1

Mayotte, un nouveau Lampedusa français, à cause de l’irresponsabilité de nos gouvernants

Mayotte devient, sans aucune consultation de la population française, le 101e département en cette fin mars 2011.

Pourquoi passer du statut de « Collectivité d’Outre Mer » à celui de « D.O.M « ? Bien évidemment, même si cela relève du non-dit, en 1er pour bénéficier du salaire minimum de métropole et de l’intégralité des aides sociales françaises et autres Rsa-Rmi….

Mais Mayotte, c’est une population musulmane de 200 000 âmes qui a été multipliée par 7 en une dizaine d’années en raison du très fort taux de natalité îlien ( 63% de la population a moins 25 ans) , accentué par une polygamie largement pratiquée (et acceptée de fait par les autorités -une sacrée épine pour la laicité républicaine- ) auquel s’ajoute celui de l’immigration massive, moralement irrepoussable, des « boats people » de femmes enceintes des Comores voisines (ces ex-territoires français qui ont pourtant voté leur indépendance en 1974, contrairement à Mayotte), venant accoucher sur le territoire français….

Bien sûr on connaissait en Guyane, en Guadeloupe, à St Martin l’immigration massive des pays pauvres voisins et sa résultante d’accroisement des naissances au point de déstabiliser les populations natives et de rendre explosives des sociétés soumises de plus en plus au chômage et à la délinquance, voire à une criminalité très inquiétante (cas de St Martin dont la population a été multipliée par 5 en 7 ans fin 80-début 90 et de certaines régions de Guyane).

Mais la situation de Mayotte est inédite en France puisque ce nouveau département est composé quasi-exclusivement de musulmans.

De plus, l’Afrique commence à réaliser que proche du continent se trouve la France, la « vraie » maintenant, et ce beaucoup moins loin que celle d’Europe, au point qu’une immigration africaine (y compris de l’Ouest africain ! ) se développe très rapidement sur l’île et commence à provoquer un sentiment d’envahissement chez les Mahorais eux-mêmes… Vu le nombre de guerres civiles en Afrique, ces clandestins ne peuvent que se multiplier et pourront tous prétendre au statut de réfugié.

Mayotte, un nouveau Lampedusa français, peuplé de musulmans et de plus en plus de réfugiés africains?

Alain Maillard




Mayotte, un nouveau Lampedusa français, à cause de l'irresponsabilité de nos gouvernants

Mayotte devient, sans aucune consultation de la population française, le 101e département en cette fin mars 2011.
Pourquoi passer du statut de « Collectivité d’Outre Mer » à celui de « D.O.M « ? Bien évidemment, même si cela relève du non-dit, en 1er pour bénéficier du salaire minimum de métropole et de l’intégralité des aides sociales françaises et autres Rsa-Rmi….
Mais Mayotte, c’est une population musulmane de 200 000 âmes qui a été multipliée par 7 en une dizaine d’années en raison du très fort taux de natalité îlien ( 63% de la population a moins 25 ans) , accentué par une polygamie largement pratiquée (et acceptée de fait par les autorités -une sacrée épine pour la laicité républicaine- ) auquel s’ajoute celui de l’immigration massive, moralement irrepoussable, des « boats people » de femmes enceintes des Comores voisines (ces ex-territoires français qui ont pourtant voté leur indépendance en 1974, contrairement à Mayotte), venant accoucher sur le territoire français….
Bien sûr on connaissait en Guyane, en Guadeloupe, à St Martin l’immigration massive des pays pauvres voisins et sa résultante d’accroisement des naissances au point de déstabiliser les populations natives et de rendre explosives des sociétés soumises de plus en plus au chômage et à la délinquance, voire à une criminalité très inquiétante (cas de St Martin dont la population a été multipliée par 5 en 7 ans fin 80-début 90 et de certaines régions de Guyane).
Mais la situation de Mayotte est inédite en France puisque ce nouveau département est composé quasi-exclusivement de musulmans.
De plus, l’Afrique commence à réaliser que proche du continent se trouve la France, la « vraie » maintenant, et ce beaucoup moins loin que celle d’Europe, au point qu’une immigration africaine (y compris de l’Ouest africain ! ) se développe très rapidement sur l’île et commence à provoquer un sentiment d’envahissement chez les Mahorais eux-mêmes… Vu le nombre de guerres civiles en Afrique, ces clandestins ne peuvent que se multiplier et pourront tous prétendre au statut de réfugié.
Mayotte, un nouveau Lampedusa français, peuplé de musulmans et de plus en plus de réfugiés africains?
Alain Maillard




Lettre ouverte à Bernard Thibault, secrétaire de la CGT

Monsieur Thibault,
Je tiens à vous exprimer mon inquiétude et mon indignation à propos de la scène qui s’est déroulée lundi 28 mars après-midi devant le siège de la CGT. Une foule de CGTistes appuyée par des gauchistes et des sans-papiers (dont on se demande quelle est leur légitimité à manifester, eux qui osent défier les lois et la police), a hurlé sa haine et son intolérance, au passage de Fabien Engelmann. Ce dernier a été insulté, menacé physiquement, par une foule haineuse  qui lui crachait dessus. Quelle terrible image pour votre organisation syndicale, qui se réclame des valeurs émancipatrices de la classe ouvrière, et prétend lutter contre le fascisme !

Il se trouve que cette situation me concerne à deux titres : le premier c’est que Fabien, outre ses engagements à la CGT et au FN, fait partie de mon association, Résistance républicaine, qui rassemble des citoyens de tous bords et qui permet à des gens de Parti de Gauche ou du MRC de discuter avec d’autres qui sont à Debout la République ou au FN, en se respectant, en s’écoutant ; alors je m’insurge contre le sort fait à mon adhérent, qui aurait pu être carrément lynché si le service d’ordre ou la police n’étaient pas intervenus. En France, en 2011, devant vos locaux, et par vos adhérents dont la haine crevait l’écran du reportage de FR3, monsieur Thibault. Le deuxième, c’est que la citoyenne républicaine que je suis est révoltée de voir où mènent votre intolérance  et votre parti-pris de type stalinien : à pousser à la haine de l’autre et à des comportements de foule hystérique.
Certes, je ne pense pas que vous ayez appelé à manifester, et vous me répondrez que vous avez assuré sa sécurité. Mais la publicité que vous avez faite à « l’affaire Engelmann », la manière dont vous avez cherché à diaboliser un jeune homme sain, honnête, la manière dont vous lui avez fait un procès inique sur ses engagements politiques est lourde de conséquences. La confiance que ses camarades de section ont persisté à lui accorder, malgré vos calomnies, malgré leur éviction, ses déclarations pleines de bon sens et de droiture prouvent qu’il n’a rien d’un extrémiste ni d’un fasciste.
Vous avez en effet permis que des militants facilement manipulables, prompts à crier au  diable, se montent la tête et aient décidé de faire un accueil digne des ligues fascistes d’avant-guerre à Fabien. Honte sur eux.
Oui, monsieur Thibault, ne vous en déplaise, le visage du fascisme, que vous prétendez combattre, est dans votre camp. C’est la CGT que vous dirigez qui refuse la liberté de penser, de choisir, de s’engager, en dignes héritiers du parti unique stalinien. Comme ce dernier vous trahissez la cause des ouvriers que vous prétendez défendre. Osez dire que Fabien Engelman ne défend pas mieux que vous les travailleurs français ET immigrés en s’opposant par son engagement politique à la venue d’une main d’œuvre illégale qui fait baisser les salaires et monter le chômage des travailleurs. Osez dire qu’il est normal que des gens qui ont laissé voter sans rien dire le Traité de Lisbonne en 2008, qui instaurait la concurrence libre et non faussée qui se traduit par fermetures d’entreprises, délocalisations et donc chômage des salariés que vous êtes censés défendre, se comportent comme des nervis devant celui qui n’a d’autre tort que d’assumer un engagement politique que vous ne partagez pas… Mais je crois savoir, Monsieur Thibaut, que vous étiez favorable à ce que votre centrale syndicale vote pour le TCE, en 2005, comme une vulgaire CFDT, et que vous avez été mis en minorité par votre base… Est-ce l’explication de votre rancoeur contre un militant qui mène un combat sans concession pour le retour de la souveraineté de notre pays, et pour la rupture avec une Union européenne au service de la mondialisation libérale ?

« La CGT est restée sourde à mes arguments » par Europe1fr
Tout cela ne vous interpelle-t-il pas, monsieur Thibault ? J’ose espérer que si et que, loin de vous réjouir d’une mobilisation malsaine, vous veillerez, au sein de la CGT, à respecter les engagements de l’ensemble de vos militants, comme la Charte d’Amiens de 1906 le stipule.
Au fait, vous qui dites que la préférence nationale est incompatible avec les valeurs de la CGT, êtes-vous favorable à ce qu’elle ne s’exerce plus dans la fonction publique ?
Ne croyez-vous pas que, plutôt que de reproduire des images qui « rappellent les heures les plus sombre de VOTRE histoire », vous ne feriez pas mieux de lancer un vrai débat démocratique, au sein de votre centrale, sur un protectionnisme social, solidaire et patriote, qui, face à la mondialisation libérale, est la seule défense qui demeure aux salariés de notre pays ?
Si vous preniez cette décision, les adhérents de Résistance républicaine qui militent à la CGT seraient ravis d’enrichir un débat qui serait à l’honneur de votre centrale syndicale.
Christine Tasin
Présidente de Résistance républicaine




Nous confirmons que l’islam est incompatible avec la République laïque !

