1

Les Intégristes un hors Série de Marianne « l'histoire » août septembre 2009

Tous les amis de Riposte laïque trouveront plaisir à lire cette revue consacrée Aux Intégristes. Sur la couverture, en accompagnement du titre et des images cette question : « Depuis 300 ans les fous de Dieu affrontent l’esprit des lumières. Pourquoi ? » Le profane trouvera un éclairage intéressant avec un approfondissement de la terminologie intégrisme, orthodoxie, fondamentalisme etc, un historique des grands moments où les intégrismes se sont développés et le pourquoi de la chose. Enfin intégristes juifs, chrétiens et musulmans sont passés au crible à égalité. Le journal s’est appuyé sur la collaboration d’une vingtaine de spécialistes. Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus du danger qui menace notre siècle et nos démocraties, cette revue ( 6€) est à lire absolument.
Chantal Crabère




Mort aux cons, de Carl Aderhold

Il y en a de plus cons que d’autres, chacun étant différent de l’autre… L’auteur ou du moins le personnage à qui il donne la parole finira par être un grand analyste, capable de les classer en catégories :
du « con sanguin, qui s’énerve pour un oui ou pour un non », au « con fraternel, celui qui vous prend en affection et ne vous lâche plus », au « con disciple, celui qui a trouvé un maître, ne jure que par lui, et n’a cesse de vous convertir à sa vision »….
Les cons étant systématiquement éliminés physiquement, au gré de ses rencontres par le héros de ce livre, je me suis interrogé devant la diversité et l’étendue de sa liste….
Je me suis quelque peu inquiété quand j’ai lu que « le con citoyen, qui trie ses ordures avec méticulosité, allant jusqu’à laver ses pots de yaourt avant de les jeter » était lui aussi dénoncé…Ma femme m’a heureusement rassuré : je ne trie pas les ordures avec zèle et si je lave les pots de yaourt c’est pour éviter les odeurs dans la poubelle à verres!ouf! J’ai eu chaud.
Au début le narrateur commence par se débarrasser des cons de son entourage puis peu à peu il va rendre service à des proches, à des camarades de travail, à une petite vieille clouée sur son lit d’hôpital , tout ceci par humanité.
J’ai ri, bien ri à la lecture de ce roman… Les 140 meurtres sont relatés, expliqués sans que le lecteur ne se lasse ni ne considère ce livre comme immoral.
Certaines disparitions m’ont même égayé, comme ces cinq docteurs en théologie, chacun représentant l’une des principales religions et cette voyante disparaissant à la suite d’une forte explosion…Oh mais là j’ai honte ou presque…
C’est une fiction récréative et non une anticipation, les cons sont trop nombreux et tout compte fait, où commence et où finit la connerie?!
Bonne lecture.
Jean-François CHALOT
« Mort aux cons »
de Carl Aderhold
le livre de poche
éditions Hachette Littératures
mars 2009
408 pages
6,95 €




Les rendez-vous féministes et laïques

Samedi 5 septembre 2009
Banquet culturel et républicain
Cormoranche en Bugey
Parti culturelle, en mémoire de la Résistance, et du Comité National de la Résistance (CNR).
Avec la participation de Gilles Perret, auteur du film « Walter et la Résistance », d’un historien, et de Walter.
Menu à 12 euros.
Inscriptions auprès de Françoise Cochard : cochard.fcpe@cegetel.net
Dimanche 6 septembre
Fête des associations de St Jean de Védas
Maurice Vidal dédicacera l’ouvrage « Les dessous du voile », à partir de 10h, à l’invitation du Cercle de Défense Laïque.
Lieu : Saint Jean de Védas (5 km de Montpellier dir. Béziers par l’ex RN 113 devenue RD 613). Parc du Terral (château du Terral). En venant de Montpellier, c’est très simple : il faut tourner à droite au 1er feu. Le Terral est bien indiqué à partir de là. Le château se trouve à un petit km tout droit, en haut de la côte. Il y a un parking.
Stand N° 49.
Vendredi 11 septembre
Organisé par le Cercle Républicain Edgar-Quinet Aristide-Briand
MOUVEMENT POUR LA PAIX ET CONTRE LE TERRORISME
Membre de l’Alliance Internationale Contre le Terrorisme
« Quelle que soit la cause que l’on défend, elle restera toujours déshonorée par le massacre aveugle d’une foule innocente … »
Albert Camus
Dans le cadre de la deuxième
Journée Internationale
Contre le Terrorisme
Sous le parrainage de Fodé Sylla
Membre du Conseil Économique et Social, Président de la Fédération Internationale SOS Racisme, ancien député européen
Rassemblement en hommage à toutes les victimes du terrorisme
à 16 h
Jardin du Luxembourg
Au pied de la Statue de la Liberté
Entrée au niveau du 7, rue Guynemer
devant la plaque apposée à la mémoire des victimes du 11 septembre
En présence de nombreuses personnalités
Malka Marcovich, Bernice Dubois, Jean-Pierre Lledo, Marlène Samoun,
Diagne Chanel, Nathalie Roussel, Eric Pierrot, Olivia Cattan,
Richard Rossin, Bertrand Lebeau, Dominique Sopo, Jacky Mamou,
Bernard-Israël Feldman, Mohamed Sifaoui, Sophie Chauveau, Marc Gallier …
Le Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme, membre de l’Alliance Internationale Contre le Terrorisme, invite l’ensemble des organisations démocratiques à s’associer à ce rassemblement et/ou à relayer la Journée Internationale en région.
A l’heure du déni, osons rappeler la réalité du terrorisme.
Informations : 06 66 26 42 23
Contact presse : 06 86 55 94 01
Mercredi 30 septembre 2009
9 h 15 – 17 h 30
Colloque La crémation, un phénomène de société ! Comité National d’Ethique du Funéraire Tarifs pour :
Bénévoles, étudiants
Particuliers +5,00 EUR
10,00 EUR
(81 Place(s))
Commander
Frais d’inscription
Etudiants et bénévoles : 10 €
Particuliers : 15 €
Chèque à l’ordre de la Société de Thanatologie
Comité National d’Éthique du Funéraire (CNEF)
17 rue Feutrier – 75018 PARIS
Tél : 01 42 62 15 05
Fax : 01 42 62 29 66
Colloque
La crémation, Un phénomène de société !
Assemblée Nationale
126, rue de l’Université
75007 PARIS
PROGRAMME
Matinée :
Histoire de la crémation et son état actuel
Jo LE LAMER
Président de la Fédération française de crémation
La crémation dans les différents religions
Jean-Paul GUETNY
Spécialiste du fait religieux, ancien directeur du « Monde des Religions »
Enjeux écologiques et économiques
Christian ROSSIGNOL
Conseilleur à la Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie (CPFM)
Après-midi :
De la prise en charge à la déresponsabilisation : quelle éthique ?
Damien LE GUAY
Philosophe
Les motivations personnelles
Cynthia MAURO
Psychologue
Les nouvelles ritualités
François MICHAUD-NÉRARD
Directeur des Services funéraires de la Ville de Paris
Christian BIOT
Prètre
Les dimensions symboliques
Dominique MEMMIE
Directrice de recherche CNRS en sociologie et science politique, Chargée de cours à l’ENS et l’EHESS
Vivre son deuil 7 rue Taylor – +33 (0) 1 42 08 11 16
Association loi 1901, sans but lucratif
Site réalisé avec Oxatis
Vendredi 2 octobre 2009
Conférence : pourquoi faut-il, en 2009 une riposte laïque ?
avec Pierre Cassen.
Strasbourg, Salle Gabriela Mistral, La Maison des Associations, 1a, Place des Orphelins
de 18h30 à 22h30.
Une dédicace du livre « Les dessous du voile » aura lieu après la conférence.
Contact : Kébir JBIL : 06 05 31 17 21
Samedi 17 octobre
De 16 h 30 à 18 h 30
Conférence à Saint-Genis-Pouilly (01)
Salle municipale de l’Allandon
A l’invitation du cercle républicain Edgar-Quinet Aristide-Briand.
Le voile intégral face au droit des femmes
avec Anne Zelensky, présidente de la Ligue du Droit des Femmes, et Annie Sugier, présidente de la Ligue du Droit International des Femmes.
A la fin de la conférence, dédicace du livre « Les dessous du voile ».
Vendredi 25 septembre à 18 h.
Vichy
La Galerie, Esplanade Napoléon III, hall des Sources.
Pourquoi faut-il en 2009 une riposte laïque ?
Avec Pierre Cassen
Samedi 26 septembre
Clermont-Ferrand
Centre associatif Jean Richepin, 21 rue Jean Richepin
Thème : Les enjeux de la mission parlementaire sur le voile intégral
Avec Pierre Cassen
Vendredi 11 décembre
a 20 h 30, à Conflans-Sainte-Honorine
Pierre Cassen présentera « Les dessous du voile », à l’invitation de la Maison des Jeunes et de la Culture.




Sélection de quelques réactions

A Pierre Cassen
Bonsoir Monsieur,
J’aimerais savoir juste ce que vous en faites des femmes qui portent le voile ou encore la burqua par conviction et par choix individuel, ne respectez vous pas leur choix?
Ryad Zemoury,
d’Alger

