1

Les patriotes face à un choix cornélien

Depuis dimanche soir, le débat que Riposte Laïque a impulsé sur notre site, par une vidéo tournée par Pierre et Christine, fait rage dans nos colonnes. Dimanche prochain, faut-il, comme le suggérait Christine, voter pour le supposé moindre mal, Nicolas Sarkozy, les renvoyer dos-à-dos par un vote blanc ou l’abstention, comme semblait le dire Pierre (qui disait ne pas avoir encore tranché), ou bien sanctionner Nicolas Sarkozy, bonimenteur sans foi ni loi, pour toutes ses trahisons, comme le réclament d’autres lecteurs ?

Nous sommes fiers d’impulser un tel débat dans nos colonnes, et encore davantage de la qualité des contributions que nous recevons, et nous regrettons vraiment de ne pouvoir toutes les publier. Les patriotes savent que dimanche prochain, comme le disait Paul Le Poulpe, ils auront affaire à deux cyniques politiciens mondialistes, européistes, communautaristes, qui n’aiment pas la France, et sont prêts à promettre, durant ces dernières heures, tout le contraire que ce qu’ils ont écrit ou réalisé depuis des années, pour gagner le vote des électeurs du Front national, qui paraissent les véritables arbitres de ce deuxième tour.

Hollande et Sarkozy se livrent, comme le prévoyait Josiane Filio, à une surenchère de démagogie qui frise l’indécence. L’un, dans Libération, après avoir craché sur les patriotes durant toute la campagne, et accusé Sarkozy de leur courir après, ose dire à présent que c’est à lui de savoir les convaincre. L’autre, croyant récupérer leurs voix, raconte que Marine Le Pen est compatible avec la République, après avoir laissé son ministre Guéant parler de national et de socialisme en évoquant le FN ! L’un découvre que l’immigration clandestine n’est plus tolérable, après avoir multiplié les campagnes en faveur de la régularisation des clandestins, contre les expulsions. L’autre réclame la présomption de légitime défense pour les policiers, après les avoir laissés se faire canarder depuis dix ans par les délinquants, et harceler par des juges partisans. On ne peut en effet que s’interroger sur l’indépendance de certains magistrats quand on constate que le Syndicat de la Magistrature, connu pour ses positions laxistes et droitsdelhommites, vient d’appeler, sans vergogne, à voter pour François Hollande, puisque contre Nicolas Sarkozy !

LE FABULEUX DESTIN DE FRANCOIS HOLLANDE : IL GAGNE IL SERA ADULE…

                           IL PERD IL SERA LAPIDE…

Ce sont donc ces deux personnages qui vont s’affronter, ce mercredi, dans un débat qui sent la poudre. Il est en effet étonnant que les représentants de deux formations qui, main dans la main, dirigent la France, alternativement, depuis plus de trente ans, et gèrent l’Union européenne dans la plus parfaite connivence, en arrivent à instituer, entre les deux tours, un climat qui risque de faire passer les débats entre Mélenchon et Marine Le Pen pour d’amicales causeries au coin du feu ! Cela ne tient qu’à la seule personnalité de Nicolas Sarkozy. Imaginons que le représentant de l’UMP soit Alain Juppé, ou François Fillon, et alors nous aurions droit à une campagne soporifique au possible, que l’adversaire socialiste s’appelle Hollande, Moscovici, Fabius ou autre crane d’œuf ennuyeux que la social-démocratie sait engendrer.

La particularité de ce deuxième tour est que Nicolas Sarkozy, contrairement à la plupart de ses lieutenants qui préfèrent le PS au FN, a compris que cette présidentielle se gagnerait sur les thèses défendues par les patriotes, et absolument pas sur son bilan, qui en est l’opposé. Nous partageons l’avis d’Éric Zemmour quand il dit que c’est la ligne Buisson qui a sauvé le président d’une défaite dès le premier tour, et qui peut encore lui éviter la défaite que toute la caste médiatique et les sondeurs lui promettent.

Ajoutons le tempérament de Nicolas Sarkozy, son ego démesuré, son orgueil qui lui interdit d’envisager la défaite, son côté parfois castagneur et tous les ingrédients sont réunis pour que la dernière semaine ait une odeur de poudre, où par ailleurs des questions que l’UMP comme le PS ne voulaient surtout pas abordées seront au cœur des débats.

Dans ce contexte, la seule question qui compte, pour les patriotes, quelle que soit la consigne des uns et des autres, est celle-ci : dans quel cas de figure seront-ils les mieux placés pour défendre avec efficacité les thèses qui sont les nôtres, et dont la popularité dépasse largement les seuls suffrages qui se sont regroupés sur les noms de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ? Doivent-ils considérer que c’est la même chose, et dans ce cas, le vote blanc, voire l’abstention, sont légitimes. La défaite de Nicolas Sarkozy, et donc la victoire de François Hollande, est-elle, comme l’écrivait Henri Dubost, un cauchemar nécessaire, l’étape indispensable pour une recomposition d’une droite efficace, tournant le dos au centirsme et à la gauche, capable de lutter efficacement contre les ravages inévitables que provoquera un gouvernement Hollande-Aubry-Mélenchon-Joly ? La victoire de l’actuel président de la République signifierait-elle qu’il va recommencer, après nous avoir abusés une deuxième fois, la même politique que celle de ces cinq dernières années, et mieux endormir les patriotes ? Dans ce cas, il faut voter Hollande pour battre Sarkozy, sans hésitation.

La victoire d’Hollande préfigurerait-elle la mise en place d’un communautarisme effrayant, d’une accélération du fédéralisme européen, de l’islamisation de la France, de la préférence immigrée, la mise en place du droit de vote des étrangers ? La victoire de la gauche amène-t-elle inévitablement le scenario du Bobo Jocelyn ? Les fascistes islamistes en profiteraient-ils, après avoir accordé leur vote au candidat socialiste, pour exiger tous les accommodements raisonnables pour lesquels milite ouvertement Dounia Bouzar, nouvelle égérie du Parti socialiste grâce à la bienveillance du M. laïcité du PS, le pathétique Jean Glavany ? Serions-nous confrontés, dans ce cas, au scenario espagnol, où la gauche et les islamistes, main dans la main, se permettent d’assiéger chez lui Josep Anglada, chef d’un parti de résistants à l’islamisation du pays ?

[youtube LvcRnhwvmZs]

http://www.youtube.com/watch?v=LvcRnhwvmZs

Est-ce une première réponse des disciples de la religion d’amour, de tolérance et de paix, après que dans ce pays, le conseil constitutionnel ait été saisi d’une demande d’interdiction du Coran ?

Une victoire de la gauche encouragerait-elle les fous d’Allah à menacer de la sorte tous les Fabrice Robert, Pierre Cassen ou Christine Tasin de France et de Navarre ? Faut-il rappeler l’épisode Merah, ou le fait que Forsane Alizza avaient prévu de passer à l’action contre ceux qu’ils jugeaient islamophobes ? Si les patriotes pensent que ce scenario est le plus inquiétant, il faut voter sans état d’âme pour le moindre mal, c’est-àdire Nicolas Sarkozy, pour mieux protéger notre France.

C’est à nos lecteurs de le décider, en leur âme et conscience. Notre rôle est de leur donner le maximum d’arguments, et de permettre le meilleur débat possible. Essayons malgré tout de positiver : le résultat de dimanche soir aura forcément des retombées positives. Si Sarkozy perd, l’UMP, à défaut d’éclater immédiatement, va devenir une poudrière ingérable, où la ligne de la Droite populaire et celle de Juppé vont se déchirer. Ce parti ne survivrait à l’après-législatives, s’il tient jusque là… Si Hollande perd, ce sera la quatrième défaite consécutive de la gôche, aux présidentielles. Premier effet positif, l’accord Verts-PS, dans lequel Aubry a concédé 60 futurs députés aux illuminés Verts, volerait en éclat. On voit difficilement, après le brillant résultat d’Eva Joly, des dizaines de députés socialistes qui sont sur le terrain depuis des années s’effacer, au soir d’une nouvelle gamelle, pour laisser la place à des « camarades écolos » qui pèsent 2 %, quinze fois moins qu’eux ! Autre avantage, on peut faire confiance à Méluche pour en remettre une louche contre le capitaine de pédalo, et expliquer que cette gauche de ramollos est incapable de battre la droite, et qu’il faut une vraie gauche comme la sienne pour cela. Le destin de Hollande, qui n’est que le piètre remplaçant de DSK – que plus personne ne veut connaître aujourd’hui, quand tous les courtisans de gauche étaient à ses pieds hier  va se jouer ce dimanche. Soit il gagne, et il sera un héros adulé, soit il perd, il sera lapidé, et portera le chapeau de cette nouvelle défaite d’une élection qui paraissait pourtant imperdable pour la gauche. Donc, quoi qu’il arrive, positivons.

Dès dimanche soir, comme nous l’avions été au soir du 22 avril, nous essaierons d’être le plus réactifs possible. Après ces présidentielles, se dérouleront, les 10 et 17 juin prochain, les élections législatives. Selon les résultats des présidentielles, le front des patriotes (présenté à la presse sous le nom de « Rassemblement Bleu Marine ») dans lequel se regrouperont tous ceux qui se sont reconnus dans les thèmes de campagne défendus par Marine Le Pen, mais aussi Nicolas Dupont-Aignan, pourrait être présent au second tour dans 353 circonscriptions. Affolé, Mélenchon annonce qu’il va « décontaminer » les 6,5 millions d’électeurs qui ont commis l’outrage de voter pour la candidate du Front national, et de le reléguer loin derrière. On attend avec impatience les premières mesures de ce traitement de choc qui nous est promis. Le commissaire politique Corbière va-t-il être mandaté pour faire le tour des bibliothèques, et faire brûler les livres dont les mauvaises lectures auraient conduit les Français à mal voter ? En attendant ces lendemains qui chantent, François Hollande a chargé Martine Aubry (tout un programme) de travailler avec le conducator du Front de gauche pour des candidatures uniques de gôche, face au « péril fasciste ».

Pour les patriotes, ces élections législatives sont d’une importance capitale. Elles peuvent permettre d’amener une résistance souverainiste au Parlement, et de construire enfin l’alternative qui permet aux vrais Républicains amoureux de la France d’avoir, dans les mois et années à venir (et il ne nous reste plus beaucoup de temps) un autre choix de société que celui qui nous sera proposé ce dimanche par deux médiocres pantins politiciens du système.

Dans les jours qui viennent, notre rédaction se réunira, pour appréhender au mieux la nouvelle période qui se sera ouverte, et voir de quelle manière notre journal doit continuer le travail entamé il y a bientôt cinq années.

Rendez-vous dimanche soir…

COMMANDER LES LIVRES DE RIPOSTE LAÏQUE

Commande d’un exemplaire de La faute du bobo Jocelyn, 19 euros pour un exemplaire, 30 euros pour deux exemplaires, 50 euros pour 4 exemplaires, frais de port compris (pensez à vos cadeaux de Noël mais pensez aussi que c’est peut-être l’occasion ou jamais d’offrir autour de vous, à tous ceux qui n’ont pas encore compris ce qui se passait, un roman qui peut les éclairer en douceur, par le biais de la fiction).