Nous vous avions informé du dépôt de plainte à l’encontre de notre journal par nos « amis » de la LDH, qui, absents du procès contre Zemmour, se sont concentrés sur Riposte Laïque. Eh bien, après trois mois d’instruction policière, nous avons appris la nouvelle : c’est à notre tour d’être traînés devant les tribunaux par les nouveaux Torquemada de l’anti-racisme, si on en croit ce communiqué.

http://www.ldh-france.org/Deux-responsables-de-Riposte

Nous apprenons donc, et cela ne paraît pas un poisson d’avril anticipé, que Pierre Cassen et Pascal Hilout, né Mohamed, seraient des personnages fort dangereux, incitant, par leurs écrits, à la haine raciale, rien de moins ! Ne vous laissez pas tromper par le communiqué, le procès n’aura pas lieu le 29 avril, ce n’est qu’une réunion technique, où seront déterminés la date des audiences, le nombre de témoins fournis, et quelques détails juridiques. Selon notre avocat, Maître Joseph Scipilliti, ce procès n’aura pas lieu avant les vacances. Comme le disait Pierre Cassen à la sortie de son audition par la Préfecture de police, nous aurions été sereins en cas de classement de l’affaire, nous le sommes tout autant à l’idée de répondre à la convocation de la justice de notre pays. Nous allons organiser calmement notre défense, nous vous informerons dès que nous aurons des informations supplémentaires, et nous ne doutons pas que vous saurez répondre présents quand nous allons vous solliciter.

http://www.dailymotion.com/video/xgryl1_pierre-cassen-auditionne-suite-a-une-plainte-de-la-ldh_news

[dailymotion video/xgryl1]

Mais en attendant, nous avons du travail, et l’actualité est notre première urgence. N’en déplaise donc aux Tubiana-Sopo-Jakubowicz-Aounit, qui vivent grâce à nos impôts, et pervertissent la noblesse du nécessaire combat contre le racisme, nous allons persister et signer : nous considérons que l’islam n’est pas seulement une religion, mais d’abord et avant tout un projet politico-religieux totalitaire, et que c’est une peste verte qui menace notre pays. Nous considérons, pour reprendre le titre du livre de René Marchand, que « La France est en danger d’islam ».

Le 5 avril, l’UMP va organiser un débat sur la laïcité. Notons que l’intitulé du débat, qui, au départ, était prévu sur l’islam, montre une première reculade spectaculaire. Ce débat, provoqué dans la panique, dans un premier temps, par Nicolas Sarkozy, se voulait une réponse à la montée de Marine Le Pen, qui a affolé tous les états-majors de France et de Navarre, qu’ils soient de droite ou de gauche. Nous avons même vu, à l’intérieur de l’UMP, un véritable torpillage de l’initiative, venu des islamo-collabos habituels, notamment Fillon et Juppé. Ce matin, encore, l’initiative était contestée, et Sarkozy a dû taper du point sur la table pour la maintenir, c’est dire l’ampleur de l’affolement à l’UMP !

LE FRONT REPUBLICAIN

Nous avons vu, dès l’annonce de ce débat, Boubakeur et Dahmane, le conseiller musulman franco-algérien de Sarkozy, monter au créneau, et encourager tous les musulmans à quitter l’UMP ! Quel aveu de communautarisme ! Nous avons constaté que le fameux conseiller musulman de Sarkozy, bien que grassement payé par l’Education nationale depuis des années, se disait davantage Algérien que Français, et ne cachait même plus sa haine de notre pays ! Ultime infâmie, il ose, en ce jour, appeler les musulmans à porter une étoile verte, pour protester contre le débat du 5 avril ! Et c’est cet homme qui a reçu la Légion d’honneur des mains de Sarkozy, en même temps que notre amie Annie Sugier ! Et c’est cet homme qui a conseillé Nicolas Sarkozy pendant des années ! Beau sujet de réflexion sur la double-nationalité !

Nous avons, comme à l’occasion du débat sur l’identité nationale, vu les médias de la bien-pensance s’agiter, et pétitionner. Cette fois, c’est Le Nouvel Observateur de notre grand « ami » Joffrin qui a relayé une pétition, lancée par quatre obscurs musulmans inconnus, expliquant qu’il ne fallait pas débattre sur l’islam, que cela n’était pas bien ! Immédiatement, la gauche a joué les moutons de Panurge pour reprocher au président de la République d’être le responsable de la montée du Front national en assimilant le débat sur l’islam à du racisme, rien de moins ! Sans vergogne, nous avons vu les signatures de Martine Aubry, Laurent Fabius, Daniel Cohn-Bendit, Christiane Taubira, Fodé Sylla, Patrick Klugman, Esther Benbassa, Patrick Lozes, Alima Boumediene Thiery, se lier à celles de Tariq Ramadan, Tariq Oubrou, Larbi Kechat Marc Cheb Sun. Pourtant, comme Copé n’a pas manqué de la souligner, le PS avait lui-même, fin 2010, organisé un débat sur la laïcité… mais chut !

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110323…OBS0156/non-au-debat-proces-de-l-islam-un-appel-du-nouvel-obs-et-de-respect-mag.html

Il faut croire qu’à la veille des élections, la connivence entre islamo-collabos et adeptes de la charia se voyait trop, puisqu’Aubry et Fabius ont retiré leur signature quand ils ont appris, horreur, que Tariq Ramadan faisait partie des signataires, sans voir que le problème n’est pas qu’il y ait le nom de Ramadan à côté du leur mais qu’ils puissent avoir une vision de la liberté d’expression si semblable à celle des islamistes, adeptes de la lapidation des femmes et de la condamnation à mort des homosexuels qu’ils puissent signer la même demande d’interdiction de débat !

Cette anecdote, et combien d’autres, montre la pression qu’exerce l’islam sur la société française, et les complicités dont bénéficient, à droite comme à gauche, les disciples de la religion d’amour, de tolérance et de paix. La lecture de chaque numéro de Riposte Laïque vous apprend un nouvel épisode révélateur de l’ampleur de l’agression islamiste. Cette semaine, vous découvrirez, grâce à un de nos lecteurs, qu’à Nanterre, une mosquée munie d’un minaret diffuse par haut-parleur  l’appel à la prière, tous les vendredis ! Que dire de cette information montrant que la Grande Mosquée de Lyon appelle de manière à peine déguisée à l’insurrection, si la journée du 5 avril était maintenue ! Voilà la réalité, nous avons, depuis trente ans, des gouvernements qui tremblent devant le chantage à l’émeute agité régulièrement par les dignitaires musulmans !

Quitte donc à aggraver notre cas, nous allons, tout au long de cette semaine, tous les jours, diffuser des articles sur la réalité de l’islam, et sur les mesures de salut public qu’il convient de prendre, dès aujourd’hui, si nous ne voulons pas que la société française continue d’être rongée par cette peste verte qui est en train de la détruire.

Nous connaissons par coeur le discours politiquement correct :

– L’islam est une religion d’amour seulement pervertie par une toute petite minorités d’extrémistes ;

– Les malheureux n’ont pas assez de mosquées, il est du devoir de la République laïque de rattraper ce retard, et cette injustice ;

– Plus il y aura de mosquées, et plus l’islam de France pourra s’épanouir, au détriment de l’islam des caves ;

– Il faut former des imams, pour qu’ils véhiculent auprès des musulmans le discours de la République ;

– Il faut que la République s’adapte à la deuxième religion de France, pour éviter que les malheureux ne se sentent rejetés ;

– Il faut que la laïcité s’adapte à cette donnée nouvelle, et ne pas en rester à une lecture dogmatique de la loi de 1905, donc aider au financement des mosquées…

– Attaquer l’islam bille en tête, comme le fait Riposte Laïque, c’est jeter dans les bras des intégristes les musulmans modérés…

Eh bien, c’est ce discours mortifère pour la société française que nous allons démonter, tout au long de ce numéro, et de la semaine.

Nous allons oser écrire, et démontrer, que :

– L’islam n’a pas sa place en France, à moins de la suppression d’une partie des préceptes du coran.

– L’immigration est la première responsable de la progression de l’islam.

– L’islam n’est pas une religion comme les autres, c’est un projet politico-religieux totalitaire incompatible avec nos principes démocratiques et laïques.

– Le Coran contient des passages qui sont de véritables appels au meurtre contre les infidèles, les athées, les juifs, les homosexuels et les femmes.

– Il ne pourra pas se réformer en France, cela ne pourra venir que des pays arabo-musulmans, puisqu’il n’y a, pour les musulmans, qu’un seul et même coran, qu’un seul et même livre sacré donnant les règles de vie de tous les musulmans du monde entier.

Nous sommes donc fondés à demander aux politiques de pratiquer le principe de précaution.

– Le voile, intégral ou pas, n’a pas sa place dans notre pays, parce qu’il remet en cause l’égalité des hommes et des femmes.

– Le halal est un colonialisme alimentaire, et les méthodes barbares avec laquelle on met à mort des animaux sont inacceptables en France.

– Les entreprises françaises n’ont pas à subir le ramadan, ni des horaires particuliers qui seraient destinés à adapter l’entreprise à cette religionn et n’ont pas à être équipées de salles de prières.