Cher monsieur,
Je ne respecte pas davantage leur choix que celui d’un homme qui se promènerait tout nu dans la rue, ou qui choisirait de porter librement une croix gammée. Si cet homme (ou cette femme dans votre exemple) veut se promener déguisée en Belphégor chez elle, je n’ai aucun problème, cela est sa liberté, de même si cet homme veut se mettre tout nu chez lui, dans sa cuisine, devant une courgette, et qu’il est convaincu qu’ainsi, il ira sur la Lune après la vie terrestre, grand bien lui fasse. Mais dans la rue, je ne lui reconnais pas le droit de m’agresser, par une tenue qui, outre l’impossible identification de la personne qui la porte, est pour moi une prison ambulante qui insulte les combats menés par les femmes et les hommes de ce pays pour la dignité humaine.
Cordialement,
Pierre Cassen
Merci à Benoit Drouot
Cher Monsieur,
J’ai lu sur « Riposte Laïque » (N° 98), votre excellente (et très longue) réponse à l’écrit « diffamatoire » à votre encontre d’un nommé « Sébastien ».
Il est important de ne se faire aucune illusion sur l’état psychique déplorable d’une large majorité de la population française dont « Sébastien » est, d’une certaine manière l’ « exemple ». Produits soixantehuitards d’une déplétion historique sans exemple précédent, ignorante, inculte, stupide, cette majorité se dresse sur ses petits ergots égotiques avec arrogance et « hauteur », sans se douter de servir d’exemple pour la tragédie culturelle qui se dessine devant nous. Il est important, en raccourci, de comprendre, qu’une époque qui voit son riche passé culturel se laisser assassiner par la théocratie, est un « instant » historique qui a fait table rase du Symbole. Car la richesse de la vie et ses joies sont celles des symboles et de leurs correspondances associées. Ces symboles, toujours pérennes, nous enseignent, d’abord, notre identité, puis, la cohérence dans le rationnel. Celui-ci est basé sur la recherche de la vérité dans un esprit infaillible de critiques où les données ontologiques de la Science doivent être sur le devant de la scène. C’est ainsi que l’homme apparaît et que les croyances superstitieuses disparaissent. Celui qui n’a pas compris que les valeurs profondes qui forment la culture d’une civilisation constituent le lent entichissement du terreau de l’humanité où l’homme a remplacé, progressivement, Dieu et les dieux, au nom de la recherche de la vérité, n’aura pas sa place dans l’émergence du futur. Merci de l’avoir écrit à votre façon,
Johann Soulas
Les limites du discours de Marc Blondel
Dans le journal, Information Ouvrière N° 61 du 27août au 2 décembre, on peut lire un article de Marc Blondel relatif à la burqa……
Il écrit : « Sur le fond, les libres penseurs sont pour la liberté et l’égalité des sexes, pour le respect du genre. (…) Hommes et femmes ne doivent être soumis au joug ni de l’un ni de l’autre. Mais dans le domaine privé, il n’y a pas à interdire…. »
Autrement dit, la burqa ou le tchador ne sont en aucun cas la manifestation d’un joug imposé par une secte islamique minoritaire, ni par des maris ou des grands frères machistes jusqu’à la perversion, (ben voyons !) et le domaine privé est celui de la rue, de l’école, de l’administration, de l’hôpital…où une femme peut affirmer avec arrogance son appartenance à une religion sexiste tout en se soustrayant au regard des autres, (comme en étaient contraints les lépreux au moyen âge).
Sauf votre respect Monsieur Blondel, pour moi, la sphère privée, c’est chez moi, là où je peux me balader nu, sans offenser personne !
Monsieur Blondel devrait lire ce qu’en disait dernièrement Elisabeth Badinter dans un article. Peut-être arriverait-il à se mettre un peu dans la peau de ces 50% d’hommes qui sont des femmes !
Michel Auberger
Tout d’abord mille mercis pour votre initiative de pétition
Bonjour,
Je trouve absolument hallucinant et consternant que dans la France du XXIème on en soit encore à donner autant de place à des sujets « religieux ». Ce pays est « presque sécularisé ».
Le temporel et le spirituel sont en principe séparés, (néanmoins il y a encore du progrès à faire: à quand la suppression de la messe sur france culture…?), et il se trouve qu’une minorité de gens nous pollue l’espace public avec des problématiques d’un autre âge qui n’ont strictement rien à faire ici. Mais quelle serait la situation si toutes les autres minorités étaient aussi agressives et revendicatives: les Hindous, les Juifs, les Bouddhistes, les Protestants, les Orthodoxes etc……!!!.
Si les choses continuent dans ce sens, (et ce n’est pas ce que j’ai lu récemment dans le Corriere delle Serra suite à un article paru dans le Daily Telegraph, à savoir: que la population d’obédience islamique va augmenter incontestablement et mécaniquement de 5 points en France d’ici vingt ans), j’avoue que cette fois c’est moi (et je ne suis pas le seul dans mon entourage) qui songerais sérieusement à m’établir dans des contrées un peu plus intelligente comme le Québec, le Canada ou l’Australie si les principes républicains ne sont pas fermement respectés.
Je m’étrangle encore à ce qu’on a pu entendre dans les media sur l’opportunité de créer une commission pour « réfléchir » aux moyens à mettre en oeuvre pour limiter le port de la burka, on se demande si on est bien en France: réfléchir à quoi?…on se le demande. A son interdiction?: mais diantre non; j’ai entendu Mr Coppé nous dire comme d’autres qu’il fallait faire de la « pédagogie »…on se croirait revenu du temps de Lionel Jospin sous le « règne » duquel j’entends encore son Ministre de l’Intérieur Daniel Vaillant nous dire à propos d’une agression physique musclée dans le métro qu’il s’agissait « d’incivilité »!: mais…quelle lâcheté tout çà!…Je passe sur l’imbécillité crasse et/ou l’ignoble démagogie d’une Ségolène Royal déclarant à la TV devant un aréopage de « beurs » dont la plupart (et ce n’est pas les insulter, simplement un déplorable état de fait) ne possède pas plus de 5.000 mots de vocabulaires, qu’ils sont l’avenir de la France!!!.. Il y a de quoi faire une attaque!.
Ce pays n’a que trop montré dans son Histoire récente (de la canaille de la Révolution comme disait Voltaire) au Gouvernement de Vichy dont Mr Mitterrand a osé appeler cela « une parenthèse de l’Histoire »)…, son haut niveau de capacité de lâcheté et de cruauté. A chaque fois cela nous a mené à la catastrophe: la Révolution a une République monarchiste, Vichy à une extrême droite qui n’a jamais jamais désarmé sauf sous la main de fer de Gaulle, et remise en selle sous Mitterrand aux seules fins d’asseoir son pouvoir déliquescent et emprisonner le débat public du dérèglement social de ce pays dans la terrible et stupide alternative: pour ou contre l’extrême droite.
Pour ma part je ne participerai pas à ce désastre programmé et si les choses n’évoluent pas dans le bon sens et de manière radicale je ferai certainement partie de ces français….émigrés.
En attendant merci mille fois pour tous vos efforts.
Cordialement
Jean-Luc Menet
Réponse à l’humour de Roger Heurtebise
Pour la visite de Marie, j’ai déjà prévu d’afficher de manière très ostentatoire mes opinions quant au christianisme, ainsi que mon goût prononcé pour le sexe et le vin : T-shirt, affiches, « la religion est l’opium du peuple », « dans le cochon tout est bon », etc., et bien sûr le livre « Les dessous du Vatican » bien en évidence ! On verra bien…
Pour la visite de Friedrich, j’ai déjà prévu d’afficher de manière très ostentatoire mes opinions quant au nazisme, ainsi que mon goût prononcé pour l’homosexualité et Picasso : T-shirt, affiches, « la discipline est l’opium du peuple », « Picasso et l’art régénéré », etc., et bien sûr le livre « Les dessous du Nazisme » bien en évidence ! On verra bien…
Pour la visite de Motoori (bien qu’il ne soit plus une religion d’État, le shinto n’en continue pas moins d’être présent dans toute la vie japonaise) j’ai déjà prévu d’afficher de manière très ostentatoire mes opinions quant au Shintoïsme, ainsi que mon goût prononcé pour le sexe et la saleté : T-shirt, affiches, « la religion est l’opium du peuple », « dans la saleté tout est bon », etc., et bien sûr le livre « Les dessous du Shintoïsme » bien en évidence ! On verra bien…
Il me parait évident que Marie, Friedrich, Motoori, tout comme Samira, ne verront pas de quoi il est question !!! A moins d’être chauffés à Blanc par le Roger qui aura posé des questions décidément vachement orientés au téléphone.
Alors qu’Albert Durand, lui, habitait Villeneuve les Genêts : http://thmodin.club.fr/francais/shintoindex.htm (ahah ah)
Je remarque bien que M. Heurtebise ne prend pas la peine d’énumérer différents cas de figure.
Nathan a des chances d’avoir des parents juifs, Dieter des parents calvinistes, Babo des parents animistes… Bien entendu, ils ne partagent pas forcément la religion de leur parentèle. Mais si on prend son angle de vue : si. Ou il y a de fortes chances.
Tout ça ne le dérange pas.
Et si un postulant s’appelle Adolphe ? Bah, on dirait bien que ce n’est pas ce qui est venu en tête de ses préoccupations (choisir (*) de s’appeler Adolphe, c’est plus connoté que choisir de s’appeler Samira). Samira, c’est pas uniquement Musulman, c’est arabe, non? En tout cas, c’est comme s’appeler Ginette, même pas Marie -ça, c’est plus connoté-. Des tas de gens s’appellent Ginette et ne mettent pas les pieds à l’église.
(*) on peut choisir son prénom. Soit on opte pour le suivant, le troisième… Soit on va à la Préfecture. On peut aussi choisir de mettre sur sa carte d’identité un alias « dite Susie » par exemple.
Au passage :
Purification
Propreté physique
Pour échapper aux conséquences d’un tatari imprudemment encouru, il convient de « purifier » son entourage (祓う, harau?) ou soi-même (清む, kiyomu?). Ces deux termes sont employés aussi bien pour traduire des actions banales comme « balayer, nettoyer, laver », et, de fait, il s’agit essentiellement, à l’origine, de nettoyages symboliques et d’ablutions rituelles. Dans certains cas, et notamment quand la souillure est due au contact de la mort, il convient d’observer certaines abstinences (忌み, imi?), au cours de retraites plus ou moins prolongées. Purifications et abstinences sont également recommandées à titre préventif lorsque l’on prévoit un contact inéluctable avec un kami ; la préparation d’une fête impose souvent des rites de ce genre aux participants. Ces rites immunisent en quelque sorte contre le pouvoir maléfique du kami. D’autres sont destinés, en revanche, à conférer à celui qui en use un pouvoir contraignant sur le kami. Là est peut-être l’explication du terme qui désigne, de nos jours encore, le prêtre du shinto (神主, kan-nushi?), le « maître », le « possesseur d’un kami », en d’autres termes : celui qui connaît les rites qui donnent prise sur les forces surnaturelles.
 »
Tsumi, tatari et kegare
Innombrables, les kamis sont partout, se cachant sous les formes les plus diverses, aux endroits les plus inattendus. Il convient donc de se montrer à leur égard d’une prudence extrême, d’autant que les plus petits sont parfois les plus susceptibles. Leur caractère est ambigu, comme la nature elle-même. Tous, y compris les meilleurs d’entre eux et les plus grands, possèdent un « esprit de violence », arami-tama (荒御魂, arami-tama?), qu’il faut se concilier ou neutraliser par des rites appropriés. Certains sont même dangereux dans leur principe, tels les « dieux des épidémies » ou les « dieux des insectes », prédateurs du riz. Tous peuvent vous frapper d’un tatari (祟り, tatari?). L’on a voulu donner à cette notion, aussi archaïque sans doute que le concept même de kami, une valeur morale en en faisant un châtiment, une malédiction (les dictionnaires bilingues donnent généralement ces traductions), infligés par le dieu à l’auteur d’une faute (tsumi). C’est là une conception moderne inspirée par le bouddhisme, qui a traduit par tsumi l’idée d’« action mauvaise », qui obscurcit l’entendement de l’homme et fait obstacle à l’illumination, donc au salut. Le synonyme ancien de tsumi est, en réalité, kegare (汚れ, kegare? « souillure »). Et les définitions anciennes qui en sont données ont un caractère plus physique que moral : c’est ainsi que le contact de la mort, du sang, des excréments provoque une souillure rituelle ; mais la vie en société entraînera un élargissement de cette notion de tsumi, et l’on qualifiera ainsi certaines infractions sociales (destruction d’une digue de rizières). »
http://fr.wikipedia.org/wiki/Shinto%C3%AFsme
C’est pas chiant, un locataire shintoïste ????
Signé : mes parents étaient instits laïcs, et pourtant y’avait poisson le vendredi à la cantine. En plus, moi, je devais donner l’exemple et bouffer du poisson. En ce temps là, y’avait encore des églises ou « lieux de culte » (mon cul !) où c’était marqué que les meufs n’entraient que voilées… J’ai vu ma Mamie, même pas fanatique, se foutre un mouchoir sur la tête pour aller brûler un cierge !! Transformons les églises en boite de nuit.
Lauranne Artiste
Madame,
Ni VOTRE « Marie » ni VOTRE « Friedrich » ni VOTRE « Mottori » ne m’ont appelé, et donc je n’ai guère l’habitude de m’inventer des cas d’écoles. Et j’ai bien précisé dans l’article : « Je ne voudrais pas non plus cohabiter avec des gens qui me compliqueraient la vie par des exigences « casher » ou autres à la cuisine, avec des prosélytes d’une quelconque religion ou avec des gens qui écouteraient du rap toute la journée. »
Et j’ai plus de raison de croire que Samira est musulmane, et risque de heurter mes opinions islamophobes, que votre hypothétique « Friedrich » soit néonazi, ou alors vous avez une piètre opinion des jeunes Allemands. Quand aux « Marie », il y a belle lurettes qu’elle ne portent plus de voile même pour aller et la messe. Merci tout de même de me mettre en garde contre les shintoïstes.
Bien à vous,
Roger Heurtebise
Je croyais avoir tout vu…
Je pensais avoir tout vu, y compris la burqa « standard » : il me restait un progrès à faire
Mercredi dernier, dans le bus 89, un « barbu » est monté, avec sur son ventre un petit enfant assis dans un siège ; il était accompagné de sa femme ( je suppose) vêtue d’une burqa noire ; ce qui etait assez stupéfiant, c’est que celle-ci ne possédait pas de « grillage » permettant à tout le moins à la malheureuse de voir sans être vue : la burqa était complètement opaque et la femme ne se dirigeait que guidée par son mari ; Allah lui pardonne : lorsqu’elle lui a tendu la main pour qu’il l’aide à monter, on a vu la peau de cette main, appartenant apparemment à quelqu’un de jeune…..
François Plet
Combien nous coûte le ramadan ?
Bonsoir
Puisque l’on nous serine tous azimuths que le ramadan est commencé, j’aimerais appeler l’attention de nos politiques , sur les accidents dûs au jeûne .
Ayant longtemps travaillé dans un service de réglementation sur les accidents du travail et de service , je peux vous dire qu’il est déjà parfois très difficile , de faire la distinction entre accident du travail et accident hors travail, des conditions très strictes doivent être réunies , mais lorsqu’il est prouvé que la victime a commis une faute ou s’est mise elle-même en danger , l’accident n’est pas reconnu comme un accident du travail.
Le travailleur qui suit le ramadan se met donc , à mon sens, lui-même en danger et parfois les autres en prime . Il n’a donc pas à demander qu’on lui applique la législation sur les accidents du travail, en cas de chûte d’un échaffaudage par exemple , malaises pendant le trajet , chutes dans les escaliers ……….
Cependant il faut savoir que le trou de la sécu continuera quand même de se creuser . En effet si l’accident n’est pas reconnu comme un accident du travail, il faudra bien que quelqu’un paie, et en tout état de cause, ce sera la branche maladie ( moins de prestations : pas de pension par exemple) . Sans vouloir être sordide, ce sont des dépenses qui , à mon humble avis , pourraient être évitées.
Il conviendrait donc que tous les responsables syndicaux , ils ne sont pas encore tous devenus musulmans je pense , syndicats dont les membres siègent dans les comités hygiène et sécurité s’élèvent une bonne fois pour toutes, contre cette coûtume qui n’a pas sa place dans le monde du travail (1) , mais doit rester strictement dans la sphère privée.
Cordialement
Monique Vigneau
(1) Ni à l’école d’ailleurs on sait que dans certains collèges , des graines de talibans empêchent leurs petits copains, au bord du malaise , de boire de l’eau pendant la journée. Qu’en pensent les médecins ? Y en a t il parmi les lecteurs de Riposte Laïque ?
A Pascal Hilout, au sujet de son article contre Raphaël Logier, qui défend la liberté de porter la burqa
Salut,
Excusez ma franchise mais votre article est bourré de haine et
d’intolérance , dans un pays où l’on parle souvent de la liberté
d’expression, là j’ai comme l’impression que la notion de liberté
diffère d’une personne à une autre en fonction des intérêts de
chacun.
Personnellement je ne porte pas la burka mais je respecte toute celle qui
la porte, chacun est libre de son choix du moment que cette liberté
n’altère pas celle d’autrui, je ne vois aucun problème, et monsieur
Liogier à qui je tire le chapeau a été très logique et éloquent dans
son discours, fallait ouvrir grand les oreilles pour comprendre ses propos
aussi cohérent soient-ils et ne pas porter des jugements complètement
erronés et arbitraires sur sa personne, si vous ne partagez pas la même
vision des choses que lui, vous êtes libre, mais du moins respectez la
sienne, de même pour l’islam, vous éprouvez de la haine envers cette
religion, donc logique que vous vous permettez de déverser votre venin à grand doses encore une fois vous n’avez pas le droit de changer la
conviction des gens ni de les dénigrer à tord et à travers juste parce
qu’ils ne s’habillent pas comme vous ou autres, apprenez à comprendre
avant d’étaler vos préjuges qui ne valent absolument rien face aux
propos de monsieur Liogier dignes de sagesse, ceci dit votre article est
surtout subjectif n’ayant aucun respect ni pour l’islam, ni pour Monsieur
Liogier, par conséquent, il faut vraiment être dépourvu de conscience
pour partager vos idées aussi agressives et intolérantes soient-elles.
Jessie
Chère Jessy,
J’ai démontré que les propos de M. Liogier sont tout à fait creux et je les ai cités. Pour vous en convaincre, je vous invite -ainsi que nos lecteurs- à bien relire mon article intitulé
M. Liogier et le voile intégral : un discours tout à fait creux
http://www.ripostelaique.com/M-Liogier-et-le-voile-integral-un.html
Je constate, chère Madame, que vous avez tout même bien compris que je n’ai aucun respect pour l’islam=coran+Mahomet. Et pour cause : il n’a pas de respect pour les êtres ; surtout pas pour les musulmanes.
Je suis désolé pour vous, mais je ne peux en aucun cas respecter votre choix : celui de l’islam en place et lieu de la dignité des musulmanes.
Nous sommes donc faits pour ne pas nous entendre.
Pascal Hilout
Il n’est pas que l’Islam!
Je comprend et soutien votre combat contre les islamistes radicaux qui refusent de respecter la République Laïque Française, mais la laïcité ne se divise pas.
Il m’insupporte de voir constamment des sportifs en particulier faire des signes de croix en gros plan télévisuel. Que ce soit des footballeurs entrant sur un terrain, des cyclistes franchissant la ligne d’arrivée, des athlètes divers (coureurs, sauteurs, lanceurs) beaucoup d’européens, américains et africains font des signes de croix et embrassent leurs crucifix portatifs.
Tout cela sous les objectifs complaisants des télévisions mondiales.
Je ne sais pas comment qualifier ces pratiques « magiques », mais nul ne peut nier qu’elles sont des signes ostensibles voire ostentatoires d’appartenance à une religion.
Qu’en penser vous, et comment combattre cela?
Georges Levain, laïque convaincu et excédé
Cher Georges,
Je suis comme vous, toute manifestation de croyance dans un stade est exaspérante. Pour autant, je crois qu’il faut être précis quant à leur degré.
Pour moi, ce n’est pas la même chose qu’un sportif fasse un signe furtif, qu’il consiste à embrasser une médaille, quelle qu’elle soit, à regarder le ciel, voire fasse un furtif signe de croix, et des démonstrations visibles et prosélytes de propagande religieuse.
Je trouve par exemple qu’il est impensable qu’un sportif se prosterne sur le drapeau bleu blanc rouge, dans une prière musulmane, et je dirai la même chose si un catholique se mettait à genoux, et se mettait à prier, avant un saut, ou avant de tirer un pénalty au football.
Je pense qu’il y a des signes furtifs, parfois superstitieux, et des démonstrations propagandistes, comme par exemple les prières de Ribery, avant le coup d’envoi d’un match.
Partagez-vous cette nuance ?
Cordialement,
Cyrano
Pub hallal
Bonjour,
Je viens de lire dans Aujourd’hui en France page 12 du 26/08 un article concernant la publicité halal à la TV.C’est le groupe Panzani qui est derrière. Si ce n’est pas du communautarisme qui fait fi de la laïcité !!!!
Et ils vont remettre ça pour l’Aïd, dixit l’article.
Amicalement,
F. Paré
Discrimination
Bonjour,
Je mettrai l’accent sur la discrimination sur trois niveaux:
-1-discrimination entre homme et femme
-2-discrimination entre les femmes :celles qui sont converties à La « vrai » religion (parceque la dernière avec le dernier Prophète )dont le devoir est de développer les preceptes moraux et sociaux …avec la Charia :idéologie poilitique pour l’harmonie de l’humanité et ..les autres
-3-discrimination entre les musulmanes : celes qui sont converties au « vrai » Islam ,les « vraies » croyantes, celles qui sont » fières « d’être musulmanes et contribuent à l’essort de leur religion ,les missionnaires militantes …. et les autres .(pas encore « parfaites »,pas encore « exemplaires »,pas encore »honorables »
La discrimination n’est pas défendable par les associations qui se veulent défendre « les droits de l’Homme »…LDH ,MRAP..etc
Or,la discrimination est l’argument utilisé par les défenseurs de cet Islam dont les recruteurs(enseignant, talibans) agissent comme les gouroux d’une secte.(phénomène des manipulations mentales)
Allez dire aux adeptes d’une sectes qu’ils sont soumis … ils vous répondront que c’est leur foi qu’ils sont libres et consentants et que c’est vous qui n’avez pas compris…cela ne sert qu’à renforcer leurs certitudes …ils se posent alors en victimes voire en martyrs et sont donc défendables en tant que tels.(effet recherché consciemment ou non …ça marche …c’est l’histoire de Fanny entre autres )
La discrimination est une forme de violence envers l’autre , c’est une agression, une exclusion, un apartheid…donc condamnable.
la soumision ..non ce n’est pas une violence contre l’AUTRE mais contre soi . La personne soumise est une ou la victime .Une personne soumise n’est pas consciente de sa soumission à un « chef » mais l’accepte comme quelque chose de « bien » pour elle … c’est justement ce qui lui est inculqué.Elle est rendue aveugle et sourde (manipulée) par le discours qui lui est tenu .
