11 novembre : qu’avez-vous fait de notre France, de notre sang ?

Publié le 11 novembre 2015 - par - 6 commentaires - 897 vues
Traduire la page en :

hollandesarkozy11-11J’étais ce matin 11 Novembre à une cérémonie devant un monument aux morts ; c’est toujours, pour moi, l’occasion d’une rêverie introspective, d’une immersion dans le passé : je suis là, mais je me désintéresse du détail de la commémoration, au fil des prestations de personnages jouant leur rôle, de la musique militaire jouant sa partition, du public jouant avec ses photographies, je me laisse glisser dans un état d’âme onirique.

Ainsi suis-je transporté en moi-même dans un passé ; mais lequel ? Celui de ces soldats tenaces – pour la plupart – à qui nous peinerions à trouver des successeurs s’il le fallait? Non . Un passé plus récent qui s’effile sans que jamais il ne soit évoqué, un avant auquel semble désormais appartenir ce rituel républicain : une époque d’une France en accord avec ses élites lesquelles provenaient directement de son Peuple, à qui elle donnait son sein.

Mère patrie, mère pays des pères. N’est-ce pas une réponse éclatante, essentielle.

Ces gens, là font semblant.  Aucun n’est investi de ce qu’il fait, aucun ne prolonge le sens des mots, sacrifices, héros, nation, agression, résistance, barbarie, invasion, qu’ils prononcent jusqu’à l’écœurement. Théâtre indigne où l’on tue une seconde fois les honorables et où l’on ressuscite ceux qui ont failli.

Dans cinq ans, lorsque le gouvernement Juppé-Bayrou-Valls-Macron annoncera la lumière infinie, le Graal atteint, la non-vie paisible,  avec la mise en place, à Lübeck des services du grand ministère européen de l’économie, il n’y aura chez eux aucune tristesse, aucun regret, juste une question : qu’est-ce qu’on fait maintenant, que reste-t-il à détruire, où surnage l’âme meurtrie des Peuples qui furent libres ?

N’ayant plus qu’à appliquer des instructions-recommandations qui ne seront même plus traduites en français, puisque les ex-citoyens n’en seront pas informés, il faudra qu’ils trouvent des occupations pour maintenir le plus longtemps possible l’illusion démocratique.

Par exemple ils pourront convertir les monuments aux morts – lesquels seront bien dérangeants pour le Schultheiß européen nommé à la place de nos préfets –  chaque passant s’y sentant accusé, interpellé: « qu’avez-vous fait de notre gloire, de notre France, de notre sang ? ». D’ores et déjà  je suggère d’en faire des stèles à la gloire d’un cocu ambigu et d’y inscrire en lettres d’or: « A Panurge la dictature européenne reconnaissante ».

Gérard Couvert

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Robert

Dis-moi pourquoi Papy, je te vois si souvent
Défiler dans la ville avec tous tes copains
Vous portez des drapeaux, dans la pluie, dans le vent
Marchant du même pas unis, main dans la main.

Dis-moi pourquoi Papy, de l’église au cimetière
Au monument aux morts, on entend le clairon
Vous déposez des fleurs sur des dalles de pierre
J’aimerais tout savoir, quelle en est la raison.

Dis-moi pourquoi Papy, brillent sur vos poitrines
Ces médailles colorées que vous portez fièrement
Pourquoi vous défilez si silencieux, si dignes
Et ce que signifient vos rassemblements.

En réponse mon petit, notre patrie la France
Pour être grande et forte compte sur ses enfants
Beaucoup d’entre eux sont morts le cœur plein d’espérance
Pour que vous puissiez vivre en paix tout simplement.

Regarde-les passer, respecte leurs emblèmes
Car ils ont donné avec le même élan
Leur jeunesse, leur sang, le meilleur d’eux-mêmes
Sois fier de leur passé : ce sont des combattants.

Car notre Boum à nous, ce n’était pas la Foire
Nous n’avions pour musique que la voix du canon
Et tous ceux qui tombaient n’avaient qu’un seul espoir,
Éviter à leurs Fils de connaître le Front.

Roland DORLET

Herbert Sogno

@ Daniel

Moi je me demande si ces deux lascars s’entendraient pas plutôt comme larrons en foire afin de pactiser pour nous baiser nous ! Mais bon, portons pas la poisse, disons que c’est une taquinerie…

La stèle “aux cocus inconnus … de personne” ( puisqu’on est tous cocus ! )

A VOMIR HONTEUX

Daniel

Ils le pensent si fort que l’on pourrait entendre :

(Hollande) – Tu vois mon con t’as fini par venir, je t’ai bien baisé …..!
(Sarkozy ) – T’inquiètes mon gros dans peu de temps c’est moi qui te baiserai …. !
(Valls à Bartolone qui confirme) – On va les baiser ces deux abrutis ….!
(Fleur Pellerin) – C’est qui qui va me baiser maintenant ….?
(Larcher ,président du Sénat)- Grouillez vous les mecs c’est quand qu’on bouffe…..?

marcel

ou en faire un monument dédié à “feu la France” , ” A la France disparue, grâce aux traitres de la gauche et de la droite”

pauledesbaux

regatrdez-moi ces faux-culs comme ils se sourient c’est pour mieux nous enfumer et préparer leur pacte du diable dit “republicain”, toute honte bue entre traites on va s’entendre n’est-ce- pas françois ? mais oui mon ptit sarkonain c’est juré craché on l’aura ce FN PATRIOTIQUE EN DIABLE

Lire Aussi