1

Mauvaise nouvelle : Médias, le trimestriel de Robert Ménard, cesse de paraître

C’est toujours un déchirement quand un journal cesse de paraître, même quand on ne l’aime pas. C’est encore plus douloureux quand il fait partie des rares périodiques capables de tenir un langage aux antipodes de celui des médias dominants. C’était le cas du trimestriel animé depuis huit années par Robert Ménard et son épouse Emmanuelle Duverger, « Médias ».

http://www.revue-medias.com/

Son dernier coup d’éclat sera la publication de cette enquête montrant que 74 % de journalistes votent à gauche. Nous n’avons pas oublié que Robert Ménard, pourtant islamophile peu suspect de complaisance envers Riposte Laïque, avait permis à notre rédacteur en chef Pierre Cassen, dans son numéro 27, de s’exprimer dans ce qui demeure le texte le plus complet consacré à rédacteur de notre notre site dans un média.

http://www.revue-medias.com/pierre-cassen-les-medias-n-osent,686.html

Robert Ménard et Emmanuelle Duverger, toujours autant amoureux de la liberté d’expression, prenaient un malin plaisir à interviewer, dans leur revue, tous ceux que personne d’autre n’osait approcher, y compris des personnes comme Konk, l’ancien dessinateur du Monde, dont ils prenaient soin de se démarquer des thèses négationnistes, tout en lui permettant de les défendre.

Dans ce dernier numéro, ils donnent ainsi la parole à Alain de Benoist, Ivan Rioufol, Elisabeth Levy, Patrick Sébastien et à l’historien aux thèses contestées sur ce qu’il appelle le génocide vendéen, Reynald Secher.

Autant d’audace ne pouvait demeurer impunie. Les recettes publicitaires ont baissé de 80 % en deux ans. « On » a donc décidé qu’il était temps de siffler la fin de la récréation, et d’en finir avec un homme qui ose multiplier les livres provocants, faisant paraître un pamphlet « Vive l’Algérie française » après avoir écrit « Vive Le Pen ».

Il y a trente ans, dans une célèbre émission de Michel Polac, quand un collaborateur un peu aviné de Charlie Hebdo, à l’occasion de la mort de son journal, avait, dans une ambiance un peu déjantée, crié à un collaborateur de « Minute » : « c’est vous qui devriez crever » ! Espérons que ceux qui sont encore du monde, trente ans plus tard, ont conscience de la dégénérescence et de l’intolérance, aux antipodes de celle de Robert Ménard aujourd’hui, qui était la leur…

http://www.ubest1.com/?page=video/23295#null

Ce que nous constatons, c’est que « Médiapart » d’Edwy Plenel a bénéficié, pour son lancement de la bienveillance d’artistes, d’écrivains et de politiques, que Xavier Niel mit 100.000 euros dans le pot, ainsi que Maurice Levy, PDG de Publicis, tandis que les investisseurs d’Ecofinance et de Doxa Jean mettront, eux, la modique somme de 1 million d’euros. Quant à Rue 89, constitué d’anciens de Libé, il lèvera 740.000 euros la première année, et 1,1 million l’année suivante, grâce notamment à Matthieu Pigasse, autre banquier proche du PS, par ailleurspropriétaire du Monde. Malgré cette situation, le titre fut sauvé du dépôt de bilan par « Le Nouvel Observateur » du milliardaire de gôche Claude Perdriel qui vola à son secours.

Le système sait récompenser ses meilleurs domestiques, et châtier ceux qui le dérangent. Espérons que Médias renaisse sus une autre forme, pour ne pas laisser les faux rebelles de la médiocratie occuper seuls le devant de la scène, et permettre à Robert Ménard et Emmanuelle Duverger de continuer à donner la parole à ceux qui ne pensent pas comme il faut.

Martine Chapouton




Jean Robin : il faut attaquer de front les médias publics et leur caste auto-proclamée

Riposte Laïque : Le 21 juin, tu as mis en ligne une vidéo, avec deux versions, longue et courte, appelant ni plus ni moins le peuple français à passer à l’offensive contre les médias. Qu’est-ce qui t’a décidé à lancer cet appel qui parait un peu solennel ?

http://www.enquete-debat.fr/archives/jean-robin-lance-un-appel-au-peuple-francais-pour-la-creation-dun-contre-pouvoir-mediatique-85384

Jean Robin : Cet appel est le fruit de 10 ans de travail, de réflexion et d’action sur le journalisme, la démocratie, les médias, et internet. En 2002 j’ai publié en auto-édition un manifeste du journalisme continue, où j’expliquais comment Internet allait bouleverser le journalisme et la démocratie. Je ne me suis pas trompé. En 2003 j’ai lancé une association pour que les citoyens fassent pression sur les journalistes pour améliorer la qualité de l’information. Là encore j’avais visé juste, mais il me manquait l’expérience du terrain. Je l’ai acquise les années suivantes, à travers mes enquêtes (sur Ardisson, sur les médias, sur la liberté d’expression etc.), mes entreprises (maison d’édition, site internet d’information), et le mûrissement de mes idées.