– Les hôpitaux n’ont pas à accepter des démonstrations prosélytes, style prières ou ablutions.

– L’école de la République n’a pas à adapter ses programmes scolaires à l’islam, et à la diversité, en niant notre propre Histoire.

– Les écoles coraniques endoctrinent des centaines de milliers de gamins, sur notre territoire, et les encouragent à détester notre pays, nos valeurs et à ne respecter que la charia, aux dépens de nos lois.

– La finance islamique, pour laquelle il a fallu changer le code civil, est incompatible avec l’égalité des citoyens devant un service dû à tous, et n’a pas davantage sa place en France.

– L’islam est le fer de lance d’une reconquête cléricale, pour le plus grand plaisir de la hiérarchie catholique, qui préfère s’allier, de manière suicidaire, avec les fous d’Allah, contre les laïques.

On se demande d’ailleurs pourquoi il faut à l’UMP une journée de débat. Il suffit d’écouter les 25 interventions des assises sur l’islamisation de nos pays (que les grands démocrates de gauche, derrière Delanoé, Fourest, stalino-gauchistes et Torquemada de l’anti-racisme ont voulu faire interdire), pour comprendre que la question n’est plus là. Il faut être sot ou aveugle pour ne pas comprendre que la situation est fort simple : partout en Europe, en misant sur l’immigration massive et la démographie, les islamistes progressent, attaquent notre modèle de société, et entendent y substituer le leur : la charia.

Il suffit de regarder cette vidéo, montrant à Londres, une manifestation, ce vendredi, pour comprendre le modèle de société qui nous attend.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=rq4el7gyPas[/youtube]

Plus nos gouvernements attendront pour prendre des mesures à la hauteur de l’agression que nous subissons, plus ils nous mettront en danger, et plus la reconquête laïque sera douloureuse et coûteuse. Mais nos élites n’ont-elles pas déjà capitulé, et ne considèrent-elles pas que l’islamisation de la France, et de l’Europe, est quelque chose d’inéluctable, voire de souhaitable ?

Comment comprendre autrement l’attitude ahurissante de l’Union européenne, de l’UMP et de toute la gauche, devant la situation italienne, et l’afflux massif de milliers d’immigrés, à Lampedusa, qui ne cachent même pas, pour la majorité d’entre eux, leur objectif : la France ! Si nous étions des adeptes de la théorie du complot, nous écririons qu’affolés de la prise de conscience européenne, par les peuples, du péril qui les guette, eux, leurs enfants et petits-enfants, les dirigeants accélèrent une immigration majoritairement musulmane, pour rendre minoritaires au plus vite les populations d’origine, et leur substituer une autre population.

Nous ne savons pas si, selon les lois Tubiana-Aounit-Sopo-Jakubowicz, nous avons encore le droit d’écrire cela, sans finir une autre fois au tribunal. Mais nous l’écrirons quand même, puisque c’est la réalité, et la vérité.

Tout au long de cette semaine, nous essaierons de rester fidèles à ce qu’est Riposte Laïque : un journal électronique indépendant, constitué d’esprits libres, soucieux de réveiller les consciences, et de permettre un véritable front républicain, pour défendre un modèle de société auquel nous tenons… et que l’islam veut détruire, avec l’aide de ses collabos.

Un journal électronique qui ne vit que par la générosité de ses contributeurs, et n’est constitué que de bénévoles, d’origines politiques fort différentes, unis par l’amour de la France, et de sa République laïque, féministe et sociale.

Cette semaine, tous les jours, nous ajouterons, sur notre site, des éléments nouveaux au débat sur l’islam, et nous ferons un numéro spécial, ce vendredi, sur cette question.

Lisez nous attentivement, dans les prochains numéros, puisez les meilleurs arguments pour convaincre votre entourage de la gravité de la situation, et continuez à nous faire connaître.

Les gauchistes, dans leurs manifestations, scandent parfois : « le fascisme, c’est la gangrène, où on l’arrête, ou on en meurt ».

Pour une fois, Riposte Laïque partage les mots d’ordre des gauchistes… sauf que ces derniers se trompent de fascisme !




Nous confirmons que l'islam est incompatible avec la République laïque !

Nous vous avions informé du dépôt de plainte à l’encontre de notre journal par nos « amis » de la LDH, qui, absents du procès contre Zemmour, se sont concentrés sur Riposte Laïque. Eh bien, après trois mois d’instruction policière, nous avons appris la nouvelle : c’est à notre tour d’être traînés devant les tribunaux par les nouveaux Torquemada de l’anti-racisme, si on en croit ce communiqué.
http://www.ldh-france.org/Deux-responsables-de-Riposte
Nous apprenons donc, et cela ne paraît pas un poisson d’avril anticipé, que Pierre Cassen et Pascal Hilout, né Mohamed, seraient des personnages fort dangereux, incitant, par leurs écrits, à la haine raciale, rien de moins ! Ne vous laissez pas tromper par le communiqué, le procès n’aura pas lieu le 29 avril, ce n’est qu’une réunion technique, où seront déterminés la date des audiences, le nombre de témoins fournis, et quelques détails juridiques. Selon notre avocat, Maître Joseph Scipilliti, ce procès n’aura pas lieu avant les vacances. Comme le disait Pierre Cassen à la sortie de son audition par la Préfecture de police, nous aurions été sereins en cas de classement de l’affaire, nous le sommes tout autant à l’idée de répondre à la convocation de la justice de notre pays. Nous allons organiser calmement notre défense, nous vous informerons dès que nous aurons des informations supplémentaires, et nous ne doutons pas que vous saurez répondre présents quand nous allons vous solliciter.
http://www.dailymotion.com/video/xgryl1_pierre-cassen-auditionne-suite-a-une-plainte-de-la-ldh_news
[dailymotion video/xgryl1]
Mais en attendant, nous avons du travail, et l’actualité est notre première urgence. N’en déplaise donc aux Tubiana-Sopo-Jakubowicz-Aounit, qui vivent grâce à nos impôts, et pervertissent la noblesse du nécessaire combat contre le racisme, nous allons persister et signer : nous considérons que l’islam n’est pas seulement une religion, mais d’abord et avant tout un projet politico-religieux totalitaire, et que c’est une peste verte qui menace notre pays. Nous considérons, pour reprendre le titre du livre de René Marchand, que « La France est en danger d’islam ».
Le 5 avril, l’UMP va organiser un débat sur la laïcité. Notons que l’intitulé du débat, qui, au départ, était prévu sur l’islam, montre une première reculade spectaculaire. Ce débat, provoqué dans la panique, dans un premier temps, par Nicolas Sarkozy, se voulait une réponse à la montée de Marine Le Pen, qui a affolé tous les états-majors de France et de Navarre, qu’ils soient de droite ou de gauche. Nous avons même vu, à l’intérieur de l’UMP, un véritable torpillage de l’initiative, venu des islamo-collabos habituels, notamment Fillon et Juppé. Ce matin, encore, l’initiative était contestée, et Sarkozy a dû taper du point sur la table pour la maintenir, c’est dire l’ampleur de l’affolement à l’UMP !

