1

Incendie Charlie Hebdo : Les fascistes d'aujourd'hui sont les chemises vertes

L’incendie des locaux de Charlie Hebdo, dans sa portée symbolique et antidémocratique, évoque l’incendie du Reichstag. Il démontre de nouveau que les « chemises vertes » sont bel et bien les fascistes d’aujourd’hui. Le nazislamisme, cocktail (molotov!) politico-religieux mêlant grotesques superstitions moyenâgeuses et monothéisme (par nature) intransigeant, constitue cependant une idéologie bien plus dangereuse que les totalitarismes génocidaires du XXème siècle. En effet, le totalitarisme islamiste est en même temps l’ancêtre et le successeur de tous les totalitarismes: par sa longévité inégalée et par sa vigueur et ses succès actuels, il a démontré sa supériorité incontestable sur les systèmes nazis et communistes. Une supériorité qui ne se décline pas seulement dans le domaine de la durée séculaire, mais qui se déploie aussi sur le plan démographique : là où l’Allemagne nazie et l’URSS s’appuyaient seulement sur un pays ou sur un empire, l’Oumma de plus d’un milliard de personnes, transnationale et au taux de natalité sans rival, est prête pour réaliser à la fois le rêve du Reich millénaire et celui de l’Internationale Socialiste: un empire immortel et d’envergure planétaire. Là où staliniens et hitlériens proposaient un paradis terrestre rapidement démenti par la réalité historique, l’intégrisme musulman propose un paradis virtuel qui, comme l’hypothèse-dieu, ne pourra jamais être démontrée ou infirmée. Là où les disciples du Führer et du Petit Père des Peuples fondaient leurs doctrines respectives sur la prétendue supériorité d’une Race ou d’une Classe, les disciples de Mahomet basent la leur sur la supériorité d’une Foi. La foi s’est substituée à la race et à la classe, mais le but demeure le même: établir un régime totalitaire (en l’occurrence un califat islamique) à l’échelle mondiale. En attendant, la pratique systématique des violences en cas de critique, même humoristique, de l’islam (souvenons-nous de l’affaire des caricatures danoises de Mahomet ou de l’assassinat de Théo Van Gogh) vise à rétablir la censure et le délit de blasphème. L’ Histoire ne se répète pas, elle régresse jusqu’au Moyen-âge et nous prépare au retour (inversé) des Croisades : bientôt sera le temps des Croissantades ou des Lunades… Jules Monnerot écrivait que « le communisme était l’islam du XXème siècle » ; pour le paraphraser on peut dire que l’islamisme est le communisme (ou le nazisme) du XXIème siècle.
Et pendant ce temps que faisons-nous ? « Nous », c’est-à-dire la « vieille Europe » à l’influence et à la population déclinantes… Nous nous préoccupons uniquement de l’Euro. Notre matérialisme nous accapare entièrement, tel Harpagon obsédé par sa cassette et ne voyant pas que sa famille est bouleversée et que son monde s’écroule. L’attentat contre Charlie Hebdo (qui procède de la même démarche que les revendications religieuses et identitaires antirépublicaines attaquant la laïcité et l’égalité des sexes) possède intrinsèquement une bien plus grande portée historique que l’annonce du referendum grec sur l’Euro: une monnaie n’est qu’un simple instrument d’échange qui peut se remplacer, comme la Livre Tournoi, le Franc Germinal ou l’ancien franc furent remplacés. Ce qui se joue actuellement est d’une autre dimension: il s’agit non pas du remplacement d’une monnaie mais du remplacement de notre civilisation, celle des Droits de l’Homme issue des Lumières, par une idéologie obscurantiste et rétrograde. Et nous ne le voyons pas. Et nous ne VOULONS PAS le voir, parce que nous ne pouvons pas le comprendre. Persuadés de la supériorité de notre modèle social et politique, nous ne voulons pas voir que des masses fanatisées se contrefoutent du confort matériel, de la démocratie et de la liberté de pensée, et ne sont obsédées, quant à elles, que de mysticisme. Nous ne voulons pas voir que ces masses ne se sont libérées de dictatures nationalistes et/ou socialistes d’inspiration européenne que pour mieux se SOUMETTRE à la dictature souhaitée et librement consentie de la Charia.
Les indices sont pourtant là, flagrants, irréfutables : comme dans l’Europe des années 20 et 30, une idéologie totalitaire, antisémite et machiste progresse ; comme dans l’Europe des années 20 et 30, la République adopte une attitude munichoise face aux assauts physiques et moraux de cette idéologie ; comme dans l’Europe des années 20 et 30, des pays de plus en plus nombreux rejoignent le camp du totalitarisme : la Tunisie, futur émirat islamique, Égypte et bientôt la Libye sont l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne d’autrefois. Le « printemps arabe » est en train de devenir l’hiver intégriste.
Ces états islamofascistes en devenir et aux portes de la France peuvent compter, comme l’Allemagne et l’URSS d’hier, sur des « collaborateurs » et des « compagnons de route » parmi les intellectuels français, fascinés aujourd’hui par le totalitarisme vert comme ils le furent naguère par les totalitarismes bruns et rouges. Prompts sont en effet nos intellectuels à accuser « d’islamophobie » ceux qui osent utiliser l’esprit critique cher aux Lumières à l’encontre de l’intégrisme musulman. On oublie (volontairement) que le vocable « islamophobe » fut forgé par les pasdarans iraniens afin de discréditer leurs opposants démocrates. Lorsque la logomachie totalitaire s’impose dans le vocabulaire usuel, la défaite de la démocratie est déjà acceptée en esprit, avant de l’être dans les faits. Les islamofascistes, à l’instar des staliniens de jadis, ont également leurs « idiots utiles » : le gouvernement français en est un exemple tragi-comique avec l’intervention militaire en Libye, au profit d’un CNT qui vient de clamer sa volonté d’une constitution basée sur la Charia. Il est bien sûr hors de question de comparer le tyran sanguinaire et ubuesque qu’était Kadhafi aux héroïques Républicains espagnols ; mais on peut se demander si l’aviation française, en permettant aux néo-islamistes libyens de s’emparer du pouvoir, ne vient de réaliser son Guernica.
Heureusement, tout comme il y a des « collabos » (ou plutôt des collabobos), des « compagnons de route » et des « idiots utiles » de l’islamofascisme, il y a aussi des résistants. Les journalistes de Charlie Hebdo en font partie : il s’agit de la vraie gauche républicaine, drôle, laïque et sainement anticléricale. Deux choses à leur dire : No Pasaran et Ecr l’Inf !
Alors, après la Tunisie, Égypte et la Libye, à qui le tour ? Quel est le prochain pays qui tombera aux mains des islamistes?
Le président français élu en 2012, quel qu’il soit, risque fort de connaître le sort du chancelier Dollfuss.

