15 mars, assises pour la liberté d’expression à Paris : Français, on compte sur vous !

Publié le 19 février 2015 - par - 225 vues
Traduire la page en :

Affiche-15-mars2

Nous vous avions annoncé un rassemblement à 15 heures place de la Bourse, pour dire non au délit d’islamophobie, vous aurez de véritables assises, avec plus de 20 orateurs, toute la journée, dans un lieu qui sera communiqué au dernier moment aux inscrits.

Nous avions commencé de préparer le rassemblement, et nous nous rendions compte qu’eu égard à la gravité de la situation et aux multiples facettes que prend la liberté d’expression nous n’aurions pas assez de deux heures pour faire parler toutes les voix qui comptent sur le sujet, sans parler des risques d’interdiction au dernier moment de nos amis Valls-Boucault. L’attentat de Copenhague a été l’élément déterminant, à la fois pour l’attaque supplémentaire que constitue l’islamo-fascisme, pour le besoin d’une sécurité renforcée pour tous les participants de notre manifestation et pour le risque accru d’interdiction d’une manifestation extérieure.

Or, après les événements de janvier et ceux de Copenhague, il faut absolument que se tiennent ces assises, pour trois raisons.

Tout d’abord, il n’est pas pensable que, seuls en France, nous n’ayons pas le droit d’exprimer nos inquiétudes, notre solidarité avec les victimes des attentats, tous ensemble, à l’heure où des millions de personnes ont pu défiler le 11 janvier avec des caricatures de Mahomet à la main et où, quelques jours plus tard, des salafistes distribuaient gratuitement place d’Italie le livre qui inspire les djihadistes et les terroristes, le coran.

Ensuite, il n’est pas pensable que nous ne puissions pas, nous aussi, chercher à comprendre ce qui se passe et analyser la situation au moment où se réalise ce que nous craignions depuis des années, l’application à la lettre des textes islamiques sur notre sol, malgré les cris d’alarme que nous poussons depuis près de 8 ans, cris qui nous ont valu moult anathèmes, condamnations et menaces. Les menaces contre nos libertés fondamentales se font de plus en plus vives et pressantes, à la fois par les djihadistes décidés à imposer partout la loi d’Allah et par tous ceux qui cherchent à faire la même chose à coups de politiquement correct, de censure, de mort sociale, de menaces, et d’interdictions du débat.

Enfin, il n’est pas pensable que, devant l’omerta des medias traditionnels, il n’y ait pas un lieu où les medias alternatifs, baptisés “presse de réinformation” ne puissent pas se retrouver et donner eux aussi les informations et analyses qui sont les leurs.

Nous avons donc décidé de louer une grande salle qui vous permettra, de 9h30 à 17h30, d’écouter des orateurs très divers, journalistes, politiques, militants associatifs, avocats, spécialistes des medias, écrivains… étrangers et français. Seront abordés, à travers le thème de la liberté d’expression, le rôle des medias, les techniques du fascisme islamiste, les accommodements raisonnables qui accompagnent l’islamisation de l’Europe et que payent cher les peuples d’origine, avec notamment le retour du délit de blasphème via le “délit d’islamophobie”. Seront évidemment également envisagées, proposées et discutées des solutions politiques.

Nous vous dévoilerons peu à peu, au fil des semaines à venir, le nom des différents orateurs sollicités qui ont accepté.

Par mesure de sécurité et pour des questions pratiques, nous vous demandons de vous pré-inscrire (voir modalités ci-dessous). Il est bien que nous puissions avoir une idée du nombre de présents pour que nous puissions prévoir sandwichs et boissons en nombre suffisant lors de la coupure du déjeûner qui se fera sur place. Et nous ne souhaitons pas exposer les loueurs de salle à des menaces, injures et dégradations comme ce fut le cas les semaines précédent les manifestations pour l’espace Charenton pour les Assises de 2010 et le colloque organisé par les Identitaires en mars 2011. Par ailleurs nous veillerons scrupuleusement à la sécurité de nos orateurs et spectateurs et nous prenons toutes les précautions pour cela. C’est pourquoi nous demanderons un droit d’entrée au titre de la participation aux frais. Louer une salle coûte très cher, payer des services de sécurité professionnels également, sans parler de la sono. Résistance républicaine et Riposte laïque se partageront les frais mais ils sont bien trop élevés pour que nous puissions les assumer sans votre aide. Nous vous demanderons donc de régler 10 euros pour toute inscription faite avant le premier mars et 12 à partir du premier mars jusqu’au 15.

Christine Tasin

Détails pratiques.

Vous pouvez vous inscrire de trois façons :

Par paypal, en envoyant 10 euros (jusqu’au premier mars, 12 ensuite) à resistancerepublicaine@yahoo.fr et en spécifiant bien dans la partie remarque “inscription assises 15 mars”, précisez bien les noms et prénoms des personnes inscrites et n’hésitez pas à spécifier un numéro de téléphone. Veillez à ce que votre courriel soit le bon pour envoi de l’adresse.

par chèque à l’ordre de Résistance républicaine, à envoyer à Résistance républicaine, 101 avenue du général Leclerc, 75685 Paris cedex 14 ; bien spécifier “inscription assises 15 mars” avec courriel, numéro de téléphone et les noms et prénoms des personnes inscrites… Inscription à envoyer le 5 mars au plus tard.

par carte bleue, en utilisant la rubrique “faire un don”, de Résistance républicaine (au-dessus de notre bandeau), et en spécifiant toujours de la même façon “inscription assises 15 mars” avec courriel, numéro de téléphone et les noms et prénoms des personnes inscrites…

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi