1

Deux nouvelles vidéos exclusives sur l'islamisation de Barbès

Paris islamisée : la rue Myrha occupée par des musulmans

(23 octobre 2009)
Comme chaque vendredi, les musulmans occupent la rue Myrha et la rue Léon pour leur prière. Les rues sont bloquées par des barrières. Les véhicules sont interdits de passage. Les piétons, y compris les habitants de la rue, ne peuvent plus passer dans la rue Myrha pendant toute la durée de la prière.
http://www.youtube.com/watch?v=mt6hqb7_hEU

Paris islamisée : la rue Polonceau occupée par des musulmans

(23 octobre 2009)
Après la prière, les musulmans ramassent les grands tapis qui couvraient sur 100 mètres la rue Polonceau, interdite aux non-musulmans pendant la prière. Au début et à la fin de la vidéo, on voit les barrières placées par les musulmans à chaque bout de la rue Polonceau pour marquer leur territoire.
http://www.youtube.com/watch?v=JuoKBiDx1cE

Maxime Lépante




La burqa n'a vraiment rien à voir avec l'identité nationale

Le 25 octobre 2009, Eric Besson le Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire annonce la tenue d’un débat national sur l’identité nationale qui devrait durer environ deux mois (Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI). «Il faut réaffirmer les valeurs de l’identité nationale et la fierté d’être français», a déclaré Eric Besson.
Ce débat national devrait débuter le 2 novembre 2009 et se déroulera dans chaque préfecture. Les réunions seront animées par le corps préfectoral et les parlementaires nationaux et européens. Ces réunions associeront l’ensemble des forces vives de la Nation : mouvements associatifs, enseignants, élèves et parents d’élèves de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur, organisations syndicales, représentants des chefs d’entreprises, élus locaux, représentants des anciens combattants et des associations patriotiques.
Ce débat sera alimenté par le rapport du Haut Conseil à l’Intégration « Faire connaître les valeurs de la République », remis au Ministre le 21 avril 2009, et par le rapport parlementaire sur le « respect des symboles de la République », établi par les députés Jean-Philippe MAURER, Françoise HOSTALIER, Jacqueline IRLES et Philippe MEUNIER, remis au Ministre le 25 mai 2009.
La question « Pour vous, qu’est ce qu’être Français aujourd’hui ? » devra être posée à chacun.
Des propositions seront soumises au débat, en particulier sur la place des symboles et emblèmes nationaux, sur l’obligation pour l’ensemble des jeunes français de chanter, au moins une fois par an, le cas échéant après une séance pédagogique sur ce thème, l’hymne national, ou encore la mise en place, dans les préfectures de département, de cours d’instruction civique, ouverts à tous, sur le modèle des cours qui seront mis en place à titre expérimental par les préfectures du Rhône et des Bouches-du-Rhône à partir de janvier 2010.

L’opinion française s’était émue lorsque La Marseillaise avait été sifflée lors de matches de football, en octobre 2001 lors de France-Algérie, en novembre 2007 France – Maroc, en octobre 2008 France-Tunisie.
Apprenons aux jeunes à être fier d’appartenir à une société basée sur le mérite, non pas sur la couleur de la peau ou le nom de famille, reconnaissons leur le droit à la différence mais en même temps donnons leur le sentiment de s’identifier à la communauté nationale en les intégrant.
La deuxième question sera « Comment mieux faire partager les valeurs de l’identité nationale auprès des ressortissants étrangers qui entrent et séjournent sur le territoire national ? »
Des propositions seront soumises au débat, en particulier la mise en place d’un contrat d’intégration républicaine pour les étrangers entrant et séjournant sur notre territoire, passant par une élévation du niveau de pratique de la langue française et de connaissance des valeurs de la République, par la mise en œuvre, sur la base du volontariat, d’un parrainage républicain, permettant aux ressortissants étrangers d’être accompagnés dans leur parcours d’intégration, et par l’ouverture aux parents des écoles dans lesquelles sont scolarisés les enfants, sur le modèle du dispositif expérimenté cette année dans 31 départements.
Au Royaume-Uni, pour obtenir la nationalité anglaise, les étrangers résidant depuis cinq ans au minimum ont un test à passer .On leur pose des questions diverses telles que le nombre et le nom des partis politiques, on demande de donner le nom du premier ministre, le régime politique etc. Il leur est aussi demandé de posséder une bonne maitrise de la langue.
Apprendre la langue est une bonne chose, mais les valeurs françaises républicaines doivent rester intactes.
L’idée de M.Besson est largement inspirée par le modèle anglo-saxon qui montre aujourd’hui ses faiblesses.
En effet, ce modèle n’est pas la panacée, bien au contraire il favorise des dérives sectaires. En Angleterre le communautarisme est de plus en plus fort. Des tribunaux islamiques siègent dans certaines villes dont Londres et Manchester.
Le 31 octobre 2009 une manifestation, organisée par le mouvement « Islam4UK », est prévue à Londres pour demander l’application de la charia à toute l’Angleterre, au programme coups de fouets, lapidation et port de la burqa pour toutes les femmes anglaises !
Revenons à la problématique posée par Eric Besson. Pourquoi ce débat sur l’identité nationale vient-il à ce moment précis ? Ne faudrait-il voir dans ce débat qu’un ratissage électoraliste juste avant les régionales ? Est-ce un moyen pour récupérer les voix du Front National ?
Ou bien s’agirait-il d’une manœuvre des gouvernants qui sentant un fort mécontentement de la population après toutes les affaires récentes (Polanski, Mitterrand, Jean Sarkozy) décident de reprendre les choses en main ?
Ou encore est-ce une façon de cristalliser l’attention de l’opinion ?
Lors de l’interview télévisée, Eric Besson a été interrogé sur le port de la burqa.
Le ministre a précisé : »On peut débattre sur l’opportunité de la loi (…) mais sur les principes il n’y a pas de débat : la burqa est inacceptable et contraire aux valeurs de l’identité nationale ».
Dès le 26 octobre 2009, les réactions politiques ont fusé du Front National, aux Verts en passant par le PS.
Le Front National, en pleine crise financière, hurle au vol de voix d’électeurs…cela n’est pas pour me déplaire.
Les Verts proclament que le gouvernement ressort « l’épouvantail de l’immigration », juge Djamila Sonzogni, porte-parole des Verts. Elle y voit « une façon d’esquiver sa responsabilité dans l’échec des politiques d’intégration ». Nous voyons ce que donne l’intégration vue par les Verts à Roubaix (cf le documentaire « Le voile sur la république » 24 Septembre 2009 France 2). La section Verts de Roubaix est aux mains de deux proches de Tariq Ramadan : Siham Andalouci, de Présence musulmane, et Ali Rhani, du Collectif des musulmans de France.