Commande de notre dernier livre, Apéro saucisson-pinard (édition Xénia), 21 euros.

Découvrez également le site web dédié à cet ouvrage :
http://www.saucisson-pinard.com
Ainsi que la page Facebook :
http://www.facebook.com/pages/Ap%C3%A9ro-Saucisson-Pinard/289441557769069

Autres ouvrages de Riposte Laïque : Les dessous du voile, La colère d’un Français, Résistance républicaine, Les Assises sur l’islamisation de nos pays : 10 € pour 1 livre, 16 € pour 2 livres, 20 € pour 3 livres (frais de port compris).

Autre ouvrage à vendre : Vérités sur l’islam, de David Vaucher, 19 euros, frais de port compris.

Le plus facile est de payer directement sur notre compte paypal (en haut à droite de notre site, cliquez sur « faire un don » et précisez la commande effectuée.

Sinon, merci d’envoyer les commandes accompagnées des chèques correspondants libellés à l’ordre de Riposte Laïque, BP 10001, 78570 Chanteloup-les-Vignes.

Vous pouvez aussi les commander par Amazon :

http://www.amazon.fr/Faute-du-Bobo-Jocelyn/dp/2953604235




Qaradawi encourage les musulmans à voter et à devenir français… pour que l’islam triomphe !

Sur la chaine de télévision satellitaire qatarie El Djazira, dans un prêche en date du 15 avril 2012, le vénéré Cheikh Youcef El Qaradaoui, le grand prédicateur des frères musulmans à l’échelle planétaire, qu’Allah le préserve d’une malédiction, recommanda aux musulmans se trouvant en France légalement de faire des démarches pour obtenir la nationalité française, pour ceux qui ne sont pas encore français. Il répondait à une question posée par un ‘frère islamique’ établi depuis longtemps au pays du vin et du porc, qui avait peur de finir en Enfer s’il abandonnait sa nationalité d’origine d’autant plus qu’il fait partie de la grande ‘Oumma musulmane bénie par Allah’. Le vénéré théologien lui expliqua avec versets et hadiths à l’appui qu’il n’a rien à craindre s’il suivait dans sa vie quotidienne les recommandations d’Allah. Il lui a seulement suggéré de faire du prosélytisme pour que l’islam triomphe en France, car il le considérait comme un soldat d’Allah au service du djihad, dans un pays hostile.
Le cheik El Qaradaoui ajouta dans son prêche que le moment était propice pour les musulmans de marquer leur présence en France en allant voter massivement. Car pour lui, le suffrage universel leur permet d’exister sur l’échiquier politique et de peser sur les décisions sociétales de France et de Navarre. En résumé, il lui dit: tu es musulman avant d’être français, suis le chemin d’Allah, et surtout évite de te comporter comme les mécréants et tu as ma bénédiction.
Par le suffrage universel, l’islam espère dominer dans un proche avenir la France…
Ce prêche est révélateur de l’état d’esprit des théologiens islamiques qui restent persuadés, après 15 siècles, que leur religion doit triompher un jour sur la terre entière. Et pourtant, l’islam ne reconnait pas la démocratie qu’il juge contraire à sa doctrine mais pour la bonne cause, les oulémas n’hésitent pas à l’utiliser pour s’accaparer du pouvoir afin d’imposer la dictature d’Allah, à l’exemple de l’Iran et de tous les pouvoirs issus du fameux printemps arabe qui prônent sans exception l’instauration d’une république théocratique. Sans oublier l’Arabie Saoudite, le cœur du réacteur de l’islam radical et expansionniste par excellence.
La démocratie sert de valise diplomatique pour les adeptes de l’islamisme pour se mouvoir en toute quiétude.
Pour rappel, les franco-tunisiens ont voté en grande partie pour le parti Ennahda qui veut instaurer la charia en Tunisie.

Le cheikh El Qaradaoui veut-il transformer la topographie culturelle de la France? C’est son souhait si on se réfère à ses prêches, d’autant plus qu’il est le guide spirituel incontesté de l’UIOF. Dans son esprit, le djihad est encore d’actualité. La France est ciblée par sa stratégie de conquête islamique, parce qu’il pense qu’elle est une proie facile pour l’islam… Elle, la fille aînée de l’Église, serait une belle prise!
N’est-il pas écrit dans la sourate 4 versets 100: » Quiconque s’expatrie pour servir la cause d’Allah trouvera sur la terre de nombreux lieux où s’installer et vivre à l’aise. Quiconque quitte sa maison pour servir la cause d’Allah et son prophète et que la mort vient surprendre, la récompense d’Allah est acquise. »
Par ce prêche, le vénéré Cheikh ne fait que rappeler ce que l’islam considère comme un devoir religieux pour tout musulman.
Et la France, ne subit-elle pas l’assaut culturel et humain musulman? Nier cette évidence, c’est faire la politique de l’autruche, c’est aller dans le sens du désir du cheikh El Qaradawi et surtout c’est servir le politiquement correct qui refuse d’affronter la réalité ? C’est aussi encourager l’islam à s’implanter davantage en France et c’est la mise à mort programmée de la culture française et ses siècles de lumière, en grignotant les espaces de liberté, car il ne faut pas perdre de vue que critiquer la religion de Mahomet, c’est s’exposer à une mort certaine. Les exemples ne manquent pas…
Si rien n’est fait pour stopper l’offensive de l’islam, dans deux ou trois générations, le visage de la France sera profondément modifié et le monde entier le regrettera, parce que sa culture, son art de vivre seront perdus à jamais. Mais il est encore temps d’agir pour rectifier la trajectoire avant la grande déprime. Les hommes et les femmes politiques auront-ils assez de courage de dire la vérité à ceux et celles qui les élisent pour gérer la cité?
Et ce qui est vraiment désolant, c’est l’attitude de certains musulmans de France qui ne veulent pas accepter les lois de la république quand elles sont en contradiction avec les valeurs islamiques. Mais que veulent-ils au fait? Islamiser la France, la rendre moins attrayante, moins belle, lugubre? D’ailleurs dans certains quartiers, le développement du communautarisme est visible à mille lieues à la ronde où le voile islamique se banalise, où le niqab progresse et où un jour, les mosquées remplaceront les églises. Une partie des musulmans vouent une haine viscérale à l’Occident et pourtant, ils ont quitté la terre de l’islam pour fuir les dictatures politiques, militaires ou religieuses et surtout la misère mais une fois installés légalement dans cette douce France, ils tentent au nom de la démocratie d’y reproduire les ingrédients qu’ils les ont fait déguerpir de leur pays.
C’est incompréhensible, et même affligeant. C’est pathétique!
A titre d’exemple, l’histoire de ce franco-marocain est édifiante. Après son décès suite à un accident de la route (avant sa mort, il était membre actif d’un parti de l’extrême gauche), sa femme qui est elle-aussi militante du même parti et directrice d’école, préféra le rapatrier au Maroc pour y être enterré. Elle a refusé que son défunt mari soit inhumé dans un pays mécréant, car elle se sent profondément attachée à la culture religieuse de ses ancêtres.
Son comportement est conforme aux enseignements de l’islam. La takkya est passée par là et son pseudo athéisme n’est qu’une manœuvre d’infiltration de la société française surtout celle qui se dit de gauche pour la gangréner de l’intérieur.
Et la partie, est-elle perdue? Le temps sera seul juge mais le traitement subi par les apostats musulmans qui, au péril de leur vie, dénoncent la barbarie de l’islam, pose des questionnements, car même les médias occidentaux ne parlent pas de leur combat et préfèrent médiatiser les mordus de la charia.
Jouant sur la victimisation et l’islamophobie, ces mêmes musulmans refusent de s’assimiler aux valeurs de la France, ils veulent au contraire imposer à la république le droit de vivre conformément à leurs convictions religieuses, oubliant qu’ils sont avant ses invités, et pourtant, ils s’érigent parfois en maîtres des lieux. Ils font semblant d’ignorer que dans les pays islamiques, les droits élémentaires des minorités sont bafoués. A vrai dire, elles n’ont aucun droit, même celui de prier en toute discrétion leur est refusé.
D’ailleurs, l’imam en chef de l’Arabie Saoudite vient déclarer que toutes les églises se trouvant sur le territoire de la péninsule arabique devront être rasées.
Et face à ce sectarisme béat de l’islam, aucun dignitaire religieux de France ainsi qu’aucun penseur islamique n’ont condamné cette fatwa. Pourtant certains d’entre eux avaient trouvé des circonstances atténuantes pour le meurtrier de Montauban et de Toulouse.
Que faire devant le silence méprisant des bobos intellectuels de l’Occident, devant cette annonce de mise à mort des chrétiens d’Orient?
Se taire?
Il est vrai que l’auge des monarchies arabes est remplie de pétrodollars. La cupidité gonfle de volume. Circulez, il n’y a rien à voir, il n’y rien à entendre. Vive le pétrole roi qui coule à flot.
Si au moins ces monarchies traitent humainement leurs coreligionnaires, on pourra les croire, malheureusement, ils les utilisent comme chair à canon pour mondialiser le terrorisme islamique. Les princes arabes et leurs gourous religieux sont les responsables du développement à l’échelle planétaire de la terreur de l’islam. Ils s’appuient sur le coran et la sunnah pour distiller la haine et la destruction.
Dans la sourate 4 versets 84: » Combats pour la cause d’Allah. Et bien que tu ne sois responsable que de toi-même, incite les croyants au combat. Car Allah brisera bien, un jour ou l’autre, la puissance des mécréants. Allah est infiniment plus fort qu’eux et plus redoutable dans ses châtiments. »
Mahomet avait dit aussi: »L’exemple du combattant dans la cause d’Allah- et Allah sait mieux que quiconque qui combat vraiment pour sa cause- est comme une personne qui jeûne et prie continuellement. Allah garantit qu’il admettra au paradis le combattant pour sa cause s’il est tué, autrement alors, il le renverra chez lui en sécurité avec des récompenses et un butin de guerre. » Ce hadith est rapporté par l’imam Boukhari.

En Occident, on oublie, soit par ignorance, soit volontairement que l’islam est une religion basée sur la guerre et que la barbarie fait partie intégrante du coran qui ordonne aux musulmans de terroriser les non-musulmans pour servir Allah. L’idéologie de la mort est dirigée contre les mécréants, les juifs, les chrétiens et surtout les apostats.
Il est écrit dans la sourate 47 versets 4: » Lorsque vous rencontrez les mécréants au combat, frappez-les au cou. Quand vous les aurez vaincus, enchaînez-les solidement. Après la guerre, vous les libérez gracieusement ou contre rançon. Il en est ainsi. Si Allah voulait, il les réduirait lui-même. Mais il veut vous éprouver les uns par les autres. »
Et dans la sourate 47 verset 35: » Ne soyez point faibles et n’appelez point à la paix lorsque vous êtes les plus forts et qu’Allah est avec vous! Il ne vous privera point du bénéfice de vos œuvres. »

Et jusqu’à quand, les musulmans qui ont quitté l’islam, devront-ils se taire en se cachant et en courbant l’échine? Il est dans l’intérêt de l’Occident de les défendre face à la machine meurtrière de l’islam. Sinon, il pourra dire un jour adieu à sa culture de tolérance et il le paiera chèrement.
Les ONG telles qu’Amnesty International, la LDH, SOS Racisme, la Licra, le MRAP et bien d’autres encore, pourront-elles condamner fermement les pays islamiques qui emprisonnent et tuent les apostats? Et pourront-elles exiger l’arrêt des massacres commis par les islamistes contre les chrétiens en terre d’islam, énergiquement et non du bout des lèvres, elles qui sont si promptes à condamner ceux qui osent critiquer la religion de Mahomet en Occident?
En fin de compte, ces ONG ont une vision à géométrie variable des droits de l’homme.
Hélas, il n’y a aucune chance pour que les apostats musulmans soient entendus, car les pétrodollars font la pluie ainsi que le mercantilisme.
Et jusqu’à quand va-t-on cacher , en Occident, le soleil avec un tamis?

Hamdane Ammar




Le syndicat de la Magistrature ose appeler à voter Hollande !

Nous nous croyions en marche vers un Etat totalitaire avec des sondages nous prédisant la victoire de Hollande dimanche prochain, puisque nous savons ce dont sera capable l’épouvantable quatuor Hollande-Aubry, Mélenchon-Joly. Nous les avons vus ces dernières années à l’oeuvre, nous les avons entendus pendant toute la campagne, nous savons tous à quel point ils sont ennemis de la liberté et n’aiment pas le peuple. Toutes choses que Hollande a confirmées hier puisqu’en affirmant que le peuple n’avait pas toujours raison il porte l’estocade sur les 6 millions de voix du FN et nous permet de comprendre que l’interdiction de ce parti et des sites islamophobes est tout à fait envisageable pourc ceux qui veulent remplacer une civilisation par une autre. Il a également annoncé clairement la couleur : il sera du parti de l’étranger et de celui de l’islam en ciblant  « ceux  qui mettent l’étranger au coeur de cette campagne et qui ne seront pas entendus. Ceux qui opposent les Français entre eux, qui mettent en cause les pauvres parce qu’ils seraient des assistés, ceux qui font peur avec une religion ».

Cela ne suffisait sans doute pas. Il a fallu que le Syndicat de la Magistrature ose cette infamie d’appeler à voter Hollande, au mépris de toute déontologie, au mépris de la règle d’or, « l’indépendance de la justice ». Comment accepter, comment imaginer que des magistrats osent mettre leux choix politiques, leurs choix idéologiques avant la recherche du bien commun, avant cette indépendance au nom de laquelle ils prétendent, les imposteurs ! parler ? De quel droit osent-ils faire grief publiquement au chef de l’Etat de son débat sur l’identité nationale ? De quel droit lui font-ils grief d’avoir voulu, comme le peuple, des peines plancher qui mettent nos concitoyens à l’abri de délinquants ? De quel droit osent-ils lui faire grief de la surpopulation carcérale ? A les lire le délinquant ce serait Sarkozy et il aurait fait naître des délinquants en les emprisonnant.

Ces magistrats viennent de commettre une faute professionnelle gravissime et on ne s’étonne pas, en les lisant, de l’explosion de la délinquance et de l’insécurité, tant ceux qui troublent le repos des habitants de ce pays et s’attaquent à leur sécurité semble être encouragés, dans un laxisme coupable, à le faire par  ce communiqué.

Je vous invite à faire connaître au Syndicat de la magistrature votre façon de penser. Rest polis et mesurés, ils sont capables de vous inculper pour outrage à magistratez, bien qu’en l’occurrence ils ne soient pas dans l’exercice de leurs fonctions !

syndicat.magistrature@wanadoo.fr

Voici le message que je viens de leur adresser :

Mesdames et messieurs, c’est avec une horreur non dissimulée que j’ai pris connaissance de votre incitation à voter pour le candidat de votre choix le 6 mai prochain, en totale contravention avec la déontologie du magistrat qui doit préserver l’indépendance de la justice et donc ne pas la rendre en fonction de ses choix politiques.

Si chacun de vos adhérents a le choix légitime de militer pour le parti politique de son choix dans sa vie privée, il ne saurait mettre sa fonction au service de son idéologie. Dura lex, sed lex. Vous avez le  droit de changer la loi en vous faisant élire et en votant d’autres lois, vous n’avez pas le droit d’adapter la loi à VOTRE vision du monde, de la société et de la justice.

Par ailleurs vous semblez reprocher au Président sortant la surpopulation carcérale. Il serait bon que vous regardassiez la poutre qui est dans votre oeil avant de vous occuper de la paille qui est dans celui de N. Sarkozy.  Ne faut-il pas voir dans la surpopulation carcérale le résultat de jugements donnant au délinquant l’impression d’impunité et le poussant à la récidive et à l’escalade dans les actes qui mettent en péril la vie en commun dans notre pays ?

Mesdames et messieurs, j’ose espérer que vous ferez disparaître dans les plus brefs délais cet appel de la honte qui est sur votre site, afin que le peuple de France ne perde pas définitivement foi en sa justice.

Avec mes salutations républicaines

Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine




Viande halal : les actions de nos lecteurs portent leurs fruits !

Grâce à nos articles (http://ripostelaique.com/author/Roger-Heurtebise) et à d’autres initiatives, certains de nos lecteurs ont pris les choses en main à titre individuel. Je relais ici leurs actions et les résultats obtenus en leur rendant hommage pour leur militantisme.

Thierry nous écrit :

« Bonjour,

Je vous remercie pour le plaisir que j’ai à vous lire.

Je diffuse comme je peux la liste OABA pour que mes amis et connaissances soient éclairés au sujet du Halal. Libre à eux de faire le choix ou pas.

J’ai ma petite liste et mon smartphone quand je fais mes courses.

Laïque et absolument athée, je ne peux pas comprendre qu’on nous oblige à nous nourrir de viande « religieuse ». Viande obtenue par la souffrance animale, et taxée. Ces taxes nous obligent à financer une religion qui pour moi est une abomination au même titre que le nazisme.

Le climat social est insupportable. Je vis avec ma compagne sur Nanterre. J’en ai marre de voir tous ces barbus en pyjama et toutes ces voilées qui sont une insulte à mon intelligence.

Aller au marché le dimanche est un grand moment d’exotisme…

On ne peut rien dire, rien faire au risque de se faire traiter de racistes.

Je sais pour qui je vais voter, et je pense qu’une grande surprise façon 2002 va arriver. vite, c’est urgent, car des Merah, il y en a partout. « Intégrés », soit disant « bons voisins », je m’en méfie.

Bon courage à vous tous.

Thierry »

Aziliz écrit aux fabricants de plats préparés :

« Cher Roger,

Lu avec beaucoup d’attention la suite de l’article sur la halalisation. J’ai donc contacté toutes les entreprises ci-dessous, en appuyant le motif de ma demande sur la souffrance animale, cela les poussera peut-être à répondre ? Il y a beaucoup d’autres entreprises mais celles-ci sont les plus connues et je crois qu’elles constituent un bon échantillonnage. Quel que soit le résultat, réponse ou absence de réponse, sous huit jours, je vous tiens au courant. Continuez, nous vous soutenons et agissons chacun à notre façon. Cordialement Aziliz

1/Envoyé ce jour à Picard Surgelés :

La qualité de vos produits est excellente. Toutefois, est-il possible de savoir si vos plats élaborés à base de viande bovine, ovine, volaille peuvent être garantis « abattage avec étourdissement ». Très sensible à la souffrance animale, je refuse de cautionner tout abattage rituel d’autant plus qu’au niveau sanitaire, celui-ci est douteux. Merci de votre réponse

2/ Même texte aux produits MARIE

3/ AGIS

4/ CECAB

5/ DELPEYRAT. Bonjour, La qualité de touts vos produits est de qualité. Toutefois, est-il possible de savoir si vos plats élaborés à base de viande bovine, ovine, volaille peuvent être garantis « abattage avec étourdissement ». Très sensible à la souffrance animale, je refuse de cautionner tout abattage rituel d’autant plus qu’au niveau sanitaire, celui-ci est douteux. Merci de votre réponse Salutations.

6/ Fleury Michon

7/ Findus

8/ Nestlé »

Aziliz a obtenu une seule réponse, celle d’Aucy :

« Bonjour,

Les recettes des plats cuisinés d’Aucy sont élaborées à partir de viandes issues d’ateliers français ou européens.

Les réglementations européennes et françaises imposent l’étourdissement avant abattage ce qui implique que les viandes que nous approvisionnons sont issues d’animaux étourdis avant abattage.

Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, cordialement,

Roland AUDREN

Service qualité d’Aucy plats cuisinés. »

Lydia écrit directement aux abattoirs :

« Bonjour à tous,

Suite aux articles de Roger Heurtebise, j’ai contacté les abattoirs les plus proches dans ma région, Bergerac et Boulazac font bien partie des abattoirs halal, j’en ai profité pour leur dire mon mécontentement ainsi que celui de gens comme moi qui boycottaient leur viande, j’ ai aussi téléphoné aux abattoirs de Marsac qui me confirment ne pas faire du halal et surtout qu’il en était pas question, puis j’ ai contacté la boucherie d’Auchan (Marsac est leur fournisseur) où je fais mes achats, nous avons discuté sur la traçabilité des bêtes et la méthode d’abattage, il n’y a pas de halal et ne veut pas en entendre parlé dans son rayon, il ne supporte pas la souffrance infligée aux animaux et est au courant de la taxe imposé par l’islam, je lui ai demandé de réclamer la feuille de traçabilité et la méthode d’abattage afin de l’afficher au rayon, il va la demander demain sans faute car il n’était pas au courant qu’il pouvait la réclamer, cet homme est plein de bonne volonté, ils doivent d’ailleurs, d’après ce qu’il me dit faire un travail sérieux et suivi sur la réglementation et je ne serais pas la seule à avoir téléphoné aux abattoirs et à la boucherie Auchan.

Cordialement

Lydia »

Sylvie veille :

« Bonjour. Merci de faire suivre mon courriel à Roger Heurtebise (sujet sur « l’offensive anti-halalisation »). Merci.

J’ignore si CORA va me répondre mais à présent je sélectionne ma viande, une liste des codes abattoirs à la main bien en vue, rejetant ce qui est suspect de façon ostentatoire.

Cordialement.

Sylvie »

Véronique a écrit à « Carré de Bœuf » :

« Bonjour Messieurs.

J’ai bien reçu votre publicité susceptible de m’intéresser.

