1

François Hollande appelle de ses voeux une France à l’image des djeuns des banlieues

C’est à Évry devant un public « très jeune » et très fervent que le candidat Hollande a tenu a rappeler que c’était des quartiers qu’il entendait obtenir ses voix. Car François-Mitterrand-Hollande les aime les djeuns des quartiers, cette sympathique et bouillante jeunesse qui garde encore en elle la fierté d’avoir combattu les citoyens ordinaires en 2005.

A ceux qui tiennent les murs de nos cités François-le-Bon leur a promis la victoire qu’il a déjà vue en eux, car il n’a aucun doute, les wesh vont massivement voter pour lui. Il est vrai que ce serait un juste retour des choses, tant il se démène pour les séduire. Accusant la droite d’avoir abandonné les banlieues puisqu’elle n’a pas usé du Karcher promis, il s’est dit confiant dans leur capacité à émerger, à entreprendre et à s’engager. S’engager dans quoi ? Il ne l’a pas précisé. Peut-être voulait-il parler de ces gens à qui ces braves djeuns demandent les papiers pour leur permettre de pénétrer dans leur HLM dans une initiative sécuritaire et philanthrope sans doute « Vous n’habitez pas l’immeuble, vous ! Qui êtes-vous ? Vos papiers ! », « Il y a quelques années, un jeune tenant le mur de son palier lui avait cisaillé les jambes d’un coup de pied », « Des groupes se sont approprié des territoires. La loi n’est plus celle de la société mais celle de la cité. Aujourd’hui, des femmes téléphonent pour qu’on vienne les chercher à leur arrivée au tram » (1). Ou de ceux encore qui taguent les églises en écrivant dessus « nike la France », « à mort les porcs », « Maroc en force » ?

Alors, paresseuse, incapable et dangereuse la jeunesse des banlieues ? Quel mauvais esprit !

Bien au contraire, pour François-Oui-Oui cette jeunesse est la génération montante qui affronte durement la réalité. C’est sûr que devoir se pousser un peu pour laisser passer les petites vieilles c’est dur, très dur. Il a rappelé qu’il n’était pas dupe et qu’il avait parfaitement conscience que l’insécurité était toujours présente mais n’en a pas précisé l’origine. A le croire on pourrait penser que ce sont ces pauvres djeuns qui sont les victimes de l’insécurité… Serait-ce alors les méchantes vieilles dames qui les mettraient en danger ?

On notera que François-Tout-Mou parle constamment en phrases négatives à la façon de Bartelby déclarant sans cesse qu’« il préfèrerait ne pas ». Il est comme ça Fanfan, involontaire dans tout, ne se mouillant dans rien.

Il s’interroge sur la normalité du fait que ce soit toujours les mêmes qui se fassent interpeler. Eh bien oui François, c’est normal puisqu’ils ont des casiers longs comme le bras et qu’ils sont toujours relâchés. Évoquant ensuite les personnes qui font la queue dans le froid attendant l’ouverture de la grande braderie des papiers français et de celles qui seraient discriminées à l’embauche, nous pourrions lui rétorquer qu’il existe même des personnes nées en France, des souchiens comme on dit maintenant, qui ne font plus la queue nulle part mais qui meurent juste de froid et de faim. Qu’il s’en trouve d’autres qui n’ont pas de travail et qui sont discriminés tout simplement parce qu’il n’y a pas assez d’emplois pour tout le monde. On pourrait lui demander à François ce qu’il compte faire concrètement pour ces pauvres Français de plus en plus nombreux à envahir nos trottoirs et s’il compte réduire le nombre d’entrants en France alors que nous sommes déjà étranglés par le chômage. Sans doute s’abstiendrait-il en rougissant, comme à son habitude… « I would prefer not to ».

Dans une supplique réclamant toujours plus de voix il a instamment demandé à son très jeune public de « donner à la gauche la responsabilité de servir la France »… sur un plateau d’argent sans doute.

Mais le pompon c’est tout de même sa visite au… ministère de la crise des banlieues (2). Oui, c’est nouveau, ça vient de sortir. Une belle et grandiose initiative de la djeunesse émeutière de 2005 qui a pris ses quartiers dans un hôtel particulier vieux de 4 siècles du 4e arrondissement de Paris et dont on nous prévient déjà que l’intérieur est tout pourri, juste au cas où des mauvaises langues attribueraient des dégradations éventuelles à ces sympathiques occupants.

Et c’est bien évidemment celui que les mauvaises langues appellent Notre-Dame-de-Paris (Bertrand Delanoë pour les petits nouveaux de Riposte Laïque) qui est à l’origine de ce prêt généreux de notre patrimoine au prétexte d’une « initiative citoyenne » à récompenser. C’est donc cela la citoyenneté… faire péter le pays, les bagnoles, les gens, le fric… Le chef de ce nouveau ministère promoteur d’émeutes n’est autre que Mohammed Mechmache, adjoint au maire de Noisy-le-Sec qui est paraît-il une « star » à Clichy et qui malgré sa position fort enviable se permet de déplorer l’absence de représentation diversitaire dans les instances républicaines, comprenne qui peut. Après tout, on a les élus qu’on mérite.