Marc Nièvre




Je regrette d'avoir soutenu ces dhimmis de Charlie Hebdo !

Comment ne pas être littéralement écœuré par l’attitude de la bien pensance face à l’attentat commis sur les locaux de Charlie-Hebdo!
Les voici tous ensemble à essayer d’éteindre un incendie qui se propage dans la tête des français concernant le positionnement de musulmans face à cet hebdo sortant non pas des caricatures outrancières et insultantes mais l’effigie d’un Mahomet débonnaire et rigolard ce qu’il n’était pas, loin de là ! Inutile de rappeler qui était Mahomet en tant que prophète guerrier, pillard, esclavagiste et pédophile!
J’aime à croire que Charlie Hebdo avait feint de croire qu’en ne maltraitant pas trop le sieur Mahomet, il aurait des musulmans pleins d’humour (si si,  il paraît qu’il y en a selon Abderrahmane Dahmane ancien conseiller de Nicolas Sarkozy) qui se plieraient de rire devant ces dessins! Nous avons pu dans un passé récent nous rendre compte de l’humour de musulmans au Pakistan, en Afghanistan et y compris dans les pays du Maghreb lors de de « l’affaire  » des caricatures! Certains sont morts mais pas vraiment de rire!
Comme n’importe quel pékin aurait pu le prévoir avant le lancement de ce numéro, ce n’est pas dans un éclat de rire que ce sont effondrés les locaux du journal!
D’où les lances à incendies des pompiers et celle de la bien pensance qui suivirent cherchant à adoucir le courroux des tenants d’un islam dur! Ce faisant, ils oublient ou feignent d’oublier que l’islam n’est pas sécable et en fonction des pays ! Si la bien pensance prenait la peine de réviser ses classiques, elle apprendrait que l’islam est souple quand il n’est pas chez lui, impitoyable en position de force!
Pour le moment c’est la souplesse qui prédomine en même temps que se font jour les menaces. La technique est toujours la même avant l’imposition de cette religion fondamentalement  totalitaire et liberticide en droit. La main tendue, le sourire aux lèvres et le couteau du Coran bien caché sous la djellaba. Le temps que les temps viennent pour imposer l’islam de gré ou de force! Tous les pays du Maghreb ainsi que l’Egypte, l’Irak  et même la Turquie qui étaient toutes des terres chrétiennes et juives ou mazdéiste ont connu cette façon de faire! Il n’y a que l’Espagne et la Grèce qui ont pu se libérer de son emprise.
Ce qui m’a profondément choqué c’est de voir en tête de ligne de la bien pensance le directeur de Charlie-Hebdo lui-même, Monsieur Charb affirmer que ce n’était peut-être pas des musulmans! C’était deux connards à priori mais…  qui sait, l’enquête le dira! Alors quoi? Trouvaille classique de ce Monsieur! Ne serait-ce pas des militants de l’extrême droite! (Figaro du Vendredi 4 nov page 10) Il fallait sans doute le dire! La gauche dhimmisée bien sûr, l’extrême gauche sûrement  mais de là à ce que ce soit les victimes qui nient une certaine évidence, c’est un peu fort! Car enfin, à qui profite le crime? Est-ce que Charlie-Hebdo fût incendié lors de caricatures anti cléricales? Antinazis, anti fascistes, anti droite nationale ou populaire? C’est bien lors de la parution d’un numéro sur Mahomet comme il y a quelques temps en Norvège qu’il y eut le déchainement de la même haine ! L’extrémisme de droite comme  bouc émissaire? Ce n’est pas nouveau!
Qu’est-ce que l’extrême droite d’ailleurs pour ces gens-là? C’est tout ceux qui se déclarent un tant soit peu nationalistes, souverainistes et qui aiment une certaine idée de la France! Cela fait beaucoup de monde y compris dans les rangs de l’UMP, chez les gaullistes et jusque chez des militants syndicaux et de la gauche attachée à la France! C’est surtout un générique passe-partout et facile à lancer lorsque l’on refuse de prendre en compte les faits!
Quoiqu’ils en disent, ces dernières années, il y a eu bien plus dégâts commis par l’extrême gauche que par l’extrême droite! D’ailleurs, lorsque les dégâts sont trop importants, on parle d’ultragauche, histoire de ne pas faire de peine à cette extrême gauche! C’est tout dire. Un sondage dit que les journalistes sont, à plus de 80% de gauche! Ceci expliquant sans doute cela! Un Laurent Mouchard-Joffrin, fils de millionnaires en euros, ancien maoïste reconverti dans la presse en est l’exemple type! Le peuple, il le connaît de loin! Pour éviter les « bruits et les odeurs » sûrement!
Donc, c’est une immense déception que de voir Charlie-Hebdo se compromettre dans des arguties politiques! J’avais appelé à soutenir Charlie, je m’en mords les doigts.
Gérard Brazon
http://puteaux-libre.over-blog.com