LE FRONT REPUBLICAIN

Nous avons vu, dès l’annonce de ce débat, Boubakeur et Dahmane, le conseiller musulman franco-algérien de Sarkozy, monter au créneau, et encourager tous les musulmans à quitter l’UMP ! Quel aveu de communautarisme ! Nous avons constaté que le fameux conseiller musulman de Sarkozy, bien que grassement payé par l’Education nationale depuis des années, se disait davantage Algérien que Français, et ne cachait même plus sa haine de notre pays ! Ultime infâmie, il ose, en ce jour, appeler les musulmans à porter une étoile verte, pour protester contre le débat du 5 avril ! Et c’est cet homme qui a reçu la Légion d’honneur des mains de Sarkozy, en même temps que notre amie Annie Sugier ! Et c’est cet homme qui a conseillé Nicolas Sarkozy pendant des années ! Beau sujet de réflexion sur la double-nationalité !
Nous avons, comme à l’occasion du débat sur l’identité nationale, vu les médias de la bien-pensance s’agiter, et pétitionner. Cette fois, c’est Le Nouvel Observateur de notre grand « ami » Joffrin qui a relayé une pétition, lancée par quatre obscurs musulmans inconnus, expliquant qu’il ne fallait pas débattre sur l’islam, que cela n’était pas bien ! Immédiatement, la gauche a joué les moutons de Panurge pour reprocher au président de la République d’être le responsable de la montée du Front national en assimilant le débat sur l’islam à du racisme, rien de moins ! Sans vergogne, nous avons vu les signatures de Martine Aubry, Laurent Fabius, Daniel Cohn-Bendit, Christiane Taubira, Fodé Sylla, Patrick Klugman, Esther Benbassa, Patrick Lozes, Alima Boumediene Thiery, se lier à celles de Tariq Ramadan, Tariq Oubrou, Larbi Kechat Marc Cheb Sun. Pourtant, comme Copé n’a pas manqué de la souligner, le PS avait lui-même, fin 2010, organisé un débat sur la laïcité… mais chut !
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110323…OBS0156/non-au-debat-proces-de-l-islam-un-appel-du-nouvel-obs-et-de-respect-mag.html
Il faut croire qu’à la veille des élections, la connivence entre islamo-collabos et adeptes de la charia se voyait trop, puisqu’Aubry et Fabius ont retiré leur signature quand ils ont appris, horreur, que Tariq Ramadan faisait partie des signataires, sans voir que le problème n’est pas qu’il y ait le nom de Ramadan à côté du leur mais qu’ils puissent avoir une vision de la liberté d’expression si semblable à celle des islamistes, adeptes de la lapidation des femmes et de la condamnation à mort des homosexuels qu’ils puissent signer la même demande d’interdiction de débat !
Cette anecdote, et combien d’autres, montre la pression qu’exerce l’islam sur la société française, et les complicités dont bénéficient, à droite comme à gauche, les disciples de la religion d’amour, de tolérance et de paix. La lecture de chaque numéro de Riposte Laïque vous apprend un nouvel épisode révélateur de l’ampleur de l’agression islamiste. Cette semaine, vous découvrirez, grâce à un de nos lecteurs, qu’à Nanterre, une mosquée munie d’un minaret diffuse par haut-parleur  l’appel à la prière, tous les vendredis ! Que dire de cette information montrant que la Grande Mosquée de Lyon appelle de manière à peine déguisée à l’insurrection, si la journée du 5 avril était maintenue ! Voilà la réalité, nous avons, depuis trente ans, des gouvernements qui tremblent devant le chantage à l’émeute agité régulièrement par les dignitaires musulmans !
Quitte donc à aggraver notre cas, nous allons, tout au long de cette semaine, tous les jours, diffuser des articles sur la réalité de l’islam, et sur les mesures de salut public qu’il convient de prendre, dès aujourd’hui, si nous ne voulons pas que la société française continue d’être rongée par cette peste verte qui est en train de la détruire.
Nous connaissons par coeur le discours politiquement correct :
– L’islam est une religion d’amour seulement pervertie par une toute petite minorités d’extrémistes ;
– Les malheureux n’ont pas assez de mosquées, il est du devoir de la République laïque de rattraper ce retard, et cette injustice ;
– Plus il y aura de mosquées, et plus l’islam de France pourra s’épanouir, au détriment de l’islam des caves ;
– Il faut former des imams, pour qu’ils véhiculent auprès des musulmans le discours de la République ;
– Il faut que la République s’adapte à la deuxième religion de France, pour éviter que les malheureux ne se sentent rejetés ;
– Il faut que la laïcité s’adapte à cette donnée nouvelle, et ne pas en rester à une lecture dogmatique de la loi de 1905, donc aider au financement des mosquées…
– Attaquer l’islam bille en tête, comme le fait Riposte Laïque, c’est jeter dans les bras des intégristes les musulmans modérés…
Eh bien, c’est ce discours mortifère pour la société française que nous allons démonter, tout au long de ce numéro, et de la semaine.
Nous allons oser écrire, et démontrer, que :
– L’islam n’a pas sa place en France, à moins de la suppression d’une partie des préceptes du coran.
– L’immigration est la première responsable de la progression de l’islam.
– L’islam n’est pas une religion comme les autres, c’est un projet politico-religieux totalitaire incompatible avec nos principes démocratiques et laïques.
– Le Coran contient des passages qui sont de véritables appels au meurtre contre les infidèles, les athées, les juifs, les homosexuels et les femmes.
– Il ne pourra pas se réformer en France, cela ne pourra venir que des pays arabo-musulmans, puisqu’il n’y a, pour les musulmans, qu’un seul et même coran, qu’un seul et même livre sacré donnant les règles de vie de tous les musulmans du monde entier.
Nous sommes donc fondés à demander aux politiques de pratiquer le principe de précaution.
– Le voile, intégral ou pas, n’a pas sa place dans notre pays, parce qu’il remet en cause l’égalité des hommes et des femmes.
– Le halal est un colonialisme alimentaire, et les méthodes barbares avec laquelle on met à mort des animaux sont inacceptables en France.
– Les entreprises françaises n’ont pas à subir le ramadan, ni des horaires particuliers qui seraient destinés à adapter l’entreprise à cette religionn et n’ont pas à être équipées de salles de prières.
– Les hôpitaux n’ont pas à accepter des démonstrations prosélytes, style prières ou ablutions.
– L’école de la République n’a pas à adapter ses programmes scolaires à l’islam, et à la diversité, en niant notre propre Histoire.
– Les écoles coraniques endoctrinent des centaines de milliers de gamins, sur notre territoire, et les encouragent à détester notre pays, nos valeurs et à ne respecter que la charia, aux dépens de nos lois.
– La finance islamique, pour laquelle il a fallu changer le code civil, est incompatible avec l’égalité des citoyens devant un service dû à tous, et n’a pas davantage sa place en France.
– L’islam est le fer de lance d’une reconquête cléricale, pour le plus grand plaisir de la hiérarchie catholique, qui préfère s’allier, de manière suicidaire, avec les fous d’Allah, contre les laïques.
On se demande d’ailleurs pourquoi il faut à l’UMP une journée de débat. Il suffit d’écouter les 25 interventions des assises sur l’islamisation de nos pays (que les grands démocrates de gauche, derrière Delanoé, Fourest, stalino-gauchistes et Torquemada de l’anti-racisme ont voulu faire interdire), pour comprendre que la question n’est plus là. Il faut être sot ou aveugle pour ne pas comprendre que la situation est fort simple : partout en Europe, en misant sur l’immigration massive et la démographie, les islamistes progressent, attaquent notre modèle de société, et entendent y substituer le leur : la charia.
Il suffit de regarder cette vidéo, montrant à Londres, une manifestation, ce vendredi, pour comprendre le modèle de société qui nous attend.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=rq4el7gyPas[/youtube]
Plus nos gouvernements attendront pour prendre des mesures à la hauteur de l’agression que nous subissons, plus ils nous mettront en danger, et plus la reconquête laïque sera douloureuse et coûteuse. Mais nos élites n’ont-elles pas déjà capitulé, et ne considèrent-elles pas que l’islamisation de la France, et de l’Europe, est quelque chose d’inéluctable, voire de souhaitable ?
Comment comprendre autrement l’attitude ahurissante de l’Union européenne, de l’UMP et de toute la gauche, devant la situation italienne, et l’afflux massif de milliers d’immigrés, à Lampedusa, qui ne cachent même pas, pour la majorité d’entre eux, leur objectif : la France ! Si nous étions des adeptes de la théorie du complot, nous écririons qu’affolés de la prise de conscience européenne, par les peuples, du péril qui les guette, eux, leurs enfants et petits-enfants, les dirigeants accélèrent une immigration majoritairement musulmane, pour rendre minoritaires au plus vite les populations d’origine, et leur substituer une autre population.
Nous ne savons pas si, selon les lois Tubiana-Aounit-Sopo-Jakubowicz, nous avons encore le droit d’écrire cela, sans finir une autre fois au tribunal. Mais nous l’écrirons quand même, puisque c’est la réalité, et la vérité.
Tout au long de cette semaine, nous essaierons de rester fidèles à ce qu’est Riposte Laïque : un journal électronique indépendant, constitué d’esprits libres, soucieux de réveiller les consciences, et de permettre un véritable front républicain, pour défendre un modèle de société auquel nous tenons… et que l’islam veut détruire, avec l’aide de ses collabos.
Un journal électronique qui ne vit que par la générosité de ses contributeurs, et n’est constitué que de bénévoles, d’origines politiques fort différentes, unis par l’amour de la France, et de sa République laïque, féministe et sociale.
Cette semaine, tous les jours, nous ajouterons, sur notre site, des éléments nouveaux au débat sur l’islam, et nous ferons un numéro spécial, ce vendredi, sur cette question.
Lisez nous attentivement, dans les prochains numéros, puisez les meilleurs arguments pour convaincre votre entourage de la gravité de la situation, et continuez à nous faire connaître.
Les gauchistes, dans leurs manifestations, scandent parfois : « le fascisme, c’est la gangrène, où on l’arrête, ou on en meurt ».
Pour une fois, Riposte Laïque partage les mots d’ordre des gauchistes… sauf que ces derniers se trompent de fascisme !




En demandant aux musulmans de porter une étoile verte, Dahmane insulte les morts de l’Holocauste

Ils sont nombreux, depuis quelques années, à s’être chargés de  cette sale besogne, et le premier de tous et le pire, c’est l’ex-conseiller à la diversité Abderhamane Dahmane qui, depuis que Sarkozy l’a limogé, laisse éclater sa haine et montre à visage découvert son militantisme au service de l’islam. Il vient, carrément, de demander aux musulmans de porter une étoile verte pour protester contre le débat sur laïcité et islam que le chef de l’Etat vient de confirmer.

Honte à lui, qui ose faire, de cette façon, un parallèle entre la situation des juifs exterminés dans un génocide abominable et celle des musulmans accueillis  à bras ouverts dans notre pays depuis des lustres.

Honte à lui, qui ose faire croire, de cette façon, que les musulmans qui choisiront, délibérément,  de porter une étoile verte en signe de rebellion contre les lois, contre les décisions gouvernementales, contre la laïcité, contre la France, au nom de leur religion, pourraient être l’équivalent des juifs, marqués, contre leur gré, par une étoile jaune, obligés de se faire recenser, obligés de renoncer aux emplois publics et, peu à peu, à tous les emplois, et  eux qui trouvaient leur fierté dans la citoyenneté française, obligés de n’exister qu’en tant que juifs, considérés comme des êtres de seconde zone qu’il fallait pourchasser et faire disparaître de la terre.