La ville de Noisy-le-Sec où précisément en 2009 les habitants avaient signé une pétition réclamant davantage d’effectifs policiers afin de retrouver la « tranquillité publique qui n’est actuellement plus assurée » et où la même année un élu de la mairie avait été agressé durant la fête de la musique par des dizaines de « très jeunes » individus en réunion alors qu’il s’était interposé pour défendre un de ses concitoyens pris à partie par ces mêmes racailles.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x9oxnp_noisy-le-sec-insecurite-vandalisme_news?start=454#from=embed[/dailymotion]

Voilà donc les voix que François-Wesh-Wesh racole et caresse avec tant d’amour et d’impudeur, voilà cette jeunesse qu’il veut voir devenir l’avenir de la France.

Alors je ne sais pas vous mais moi ça me donne envie d’aller apporter ma carte d’identité désormais dévaluée à la braderie des papiers ou bien de la jeter dans une poubelle, entre les deux j’hésite encore.

Sinon pour info, le collectif prévoit un tour de France pour recueillir les doléances de la population banlieusarde, pendant ce temps les autres Français pourront se recueillir sur la France et exprimer leurs condoléances.

Caroline Alamachère

(1)  http://www.ouest-france.fr/region/paysdelaloire_detail_-a-l-entree-du-HLM-les-jeunes-exigent-ses-papiers-_8620-2043496_actu.Htm

(2)  http://www.leparisien.fr/clichy-sous-bois-93390/c-est-le-ministere-de-la-crise-des-banlieues-22-02-2012-1872039.php




Monsieur Pena Ruiz, allez-vous voter pour Hollande, le futur destructeur de la laïcité?

( Réflexions après la lettre de Henri Peña-Ruiz à Hollande (Le Monde, 23/02/12)

 http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/02/23/lettre-ouverte-a-francois-hollande-sur-la-laicite_1647186_3232.html

           

 

L’auteur accuse avec juste raison le candidat Hollande de préparer un nouvel affaiblissement de la laïcité. Voilà des propos que je partage, évidemment. A quelques détails près cependant.

Lorsque l’auteur, qui fait peut-être le naïf plus qu’il ne l’est vraiment, considère la position de Hollande comme « politiquement paradoxale », il se trompe ou fait semblant de se tromper. Il y a longtemps que le PS se fout de la laïcité, pour ne pas dire qu’il a adhéré au vaste parti des anti-laïques, au même titre qu’un Sarkozy. Les preuves sont multiples, n’est-ce pas Monsieur Delanoë, ou encore ces élus « socialistes » qui assistent régulièrement aux cérémonies religieuses (toutes religions confondues) assis au 1er rang ceints de leur écharpe, se signant quand il faut le faire (s’il s’agit d’une religion où l’on se signe) ; ou encore ces maires ou présidents de régions ou de conseils généraux qui distribuent sans compter l’argent public aux divers représentants des cultes. Désolé Monsieur Peña-Ruiz, « politiquement paradoxal » est une impropriété.

Autre erreur (peut-être voulue cette fois encore, c’est en tout cas ce que j’espère) : selon l’auteur de la lettre, Hollande serait « du même parti que Jean Jaurès ». Absolument faux et c’est beaucoup trop d’honneur que vous lui faites. Rien, dans la politique actuelle du PS, ne ressemble un tant soit peu aux luttes menées par Jaurès, rien ne rappelle sa pensée. Des invocations en veux-tu en voilà, certes ! Et Jaurès par-ci, et Jaurès par-là. En réalité, des mots, du vent, une imposture. Non, le PS n’est pas socialiste : cela a été si largement démontré dans les colonnes de RL que je n’ai pas besoin d’y revenir ici.

C’est peut-être avec quelque malice que Henri Peña-Ruiz va même jusqu’à écrire, s’adressant à Hollande : « Mettez vos pas dans ceux de Jaurès ». Je veux croire encore une fois que l’auteur ne croit pas une seconde à l’éventualité de cette mise de pas dans des pas qui ne sont pas de la même pointure. Dans le cas contraire, moi qui ai toujours eu, malgré nos divergences, la plus grande estime pour M. Peña-Ruiz, je me ferais du souci pour lui.

Enfin, l’auteur de la lettre considère à juste titre que « c’est d’une gauche laïque et sociale décomplexée » que le pays a besoin. Je passe sur l’emploi un peu bizarre de l’adjectif « décomplexée » (de quels complexes est-il fichtre question ici ?). Toujours est-il que, s’adressant à qui elle s’adresse, cette déclaration pourrait faire rire, si la situation n’était en vérité dramatique.

S’il s’agit de défis lancés publiquement, par voie de presse, au candidat prétendu socialiste, c’est très bien. Mais je doute fort que l’homme qui, après avoir entériné sans broncher le traité de Lisbonne qui balayait d’un trait de plume l’expression du suffrage universel exprimée 2 ans auparavant, l’homme qui ne trouve rien à redire sur les nouveaux pouvoirs européens en matière financière (entre autres) envoyant les États donc la démocratie aux oubliettes, que cet homme qui assure aux marchés financiers qu’avec lui ils n’ont aucune inquiétude à avoir (après avoir dit le contraire quelques jours plus tôt) oui, je doute fort que cet homme prenne si peu que ce soit les propos de notre philosophe en considération.