Vincent Peillon (PS) estime que burqa « ne menace pas l’identité nationale » et condamne la façon dont le débat est amené. « Ce qui la menace (l’identité nationale) c’est de fermer des classes, c’est le discours sur la laïcité, c’est de prendre de l’argent aux classes moyennes et aux pauvres pour le donner aux plus riches », a indiqué l’eurodéputé. Pas une seule référence à la soumission de la femme et à son asservissement à une religion ! Une fois de plus nous avons la mauvaise réponse à une vraie question, le port de la burqa !
Elisabeth Guigou, ancienne Garde des Sceaux, affirme « détester la burqa » et que « toutes les femmes sont révoltées par ces femmes grillagées, enfermées dans des choses noires », elle déclare qu’elle « ne crois pas que faire une loi soit la meilleure façon d’éradiquer la burqa. Parce que c’est une infime minorité. Je pense que cela risque de cristalliser des musulmans qui ne sont pas du tout pour la burqa et qui pourraient sentir par là qu’on cherche à stigmatiser l’islam ». Encore une mauvaise réponse et un argument éculé, la stigmatisation !
Une fois de plus, les élus et représentants de la Gauche oublient les valeurs républicaines .Ce ne sont pas les dignes successeurs de Jaurès, Briand ou Blum. Ils abandonnent les droits des femmes au communautarisme qui va croissant. Ils abandonnent les femmes aux préceptes archaïques d’une religion.
Il est inutile que Martine Aubry aille manifester derrière la bannière « Pour une réelle égalité », avec Marie-George Buffet, Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot comme elle l’a fait le 17 octobre 2009.
Tous ces fameux représentants politiques qui demandent l’égalité des hommes et des femmes ne condamnent pas ou si peu le port du voile intégral au nom de la tolérance, de la liberté de conscience et des Droits de l’Homme. Toujours des incantations et jamais au plus près des préoccupations des français de base !
Il est vrai que dès 2003, la Secrétaire Nationale du PS avait autorisé dans une piscine à Lille, des horaires réservés aux femmes.
Il est vrai que grâce à M.Cathala (député –maire PS) la mosquée de Créteil, ouverte depuis le 3 décembre 2008, d’une superficie de 4 000 m², est l’une des plus importantes d’Ile-de-France.
Il est vrai que plusieurs maires PS favorisent l’implantation d’écoles coraniques, de mosquées ou ferment les yeux sur des lieux de prières clandestins.
Il est vrai que le maire PS de Paris autorise l’obstruction de certaines rues le vendredi après- midi, pourtant le trouble à l’ordre public est flagrant.
Comment peuvent-ils se dire défenseurs de la laïcité alors qu’ils violent très facilement la loi de 1905 juste pour garder leur place d’élus ?
La parcelle de pouvoir qu’ils détiennent doit être grisante puisqu’ils sont prêts à tout pour la garder.
Ils oublient une seule chose : le pouvoir qu’ils ont leur est donné par les électeurs, et ces derniers peuvent leur retirer à tout moment.
Ne nous étonnons plus du faible taux de participations aux scrutins électoraux. La Gauche désespère les électeurs de Gauche, désespère les Républicains et les laïques.
La mission parlementaire sur le port du voile intégral est en pleins travaux.
Le 21 Octobre 2009, André Gérin lors de l’ouverture de la séance a tenu à faire un point sur les divers renseignements récoltés lors des auditions. « D’autre part, nos travaux nous ont permis de cerner les forces qui œuvrent en arrière-plan – salafisme, mouvement tabligh, wahabisme et de caractériser une idéologie intégriste et barbare, portée par un mouvement obscurantiste. Notre responsabilité politique est d’apporter une réponse forte à ce qui ressemble à un défi de civilisation. Après les tentatives faites pour minorer, voire ridiculiser notre mission, on se rend maintenant compte que le problème n’est pas franco-français, mais bien géopolitique. » Nous voulons mettre le holà à ces dérives attestées dans toutes les sphères de la société.
Visiblement l’homme politique, dans son sens le plus noble, prend conscience d’un réel problème de société et de sa responsabilité à y répondre.
La République ne doit pas reculer devant l’islam conquérant et pour le combattre réaffirmer par une loi que le port de la burqa n’a pas sa place en France.
Marie-José Letailleur




