Hollande inaugure le Monument des Fraternisations

Publié le 18 décembre 2015 - par - 7 commentaires - 1 347 vues
Traduire la page en :

 

 

 

2110184373_B977359426Z.1_20151217131149_000_GSA5R3O7A.2-0

“Joyeux Noël” ! Ainsi Christian Carion avait-il titré le film qu’il avait réalisé en 2005 pour célébrer un aspect de la guerre de 14-18  souvent ignoré,  la fraternisation entre soldats allemands et français un soir de 24 décembre 1914, le premier Noël que passaient les soldats dans les tranchées.

Spielberg, pourtant toujours prompt à exalter le patriotisme, le super héros, le courage guerrier, dans son film Cheval de Guerre  avait réalisé une scène  dans laquelle on voit un soldat allemand et un soldat britannique franchir leur ligne respective et unir leurs efforts pour sauver un cheval pris dans les barbelés du no man’s land. La scène, si elle n’est pas réelle,  est tout à fait plausible. De tels mouvements de fraternisation ont bien eu lieu. Et on ne peut que se réjouir quand, même au milieu de la pire des guerres, les soldats ne perdent pas leur humanité.

C’est cet aspect de la Grande Guerre que François Hollande, tenant benoîtement un enfant dans chaque main , et Xavier Bertrand ont commémoré hier 17 décembre, lors de l’inauguration du Monument des Fraternisations érigé à Neuville Saint Vaast entre des cimetières français et britannique.

Pensez donc! Un monument des Fraternisations! Il eût été dommage de laisser passer si belle occasion de montrer le Front Républicain uni comme de jeunes mariés et d’établir le parallèle avec la fraternisation qu’avaient montrée les soldats de camps ennemis au début de la Première Guerre Mondiale.

Mais il y aurait des choses à objecter  à cette vison de l’Histoire tout autant qu’à cette union opportuniste :

Sur le plan historique d’abord.

Car enfin, les trêves sont propres à toutes les guerres, la Grande Guerre comme les autres. Et ces manifestations sont loin d’en constituer l’essentiel. Elles ont surtout eu lieu au début du conflit quand on croyait encore de part et d’autre que celui-ci ne durerait pas. Il serait faux de faire croire que ces attitudes de fraternisation, aussi réelles ont-elles été,  représentaient le quotidien des tranchées et  la mentalité de l’époque dans les camps respectifs.

Dans l’abondante correspondance des Poilus qui nous est restée, on ne trouve pas spécialement trace d’un désir dominant de copiner avec l’ennemi.  S’il y a eu de la lassitude, des mutineries, des désertions comme en tout conflit, les soldats ont accepté la guerre, voire s’y sont résigné, mais en tout cas, ont fait preuve de patriotisme jusqu’au bout.  La nécessité de défendre la patrie a toujours été là malgré la lassitude et les déceptions que procuraient la longueur et la dureté des combats et, souvent aussi, l’attitude de l’arrière.

Ensuite, en ce qu’elle révèle des orientations idéologiques de notre enseignement. En effet, ces manifestations ont aujourd’hui trouvé place dans les manuels d’histoire de nos enfants, ce qui réjouit le cinéaste Christian Carion.  En soi, cela n’a rien de scandaleux. En revanche, cela  devient carrément suspect quand on met le projecteur sur ce type de manifestations alors qu’on gomme  par ailleurs l’histoire événementielle et militaire. Du coup, l’événement mis en lumière,  prend une place disproportionnée qui est loin de représenter la réalité.  Il s’agit là,  au mieux d’un anachronisme qui enseigne un événement passé avec la sensibilité du présent, au pire d’un révisionnisme historique dont hélas, les soviétiques ou les maoistes n’ont pas le triste monopole, avec  en filigrane, le déni  du patriotisme.

C’est encore là un  signe de plus de la faillite de l’enseignement de l’Histoire qui est construit sur de l’émotionnel plutôt que sur des  faits et par les cinéastes plutôt que par les historiens. Car enfin, il est normal que dans un récit filmique, l’auteur aille chercher l’atypique, l’exception. Cela ne l’est plus quand il se substitue à l’enseignement proprement dit.

Enfin, sur le plan politique.