J’en arrive aujourd’hui à la conclusion que chacun peut découvrir dans cette vidéo. La seule chance pour nous, les petits, les faibles, les exclus, la France du non, la France d’en bas, les 99%, appelez-nous comme vous voulez, non seulement de nous faire entendre, mais de changer les choses, et de reprendre la main sur le cours de l’Histoire, c’est de passer à l’offensive en s’attaquant de front aux médias, et d’abord aux médias publics, France Télévisions, Radio France, et l’AFP, qui représentent environ 80% des informations de ce pays, sinon plus. Le peuple finance ces machines de propagande devenues folles car laissées sans le moindre contre-pouvoir, seul le peuple peut constituer le contre-pouvoir aux médias et ainsi faire sauter le verrou principal qui tient le système. J’appelle évidemment à le faire dans la non-violence et le respect de la loi, je suis socratiste, et disciple de Gandhi. Mais toute la différence tient dans ce mot : offensif. Après 40 ans environ à subir les caprices d’une caste auto-proclamée de journalistes, présentateurs, animateurs et producteurs, qui fait la pluie et le beau temps sur tous les autres aspects de la société grâce au pouvoir immense des médias, il s’agit de dire stop, de dire non, de dire que nous n’acceptons plus l’inégalité médiatique, la censure, la chape de plomb, le copinage, la connivence, les renvois d’ascenseur, les exclusions, les cordons sanitaires anti-républicains, la diabolisation, et le mensonge. Le pouvoir n’attend qu’une chose : notre torpeur, notre abêtissement, et notre passivité. Ne lui faisons plus ce cadeau, ne lui rendons plus la tâche aussi facile, ne laissons plus les mêmes nous dire, du haut de leur incompétence que nous sommes incompétents, populistes, d’extrême-droite, fascistes, nationalistes, pétainistes, antisémites, racistes, simplement parce que nous dénonçons des abus de pouvoir.

Les mots ont un sens, les calomnies, les insultes, les diffamations, les intimidations n’ont plus aucune prise sur nous, car nous savons qui nous sommes, quelles sont nos valeurs, qui sont nos modèles, et les raisons pour lesquelles nous vivons. Nous sommes étrangers à tout ce qu’on nous plaque sur le dos comme une vulgaire tunique de Nessus. Ces diversions verbales ne fonctionnent plus, elles ne nous font plus peur, le roi est nu et nous le disons, haut et fort. Les médias publiques ne peuvent plus continuer à être gérés tel qu’ils le sont, nous le démontrons factuellement, rationnellement, scientifiquement, quantitativement et qualitativement, avec modération et détermination, et quand la vérité éclate il faut savoir qu’elle fait du bruit, beaucoup de bruit. Nous voulons canaliser ce bruit et cette fureur, afin de les rendre constructifs, afin de proposer des solutions, calmement, paisiblement, et empêcher au pire d’arriver. Le pire arrivera si la même situation continue comme avant, et nos dernières tentatives de conciliation n’auront été que les preuves de notre bonne foi. Mais le peuple ne peut être pris indéfiniment pour un troupeau de moutons ou de veaux, il a ses limites et certains de ses membres comprennent plus tôt que d’autres que les limites ont été franchies depuis trop longtemps maintenant pour pouvoir rester couché à ne rien faire, et à attendre que ça aille mieux. Ça n’ira mieux que si nous décidons, ensemble, que ça doit aller mieux. C’est le sens de mon appel, que vous avez la gentillesse de relayer.

Riposte Laïque : Partant d’un constat juste, l’omni-présence, sur le service public, France Télévisions, Radio France et l’AFP, d’une caste aux idées clairement marquées à gauche, voire à l’extrême gauche, tu proposes, au nom du peuple, aux Français de rentrer en Résistance, voire, ce qui peut paraître plus problématique, de ne pas hésiter à interrompre des émissions, pour y faire passer un point de vue occulté. Penses-tu vraiment que cette solution soit la meilleure réponse, et ne crains-tu pas d’entraîner tes amis dans un cycle provocation-répression cher aux gauchistes ?

Jean Robin : Justement je ne prononce à aucun moment les termes gauche ou extrême-gauche, pas plus que droite ou extrême-droite, dans mon appel. Je ne veux pas mettre la charrue avant les bœufs, nous devons construire un contre-pouvoir dont le rôle va justement consister à déterminer factuellement, scientifiquement, etc. quels sont les réseaux, les discours, les postures, les idéologies, les partis, les associations, les orientations philosophiques, économiques, psychologiques qui bénéficient le plus des médias actuels. Cela passe par la généralisation d’une veille des citoyens sur les médias, et de la coordination de cette veille, coordination rendue d’autant plus réaliste par les nouveaux moyens de communication dont nous disposons tous. Ainsi, les médias ont fait irruption dans la grande démocratie que nous connaissions, et ils l’ont petit à petit prise en otage. Telle une nouvelle maladie qui frappe le corps sain, elle arrive en terrain conquis et rentre comme dans du beurre, aucun anticorps adapté n’étant opposé à sa progression fatale.