Libé sera toujours Libé, Joffrin sera toujours Joffrin

Les premières lignes de l’éditorial en date du 27/10/2009 de M. Laurent Joffrin, célèbre journaliste qu’on ne présente plus, me surprirent fort agréablement. Ce dernier y affirmait ne pas être opposé à la tenue d’un débat sur l’identité nationale. Tiens, tiens… Libération ne serait-donc plus l’organe de presse tout dévoué au sans-papiérisme et à l’immigration sans limites ? M. Joffrin allait même jusqu’à écrire que « ce qui est national n’est pas forcément louche, intolérant ou vichyste ». Et de dénoncer la « reductio ad petainum » qui, selon lui, empêchait toute discussion sereine, et de citer Jaurès et Jean Moulin. Aurait-on changé le logiciel de Libé, sous l’œil bienveillant de M. de Rotschild ?
Allons donc, pas de fausse joie, Le rédacteur en chef Joffrin n’allait tout de même pas se faire le chantre de la France moisie et de l’universalisme républicain le plus faisandé. D’ailleurs, cet éminent chroniqueur l’affirme sans ambages : oui, la définition de l’identité nationale doit changer et le plus tôt sera le mieux. Notre intellectuel de salon n’hésite d’ailleurs pas à le clamer haut et fort : il y a « urgence conceptuelle », rien moins ! A ces exhortations qui pourraient tout juste prêter à sourire, succèdent d’autres affirmations, tout aussi péremptoires et plus navrantes encore.
Cette fois, M. Joffrin sort l’artillerie lourde. L’assimilation, qui a été pendant longtemps opérante, et qui a permis à tant d’étrangers de partager l’héritage national, « exhale aujourd’hui des relents coloniaux » ! Gageons que ce pilonnage de nos principes républicains recueillerait le plein assentiment de dame Bouteldja et de ses Indigènes, selon lesquels les Français seraient des colonisateurs dans leur propre pays ! Oui, désormais la France est sommée de se plier aux valeurs et aux coutumes des étrangers qui viennent sur son territoire.
Je pensais pourtant que c’était l’inverse, mais que voulez-vous, j’ai encore la coupable faiblesse de m’accrocher à ce « modèle vétuste comme à un canot percé » pour reprendre la métaphore nautique du sieur Joffrin. Comme moi, les citoyens rétrogrades qui refusent cet état de fait seront donc emportés par la vague de la modernité multiculturelle. Je passe sur la « gauche républicaine et scrogneugneu », qui, comme un enfant capricieux et boudeur, fait sa mauvaise tête. Au coin, les récalcitrants !
Finalement, l’identité nationale est bien la seule qui n’ait pas le droit de cité. Les Français d’origine étrangère doivent conserver une part de leur traditions. M. Joffrin ne précise pas ce que recouvre cette « part ». Sera-t-elle étendue ou réduite à la portion congrue ? L’on peut, sans crainte de se tromper, parier sur la première hypothèse. Notre courageux éditorialiste enfonce d’ailleurs le clou en fustigeant la dénonciation de la burka.

Les auteurs de cette néfaste activité se rendraient ainsi incapables de comprendre la formidable richesse des cultures étrangères. Et la culture française dans tout ça ? Elle n’est plus qu’une parmi d’autres, tout comme la laïcité, d’ailleurs. L’on appréciera en outre, cette belle envolée lyrique, véritable concentré de la doxa rabâchée dans tous les médias à longueur de temps : « La France est déjà plurielle. On ne saurait le nier, à l’heure de l’Europe et de la mondialisation qui sont par nature mélange et métissage ». Je ne peux que tirer mon chapeau à M. Joffrin qui, en deux phrases a admirablement résumé la propagande actuelle. Un telle maîtrise dans l’art de la concision ne peut que laisser pantois…
Mais messire Joffrin n’allait pas s’en tenir là. Non, il n’aurait pu achever son article sans culpabiliser la France. L’égalité des droits doit donc entrer dans les faits pour « les minorités victimes de discrimination ». Après la France coloniale, il était tout à fait normal de sous-entendre que les minorités (là encore, il se garde bien de les définir) étaient sans cesse persécutées par la « majorité » (qui constitue le corollaire oppresseur de ces fameuses minorités). Il aura sans doute échappé à Laurent Joffrin que, dans nombre de villes, de quartiers… ces « minorités » sont la majorité. Que, dans ces territoires, l’immigration de masse a modifié le rapport de forces, et que la « majorité silencieuse » en subit, jour après jour, les effets. Mais cela reste quantité négligeable pour notre distingué germanopratin.
Après tout, la majorité tyrannique et oppressive n’est pas fondée à se plaindre de ce qui lui arrive, après tous les maux qu’elle a infligés aux minorités : colonialisme, racisme, universalisme. L’on pourrait même ajouter sexisme et paternalisme pour faire bonne mesure. Qu’on se le dise : la nation doit se tourner vers l’avenir et être d’humeur « résolument cosmopolite ». Le problème est que la France, comme toutes les autres nations du monde, n’a pas à être cosmopolite. Un pays « cosmopolite » ça n’existe tout simplement pas, car un pays n’est pas un monde en réduction.
Il est tout à fait normal que les étrangers qui veuillent s’y installer puissent y trouver leur place, mais à condition de respecter ses us et coutumes. Tout ne se vaut pas. Il est donc non moins normal que les valeurs de notre pays, que M. Joffrin foule aux pieds, aient une position dominante, qu’elles constituent un socle solide sur lequel bâtir un avenir commun. Mais Joffrin préfère un assemblage disparate de communautés coexistant plus ou moins pacifiquement sur un même territoire. Puisqu’il nous le dit : « il n’y a pas d’essence nationale ».
Quant à la lecture de la conclusion de ce magistral manifeste communautariste, elle ne provoque en moi que dégoût et nausée. Sans vergogne, Laurent Joffrin se permet de citer Ernest Renan : « la nation repose sur une histoire et une culture communes, établies par le temps », pour mieux récuser par la suite cette belle formule, proclamant que cet héritage doit « laisser leur place aux influences du grand large ». De grâce monsieur Joffrin, libre à vous de prôner le relativisme culturel, mais ne convoquez pas les mânes de Renan pour cautionner vos propres délires !
Marc ISULNOY