En cette période du centenaire, choisir de commémorer les trêves plutôt que le sacrifice d’une génération et  son immense patriotisme n’est certes pas anodin.

Pire.  Ce déni d’Histoire arrive au moment où notre gouvernement a déclaré officiellement que nous sommes en guerre. Or, quel message envoie-t-on? Celui de l’humanisme? Certes! Celui de l’angélisme, du pacifisme à tout crin, pourquoi pas de l’acceptation :  “better Red than dead” en quelque sorte.

D’ailleurs, les mots du cinéaste Christian Carion, le confirment: “avec ce que nous vivons aujourd’hui, cela prend une dimension particulière” dit-il à propos  de cette inauguration.

Que fera-t-on pour commémorer Verdun, une marche blanche?

Nul doute que les combattants de l’Etat Islamique y seront sensibles.

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Dorylée

Ce qui me réjouis dans cette mascarade, il faut être positif, c’est la pensée que j’ai des électeurs socialistes cocus qui avaient des hauts le cœur rien que d’entendre prononcer le nom de Sarkozy ou de Bertrand. Au premier tour des Régionales, ils se sont fait étriller pas les patriotes de Marine. Au deuxième tour, ils ont appris qu’ils n’existeraient régionalement pas pendant 6 ans et qu’ils devaient voter pour leurs vomitifs préférés. Et maintenant, on leur inflige la vue de leurs Napoléon(s) fraternisant avec BLÜCHER (Valls/Raffarin – Hollande/Bertrand). Et tous les cocus de s’interroger : ” Mais que veut dire Marine par ” UMPS ” ???) Comme dans la plus pure tradition du vaudeville, les cocus sont toujours les derniers informés.

divine

c est une honte ce type il pense que se faire voir et commémorer des morts qui les pauvres si ils revenaient et voit ou en est la France le FUSILLERAIENT sans hésiter ,ce gros nul

Lecte

Photo du Hollande ridicule
un chef de guerre , actuellement “” en guerre”” , vantant la non-combativité ,
la fraternisation avec l’ennemi !

quelques gosses des écoles ont été rameutés de force


quelques pourris locaux du PS et UMP-PR

Encore une journée à 1 million d’Euros

par derrière des centaines de flics gendarmes
pour protéger ses fesses au lieu de traquer l’ennemi

Enfin , outre le gaspillage de nos impôts
c’est une FALSIFICATION DE L’HISTOIRE
ces épisodes représentent un millionième de l’histoire de
14-18
on voit bien le sens de malfaisance , de tromperie ,de fausseté

ET UNE INSULTE A CEUX DES POILUS QUI SE SONT BATTUS

André Léo

La guerre de 14-18 fut une inconcevable boucherie. La stratégie imbécile et scélérate de l’incompétent Joffre sera la cause du massacre de deux millions de Français lors des 2 premières années de guerre. La “stratégie de l’offensive à outrance” de Joffre envoyait à l’abattoir les combattants français avançant en rangs serrés face aux mitrailleuses allemandes et les Poilus tombaient sans avoir aperçu l’ennemi!
Alors, la “fraternisation” lors de Noël entre quelques dizaines de soldats…Dès que l’ordre d’offensive était donné, la loi de la guerre s’appliquait à nouveau : tuer ou être tué.
La hollandie manipulatrice, confusionnelle et pleurnicharde fait son miel avec le sang de nos Poilus, comme avec le sang et les larmes des morts du 13 novembre. Tout est normal!

MARY

Mais qu’est-ce que c’est que cette mascarade? Ils commémorent la fraternisation avec l’ennemi comme si cela avait joué un rôle dans le déroulement ou même dans l’issue de la guerre? Vous avez raison c’est vraiment suspect mais c’est dans la continuité de leur politique d’islamisation de la France. Plus de fraternisation avec l’occupant, avec les musulmans.

Josette Gazu

Pas la peine d’en construire un pour la fraternisation franco-algérienne: depuis 1962, c’est constamment que nos dirigeants célèbrent l’entente avec les “frères” maghrébins.

Trencavel

Superbe article, excellente et pertinente analyse, contextuelle au niveau du passé et du présent, de cette commémoration malvenue.

Lire Aussi