Enfer et damnation ! Qui a permis à Abderhamane Dahmane d’insulter les morts de la seconde guerre mondiale, leurs descendants et tous ceux qui sont morts pour la défense de la liberté en faisant ce parallèle infect ? Et cela au moment où Etat et collectivités territoriales se mettent en quatre pour financer, malgré la loi qui l’interdit, les mosquées, pour supprimer le porc des cantines publiques, pour tolérer les occupations de rues illégales et les prêches haineux –pourtant interdits- dans les mosquées, pour proposer aux musulmans travaillant dans les services publics des jours de congé supplémentaires pour leurs fêtes religieuses, pour interdire aux non musulmans de prendre leurs vacances au moment du Ramadan, sauf à produire un certificat de conversion à l’islam, pour consacrer une part toujours plus importante des programmes d’histoire à l’islam, l’histoire de la colonisation et de l’esclavage…

Qui le lui a permis, à lui qui trouve normal que les femmes musulmanes portent un marqueur discriminant, le voile, à lui qui ose réclamer le « vivre-ensemble dans nos choix » c’est-à-dire selon la charia ?

Qui a permis, en outre, à  Abderhamane Dahmane, de cracher dans la soupe et de mordre la main qui l’a nourri ?  Peut-on imaginer que ce sinistre personnage, simple conseiller d’éducation, a été nommé Inspecteur Général de l’Education Nationale, ce qui lui donne un pouvoir certain sur les programmes et la politique éducative de notre pays (on ne s’étonnera plus des dérives communautaristes des programmes qu’il n’a sans doute pas initiées, mais qu’il n’aura pas limitées, on s’en doute) et lui permet de vivre dans une certaine abondance, payé par des contribuables qu’il hait, forcément, s’ils ne sont pas musulmans.

Abderhamane Dahmane ose faire ce parallèle scandaleux entre musulmans et juifs parce que d’autres le lui ont permis, parce que d’autres lui ont montré la route.

Qu’on se rappelle le discours de Riyad de Sarkozy, véritable hymne à l’islam et au métissage, où il a osé mettre sur le même plan islamophobie et antisémitisme !

Qu’on se rappelle les hurlements de Mélenchon fustigeant les détracteurs du quick halal et les accusant de vouloir faire des musulmans les juifs du XXIème siècle !

Qu’on se rappelle les procès d’intention perpétuels et les procès tout courts intentés par nos amis du Mrap, de SOS racisme, de la Licra , du Cran, de la LDH pour empêcher tout débat, toute critique de l’islam au nom de la lutte contre le racisme.

Qu’on se rappelle les  Bouteldja, les Fourest, les Corbière et toute la clique gauchiste venus manifester contre nos assises sur l’islamisation en nous traitant de racistes, de nazis, de fascistes… Dans l’espace Charenton, il se trouvait pourtant de nombreux juifs, inquiets de l’évolution de la France , eux qui sont à nouveau agressés, persécutés, dans notre pays, qui est pourtant le leur, dans les quartiers islamisés.

Faire un tel parallèle, c’est banaliser le nazisme, c’est faire le jeu des pires antisémites… Mais cela dérange-t-il vraiment le musulman franco-algérien Dahmane ?

Christine Tasin

http://www.resistancerepublicaine.eu/

 

 

 




En demandant aux musulmans de porter une étoile verte, Dahmane insulte les morts de l'Holocauste

Ils sont nombreux, depuis quelques années, à s’être chargés de  cette sale besogne, et le premier de tous et le pire, c’est l’ex-conseiller à la diversité Abderhamane Dahmane qui, depuis que Sarkozy l’a limogé, laisse éclater sa haine et montre à visage découvert son militantisme au service de l’islam. Il vient, carrément, de demander aux musulmans de porter une étoile verte pour protester contre le débat sur laïcité et islam que le chef de l’Etat vient de confirmer.
Honte à lui, qui ose faire, de cette façon, un parallèle entre la situation des juifs exterminés dans un génocide abominable et celle des musulmans accueillis  à bras ouverts dans notre pays depuis des lustres.
Honte à lui, qui ose faire croire, de cette façon, que les musulmans qui choisiront, délibérément,  de porter une étoile verte en signe de rebellion contre les lois, contre les décisions gouvernementales, contre la laïcité, contre la France, au nom de leur religion, pourraient être l’équivalent des juifs, marqués, contre leur gré, par une étoile jaune, obligés de se faire recenser, obligés de renoncer aux emplois publics et, peu à peu, à tous les emplois, et  eux qui trouvaient leur fierté dans la citoyenneté française, obligés de n’exister qu’en tant que juifs, considérés comme des êtres de seconde zone qu’il fallait pourchasser et faire disparaître de la terre.
Enfer et damnation ! Qui a permis à Abderhamane Dahmane d’insulter les morts de la seconde guerre mondiale, leurs descendants et tous ceux qui sont morts pour la défense de la liberté en faisant ce parallèle infect ? Et cela au moment où Etat et collectivités territoriales se mettent en quatre pour financer, malgré la loi qui l’interdit, les mosquées, pour supprimer le porc des cantines publiques, pour tolérer les occupations de rues illégales et les prêches haineux –pourtant interdits- dans les mosquées, pour proposer aux musulmans travaillant dans les services publics des jours de congé supplémentaires pour leurs fêtes religieuses, pour interdire aux non musulmans de prendre leurs vacances au moment du Ramadan, sauf à produire un certificat de conversion à l’islam, pour consacrer une part toujours plus importante des programmes d’histoire à l’islam, l’histoire de la colonisation et de l’esclavage…
Qui le lui a permis, à lui qui trouve normal que les femmes musulmanes portent un marqueur discriminant, le voile, à lui qui ose réclamer le « vivre-ensemble dans nos choix » c’est-à-dire selon la charia ?
Qui a permis, en outre, à  Abderhamane Dahmane, de cracher dans la soupe et de mordre la main qui l’a nourri ?  Peut-on imaginer que ce sinistre personnage, simple conseiller d’éducation, a été nommé Inspecteur Général de l’Education Nationale, ce qui lui donne un pouvoir certain sur les programmes et la politique éducative de notre pays (on ne s’étonnera plus des dérives communautaristes des programmes qu’il n’a sans doute pas initiées, mais qu’il n’aura pas limitées, on s’en doute) et lui permet de vivre dans une certaine abondance, payé par des contribuables qu’il hait, forcément, s’ils ne sont pas musulmans.
Abderhamane Dahmane ose faire ce parallèle scandaleux entre musulmans et juifs parce que d’autres le lui ont permis, parce que d’autres lui ont montré la route.
Qu’on se rappelle le discours de Riyad de Sarkozy, véritable hymne à l’islam et au métissage, où il a osé mettre sur le même plan islamophobie et antisémitisme !
Qu’on se rappelle les hurlements de Mélenchon fustigeant les détracteurs du quick halal et les accusant de vouloir faire des musulmans les juifs du XXIème siècle !
Qu’on se rappelle les procès d’intention perpétuels et les procès tout courts intentés par nos amis du Mrap, de SOS racisme, de la Licra , du Cran, de la LDH pour empêcher tout débat, toute critique de l’islam au nom de la lutte contre le racisme.
Qu’on se rappelle les  Bouteldja, les Fourest, les Corbière et toute la clique gauchiste venus manifester contre nos assises sur l’islamisation en nous traitant de racistes, de nazis, de fascistes… Dans l’espace Charenton, il se trouvait pourtant de nombreux juifs, inquiets de l’évolution de la France , eux qui sont à nouveau agressés, persécutés, dans notre pays, qui est pourtant le leur, dans les quartiers islamisés.
Faire un tel parallèle, c’est banaliser le nazisme, c’est faire le jeu des pires antisémites… Mais cela dérange-t-il vraiment le musulman franco-algérien Dahmane ?
Christine Tasin
http://www.resistancerepublicaine.eu/
 
 
 




Débat sur la laïcité : quand la Grande Mosquée de Lyon joue avec l’idée d’insurrection

La Grande Mosquée de Lyon publie, sur son site internet, une Lettre ouverte à la France et aux Français dont la violence dépasse l’imagination, et de plus, elle fait circuler ce texte, qu’elle utilise comme une pétition, comme le montre la pluralité de signatures en fin de document. Nous demandons instamment aux pouvoirs publics ce qu’ils comptent faire devant cet appel à l’insurrection à peine voilé. Voici ce qu’on peut lire :

Lettre ouverte de la Mosquée de Lyon

Le débat sur la laïcité est qualifié de « manoeuvre ignoble qui déshonore non seulement ses auteurs mais la France entière. » La violence du vocabulaire court tout au long du document, et les menaces sont toujours présentes au moins sous forme d’insinuations :  » volonté de nuire aux musulmans », « meurtre politique », « assassinat médiatique« , et, même, « acte de guerre« , comme on peut le lire noir sur blanc dans cette phrase :

« Mettre en oeuvre une idée aussi démentielle pour diaboliser l’islam ne saurait être analysé que comme un véritable acte de guerre … »



Il est reproché à la République de proposer un « mythe égalitaire ».