Oui, l'Identité nationale est une valeur fondamentale pour les républicains

Oui nous irons dans les débats sur l’Identité Nationale organisés par Eric Besson.
Certes, il ne s’attend pas sans doute à notre discours qui repose sur le fait que l’Identité Nationale que nous revendiquons est celle qui s’est construite depuis 1789 par l’action des républicains sur les valeurs émergeantes de la laïcité émancipatrice, celle qui a permis à la population de se libérer de l’oppression politique, civile et morale de l’Eglise catholique, mais également de se libérer, tout au moins en partie des féodalités de toute nature, notamment économiques et sociales, même si dans ces cas, il est vrai, cela s’est s’est révélé seulement par des avancées partielles mais quand même o combien significatives par la mise en place de services publics et d’une protection sociale collective.
Il s’attend seulement sans doute aux éructations indécentes de ceux qui, du PS à Besancenot, en passant par le MRAP, les Verts, les dirigeants de la LDH et les penseurs de salon de l’UFAL, qui assennent déjà sans vergogne et avec morgue leur précepte dogmatique. Celui-ci consiste à vouloir se préoccuper seulement des problèmes sociaux, en dehors de tout projet politique global de société. Pour cela, ils sont prêts à utiliser les bonnes paroles hypocrites du Vatican et de ses affidés, et celles mortifères des organisations islamiques mues par leur haine des USA , mais aussi par leur haine de toutes les valeurs démocratiques et de liberté de l’Occident, valeurs intrinsèques et universelles issues des Lumières.
Il sera donc nécessaire à chaque fois, de rappeler dans ces débats que notre identité nationale s’est forgée par une lutte politique de toutes les périodes depuis 1789, fondée sur l’idéal laïc à partir des principes que sont la liberté individuelle, l’égalité en droit , la fraternité sociale.
Ce fut en particulier :
– Le symbole du triomphe du peuple contre l’arbitraire par la journée du 14 juillet 1789, qui généra l’adoption du drapeau tricolore, maintenant insulté, dénigré ou dévalorisé par des populations islamisées et les bobos des beaux quartiers adeptes du relativisme culturel.
– L’abolition des privilèges de naissance avec la reconnaissance de la liberté individuelle et de l’égalité en droit pour chacun, la reconnaissance de la valeur de la loi édictée par le peuple comme expression de la volonté générale, tout cela contenu dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789, après l’élan émancipateur amené par la célèbre nuit du 4 août.; toutes ces acquisitions sont désormais battues en brèche par ceux qui prônent la différence des droits selon la communauté.