L'incendie de Charlie Hebdo, vrai visage du seul fascisme qui menace la France

L’hebdomadaire satirique a été victime d’un attaque au cocktail molotov, qui a incendié ses locaux et détruit son matériel informatique. Comme si cela ne suffisait pas, il a été hacké par des pirates informatiques, comme l’ont déjà été moult sites qui ont le tort de déplaire aux islamistes. Il va être difficile de ne pas établir de parallèle entre ces agressions et le numéro spécial Charia Hebdo publié ce mercredi matin.
Bien entendu, on va assister, toute la journée durant, à des condamnations unanimes de la classe politique, des journalistes et des dignitaires musulmans. Tous les islamo-collabos nous dire, la bouche en cul de poule, que bien évidemment la religion d’amour et de paix n’a rien à voir avec ces événements, qui ne sont le fait que de quelques provocateurs extrémistes qui n’ont pas compris le message de paix du prophète.
Jusqu’à quand va-t-on continuer à enfumer la population ? Jusqu’à quand va-t-on laisser des Moussaoui, Boubakeur, Lasfar ou Oubrou se moquer ouvertement de nous, continuer à nous vendre leur islam de France, dire qu’ils aiment la République laïque, tout en réclamant encore plus de mosquées et d’accommodements raisonnables pour lutter contre les intégristes ?
Jusqu’à quand va-t-on laisser des leaders d’opinion comme Jean-Luc Mélenchon nous expliquer qu’en France, il n’y a pas de problème avec l’islam, dont la progression n’aurait rien à voir avec une immigration qui enrichirait notre peuple ?
Jusqu’à quand va-t-on laisser un Parti socialiste avec un Hollande demandant piteusement pardon pour le 17 octobre 1961, se prosternant devant la fête de l’Aid el Kebir en invoquant Jaurès, une Aubry honorant sans vergogne la Ligue Islamique du Nord, un Valls réclamant la fin de la loi de 1905 pour financer les mosquées avec des fonds publics, un Delanoë qui, après avoir fêté la fin du ramadan dans sa mairie, nous vante à présent (ce jeudi, mairie de Paris) les carrés musulmans qui séparent les êtres dans la mort, etc.
Jusqu’à quand un Sarkozy, un Fillon, un Raoult, un Juppé, un Grosdidier, un Gaudin vont-ils continuer à se prosterner devant les barbus ?
Jusqu’à quand va-t-on laisser, sur les ondes, des Joffrin, Askolovitch, Plenel et autres continuer à nous raconter, malgré le vote tunisien, que 98 % des musulmans sont parfaitement intégrés, et sont comme des poissons dans l’eau dans une France laïque qui est méchante avec eux ? Combien de temps va-t-on les laisser insulter ceux qui, à l’instar de Riposte Laïque et d’autres, ne veulent pas de l’islamisation de nos pays (nous n’avons pas oublié Askolovitch faisant dire grossièrement à Élisabeth Badinter « les fachos de Riposte Laïque »).

[dailymotion xm3dtq] 

http://www.dailymotion.com/video/xm3dtq_reaction-de-pierre-cassen-a-l-incendie-du-local-de-charlie-hebdo_news#from=embed

Jusqu’à quand va-t-on fermer les yeux, en France et dans la monde, sur la réalité du fascisme islamique, telle que l’avaient montrée les assises sur l’islamisation de nos pays ? Jusqu’à quand un Goasguen va-t-il se coucher devant un Corbière et faire interdire, au salon du Livre du Bnai Brith, ce livre qui, pourtant, montrait la réalité de tous les pays européens, confrontés à l’offensive conquérante des soldats de l’islam ? Jusqu’à quand les associations laïques vont-elles continuer à ne taper que sur les catholiques, et à laisser une paix royale aux islamistes ? Jusqu’à quand certaines associations catholiques vont-elles être assez stupides pour accepter le soutien de Forsane Alizza, et réclamer le retour du délit de blasphème ? Jusqu’à quand des cardinaux Barbarin et des Tauran vont-ils continuer à prôner un dialogue inter-religieux avec l’islam, quand les coptes sont massacrés en Égypte ? Jusqu’à quand les dirigeants franc-maçons vont-ils continuer à renier le combat de leurs ancêtres ? Jusqu’à quand les dirigeants officiels d’organisations juives comme le Crif ou la Licra vont-ils continuer trahir leurs coreligionnaires, souvent premières victimes de l’islamisation de la France et du transfert du conflit israélo-palestinien ? Jusqu’à quand les organisations anti-fascistes et les sociologues bobos de type Erwan Lecoeur vont-ils continuer à ignorer le seul vrai fascisme qui menace la France, celui des fanatiques musulmans ? Quand donc, sur les grands plateaux télévisés, au lieu des éternels noyeurs de poisson Guidère, Fourest, Pena-Ruiz ou Blondel, verrons-nous René Marchand, Pascal Hilout, Oskar Freysinger, Wafa Sultan ou Christine Tasin ?
Nous sommes naturellement solidaires de Charlie Hebdo, et de toutes les victimes de la liberté d’expression, dans ce pays. Nous comprenons la détresse de journalistes qui, avec peu de moyens, essaient de faire vivre un journal, capable du meilleur comme du pire, mais qui est nécessaire à la démocratie. Nous ne sommes même pas rancuniers de la manière, peu élégante, avec laquelle le dessinateur Riss avait traité les assises du 18 décembre 2010. Leur numéro spécial-charia est d’une prudence parfois consternante, quand on sait comment cet hebdomadaire peut traiter les catholiques. Il n’attaque pas le Coran, et oublie juste un détail : la réalité de l’islamisation de la France ! Il va jusqu’à comparer Mahomet à Robespierre ! Mais il avait le mérite d’exister, et s’autorisait le luxe d’essayer, à travers les élections tunisiennes et les événements de Libye, de parler de la charia, en mettant en scène le pieux prophète. Même cela, pour les sympathiques disciples de la religion d’amour, de tolérance et de paix, c’en était trop. Les premières injures et menaces ont commencé à circuler dans les heures qui ont précédé la sortie du numéro sacrilège. La suite coulait de source, il fallait brûler le journal impie, et hacker son site. Le message est clair : gare au prochain inconscient qui essaie de faire la même chose !
C’est une véritable déclaration de guerre contre la liberté d’expression à laquelle nous venons d’assister. Nous voyons la réalité de la nouvelle civilisation que sont en train de nous concocter des dirigeants irresponsables. Nous constatons le vrai visage de l’islam, et le modèle de société totalitaire que ses disciples veulent nous imposer. Lors de l’affaire des caricatures, il y avait eu un début de solidarité de journaux français avec les caricaturistes danois. Verra-t-on, cette fois, nos vaillants éditorialistes, souvent dhimmis, se fendre à leur tour d’une audace suprême, et, allant plus loin qu’une simple condamnation de principe qui ne mange pas de pain, consacrer une journée à la dénonciation de l’islamisation de la France, dans leurs revues respectives ?
Cela aurait un peu plus d’allures que les condamnations larmoyantes auxquelles nous allons avoir droit toute la journée.
Mais cet incendie confirme surtout comment un livre comme « La faute du bobo Jocelyn », loin d’être une simple fiction, nous montre la terrible réalité qui nous attend, si les choses continuent en l’état…
Pierre Cassen




Charlie-Hebdo n’a toujours rien compris à l’islam !