Avant toute chose, puis-je avoir la confirmation que vos produits sont non halal, c’est-à-dire abattus selon les lois sanitaires françaises ? Pouvez-vous m’apporter cette garantie ?

Dans l’attente de votre réponse,

Bien à vous. »

Et Carré de Bœuf (contact@carredeboeuf.com) a répondu :

« Bonjour,

Merci d’avoir contacté Carré de bœuf pour votre question.

Concernant la procédure d’abattage, l’ensemble des animaux de nos fournisseurs sont, au moment de leur mise à mort, étourdis par électronarcose.

Nos fournisseurs nous ont tous certifié respecter la réglementation CE, avec entre autres la Directive 93/119/CE, ainsi que le Règlement (CE) n°1099/2009 concernant la protection des animaux au moment de leur mise à mort.

Le respect de la réglementation est certifié par l’apposition de l’agrément CE sur l’étiquette de chaque produit que nous vous livrons.

Nous vous garantissons donc par cette étiquette le respect de ces règles.

Nos viandes ne proviennent pas d’abattoirs Halal. L’abattage des animaux se fait à proximité des lieux d’élevage (Irlande pour le bœuf, Corrèze et Limousin pour les autres viandes).

Nous espérons avoir ainsi répondu à votre interrogation, et souhaitons pouvoir vous faire goûter la qualité de nos viandes et volailles prochainement.

Bien cordialement,

L’équipe Carré de bœuf »

Voilà pour l’essentiel. Il y a d’autres courriers, d’autres réponses dont je vous ferai part ultérieurement. Mais l’essentiel est de constater que notre action est « payante » et suscite déjà plusieurs réactions positives des fournisseurs de viande ou de plats préparés.

Roger Heurtebise




La victoire de Hollande et de sa préférence islamo-immigrée changerait la France de manière irreversible

La campagne électorale est devenue comme une voiture qui aurait perdu ses freins. La violence morale est à tous les coins de rue ou d’écran. La violence physique n’est jamais très éloignée.

On est loin, très loin, de la France calme et sereine telle qu’elle s’étalait sur l’affiche électorale du modèle rhétorique et historique du favori des « sondages » et de la caste des « journalistes ».

Les petites phrases assassines, lourdes de menaces, succèdent aux petites phrases assassines.

Médiapart, dont on sait la proximité politique avec des hommes comme Ziegler, un « socialiste » suisse férocement anti Israël et un ancien intime de Khadafi, relance l’accusation de financement de la campagne précédente du président sortant par l’ancien chef libyen. Au PS, on réclame un « juge indépendant ». On ne dit pas encore « à la lanterne », mais on demande déjà la déchéance…

 

Une machinerie, typiquement totalitaire, est mise en route. Quand et comment va-t-elle s’arrêter ? Tout laisse à penser que le soir du second tour n’en sera pas le terme. Le sortant doit être sorti, coûte que coûte !

Des accusations sont répétées, en boucles, inlassablement, mêmes quand elle n’ont aucun fondement établi. Peu importe, la fin justifie les moyens : On accuse, on accuse, on accuse…Tandis qu’on laisse tomber dans l’oubli les mises en examen fondées sur des faits avérés. C’est en particulier manifeste, pour la vaste et profonde gangrène « socialiste » dans la gestion des HLM marseillaises.

La corruption affectant l’appareil du PS marseillais concerne l’attribution clientéliste de longue date des logements, moyennant finance. Elle a pourri les relations sociales marseillaises.

 

Tombée sous le boisseau, oubliée, la corruption des responsables PS des HLM marseillaises… Tout un pan majeur de la bureaucratie du futur parti gouvernemantale est concerné. Silence !!

 

Silence, dans les rangs médiatiques et dans ceux de la magistrature. Et comme un seul, les « journalistes » des médias écrits et télévisés se sont mués en carpes disciplinées…

 

On nous objectera que ce brave néo-corrézien de favori des sondages n’est pas responsable de la profonde corruption qui rongeait, et ronge ( ?), l’appareil PS marseillais et nordiste

 

Soit ! Il en est innocent, le favori des sondages et des smicards à vingt ou trente mille euros mensuels peuplant les rédactions télévisées. Soit !. Mais comme les HLM marseillaises, Lille et sa maffia « rose », ça n’existe pas, ça n’e-xis-te pas ?

Cela ne le concernerait pas un tout petit peu le favori des sondages ?

Cela ne serait pas sans rapport avec le parti socialiste, en tant que parti, et avec la manière dont le favori des sondages a présidé les destinées de ce parti, plusieurs années durant ?

Cela ne préjugerait pas de ce qui risque de se passer, si ce candidat triomphe, en ayant verrouillé des contre-poids qui se comportent, présentement, comme une sorte d’armée politique, mitraillant à chaque instant le mauvais candidat, celui qu’il faudrait absolument sortir.

 

François Hollande a confirmé son engagement prioritaire 

Donner le droit de vote à une population qui, dans sa majorité, n’adhère pas encore, voire refuse carrément, obstinément, et fréquemment brutalement et totalement, les fondements du pacte social multiséculaire qui a construit ce pays et en a fait ce qu’il est.

 

Le droit de vote sera précédé,-dit-il-, par la régularisation systématique des illégaux

 

La légalisation donnera ensuite droit aux exigences économiques légales : emploi ou prestations sociales compensatoires, logement social, la CMU et son complément assurant la couverture sociale d’assurance maladie à 100% (la CMU-C)…

 

La légalisation et le droit de vote aux élections locales, la constitution d’un puissant lobby politico-religieux -que préfigure l’appel public de 700 immans*1 déclarant « hérem » le non-vote, invitant dans la mosquée et hors la mosquée à voter Hollande- déboucheront sur une simplification de l’accès à la nationalité, puis conséquemment au vote aux législatives ainsi qu’à l’élligibilité, pour tous les nouveaux nationaux, dans toutes les instances de représentation.

 

Où est le problème ? Nous dira-t-on du côté des Rebsamen*2 et des journalistes de « Canal plus » 

Où se trouve le problème ?

Il n’y a aucun problème. Quel problème y aurait-il à incorporer au corps électoral un grand nombre de gens refusant l’égalité homme femmes, -pour raisons religieuses impératives-, refusant que la cantine d’entreprise serve aussi du porc,- pour raisons religieuses impératives-, réclamant que l’alcool en soit totalement proscrit-pour une autre raison religieuse impérative-, exigeant des pauses, coupant la journée de travail et comptées comme du travail effectif, toujours pour cause de prières impératives, réclamant des congés, pour autres nécessités religieuses, toujours impératives elles aussi.

 

Les impies feront bien le travail des vrais pieux, ils s’arrangeront bien pour prendre leurs congés, de manière à faciliter le respect du ramadan, de façon à perturber le moins possible le fonctionnement de l’entreprise…

Et s’ils ne sont pas d’accord ou s’ils n’y parviennent pas, les impies ? Et bien tant pis pour eux et tant pis pour l’entreprise, religion d’abord !…

On le voit, il faut vraiment être un ignoble raciste, ou au moins un stupide xénophobe, pour redouter un quelconque problème de l’ouverture non restrictive du pays, de l’attribution du droit d’élire et d’être élu aux municipales, dans une perspective –ne nous cache pas le favori des sondages- d’attribution de la nationalité et du droit de vote et d’éligibilité aux législatives.

Cette réforme politique profonde sera accélérée, par la simplification de l’accès à la nationalité, par une nationalité française qui ne sera pas conditionnée par l’adhésion effective et affirmée aux valeurs républicaines, qui devraient au contraire être recueillie par serment.

On m’objectera, que demander un serment, ce serait nouveau et restrictif. Restrictif, dire solennellement, par serment public, que l’on adhère aux fondements du pays qui vous accorde sa confiance ?

Dans un contexte qui voit les populations concernées être travaillées en profondeur par l’idéologie totalitaire du salafisme, comme le résultat en France des élections tunisiennes viennent de le montrer, le serment ne sera qu’un élémentaire, fragile et légitime principe de précaution.

Ce matin (28 avril 2012), le grand rabbin Bernheim observait précisément (sur Antenne2) : (que) « des gens, (des immigrés) surexploitent leurs droits. Ce qui faisait dire à Josy Eisenberg : « qu’il y a des émigrés qui ne respectent pas leurs devoirs à l’égard de la France (…) comme si tout était dû. (…) il y a des gens qui négligent leurs devoirs et la république est obligée de se montrer sévère »…

 

Je crois que tout est dit

Depuis 1792, la République s’est ouverte, sur la base de l’adhésion à la citoyenneté, c’est-à-dire de l’adhésion à la loi et au principe de droits et devoirs intriqués.

Les Juifs n’ont obtenus, -de n’être plus des étrangers plus ou moins désirés des nationaux-, qu’à la condition impérative de se conformer aux lois de la République, à toutes les lois de la République. Ils n’ont obtenu de ne plus n’être que des étrangers éternels, qu’à la condition expresse, qu’à l’exigence imposée au Grand Sanhédrin réuni en 1806, de modifier le loi juive mise en œuvre en France pour la conformer à la loi française.

 

Exiger cela des nouveaux immigrés, ce serait « xénophobe », ce serait « raciste » ?!

 

C’est ce qui se dit du côté du candidat favori des sondages, du côté des côteries formant la petite cour de la caste des « journalistes ».

 

Ce ne serait pas rien, dans les conditions actuelles, et avec cet outsider, la sortie du sortant…

 

Ce serait un basculement dans l’aventure.

La réalité tragique des pays d’islam n’incite cependant pas notre favori à la prudence. Au contraire, il persiste et il signe ; comme si les « printemps arabes » avaient produit plus de démocratie politique, plus de mouvement ouvrier, plus de droits démocratiques pour les femmes et les minorités nationales ou religieuses (Coptes, Berbères/Touaregs, Kurdes et Alaouites)…

 

Ce serait sa première mesure, pour modifier en profondeur le paysage de milliers de communes de France et de Navarre

 

Après lui, après cette mesure d’urgence, la première du nouveau quinquenat, la France ne devrait plus jamais être ce qu’elle était progressivement devenue par l’action du peuple conquérant la liberté politique et cheminant vers l’égalité sociale par la production de richesses et l’affirmation du couple politique : qu’il n’y a plus de devoirs sans droits, mais pas non plus de droits sans devoirs.

 

C’est un voyage sans retour que nous promet le clone grotesque de François Mitterrand-le menteur

 

Alain Rubin

 

*1 Avant le premier tour, Mussolini-le-petit bénéficiera, lui aussi, mais moins largement que le favori des sondages, de l’appel au « bon-vote », de la part de plusieurs centaines de dignitaires musulmans utilisant la mosquée comme tribune électorale. 

 

Ces ardents sympathisants du caudillo du front de gauche, ce devait certainement n’être rien que des croyants sans arrière-pensée, rien que de braves croyants, seulement des hommes de foi, certainement touchés, au plus profond de leur âme, par la compassion manifestée par le chef de la révolution civique pour ces maheureux militants de « forza alizza », honteusement persécutés par l’affreux ministre Guéant.

