150 "étudiants" interdisent de parole Marine Le Pen : il faut dissoudre les milices fascistes

Un nouveau pas dans le terrorisme intellectuel vient d’être franchi. Et que dis-je ? Ce terrorisme n’est plus intellectuel, mais passe à l’acte !
En effet, Marine Le Pen devait participer mardi dernier à une conférence organisée par Dauphine discussion débat (DDD), une association étudiante apolitique de l’université Dauphine de Paris, qui invite tour à tour des personnalités politiques et en particulier les candidats à l’élection présidentielle.
http://www.dauphinedebat.fr/
Sous la pression de mouvements de gauche (Unef, MJS, UEJF, SOS-Racisme, etc.), le président de l’association a été obligé d’annuler la réunion.
http://www.rue89.com/2011/12/06/marine-le-pen-interdite-de-sejour-luniversite-paris-dauphine-227291
Les réactions des étudiants face à ce coup de force :
– Nadir : « Je suis déçu. J’étais venu ici pour écouter. On écoute puis on argumente. Là, ils descendent au niveau de Le Pen et ils tuent la réputation de Dauphine. »
– Paul, membre de l’Unef : « Je trouve l’effort de manifestation positif, mais j’aurais aimé que le débat ait lieu. »
– Grégoire de Rugy, président de DDD : « Ils ont cassé du matériel. […] Là, c’était la phrase de Robespierre : ‘Pas de liberté pour les ennemis de la liberté’ [la citation est en fait de Saint-Just, proche de Robespierre, ndlr]. Ce n’est pas acceptable. »
Oui, c’est totalement inacceptable, et même sur Rue89, les internautes qui réagissent sont très majoritairement scandalisés.
Marine Le Pen demande la dissolution de ces associations de gauche qui l’ont empêchée de parler librement.
http://rutube.ru/tracks/5083021.html
Je suis parfaitement d’accord avec elle. Il ne s’agit plus de manifestations légales, mais d’un véritable terrorisme intérieur qui nous rappelle les groupuscules fascistes des années 30, dissous à juste titre.
La balle est dans le camp du ministre de l’Intérieur. Laissera-t-il des milices agir impunément sur notre territoire pour empêcher le débat démocratique et décider de qui a le droit d’user de la liberté d’expression en France ? Où ce fascisme habillé d’oripeaux de gauche s’arrêtera-t-il ?
Nos valeurs républicaines sont en danger, et aujourd’hui force est de constater qu’elles sont bien plus bafouées par certains qui se revendiquent de la gauche ou de l’extrême-gauche que de tout autre mouvement politique.
Djamila GERARD

image_pdf
0
0