Le droit français condamne la violence contre l’autre mais pas contre soi … contre soi ,il est répondu c’est SA liberté…Ce serai peut être à revoir !!
Au lieu d’attaquer ces personnes ,il faudrai plutôt les aider à décrypter leur attitude de soumission( plus ou moins consciente) dans une relation d’emprise individuelle et/ou communautaire… ce ne sont pas les personnes qu’il faut condamner mais le système relationnel d’emprise , de manipulation ( voir avec les asso de defense des familles et des individus ADFI)
voila mon regard sur la question ….il est important de défendre la laïcité ,il s’agit de liberté et de respect ….mais pour cela il faut utiliser les bons arguments ,sinon c’est peine perdue.
bonne journée
Veronique
“Sursaut Republicain” plutot que Front de Gauche
Aucun parti de gauche ne defends les valeurs republicaines
Et leur course à l’ Elysee est pitoyable….
Courage compatriote
Bien à vous
Yannick Dussin
Les ravages de l’islamisation en banlieue
Bonjour,
Je me permets de vous livrer mon témoignage d’ex-prof de banlieue (je ne suis sûrement pas le premier à le faire) concernant l’avenir de notre république laîque. Durant douze ans j’ai constaté les ravages causés par l’islamisation de la banlieue par des groupes souvent interdits en Afrique du nord… avec les conséquences que vous connaissez: violence, rejet des non-musulmans, haine de la république, refus des droits de l’homme considérés comme une faiblesse… avec en plus une tolérance pour la polygamie qui n’est rien d’autre qu’un esclavage domestique! Le résultat de tout cela – qui est aussi lié au désengagement de l’état (merci Mr Sarkozy) – c’est le repli communautaire, la « libanisation » de notre société; de plus dans Paris je croise dans le quartier latin de plus en plus de jeunes « français d’origine » qui se liguent eux-aussi: ligue de défense juive, ligues identitaires néo-fascistes…
A quand la création d’un réseau républicain pour l’intégration par la laicité? Nous ne pouvons que constater les ravages causés par les « religions du livre »!
Cordialement
Fabrice Berger
Vous n’êtes qu’une bande d’abrutis qui n’avait rien compris à l’Islam
La France, ceux sont les gens comme vous qui la pourrissent et pas les honnêtes musulmans qui ne demandent qu’à pratiquer leur religion en toute tranquilité.
Je le dis et je le répète vous n’êtes que des abrutis!!!!!!!!!!!!!!!!!
Renseignez-vous sur l’Islam avant d’affirmer des vérités qui ne sont vraies qu’à vos yeux, l’Islam est la plus belle des religions, l’Islam est la seule vraie religion.
« Ach-hadou ane La ilàha illal-làh – Wa ach-hadou anna mouhammadane raçôuloul-lâh »
J’atteste qu’il n’y a d’autre divinité digne d’être adoré, sauf Allah – Et j’atteste que Mouhammad est l’Envoyé d’Allah !
Jolie Gazelle
Bonjour,
ne serait il pas intéressant d’autoriser les commentaires pour les articles….?
certains sont clairement diffamant et véhiculent des contre vérités…..
j’ai bien compris que les publications ne reflètent pas nécessairement la ligne du site mais certains articles sous couvert d’une laïcité affichée ne reflètent que mépris et xénophobie, elle est belle la république sociale….!!!!
Je pense notamment à l’article sur la ville de trappes, que je connais très bien. Votre auteur semble avoir visité trappes comme on visite disneyland sans même travailler de manière approfondie et rigoureuse (désolé d’employer des termes qui peuvent choquer…).
Faire de Trappes une ville réservée aux musulmans est délirant…ou alors très bien réfléchi au contraire dans une tentative délibérée de créer un climat de haine. Une analyse historique et sociologique de la ville (oui je sais c’est long et compliqué et je comprends que votre auteur se complaise dans la facilité….peut être n’a t il d’ailleurs pas les moyens intellectuels de ses ambitions…) aurait permis de mettre en perspective ce phénomène religieux qui n’est d’ailleurs pas contestable….mais qui s’il n’est pas corrélé à l’histoire et à la sociologie des acteurs n’a absolument aucun intérêt….sinon celui de favoriser la haine aveugle par l’ignorance….
Je me pose d’ailleurs la question de la cohérence de votre démarche (étant moi même athée et farouchement attaché à la laïcité), j’ai passé un bon moment sur votre site et 80 à 90% des articles et des axes visent les musulmans comme une foule homogène visant la destruction de la république…..je n’y vois que la vieille rengaine nationaliste…..se servir de la laïcité avec les références d’un Barrès ou d’un Maurras ne peuvent effectivement tromper personne….enfin si les gogos….(peut être plus dangereux que les bobos !!!)
Otez vos masques chers amis ! Et assumez pleinement votre social…..nationalisme….au moins nous pourrons partir sur des bases plus saines pour envisager le débat d’idée…
Sélim ALLILI
Chers Jolie Gazelle, cher Sélim
Nous laissons nos lecteurs savourer vos textes, il n’y a rien à ajouter.
Nous ne vous laisserons pas imposer l’islam, soyez-en convaincus.
Cyrano
Cher Cyrano, votre pseudo est lié à des souvenirs très précis
J’ai eu comme professeur de diction au collège un ex-pensionnaire de la Comédie française, Mr. Laumonier, qui fut de la troupe qui, en 1897 (deux siècles) présenta la Première de Cyrano au Théâtre de la Porte Saint-Martin. (C’était un réel plaisir de l’entendre, de cette diction à la fois stricte et moulée, réciter… Le Corbeau et le Renard) . Fier de cette… mémorable performance, il monta maintes fois « Cyrano », sur les planches du collège, succès…, financier aussi, assuré. Il se plaisait « chez nous ». Bref.
Au cours de précédents courriels (avril 2009), trois points étaient évoqués, en comparaison de la situation en France, d’une part,en Belgique et en Europe, d’a utre part.
1) Poussée islamiste en France.
Les derniers courriers de R.L. semblent judicieusement aborder, outre l’objet principal, l’islamisme « français », des faits marquants en Europe, évolution judicieuse et
bienvenue. Il est certain que les caricatures danoises; en Belgique, la premirèe députée voilée en Europe; aux Pays-Bas la percée Wilders ne sont que les branches d’un tronc commun. Aspect transnational donc.
2) Une question me marquait: à partir de l’expérience R.L. quel impact sur la progression de l’islam? Devant le vide belge cette question d’efficacité était pour moi prégnantre. Votre pétition répond largement à mon questionnement.
3) Mutatis mutandis quant aux circonstances « périphériques », l’émergence d’un phénomène antidémocratique couplé à la non-réaction des « leaders », (ou à des réactions à la vocation lénifiante), peut être comparée à la situation de la décennie 1930, avec le coût ultérieur pour les peuples.
J’essaie pour ma part de « faire court ». Qu’il est difficile de condenser ses idées et réfutations!
Merci pour vos communications.
Confidentiel: j’ai transmis le texte de la pétition à l’épiscopat belge. Une réponse: « bien reçu et merci ».
Votre pétition fait donc des vagues.
Bien à vous,
Alain Dessart
A part des articles on fait quoi ?
Des articles contre le voile, c’est bien, mais çà risque de tourner au rabachage et lasser les lecteurs. Je soutiens donc entièrement votre idée de passer à l’action. Je me vois bien manifester, mais où ? Devant la Chambre des députés pour soutenir la Commission ? Devant les bureaux de la Halde (quoique que LS ne soit pas partisan du niqab) ? Devant une quelconque officine ou ambassade islamiste ? Planter une tente et se relayer pour faire un « sit-in » ?
Je réponds volontiers à votre appel et vous adresse mon obole.
Mille souvenirs à Anne Zelensky.
Cordialement
Agnès Lequime
Votre anti-islamisme décomplexé est inquiétant
Je ne sais pas par quel biais je me suis retrouvée dans votre lettre, sans doute en tant que sympathisante de gauche inscrite sur différentes listes de diffusion. Je reçois votre lettre depuis quelques mois et je suis sidérée du simplisme avec lequel sont présenté les débats, celui-ci – qui fait même l’objet d’une pétition ! – en est le pire exemple. La question du voile dans les établissements scolaires (lieu de l’enseignement républicain) et celle de le Burka dans l’espace public ne sont pas du tout à mettre sur le même plan. Votre anti-islamisme décomplexé vous voile franchement l’esprit d’analyse.
La majorité de vos sujets traite des extrémismes de l’islam mais très peu de ceux concernant les chrétiens et les juifs. Et pourtant, vous auriez de quoi faire avec les inepties du pape.
Je me désabonne de votre lettre sur le champ.
Fanny
Chère Fanny,
Tant que la gauche aura votre discours, Nicolas Sarkozy aura de beaux jours devant lui.
Cordialement,
Cyrano
Bonjour.
A lire
Si ce n’est déjà fait, je vous invite à découvrir cet essai de Denis BACHELOT :
« L’islam le sexe et nous » chez Buchet-Chastel.
Salutations laïques et féministes.
Georges Delpech
Je pense qu’ il est trop tard
L’Europe deviendra musulmane . Les Européens font peu d’enfants , les immigrés musulmans en font beaucoup , la courbe démographique en France s’est redressée de ce fait. Les élites européennes collaborent activement à cette islamisation (politiciens , universités, médias). 80% des populations sont proarabes , antiaméricaines , antiisraeliennes . Les 11% qui veulent résister à l’islam conquérant sont taxés de racistes . Donc sauf intervention divine pour ceux qui ont la foi , l’Europe sera terre d’islam entre le milieu et la fin de ce siècle.
Norbert Enkaouna
Un intellectuel égyptien à connaître
Chers Amis,
Par le biais de Facebook, une amie canadienne m’a fait connaître un intellectuel egyptien, Tarek Heggy.
Une journaliste américaine lui a fait commenter des déclarations de Tariq Ramadan, c’est très intéressant, mais hélas, c’est en anglais.
Voici le lien de l’article:
http://www.hudsonny.org/2009/03/tareq-vs-tariq.php
Je ne sais pas si Pascal Hillout connaît ce M. Heggy, mais il serait utile que des intellectuels musulmans de cette trempe constituent des réseaux à travers le monde.
Bien à vous
Névine Marchiset
On nous critique parce que nous sommes opposés au voile
Faut-il rappeler que Brigitte Bardot était à l’origine de la mode du foulard en France et que personne n’a fait de remarque sur ce « voile » ? Brigitte Bardot avait-t-elle envie de se convertir ? En tous cas, si c’est pour ressembler à la Brigitte Bardot de l’époque, je veux bien me convertir à sa religion…
Alors, tentons de faire le parallèle entre ces deux voiles pour y voir clair ; Brigitte Bardot n’était pas une femme soumise et elle portait un « voile » à la mode ; peut-on en dire autant des femmes qui, aujourd’hui, portent le voile ? Elles le portent au nom de Dieu (comme si Dieu était descendu à ce niveau de bêtise, pour ceux qui croient en Dieu).
Donc ce n’est pas contre le voile en lui-même que nous protestons, mais contre cette croyance qui fait que les femmes seraient plus respectables si elles le portaient parce qu’elles ne seraient plus appêtissante au regard de l’homme.
Il faut donc arrêter immédiatement cette infamie et rappeler aux hommes que contrairement aux animaux, ils peuvent freiner leurs pulsions et que la France n’est pas une étable.
Je sais, je ne vais pas plaire, mais c’est le dernier de mes soucis.
Cécile HUON
En Belgique, la burka est interdite de par la loi
Une loi très simple: elle autorise de déambuler masqué en rue UNIQUEMENT les jours de carnaval. Ce qui interdit de facto la burka les autres jours.
Bien à vous,
Michel Cordier
PS: Ceci n’est pas une blaque.




