200 prieurs musulmans de la Goutte d'Or humilient Guéant et la République laïque

Cette fois, on allait voir ce qu’on allait voir. Le ministre de l’Intérieur l’avait annoncé, de manière péremptoire. A partir du 15 septembre, minuit, plus aucune prière musulmane ne serait tolérée sur le territoire français.

http://www.dailymotion.com/video/xl3qba_c-gueant-la-fin-des-prieres-de-rue_news

Remarquons d’abord la volonté de minimiser l’ampleur du phénomène, de la part du ministre de l’Intérieur. Alors que Maxime Lépante a multiplié les reportages, montrant que le phénomène dépasse le simple 18e arrondissement parisien, et qu’il existe dans une quinzaine de villes françaises, Claude Guéant le cantonne à Paris, Marseille et à Nice. Ah bon ? Il ne se passe rien à Toulouse ? Rien à Montreuil ? Rien à Clichy ? Rien à Roubaix ? Rien à Toulouse ? Rien dans une quinzaine de communes identifiées ? Le seul fait de minimiser ainsi l’ampleur du phénomène n’inspirait rien de bon. Mais on pouvait pense quand même que quand un ministre de l’Intérieur de la cinquième puissance du monde met son autorité en jeu, il se donne les moyens d’être respecté. Quand des syndicalistes violent les lois de la République, le moins qu’on puisse dire est que la répression est souvent féroce. Quand des islamistes font de même, il ne se passe rien !

En effet, nous apprenons avec consternation, mais sans surprise, que 200 prieurs musulmans, malgré les coups de semonce du ministre de l’Intérieur, ont, une nouvelle fois, bravé la loi, et imposé, rue Polenceau, leurs prières illégales, sans qu’aucune force de l’ordre ne soit visible dans le quartier !

http://www.bivouac-id.com/billets/malgre-linterdiction-200-musulmans-prient-dans-une-rue-de-la-goutte-dor/

Que dire de Gennevilliers, où cet après-midi, ce sont près de 300 musulmans qui ont lancé un défi au gouvernement ?

http://www.dailymotion.com/video/xl4rab_gennevilliers-appel-a-la-priere-de-rue_news#from=embed

[dailymotion xl4rab]

Il y a deux façons de traiter une telle information. On peut faire confiance à la presse bobo du type Nouvel Observateur ou Libération, pour se moquer du ministre de l’Intérieur, amalgamé au Front national, pour expliquer que ce dernier était prêt à mettre la France à feu et à sang pour 200 malheureux prieurs, et qu’il y avait d’autres urgences. On a déjà entendu cette copie relativiste à l’occasion de la loi sur le voile intégral, ou de la loi contre les signes religieux à l’école.

Nous n’aurons pas cette lecture. Parce que nous pensons que le rue Myrha est un enjeu symbolique de la guerre République-Islam, nous affirmons qu’un ministre de l’Intérieur n’avait pas le droit de perdre, ne fut-ce qu’une semaine, ce bras-de-fer. Un seul prieur musulman dans le quartier de la Goutte d’Or, c’était un prieur de trop.

https://ripostelaique.com/rue-myrha-castanet-tolosan-nouveaux-episodes-de-la-guerre-republique-islam.html

Pour autant, le fait que le nombre de prieurs passe, en une semaine, de plusieurs milliers à deux cents montre la responsabilité écrasante des autorités de ce pays, depuis plusieurs années, à commencer par le maire, Daniel Vaillant. Jusqu’au bout, ce dernier a soutenu les délinquants musulmans, osant dire, de manière mensongère, que jamais, dans le 18e arrondissement, ne s’était plaint de l’occupation de la rue ! Daniel Vaillant devrait être relevé de ses fonctions de maire, pour violation des principes laïques. Que dire du préfet, et des différents ministres de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie et Brice Hortefeux ? Qu’ont-ils fait, depuis 2007, pour mettre fin à ce scandale ? Que dire de toutes les partis de gauche, PS, PCF, PG, Verts, PRG, aux abonnés absents durant des années ? Que penser des associations dites laïques, Libre Pensée, Ufal, Grand Orient de France, d’un silence assourdissant ? Que dire de la donneuse de leçons Fourest, capable de glapir contre les assises sur l’islamisation de nos pays, le 18 décembre 2010, mais aux abonnées absentes sur ce dossier ? S’il n’y avait pas eu l’action exemplaire de Maxime Lépante, relayé par Riposte Laïque, puis, à partir de décembre, par Marine Le Pen, les islamistes de la rue Myrha continueraient à défier les lois de la République, en toute impunité ! Faut-il rappeler que c’est à cause de ce combat que la LDH, soutenue par le Mrap, la Licra et le CCIF (islamistes) ose poursuivre devant les tribunaux (procès le 3 février 2012) Riposte Laïque, via Pascal Hilout et Pierre Cassen, pour asphyxier financièrement un journal qu’ils veulent faire taire à jamais !