Une dernière remarque tout de même. Pas une seule allusion, dans cette lettre, à l’Islam, dont on sait d’ailleurs qu’il lorgne avec gourmandise sur l’Alsace-Moselle pour les raisons que l’on sait, clairement exprimées par Henri Peña-Ruiz. On ne saurait penser à tout.

Yves PIALOT




Quand La Fontaine alertait déjà contre l’angélisme, par Maurice Vidal

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=lRCeaPH_1N0[/youtube]

Retrouvez tous les Journaux des Résistants

http://www.youtube.com/user/JournaldesResistants?feature=watch




Halal : je n’en peux plus des mensonges et de la mauvaise foi de la caste !

Cette fois, la coupe est pleine…  et, contrairement à ce que dit Nicolas Sarkozy, « la polémique a  lieu d’être » !

Je n’en peux plus d’entendre des  types comme Philippe Vénère sur les « Grandes Gueules »  et tous ces « dignes » représentants de l’UMP, du PS, du Front de gauche ou du Modem, dans « Mots Croisés »,  l’ouvrir à propos du  halal, sans aborder le moins du monde le fond du problème  (lundi 20 février).

Question désinformation, malhonnêteté intellectuelle, hypocrisie, mauvaise foi, ils s’y entendent !

Ces gens-là sont-ils donc incapables d’écouter et de comprendre ce qui est dit, de réfléchir avec objectivité et d’émettre une opinion qui ne soit pas dictée par un réflexe pavlovien primaire, à savoir le rejet de toute idée qui émane du FN et/ou l’adhésion à tout ce qui touche de près ou de loin à l’islam ?

N’est-ce pas consternant de les entendre tous, à l’unisson, sortir tout l’attirail sémantique habituel  pour jeter l’anathème (« stigmatiser », « islamophobie ») et nier jusqu’à l’existence du problème, au lieu d’argumenter et de raisonner à partir des faits eux-mêmes ?

Passons sur la remarque consternante de Vénère, qui n’a absolument pas saisi de quoi il était question : «  il n’y a aucune différence que ce soit au niveau de la qualité comme au niveau du prix ! »

Le problème du halal ne se pose pas évidemment pas en termes de goût ou de porte-monnaie, faut-il être bête  -ou feindre de l’être-   pour situer la discussion sur ce plan !

Quant aux autres, les éternels donneurs de leçons, les « vertueux » tous bords politiques confondus,  qui ne trouvent rien à redire à  l’égorgement à vif  -malgré la loi justement créée pour éviter des souffrances et un stress inutiles-  égorgement à vif qui implique une lente agonie de l’animal s’étouffant lentement dans son propre sang,   j’ai plusieurs arguments à leur opposer, auxquels j’aurais aimé qu’ils répondissent  :

 

  1. Comment peut-on, dans un pays qui revendique sa laïcité, admettre une dérogation à la loi,

pour des motifs religieux, et ne pas exiger l’étourdissement préalable même pour les animaux sacrifiés rituellement ?  La loi est la même pour tous.

D’autant plus que l’abattage rituel n’exclut pas l’étourdissement, ils le savent très bien, ces trompeurs : seul compte le fait que l’animal soit encore en vie, pas du tout qu’il soit conscient (Dalil Boubakeur a lui-même affirmé à plusieurs reprises la compatibilité entre les exigences du halal et celles de la loi) ! 

Les Pays-Bas viennent récemment d’imposer l’étourdissement pour les animaux sacrifiés rituellement, ce qui  n’empêche pas les musulmans de manger halal : la seule différence, c’est que le halal hollandais fait l’économie de la barbarie et égorge des animaux inconscients.  Pour nos chevaliers blancs du halal, cela ne compte pas : pour moi, si !  Sensiblerie, diront-ils : je préfère être dans le camp des « sensibles », de ceux que les souffrances animales inutiles  émeuvent … et qui ne peuvent regarder une vidéo d’abattage rituel  jusqu’au bout, que dans le leur !

 

  1. Comment peut-on être prêt à tout  – même à faire souffrir inutilement et illégalement des animaux-  au nom de la liberté de conscience d’une minorité, et faire fi de la liberté de conscience de la majorité ?  Car c’est cela  le cœur du problème… même si nos invités de plateaux télévisés  prennent bien soin de l’éluder !

C’est un fait avéré -que nos champions de la « bien-pensance » préfèrent nier ou feindre d’ignorer-  c’est un fait avéré qu’une grande partie des animaux sont égorgés rituellement dans les abattoirs français (dont un grand nombre sont devenus 100% halal)  : beaucoup, beaucoup trop pour alimenter la seule consommation des musulmans ! La conséquence pour les consommateurs, c’est que cette viande halal se retrouve dans le circuit classique, et sans étiquetage, puisque le gouvernement s’y est refusé… si bien que vous et moi pouvons acheter, à notre insu, donc sans le vouloir et sans le savoir, de la viande halal…

Comment peut-on, d’un côté, reconnaître le droit des musulmans à manger halal et ne pas, de l’autre, dénoncer le scandale qui consiste à nier le droit du non-musulman à ne pas manger halal ? Or, je n’ai entendu personne se prononcer sur cette « tromperie »  -oui, monsieur Vénère, il y a « tromperie », ne vous en déplaise !- ; je n’ai entendu personne s’étonner de ce « deux-poids, deux-mesures ».