M. Sifaoui, un ami qui a tort de nous vouloir du mal !

Il y a presque deux siècles, dans un texte devenu célèbre, Heinrich Heine, poète et journaliste allemand, se lamentait au sujet de ses compatriotes intellectuels et progressistes qui ne voulaient pas comprendre que pour amorcer une révolution on ne commençait surtout pas par demander l’avis du peuple et des autorités politiques ou ecclésiastiques.
Et aujourd’hui, M. Mohamed Sifaoui, comme Mme Leïla Babès et bien d’autres illustres Musulmans progressistes(*) vivant en France, n’a pas encore compris que « la maladie de l’islam »(1) n’a nullement comme origine le wahhabisme, l’intégrisme ou je ne sais quel autre « isme », mais bel et bien l’islam=coran+Mahomet. C’est cette plaie béante que ces intellectuels ne veulent surtout pas examiner pour en guérir ses premières victimes : la musulmane et toute sa progéniture.
Sachant que cette opération, échue depuis des siècles, ferait très mal aussi bien au peuple des croyants qu’à toutes les autorités, mes coreligionnaires progressistes se cantonnent à ressasser un diagnostic relevant des médecines douces et qui a toujours débouché sur la prescription de fumigations et d’édulcorants comme traitement. Ce diagnostic, mille fois entendu et que notre ami Sifaoui répète ad nauseam, se résume ainsi : les intégristes, les islamistes, les salafasistes et autres « istes » ont une mauvaise lecture de l’islam !
Que nenni !
C’est au sujet du jeûne que, de façon musclée, Leïla Babès avait interpellé Riposte Laïque(2). C’est au sujet de cette même pratique obscurantiste que M. Sifaoui vilipende notre magazine et sa ligne rédactionnelle(3). Notre ami Sifaoui, pour lequel nous avons pourtant bien du respect, se permet aussi de nous salir à un autre endroit de FaceBook(4). Il y a promis de lancer un débat public pour nous dénoncer. Ce ne sera que son troisième coup d’essai. Il est donc temps de mettre les points sur les i et d’expliquer, encore une fois, quelques évidentes banalités au sujet de l’islam.

Que pense Mohamed Sifaoui ?

Mais avant tout cela, lisons un peu ce que M. Sifaoui pense du texte publié la semaine dernière par Lucette Jeanpierre (5).
« Texte irresponsable, haineux, condescendant et n’ayant rien à voir avec le combat contre (sic) la laïcité. Anticléricalisme idiot qui en ces temps difficiles nourrit le « choc des civilisations » en alimentant ceux qui surfent sur le discours victimaire. Il n’y a pas meilleur moyen de nourrir ceux qu’on prétend honnir que de tenir ces discours baignés de certitudes et manquant totalement d’humilité.
Je ne veux pas ramener le débat à ma petite personne, mais ce texte me blesse et si je ne permettrai à aucun intégriste, à aucun salafiste d’attaquer d’une manière ou d’une autre son auteur, je trouve cependant totalement déplorable qu’on fasse dévier de la sorte le nécessaire combat contre le fanatisme vers une lutte acharnée et contre-productive contre l’islam en prenant le risque de se couper des musulmans démocrates et laïques.
Je suis justement un fervent démocrate et un militant pour la laïcité, j’ai mis ma vie et celle de ma famille en danger pour lutter contre l’obscurantisme cependant que les démocraties occidentales ouvraient leurs portes aux tenants du salafisme. Et je fais le ramadhan ! Cela pose-t-il problème à quelqu’un ? Jour après jour, je vois la dérive de Riposte Laïque. Je vais les laisser dans leur modernisme et demeurer dans mon obscurantisme. A bon entendeur ! »

Et voici un échantillon de ce que M. Sifaoui a écrit sur FaceBook en réponse à Jean Robin, journaliste et éditeur, que Riposte Laïque avait interviewé :
« Vous ne faîtes pas le distinguo entre le salafisme et les autres courants de l’islam (et notamment les soufis et les mutazilites). Vous demandez une « résistance » contre l’islam non pas contre les tenants d’un islam politique, cette « résistance » devrait donc logiquement aboutir à une résistance contre TOUS les musulmans. Je pensais que mes amis européens (dont Riposte Laïque) reviendraient à la raison pour être aux côtés des musulmans démocrates, mais je vois qu’en fait on cherche à déclarer la guerre à TOUS les musulmans. »

Le petit glissement de sens qui, en douce, prépare de redoutables amalgames

Relevons d’abord les erreurs mineures avant d’en venir au fond du problème : dans le premier extrait, M. Sifaoui parle « d’anticléricalisme idiot » (du mot clerc) alors que notre collaboratrice critique la religion islamique, notamment sa prescription pratique consistant à boire, à faire l’amour et à manger copieusement la nuit tout en faisant semblant de pratiquer jeûne et abstinence tout au long de la journée ! Mais dans les faits – et nos commerces ne s’y trompent pas(6)- c’est au mois de ramadan que l’alimentation des musulmans est la plus riche. Ceux qui jeûnent passent leur matinée à digérer le dernier repas pris juste avant l’aube et passent l’après-midi à se ménager et à récupérer des longues veillées ponctuées par trois repas nocturnes.
Le ramadan est tout simplement une inversion des rythmes digestifs et de veille/sommeil. Mais c’est aussi une redoutable pratique sociale, fabrique aliénante du conformisme communautaire qui broie l’individu. N’y échappent que les fortes têtes, libres et honnêtes, qui osent dire ses quatre vérités à la masse pesante de la famille, du clan et de la communauté musulmane. Et aujourd’hui, notre médecine en sait un peu plus : ne pas boire, même pas de l’eau plate, de toute la journée, pendant tout un mois, est dangereux pour la santé de nos lycéens, si ce n’est collégiens, qui doivent pratiquer des sports et pour nos concitoyens actifs. Ne pas s’en préoccuper, au nom du respect « dû » à une croyance, est totalement irresponsable et irrespectueux des êtres.
L’utilisation d’un mot à la place d’un autre, technique dont use ici M. Sifaoui, n’est pas anodine : cette touche imperceptible prépare un redoutable amalgame que peu d’analystes savent décomposer. Et c’est ainsi qu’à la place de la prescription religieuse obscurantiste, dont il n’est nullement responsable mais plutôt exécutant, notre ami Sifaoui se présente comme notre souffre-douleur : « Je vais les laisser dans leur modernisme et demeurer dans mon obscurantisme ».
Au lieu de disserter des conséquences sociales et individuelles des prescriptions islamiques, il tente de nous amener à disserter du spécimen Sifaoui qui n’est pas un argument en soi. Ceci l’amène finalement à remplacer notre guerre clairement déclarée à l’islam=coran+Mahomet, maladie dont les premières victimes/vecteurs/re-producteurs sont les musulmans, par sa propre expression : « on cherche à déclarer la guerre à TOUS les musulmans ». Vous l’aurez donc compris : tous les médecins qui se résignent à la chimiothérapie comme unique choix déclarent la guerre à leurs patients !
Nous sommes désolés M. Sifaoui, mais c’est la loi de toute thérapie efficace ! C’est qu’en France, nous ne croyons plus aux « guérisseurs » qui soignent en psalmodiant le coran et en enrobant les malades de fumée et d’encens brûlé ! Vous qui nous accusez d’avoir des méthodes contre-productives, sachez que notre obsession de l’efficacité et du stakhanovisme nous amène à privilégier les remèdes de cheval.

Humilité et progressisme

M. Sifaoui dit ne pas vouloir ramener le débat à sa petite personne, mais il le fait quand même dans la foulée ! En plus de cela, il recommande l’humilité à Lucette Jeanpierre et l’accuse d’avoir trop de certitudes. Notre bougre n’en a pas du tout !
En nous accusant « de nourrir ceux qu’on prétend honnir », il attribue à Riposte Laïque un sentiment détestable à l’égard d’êtres humains (même s’il les considère comme déviants et égarés), alors qu’il s’est agi de critiquer une religion et une pratique religieuse. Nous reprochons simplement aux progressistes et aux bienveillants de se comporter en idiots utiles aux régimes islamiques et à l’islam qui n’a jamais été autre chose qu’un archaïsme, dépassé dès sa naissance (7).
Mais, finalement, où veut en venir M. Sifaoui ?
Il aurait tant aimé engager Riposte Laïque sur le seul créneau qu’il occupe déjà très bien et pour lequel nous l’avons toujours félicité : combattre les extrémistes qui, soi-disant, instrumentalisent l’islam. Mais il ne remarque même pas que cet angle de tir est fortement encombré : tout le monde, absolument tout le monde, y compris Riposte Laïque, tire à qui mieux-mieux sur le fanatisme, sur l’intégrisme, sur le salafiste, sur le terrorisme etc. Mais peu de nos journalistes et de nos intellectuels s’avisent à interroger correctement l’histoire écrite par les musulmans eux-mêmes :
– Mahomet, était-il fanatique et usait-il de la terreur ou pas ?
– A-t-il usé de la religion pour justifier des razzias politiques et pour installer un pouvoir théocratique ?
– S’est-il limité à prêcher paisiblement l’islam en commençant par la Mecque, là où Allah et son alter-ego féminin Allat, entre autres, étaient vénérés à côté des monothéismes non hégémoniques et non belliqueux ?
– Est-il considéré comme modèle par tous les musulmans ou pas ?
Et lorsque Riposte Laïque pose clairement ces questions basiques, les progressistes et les bienveillants qui font semblant, nous rétorquent en quelque sorte : « N’allez surtout pas directement au cœur du problème ! Ne visez surtout pas le cœur de cible ! ». Monsieur Sifaoui sait très bien que, de cette manière, nous risquons fort de lui signifier le fatidique « game over !», ou en bon français, « changez de disque, regardez l’histoire en face et soyez enfin de bonne foi ! ». Avec la critique radicale, y compris caricaturale, du coran et de Mahomet s’ouvre une autre ère à laquelle M. Sifaoui et bien d’autres musulmans ne sont pas du tout préparés.
La dent de M. Sifaoui contre Riposte Laïque s’explique aisément : notre démarche annonce la faillite de son discours autant que celui des régimes et des élites islamiques qui ne veulent pas revoir les fondations de toute la pensée arabo-islamique, celle de la communauté que le coran désigne comme étant la « meilleure suscitée au monde ».
Mahomet, Averroès et la physique géocentrique d’Aristote sont bel et bien morts et enterrés sous les décombres des sept cieux superposés du coran. Il n’y a pas que les Gaulois qui craignaient que le ciel ne leur tombe sur la tête !
Oui les musulmans, TOUS les musulmans, qui n’osent pas regarder l’histoire de Mahomet en face et secouer leur joug, baissent la tête et s’engagent à faire fi des réalités en y perdant et la raison et leur bonne foi ! C’est cette maladie historique et endémique dans tout le monde musulman qui a conduit à une absence complète de toute critique des deux pieds de sable de l’islam et à l’adoption généralisée d’une hypocrisie apologétique qui ne trompe même pas les petits enfants.
Décidément, comme tous les régimes islamiques qui luttent, soi-disant, contre les « ismes », M. Sifaoui veut continuer à nous amuser avec ce jeu consistant à déambuler autour du pot sacré au lieu de retirer tout simplement le tapis volant sous l’assise de ses passagers. Le retour sur terre de tout ce beau monde risque d’être très douloureux.