On commencera par saluer l’apparent courage Charlie Hebdo et par les assurer de notre soutien face à l’ignoble attentat dont ils ont été victimes. Attentat qui ne fait que confirmer ce que nous répétons depuis 4 ans, l’islam n’est pas compatible avec la démocratie ni avec la liberté d’expression. A ce titre nous ne pouvons qu’engager chacun à acheter ce numéro, pour faire œuvre citoyenne et pour les aider à recommencer.

Néanmoins, il faut avouer que nous sommes très déçus du contenu du numéro spécial charia de ce  jour, qui reste très en-deçà de sa virulence et de son esprit satirique habituels… Conscience que l’on joue avec un sujet explosif (bonjour les cocktails molotov) ? Vieux réflexes de gauche tendant à préserver la « religion des pauvres et des opprimés » ? Les deux sans doute, mon colonel, puisque Charb s’étonnait ce matin des attaques subies « avant la lecture », comme s’il était sûr que le contenu du journal n’avait rien de gênant pour les adorateurs de Mahomet.

Quoi qu’il en soit, l’ensemble sent son journal d’ados s’essayant à la caricature de leurs maîtres, en limitant les risques de voir ceux-ci se fâcher.

Le problème de Charlie Hebdo ? Parler de la charia sans vraiment parler d’islam, joli paradoxe mais aussi joli tour de force dans le déni de réalité, et parler de la charia dans les pays musulmans sans évoquer les avancées de l’islam et donc de la charia en France. Rien d’étonnant, venant d’un journal ayant tiré à vue sur les Assises sur l’islamisation de l’Europe

Très décevant, donc, et pas à la hauteur du tout des attentes générées par la publicité préalable faite au numéro.

En effet, quand on parcourt le journal, on comprend que la charia, pour Charlie hebdo,  c’est la lapidation des femmes adultères, les coups de fouet aux femmes désobéissantes, la virginité des épouses et la polygamie. Rien que du classique. Rassurant, si j’ose dire, pour le Français de base, enclin à considérer que ces pratiques barbares ne risquent pas de se produire en France (encore que, pour la polygamie, il y aurait des choses à dire…). Rien en effet, ou si peu, et avec quelles précautions, sur les offensives de l’islam en France et des demandes pressantes d’appliquer la charia : voile sur les femmes, carrés musulmans dans les cimetières, séparation des hommes et des femmes dans les entreprises, refus de la musique dans les écoles, refus d’apprendre Darwin dans les écoles, refus de voir des médecins hommes soigner les femmes, demande de halal dans les cantines… C’est ainsi qu’un article intitulé, à juste titre, « En route pour le Moyen Age » parle de l’offensive religieuse à l’hôpital, où les « intégristes » (et non les croyants, encore un bel exemple de langue de bois) imposeraient de plus en plus leur loi, par la violence. Or, on ne peut que s’étonner de voir, dans cet article, les revendications musulmanes traitées à égalité avec celles des juifs et des chrétiens intégristes… comme si, en France, il y avait autant de médecins, d’infirmiers et de patients   avec kippa qu’il y en  a avec voile ! Comme si, en France, il y avait des soucis de revendication de nourriture casher comme on le voit avec le halal ! Comme si, en France, on avait autant de soucis avec ceux qui s’opposent ponctuellement à l’avortement qu’avec ceux qui, quotidiennement, prient bruyamment dans les chambres communes et agressent les médecins ne respectant pas la pratique de l’islam (note à l’intention des journalistes de Charlie hebdo : cela s’appelle, aussi, la charia).  On met ainsi exactement sur le même plan, dans cet article, les juifs, les catholiques intégristes et les musulmans avec cette phrase définitive :  » Quitte à décevoir les intégristes de tous dieux, leur sang est le même et leurs maladies semblables !  »  Bref, en renvoyant dos à dos tous les intégrismes, Charlie Hebdo délivre un certificat d’adaptation à la société française à l’islam, qu’il ne montre pas pour ce qu’il est. Charlie Hebdo continue, comme tous les bobos utiles, d’aboyer contre la caravane intégriste sans vouloir voir que la chape de plomb islamique est déjà chez nous, tout simplement. Par contre, bien sûr, on a droit à quelques morceaux de choix de la vie quotidienne dans les pays que Charlie Hebdo n’appelle pas musulmans mais « appliquant la charia » –on ne s’en étonnera pas- Tunisie, bien sûr, l’Algérie, le Maroc, la Syrie, la Mauritanie, la Somalie, le Soudan, l’Afghanistan….  Comme si la charia n’avait rien à voir avec l’islam mais était une loi bizarre inventée ailleurs,  dans un monde si loin de nous que c’en est rassurant !

C’est qu’à Charlie Hebdo on veut que l’islam (et donc son corollaire obligatoire, la charia, forcément) reste chez nous. La preuve ? Ce plaidoyer si sérieux contre l’expulsion des jeunes sans papiers page 7. Et nous n’aurions même pas le droit de nous défendre contre ceux qui arrivent et la charia qu’un certain nombre d’entre eux véhiculent  et qui n’est pas si merveilleuse, comme ils sont obligés de le reconnaître à l’insu de leur plein gré.