Pour les débris du stalinisme et pour leur porte-voix ex trotskiste et toujours mitterrandolâtre, ces appels à bien voter lancés dans plusieurs dizaines de mosquées, ce devait n’être que l’initiative désintéresséé et spontanée de dignitaires, émus jusqu’aux larmes par la compréhension mélenchesque devant la souffrance de ces « jeunes » qui ont pris pour idole et pour modèle le tueur d’enfants juifs de Toulouse.

 

*2 J’aimerai connaître le point de vue du ci-devant Maire de Dijon, un des très proches du candidat favori des sondages et chouchou des « journalistes », lorsqu’un groupe idéologique de « magistrats », s’intitulant « syndicat » par anti-phrase, poursuit obstinément un travail de sape de la fonction étatique régalienne.

Un policier est désormais exposé à passer de longues années en prison, pour avoir accompli avec courage son travail aux risques incessants. Que pense-t-il précisément d’une présomption d’innocence qui ne fonctionne réellement que pour les gangsters à la kalachnikovs, -qui se sont appropriés des portions entières du territoire où ils ont mis la loi républicaine entre parenthèses-, tandis que pour les fonctionnaires ayant pour mission de protéger les citoyens, c’est devenu l’exposition permanente à l’injure, à la haine, à la vindicte, au soupçon et à la culpabilité préalable.

La revendication formulée à ce propos par un syndicat majoritaire des policiers, -disposer des mêmes protections et possibilités d’actions que les gendarmes-, est parfaitement légitime. Je n’ai pas entendu que le favori des sondage, un paraît-il ami des syndicats, ait répondu favorablement à ce syndicat majoritaire de fonctionnaires particulièrement exposés.

 

Elle doit être satisfaite cette revendication !

Qu’en disent chacun des deux candidats ?

 

Cette garantie doit être impérativement mise en œuvre, avec effet rétroactif immédiat, comme la mesure annulant rétroactivement des milliers de procès verbaux de police déclarés « illégaux », pour se conformer à une décision de la « cour européenne de justice ».

 

La République, n’est-ce pas : Pas moins de droit pour les policiers que pour les membres de la pègre ; fusse-t-elle de la « diversité » ? N’est-ce un élément vital de la démocratie républicaine, dans un contexte malheureusment rempli de périls quotidiens pour la sécurité physique de chacun ?

 

Pour le journaliste de « Canal + », s’exprimant ce midi, répondre favorablement aux syndicalistes et aux fonctionnaires de police, « (…) c’est une fixette de Marine Lepen ».

Une « fixette », dans ce type de problème, c’est une idée fixe, une marotte, une lubie, c’est une invention idéologique de Marine Lepen, la question « sécuritaire ».

 

Dire de ce problème, que c’est une « Fixette », cela revient aussi à dire : que c’est une question comme celle de savoir si, de temps à autres, des extraterrestres viennent visiter la planète terre.

 

N’en déplaise à « canal+ », la « fixette », a pourtant effectivement été reposée sans fard, ces derniers jours, par l’affrontement se terminant par la mort du truand. Celui-ci, était armé d’un P38, dont il s’est servi contre les policiers, et d’une grenade qu’il avait en main.

Cette affaire, ressortissant de la « fixette », s’est provisoirement conclue par la mort du truand à la grenade et par la mise en examen d’un policier, sous un chef d’accusation lui faisant risquer 30 ans de prison. Nicolas Sarkozy s’en était fait l’écho, pour répondre positivement aux syndicalistes de police lors du meeting du Raincy.

Pour nos médias et pour l’ancien capitaine de pédalo, s’était à tord que le Président sortant a voulu répondre positivement aux policiers l’interpelant.

On voit que nous n’avons rien à redouter s’il l’emporte. Dormez bien, bonnes gens, l’ancien capitaine de pédalo veillera sur votre sécurité et sur la bonne qualité de votre sommeil.

AR




Le réveil des patriotes passera par la nécessaire défaite de Sarkozy

Les deux impétrants François Hollande et  Nicolas Sarkozy que les Français vont devoir départager pour ce deuxième tour de l’élection présidentielle font partie de la même caste européïste et mondialiste, qui ont conduit les peuples dans le mur.

La gauche libérale et la droite libérale dont ils sont issus sont responsables de l’abandon de souveraineté et d’indépendance de la France et donc de la maitrise de son destin en ayant voté tous les traités  de la Construction Européenne.

L’Europe libérale a contribué à dessaisir les États de toute action politique  leur permettant de corriger les distorsions de concurrence déloyale et faussée existant au sein de la Communauté Européenne et avec les autres pays développés, les pays de l’Est et les pays émergents (Chine, Inde, Brésil etc…).

La création de la zone euro avec l’instauration d’une monnaie unique a contribué à accentuer les inégalités entre les pays de ladite zone laissant apparaître des difficultés structurelles sur le plan économique, financier, fiscal et social conduisant les pays les plus faibles à dépendre du diktat de l’Allemagne réunifiée.

Nous vivons depuis 2001 dans une zone mark qui ne pouvait que conduire nos pays dans l’incapacité de mener des politiques adaptées au besoin de leurs économies respectives.

Pour comprendre ces blocages, il convient de revenir aux conditions qui nous ont menés dans cette  impasse.

Le 7 février 1992 les pays de la Communauté Européenne signent  le traité de Maastricht lequel précisera les conditions de mise en œuvre du futur passage à la monnaie unique. Afin de permettre une certaine harmonie nécessaire à l’union monétaire, les Européens décident de critères de convergences conditionnant pour chaque pays membre la possibilité d’intégrer l’union monétaire :

  • Le taux d’inflation ne devait pas excéder de plus de 1,5% celui des trois pays membres ayant les plus faibles taux d’inflation ;
  • le  déficit budgétaire ne devait pas être supérieur à 3% du PIB ;
  • un endettement public devant être inférieur à 60% du PIB ;
  • les taux d’intérêts réels à long terme ne doivent pas excéder de 2% celui des trois pays membres ayant les plus faibles ;
  • pas de dévaluation monétaire dans les deux années précédant l’intégration à l’union monétaire.

Suite à la ratification du traité de Maastricht l’euro deviendra la monnaie de la France, en 1999 pour les marchés financiers puis en 2002 comme monnaie fiduciaire.

L’union monétaire, une étape de l’intégration économique

L’union économique et monétaire correspondait à la cinquième et ultime phase d’intégration économique avec la création d’une monnaie commune.

Elle a été précédée de 4 étapes intermédiaires :

  1. la  zone de libre- échange qui correspond à une suppression des droits de douanes et des limitations quantitatives d’importations entre les pays membres ;
  2. l’union douanière qui est une zone de libre-échange dotée d’un tarif extérieur commun (TEC) ;
  3. le marché commun, une union douanière où les facteurs de production peuvent circuler sans entrave d’un pays à l’autre ;
  4. l’union économique, un marché commun marqué par l’harmonisation des politiques économiques des différents États-membres.

Avec du recul, nous nous sommes aperçus que bien qu’étant parvenu à réaliser une union monétaire, l’Union Européenne n’a pas réussi à harmoniser les politiques économiques des États-membres.

Cette harmonie impossible de l’Union Européenne a éclaté au grand jour avec la crise des subprimes commencée en 2007 aux États-Unis plongeant  tous les pays développés dans la plus grave crise économique et financière que nous ayons connue depuis 1929.

Par l’incompétence de nos dirigeants,nous avons été confrontés à une crise systémique des institutions financières internationales, obligeant les États à renflouer une multitude de banques au bord de la faillite et les États à s’endetter dans des proportions jamais atteintes depuis des décennies.

Les États ont fait exploser leur dette souveraine et ont creusé leur déficit public pour tenter d’amortir le choc de cette crise systémique sans précédent.

Tous les pays de l’Union Européenne se trouvent aujourd’hui dans une situation financière, économique et sociale catastrophique.

Vous trouverez ci-dessous la situation financière des principaux états de l’Union Européenne datant de 2010 et qui s’est encore aggravée en 2011 :

La dette des vingt-sept n’en finît pas de croître. De 74,4% du PIB de l’UE en 2009, l’endettement des pays membres atteint la barre symbolique des 80% en 2010. Le montant de l’ardoise européenne s’élève à 12.280 milliards d »euros. Si la Grèce arrive en tête du classement en terme de dette par rapport au PIB, c’est l’Allemagne qui décroche la première place pour le montant brut.

Le palmarès des principaux pays européens.

Italie: 1.843 milliards d’euros

Avec une ardoise qui représente 119% de son PIB, l’Italie est quasiment ce qui se fait de pire en Europe en matière de dette. Mais les marchés reconnaissent des efforts de réduction engagés depuis plusieurs années. De fait, son déficit public est plus faible que dans la plupart des pays européens: il s’est établi à 4,6% du PIB en 2010.

France: 1.591 milliards d’euros

La France a franchi la barre symbolique des 80% du PIB en 2010, à 81,7%, contre 78,3% en 2009. Le gouvernement tablait en fait sur 82,9%. Mais il est parvenu à limiter la dérive du déficit public à 7% du PIB, soit un demi-point de moins qu’en 2009, alors qu’il craignait initialement de le voir augmenter à 7,7%. La dette publique de la France a atteint 1717 milliards en 2011.

Royaume-Uni: 1.307 milliards d’euros

Très limitée il y a quelques années, la dette britannique équivaut désormais à 80% du PIB. Le déficit public s’est en effet établi à 10,4% de la richesse nationale. D’où le sévère plan d’austérité engagé par le gouvernement de David Cameron, avec des mesures d’économie qui suscitent beaucoup de contestation.

Espagne: 638 milliards d’euros

Longtemps bonne élève pour ses finances publiques, l’Espagne voit celles-ci se dégrader rapidement. Si le chiffre de la dette publique ne correspond encore qu’à 60,1% du PIB. Elle s’est alourdie de près de 14% en un an sous l’effet d’un déficit public équivalent à 9,2% du PIB en 2010.

Pays-Bas: 371 milliards d’euros

Les Pays-Bas enregistrent pour la deuxième année consécutive un déficit public de 5,5% du PIB. La dette est de 371 milliards d’euros (347 milliards en 2009). Le pays n’est pas trop éloigné des critères de Maastricht avec une dette qui s’élève à 62,7% du PIB.

Belgique: 341 milliards d’euros

La Belgique figure parmi les mauvais élèves de l’Union européenne. En 2010, la dette atteint 96,8% du PIB, soit 341 milliards d’euros. C’est 15 milliards de plus qu’en 2009. Le déficit public a toutefois reculé à 4,1% cette année après un pic de 5,9% dans l’exercice précédent.

Portugal: 160 milliards d’euros

La dette du pays a augmenté de 20 milliards d’euros en 2010 et s’élève à 160 milliards d’euros, soit 93% du PIB. Le déficit public baisse d’un point sur un an mais reste particulièrement élevé à 9,1%.