On peut lire encore :

« Méditons profondément cette leçon historique universelle, à savoir que l’excès d’injustice entraîne inéluctablement la révolte, ou l’insurrection. Le « printemps arabe » en est le plus récent exemple concret. »

Les auteurs du texte se plaignent que la laïcité soit érigée en « nouvelle religion« . Ils rejettent la loi de 1905 dans son principe même :

 » … le système césaro-papiste imaginé en 1905 constitue désormais le meilleur paradigme des anachronismes socio-culturels. »

Les signataires de la lettre ouverte se sentent-ils français ? En tous cas, ils estiment avoir des droits sur la France, rappellent que des musulmans sont morts pour elle dans les guerres et citent Clémenceau : « Ces gens ont des droits sur nous ». Ils oublient de préciser que Clémenceau parlait d’anciens combattants. Les anciens combattants, musulmans ou pas, ont en effet des droits sur nous tous, musulmans ou pas. Ils ont en particulier le droit de n’être pas instrumentalisés au service des revendications de tel ou tel groupe hargneux, musulman ou pas, ou de personnes nées des décennies après leurs guerres, qui n’ont rien donné à la France et à qui elle ne doit rien.

Les signataires de cette lettre-pétition ne donnent guère l’impression qu’ils se considèrent eux mêmes comme français. Déjà, le seul intitulé du texte proclame le contraire. La lettre ouverte est adressée à la France et aux Français. Or, en général, on ne s’écrit pas à soi-même. Et les auteurs de la lettre sont bien rapides à juger que le débat qu’ils veulent voir cesser  « déshonore la France entière« . Le moindre mot qui déplait, le moindre débat qui gêne, et hop, c’est toute la France qui serait déshonorée. Cette façon de prendre l’honneur de la France en otage n’est guère caractérisque d’un citoyen loyal, sans même parler d’un fils aimant.

Nous rappellerons qu’un musulman peut être légalement français s’il en remplit les conditions, mais qu’il peut aussi ne pas l’être.

De même, il peut être français de coeur ou ne pas l’être. La réponse lui appartient ; personne ne peut, sur ce point, répondre à la place d’un autre. Si un musulman se sent français de coeur, il est seul à pouvoir le dire. Les généralisations dans un sens ou dans un autre ne sont pas pertinentes.

La qualité de Français, musulman ou pas, donne des droits mais ne donne pas les privilèges que revendiquent les auteurs de la lettre ouverte. En particulier, aucun groupe de citoyen n’est au dessus de la critique. Chacun peut se trouver en situation d’entendre des mots qui ne lui plaisent pas. Personne n’a le droit d’exiger que tous ses concitoyens se taisent pour qu’il n’ait pas à entendre de propos qui l’offensent. Les musulmans ne sont pas au dessus des autres citoyen(ne)s. Ces dernier(e)s ont le droit d’exposer des griefs vis à vis de l’islam, et, personnellement, j’en ai. Je ne trouve pas normal de devoir manger halal sans qu’on me le dise, de payer pour des mosquées, ou de croiser des voiles qui sont une façon de me dire qu’en tant que femme, je suis un être inférieur. Mon droit de dire que ces situations ne sont pas tolérables ne s’effacera pas devant la revendication de certains musulmans de ne rien entendre qui leur déplaise.

Donc, les signataires de la lettre revendiquent, au bénéfice des musulmans français, non seulement les droits ordinaires des citoyens, mais aussi un « droit » à ce que les autres se taisent pour ne pas les offenser. Désolée, mais un tel droit n’existe pas. Il serait incompatible avec la liberté d’expression.

Nous préciserons aussi que tous les musulmans n’ont pas le même statut ; il y a parmi eux des français de souche, des étrangers en situation légale, et des étrangers entrés illégalement et qui n’ont rien à faire sur notre sol.

Or, le texte va jusqu’à revendiquer un droit de créance au bénéfice de l’islam pris globalement. On peut lire en effet :

« De ce fait, les musulmans français et leur religion, l’islam, appartiennent définitivement à l’histoire de notre pays, qui est leur unique communauté de destin. Ils font, désormais partie de notre héritage commun islamo-judéo-chrétien de la France … »

Désolée, mais nous ne saurions accepter cette réécriture de l’histoire de France et cette OPA sur son identité au nom du club des religions abrahamiques. La France n’a aucun héritage islamique. Son héritage juif est mince (quelques communautés). Même son héritage chrétien n’est pas hégémonique. Nos racines culturelles sont aussi grecques, romaines, et gauloises. Notre rapport à la religion est marqué par la contestation tout au long de notre histoire : gallicanisme des rois, effervescence du Siècle des Lumières, laïcité, féminisme.

Les auteurs du texte font bien peu de cas de ceux des Français qui ne sont ni juifs, ni musulmans ni chrétiens. Est-ce que par hasard nous n’aurions pas droit de cité, nous les athées, agnostiques, libre-penseurs, et païens ? cet oubli n’est pas innocent, puisque l’islam, quand il est en situation de légiférer, ne tolère, outre lui-même, que les « peuples du Livre » (juifs et chrétiens), vouant les autres à la conversion ou à la mort.

Désolée, Messieurs de la mosquée de Lyon, mais mes ancêtres sont gaulois et je n’ai pas l’intention d’en changer ; mes racines mentales viennent de l’humanisme gréco-romain, qui inclut la liberté individuelle, sous une forme ou sous une autre, depuis une époque où judaïsme, christianisme et islam, n’existaient même pas. Alors, ce n’est pas vous qui allez décider quelles sont les écoles de pensée qui ont droit de cité en France.

Catherine Ségurane




Débat sur la laïcité : quand la Grande Mosquée de Lyon joue avec l'idée d'insurrection

La Grande Mosquée de Lyon publie, sur son site internet, une Lettre ouverte à la France et aux Français dont la violence dépasse l’imagination, et de plus, elle fait circuler ce texte, qu’elle utilise comme une pétition, comme le montre la pluralité de signatures en fin de document. Nous demandons instamment aux pouvoirs publics ce qu’ils comptent faire devant cet appel à l’insurrection à peine voilé. Voici ce qu’on peut lire :
Lettre ouverte de la Mosquée de Lyon
Le débat sur la laïcité est qualifié de « manoeuvre ignoble qui déshonore non seulement ses auteurs mais la France entière. » La violence du vocabulaire court tout au long du document, et les menaces sont toujours présentes au moins sous forme d’insinuations :  » volonté de nuire aux musulmans », « meurtre politique », « assassinat médiatique« , et, même, « acte de guerre« , comme on peut le lire noir sur blanc dans cette phrase :
« Mettre en oeuvre une idée aussi démentielle pour diaboliser l’islam ne saurait être analysé que comme un véritable acte de guerre … »


Il est reproché à la République de proposer un « mythe égalitaire ».
On peut lire encore :
« Méditons profondément cette leçon historique universelle, à savoir que l’excès d’injustice entraîne inéluctablement la révolte, ou l’insurrection. Le « printemps arabe » en est le plus récent exemple concret. »
Les auteurs du texte se plaignent que la laïcité soit érigée en « nouvelle religion« . Ils rejettent la loi de 1905 dans son principe même :
 » … le système césaro-papiste imaginé en 1905 constitue désormais le meilleur paradigme des anachronismes socio-culturels. »
Les signataires de la lettre ouverte se sentent-ils français ? En tous cas, ils estiment avoir des droits sur la France, rappellent que des musulmans sont morts pour elle dans les guerres et citent Clémenceau : « Ces gens ont des droits sur nous ». Ils oublient de préciser que Clémenceau parlait d’anciens combattants. Les anciens combattants, musulmans ou pas, ont en effet des droits sur nous tous, musulmans ou pas. Ils ont en particulier le droit de n’être pas instrumentalisés au service des revendications de tel ou tel groupe hargneux, musulman ou pas, ou de personnes nées des décennies après leurs guerres, qui n’ont rien donné à la France et à qui elle ne doit rien.
Les signataires de cette lettre-pétition ne donnent guère l’impression qu’ils se considèrent eux mêmes comme français. Déjà, le seul intitulé du texte proclame le contraire. La lettre ouverte est adressée à la France et aux Français. Or, en général, on ne s’écrit pas à soi-même. Et les auteurs de la lettre sont bien rapides à juger que le débat qu’ils veulent voir cesser  « déshonore la France entière« . Le moindre mot qui déplait, le moindre débat qui gêne, et hop, c’est toute la France qui serait déshonorée. Cette façon de prendre l’honneur de la France en otage n’est guère caractérisque d’un citoyen loyal, sans même parler d’un fils aimant.
Nous rappellerons qu’un musulman peut être légalement français s’il en remplit les conditions, mais qu’il peut aussi ne pas l’être.
De même, il peut être français de coeur ou ne pas l’être. La réponse lui appartient ; personne ne peut, sur ce point, répondre à la place d’un autre. Si un musulman se sent français de coeur, il est seul à pouvoir le dire. Les généralisations dans un sens ou dans un autre ne sont pas pertinentes.
La qualité de Français, musulman ou pas, donne des droits mais ne donne pas les privilèges que revendiquent les auteurs de la lettre ouverte. En particulier, aucun groupe de citoyen n’est au dessus de la critique. Chacun peut se trouver en situation d’entendre des mots qui ne lui plaisent pas. Personne n’a le droit d’exiger que tous ses concitoyens se taisent pour qu’il n’ait pas à entendre de propos qui l’offensent. Les musulmans ne sont pas au dessus des autres citoyen(ne)s. Ces dernier(e)s ont le droit d’exposer des griefs vis à vis de l’islam, et, personnellement, j’en ai. Je ne trouve pas normal de devoir manger halal sans qu’on me le dise, de payer pour des mosquées, ou de croiser des voiles qui sont une façon de me dire qu’en tant que femme, je suis un être inférieur. Mon droit de dire que ces situations ne sont pas tolérables ne s’effacera pas devant la revendication de certains musulmans de ne rien entendre qui leur déplaise.
Donc, les signataires de la lettre revendiquent, au bénéfice des musulmans français, non seulement les droits ordinaires des citoyens, mais aussi un « droit » à ce que les autres se taisent pour ne pas les offenser. Désolée, mais un tel droit n’existe pas. Il serait incompatible avec la liberté d’expression.
Nous préciserons aussi que tous les musulmans n’ont pas le même statut ; il y a parmi eux des français de souche, des étrangers en situation légale, et des étrangers entrés illégalement et qui n’ont rien à faire sur notre sol.
Or, le texte va jusqu’à revendiquer un droit de créance au bénéfice de l’islam pris globalement. On peut lire en effet :
« De ce fait, les musulmans français et leur religion, l’islam, appartiennent définitivement à l’histoire de notre pays, qui est leur unique communauté de destin. Ils font, désormais partie de notre héritage commun islamo-judéo-chrétien de la France … »
Désolée, mais nous ne saurions accepter cette réécriture de l’histoire de France et cette OPA sur son identité au nom du club des religions abrahamiques. La France n’a aucun héritage islamique. Son héritage juif est mince (quelques communautés). Même son héritage chrétien n’est pas hégémonique. Nos racines culturelles sont aussi grecques, romaines, et gauloises. Notre rapport à la religion est marqué par la contestation tout au long de notre histoire : gallicanisme des rois, effervescence du Siècle des Lumières, laïcité, féminisme.
Les auteurs du texte font bien peu de cas de ceux des Français qui ne sont ni juifs, ni musulmans ni chrétiens. Est-ce que par hasard nous n’aurions pas droit de cité, nous les athées, agnostiques, libre-penseurs, et païens ? cet oubli n’est pas innocent, puisque l’islam, quand il est en situation de légiférer, ne tolère, outre lui-même, que les « peuples du Livre » (juifs et chrétiens), vouant les autres à la conversion ou à la mort.
Désolée, Messieurs de la mosquée de Lyon, mais mes ancêtres sont gaulois et je n’ai pas l’intention d’en changer ; mes racines mentales viennent de l’humanisme gréco-romain, qui inclut la liberté individuelle, sous une forme ou sous une autre, depuis une époque où judaïsme, christianisme et islam, n’existaient même pas. Alors, ce n’est pas vous qui allez décider quelles sont les écoles de pensée qui ont droit de cité en France.
Catherine Ségurane