L’édito de Mahomet comporte en effet, malgré les grossièretés qui le rendent plus que caricatural et amoindrissent le poids des paroles, malgré un discours difficilement imaginable dans la bouche d’Allah, mélange d’ironie de critique, un excellent passage sur les véritables visées de Ennahda : « Ennahda leur raconte   qu’ils ne changeront rien au code du statut personnel, qu’ils n’appliqueront jamais la charia… Ah, ah, sans déconner ! Quel intérêt aurait un parti religieux à prendre le pouvoir pour ne pas appliquer ses idées ? Bonjour, nous sommes le parti bolchevique; et si vous votez pour nous, nous promettons de ne jamais vous parler de communisme… Allons !  » Ce passage dit tout et montre qu’à Charlie Hebdo, on peut, de temps en temps, voir clair, à la différence de tous nos bobos et pseudo spécialistes qui, depuis une semaine, s’échinent à rassurer le téléspectateur sur l’innocuité de la charia tunisienne…

Mais cela demeure un passage isolé, d’où la France est absente. Par contre, les attaques contre l’intégrisme catholique sont, quant à elles, très claires et elles affirment nettement ce qui n’est pas dit pour l’islam, dans un numéro spécial charia, ce qui est fort étonnant : « Le catholicisme intégriste est la tendance d’extrême droite qui mobilise le plus dans la rue depuis les années 1980. Son objectif est de soumettre la loi civile à la loi catholique, donc d’abolir la laïcité« .  Le coran dit clairement qu’il n’y a de loi que religieuse, mais on ne le dit pas dans Charlie Hebdo dans un numéro spécial charia. Enorme, non, quand  on sait qu’il y a une poignée d’intégristes en France, qu’ils n’ont aucune visée politique et aucun poids, comparé aux millions de musulmans qui réclament chaque jour toujours plus d’accommodements raisonnables, c’est-à-dire toujours plus d’entorses à la loi ? Mais ceux-ci ne sont pas évoqués, il y a juste quelques mots à propos des « extrémistes » islamistes, Forsane Alizza et amis de Dieudonné…

C’est que Charlie hebdo n’a rien compris –ou ne veut rien comprendre- à l’islam. La preuve, cet article page 5, consacré à la Turquie, qui se termine par ce passage très révélateur : « Il faut donc savoir, quand on parle du « modèle turc », de quelle Turquie il s’agit. Celle qui, intégrée à l’UE, aurait pu démontrer que l’islam pouvait se séculariser, ou celle de demain, qui veut faire de l’islam le ciment d’un nouveau bloc régional sous sa tutelle   ? Ce n’est pas exactement la même chose. » On ne le leur fait pas dire. Ils n’ont rien compris. Ils ne veulent pas voir que l’islam et l’islamisme c’est la même chose. Ils veulent croire –et nous faire croire- que l’islam pourrait se séculariser et donc être comp
atible avec nos lois, avec notre culture, avec nos valeurs. Alors à quoi bon ce numéro spécial, sinon à conforter les Français qui le liront dans leurs erreurs d’interprétation et les offrir ainsi en sacrifice à tous ceux qui veulent que la France devienne peu à peu terre d’islam sans piper mot.

On ajoutera enfin qu’on est perplexe, mais pas étonnés, devant le côté bisounours des dessins et des textes pour ce qui concerne la charia, quand on les met en regard avec  la violence habituelle des insultes anti-cathos, avec les caricatures des curés pédophiles (qu’on se rappelle le pape montré sodomisé avec une croix). Deux poids deux mesures, une fois de plus.

Le pire est que leur lâcheté ne leur a rien rapporté d’autre que de voir leurs locaux brûlés.

On a envie de dire : « tout ça pour ça ! « 

Pas un mot sur le prophète pédophile, ça fait désordre, messieurs les caricaturistes.

Pas un mot, messieurs les caricaturistes, sur le vendeur de journaux musulman, qui, ce matin, dans Paris, station de métro Mabillon, a prétendu ne pas avoir  Charlie hebdo et a ajouté que s’il en avait eu il les aurait brûlés lui-même…Certes vous ne pouviez pas connaître cette anecdote mais il y en a tant d’autres du même tabac, dans notre beau pays, chaque jour !

Ils osent même, ces culs-bénis islamisés, faire un parallèle entre Robespierre et Mahomet ! La révolution arabe accoucherait de l’islamisme par nécessité comme 1789 a accouché de la Terreur. Bref, il faudrait donner du temps au temps, et comprendre. Comprendre… en attendant qu’un nouveau Michelet vienne apporter la bonne parole outre-Méditerranée.

Décidément, ils sont trop bêtes, à Charlie Hebdo. Et incultes. Oser comparer Robespierre, qui a écrit des pages extraordinaires sur la République, sur la démocratie, sur l’égalité des hommes, sur l’amour de la France avec un pédophile inculte détestant l’être humain et la démocratie, c’est bien ce qui prouve qu’à Charlie Hebdo on n’aime pas la France et qu’on a très envie de se faire islamiser.

Grand bien leur fasse. Ce sera sans nous.

Christine Tasin

Résistance républicaine




Télévision : Mots Croisés, Printemps arabe, automne islamiste ?

Je vous recommande de regarder cette émission et de noter que ce sont deux courageuses militantes tunisiennes, Souhayr Belhassen et  Nadia El Fani, qui rappellent à tout le monde, y compris à  Hubert Védrine et à Gérard Longuet, qu’elles se battent pour des valeurs humaines qu’elles considèrent comme  universelles.

Leurs contradicteurs, comme tous les musulmans, tentent de nous expliquer les spécificités et les particularités historiques des uns et des autres et ne manquent pas de nous rappeler qu’il n’y a pas si longtemps, nous étions aussi comme eux. Autre façon de dire que les musulmans ont un peu de retard, mais que le temps arrangera tout cela. C’est comme si la polygamie,  la répudiation ou le voile intégral avaient jamais fait partie des lois sociales courantes en Europe. Mais leur recours au relativisme n’arrive pas à cacher l’exigence de soumission au diktat du Coran,  de Mahomet, des Ayatollahs et des Cheikhs qui font de la politique au nom de l’islam (c’est à dire de la soumission).

