1

130 Africains noyés : SOS Méditerranée et maires à migrants assassins !

Pendant que les médias français se focalisent sur l’égorgement d’une policière dans le commissariat de Rambouillet, aucun écho du naufrage d’un pneumatique avec 100 à 130 colons africains à bord. L’embarcation surchargée a fait naufrage dans une mer forte, au large de la Libye.

Rien dans la presse. Que vaut la vie de candidats africains à la colonisation de l’Europe ? Pas grand chose, semble-t-il, pour nos journalistes.

ENCORE UN ACCIDENT

C’est un accident. Le bateau de SOS Méditerranée qui devait les récupérer est arrivé trop tard. Problème de coordination entre les passeurs et les ONG qui s’occupent de la traversée de la mer, de la Libye en Afrique du Nord, vers l’Italie. Problème de météo, également. La mer était très forte, des creux de 6 m, et il semble que les mafias aient affrété deux pneumatiques alors qu’un seul bateau d’ONG n’était disponible. Le bateau de l’ONG SOS Méditerranée est arrivé trop tard. C’est une épave, retournée, qui a été retrouvée, au milieu de cadavres flottants. Aucun survivant.

L’autre bateau, lui, n’a pas été retrouvé, il semble qu’il ait pu retourner en Libye.

Le trafic de colons à travers la mer est basé sur une coordination entre les organisations de trafiquants d’êtres humains qui affrètent des canots pneumatiques incapables de faire la traversée et les ONG subventionnées. Ces organisations pourtant riches et bien organisées (elles sont financées par Soros et de nombreuses collectivités locales françaises) envoient à leur rencontre, à la limite des eaux territoriales libyennes, des navires de « secours ». Dans ce naufrage, il y a eu des « erreurs » de coordination.

BRAVO LES MAIRES DE BORDEAUX, LYON, MARSEILLE, PARIS, FLOIRAC…

Les maires qui subventionnent SOS Méditerranée, comme Pierre Hurmic à Bordeaux ou Jean-Jacques Puyobrau à Floirac vont-ils s’excuser? Leurs conseils municipaux ont voté, à leur demande, une convention avec SOS Méditerranée qui prévoit une subvention pour financer les bateaux qui transportent les colons africains, et des actions de propagande dans les écoles pour soutenir ces fausses actions de sauvetage. Parleront-ils aux enfants des conséquences de leurs méthodes ? Oseront-ils avouer que ces sauvetages provoquent la mort par noyade de centaines de jeunes gens qui leur font confiance et risquent leur vie pour venir en Europe ?

Ces élus sont complices de mise en danger de la vie d’autrui, et de tous ces morts. Comment n’ont-ils pas honte ? Comment peuvent-ils vivre avec tous ces morts sur la conscience ? Ils sont à vomir.

François Jay