Le « progressisme » consistant à ne jamais critiquer l’islam=coran+Mahomet ne trompe plus personne aujourd’hui. Il était temps de faire tomber cette clé de voûte pour que la vaste et magnifique prison islamique s’effondre et pour que les masses musulmanes puissent enfin goûter à la Liberté d’expression et à la Liberté tout court.
Oui M. Sifaoui, je suis prétentieux et donneur de leçons et je pense pouvoir vous désigner cette clé de voûte : ne vous en déplaise, sans sabre, sans menace et uniquement par la parole, je veux et je peux immédiatement vous libérer, ainsi que nos coreligionnaires, de vos illusions et de votre servitude volontaire, sans avoir besoin de faire la révolution ni en Iran, ni en Arabie, ni en Algérie et sans tirer une seule flèche sur quelque être humain que ce soit et aussi égaré et déviant qu’il soit. Voici ma première prescription que vous connaissez certainement : priez tout simplement la tête haute, les yeux tournés vers le Ciel et vous saurez comment ne plus inscrire la soumission dans le corps, l’espace et le temps. Je ne vous demande pas de renier l’islam, mais de le réformer en actes. Je propose et vous disposez !

Les musulmans ne peuvent pas racheter l’islam, mais ils doivent déclarer caduques certaines de ses prescriptions

M. Sifaoui,
Par ailleurs, vous avez tout à fait raison de constater que les musulmans ont des pratiques sociales et politiques diverses et variées, mais ils ne peuvent en aucun cas être invoqués pour dédouaner ou racheter l’islam, religion dont les principes n’ont jamais été compatibles avec nos valeurs républicaines. S’il y a des musulmans démocrates comme vous, c’est qu’il s’agit d’êtres humains qui ont été à l’école de l’humanisme et non pas de l’islam.
Vous ne pouvez pas imputer votre modernité, votre esprit démocratique, humaniste et critique au coran, à Mahomet ou bien à Allah qui ont toujours eu de sérieux problèmes avec la liberté d’expression. Les mérites de notre modernité reviennent aux luttes d’êtres humains et non pas au Ciel.
Nous autres enfants de l’islam, pratiquants ou pas, nous devons résolument opter pour la bonne foi et moderniser l’islam en déclarant caduques ses prescriptions liberticides, ségrégationnistes et irrespectueuses des non-croyants. Nous devons déverrouiller ses carcans ancestraux et rouillés que portent nos masses musulmanes au quotidien : ils s’empressent de se mettre ou bien mettre un baillon à celui qui s’exprime de façon critique au sujet de l’islam=coran+Mahomet. Nous devons définitivement renoncer à la tentation de facilité qui consiste à vouloir islamiser la modernité. Elle est vaine.
Il y a huit siècles déjà, d’illustres intellectuels musulmans ont tenté d’islamiser l’Ethique à Nicomaque et celle héritée de Platon : ce fut un fiasco. Ils n’ont jamais tenté d’acclimater l’adoration que nous vouons à la beauté divine du nu ; marque exclusive et éclatante de la Renaissance et de la modernité. Nous n’avons plus le droit d’être les éternels perdants de l’histoire, ceux qui tournent toujours en rond et déambulent toujours autour du pot sacré.
Contre l’avis de islam et contre l’avis des musulmans, vous avez encore à conquérir votre droit de filmer et de projeter ce que vous aimez et de vous exprimer sur tous les sujets tabous en islam et dans le monde musulman. C’est à ce prix que vous serez un peu libre et que vous n’aurez plus besoin de vos caméras cachées. Ce ne sera jamais le cas si vous continuez à flatter les musulmans et à défendre l’islam classique.
Et si cette grande religion meurt suite à cette opération, c’est qu’elle n’est plus viable. Comme nous ne sommes pas ingrats, nous lui réserverons une des plus belles places à côté des plus grandes figures de l’Histoire. Je crois que tous les musulmans finiront par en faire le deuil et n’en seront que plus libres et plus émancipés.
Je vous remercie M. Sifaoui de m’avoir « donné » l’opportunité et l’occasion de cette explication.
Pascal Hilout
Nouvel islam
———–
(*) Musulmans de foi et/ou de culture
(1) Titre d’un livre publié par Abdelwahab Meddeb aux éditions Seuil en 2002 et qui a connu un grand succès auprès du public
(2) [Visiblement, Leïla Babès manque de discernement->http://www.nouvel-islam.org/spip.php?article120]
(3) FaceBook, Lucette Jeanpierre : J’ai piqué un coup de sang contre le moyen-âgeux ramadan ! (voir commentaires de M. Sifaoui)
(4) Lucette Jeanpierre : [70 % des musulmans vivant en France jeûneraient pendant le ramadan : un chiffre effrayant->http://www.ripostelaique.com/70-des-musulmans-vivant-en-France.html
(5) FaceBook, Jean Robin : Mon interview sur Riposte Laïque (voir commentaires de M. Sifaoui)
(6) Aussi bien en France qu’en Afrique du Nord, les commerçants savent très bien que le mois de ramadan est une sorte de fête où l’on se laisse affamer de jour pour mieux faire ripaille la nuit. Et tous les ans, [les prix augmentent durant ce mois au Maroc->http://www.yabiladi.com/article-economie-2162.html :
(7) Les Arabes de Syrie-Palestine, d’Irak (Harrân, al-Djazîra) et de l’Arabie (Kinda et même à la Mecque) étaient en partie chrétiens et ne pratiquaient plus la polygamie, par exemple. Le qitâl (du verbe qatala=tuer) ne faisait pas non plus partie de leurs prescriptions religieuses ; même si l’activité belliqueuse a toujours été donnée en héritage à toute notre humanité. Mahomet est d’ailleurs resté fidèle à sa première femme, Khadija, jusqu’à la mort de celle-ci. D’après la tradition islamique, elle avait un oncle « versé dans les livres », ce qui, vraisemblablement, veut dire chrétien et non pas juif.




La direction de la Libre Pensée hostile à tout projet de loi contre la burqa…

La Libre Pensée, association historique de défense de la laïcité, vient de tenir son congrès, en Savoie, du 24 au 26 août. On attendait avec impatience une prise de position de cette association, si intransigeante contre le Vatican, au sujet du voile intégral, et du débat qu’impose la mission parlementaire sur cette question.
On se souvient que la direction de la Libre Pensée, à majorité trotskiste lambertiste, avait fortement combattu la loi contre les signes religieux à l’école, dans les années 2003-2004. Cette direction n’avait pas hésité à attaquer férocement l’Union des Familles Laïques, la qualifiant d’association laïque réactionnaire, parce qu’elle militait courageusement pour en finir avec tous les signes religieux à l’école. Elle avait qualifié la loi du 15 mars 2004 de raciste, reprenant les arguties utilisées par les islamistes, et les tenants de la laïcité ouverte, comme la direction de la Ligue de l’Enseignement.
Riposte Laïque, par Christine Tasin, avait pointé la réaction ahurissante d’un responsable de la Libre Pensée des Yvelines, Sam Ayache, par ailleurs trotskiste lambertiste, au sujet du premier projet de loi déposé par Jacques Myard, en 2007. (1)
Le dernier congrès n’a fait que confirmer ce premier texte du militant des Yvelines (2). Tout y passe pour justifier le statu quo, et la non-légifération. Nous avons bien évidemment droit à la comparaison avec la cornette de la bonne sœur. Ensuite, interdire la burqa serait rentrer dans une société de type « Big Brother ». Rosa Luxembourg est également appelée à la rescousse, ainsi que les grands ancêtres laïques. De plus en plus fort, interdire la burqa serait du même tonneau qu’interdire le bisou sur la bouche dans la rue ! Et, bouquet final de cette prose démagogique, le délit de sale gueule serait remplacé par le délit de sale vêtement ! Nous recommandons à nos lecteurs de lire attentivement cette motion, adoptée l’unanimité des 200 congressistes représentant 81 groupements fédérés (cette unanimité nous rappelle les congrès communistes des grandes années du stalinisme).

Marc Blondel avait cherché à venir en aide à Henri Pena Ruiz, dans le débat qu’il avait lancé contre Riposte Laïque, s’attirant cette réponse amicale d’Alain Rubin (3). Il s’était montré incapable d’amener la moindre contradiction à Tariq Ramadan, sur un plateau de télévision (4).
Une complaisance qui ne fait que s’ajouter à celle de leur figure de proue algérienne, Louisa Hanoune, membre du Parti des Travailleurs, qui avait pactisé, avec d’autres forces, avec le FIS, contre le gouvernement algérien, lors des accords de San Egidio, en 1995 (5).
La direction de la Libre Pensée, acharnée à traquer la paille catholique, est incapable de voir la poutre islamiste. Pendant que voiles et burqas envahissent l’espace public, ils continuent à crier « Croa, croa », comme si nous étions encore en 1905.
Nous savons pourtant que nombre de militants de la Libre Pensée ne partagent absolument cette vision complaisante de leur direction avec l’offensive islamiste, et nous ne doutons pas que ce texte va susciter, en interne, les remous qu’il mérite.
Martine Chapouton
(1) http://www.ripostelaique.com/Quand-la-Libre-Pensee-du-78-ne.html
(2) http://www.fnlp.fr/
(3) http://www.ripostelaique.com/A-mon-ami-Marc-Blondel-les-opiums.html
(4) http://www.ripostelaique.com/Marc-Blondel-et-Catherine-Kintzler.html
(5) http://www.santegidio.org/archivio/pace/algeria_19950113_FR.htm




Sur le ramadan, les musulmans modérés comme Fadela Amara ou Mohamed Sifaoui sont consternants

J’ai écrit, la semaine dernière, un texte faisant état de ma consternation devant la progression du ramadan, et sa visibilité de plus en plus grande, en France. J’ai qualifié cette pratique de moyen-âgeuse, de contraire à l’intégration, et j’ai déploré qu’une religion occupe une si grande place dans l’espace public, en 2009, dans un pays où la raison a pris le pas sur la foi, grâce à la lutte de nos ancêtre libre-penseurs.
Bien évidemment, je n’ai pu qu’être déçue, mais pas surprise, en entendant la ministre Fadela Amara se vanter de pratiquer le ramadan, comme si elle voulait montrer que, bien que critiquant la burqa, elle demeurait une bonne élève de l’islam. La même s’était déjà vantée de faire ses cinq prières par jour, en plein 21e siècle, en France ! Deux solutions possibles : soit cela est vrai, et c’est pathétique, soit c’est faux, et pourquoi mentir ? Même Christine Boutin ne dit plus de telles énormités sur sa foi !