Grèce: 148 milliards d’euros

La dette de la Grèce, équivalente à 142,8% du PIB, se creuse toujours à un rythme inquiétant. De 104 milliards d’euros en 2009, son passif grimpe à 148 milliards l’an passé: soit +46%. Malgré un recul de cinq points, le déficit reste très élevé à 10,5%.

Irlande: 148 milliards d’euros

L’Irlande détient le record européen du déficit public: déjà égal à 14,3% du PIB en 2009, celui-ci a explosé à 32,4 % en 2010. Le prix du renflouement du système bancaire. Conséquence, l’endettement explose et s’élève à 96,2% du PIB (65% en 2009), soit 148 milliards d’euros.

Allemagne: 2.079 milliards d’euros

Pays symbole de la rigueur, l’Allemagne possède pourtant la dette la plus élevée du Vieux continent avec 2.079 milliards d’euros de passif. Un chiffre qui ne reflète pas seulement le fait qu’elle est la première économie du Vieux continent. Il représente en effet 83,2% du PIB, soit plus que la moyenne européenne. Soit 10 points de plus qu’en 2009. Une dérive qui s’explique notamment par la recapitalisation de certaines banques régionales. La réputation de l’Allemagne n’est toutefois pas usurpée: elle a limité son déficit public à 3,3% en 2010. C’est trois points de moins que la moyenne européenne (6,4%)

La crise que nous vivons et pour laquelle les dirigeants européens ne veulent pas en tirer les enseignements, continue à détruire le tissu social et économique des pays de l’Union européenne.

Chômage de la zone euro

En février 2012, le taux de chômage moyen des 16 pays de la zone euro a augmenté de 0,1 point sur un mois à 10,8% et de 0,9 point sur un an.

Publié le 17 avril 2012

 

Le taux de chômage de la zone euro 16 représente le pourcentage de chômeurs dans la population active, sur la base de la définition de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). La population active représente le nombre total des personnes ayant un emploi ou étant au chômage. Les chômeurs sont les personnes âgées de 15 à 74 ans qui : sont sans travail pendant la semaine de référence, sont disponibles à commencer à travailler dans les deux semaines suivantes, qui soit ont été à la recherche active d’un travail pendant les quatre semaines précédentes, soit qui ont trouvé un travail à commencer dans les trois mois suivants. Les données sont présentées corrigées des variations.

Chômeurs en France

Le nombre de chômeurs de catégorie A en France s’établit en février 2012 à 2,87 millions, en hausse de 0,2% sur un mois et de 6,2% sur un an.

Publié le 26 mars 2012

 

Le nombre de chômeurs en France représentés dans ce graphique sont les demandeurs d’emploi de catégorie A inscrits à Pôle Emploi, c’est-à-dire les personnes sans emploi « tenues de faire des actes positifs de recherche d’emploi » et donc non les chômeurs de longue durée. Les données présentées concernent les demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi, l’organisme en charge de la lutte contre le chômage.

Nous ne pourrons pas sortir de la crise actuelle, si nous ne remettons pas en cause, la concurrence déloyale et faussée, le libre échange, la mondialisation des échanges commerciaux sans protectionnisme à nos frontières (ex : taxe douanière pour les produits importés).

Si nos gouvernants continuent à persévérer dans le libéralisme effréné, nous continuerons à détruire des emplois en masse  et à provoquer la délocalisation des productions nationales vers des pays à bas coût.

Que cela soit Nicolas Sarkozy ou François Hollande, ni l’un ni l’autre n’ont vraiment l’intention de remettre en cause le fonctionnement de l’Union Européenne et faire comprendre à leurs partenaires des autres pays développés et des pays émergents que le monde va à sa perte et que nous serons confrontés à de graves tensions internationales si nous continuons à persévérer dans cette voie.

Pour nous en sortir nous devrons revenir aux États-Nation, seul moyen pour les peuples de retrouver une maîtrise de leur destin à tous les niveaux.

Nous avons laissé pendant trop longtemps les oligarchies financières et les multinationales piller les richesses de nos pays respectifs pour que nous puissions redresser nos économies actuellement anémiées  et frappées par une  récession durable, si nous ne changeons pas les règles du jeu actuel.

Selon une information en provenance du journal espagnol  El Pais parue le 29 avril dans le Figaro , la Commission Européenne présidée par José Manuel Barroso  serait en train de mettre sur pied un programme d’investissement de 200 milliards d’euros pour l’Europe.

Cette sorte de plan Marshall devrait être financée à travers un montage financier qui s’appuierait sur la Banque  européenne d’investissement  (BEI) et le mécanisme européen de stabilité financière (MES). Encore une usine à gaz, alors que les États sont hyper endettés. Bruxelles utiliserait 12 milliards non utilisés afin d’attirer des fonds privés qui viendraient abonder ce fonds et qui devraient servir à lancer des projets d’infrastructures public-privé. Ce montage serait constitué d’instruments financiers sophistiqués et d’obligations garanties par l’EU.

Quant on pense que les États de la zone euro ont besoin de trouver des capitaux privés pour refinancer leurs dettes souveraines, les marchés et les investisseurs devront y regarder à deux fois avant de souscrire à cet appel de fonds de l’EU.

En tout état de cause, les capitaux levés devront être remboursés et ne manqueront pas d’augmenter l’endettement global des pays de l’Union Européenne.

En tout état de cause, les plans d’austérité qui sont mis en place dans un environnement économique dépressif qui tuent la  croissance ne nous permettront pas de réduire les dettes souveraines.

Nous devons avoir le courage de dire que nous ne pourrons pas rembourser  la totalité des dettes souveraines qui nous empêchent de réinjecter de la croissance pour faire repartir nos économies en piteux état.

Le vote de plus en plus massif pour des partis populistes nous prouve que les politiques menées par les partis de droite conservateur et les partis sociaux démocrates ont échoué ces trente dernières années et que les peuples commencent à s’apercevoir que celles-ci ne permettront pas le redressement de nos économies à brève échéance.

C’est pour cette raison que l’alternance doit se produire en 2012 et qu’elle est saine sur le plan démocratique et qu’elle doit permettre  qu’une recomposition du paysage politique français s’opère dans les années prochaines. Si nous voulons casser les partis du système, nous devons en passer par là.

La droite sarkoziste a failli dans tous les domaines et sa défaite annoncée n’est que la conséquence d’une politique incomprise par les Français qui ne se font guère d’illusion sur le candidat des socialistes François Hollande, mais  dont ils pensent à tort ou à raison, que dans l’instant présent, il leur parait le seul à même de réduire les injustices sociales dont ils jugent à juste titre le président sortant responsable.

Si nous voulons construire une nouvelle force  politique en France, nous avons besoin que celle-ci regroupe tous les souverainistes de droite et de gauche qui pensent que notre salut passe par le retour en force des États-Nations.

Nous devons dépasser les clivages politiques actuels pour faire émerger un mouvement national et patriotique qui redonnera à la France son indépendance, sa souveraineté et  à son peuple la raison d’espérer encore  en un avenir meilleur.

Fabrice LETAILLEUR

Voir son blog

http://lebloglaicdechamps.over-blog.com/




Lesbiennes et féministes, nous ferons 4 heures de route pour aller voter contre François Hollande

« Il faut voter pour François Hollande pour avoir le mariage homo ».

Cette phrase, ma compagne et moi l’avons entendue à de nombreuses reprises. Cependant, même si nous sommes homosexuelles, résolument féministes et même si nous souhaitons nous marier et avoir des enfants, nous ne voterons pas pour François Hollande le 6 mai 2012.

Le PS nous a trahis.

Nous pourrions développer les arguments d’ordre économique qui motivent notre choix, en plus de notre rejet du laxisme de gauche vis-à-vis de ceux que Chevènement appelait les « sauvageons ».

Nous sommes féministes, car nous revendiquons l’égalité entre les hommes et les femmes. N’y voyez aucune haine de l’homme. Nous aimons nos frères et nos amis hommes même si notre préférence affective se tourne vers les femmes, point.

Cette égalité hommes-femmes, c’est une grande victoire de la République.

Fille et petite-fille de hussards de la République, ancienne enseignante, je suis catastrophée par le recul de cette égalité à l’école. Comme l’a rappelé un article récent de Marianne (grand journal d’extrême droite, n’est-ce pas amis bobo ?), l’autorité des professeurs femmes est contestée, les cours de sports en piscine sont zappés et les cours de SVT sont boycottés quand on aborde les thèmes de l’évolution et de l’éducation sexuelle. Certains collèges ont même fait appel à des imams pour qu’ils expliquent « qu’on pouvait aborder ces sujets, que c’était permis ». Quand va-t-on faire appel donc « aux curés » ?

La République capitule devant des théories politiques, devant cette horrible charia qui fait honte aux croyants qui ne demandent qu’à vivre en paix. Les modérés sont les premières victimes, tout comme les femmes et les homosexuels. Il suffit de voir comment finissent les femmes adultères et les homosexuels dans ces pays où la charia domine. On critique l’Église catholique à cause de ses positions sur la sexualité. J’aimerais rappeler que Jésus n’a pas appelé à lapider la femme adultère comme le font les fous de Dieu. Quant à l’homosexualité, même si des chrétiens intégristes, catholiques ou protestants, invitent à soigner ces personnes, ils ne se demandent pas s’il faut brûler vifs ou jeter d’une colline les homosexuels.

Il aura fallu l’affreux massacre de Toulouse, pour qu’on interdise la venue dans la patrie des Lumières de prédicateurs homophobes qui s’interrogent sur la façon de tuer les homosexuels !

Comme le rappelle l’extraordinaire Malika Sorel sur son blog dans son billet du 19 avril 2012: « Le “halal” est central dans la dégradation de l’intégration culturelle des populations de l’immigration du Sud car il ne concerne pas seulement l’abattage rituel : il s’agit d’une philosophie de vie qui consiste, au travers des concepts de “pur” et d’“impur”, de “licite” et d’“illicite” à bâtir une muraille identitaire autour d’une communauté d’appartenance qui se base sur des principes religieux et non sur les principes républicains . »

Voilà où le bât blesse, la République laisse entrer la religion à l’école, à l’hôpital, dans le monde du travail, dans la rue, avec cette notion de « permis », de « licite », de « hallal ».

C’est un poison mortel pour nous les femmes, issues de l’immigration ou non, pour nous homosexuels, mais en règle générale, pour tous ceux qui veulent vivre librement et toujours dans le respect de la loi républicaine.

En voulant ne pas stigmatiser, grand mot à la mode, on a fini par accepter l’inacceptable.

Nous avons observé dans notre quartier l’application de cette théorie :

C’est avec effroi que nous avons vu dans notre rue des petites filles voilées d’environ 6 ans. « Normalement », il faut que la personne soit pubère et consentante. À 6 ans ? Parce que cette petite gamine est une horrible tentatrice impure ? Sommes-nous revenus des siècles en arrière ? Ma compagne se souvient que, lors d’un voyage en Arabie Saoudite, elle a été exclue d’un centre commercial, car sa robe ne cachait pas assez ses chevilles en sortant de la voiture. Quelle vision  méprisante de l’homme, considéré comme étant incapable de contenir ses pulsions !