Est-ce à dire que, pour ces gens-là, la liberté  de conscience d’un chrétien, d’un bouddhiste ou d’un athée vaut moins que celle d’un musulman ?  Est-ce à dire que, pour ces gens-là,  le chrétien, le bouddhiste ou l’athée doivent se résigner à manger une viande sacrifiée au nom d’Allah, la tête tournée vers La Mecque, par un sacrificateur musulman seul habilité à le faire ?  Est-ce à dire que, pour ces gens-là, le chrétien, le bouddhiste ou l’athée n’ont pas d’autre choix que celui de souscrire à rituel un sacrificiel à un dieu qu’ils ne reconnaissent pas ?

J’aurais  aimé entendre nos représentants de la  « pensée unique »  se prononcer clairement sur ce point mais, pensez-donc, il leur faudrait un courage qu’ils n’ont pas et d’ailleurs  la lâcheté leur va si bien !

 

  1. Comment, toujours au nom de la liberté de conscience, trouver acceptable que le consommateur non-musulman paie, sans le vouloir et sans le savoir, une sorte de dîme aux trois mosquées certificatrices  (celles de  Paris, d’Évry et de Lyon) ?  Car, qui dit halal, dit mosquée certificatrice et donc obligatoirement paiement d’une taxe sur la viande sacrifiée rituellement.

Le chrétien, le bouddhiste ou l’athée n’ont-ils pas le droit de ne pas vouloir financer un culte qui n’est pas le leur ?

Que le musulman qui achète de la viande halal acquitte cet impôt religieux, c’est normal : c’est son choix. Mais que le citoyen lambda non musulman le fasse à son insu, c’est purement scandaleux !

Imaginez des produits alimentaires qui seraient bénis au nom de Jésus par des prêtres, vendus sans référence à ce rituel religieux dans le circuit classique, et qui rapporteraient au clergé quelques millions d’euros annuels :  pensez-vous qu’il y aurait cette omerta qu’on observe s’agissant du  halal ?

Car il y a omerta : jamais un mot, dans les « méRdias », sur les sommes engrangées par l’islam à partir des produits non étiquetés halal, donc achetés par les non-musulmans…

Évidemment, on a eu droit à une promesse ahurissante de Bruno Le Maire, Ministre de l’Alimentation et de l’Agriculture : on ne pratiquera l’égorgement rituel que sur commande, qu’il ose prétendre.  Et ils feront quoi, les abattoirs 100% halal, le reste du temps, monsieur Le Maire ?  Ils feront brouter vaches et moutons dans la cour, en attendant le client ?

Je trouve admirable que ce soit à l’ultime fin du quinquennat de Sarkozy, qu’on songe à prévoir une mesure … qui, outre qu’elle est irréaliste,  ne rentrera pas en vigueur (parce que Hollande l’annulera, ou que Sarkozy -s’il est élu-  l’ajoutera à sa collection de promesses non tenues).  

Si ce n’est pas de l’enfumage, qu’est-ce que c’est ?

Chantal Macaire




Immigration musulmane : les sottises de Rapahël Liogier, par Pascal Hilout

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=gl2t4X9wZmY[/youtube]

Retrouvez tous les Journaux des Résistants

http://www.youtube.com/user/JournaldesResistants?feature=watch




Mendicité musulmane : acte II, station Châtelet

Dans un article du 22 octobre 2011 (N° 213), nous avions attiré l’attention sur une nouvelle manifestation de l’islam, la mendicité exercée par des femmes voilées, que nous considérons comme une nouvelle forme d’occupation politico-religieuse de l’espace public. Cette occupation  cache aussi d’autres objectifs.

Six mois se sont écoulés. Aucune réaction des pouvoirs publics, de la Mairie de Paris ou du Ministère de l’Intérieur. Cette forme de mendicité et cette nonchalance des autorités offusquent certains Parisiens. Ce phénomène commence à s’étendre.

Nous avons constaté à nouveau cette mendicité, vendredi 17/02/2012 à 18h43, dans une croisée de couloirs de la station Châtelet : une mendiante, voilée, jeune (20-25 ans), à genoux, faisait la manche sans se soucier le moins du monde de la gêne qu’elle causait aux Parisiens et aux touristes à cette heure de très grande affluence. Faisant face au double tapis roulant, elle était très exactement au centre de l’intersection de deux couloirs et constituait vraiment un obstacle pour les usagers du métro.

Nous avons tenu à illustrer ce phénomène par quelques photos que nous avons floutées. Le message de cette femme est d’une clarté virginale : « Je suis musulmane et c’est pour cela que je suis voilée. Que me regardent le plus de gens possible. En France, les musulmans sont des victimes. Regardez ! ».

Compte tenu de l’apparence parfaitement normale de cette jeune femme sur le plan physique et vestimentaire, on serait en droit de se poser la question suivante : s’agit-il d’une mission commandée ou d’une humiliation imposée … ?

