19 mars : la commémoration de la honte

Publié le 12 mars 2016 - par - 6 commentaires - 1 770 vues
Share

19mars1962« La mémoire n’est pas seulement un devoir, c’est aussi une quête » (Commandant Hélie de Saint-Marc –  » Les champs de braises « ).

Dans quelques jours, les ennemis de la France commémoreront dans la honte et le déshonneur, les « accords d’Evian » du 19 mars 1962. Pour eux, cette date funeste représente la « victoire » du FLN – leur allié d’alors – sur « l’odieux colonialiste »… sans la moindre pensée pour ces milliers de jeunes soldats, d’Européens et de musulmans assassinés tout au long de ces huit années de guerre.            

« Je consens que mon frère est mort ; c’est la loi commune. Ce qui me révolte, c’est l’arrogance de ses assassins », écrivait Christopher Marlowe dans « Edouard II ».

Ce qui me révolte, c’est cette arrogance despotique qu’affiche, depuis 60 ans, ce milieu gauchisant représentant l’anti-France, pour qui la colonisation française ne fut qu’« agression » et « souffrance » envers les « pauvres musulmans marchant à coups de trique » (sic). C’est proprement odieux !       Alors que les meilleurs soldats que la France ait jamais eus tombaient chaque jour dans cette sordide guerre et au moment même où leur sacrifice lui permettait de relever la tête et d’émerger d’une longue série de défaites, cette intelligentsia gauchiste – qui de tout temps a pris le parti de l’étranger – n’eut de cesse de soutenir la cause des écorcheurs du FLN. Ce sont ces mêmes souteneurs que l’on retrouve aujourd’hui sous la bannière NPA, PC, Verts, CGT, FNACA… flanqués de leurs satellites « humanistes » champions des « droits de l’homme ».

Les âmes chagrines disent que la conscience se révolte au spectacle de certains crimes. Les images qui représentent les milliers d’hommes égorgés, les visages mutilés au couteau, les enfants déchiquetés par les bombes, les femmes violées puis éventrées, reculent les limites assignées à l’horreur. Cependant, ces atrocités, répliques de tant d’autres commises déjà en Indochine, ne révoltent pas les consciences contre les criminels, mais contre les victimes. Ces milliers d’innocents versés dans la mort servent à apitoyer le monde sur le sort des bourreaux. Le réflexe n’est pas l’indignation devant la sauvagerie du crime, mais la compassion envers les assassins à qui l’on trouve toujours une excuse à leur acte « désespéré »… Et si les survivants excédés ou terrorisés prennent les armes pour sauver leur vie, dans un geste de défense aussi vieux que les âges, ils soulèvent contre eux l’unanimité des censeurs.

La honte ne se raconte pas : elle s’encaisse !

José CASTANO

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Dorylée

Ceux qui ont décidé de cette date de commémoration sont indignes des places qu’ils ont occupées ou occupent encore !!! Et les victimes des massacres de juillet 1962 ? Elles comptent pour du beurre ? C’est dégueulasse ! Lequel de ces tristes sires ira se faire sodomiser cette année à Alger pour fêter cette date glorieuse ??? La vie du peuple ne vaut pas cher entre les mains de ces scélérats.
https://www.bing.com/images/search?q=massacre+d'oran+juillet+1962&qpvt=massacre+d%27oran+juillet+1962&qpvt=massacre+d%27oran+juillet+1962&FORM=IGRE

Josette Gazu

Tous les Pieds-Noirs que j’ai lus ou entendus ont vécu les attentats parisiens comme une terrible piqure de rappel du 19 mars 1954.
Et si RL lançait le mot d’ordre de cette commémoration: « Nous sommes tous des Pieds-Noirs »?

BALT

La colonisation a permis de sortir l’Algérie de la nuit noire dans laquelle elle était plongée..Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelait Barbarie( les figues de Barbarie ).

JACOU

Témoignage soldat français séquestré par le FLN
https://www.youtube.com/watch?v=uyA_etY6uss

Patriote

Et oui, étant petit-enfant de pied-noir mon grand-père m’a toujours parlé de la guerre d’Algérie comme un traumatisme pour les Français, imaginez si demain le sud de la France est envahi, les gauchos diront l’Hérault aux Arabes ? Je suis pour la supprésion des rues du 19 Mars 1962 dans toutes les villes

La,chienlit non merci

« L’algérie aux algériens ! » « Oui, bravo ! » se met à crier la dictature de la « bien pensance ».
« La France aux Français ! » « Ouuuuh! Sales fachos ! Sales racistes » se met à hurler la dictature de la « bien pensance ».
Je n’ai pu m’empêcher de mettre des majuscules pour certains mots, pas pour d’autres. J’ai bien connu cette ancienne province ottomane à la fin des années 50 et au début des années 60. Sans parler de nombreux tristes tableaux…
J’espère que Madame la Ministre ne m’en voudra pas pour l’orthographe.