Et c’est toujours à la Liberté et aux femmes que ces porte-paroles d’Allah s’attaquent en premier. L’intervenant en duplex de Tunisie, M Abou Yaareb Marzouki, représentant du parti islamique arrivé en tête des élections, l’a bien confirmé. Il constate qu’il y a deux absolus qui s’affrontent : d’un côté la Liberté et la Laïcité, revendiquées par les deux Tunisiennes présentes sur plateau et, de l’autre, l’absolu de l’obéissance aux préceptes coraniques.

Laïcité Inch'Allah !!

Cette émission montre bien que le combat de Riposte Laïque est bien celui des démocrates et de ces deux femmes Tunisiennes que je tiens à féliciter pour leur courage et pour la clarté de leur engagement.

Bravo Mesdames ! C’est comme ça qu’on voudrait voir toutes les femmes dans le monde arabe et musulman ! Ce sont des femmes comme vous qui donneront enfin naissance à une génération libre, démocrate et respectueuse, non seulement des femmes, de la moitié de l’humanité, mais aussi de l’humanité tout entière, de ses valeurs universelles que le Coran et Mahomet ont toujours bafouées.

Tant qu’il y aura des femmes comme vous, il y aura donc de l’espoir.

Nos deux ministres, invités à cette émission ont été promptes à défendre la très coûteuse intervention de la France en Libye, mais ils ont été incapables d’admettre que la nouvelle situation échappait à tout contrôle et que des risques majeurs se dessinaient dans la région. Ils nous ont prouvé que, finalement, rien n’a changé. En politique arabe, il n’y a absolument aucune divergence entre l’UMP et le PS. Aussi bien Gérard Longuet que Hubert Védrine ont sollicité la patience et la confiance de l’auditoire tout en laissant penser que le temps arrangera bien les choses et que les douches froides n’annoncent nullement un hiver islamique. En attendant, ils sont plutôt disposés à cautionner les régimes islamistes qui sont en train de s’installer en Tunisie, en Libye et en Egypte. Autrement dit, que des autocrates au nom du Ciel s’installent à la place des Ben Ali, Moubarak et Kadhafi, cela ne changera rien à la politique française. Comme Yves Calvi l’a malicieusement rappelé, Marine Le Pen a bien résumé la situation :  « On a dépensé 300 millions pour établir la charia ». Mais Gérard Longuet ne voulaient pas admettre que le printemps arabe tournait déjà en eau de boudin. Sa réplique se voulait aussi cinglante à l’égard de la présidente du FN : « C’est une provocation stupide, ce qui n’est pas étonnant de sa part ! », preuve qu’il ne lui restait que l’insulte personnelle comme munition.

Quant à Mathieu Guidère qui se présente comme expert, totalement neutre, il a bien décrit la situation actuelle au Nord de l’Afrique. Il a bien résumé le drame de ces peuples, majoritairement musulmans. Il constate, comme je l’ai écrit après un voyage en Tunisie, que « Aujourd’hui, il y a une tendance forte, dans tous ces pays-là, à une revendication identitaire, très forte, pour se revendiquer comme « musulmans », ça s’appelle une identité musulmane. Le fond de la question c’est que tous ces gens-là mettent la loi divine au-dessus de tout autre loi. … Le fond du problème, il est là ! En France, nous mettons la Constitution au-dessus de tout. Dans ces pays-là, une bonne partie de la population, je ne dis pas tout le monde, met le Coran au-dessus de tout.« 

Et là je ne peux que donner raison à Mathieu Guidère, même si je l’ai affublé d’un bonnet d’âne lorsqu’il a osé s’aventurer sur le terrain de la manipulation idéologique pour nous expliquer que Mahomet avait imaginé la polygamie afin de sauver les veuves et les orphelins de la misère !

Mais il n’y a pas mieux que de regarder cette émission, riche de mille autres détails.

Cliquez sur ce lien pour regarder la vidéo de l’émission

MotsCroisés31-10-2011

Pascal Hilout




Référendum grec : les dirigeants européens peuvent-ils continuer à bafouer la démocratie ?

En démocratie on ne peut pas gouverner  sans se soucier de la réaction de son  peuple aux mesures que l’on lui impose. Depuis des mois, la Grèce est constamment humiliée, montrée du doigt par les dirigeants de la bien-pensance, nos élites arrogantes, méprisantes  alors qu’elles sont responsables de la situation économique et financière dans laquelle ils ont conduit tous les peuples des pays Occidentaux.
Les États ont été gérés  pendant des décennies de façon catastrophique  par des Gouvernements de droite et de gauche qui ont creusé  les déficits publics  en empruntant sans compter sur les marchés financiers  pour créer une croissance artificielle et ils s’étonnent aujourd’hui  que les Peuples se révoltent et ne veulent pas payer la dette abyssale qu’ils leur lèguent .
Le couple franco allemand Sarkozy -Merkel  avait oublié que les Peuples de la zone euro n’avaient pas perdu totalement leur souveraineté. Le premier Ministre George Papandréou, critiqué par de plus en plus de Grecs  qui lui reprochaient son alignement   sur les mesures d’austérité insoutenables imposées par  la troïka EU/ FMI /BCE  pour éviter que la Grèce sorte de la zone euro. La Grèce est en faillite et ne pourra pas rembourser sa dette souveraine. Les dirigeants de la zone euro s’imaginaient que les Peuples continueraient à avaler des couleuvres et accepteraient sans rechigner de se plier au diktat des institutions internationales que  sont le FMI/ L’EU et la BCE.
Devant une telle impasse sur le plan politique intérieur  le gouvernement Grec n’avait pas d’autre choix que de consulter par la voie référendaire son Peuple pour qu’il se prononce sur le plan de sauvetage de la Grèce qui n’ est en fait qu’un plan servant à sauver l’euro d’un naufrage inéluctable.