 

Bernard Dick

 

 




Mélenchon sait-il que sa porte-parole, Clémentine Autain, a signé un appel raciste ?

J’ai bien peur de désespérer encore davantage Joël Locin, sympathique lecteur de Riposte Laïque qui, admirateur jusqu’à la vénération de Jean-Luc Mélenchon, peste contre la médiocrité de son entourage, qu’il accuse de toutes les fautes politiques commises par le candidat. Clémentine Autain est donc la porte-parole du candidat de Front de gauche. Ce n’est pas sa faute si elle est fille d’un artiste bohème d’extrême gauche (1). Elle est présentée comme ayant baigné dans la politique depuis sa plus tendre enfance. Pourtant, depuis une quinzaine d’années qu’on la connaît, elle n’a jamais rien dit d’inoubliable… a moins de considérer que se dire féministe, défendre le mariage et l’adoption homosexuels, le droit de vote des étrangers, la régularisation de tous les clandestins, et les droits de toutes les minorités ne constituent une originalité.  Malgré tout, au café de la Flore, on pense qu’elle incarne la relève politique dont la gauche a tant besoin. Certains même, dans la mouvance altermondialiste, voyaient en elle la candidate qui devait fédérer la « gauche de la gauche » et le non de gôche aux présidentielles de 2007.

A défaut donc d’avoir été candidate en 2007, la voilà promue porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Sans vouloir interférer sur les choix des camarades, je trouve, quand on veut parler au peuple, aussi stupide, de la part de Méluche, de prendre Autain comme porte-parole que pour Sarkozy de prendre sa sosie de droite, Kosciusko-Morizet dans la même fonction. Donc, ce lundi soir, sur « Mots croisés », notre Clémentine était en mission. Le timonier de Parti de gauche ayant donné l’ordre du grand nettoyage, elle devait pourfendre sans faiblir la bête immonde, incarnée ce soir là par Florian Philippot. Peu lui importait que le sujet évoqué soit le halal, et donc la  possible réintroduction d’une dîme religieuse que la révolution française avait abolie en 1789. Peu lui importait qu’on parle de la souffrance animale, elle qui un temps flirta avec les Verts. Peu lui importait qu’on parle du libre choix du consommateur, elle qui parle tous les trois mots de démocratie participative. Il lui fallait terrasser le « fascisme ». Sa première saillie fut terrible pour le représentant du FN, qu’elle accusa de râââcisme et xénophobie, de vouloir diviser le peuple de France, et de stigmatiser les musulmans et les arabes. « Vous nous trouverez toujours face à vous », caqueta-t-elle, dressée sur ses ergots.

Elle pensait avoir maté la peste brune, soutenue par le ministre Bruno Lemaire, Julien Dray et Jean-Luc Benhamias, quand le rédacteur en chef de Valeurs Actuelles commença, pourtant avec prudence, à reprendre les thèses de Philippot. Immédiatement, Clémentine lui cloua le bec : « Et Saint-Nicolas du Chardonnet, hein ? », glapit-elle. Dray continua, empêchant l’impétrant de continuer à proférer des horreurs. Clémentine avait été à la hauteur de sa mission, et Méluche pouvait être fier de sa vaillante porte-parole.

Je ne sais pas si cela a un rapport avec le viol qu’elle a avoué, dans un livre, avoir subi, sous la menace d’une arme blanche, mais Clémentine Autain me fait irrésistiblement penser à  l’héroïne d’un texte de Philippe Muray, que Fabrice Lucchini, durant six minutes, interprête de manière sublime, « la touriste bobo » (2).

[youtube 2lEupp9jzGs]

Sans lui souhaiter la même fin (la bobo altermondialiste, pratiquante du tourisme équitable finira violée et décapitée, dans un pays africain, par un islamiste lui aussi altermondialiste), quand j’entends parler Clémentine Autain, je pense à ces petites bourgeoises qui ne sont que les enfants de leur lecture, et qui parlent d’une classe ouvrière qu’elles n’ont jamais rencontrée.

Mais au fait, Mélenchon est-il au courant que sa porte-parole, qui reproche au Front national, quand il parle du halal, de « diviser les Français », et « d’attiser le racisme », a signé, en 2005, l’appel, ouvertement raciste « Les Indigènes de la République », qui reproche à la France d’être toujours un état colonialiste opprimant les nouveaux colonisés des banlieues ? (3) Est-il au courant que, quand on signait un tel texte, on cautionnait une séparation du peuple de France, non pas entre exploités et exploiteurs, ce qui demeure un langage de gauche, mais entre enfants de colonisés et enfants de colonisateurs, les seconds devant rendre des comptes aux premiers ? Est-il au courant que la logique, racialiste, d’un tel texte ne pouvait qu’encourager à la violence les uns contre les autres, et à la haine de la France ?

Voilà comment parlait de cet appel François Darras, alias Jean-François Kahn, en décembre 2005, dans un article intitulé « Nouveau racisme », quand Marianne était encore un journal républicain.