Dounia Bouzar, Azouz Begag et faux-culs politiciens préparent la bédouinisation de la République française

Quand j’ai étudié la prose de Dounia Bouzar pour l’analyser dans un précédent article (1), je suis restée « sur le cul », comme Robert Ménard qui l’a interviewée (2). Voilà que sous prétexte de « laïcité », cette militante de Mahomet et d’Allah veut interdire nos chants traditionnels et nos crèches lors de nos fêtes de Noël de quartier tout y en exigeant sa viande halal et ses « niqabées », et milite pour le burkini (une sorte de burka amphibie) dans nos piscines municipales.
Dounia Bouzar veut donc imposer aux Français une idéologie qui leur est totalement exotique. Elle fait partie de ces « cohortes étrangères » qui veulent faire « la loi dans nos foyers » comme le chante l’un des couplets de notre chant national.
Pour vous faire une idée de son acharnement, allez voir les commentaires sur son article revendiquant le droit de porter le burkini dans les piscines municipales et d’y avoir des horaires spécifiques pour les musulmanes (3). Un directeur de piscine met en avant deux arguments de poids pour condamner le burkini : l’hygiène, et des nécessités d’efficacité en cas de sauvetage. Donc des soucis qui touchent à la santé voire à la vie des baigneurs et des baigneuses. Mais Dounia Bouzar s’en fiche, elle insiste lourdement en demandant au directeur de piscine : « Concrètement, cela peut s’organiser selon quelles modalités ? » Il lui faut absolument trouver un « accommodement raisonnable » pour les burkinisées.
Le dernier article de Dounia Bouzar est dans la veine des précédents : « Quelle laïcité ? Maman, je ne peux plus être parent d’élève » (4). C’est l’affaire des accompagnatrices scolaires hijjabées, et le titre résume à lui seul la mauvaise foi de l’auteur. Personne n’empêche ces mères d’être « parent d’élève » ! C’est comme pour les affaires de voile dans les écoles : les soldats de l’islam prétendaient qu’on interdisait à leurs « sœurs » d’être scolarisées. C’est faux : ce ne sont ni les personnes ni leur croyance qui est en cause, mais un accoutrement ostentatoire, prosélyte, sexiste, à tel point qu’il choque trois Français sur cinq (5).
Beaucoup d’entre vous êtes de ma génération ou de celle de mes parents. Celles qui ont vu arriver des immigrés d’Afrique du Nord, mais aussi du Portugal pour travailler sur des chantiers de travaux publics ou dans des usines d’automobiles. Vous les avez tous connus, ces ouvriers qui sont devenus des retraités « chibanis » rejetés aujourd’hui à la fois de nos quartiers par les bétonneurs UMPS et de leurs pays d’origine par leurs propres enfants. Vous (ou vos pères) ont sué sang et eau avec eux sur les chantiers et sur les chaînes de montage. Vous les avez aimés, nos papas frisés et moustachus, vous avez partagé avec eux le litron de rouge et le casse-croûte préparé par vos épouses, et même parfois les baraquements et les bidonvilles. Vous les avez défendus contre les Dupont-Lajoie racistes, vous les avez aidés à faire leurs papiers administratifs, vous les avez recrutés dans les syndicats, les partis politiques, les clubs de pétanque, les fanfares municipales et les repas de conscrits même s’ils n’ont pas fait leur service militaire sous le drapeau tricolore. C’était à l’époque où Force ouvrière n’avait pas de calendrier musulman, où la CGT n’organisait pas les horaires de prières chez Renault et où le commissaire religieux Dounia Bouzar ne sévissait pas. Et nos papas algériens n’en souffraient aucunement.
Vous avez connu leurs femmes et leurs filles, arrivées par le regroupement familial. Qu’elles étaient heureuses de se débarrasser de leurs voiles islamiques et de leurs traditions machistes ou obscurantistes que Dounia Bouzar cherche à réintroduire dans nos écoles, nos entreprises, nos piscines ! Qu’elles se fichaient de savoir si le morceau de bœuf ou d’agneau qu’elles achetaient à la boucherie était halal ou haram ! Qu’elles étaient contentes d’apprendre quelques bribes de langue française en écoutant le poste de radio ou en regardant la télé en noir et blanc ! Qu’elles étaient fières de pouvoir se payer une coupe chez le coiffeur et papoter avec les clientes françaises en commentant Paris-Match ! Qu’elles étaient contentes de voir leurs filles réussir à l’école et échapper à la reproduction sexiste !
Avant même Ni putes ni soumises et Fadela Amara, des Françaises ont sympathisé avec elles, leur ont enseigné notre langue, et ont favorisé la scolarisation des enfants. Elles ont partagé ensemble tous ces soucis de femmes au foyer, même les plus intimes. De leur côté, les hommes sympathisaient au café du coin ou sur le lieu de travail. Et les enfants étaient mélangés par l’école républicaine, même si la séparation des sexes rassurait les parents musulmans.
La famille tunisienne s’endimanchait pour assister à la fête de première communion du fils des voisins portugais. L’inverse était un peu plus difficile, mais tout le quartier se mobilisait quand le petit Mohamed devait être hospitalisé. Et on pardonnait Miguel faisant les yeux doux à Zohra qui n’en demandait pas moins. On expliquait simplement au papa Antonio que ce n’est pas possible, sans lui donner un coup de couteau.
L’islam était toujours présent dans ces foyers musulmans, mais à un niveau essentiellement folklorique ou, plus rarement, spirituel. Personne ne demandait des « accommodements raisonnables » sur les chantiers et dans les usines, ni des mosquées-cathédrales, ni des repas discriminatoires dans les écoles communales. Le mot « halal » vous était inconnu. Le ramadan très discret était juste une occasion pour les autochtones européens de découvrir le couscous, la chorba, le vin rosé du Cap Bon, l’alcool de figues et la musique chaabi, et aucun ouvrier ne pensait demander un horaire spécial pour ses prières ou à cause du jeûne rituel.
L’intégration et l’assimilation marchaient à plein régime, et quand le jeune Karim ou la jeune Fatima avaient quelques difficultés scolaires, le maire, l’instituteur, le curé et la voisine leur donnaient le coup de main salutaire. C’est ainsi que réussirent des gens comme Azouz Begag, né dans un bidonville de la banlieue lyonnaise, qui a monté si haut dans l’ascenseur républicain qu’il en est devenu ministre. Mais le même Azouz Begag crache aujourd’hui sur cette République qui l’a fait ce qu’il est. Il demande des « arrangements » pour les familles polygames, il demande à ses coreligionnaires de militer pour forcer les autorités françaises à favoriser des mosquées, il crache dans la soupe qui l’a non seulement nourri, mais également élevé.
Vous avez aimé le roman autobiographique « Le gone du Chaaba » d’Azouz Begag et encore plus le film du même nom avec l’acteur Mohamed Fellag, parce qu’ils vous rappellent vos propres difficultés de fils et filles de paysans bretons, franc-comtois ou corses pour intégrer les valeurs républicaines et l’ascenseur social et, pour certains d’entre vous, ce roman vous rappelle votre vie en bidonville ou en HLM. Mais hélas, de toute cette histoire française, nous voyons s’éloigner Azouz Begag et Dounia Bouzar, mus pas un atavisme dévot qui vous est incompréhensible.
Vous avez connu les sœurs en religion et en ethnie d’Azouz Begag et de Dounia Bouzar. Et aussi les jeunes Portugaises, les jeunes Polonaises, les jeunes Vietnamiennes, les jeunes Camerounaises. Vous avez constaté que les unes portaient des prénoms musulmans imprononçables par vos gosiers français, alors que les autres s’appellent Catherine, Jeanne ou Françoise. Vous avez vu que les unes se faisaient de plus en plus tabasser par leurs propres frères si elles fréquentaient des « Français de souche », alors que cela posait beaucoup moins de problèmes pour les autres.