Il est nécessaire de rappeler que Georges Papandréou dispose d’une faible majorité de 153 députés au  Parlement (sur 300 sièges), et fait face à une montée des oppositions au sein de son propre parti. La date du référendum n’a pas été fixée mais il devrait être organisé d’ici quelques semaines, une fois le plan finalisé, a précisé le chef du gouvernement.
Il a, en outre, demandé un vote de confiance pour avoir le soutien nécessaire afin de poursuivre sa politique pour le reste de son mandat qui se termine en 2013.
George Papandréou a donc annoncé contre toute attente des  instances européennes  sa décision de s’en remettre à la plus noble des consultations en régime démocratique le référendum populaire.
Les bourses européennes ont dévissé à cette annonce du Gouvernement Grec de demander à son peuple de se prononcer sur ce plan de sauvetage.
: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/01/97002-20111101FILWWW00259-le-cac-40-chute-a-l-ouverture.php et http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/01/97002-20111101FILWWW00261-footsie-et-dax-en-nette-baisse.php
« Si les Grecs n’en veulent pas, il ne sera pas adopté », a déclaré le Premier ministre à des élus du Parti socialiste (Pasok) au pouvoir. « Nous faisons confiance aux citoyens. Nous croyons en leur jugement. Nous croyons en leur discernement », a-t-il ajouté.
Sarkozy va téléphoner à Merkel pour savoir comment les dirigeants de la zone euro doivent réagir à une décision qui remet en cause le plan qu’ils avaient échafaudé ensemble pour mettre au pas le peuple Grec, comme si celui-ci était responsable du désastre économique et financier dans laquelle se trouve la zone euro.
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/01/97002-20111101FILWWW00282-grece-sarkozy-va-telephoner-a-merkel.php
Il faut saluer George Papandréou pour avoir eu le courage de  consulter son peuple car  il redonne à la démocratie une image qui avait été écornée  ces dernières années par un grand nombre de Gouvernements qui voulaient forcer leurs concitoyens à subir des décisions politiques avec lesquelles ils étaient en désaccord. Rappelons-nous le vote des Français qui avaient rejeté en 2005  à  54,67 % le traité constitutionnel européen et que Nicolas Sarkozy, à peine élu en 2007, avait fait approuver en février 2008 par la voie parlementaire sous le nom de traité de Lisbonne.
Première réaction politique en France : celle d’Estrosi pour qui c’est « irresponsable » de demander la parole au peuple grec avec tout ce que Sarkozy et Merkel font pour les aider, et puis le peuple grec risque de voter avec « irrationalité » !
A écouter absolument sur http://www.france-info.com/chroniques-tous-en-campagne-matin-2011-11-01-la-classe-politique-reagit-au-projet-de-referendum-en-grece-572384-9-508.html
Il paraît que Sarkozy est « consterné » et « irrité » par cette annonce. Donc on a une première idée de la réaction côté UMP-Sarkozy.
Le député Dupont-Aignan approuve ce referendum et voici ce qu’il disait sur BFM-TV
« Quand Monsieur Sarkozy ou Madame Merkel sont aujourd’hui consternés parce que l’on fait appel au peuple, sont ils dignes d’exercer des fonctions de chefs d’ État élus au suffrage universel ? […] Papandréou a un réflexe de dignité […] et heureusement parce que autrement, ça finirait dans le sang en Grèce ».
Mélenchon approuve le référendum : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/01/97002-20111101FILWWW00291-grece-minimum-de-democratie.php
On va retrouver le bon vieux clivage du temps du TCE, et si ça se trouve ça va diviser le PS.
En plus c’est un beau sabotage du G20 où Sarkozy-Merkel s’apprêtent à nous expliquer que tout vas bien, que l’Euro est sauvé, etc.
Le socialiste Pierre Moscovici a réagi à l’annonce de la tenue d’un référendum en Grèce sur l’accord européen. « Les Grecs ont le droit de choisir leur destin ! » déclare-t-il, avant d’ajouter que « derrière tout ça, il y a un procès qui peut être fait, c’est celui de l’Europe elle-même, de ses tergiversations, de ses incertitudes (…) cela fait tout de même 18 mois qu’on pressure ce pays, ses dirigeants (…) il est donc assez logique qu’à un moment donné Georges Papandréou cherche une forme de vaccination populaire ».
Mais curieusement il n’évoque pas le fait que les Français n’aient pas le « droit de choisir leur destin » sur toutes ces affaires.
La présidente du Front National Marine Le Pen a estimé que le référendum grec sur le plan d’aide à ce pays était « la moindre des choses » et constituait « aussi un moyen de préparer la sortie de l’euro« . Comme on lui demandait son sentiment sur l’annonce surprise d’un référendum grec sur le plan de sauvetage de ce pays élaboré la semaine dernière à Bruxelles, Mme Le Pen a répondu sur i-TELE: « C’est la moindre des choses, je défends le référendum (…) c’est au peuple de décider son avenir et non pas à quelques technocrates ». « Chacun est conscient que l’euro n’est pas viable mais personne ne veut prendre la responsabilité de le dire« . « Peut-être attendent-ils que la Grèce, sacrifiée sur l’autel du dogme de cette monnaie, le dise », a conclu la présidente du FN.
Réunion à l’Élysée à 17 heures : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/01/97002-20111101FILWWW00308-grece-reunion-a-lelysee-a-17-heures.php
Silvio Berlusconi : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/01/97002-20111101FILWWW00310-grece-choix-inattenduberlusconi.php
Banques allemandes : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/afp_00394378-le-referendum-grec-est-tout-sauf-un-cadeau-banques-allemandes-242209.php
François Lenglet : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gQU_6KFW8lg
D’après François Lenglet l’accord de Bruxelles du 26 octobre 2011 sera remis en cause et que la Grèce va s’orienter vers un défaut de paiement plus important et que sa sortie de l’Euro deviendra la seule voie qui devrait  lui permettre de retrouver des marges de manœuvre pour relancer son économie totalement anémiée par les mesures drastiques imposées par la troïka  FMI EU et la BCE.
Fitch : http://www.europe1.fr/Economie/Fitch-un-non-au-referendum-une-menace-795663/
Réaction d’Olivier Delamarche : www.dailymotion.com/video/xm2p4j_olivier-delamarche-il-faut-virer-les-banquier-01-11-2011-bfm-business-11-novembre-2011_news
Pour I-Télé, l’annonce de ce référendum est une catastrophe pour Sarkozy. Non seulement ça met en suspend le pseudo-accord de jeudi dernier obtenu à l’arrache, mais ça va saboter son G20.
Et c’est d’autant plus vexant que Sarkozy et Merkel ont appris la décision de Papandréou par la presse. Il ne les avait  pas prévenus…
Autre signe d’inquiétude : la BCE achète en masse de la dette italienne…
Et tempête sur les bourses, surtout sur les valeurs bancaires : http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/referendum-en-grece-tempete-sur-les-bourses-1851914/
A part, tout va bien selon Van Rompuy et José Manuel Barroso, dans un bel exercice de langue de bois : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/01/97002-20111101FILWWW00334-l-ue-a-confiance-dans-la-grece.php
La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy vont rencontrer mercredi à Cannes les représentants des institutions européennes et du FMI et, séparément, les responsables grecs, a annoncé l’ Élysée : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/01/97002-20111101FILWWW00361-grece-reunion-a-cannes-mercredi.php
Bref,  c’est la panique générale. Le bateau tangue et les dirigeants de la zone euro se retrouvent  à  la case départ.
On ne peut pas impunément bafouer  la démocratie sans en payer un jour le prix. Les Gouvernements ont  toujours eu peur de la réaction de leurs peuples et ils se trouvent maintenant  au pied du mur. Peut-on en démocratie passer en force contre la volonté populaire ? La question se pose avec le plus d’acuité aujourd’hui.  Nous ne sommes pas dans un régime de dictature pour faire passer en force des mesures impopulaires et surtout incomprises et tellement injustes  qui risquent de mener à des réactions violentes des peuples qui seraient entièrement légitimes.
Quand on n’est pas soutenu par le Peuple, la seule issue qui peut éviter des actes désespérés, c’est de provoquer des élections anticipées ou de le  consulter par voie référendaire. Les dirigeants  n’échapperont pas à cette alternative s’ils veulent que la politique retrouve une légitimité perdue  dans un monde dont on en sait comment il va basculer.
Fabrice LETAILLEUR
Voir son blog
http://lebloglaicdechamps.over-blog.com/