NOUVEAU RACISME

Ça nous pendait au nez. C’était quasiment programmé. L’émergence et l’affirmation, grâce au soutien médiatique que l’on sait, d’une gauche réac, anti-républicaine, cléricale, anti-laïque, communautariste et ethniciste ne pouvait qu’enfanter ce «monstre» qu’est la pétition intitulée «nous sommes les indigènes de la République», lancée sur le site islamiste «oumma.com», appuyée par des personnalités d’extrême gauche, ou même de gauche, la fraction antisioniste des Verts, des partisans de Dieudonné, Tarik Ramadan, des intellectuels pro islamistes (mais aussi d’authentiques antiracistes ou anti-colonialistes démocrates) et publiée, sans distanciation critique, dans les colonnes du Monde. (Précisons que plusieurs signataires de ce texte inouï, parfois dément, que nous avons contactés, ont pris leurs distances depuis qu’ils l’ont vraiment lu).

Texte angoissant, tant il rompt radicalement avec tout l’héritage progressiste, humaniste, universaliste de la tradition républicaine. Le ton est donné d’emblée puisque les signataires s’autoproclament «militants engagés dans les luttes contre l’oppression et les discriminations produites par la République post-coloniale». Et, en effet, ce qui, de bout en bout est stigmatisé, assimilé à l’esclavagisme, ce n’est ni la monarchie qui pratiqua la traite des noirs, ni l’empire qui rétablit la servitude, ni le capitalisme qui exacerbe les discriminations ethniques et sociales, qui ghettoïse les populations venues d’ailleurs, mais, obsessionnellement, l’ignoble République, celle là-même qui, à deux reprises, avec l’abbé Grégoire et Victor Schoelcher, imposa l’émancipation totale des esclaves ! Les expressions sont significatives : «la République de l’égalité est un mythe», «il est temps que la France interroge ses Lumières» – oh l’odieux Voltaire ! – qu’elle «refoule son nationalisme arc-bouté au chauvinisme de l’universel (sic)».

(…)

Clémentine Autain a certes retiré son nom, plusieurs mois après, sous le prétexte de la signature de Tariq Ramadan. Argument grotesque, il suffisait de lire les noms des premiers signataires pour constater qu’on y retrouvait l’alliance de tous ceux qui avaient combattu la loi contre les signes religieux à l’école, des proches de Tariq Ramadan à la mouvance communiste, derrière Roger Martelli, à certains Verts, pseudo anti-racistes et trotskistes de la LCR. C’est uniquement par opportunisme, sans jamais remettre en cause le fond de cet appel raciste, qu’elle retirera sa signature. Fabius et Aubry avaient agi de même, suite à une pétition impulsée par Le Nouvel Obs, invoquant le même prétexte. Clémentine Autain, et tous les signataires de l’Appel des Indigènes, ne pouvaient pas ignorer ce qu’il y avait derrière cet appel. Quelques mois plus tard, Houria Bouteldja, dans la revue de Christine Delphy, publiera un nouveau texte appelant ouvertement à la violence contre les blancs… sans aucune réaction des organisations anti-racistes. Sur un plateau de télévision, elle utilisera le mot « sous-chien » qu’à notre connaissance ni Clémentine Autain, ni Jean-Luc Mélenchon n’ont condamné. Et pour cause : Parti de gauche 31 soutenait, devant le tribunal de Toulouse, la présidente des Indigènes de la République !

Faut-il rappeler que Clémentine Autain, toujours prête à voler au secours des « minorités persécutées » soutint également les initiatives du Cran, autre organisation ouvertement racialiste ? Décidément, Mélenchon va quand même avoir du mal à qualifier systématiquement le Front national de « raciste » avec telle porte-parole aussi indulgente avec des propos et initiatives réellement racialistes.

Joël Locin survivra-t-il à cette nouvelle découverte ? Quant à moi, je l’avoue, chaque fois que j’entends Clémentine Autain prendre la parole, bien que luttant contre mes mauvais penchants, je n’arrive pas à ne pas penser à l’histoire de la touriste bobo altermondialiste racontée si merveilleusement par Fabrice Lucchini…

Paul Le Poulpe

 

 

 

 

 

http://www.communautarisme.net/Les-mots-sont-importants-A-propos-de-l-appel-des-indigenes-de-la-Republique_a358.html




Halal : Hollande l’imposteur et Sarkozy avalisent la dîme de l’imam, quand 1789 avait aboli celle du clergé !

« Circulez, il n’y a rien à voir » a péroré le Président de la République lors de sa visite impromptu à Rungis où, nous a-t-il fait savoir, il rendait visite à « la France qui travaille et qui se lève tôt » , qui paye les 25 taxes supplémentaires créées sous son quinquennat, l’essence hors de prix pour se rendre à son travail, des loyers indécents car le parc locatif « social » est accaparé par les flux migratoires qu’il a favorisés… (S’il avait été intellectuellement honnête, il aurait pu ajouter cela.)

C’est qu’il prétendait répondre à Marine Le Pen qui avait dénoncé l’ excessive place réservée à l’abattage « halal » eu égard aux besoins, et le fait que les distributeurs mettaient en vente des tonnages « monstrueux » de cette viande (car maints morceaux découpés n’intéressent pas les musulmans) sans que le consommateur n’en sache rien.