C’est avec colère que nous avons dû supporter les réflexions méprisantes de messieurs en chemise de nuit nous demandant si nous étions sœurs ou cousines. J’ai été insultée et menacée en revenant tard le soir du travail. Je partais travailler la peur au ventre.

Est-ce normal qu’en 2012 certaines jeunes filles ne puissent pas épouser qui elles veulent ni porter ce qu’elles veulent ? Est-ce normal que le fait d’être homosexuel dans une cité fasse de vous une cible potentielle de viol ? Est-ce normal que tant de jeunes filles et jeunes hommes se suicident quand ils découvrent leur différence car ils savent que leur famille les rejettera ?

Les féministes sont inaudibles. La gauche se tait.

Des personnes très religieuses donc forcément très respectables ont menacé d’égorger notre petit chien, « animal impur » qui avait frôlé leur chemise de nuit. Nous avons donc mis en place une stratégie d’évitement des commerces « sensibles » pour éviter de passer devant. Ne pas pouvoir se rendre là où on le souhaite, n’est-ce pas cela le fascisme, amis bobos ?

Au travail, une collègue ne sert pas la main aux hommes ou alors elle met des gants. Elle fait de même avec une lesbienne, impure…  Les sandwichs au porc ne doivent pas être placés dans le frigo des purs…

Est-ce normal que deux lesbiennes se fassent agresser en 2012 par deux énergumènes qui leur ont demandé cela : « C’est toi qui fais l’homme, non ? Si c’est toi, il faut que tu dresses ta femme» (cf http://www.tetu.com/actualites/france/lyon-douze-mois-avec-sursis-pour-avoir-agresse-un-couple-de-femmes-21465 ).

Comment s’étonner alors que des femmes, des homosexuels votent pour Marine Le Pen comme nous l’avons fait au premier tour ? Il suffit de parcourir les forums des discussions LGBT pour voir que tous ne votent pas Hollande et que souvent des lesbiennes, doublement menacées par ce fascisme vert, déclarent voter pour le FN. Elles se font traiter de fachos bien sûr, de ploucs par les électeurs PS des beaux quartiers.

À quoi bon le droit de pouvoir se marier si l’on ne peut pas sortir de chez soi sans se faire agresser ? Si l’on ne peut pas vivre tout simplement ? Il faut noter d’ailleurs que François Hollande n’est même pas sûr de tenir cette promesse, il veut prendre son temps… Sans rentrer dans le détail des répercussions économiques de son programme, nous savons que les femmes gagnent globalement moins que les hommes. Beaucoup d’amies craignent les conséquences de la suppression des heures supplémentaires défiscalisées pour leurs petits salaires.

Nous avons fini par quitter la France pour vivre en paix. En déménageant le matin, durant le ramadan, pour être tranquilles… Comme le dit ma compagne : « Ici, nous sommes libres. Je retrouve la France de mon enfance. »

Le 6 mai, nous ferons 4 heures de route pour aller voter au consulat contre François Hollande. Nicolas Sarkozy nous a tous déçus, trahis même, mais entre Charybde et Scylla, notre choix est fait.

Nous avons peur de voir avec l’arrivée de la gauche celle de « grands frères » supplémentaires qui normaliseront encore plus les comportements, enfermant les femmes et les homosexuels dans un piège mortel.

Nos grands-parents et grands-oncles ont lutté dans la Résistance.

Nos mères ont fait mai 1968 et elles ont pu s’affranchir des cadres moraux pour travailler et ne plus être uniquement des femmes au foyer. Ma grand-mère est fière de rappeler que sa tante fut l’une des premières titulaires du Baccalauréat et elle m’a toujours encouragée à être économiquement indépendante et surtout libre.

Nous poursuivons leur combat contre un nouveau fascisme.

Merci à Riposte Laïque et à Résistance Républicaine d’exister.

Vive la République et vive la France !

Annie Esposito




Le mélenchonien de Libération Pierre Marcelle a la gueule de bois, mais rêve d’une interdiction du FN

Pierre Marcelle, chroniqueur de Libération, fait partie des journalistes qui exècrent Riposte Laïque, même s’il n’a pas la notoriété des Askolovitch, Joffrin, BHL et Fourest, les plus connus des membres de notre « fan-club »

Il nous a déjà fait de la publicité à deux reprises, ce dont nous l’avions remercié, avec le savoir-vivre qui est le nôtre.

La première fois, indigné que nous ayons mis en ligne une chanson de résistance, il avait commis ces quelques mots :

« A l’heure où se rédigent ces lignes, l’officine Riposte laïque, qui défend la laïcité comme les Le Pen défendent la classe ouvrière, met en ligne sur Youtube une chanson qui «résume son combat» et dont des photos (parmi lesquelles celle de Zemmour en majesté), destinées à faire peur aux petits enfants, illustrent les couplets. Allez y voir (1) et dites-moi de quoi l’on parle, là… »

La deuxième fois, excédé par les polémiques visant les disciples de la religion d’amour, de tolérance et de paix, il avait explosé :

« Noter ici que, hormis la bande à Riposte laïque, officine antivoile et antiminarets qui, sous le patchouli républicaniste, renifle fort des aisselles identitaires et nationalistes, tout le monde semble s’en foutre un peu, du burger halal. Et ça aussi, c’est une bonne nouvelle. Ce qui serait bien, c’est qu’il en aille bientôt de même du foulard de la jeune Ilham Moussaid, candidate vauclusienne du NPA aux prochaines régionales. Ce qui serait bien, c’est qu’on lui foute la paix, à elle, et qu’on se préoccupe un peu de misère sociale. De choses sérieuses, quoi… »

Cette fois, le journaliste de Libération ne nous fait pas l’honneur d’attaquer Riposte Laïque, il nous fait part de ses état d’âme, et de sa gueule de bois au soir du premier tour. Si on comprend bien, Pierre Marcelle, de la même génération que Jean-Luc Mélenchon, et ayant milité dans la même organisation de jeunesse trotskiste que lui, l’OCI, avait frétillé pendant toute la campagne, notamment grâce aux agressions et insultes fréquentes du leader de Parti de gauche contre Marine Le Pen et son parti. Emporté par l’enthousiasme du brillant orateur Méluche, et croyant ses belles histoires, il avait rêvé à la troisième place. Le réveil n’en est que plus douloureux, il nous apprend même que sa gueule de bois est encore plus pénible que celle du 21 avril.

Dans le monde parisianiste de Pierre Marcelle, les choses sont simples. Il y a les gentils de Front de gauche, et les méchants du Front national. Il y a les gentils immigrés, et les méchants patriotes. Il y a les gentils musulmans, et les méchants laïques. Il y a les gentils ouvriers, et les méchants employeurs. Donc, pour lui, avec un tel logiciel de pensée, le gentil Mélenchon, qui parlait des gentils ouvriers et défendait les gentils immigrés et les gentils musulmans, allait faire un ras de marée dans les classes populaires.

Devant le fiasco du 22 avril, il s’interroge, et se demande s’il n’aurait pas fallu ignorer le FN. Mais ces interrogations s’arrêtent là. Celui qui prétend défendre le monde du travail est incapable d’approfondir les questions que Pierre Cassen, développant cinq thèmes, l’Union européenne, l’immigration, l’islamisation, l’insécurité et l’école, a mis en avant, pour expliquer que Mélenchon a laissé le monopole de ces sujets à la seule Marine Le Pen, et qu’il est le principal responsable de la percée du FN.

Pierre Marcelle préfère voire dans le FN l’héritier de Pétain et du « travail-famille-patrie », un parti raciste parce que défendant la préférence nationale, et un suppôt de l’idéologie chrétienne, sans craindre le ridicule quand on sait que Marine Le Pen, divorcée avec trois enfants, vit dans le pêché avec Louis Aliot, et que dans son proche entourage figure nombre d’homosexuels.

Mais la gueule de bois de Pierre Marcelle se transforme en cauchemar quand il découvre que Hollande drague l’électorat de Marine Le Pen dans son propre journal, Libération, et, encore pire, quand il constate que Moscovici trouve des « raisons sociales » pour justifier le vote Front national de nombre d’ouvriers. Pour les réflexes pavloviens du journaliste mélenchonien, cela en est trop. Pour lui, il n’y a aucune excuse à voter FN, ni les délocalisations, ni les bas salaires, ni l’immigration en période de chômage de masse, ni l’islamisation de notre pays, pas davantage l’insécurité… Pour cet homme aiment les choses simples, l’électeur du FN est forcément quelqu’un d’infréquentable, forcément un salaud raciste et d’extrême droite, nostalgique de Pétain et des heures les plus sombres de notre histoire, et il est donc inenvisageable, quand on se dit de gauche, de s’adresser à de tels monstres.

Pierre Marcelle, qui est à la démocratie ce que le Pape est à la contraception, montre son vrai visage, en fin d’article, et se prend à rêver. Puisque plus de 6 millions de Français votent pour les méchants, malgré ce que les gentils de Libération et le gentil Mélenchon leur disent, puisque le Front national ne serait toujours pas compatible avec la République, selon lui, pourquoi ne pas l’interdire ? Son dernier paragraphe commence ainsi : « Reste la question qui va avec : non celle de l’interdiction du FN (inconcevable, paraît-il) mais du combat, etc, etc.

Il y a tout dans ce « parait-il ». Le masque tombe, en écrivant cette phrase, Pierre Marcelle ne fait qu’effleurer cette perspective fantasmée mais aussitôt refoulée, comme un rêve irréalisable. Le non-dit de sa phrase est : et pourquoi ne pourrait-on pas interdire le Front national ?

Jean-Luc Mélenchon était pour l’interdiction du Front national, dans les années 1995, quand celui-ci faisait déjà 15 % à certaines élections. Il espérait, et l’UMP et l’ensemble de la gauche avec lui, que la candidate Marine Le Pen n’ait pas les 500 signatures, lui interdisant ainsi de postuler à la présidentielle. Les militants de Front de gauche ont participé à toutes les manifestations, parfois violentes, contre les réunions démocratiques et les meetings de la candidate frontiste. Certains gauchistes ont dévasté des salles, restaurants ou locaux qui avaient, simplement pour des raisons commerciales, accepté de l’accueillir. Sur les marchés, des militants de Front de gauche ont multiplié les provocations, et parfois les agressions, pour interdire la présence de Marine Le Pen, ou celle de ses militants.

En affirmant que même à 18 % des voix, le FN n’était toujours pas un parti républicain (alors qu’il a été le seul à dénoncer le communautarisme qui gangrène la République une et indivisible), et en évoquant, même furtivement, sa possible interdiction, Pierre Marcelle montre que, tout comme son candidat, il est dans le plus parfait moule totalitaire, celui dont on fait des Chavez, des Castro, des Ahmadinejab, des Omar el Bechir, tous ces dictateurs contre lesquels Mélenchon et lui n’ont jamais dit un mot.

