1er Mai, la nouvelle fête de la milice d’État antifa !

Ce 1er Mai tout le monde s’est bien marré à Paris ! Sauf les commerçants dont les magasins ont été saccagés et pillés avec une méthode qui force le respect. Méthode facilitée par des forces de l’ordre que j’ai trouvées d’une mollesse obligée remarquable ! C’est vrai que si des patriotes avaient commis le quart des dégâts occasionnés en ce joli jour de mai, plusieurs d’entre eux se seraient retrouvés à l’hôpital et au gnouf ! Pourtant, ils en ont pris de tous les côtés, les hommes et les femmes en bleu. Mais ils sont à ce point sous emprise qu’ils ne daignent pas se défendre, au risque de leur vie, quand on le leur interdit. Ils n’étaient pas si timides jadis, avec les authentiques Gilets jaunes, dont je me revendique pour ma part. J’ai même filmé un policier un genou à terre avec son LBD – c’était la première fois ! –, pour ne pas trop blesser, sans doute, ces petits bambins extrémistes s’ébrouant dans les rues de Paris !



Ce qui était délectable, dans cette manifestation parisienne, c’était la convergence des haines de la part d’une horde déracinée et pourrie gâtée. Ainsi, depuis les mangeurs de viande, l’école ou l’Histoire de France, etc., tout passait au rouleur-compresseur de leur désir fanatique d’éradication de la moindre divergence d’avec leur idéologie fourre-tout. Dans leur entreprise, ils étaient même aidés cette fois par des Allemands et des Belges – que j’ai pu identifier en les entendant parler – venus en goguette à Paname. D’authentiques petits Européens venus célébrer la victoire de Macron, dont ils sont les affidés. Question casse, tout y passait, même les entrées d’immeuble.



Loin derrière cette destruction méthodique, de laquelle il fallait s’approcher avec beaucoup de prudence – parce que les Antifas ont eux aussi un service d’ordre, ultra-violent, comme certains l’ont constaté à leurs dépens –, il y avait les syndicats qui ne bougeaient pas. Toutefois, une certaine lucidité planait dans le cortège, où l’on savait bien que le chaos était organisé par des petits bourgeois en mal de repères – comme nous expliquent gentiment les sociologues bienveillants à leur égard et biberonnés à la doxa de Pierre Bourdieu. C’est pour ça que c’est idiot d’écrire : « Un riche, une balle. » Parce que, dans ce cas, et pour être en parfait accord avec leurs principes, ils devraient se tirer une bastos dans le caisson !



Question slogans – toujours impeccablement orthographiés, ce qui montre bien que leurs auteurs sont éduqués et ne vivent pas dans une tente sous un pont ! –, j’en ai un qui leur irait comme un gant : « Détruire pour jouir ! » Tellement ça les excitait de ravager tout sur leur passage, dimanche.

Les médias du pouvoir étaient quant à eux à la noce, avec tout plein d’images dont ils raffolent pour démontrer par A+B que seul le Sauveur Macron peut les protéger de ce bordel, qu’il a tout de même facilité en ordonnant de laisser faire – l’inaction des policiers l’attestait. Des médias protégés par des nervis à qui il faut régulièrement faire comprendre qu’ils ne sont pas dans la toute-puissance. Je sens que je vais reprendre mon « matos pédagogique » à destination des malpolis dans les manifs, moi !

Maintenant, je vais vous faire un aveu : j’ai eu souvent la trouille, comme rarement depuis bientôt quatre ans que je vais aux manifestations parisiennes. Parce qu’il ne rigolait pas le cheptel d’ultra-gauche ; ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir. À moins que les nôtres, bien plus aguerris physiquement, prennent leur courage à deux mains et décident d’entrer dans la danse.



En attendant, j’ai eu la nausée en voyant des fruits balancés sur les uniformes, à l’heure où des parents se demandent comment ils vont nourrir convenablement leurs gosses. De tout ça, ces nihilistes n’ont cure, eux qui considèrent que la loi du plus fort est toujours la meilleure, comme frapper un pompier. Non seulement ce geste est immonde mais en plus elle l’a accompli en qualité de secouriste – plus communément appelés médics –, c’est-à-dire quelqu’un censé soigner sans prendre parti. Bravo !



Et ils ont des goûts de luxe, en plus ! C’est ainsi qu’ils ont pillé un magasin bio, sortant les bras chargés de victuailles en s’empiffrant comme des cochons rougiraient de le faire. Dégueulasse, c’est le mot qui me vient à l’esprit…

Enfin, comme l’a dit un de mes copains sur place, et qui a voté Marine, bravo tout de même à ce petit monde d’oser défiler contre celui pour qui ils ont voté ! Moi je dis que c’est soit de la schizophrénie, soit de la connerie à un stade très avancé !

Macron doit jubiler, lui qui chérit la division comme le ciment de son règne obscur. Sinon, lors de cette journée de cristal ultra-gauchiste, les antisionistes étaient de sortie ; tout se tient !

Charles Demassieux

(Photos & vidéos : Charles Demassieux pour Riposte laïque)

image_pdfimage_print
14

8 Commentaires

  1. l’avantage de macron-melenchon c’est qu’ils ont un plan qu’ils appliquent, l’opposition de droite joue, elle, à la défensive parce qu’elle n’arrive pas à prévoir les frasques à venir de ceux qui jouent au plus fort ; c’est quasi militaire.

  2. la France de macron continue de s’enfoncer dans son caca,a Paris ils ont votés pour lui je ne les plains pas,plus y a de casses a Paris pour moi mieux c’est ! j’attend quand macron mettra sa retraite a 65 ans via le 49.3…! la ca va chauffer.

  3. tous ceux qui ont appelé à voter macron sont descendus dans la rue! quel hypocrites, et mlp qui croit qu’à elle seule elle pourra en triompher… on verra bien !

    • exactement, d’ailleurs une personne, une femme, qui fait partie de cette gauche violente et criminel, a osé revendiqué que c’était eux pour l’incendie de Notre Dame! mais je ne sais pas son nom, une étudiante je crois…..

  4. Et le pire de tous c’est le moustachu Martinez de la CGT qui est copain comme cochon avec Macron ils s’arrangent bien tous les deux,j’appel à voter pour toi et surtout ne m’oublis pas pendant les 5 ans à venir.

  5. Ça ressemble de plus en plus à la Seconde République espagnole… vous devinez la suite ?

Les commentaires sont fermés.