– La Marseillaise, chant de lutte contre l’oppression et la tyrannie, popularisée par les soldats de l’an II, et sifflée désormais systématiquement dans les stades sportifs par un lumpen prolétariat manifié par nos islamogauchistes, et dont les paroles sont remises en cause aussi par des associations anti-républicaines.
 La définition républicaine du concept juridique de la nation, qui reconnaît à tous les habitants du même territoire la qualité de citoyen, en dehors de toute origine ethnique et appartenance communautaire, religieuse ou autre, alors que désormais on assiste à cet invraisemblable concept de l’existence d’une classe de sous-citoyens, ceux qui auraient le droit de voter seulement dans les élections locales tout en refusant d’acquérir la nationalité française et donc les devoirs attachés à cette qualité meme en résidant en permanence dans notre pays.
 L’introduction du suffrage universel direct, maintes fois aboli, maintes fois restauré en deux siècles jusqu’à son stade ultime qui fut celui de la reconnaissance du vote des femmes, avec la pleine acquisition de l’égalité civile dans leurs droits de citoyennes, suffrage universel direct qui permet de concevoir « la volonté générale du peuple » pour ériger des lois en faveur de « l’intérêt général. » de la nation. Alors que de plus en plus s’introduisent subrepticement des organes de décisions sans élections ou à plusieurs degrés opaques d’élections, ce qui aboli le caractère démocratique des institutions (et permet népotisme et compérage comme dans le cas de l’EPAD du quartier de la Défense)
 L’institution de l’enseignement public confié à l’état, et l’obligation de l’enseignement à tous jusqu’à 12ans, puis jusqu’à 14ans, et enfin jusqu’à 16 ans, alors que désormais la course au privilèges de l’enseignement privé confessionnel prend un tour on ne peut plus indécent avec la loi Carle et les accords Kouchner-Vatican, qui ont fait suite aux accords Lang-Cloupet, sans compter le sabotage du rôle de l’école dans la transmission des connaissances et du savoir par les adeptes du relativisme culturel
 L’instauration progressive des services publics , donc accessibles à tous notamment du point de vue du coût, de la poste à l’université , de la justice à la sécurité, de la santé aux services d’aide à l’enfance et aux handicapés, etc…, qui sont désormais systématiquement privatisés pour le plus grand profit des intérêts de la finance mondiale.
 La création des systèmes de protection sociale collective , de l’assurance maladie à l’assurance vieillesse et de retraite, de la famille aux sans emploi., eux aussi privatisés systématiquement pour le plus grand profit des intérêts de la finance mondiale.
 Le combat pour la liberté de l’avortement et de la contraception, qui a fait suite, même à distance, à la mise en place du mariage civil et du divorce, tous menés et acquis contre les forces obscurantistes religieuses., lesquelles désormais remettent en cause ces acquis un à un pour asseoir leur domination obscurantiste et antihumaniste sur la société.
 Enfin et surtout la séparation des églises et de l’état par la loi de 1905 qui permis l’avancée émancipatrice considérable de notre société laïque dans laquelle les préceptes religieux doivent s’adapter aux lois républicaines émancipatrices, et non l’inverse comme cela est demandé désormais par les organisations musulmanes même par celles qui se disent modérées.
Effectivement, monsieur Besson, tous ces acquis sont menacés actuellement par le gouvernement auquel vous appartenez et les forces politiques réactionnaires soutenues par la finance capitaliste mondiale qui se sert pour arriver à ses fins des agissements des forces nationalistes et religieuses obscurantistes de toute nature.
Il est vrai que, quoi que vous disiez et quel que soit les invectives dont vous faites l’objet par les bien-pensants et les pensant-bien, vous êtes puissamment aidé dans cette volonté de destruction des valeurs laïques et républicaines
– Par les forces politiques compassionnelles de la gauche et de l’extrême gauche, faussement anticapitalistes comme le NPA qui prône la libre immigration laquelle ne peut se révéler qu’en faveur des intérêts de la finance mondiale car elle permet par sa pression sociale de détricoter une à une tous les lois sociales, si chèrement acquises par nos ainés et ancêtres.
– Par le MRAP et ses islamogauchistes qui luttent pour l’instauration de la différence des droits et la reconnaissance des lois discriminatoires de la Charia en faveur d’une supposée communauté et donc qui luttent pour la destruction de nos valeurs laïques,
– Par les association et mouvements historiquement laïques (Ligue de l’enseignement, UFAL, LDH et autres) mais qui ont abandonné le combat pour l’émancipation individuelle et collective par complaisance, par lâcheté ou par intérêt électoral de leurs dirigeants et responsables, voire par compassion pour des populations immigrées soumises à l’influence de forces religieuses obscurantistes,.
Oui, monsieur Besson, que vos débats sur l’Identité Nationale soient l’occasion du réveil de l’idéal laïque et républicain dans notre pays!!! C-est ce que nous souhaitons.
Hubert SAGE