Scandale ! Papandreou veut demander l'avis du peuple grec sur le plan de sauvetage européen !

Enfin! On attendait ça depuis des mois, pour ne pas parler d’années ! A quel moment le gouvernement –socialiste- de Grèce allait-il enfin suivre le peuple et lui demander son avis devant le traitement de choc que Bruxelles  et le FMI veulent lui imposer ?

C’est fait. Papandreou semble décidé à soumettre la décision d’accepter ou pas le plan de sauvetage de la Grèce à referendum populaire. Bien sûr le gouvernement grec risque de sauter dans les heures qui viennent, bien sûr ILS vont TOUS TOUT faire pour que cela ne se fasse pas et ce n’est pas gagné pour les Grecs, mais rêvons un peu et profitons de cette journée de pur plaisir…

C’est le moment de savourer, avec une jubilation non contenue, les réactions de tous ceux qui ont fait des Grecs des boucs émissaires pour mieux sauver l’euro. En effet, en commençant par Sarkozy et Merkel et en passant par les socialistes  -qu’on se rappelle Manuel Valls traitant l’économiste François Lenglet d’irresponsable  quand il a osé affirmer que la seule chance de la Grèce était de sortir de l’euro jeudi dernier- ou le député UMP Estrosi qui ose traiter Papandreou d’irresponsable(c’est énorme !) et en terminant par l’opposition grecque qui considère -on appréciera- que le referendum consiste à « jouer aux dés », ils sont tous verts. Leur turpitude leur saute à la tête. Que du bonheur…

C’est qu’on en a, des revanches à prendre ! Et la première,  celle des Français cocufiés par leurs élites, qui  n’ont jamais accepté le vote des Français de 2005 et n’ont eu qu’une hâte, faire ratifier le contraire par le Parlement, constitué de gens sérieux, eux, instruits, eux, et sachant ce qu’ils font, eux…. La démocratie, moins on en a, mieux nos élites européistes se portent.

C’est que, la populace, il faut s’en méfier.

Elle vote non à l’Europe des spéculateurs et de la concurrence libre et non faussée, quelle égoïste !

Elle vote non aux minarets, quelle xénophobe !

Elle vote non à l’islam et à l’immigration, quelle raciste !

Et il est certain que si on lui demande son avis sur l’euro et les plans de sauvetage de celui-ci, elle votera non, cette  épicurienne incapable de se sacrifier pour les fonds de pension et les investissements chinois !

Vous voulez que je vous dise ? La populace est une inculte et une salope qui trahit ses élites. C’est sans doute pour cela que depuis des lustres, traité après traité, ces dernières rognent la souveraineté des nations et font peu à peu disparaître la démocratie, remplacée par la technocratie !

Bien sûr la populace fait quand même peur, alors on consent à lui donner de temps en temps un os à ronger qui ne mange pas de pain : une consultation pour les primaires socialistes, un vote par SMS sur la meilleure chanson ou le meilleur acteur, des sondages à gogo, un avis dans les « conseils de quartier » pour décider de l’heure à laquelle passeront les poubelles, des représentants dans les écoles qui veillent à l’existence de  menus sans porc dans les cantines… bref la « démocratie participative » chère à Royal, pour mieux cacher l’absence de véritable démocratie.

Alors on comprendra que tous les yeux des Européens soient fixés sur les Grecs, pour le referendum annoncé en janvier si…

Si le gouvernement grec ne saute pas. Si les pressions ne font pas changer Papandreou d’avis.Les heures et jours à venir vont être décisifs.

Alors, si, comme on ose l’espérer, les Grecs disent non au « plan de sauvetage » (sic !) qui leur est imposé, ils sortiront de l’euro et ils risquent bien d’entraîner plus d’un pays….

Et nous, et nous, et nous ?

Question naïve: que se passerait-il si l’on demandait aux Français leur avis sur le maintien de la France dans la zone euro ?

Je ne doute pas un instant que les socialistes, qui ont tant expliqué qu’il était essentiel que les Français soient consultés pour leurs primaires, parce que vous comprenez, ma bonne dame, la démocratie il n’y a que ça de vrai,  vont faire une campagne dans ce sens….

Christine Tasin

Résistance républicaine