11 novembre : l’inacceptable attitude des Robocops de Valls aux Champs-Elysées

Publié le 14 novembre 2013 - par - 1 973 vues
Share

BILAN 2012-2013Lorsqu’on visionne les images du reportage des manifestations d’hostilité aux socialistes en général et à François Hollande en particulier, sur les Champs Élysées à l’occasion de la cérémonie du 11 novembre, on ne peut être que surpris et choqué par la violence des CRS, harnachés en robocops et armés jusqu’aux dents face à quelques bonnets rouges inoffensifs dont la seule arme est la voix.

[youtube]GB2FKMrNKsU[/youtube]

www.youtube.com/watch?v=GB2FKMrNKsU

On voit un vieil homme à terre, un Breton, victime d’un malaise cardiaque après avoir subi trois contrôles d’identité au motif de porter un bonnet rouge — dont on connaît, certes, la signification d’opposition au système socialiste et à ses excès fiscaux — et plusieurs jeunes au visage franc (rien à voir avec les racailles des banlieues) à moitié étranglés par une meute de robocops, l’un suppliant pour son poignet tordu, d’autres hurlant ou à moitié étouffés.

Une violence disproportionnée en regard de la menace que présentaient ces inoffensifs bonnets rouges.

Jusqu’alors je donnais le bénéfice du doute aux CRS, sachant qu’ils ne peuvent se dérober aux ordres mais convaincu qu’ils sont patriotes, qu’ils défendent le peuple français et non le pouvoir, toujours anecdotique, du moment. Et je continue à penser qu’il en est de même pour les policiers, les gendarmes et, d’une manière générale, les militaires. Je ne peux imaginer qu’il puisse en être autrement. Je ne peux soupçonner ces Français, armés, s’opposer par la force à d’autres Français, désarmés, du peuple et ne font rien d’autre que manifester leur désaccord sans casser ni agresser quiconque.

Or là, sur les Champs Élysées, pour la seconde fois, après la colossale manifestation au même endroit s’opposant à la loi autorisant le mariage contre nature, j’assiste à des scènes odieuses de violence parfaitement injustifiées. Rien ne les obligeait à une telle violence. Et je prends conscience que ces robocops ne sont pas des gens normaux mais des brutes, des sadiques, de toute évidence atteints de troubles psychiatriques, en tout cas psychologiquement malades.

Ils n’ont laissé, cette fois, plus place au moindre doute.

Ces CRS doivent donc être considérés comme des chiens de garde du pouvoir, dangereux, et non comme des auxiliaires du peuple français, qui les paie. Le jour, sans doute très proche, où la révolte populaire atteindra le stade de la révolution, ces mercenaires devront être jugés. Nous possédons leurs photos pour les identifier. Ils devront alors payer. Et ils paieront !

Jean Ducluzeau

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.