Malgré tout, je ne m’attendais pas à ce que mon texte me vaille une agression très vive de Mohamed Sifaoui, sur ma page de facebook, où je l’avais reproduit.
J’ai naturellement répondu, entre ces invectives injurieuses, le plus courtoisement possible à Mohamed Sifaoui, sans rien lâcher sur l’essentiel. Je ne rendrai pas publiques les injures sexistes grossières dont j’ai été l’objet, préférant les attribuer à un moment d’égarement. Mais cette violence m’a mise très mal à l’aise : si un homme progressiste, qui a payé cher son engagement contre les islamistes, comme ce journaliste algérien, est incapable d’entendre la moindre critiques d’une pratique obscurantiste liée à sa religion, incapable d’argumenter sans tenter de salir notre site, et ma personne, que doit-il en être de l’état d’esprit de bien d’autres musulmans, qui n’ont ni sa culture, ni ses références à la République ? Je ne pouvais m’empêcher de penser aux réactions de foules fanatisées, lors de l’affaire des caricatures.
Le sport, professionnel ou amateur, n’échappe pas, bien sûr, aux réalités du ramadan. Il y a quelques années, Alain Perrin, alors entraîneur de Troyes, avait été confronté à l’attitude de deux joueurs musulmans, qui demandaient des aménagements d’horaires pour s’entraîner. Il avait réglé le problème en demandant à un imam (contre rétribution ?) d’expliquer aux joueurs que le Coran les autorisait à s’entraîner avec leurs camarades pendant le ramadan.
A un niveau supérier, l’entraîneur de l’Inter de Milan, José Mourinho, est victime de la vindicte des islamistes italiens. Son crime ? Avoir sorti, au bout d’une demi-heure, son milieu de terrain ghanéen Sulley Muntari. Le coach a expliqué sans détour que son joueur faisait le ramadan, et ne mettait pas un pied devant l’autre. Il a osé ajouter que cette pratique ne lui paraissait pas compatible avec le sport de compétition.
Ce dimanche matin, je me suis alignée au départ d’une course à pied, en région parisienne. Habituellement, dans cette épreuve, à laquelle je participe depuis dix ans, il y a, dans les courses masculines, une forte présence, et une domination de coureurs d’origine maghrébine chez les hommes. Par contre, chez les femmes, il y a très majoritairement des Françaises d’origine au départ, et sur les podiums. Ce premier contraste m’a toujours frappé. Mais cette année, en plein ramadan, un fait nouveau était marquant, par rapport aux années précédentes. Je n’ai vu, sur le podium, qu’un seul athlète d’origine maghrébine, et très peu étaient au départ. Il fallait vraiment être aveugle pour ne pas le constater, et ne pas en tirer les conséquences : à cause du ramadan, la majorité des athlètes maghrébins n’avait pas participé à une course où leur présence, tous les ans, relevait le niveau.
Je persiste et je signe, je trouve ces exemples, autour du sport, révélateurs de la pression qu’exerce le ramadan sur l’ensembl de la société. Ces trois exemples ne font que renforcer tout ce que j’ai écrit, la semaine dernière. J’en veux d’autant plus à des musulmans modérés, tels Fadela Amara ou Mohamed Sifaoui, capables de lutter contre la burqa ou l’extrême droite islamiste, d’être aussi peu courageux, vis-à-vis du ramadan. La véritable audace, ce serait de dire clairement que c’est une pratique qui n’a pas sa place dans la France du 21e siècle, qui est contraire à l’intégration, à la santé, et qui favorise un repli communautariste et une offensive religieuse contre la laïcité.
De tout temps, les modèles totalitaires ont su trouver des esprits libres, qui n’ont pas hésité à braver la colère des fanatiques, pour critiquer les aspects les plus réactionnaires d’une doctrine, religieuse ou autre. Nous aimerions entendre beaucoup d’autres Pascal Hilout en France, ou Hishâm Mohammad en Arabie saoudite, dire, sans détour, la vérité sur cette gigantesque hypocrisie qu’est le ramadan. Combien de musulmans boivent et mangent en cachette, pendant ce mois ? Combien en ont marre de cette pression sociale insupportable, qui les empêche de vivre normalement, comme tous les citoyens de ce pays ?
Plutôt que des injures, et des discours enfermant des populations entières dans des archaïsmes moyen-âgeux, ce sont des propos émancipateurs et laïques que nous aimerions entendre de la part des musulmans modérés.
Lucette Jeanpierre
———–
(1) http://www.ripostelaique.com/70-des-musulmans-vivant-en-France.html
(2) http://www.yabiladi.com/forum/fadela-amara-suis-musulmane-pratiquante-66-2442867.html
(3) Texte de Pascal Hilout : M. Sifaoui, un ami qui a tort de nous vouloir du mal !




Les trotskistes d'Allah défendent la burqa !

Les avatars d’un des courants, en France, de la défunte quatrième internationales viennent de s’illustrer d’une manière à la fois tragique et grotesque au dernier congrès de la « Libre pensée ».
Après la solidarité avec les fascistes du Hezbollah et du Hamas au motif de combattre Israël, après avoir refusé les mobilisations de l’opinion produites par l’assassinat du jeune Juif Halimi par le voyou djihadiste Fofana et son gang et réseau de complices, au prétexte qu’il ne « fallait pas affaiblir le combat du peuple palestinien et aider l’état théocratique israélien » (le défunt Lambert dans l’hebdomadaire Informations Ouvrières),après la condamnation des mouvements de masse de juin en Iran contre la dictature des mollah, le pseudo trotskisme vient aujourd’hui au secours des réseaux salafistes qui manipulent les femmes « volontairement » emprisonnées sous les oripeaux de la dictature de la charia, et aggravent l’oppression des femmes non volontaires, comme cette jeune épouse marocaine qu’un français converti à l’islam version salafiste était allée chercher au Maroc pour disposer d’une esclave domestique recouverte de la tête aux pieds jusqu’au bout des doigts.

Au Maroc, cette jeune femme allait et venait librement, au Maroc elle n’était pas enfermée dans un « vêtement ». En France, la jeune femme s’est retrouvée ramenée au statut d’esclave domestique, retranchée du monde et interdite de contacte en dehors de son époux, seigneur et maître.
L’hypocrisie des soit-disant trotskistes n’a d’égal que leur duplicité. Ils défendent un outil d’apartheid en France même et osent lancer des formules contre « l’apartheid sioniste »…
En leur temps, leurs amis anglais de la SLL allèrent chercher des aides financières du côté de « l’anti impérialiste » Khadhafi. Aujourd’hui, pour ce « trotskisme », en France, c’est le « front inique » (1) avec Tariq Ramadan, contre les femmes. C’est une complicité honteuse, sous couvert, c’est le cas de la dire, de la liberté personnelle des femmes de s’habiller comme elles veulent, même si c’est en revêtant l’uniforme de bagnarde imposé aux femmes afghanes, saoudiennes et iraniennes.
Oui, c’est l’honneur du mouvement jeune Turc et de Kémal Attatürk d’avoir interdit les signes vestimentaires de l’islam, comme c’était aussi l’honneur du fondateur de la dynastie Pahlavi produit d’un mouvement national qui tourna au bonapartisme dynastique, comme ce sera celui de Bourguiba, mais comme cela ne sera pas celui du FLN en Algérie indépendante. Ce dernier, après avoir pris le contrôle totalitaire du mouvement national du peuple d’Algérie, proclama l’Algérie « république arabo musulmane », sur la base du dénie d’existence de la majorité berbère et de l’expulsion des Juifs dont une partie étaient algériens depuis la chute du premier temple de Jérusalem (2) et une autre depuis l’expulsion d’Espagne en 1492.
Le prétendu trotskisme dévoie la Laïcité, lui dont l’ancêtre, l’OCI, condamnait la « laïcité ouverte », il se retrouve en 2009 sur les mêmes bancs que les réseaux salafistes. Grave!!!
Qu’espèrent-ils vraiment, arrêter l’hémorragie militante et la fossilisation impuissante, le tout masqué sous la phraséologie faussement « lutte de classe » d’un radicalisme impotent?
En 1981, il y avait plus de 6000 militants à l’OCI.
En 2009, les épigones du défunt pape de l’ex OCI, qui ont dévoyé le combat pour la quatrième internationale, se retrouvent à 1500- 2000; après le PT de 6000 cartes, ils se retrouvent dans un NOUVEAU « parti ouvrier », un parti ouvrier indépendant (ça change tout) de TOUJOURS 6000 cartes.
Ils se raccrochent aujourd’hui à des forces et des individus qui veulent imposer un fascisme particulièrement dangereux. Les outils de dictature de ce fascisme ne sont pas seulement la police religieuse et la destruction des organisations ouvrière, par la prison et les potences, comme en Iran, (et à Gaza) mais présentement, en France, par la mise en place de nouvelles « lois » par en bas, des « lois » de statut « personnel » qui produisent fanatisme, haine de son voisinage, violences quotidiennes…et ensuite me direz-vous ? Demandez donc aux iraniens, demandez aux gazaoui, demandez à tous ces algériens qui ont fui leur pays, ils vous diront.
Alain RUBIN
1) Comme dirait l’autre, dans ce « Front », qui « nique l’autre », le pseudo trotskisme ou l’islamisme militant?
2) Le temple de Jérusalem, dont on peut encore admirer les restes des remparts reconstruits par Hérode (le Kotel ou « mur des lamentations), a été détruit la première fois par les Babyloniens en 586 avant l’ère chrétienne, à l’issue de la conquête de la Judée. De cette époque remonte la première dispersion et ce que l’on appelle les « 10 tribus perdues d’Israël » dont une partie se sont alors répandues en Afrique du nord et en Afrique noire. Plus anciennement, des groupes d’Hébreux s’étaient déjà installés en Afrique du nord avec leurs voisins et associés Phéniciens avec lesquels sera fondée Carthage, et la civilisation punique grande rivale de Rome. Le temple sera détruit une seconde fois en 70 par les Romains dirigés par Titus à l’issue de la première révolte des Juifs contre l’empire romain. Une seconde révolte, la révolte dite de Bar Kokhba (le « fils de l’étoile » en araméen), sera écrasée en 135.