Les instances gouvernementales, appuyées par leurs complices socialistes, écolos, centristes et Front de gauchistes, s’étaient d’ailleurs relayées dans les media complaisants pour tenter de noyer la réalité dénoncée (tout d’abord) par un reportage d’ ‘« Envoyé Spécial« , auquel aucun de ces politiciens médiocres ne fit allusion, de peur de dévoiler sa négation de la réalité…

Mais, patatras, la Chambre d’Agriculture d’Ile de France a conforté les déclarations de Marine Le Pen en se fendant d’un communiqué (1) qui insiste sur le « recyclage » dans le circuit « normal » de la viande « halal », la prégnance des abattoirs « halal » en région parisienne et , implicitement, laisse apparaître le fait qu’en province, l’abattage « halal » est également important…

D’ailleurs, la société Alazard vient d’en ouvrir un à Carpentras… avec l’aide financière (de 220 000 euros) du département du Vaucluse et de la région PACA, à majorité socialiste l’une et l’autre!

Les contorsions ridicules des politiciens « agréés bien pensance multiculturaliste », leurs postures électoraliste, leurs éructations haineuses à l’encontre de la seule candidate qui défend et notre Nation, et notre Histoire, et notre culture, n’y changeront rien : le marché de la viande « halal », qui pèse, dit-on, 5,5 milliards d’euros par an, est un marché juteux qui permet aux « abatteurs » et distributeurs de réaliser de larges profits en trompant le consommateur sur une marchandise non étiquetée… et pour éviter d’avoir deux réseaux d’abattage, ces « industriels » (où figurent nombre de musulmans bon teint) nous imposent une viande « religieuse » , comme si ce n’était pas à celui qui a une demande spécifique d’en payer le prix!

On vit dans un pays où tout est « renversé: des masses d’individus s’implantent sur notre sol sans qu’aucun besoin réel ne le justifie; elles y importent leur religion et leurs coutumes; ces coutumes suscitent des besoins qui s’opposent à notre mode de vie et à nos valeurs… et c’est à nous de payer pour les satisfaire?

Passons sur ce que représente d’irrationnel la pratique des interdits alimentaires idéologiques…

Oublions l’ineptie qui, au XXIe siècle, fait prendre pour argent comptant la parole supposée d’un chamelier ignare inspiré par un ectoplasme insaisissable…

Ecartons même la pitoyable posture de celui qui refuse que sa nourriture « fréquente » celle de l’Autre au nom d’une pureté qu’il s’attribue stupidement…

Et ne tenons pas compte de la béatitude moutonnière de l’individu qui croit encore que s’incliner jusqu’à terre cinq fois par jour et ne pas manger ce qu’on lui interdit lui assurera une « vie éternelle » (veillons cependant, comme Républicain laïque et démocrate que cet individu ne vienne pas nous imposer sa soumission, les armes à la main…).

Mais cette (vraie) question de la filière « halal » envahissant petit à petit les secteurs de l’abattage animalier, de la distribution alimentaire, de la consommation individuelle et collective ( son intrusion dans les cantines scolaires est connue) dévoile une nouvelle atteinte à l’espace public, laïque et démocratique qui nous fonde.

En effet, non seulement la distribution alimentaire est occultée par l’absence d’étiquetage spécifique exprimant l’abattage « halal » ou non du produit, transformé ou non : le consommateur , ainsi, est trompé…

… Mais encore, pour chaque kilo de viande, la mosquée spécifiant la « halitude » encaisse de 10 à 15 centimes d’euro… ce qui, au regard des quantités avouées, représente une manne qui enrichit la religion islamique.

Or, la création et la perception d’une taxe relèvent du droit régalien, sont une prérogative de l’Etat…

Ces sommes perçues sont-elles déclarées, et, par là même, imposées ?

Et ces sommes perçues ne sont-elles pas une atteinte à la laïcité qui nous organise, puisque levées dans l’espace public par une « Eglise » pour son seul profit?

Le citoyen-consommateur, sans le savoir, paie une taxe à la « mosquée », laquelle se servira de cette taxe pour renforcer son pouvoir et sa main mise sur ce même citoyen…

Que cette atteinte à l’organisation et au mode de fonctionnement laïque de notre espace sociétal soit perpétrée par un Sarkozy, dont les ministres concernés (aussi bien Hortefeux que Lefebvre ou Le Maire) ont tout fait pout empêcher toute régularisation de cette filière « halal », n’est pas de nature à nous étonner.

Comme ne nous étonnent pas, d’ailleurs, les prises de position des « lieutenants » de Hollande , prompts à abonder dans le sens de Sarkozy et de Guéant, à « botter en touche » sur le sujet, à crier à la « stigmatisation' » pour faire oublier leur lâcheté politique.

Le sieur Hollande, lui, à son habitude, se tait et se cache derrière les prises de position de ses « porte parole »…

L’événement est cependant intéressant… Alors que la Révolution de 1789 avait supprimé « la dîme du Clergé », le chanoine du Latran et le candidat dit « socialiste » adoubent « la dîme de l’imam »…

Et il y en a encore qui veulent faire passer François Hollande pour un défenseur de la laïcité!