Nous aimons la beauté démocratique

Le débat sur l’identité nationale, après la mission parlementaire sur le voile intégral, peut être un moment clé de l’histoire de notre pays. Chacun sent bien qu’il faut faire quelque chose, que la France ne peut pas continuer comme cela. Les citoyens ordinaires, ceux qui prennent les transports en commun, vivent dans les zones urbaines et sont confrontés aux réalités de la vie quotidienne, constatent les changements qui s’opèrent dans la société française. De nombreuses zones rurales découvrent ce phénomène. On peut leur mentir à longueur de temps sur la réalité de l’immigration, ce déni de réalité ne résiste pas à leur vécu quotidien. On peut sous-estimer l’importance de la progression du voile, intégral ou pas, la réalité finit par l’emporter sur le dogme.
C’est sur ce terrain que ce gouvernement, passé maître dans l’art des effets d’annonce, souvent sans lendemain, a la chance d’avoir face à lui une gauche que Malek Boutih, pendant 10 minutes, décrit avec une lucidité pleine d’amertume. Ancien président de SOS Racisme, aujourd’hui membre du Parti socialiste, proche de Ségolène Royal et de Julien Dray, auteur d’un rapport sur l’immigration, en 2004, que le PS refusera de discuter, il se livre à un constat accablant, mais lucide, sur ce qu’est devenue sa famille politique.
Malek Boutih : le PS ne gagnera plus une élection
Nous ne partageons pas l’intégralité des propos de Malek Boutih, mais nous apprécions un discours courageux, où la langue de bois a été laissée au vestiaire. Les deux passages les plus importants de cette interview concernent, selon nous, l’incapacité d’aborder sereinement l’immigration, et le rapport à la démocratie. Malek explique que la gauche n’a pas fait sa révolution démocratique, et que sa vision du monde s’est arrêtée à 1970. Il touche juste quand il exprime qu’en son sein, une vision totalitaire, manichéenne, héritée du stalinisme, empêche tout vrai débat. Il enfonce le clou quand il parle de l’incapacité de cette gauche à utiliser la « beauté démocratique » pour bonifier les débats de société.

Souvenons-nous de ces vingt dernières années…
– Vous êtes contre le voile à l’école, en 1989 ?
– Vous manquez d’enthousiasme devant la construction européenne, voire devant l’idée même d’une Europe ?
-Vous constatez qu’il y a un problème de sécurité dans les quartiers ?
– Vous osez affirmer que la majorité des délinquants est issue de l’immigration post-coloniale ?
– Vous êtes choqué que La Marseillaise soit sifflée trois fois en huit ans, au Stade de France ?
-Vous pensez que la régularisation de tous les sans-papiers n’est pas une bonne idée, en période de chômage de masse, pour les salariés de ce pays, Français ou étrangers ?
– Vous pensez qu’il n’est pas normal que quelqu’un qui travaille au smic ait un niveau de vie inférieur à celui qui cumule RMI et aides sociales ?
– Vous défendez l’intégration ?
– Vous défendez la Nation ?
– Vous défendez la République ?
– Vous vous réclamez d’une laïcité de combat, face à l’offensive de l’islam ?
– Vous vous inquiétez du naufrage de l’Ecole publique ?
– Vous avez du mal à comprendre que plus il y a de fautes d’orthographe, plus il y a de bacheliers ?
– Vous vous inquiétez que les enseignants soient de moins en moins respectés par les élèves ?
– Vous pensez que l’Etat-Nation est indispensable pour défendre les acquis sociaux contre la mondialisation libérale ?
– Vous trouvez étonnant qu’on ait des discours compassionnels pour les délinquants, et pas un mot pour les victimes ?
– Vous pensez que les radars Sarkozy sont un racket d’Etat contre les automobilistes, dont les plus démunis socialement sont les premières victimes ?
– Vous contestez le discours culpabilisant de Nicolas Hulot ?
– Vous réclamez une loi contre les signes religieux à l’école ?
– Vous réclamez une loi contre le voile intégral ?
– Vous voulez participer au débat sur l’identité nationale ?
Etc. etc. etc.

