20 euros par jour, sur les chantiers, au noir, et encore si l’employeur veut payer…

Publié le 10 octobre 2011 - par - 699 vues
Traduire la page en :

“20 euros par jour sur les chantiers, au noir. Et encore quand l’employeur veut
bien nous payer”
Les principaux responsables du Parti Socialiste, candidats à la candidature, ont eu à répondre, lors du deuxième débat des primaires, à la question de ” la régularisation des sans papiers.” Tous, à quelques nuances plus ou moins “généreuse” (Montebourg) près, ont expliqué qu’ ils étaient favorables à une régularisation au cas par cas sur la base de critères. Et d’évoquer de manière très superficielle comme critères: le temps passé en France, la vie de famille, le fait d’avoir des enfants et bien sûr d’avoir un travail.

On notera que cette énumération reprend les critères listés déjà dans la circulaire du 24 novembre 2009 et la loi du 7 septembre 2011, qui servent de référence aux mesures de régularisation actuelles en omettant toutefois “la compréhension de la langue française” et le qualificatif “déclaré” accolé au mot ” travail”. Aucun n’a estimé nécessaire de rappeler que le fait pour un étranger de séjourner sur le territoire national de manière irrégulière constitue un délit ni qu’il a “vocation à être reconduit à la frontière”

Aucun n’a posé la question de comment mettre un terme, ou pour le moins de limiter
l’entrée d’immigrants clandestins.
Aucun n’a évoqué le problème posé par ceux qui les emploient.
Pour nos responsables du Parti Socialiste il y a en France des étrangers clandestins. Point.
Tiens, en voilà! Makrem, Kamel, et quelques une de leurs amis sont venus de Tunisie, de Nabeul, pour gagner de l’argent pour la famille restée au bled disent-ils. Ils sont entrés en France clandestinement. Depuis ils sont des étrangers en situation irrégulière, ou, selon le politiquement correct imposé par l’idéologie prétendument de gauche,”des sans-papiers”. Ils se sont arrêtés à La Seyne sur Mer, vraisemblablement parce qu’ils y avaient des contacts ou des connaissances. Ils y fréquentent tout naturellement la communauté originaire du Maghreb
“Du travail on en a , mais pour 20 € par jour sur des chantiers au noir. Et encore quand notre employeur veut bien nous payer”. La nuit, ils sont généralement “parqués” dans des logements de “fonction” en changeant régulièrement au gré de leurs nouveaux employeurs.(Var Matin du 28 septembre 2011).

“20 euros par jour. Et encore quand notre employeur veut bien nous payer”!
Mesdames et messieurs les candidats du parti socialiste comment pouvez-vous accepter que des centaines et des centaines de milliers d’immigrés clandestins, en provenance du Maghreb et de Turquie notamment, soient l’objet d’une telle exploitation de la part d’employeurs hors la loi et sans scrupules dans notre pays.
Comment pouvez-vous ne pas dénoncer cette situation!
Comment pouvez-vous ne pas annoncer que lorsque vous serez élu(e) Président(e) vous ferez le nécessaire pour empêcher l’entrée de clandestins prêts à vendre leur force de travail à n’importe quel prix, prêts à accepter les pires conditions de vie?
Comment pouvez-vous ne pas annoncer que vous allez, dès aujourd’hui, faire la chasse aux véritables esclavagistes, aisément repérables, qui les emploient dans les Régions et Départements que vous dirigez, éradication que vous mènerez à son terme une fois élu à la Présidence de la République?
Le mot “socialiste” n’a t-il pas d’autre signification pour vous que la simple dénomination d’un parti dans le paysage politique?

Jean Théron

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi