérial, assassiné par les Zoulous, pauvre Eugénie qui perdait ainsi son fils unique, son seul enfant..alors qu’elle était déjà veuve exilée en Angleterre..

  2. si ele a une statue eh bien qu’on n’y touche pas , ceci dit , On est en pleine merde initiée par des gens merdacroniens comme ceux là et vous , vous nous faite un article sur son anniversaire ?

  3. D’après ce que j’ai pu en lire au cours de mes pérégrinations historiques : cette femme avait beaucoup d’influence sur « .Badinguet  » ( une façon de lui faire payer ses frasques ) , mais elle était sous l’emprise du parti clérical . Faisant et défaisant les carrières suivant les intérêts ecclésiastiques du moment .

  4. Y aura-t-il une corrida pendant cette fête ? Car il ne faut pas oublier que c’est par Eugénie en vacances à Bayonne , que la corrida a été imposée…malgré son interdiction en France où la tradition est la course landaise sans torture ! Puis la corrida a bénéficié d’une dérogation dans les villes du Sud, obtenue par la force en la pratiquant malgré l’interdiction !! …
    La corrida , spectacle de torture pour un public de sadiques et pour les finances des organisateurs et éleveurs de taureaux , doit être abolie !
    Merci de bien regarder toutes les faces de la personnalité de votre Eugénie de Montijo !

    • Effectivement, c’est elle qui a importé la corrida. C’est vraiment la seule ombre à son tableau, de taille, j’en conviens. Mais elle a fait tellement d’autres choses, c’est comme pour Napoléon III où on ne retient que Sedan !

    • Merci Dany de rappeler l’horreur qu’est la corrida.
      Ce n’est pas la seule ombre au tableau de l’impératrice Eugénie.
      Elle s’est crue investie de lumières politiques : elle a une très grande responsabilité dans la guerre de 70 du fait de l’emprise et de la pression qu’elle exerçait sur l’Empereur.

  5. Eugénie les larmes aux yeux
    Nous venons te dire adieu
    Nous partons de bon matin
    Par un ciel des plus sereins
    Nous partons pour le Mexique
    Nous partons la voile au vent
    Adieu donc belle Eugénie
    Nous reviendrons dans un an

    Ça n’est pas commode du tout
    Que de penser à l’amour
    Surtout quand il fait grand vent
    Par dessus l’gaillard d’avant
    Nous partons pour le Mexique
    Nous partons la voile au vent
    Adieu donc belle Eugénie
    Nous reviendrons dans un an

    https://www.youtube.com/watch?v=25HeTjDRQww

  6. j’ai appris il y a peu que c’était elle qui avait crée la première banque des pauvres, en prêtant quelques sous que les pauvres remboursaient rubis sur l’ongle

  7. Restée française de coeur, Eugénie se rendait encore dans les dernières années de sa vie à Paris et descendait à l’Hôtel Meurice (rue de Rivoli). Sa présence suscitait alors des mouvements de sympathie.

Les commentaires sont fermés.