Empédoclatès

1 – http://www.maville.com/actu/actudet_-100-de-la-viande-est-abattue-de-facon-rituelle-en-Ile-de-France-Chambre-agriculture-_fil-2107473_actu.Htm

 




Marine Le Pen ne joue pas dans la même cour que Mélenchon

Je m’offusque du silence interminable de la classe politique Française suite aux multiples dérapages de Monsieur Mélenchon sur Marine Le Pen. Tout ceci est bien inquiétant d’autant plus qu’il en rajoute une couche de jour en jour.

L’insulte est l’arme des faibles, et les « têtes pensantes » de ce pseudo-parti qu’est le FdG se croient toutes puissantes, en insultant à tout va Marine Le Pen.

N’y a-t-il personne à gauche ou à droite pour demander à ces individus de cesser ces attaques personnelles sans intérêts ? D’ailleurs, il est étonnant qu’on ne parle pas de dérapages de la part de M. Mélenchon. Il est vrai qu’en France, le terme «dérapage»  est réservé exclusivement à Marine Le Pen et à son père…

Deux poids, deux mesures …

Un bas du front à gauche, dont les facultés mentales semblent altérées, tant ses propos sont indigents et hors sujet dans une course à la présidentielle, et personne dans la classe politique française pour le remettre à sa place… Bien évidement, cet individu n’est pas dangereux pour le pouvoir politique, il ira à la soupe si Hollande le veut.

Une Patriote, Marine Le Pen qui dès qu’elle sort une vérité, se fait agresser de toutes parts. Que ce soit une vérité grave pour la santé publique, une vérité grave pour notre laïcité, une vérité grave sur l’insécurité en France. Elle menace la tranquillité des « élites » et leurs cercles d’influence, elle menace leurs privilèges, elle menace la dictature rampante (le MES en atteste une fois de plus), elle doit donc être empêchée de s’exprimer à tout prix, ou cas échéant, ridiculisée par toute une armada « d’experts », qui n’ont que les mots suivants à la bouche : « islamophobie, stigmatiser, nauséabond, fasciste, peur et dérapages ».

Insulter Marine Le Pen est une chose, insulter ses prochains électeurs, hé bien, c’est pareil ! Souvenez-vous, il n’y a eu aucun soutien de la classe politique, aucune sanction télévisuelle, ni radiophonique envers les insulteurs insultants des électeurs du FN. Les compatriotes Marinophiles seraient-ils donc « des sous-électeurs », « des intouchables » ?

Mais revenons à nos moutons …

Marine Le Pen et M. Mélenchon ne jouent pas dans la même cours, aucun débat n’est possible entre eux, Marine Le Pen étant à l’évidence plusieurs classes au dessus de ce monsieur si peu courtois.

M. Mélenchon n’aura jamais la carrure d’un présidentiable, mais en revanche, il a toute sa place dans une meute d’aboyeurs publics…

Anne-Lise Aram 

P.S. Il devrait aller faire un tour sur le site de BHL la règle du jeu, en effet, une des « idées » pour « faire baisser le Front National » est : « une insulte par jour » (sic !)  … A ce petit jeu, à n’en pas douter, M. Mélenchon est très fort !




Comment les médias trichent grossièrement en n’annonçant que 2 % de viande halal en région parisienne !

POUR FR3 EN RÉPONSE AU REPORTAGE DIFFUSE CE JOUR A 19H30

Chère Carole Kessler, faut il sauver les 3 abattoirs Halal de la Région parisienne?

Étant moi même éleveur dans la Camargue profonde et concerné par le sujet en premier lieu, j’ai étudié les chiffres de consommation de viandes pour cette région que vous avez communiqués pendant le reportage.

Vous parlez d’une consommation de 150.000 tonnes annuelles de viandes en région parisienne. La question soulevée était : cette viande est-elle entièrement halal ? INFO ou INTOX ?

On peut considérer que sur la totalité de ces viandes, environ un tiers, soit 50.000 tonnes est constitué par de la viande de cochons qui par nature ne peut pas être halal. Reste donc 100.000 tonnes. Vous nous dites que les trois abattoirs locaux sont entièrement halal, mais, voulant sans doute minorer cette annonce-choc, vous affirmez qu’elles ne produisent que 4.500 tonnes par an, soit 1.500 tonnes par abattoir, ce qui ne ferait que 2 % de la consommation francilienne. Soit pour 300 jours ouvrés par an une production de 5 TONNES PAR JOUR ! Ce qui représente environ 8 BŒUFS ET 125 MOUTONS par jour !

Alors, INFO OU INTOX ? Ne vaudrait il pas mieux fermer ces trois abattoirs si peu performants…

Si vos chiffres sont exacts, il en découle donc que 95.500 tonnes viennent du reste de la France. Or il s’avère qu’environ 50% des bêtes abattues en France le sont selon le rite halal,  donc environ 47.750 tonnes des viandes consommées en région parisienne sont halal. Ce qui ferait 48 %, et pas du tout les 2 % que vous et vos confrères annoncent partout ! CQFD. Et oui! Les chiffres sont cruels autant que ces pratiques d’un autre âge infligées aux animaux.

Bernard Poujol