Une France sans Front national aujourd’hui, demain avec l’interdiction de tous les partis hostiles au peuple, après-demain avec un parti unique, et des camps de rééducation pour les 6 millions d’électeurs du Front national, voilà qui traduirait au mieux la célèbre phrase de Mélenchon : « A l’arrivée, cela sera eux (le FN) ou nous ». La fin justifiant les moyens, la dictature au nom de la lutte contre la prétendue bête immonde, c’est ainsi qu’on éviterait que cela soit « eux »… et qu’on ferait passer la gueule de bois de notre chroniqueur préféré de Libération.

Lucette Jeanpierre




Abstention, votes blancs, votes nuls pour le second tour, attention à l’interprétation de vos intentions !

Il reste deux candidats en lice pour le second tour, et cependant cinq choix possibles pour l’électeur inscrit.

1. Voter François Hollande. Vos raisons sont multiples : politique du pire pour précipiter la chute, réelles convictions de gauche, sanction de Nicolas Sarkozy, etc.

2. Voter Nicolas Sarkozy : là encore plusieurs raisons exprimées dans les colonnes de Riposte laïque : moindre mal par rapport au candidat de gauche, proximité de certaines promesses avec celles de Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan, convictions de droite, etc.

3. Abstention : on ne va pas se déplacer au bureau de vote.

4. Bulletin blanc : enveloppe vide ou comportant un papier blanc.

5. Bulletin  nul : deux bulletins différents, bulletin Hollande et/ou Sarkozy raturé ou commenté, bulletin qui ne correspond à rien (coupure de presse, commentaires personnels), etc.

Signalons tout d’abord qu’un bulletin où serait seulement portée une mention manuscrite « François Hollande » ou « Nicolas Sarkozy » sans autre indication devrait être considéré comme valable. Hélas les présidents de bureau connaissent mal cette règle électorale.

Signalons aussi (et c’est l’objet de mon article) que dans la comptabilité officielle du ministère de l’Intérieur et du Conseil constitutionnel, les pourcentages des candidats sont donnés par rapport aux « suffrages exprimés » (c’est-à-dire les gens qui sont allés voter mais sans compter les bulletins blancs et nuls), alors que la « participation » concerne autant les « suffrages exprimés » que les blancs et nuls.

C’est ainsi que le Conseil constitutionnel a donné les chiffres suivants pour le premier tour :
– Électeurs inscrits : 46 028 542
-Votants : 36 584 399
– Suffrages exprimés : 35 883 209

Donc une « participation » de 79,5% mais des suffrages exprimés de seulement 78% par rapport aux inscrits. La différence est minime (1,5%), sans doute principalement due à des erreurs de manipulation des électeurs et donc peu significative.

Or pour le second tour, des gens comme Louis Aliot, Florian Philippot ou Gérard Collard ont déclaré qu’ils voteront « blanc », pour marquer leur désapprobation « blanc bonnet et bonnet blanc » entre François Hollande et Nicolas Sarkozy.

Sur Facebook, de nombreux « marinistes » disent vouloir glisser un bulletin « Marine Le Pen » soit pré-imprimé et conservé du premier tour, soit manuscrit. Ce bulletin sera évidemment considéré comme nul.

D’autres montreront leur mécontentement en glissant à la fois un bulletin Hollande et un bulletin Sarkozy pour signifier « blanc bonnet et bonnet blanc », ou ne mettrons rien dans l’enveloppe pour montrer qu’ils ne se retrouvent pas dans les deux finalistes.

Les plus audacieux glisseront dans l’enveloppe bleue des slogans du genre « ni tchador ni charia » ou « ni halal ni Allah ».

Ça peut être satisfaisant pour l’esprit de signifier ainsi aux gens qui opéreront le dépouillement une opinion tranchée, avec d’autant plus d’effet que tous les bulletins nuls doivent être décrits et lus à haute voix à la table de dépouillement.

Cette démarche militante a tout de même un risque : comme ces bulletins ne seront ni comptabilisés ni commentés par les médias, on pourrait annoncer dimanche soir un succès de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy avec une énorme participation alors que peut-être des centaines de milliers voire des millions de citoyens les auront condamnés par leurs votes blancs ou nuls.

C’est pourquoi j’invite les « ni ni » à beaucoup de prudence, et pour ma part je préfèrerais m’abstenir que de voir ma protestation disparaître dans les statistiques biaisées du ministère de l’Intérieur et du Conseil constitutionnel.

Mais chacun est libre de faire comme il veut…

Djamila GERARD




Islamisation, immigration : Dites-moi François, j’aimerais bien savoir quel est votre vrai visage ?

Que lis-je dans mon journal local du samedi 28 avril, cher François ? Que vous affirmez votre fermeté vis-à-vis de l’immigration en expliquant que :« dans la période de crise  que nous connaissons, la limitation de l’immigration économique est nécessaire, indispensable ». Cette affirmation vous honore, elle est frappée au coin du bon sens, c’est une chose que les contributeurs de Riposte Laïque martèlent depuis des années. Ils n’ont cessé de répéter qu’ils attendaient de la cohérence dans la pensée politique dans le discours politique et dans les mesures politiques, alors que votre parti  restait, jusqu’à ce jour, dans une position bêtement idéologique faisant fi des réalités (terrible aggravation du chômage + grande précarité + fermetures d’usines multiples+pénurie d’emplois et de logements).

Mais ce qui, en tant que femme, m’interpelle le plus, cher François, c’est ce qui suit :  autre signe de fermeté, il a affirmé haut et fort qu’il maintiendrait bien sûr la loi sur la burqa » et «  la ferait appliquer de la meilleure des façons ». Là, j’avoue que je ne comprends plus très bien, même si cette volonté de fermeté ne peut que me réjouir.  En effet, au moment du débat sur le voile intégral je me suis beaucoup investie trouvant, en tant que féministe,  inquiétant, voire dangereux pour la condition des femmes, cette justification d’un enfermement féminin, au nom d’une  liberté religieuse. Je trouvais que cette tenue  n’avait pas sa place dans notre pays, que les femmes en soient victimes ou au contraire la portent par militantisme politique (ce qui est, en fait, plutôt le cas). Je trouvais aussi qu’elle empiétait sur  la liberté de tous les autres citoyen(ne)s d’une République laïque.

J’ai essayé d’attirer votre attention sur le sujet en vous faisant remarquer qu’il serait bon que tous les élus de la République, votent la loi (j’aurais personnellement souhaité une loi incluant tous les voiles longs) et envoient un signe clair aux intégristes, au-delà des clivages  politiques et de la popote bassement  politicienne….  Votre réponse de l’époque pour vous démarquer  de la droite qui voulait défendre la laïcité avait été la suivante :

« Je ne pense pas qu’il soit judicieux ni même moral pour la gauche de s’aligner sur l’interprétation radicale que font les actuels dirigeants de l’UMP de cette notion ( la laïcité)chère aux socialistes et dont ils sont les inspirateurs. Une telle interprétation tend à se focaliser sur la question de l’islam et sur son incompatibilité prétendue avec la laïcité et parfois même avec l’État. Or j’y vois une tentative, parfois inconsciente, de renforcer les tensions identitaires au sein de notre pays. Les conséquences d’un tel mouvement me semblent particulièrement contre- productives pour la paix sociale et le respect de chacun. C’est pourquoi j’aimerais que la gauche, et particulièrement les féministes dont je soutiens le combat, comprennent l’importance de ne pas adopter de position figée et défensive sur cette  question. Notre responsabilité est de redonner à la notion de laïcité ses valeurs de fraternité et de refus des discriminations ».

Votre parti n’a  pas eu le courage de se prononcer clairement sur le sujet du niqab ( qui , pour moi, n’ était qu’un minimum insuffisant), laissant la droite le régler seule… Là, j’avoue que je me suis sentie, trahie, abandonnée, par ma famille politique, même si, dans votre parti, une dizaine de courageux avaient compris l’enjeu de ce qui se jouait…. Aujourd’hui vous affirmez que vous ferez appliquer avec fermeté cette loi votée par la droite…. Ne la jugez-vous donc plus discriminante ? Avez-vous réfléchi depuis deux ans à la question?  Avez-vous regardé autour de vous la propagation grandissante des tchadors  et des abayas? On a empêché le débat sur l’identité nationale et je le regrette. Si je veux bien admettre, (avec tristesse hélas!), que les niqabs, les abayas et les tchadors puissent être des attributs vestimentaires des Saoudiennes ou des Iraniennes (dont le port obligatoire est  imposé par des dictatures religieuses), la propagation de ces tenues dans notre pays est la pire des choses que j’ai jamais vue qui puisse arriver à notre identité et la pire menace qui puisse peser sur les jeunes filles et les femmes françaises (comme elle est aussi une menace pour les Tunisiennes, les Égyptiennes, les Libyennes). C’est une vraie blessure de voir mon environnement  public  se transformer  de cette manière,  en une sorte de mini Arabie saoudite, sous la pression d’un intégrisme religieux (et quoi que vous en pensiez ce n’est pas là de  l’intégrisme  catholique qu’il s’agit!).  Je ne vois pas, dans la propension au port de ces tenues, un signe de fraternité ou de respect des autres.  Il est vrai que l’opposition de la gauche à la loi a été perçu  aux yeux de  certain(e)s comme un encouragement à continuer.  Ces vêtements ne peuvent, en aucun cas, favoriser un vivre ensemble apaisé, mais  déclenchent  crainte et  tensions  à l’intérieur de notre société. Je ne peux pas me résoudre à ce que ce soit cela  la France de demain. De même je m’inquiète qu’une consigne de vote à la Présidentielle ait été donnée dans les mosquées régentées par le Prédicateur Tariq Ramadan ! J’y vois un signe manifeste d’une volonté d’éloignement d’une communauté qui subit  l’influence grandissante   des courants (frères musulmans ou salafistes) de l’étranger auxquels je doute fort que le Parti Socialiste veuille s’opposer. La laïcité me semble bien malmenée! Pouvons-nous, d’ailleurs, devant de telles dérives, encore parler de République laïque? Le mot République de communautés ne conviendrait-il pas mieux?

Alors cher François, j’ai voté avec plaisir pour Ségolène en 2007, et je pense qu’elle aurait pu réussir si les éléphants du PS l’avaient un peu plus soutenue au lieu de lui tirer le tapis pour la faire trébucher,  (était-ce parce que c’était une femme ? ). Le 6 mai approche… mais je n’ai plus confiance. Quel est le vrai François Hollande ? Celui qui, il y a deux ans, ne voulait pas que les féministes adoptent une position figée sur la question du niqab, la jugeant discriminante pour une partie de la population, ou le candidat qui dit, aujourd’hui, vouloir faire respecter et appliquer de la meilleure des façons une loi que son parti n’a pas eu le courage de voter ?…. François j’aimerais bien, avant d’entrer dans l’isoloir, savoir quel est votre vrai visage ?

Chantal Crabère