Et puis vous avez vu les unes porter le foulard islamique, cesser de participer à vos fêtes locales, ne plus aller au cinéma du village, et revendiquer du halal dans les cantines et des horaires séparés dans les piscines et les gymnases. Vous connaissez cet enchaînement de revendications religieuses depuis une vingtaine d’années, qui arrive même à voir aujourd’hui ces scènes irréalistes de « prières de rue » encadrées par des barbus en pyjamas afghans et par des sonos criant des versets coraniques fanatiques. Et vous avez constaté la fracture ethnique que cette réislamisation a provoqué, puisque les uns ne voulaient plus « vivre ensemble » avec les autres et inversement.
Je n’en veux pas aux jeunes qui se laissent instrumentaliser, sauf aux salauds qui terrorisent ou tabassent leurs filles, leurs sœurs, leurs épouses alors que leurs pères n’auraient pas osé le faire. Mais j’en veux à mort aux politiciens UMPS qui ont trahi leurs valeurs républicaines et leurs pères spirituels de gauche ou de droite. Et j’en veux à Dounia Bouzar et Azouz Begag qui veulent bédouiniser notre France alors qu’ils ont bénéficié de toute sa culture et de toute son histoire.
L’UMP prépare son débat sur l’islam (ou la laïcité, on ne sait plus trop bien). Quels faux-culs, alors qu’ils ont favorisé pendant des années ce communautarisme antédiluvien ! Et ce n’est pas mieux à gauche, avec une Martine Aubry qui a pratiqué la discrimination sexiste et religieuse dans une piscine de Lille, qui a contrecarré les dernières volontés d’un défunt apostat, et qui est copine comme cochonne avec le responsable local des Frères musulmans dont l’idéologie veut imposer un califat mondial par le biais de la guerre sainte.
Ces lâches ont trahi tout le monde. Ils ont trahi les immigrés d’Afrique du Nord qui ont peu ou prou réussi à s’intégrer, ils ont trahi les « Français de souche » qui ont construit leur beau pays, ils ont trahi les immigrés d’origine européenne qui ont partagé nos valeurs d’humanisme et de démocratie.
Evidemment, il y des exceptions. On entend ici où là des élus qui dénoncent l’islamisation de la France. On en a entendu quelques-uns dans la mission parlementaire sur le voile intégral. Hélas ceux de gauche ont renoncé à voter la loi par suivisme sectaire, et ceux de droite ont multiplié les courbettes envers les autorités musulmanes pour s’excuser d’être laïques et républicains, et même d’être Français.
Et quand quelques-uns ont été sollicités pour participer aux Assises sur l’islamisation organisées par Riposte laïques et le Bloc identitaire, ils se sont débinés en expliquant que leur carrière politique personnelle comptait plus à leurs yeux (et à leur portefeuille) que leurs idées.
C’est comme Johnny Hallyday, qui fait ce samedi soir un très bon show sur TF1, et son talent est indéniable. Mais il a dû cracher sur le Front national avant le second tour des élections cantonales pour assurer son statut d’évadé fiscal et pour continuer à se produire sur nos médias.
J’en veux à Dounia Bouzar et Azouz Begag, mais je n’arrive pas à déterminer chez eux s’ils sont motivés par l’intérêt personnel, par l’atavisme ethnique ou par l’abrutissement idéologique. J’en veux bien plus à tous les collabos français de souche qui n’ont rien dans le pantalon ou, s’ils ont quelque chose, le dissimulent soigneusement par trouille ou par calcul.
C’est quand même incroyable que tous ces politiciens qui soudain dénoncent les piscines musulmanes à la Martine Aubry ou la polygamie, ne ciblent pas Dounia Bouzar l’avocate de la burka aquatique et des horaires de baignades halal ou Azouz Begag le protecteur « républicain » des polygames africains et des édificateurs de minarets !
C’est tout de même incroyable que tous ces politiciens fassent mine de découvrir aujourd’hui les « accommodements raisonnables » qu’on connaît depuis plus de 20 ans grâce à de multiples rapports officiels !
C’est tout de même incroyable que ces mêmes politiciens se précipitent comme un seul homme à tous les dîners préélectoraux de l’UAM-93, une association islamique radicale de Seine-Saint-Denis !
C’est tout de même incroyable que ces élus aillent faire de la retape à Alger en promettant qui des visas à foison, qui des financements publics de mosquées !
Faux-culs, ces gens de l’UMP qui ont participé à tout cela et qui nous préparent un débat sur la place de l’islam en France en nous expliquant que la laïcité française doit s’adapter à la religion de Mahomet et non le contraire ! Faux-culs, ces gens du PS qui dénoncent ce débat en compagnie de Tariq Ramadan pour ne pas perdre leur électorat communautariste !
Faux-culs, les Dounia Bouzar et les Azouz Begag qui profitent de tout ce souk pour avancer leurs pions barbus et leurs pionnes voilées !
Faux-culs, tous les collabos de l’islamisation qui font mine de dénoncer celle-ci tout en marchandant avec les représentants de l’islam, donc qui finalement introduisent peu ou prou de charia dans notre République laïque !
Faux-culs, tous ceux qui bédouinisent un pays bénéficiant de plus de mille ans de construction civilisationnelle et humaniste !
Faux-culs, ces politiciens qui vont pleurer devant les caméras à Marseille la jeune Ghofrane lapidée à mort par une bande de jeunes musulmans alors qu’ils vont faire des discours dithyrambiques à Ryad pour flatter les Saoud ou qu’ils soutiennent les soldates de Mahomet dans les écoles républicaines !
Faux-culs, tous ces gens qui reprochent à Marine Le Pen la « stigmatisation des musulmans » alors qu’ils encensent publiquement l’islam comme une religion de paix, d’amour et de tolérance à l’encontre de tous ses textes fondateurs, et qu’ils tiennent le discours inverse en privé !
Faux-culs, tous ces élus qui vantent le « vivre ensemble » dans leurs circonscriptions alors que les photos de leurs blogs démontrent que leurs réunions publiques sont essentiellement communautaristes et que leurs électeurs refusent de se « métisser » !
Faux-culs, tous ceux qui ont trahi nos pères et mères français de souche ou immigrés, qui recherchaient un bonheur laïque et humaniste ! Faux-culs qui ont détruit tout cela et divisé le peuple de France en espérant gagner sur tous les tableaux ethniques et religieux !
Faux-culs, ces élus de Marseille qui ont avalisé l’expulsion de vieux Algériens de quartiers qu’ils ont sous-traités à leurs amis promoteurs immobiliers, et qui financent en parallèle des associations islamiques dans d’autres quartiers pour acheter la paix sociale et les bulletins de vote sous la menace et le diktat de barbus !
Faux-culs, ces élus de Strasbourg qui donne l’ordre aux services sociaux de ne pas vérifier les conditions de l’obtention des aides sociales pour les musulmans !
Faux-culs, ces élus de Paris qui prétendent régler les problèmes de prières de rue par un financement public d’une méga-mosquée  à hauteur de 28 millions d’euros !
Envers tous ces faux-culs, j’ai tout de même un motif de satisfaction. En islam, on déteste les hypocrites, fussent-ils dans le camp adverse. Donc quel que soit le gagnant, les islamistes ou les Français, les faux-culs paieront très cher leurs forfaitures.
J’espère seulement que les Français gagneront. Pour nos valeurs partagées et pour notre droit de vivre libre.
Djamila GERARD
(1) http://ripostelaique.com/dounia-bouzar-veut-halaliser-hijabiser-ramadaniser-salatiser-et-burkiniser-toute-la-societe-francaise.html
(2) http://www.youtube.com/watch?v=LZrhe5PPRK8
(3) http://www.saphirnews.com/dounia-bouzar/Porter-un-burkini-dans-une-piscine-municipale-est-ce-possible_a9.html?com#comments
(4) http://www.saphirnews.com/dounia-bouzar/Quelle-laicite-Maman-je-ne-peux-plus-etre-parent-d-eleve_a10.html
(5) http://www.ifop.com/media/poll/1365-1-study_file.pdf