C'est le ramadan : je vide mon sac

Cher Cyrano,
Dans le monde islamique aussi, des voix courageuses s’élèvent pour critiquer l’Islam.
Voici un article du saoudien Hischâm Mohammad publié le 24/08/2009 sur le site « annaqed.com » (Le Critique). J’ai souhaité le traduire (avec l’autorisation de l’auteur et du site) pour Riposte Laïque car il est intéressant sur trois points : emprise négative d’une religion qui inhibe le comportement moral élémentaire de l’individu, définitions antithétiques de Dieu, débordements ramadanesques.
Cet article nous fait prendre conscience de ce qui peut nous attendre…
Laïquement vôtre,
Bernard DICK

C’EST LE RAMADAN : JE VIDE MON SAC

1 – Un ami me raconta qu’il avait entendu une femme téléphoner à une émission radiophonique religieuse pour relater au cheikh (1) l’histoire suivante : « Pendant que je raccompagnais une visiteuse à la porte, mon petit garçon s’est échappé de mes mains et s’est élancé dans la rue. Il était à peine arrivé au milieu de la chaussée qu’une voiture venant du côté opposé l’a écrasé ». La femme poursuit : « Je n’ai pu courir après mon enfant ni descendre dans la rue car, étant avec ma visiteuse, je ne portais pas d’abaya (2) » (!). La femme clôt sa conversation en demandant au cheikh l’avis de la sharia musulmane sur son comportement.
Il est certain que la peur de la punition divine chez cette femme était plus forte que son amour pour son enfant. Certain que sa peur d’éprouver de la honte devant la société si elle descendait la rue sans abaya était plus forte que sa crainte de perdre son fils. Il est avéré que la mère, chez les humains comme chez les animaux, est prête à sacrifier sa vie pour ses enfants. Mais cette mère s’est comportée d’une façon différente et aberrante. Remarquez qu’elle interroge le cheikh sur la position de l’islam sur sa conduite comme si elle demandait son avis sur le fait d’écouter des chants, de s’épiler les sourcils ou de serrer la main de son beau-frère. Il n’apparaît pas au cours de son appel téléphonique qu’elle soit prise de remords ou affligée d’une profonde tristesse. Elle aspire à entendre des paroles qui la rassurent et qui lui permettent de dormir sur ses deux oreilles. Quelle froideur a saisi cette femme ?
Le sujet de cette histoire recoupe celui d’une catastrophe humaine terrible qui remonte à mars 2002 quand un incendie se déclara dans une école de filles à La Mecque. Un incendie horrible qui coûta la vie à quinze étudiantes et fit cinquante brulées. Des témoins oculaires déclarèrent à la presse, au moment des faits, que la police des mœurs, « al Hasba » (brigade d’incitation à la vertu et de la répression du vice), avait empêché les pompiers d’accéder à l’école (peut-être par peur d’enfreindre un interdit religieux) de même qu’elle avait empêché les étudiantes qui voulaient sauver leur vie de s’enfuir sans leur abâya. L’indignation se serait aggravée sans l’intervention d’un haut responsable gouvernemental, connu pour son soutien au courant religieux, qui désavoua les témoins et étouffa dans l’œuf le feu du scandale.
Cette femme ainsi que ce service de police sont responsables de la mort du petit garçon et des quinze jeunes filles brulées dans la fleur de leur âge. Mais cette femme et ce service de police, avant d’être coupables, sont victimes d’une pensée religieuse perturbée, malade et obscurantiste. Tous sont victimes d’une pensée religieuse qui place la mort avant la vie, la punition avant le pardon, le feu de l’enfer avant le paradis, l’apparence avant l’expérience, la dureté avant la souplesse. Victimes d’une pensée religieuse dénuée d’humanisme, de pardon, d’amour et de vie. Victimes d’une pensée religieuse chargée de haine, d’extrémisme et de mépris de la vie. Si on n’avait pas semé dans l’esprit de cette femme que l’abaya est le symbole de sa vertu, la couronne de son honneur et son passeport pour la djanna des arabes (N.D.T. : le paradis), elle ne serait pas resté clouée sur place, elle n’aurait pas regardé son enfant mourir devant ses yeux sans faire le moindre geste. Et si les cerveaux de ceux qui travaillent dans ce service criminel de police n’avaient pas été programmés à considérer la femme comme une victime permanente, comme une fille de Satan, comme une source de tentation et de révolte, ils n’auraient pas abandonné au feu ces âmes pures et ces tendres corps.

2- Un Slovaque interrogea son ami le penseur Nidâl el Saleh à propos de son livre superbe et intitulé L’impasse de la pensée religieuse entre les textes et la réalité : « Comment vois-tu Dieu alors que tu n’as aucun contact avec lui ? ». Notre penseur lui répondit : « Je vois Dieu dans toute belle chose. Je le vois dans les yeux des enfants et le sourire de ma mère. Je le vois dans les rivières et les vagues de la mer. Je le vois dans les cimes des montagnes et les fonds des vallées. Je le vois dans les fleurs, les roses et les arbres. Je le vois dans la majesté des forêts et la verdeur des arbres. Je le vois dans la musique de Bedrich Smetana, de Dvorak, d’Amadeus Mozart et de bien d’autres. Je le vois dans ce qu’il y a de bien dans le Coran et à travers les chants de Fayrouz, Um Kalçoum et Wadi’ el Safï. (3) »
Les cheikhs el Mutlak, el-Faouzân, el ‘Oumar, el Qarni, el Arfi, (4), le service de police et la femme dont nous venons de parler ainsi que la majorité des gens d’ici voient-ils Dieu sous les belles images saisissantes de Nidâl el Saleh ? ! La question vous fait rire ? Je pense que l’Allah arabe de nos régions ne diffère que par le nom du Yahvé de l’Ancien Testament, fanatique, jaloux, passionné de meurtre et de destruction. Quant à moi personnellement, je vois Dieu dans le corps de la ville de Ryad, fait de béton. Je le sens à l’odeur de la fumée et des poussières qui émanent des pores de cette ville dure. Je le vois sur ces visages que les barbes ont envahis et où la tristesse a trouvé sa patrie. Je le vois dans les corps des femmes biffés par la noirceur. Je le vois sur les affiches où l’on supplie Dieu, celles des souvenirs, des demandes de pardon, placardées sur les murs, les portes, les fenêtres, les tables, les poteaux, les ascenseurs et les distributeurs automatiques. Je le vois dans les forêts des minarets, je l’entends à travers les haut-parleurs et le brouhaha des chaires. Je le vois dans les flots de fatwas et les joies étouffées. Je le vois dans l’absence des danseuses et le silence des chants. Nidâl, excuse-moi, ah ! si je pouvais voir le Dieu beau, aimant, aimable, cordial et tendre comme tu le vois ! Moi, je ne peux le voir avec ces images attirantes et magiques malgré les grands sourires béats de ceux qui prétendent le contraire : Amr Khaled, Tarek el Swéidân, Mohammad el Awdî, Mohammad el Arfî. (5)
3- Le ramadan s’est installé et avec lui les questions et les fatwas de saison :
– « Que pensez-vous de celui qui avale sa salive un jour de ramadan (Que Dieu vous gratifie par le bien !) ? »
– « Le nettoyage des dents à la brosse annule-t-il le jeune, ô cheikh ? »
– « Quel est votre avis sur la masturbation avant la rupture du jeune ? »
– « Si un homme caresse sa parente (= l’épouse) un jour de ramadan, doit-il faire une offrande expiatoire ?
– « S’asperger de parfum annule-t-il le jeune (Que Dieu prolonge votre vie !) ? »
S’il vous est donné de vivre mille ans, vous entendrez les mêmes questions idiotes et les mêmes réponses ressassées.
Que démontre ce phénomène ?
– Premièrement, que les gens ont abandonné la lecture et ont dédaigné la quête personnelle. Qu’ils courent après des réponses toutes prêtes et faciles. Ce comportement ne reflète-t-il pas la dominance de la culture orale de la djahilyya (N.D.T. : période préislamique) jusqu’à nos jours, malgré la révolution technologique qui rend toute information gratuite et accessible par simple pression sur un bouton ?
– Deuxièmement, la prépondérance du rôle de l’homme de religion et l’hypertrophie de son ego d’une façon déraisonnable à tel point qu’il se met à penser à la place des gens et à s’immiscer d’une façon flagrante dans les détails les plus ténus et les plus futiles de leur vie.
– Troisièmement, qu’il est faux de prétendre que l’islam est une religion facile. Si l’islam était vraiment facile et compréhensible, les musulmans n’auraient pas besoin de cette armada de cheikhs et de muftis (6), de ces dizaines de chaînes religieuses et autant de programmes radiophoniques, de ces millions de brochures et d’imprimés religieux. Puissiez-vous passer une bonne année ! Avec mes mille vœux de bonheur !
Hishâm Mohammad (*)
Traduit de l’arabe par Bernard Dick
Notes du traducteur :
(*) Hishâm Mohammad est saoudien
Affkar_hurra@yahoo.com
Article publié le 24/08/2009 par le site www. annaqed.com (Le Critique)
(1) Cheikh (vieux). Il s’agit ici d’homme de religion
(2) ‘Abaya : variante du niqab. C’est un voile qui couvre en principe tout le visage et le corps
(3) Chanteurs arabes connus
(4) Ce sont des salafo-wahabites de renom en Arabie Saoudite
(5) Jeunes vedettes de la prédication religieuse dans les media : égyptien, koweïtien, saoudien
(6) Mufti : religieux qui émet des avis juridiques sur le droit islamique




Pourquoi j'ai décidé de consacrer la fin de ma vie à lutter prioritairement contre l'islam

Pour moi les choses sont claires et simples.
L’Islam est moins une religion qu’une théorie totalitaire absolue.
Je ne vais pas ici écrire un livre, (si j’en avais le temps et le courage il le faudrait), je ne donne donc que deux ou trois explications principales de l’idée que j’avance, qui est aussi une réalité que je constate.
Cette théorie totalitaire repose sur un livre : le Coran qui est un charabia illisible, contradictoire , a’ structuré, (a privatif) et donc sans intérêt ni utilité. (j’ai du me forcer et me tenir la tète entre les mains pour y arriver, mais je l’ai lu)
Vouloir régir le monde en s’appuyant sur ce fatras, a l’exclusion de toutes autres règles qui n’en serait pas déduites, l’enfermement est totale et parfait.
Il n’y a plus de place pour la liberté de penser, plus de place pour une quelconque réflexion. l’individu dans une telle société est décérébré, c’est l’excision intellectuelle.
Il n’y a plus de place pour un vivre ensemble démocratique qui est d’ organiser la société suivant des lois librement débattues, consenties et acceptées.
En marge du coran il y a les « Il a dit », propos , colportage et ragots attribués a l’inventeur du système, évidement invérifiables, mais c’est accessoire, voués par nature a un ergotage perpetuel, c’est un ensemble tout aussi décousu et inexploitable pour régler les problèmes d’une société humaine et du monde que le Coran.
Cerise sur le gâteau, le fin du fin de l’absolu totalitarisme : il est précisé que celui qui n’est pas d’accord , qui conteste qui voudrait s’en sortir , ou refuse de se convertir doit être tuer.
Staline a fait massacrer tout ceux qui lui faisait de l’ombre comme Mao , Pol pot, Castro, Hitler.

Une dernière idée et j’arrête : l’invention du « Sacré ». Il suffit de dire que c’est « Sacré », et celui qui conteste mérite la mort !
Tuez les tous dieu reconnaitra les siens!
La notion de Sacré, décrétée par le premier témoin de Jehova venu et Hop on justifie les plus monstrueuses conneries et crimes abominables.
Si sacré il y a, c’est a dire quelque chose a manipuler avec précaution si nous voulons demeurer, c’est seulement « le monde du vivant « sur cette terre, dont l’humanité n’est qu’un avatar.
Les religions, notamment monothéistes, sont toutes par essence des théories totalitaires, (l’histoire de l’humanité nous enseigne que l’invention du totalitarisme est religieuse, Hitler, Mussolini , Mao et ses gardes rouges n’ont fait que des transpositions politiques, d’une technique d’abrutissement et de soumission dont on retrouve les origines et la conception dans les religions.
Il est manifeste que par ses fondements, ses préceptes, et ses règles , l’islam est la théorie totalitaire la plus terrible,la plus néfaste, et la plus dangereuse de l’histoire humaine.
C’est pourquoi, comme d’autres appellaient a agir en 1938 , comme d’autres sont partis pour Londres en juin 1940, j’ai décidé de consacrer la fin de ma vie a lutter contre l’islam en priorité.
En ne negligeant pas toutefois les creationnistes, les scientologues, le pape et l’effet de serre!
Francis Tegal