2008 : une année en or pour les laïques et les féministes

Publié le 9 janvier 2008 - par
Share

Si on le veut bien. Si on s’en donne les moyens. Si on se décide d’avoir de l’imagination. Une année en or comme celle d’une médaille olympique. Parce que 2008 est d’abord une année olympique et que le sport est devenu la vitrine de nos sociétés. Le moment est venu pour les laïques et les féministes de mesurer la force symbolique du combat mené par une association féministe qui s’est donné pour nom « le COMITE ATLANTA-SYDNEY-ATHENES-PEKIN+ », marquant ainsi les étapes de son combat contre l’exclusion des femmes de certaines délégations des Jeux Olympiques sous des prétextes religieux ou culturels.

Pour être efficaces il faut savoir choisir son terrain, fût-ce un terrain de sport. Les militants anti-apartheid n’ont pas hésité à se servir de cette arme là pour faire honte à l’Afrique du Sud en obtenant son exclusion pendant 30 ans de Jeux Olympiques ! Qu’attendons-nous pour en faire de même avec les intégristes islamistes ?

Il suffit parfois d’un regard attentif

En 1992, au moment des Jeux Olympiques de Barcelone, les pays qui ne comportaient pas de femmes dans leurs délégations étaient nombreux – 35 ! Ce n’est pas rien ! Certains pratiquaient une discrimination banale, sans même en être conscients, d’autres une ségrégation institutionnalisée semblable à l’apartheid. Aujourd’hui ils ne sont plus que… 10, sans compter ceux qui comme l’Iran excluent les femmes de toutes les disciplines qui ne sont pas compatibles avec le port du voile islamique.

Globalement on pourrait dire que c’est un progrès notable à mettre au crédit du COMITE ATLANTA+, qui a finalement été pris au sérieux pas le COMITE INTERNATIONAL OLYMPIQUE. Mais le revers de la médaille c’est qu’on n’ira pas beaucoup plus loin car on touche aujourd’hui au noyau de pays « irréductibles », les pays islamiques. Pourtant ces mêmes pays, ont approuvé la Charte Olympique selon laquelle :

« Toute forme de discrimination à l’égard d’un pays ou d’une personne qu’elle soit pour des raisons raciales, religieuses, politiques, de sexe ou autres est incompatible avec l’appartenance au Mouvement Olympique ».

Reprendre l’initiative

Pourquoi ne pas nous servir de ce lieu unique qu’est le Stade Olympique pour constater et dénoncer les effets de l’intégrisme islamique ?

Pour une fois, nous ne nous contenterons pas de répondre au cas par cas à ceux qui nous imposent leur stratégie de provocation dans tout ce qui fait la vie de la cité : l’école, les universités, les centres d’apprentissages, les lieux de travail, les hôpitaux, les lieux de loisirs, les rues…Ceux-là même qui testent leur capacité d’aller toujours plus loin dans cette stratégie en passant du voile discret au voile qui enserre le cou et couvre une partie du front pour en venir à la burqa de toutes les couleurs jusqu’au noir le plus hideux , sans oublier les gants et les chaussettes!

Pour une fois nous pourrons apporter la preuve éclatante de la duplicité de ceux qui affirment que ce sont les démocraties qui en ayant une conception erronée de la laïcité excluent les femmes, ces malheureuses qui souhaitent seulement vivre leur foi.

Nous pourrons aussi répondre aux nouvelles voilées qui nous disent vouloir et pouvoir tout concilier : vie active et soumission à la tradition. Où sont passées les femmes des pays islamiques ? Les intégristes rejettent les valeurs universelles sous prétexte qu’elles sont inspirées par l’Occident mais pourquoi envoient-ils leurs athlètes hommes se produire dans un endroit qu’ils qualifient de « lieu de corruption » du fait de la présence simultanée d’hommes et de femmes ne respectant pas la tenue islamique ? Pourquoi acceptent-ils de prêter le serment olympique ? N’est-ce pas parce que le mensonge est leur ligne de conduite ?

Ils s’enferrent dans leurs contradictions

Ayant sans doute eux-mêmes conscience de la contradiction dans laquelle ils se trouvent, certains des pays concernés participent , depuis 1993, à des Jeux dits de la « Solidarité », organisés à Téhéran à l’initiative de l’Iran, et destinés exclusivement aux femmes musulmanes. Ces Jeux, qui ont lieu… tous les 4 ans (eux aussi !), sont interdits à la presse sauf lors des remises de médailles lorsque les athlètes sont vêtues de leurs longs voiles noirs.

De tels Jeux séparés apportent une double démonstration à la thèse que nous défendons : l’existence d’une ségrégation institutionnalisée qui ne « marque » que les femmes, et l’inégalité qui en résulte pour celles qui en sont les victimes. Comme le déclarait la première médaillée d’or Africaine et musulmane, la marocaine Nawal El Moutawakel :

« Chaque athlète, homme ou femme, trouve sa récompense an la réussite de son effort et dans le regard que le monde entier lui porte. Cacher la pratique du sport féminin est la meilleure façon de le tuer ».

Le racisme et le sexisme commencent par le regard

La question du vêtement n’est pas secondaire. Elle accompagne l’histoire de l’humanité. Avant d’avoir entendu la parole de l’ « autre », notre regard se porte sur son vêtement.

Le vêtement a longtemps été une façon d’établir les distinctions de classes sociale, d’âge, de sexe. Pour certains opprimés comme les femmes le vêtement dans le sens le plus extensif du terme – en incluant le corset de l’occidentale, les souliers des pieds martyrisés de la chinoise, le voile de la musulmane, les collier à anneaux de certaines ethnies africaines,… a été et demeure encore trop souvent un des instruments d’enfermement les plus banalisés.

La société humaine est construite sur des symboles, les couleurs d’un drapeau, la transmission du nom, le sens des chiffres,…

Arrêtons de faire semblant de ne pas voir l’évidence. Arrêtons de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Le voile islamique n’est pas le signe religieux. Il est un signe d’exclusion et d’infériorisation des femmes. Il est le porte drapeau des intégristes.

En rejoignant le combat d’ATANTA+ nous reprendrons l’offensive et nous nous situerons sur le terrain qui est le nôtre celui des valeurs universelles.

Contacts : w113111@club-internet.fr

annie.sugier@gmail.com

Tél : 01.45.49.04.00

Site Riposte Laïque : www.ripostelaique.com

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.