Photo prise au carrefour des rues Myrha et Léon, vers 14h20, vendredi 30 octobre 2009. Une gamine fortement voilée encadrée de deux Belphégor. Pour le socialiste Vincent Peillon, « la burqa ne menace pas l’identité nationale »
Ce sont là, entre autres, des questions qui concernent notre pays, la vie de millions de salariés, et l’avenir de nos enfants et petits-enfants. Cette gauche, au lieu de prendre une position que ses électeurs puissent comprendre, qui corrresponde à ses fondamentaux laïques et universalistes, n’a souvent comme seule réponse que l’invective (Le Pen, raciste, fasciste, pétainiste….).
Comment s’étonner du 21 avril 2002 ? Quand on abandonne au parti de Jean-Marie Le Pen des thèmes qu’il est le seul à aborder, et que la gauche n’a pas pris la peine de démonter efficacement par une juste analyse, on jette forcément les électeurs dans ses bras.
Qu’il y ait un calcul politicien, de la part du gouvernement, de Nicolas Sarkozy ou d’Eric Besson ne fait aucun doute. Mais, en refusant de discuter de l’identité nationale, autrement que par cris hystériques « Pétain, Pétain », en abandonnant ce thème à la droite et à Marine Le Pen, qui a sauté sur l’occasion, les Aubry, Buffet, Mamère, Besancenot ne font que confirmer les propos de Malek Boutih, et leur sclérose. Pourquoi cette gauche n’a-t-elle rien eu à dire sur le voile à l’école, sur les sifflets de La Marseillaise, sur la prolifération de burqas, sur les violences urbaines ? Pourquoi est-elle incapable, avec les arguments que développe Hubert Sage, de répondre efficacement à Eric Besson et au gouvernement, dont la politique tourne le dos à l’identité nationale ?
Oui-l-Identite-nationale-est-une valeur fondamentale pour les Républicains.html
Riposte Laïque, en refusant le « laïquement correct », s’est exposé à une campagne de diffamation, relayée dans « Le Monde ». Cela ne fait que confirmer que le constat de Malek Boutih dépasse bien plus largement les seuls partis de gauche, mais touche aussi des secteurs associatifs qui se disent laïques, féministes ou républicains… sans avoir rompu avec les pires réflexes hérités du stalinisme.
Notre réponse ? Notre journal, deux fois par semaine, notre livre « Les dessous du voile », nos initiatives militantes, nos conférences,notre soif du débat, sans aucun tabou.
Conférence Pierre Cassen à Saint-Leu (1re partie)
2e partie
3e partie
En nous réclamant des esprits libres, nous ne prétendons pas avoir raison sur l’ensemble des questions que nous développons. Mais nous refuserons toujours de céder à la pression du politiquement correct, aussi violente et agressive soit-elle. Nous voulons profiter à fond de ce que Malek Boutih appelle « La beauté démocratique ».
Il y a tellement de citoyens, dans ce monde, qui nous envient…

MIEUX CONNAITRE RIPOSTE LAIQUE

Interview donnée à Radio Libertaire par nos deux collaborateurs, Anne Zelensky et Pierre Cassen, qui expliquent fort bien la philosophie de notre journal (aller sur notre site, à droite, sous la présentation du livre « Les dessous du voile ».
Conférence Pierre Cassen à Saint-Leu (1re partie)
2e partie
3e partie

SIGNER LA PETITION CONTRE LE VOILE ET LA BURQA

http://www.ripostelaique.com/Halte-a-la-burqa-et-au-voile.html

LES PROCHAINES CONFERENCES RIPOSTE LAIQUE

Jeudi 5 novembre
à 20 heures, à Lille
Siège de la MRES, 23, rue Gosselet,Métro le plus proche « République ».
A l’invitation de l’AFAL, (Association Familiale Laïque de Lille et environs), membre de la structure MRES ex-MNE (Maison de la Nature et de l’Environnement).
Conférence-débat : Les enjeux féministes et laïques de la mission parlementaire sur le voile intégral
avec Pascal Hilout, membre de la rédaction de Riposte Laïque, fondateur du nouvel islam, auditionné par la mission parlementaire sur le voile intégral,
et Marie-José Letailleur, infirmière, présidente de L’AFL de Champs-sur-Marne, présidente d’une association citoyenne contre l’implantation illégale d’une mosquée salafiste dans sa ville.

COMMANDER LES AUTOCOLLANTS

http://www.ripostelaique.com/Tous-a-vos-autocollants-voile-et.html

COMMANDER LES DESSOUS DU VOILE

http://sitamnesty.wordpress.com/2009/03/11/livre-les-dessous-du-voile/