Pour Marseille, tout s’est joué dans la précipitation. Jeudi soir, la Préfecture communiquait : « Le préfet des Bouches-du-Rhône a, ce matin, repris l’attache du Conseil régional du culte musulman et de la Ville. Cette dernière a accepté de mettre à disposition des associations cultuelles concernées, un espace de 1000m² situé à proximité de la Porte d’Aix (l’ancien marché Velten). Cette mise à disposition sera provisoire et devra permettre à ces associations de rechercher des solutions pérennes. »

http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/polemique-autour-dune-salle-de-priere

« Solution » tout à fait approuvée par le maire UMP Jean-Claude Gaudin, qui n’hésite pas à déclarer : « Il faut faire propre, il faut installer des toilettes, mettre des lavabos, et ça c’est l’ État qui le paiera. »

http://www.europe1.fr/France/Fin-des-prieres-de-rue-a-Marseille-721635/

On voit donc que pour le maire de Marseille, le principe de laïcité compte peu : l’ État doit raquer pour fournir une mosquée provisoire aux musulmans !

Mais ce c’est pas mieux du côté de l’opposition socialiste, puisque le maire PS du secteur Patrick Mennucci déclare : « Je suis stupéfait. Cette salle n’est pas disponible. Il y a un engagement entre la Ville et l’État pour faire le centre social Belsunce. 10 M€ doivent être investis, de l’argent Anru qui sera perdu s’il n’est pas utilisé avant le 31 décembre 2013. Puis, l’endroit est un cloaque. Il va falloir près de 500 000€ pour le retaper. Je ne donnerai pas mon accord. Je peux essayer de prêter le gymnase du dessus pour la prière du vendredi mais l’ancien marché Velten, c’est impossible. »

Il a raison sur un point. L’ancien marché Velten est un est un véritable taudis : plafond qui s’écroule, détritus par terre, etc. Mais ce qui est extraordinaire, c’est qu’on discute du lieu public à « donner » aux prieurs de rue et non du principe de laïcité – et même des lois françaises – qui interdit de tels pratiques. La polémique politique devient un concours de dhimmitude. Résultat des courses : ce vendredi après-midi, des dizaines de musulmans sont venus comme d’habitude rue des Recolettes dans le quartier de Belsunce à Marseille, avec cartons ou tapis de prières sous le bras, pour prier dans la rue comme à leur habitude.

Une centaine de fidèles musulmans a également prié  en début d’après-midi sur un trottoir attenant à la mosquée du centre-ville de Nice, malgré une interdiction que le ministre de l’Intérieur. Cette fois, par la voix du nommé Razzouk Abdelhamidle président de l’association Al-Baraka, qui gère la mosquée installée rue de Suisse,  ces braves gens exigent de louer le local attenant à la mosquée et qui appartient à la mairie, dans le cadre d’un bail emphytéotique ce qui leur donnerait 80 m2 s
upplémentaires !

Finalement, plus on veut négocier avec eux, plus ils prennent plaisir à humilier leurs interlocuteurs. La République n’a même pas à leur fournir des locaux, car c’est rentrer dans un processus dangereux, où l’ État subit la loi des maitre-chanteurs : si vous ne nous fournissez pas de locaux, nous prierons dans les rues ! Quand donc aurons-nous des autorités qui utiliseront le seul langage qu’ils comprennent : la force ! Le seul discours à tenir est le suivant : vous vivez en France, vous faites le choix de vivre dans une République laïque. Si vous n’avez pas de mosquée, rien ne vous empêche de prier chez vous, c’est ce que font les femmes. Si vous imposez vos prières, vous êtes un délinquant, vous n’avez pas votre place dans ce pays, y compris si vous êtes français, et on va vous envoyer dans un pays musulman. Voilà le langage qu’attendent les électeurs de ce pays, qui en ont marre des provocations incessantes et des revendications permanentes de ces fanatiques qui veulent nous imposer leur religion moyenâgeuse !

Magnanimes, nous avons envie de donner une dernière chance à Claude Guéant. Il ne peut permettre, deux semaines de suite, de voir la République laïque humiliée par des fanatiques qui ne comprennent que le rapport de forces. Ne pas avoir envoyé de forces de l’ordre, rue Polenceau, est une faute. Ne pas se donner les moyens, durant une semaine, de recenser tous les endroits de France et de Navarre où les disciples du prophète osent violer l’espace publique (qui dépasse largement trois villes de France), et les embarquer dans le panier à salade, serait faire le terrible aveu qu’en 2011, en dehors des effets d’annonces, ce gouvernement n’a plus les moyens de faire respecter ses lois, ou bien se refuse à se les donner.

Dans ce cas là, il faut changer de gouvernement, au plus vite.

Lucette Jeanpierre

image_pdf
0
0