Les médias n’ont jamais eu de contre-pouvoir, pas plus les médias publics que privés. Même De Gaulle, qui détenait l’ORTF, disait : « J’ai l’ORTF parce que la radio et la presse sont contre moi. » Les médias sont passés progressivement de défenseurs de la démocratie et de la liberté d’expression à ennemis de la liberté d’expression et de la démocratie. Les enjeux économiques sont considérables, de même que l’influence que procure la médiatisation. Un scientifique est plus important s’il est passé à la télévision que s’il est reconnu par ses pairs. Hasard ou coïncidence, la science patine depuis une cinquantaine d’années, et n’a fait aucune découverte majeure. Et je ne parle pas des revues à comité de lecture, devenues des centres de copinage quasi-exclusifs. Donc il ne faut surtout pas avoir d’idées préconçues sur les idées dominantes dans les médias, la seule certitude que nous ayons c’est qu’il y en a une multitude qui cohabitent en même temps, et que tout cela change plus ou moins rapidement selon les idées et les idéologies dont on parle. Un des buts du contre-pouvoir dont j’appelle la création, c’est précisément d’en savoir plus sur ce continent inexploré que constituent les médias.

Certes, on peut dores et déjà, avec le peu d’études réalisées, affirmer que des dysfonctionnements absolument intolérables perdurent dans les médias depuis trop longtemps, certains sont très invités sans raison apparente quand d’autres sont maintenus en dehors du cadre de la démocratie sans plus de raison. Car la démocratie se résume hélas aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, à l’apparition dans les médias, et les Français sont bien plus passionnés par leur télévision et leur radio que par leur Assemblée Nationale ou leur Sénat. Les premiers dysfonctionnements dont nous avons déjà connaissance sont à la base de notre engagement et de notre détermination. Mais c’est surtout l’intuition que ces dysfonctionnements ne sont que la partie émergée de l’iceberg qui nous motive par dessus tout. Quand Christophe Colomb découvre l’Amérique, il pense d’abord être aux Indes, puis il va rencontrer des situations auxquelles il ne s’attendait absolument pas. Je pense que c’est à ce genre de découvertes que nous allons avoir affaire. C’est l’aventure moderne par excellence, en un temps où l’on pensait avoir tout conquis, tout découvert, tout su, on découvre qu’un continent gigantesque est là, sous nos yeux, que rien n’est caché, que tout est à portée de main (et de souris), mais que nous l’avons complètement négligé, comme souvent avec les phénomènes qui sont devant nos yeux. L’énorme avantage de ce continent c’est qu’il est tangible, factuel, concret et qu’il n’est nullement caché. Tout le monde peut donc y avoir accès de la même manière, et parler de la même chose, en dehors de toute idéologie, de toute formation intellectuelle, de tout parcours personnel.

Une personne invitée 100 fois en 3 ans comme Christophe Barbier sur le plateau de C dans l’air, plus 8 fois sur le plateau de Mots croisés, tout le monde peut le comprendre, tout le monde peut le vérifier, et tout le monde va pouvoir dire ce qu’il en pense. Est-ce normal ? Est-ce nécessaire, voire indispensable ? Est-ce délétère pour la démocratie ? Sachant que M. Barbier est le témoin de mariage de M. Calvi ? Sachant qu’il dirige par ailleurs un grand journal privé, l’Express ? Sachant qu’il bénéficie ainsi d’une publicité considérable, avec l’argent public ? Cela, nous ne pouvons le mettre sur la table qu’à partir du moment où nous avons fait ce travail préalable de décompte des passages des invités de C dans l’air. Et cela vaut pour toutes les émissions des médias publics. Et quand on pense au nombre de choses qu’on peut ainsi quantifier, et le nombre de choses que cela va nous apprendre sur la réalité de ce continent médiatique, et par conséquent sur le nombre de changements que nous pourrons légitimement imposer aux médias publics, selon des critères légitimes et sans tomber dans tous les pièges qui ne manqueront pas de se présenter, comme d’autres pièges se présentent constamment à la démocratie et qu’il convient à nos dirigeants politiques d’éviter, alors on se dit qu’il est bien tard pour s’occuper de ce continent pourtant si important pour tous les Français. Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais, et la France est loin d’être en retard dans ce domaine, au contraire elle pourrait rapidement devenir la première nation au monde à explorer ce continent et à en révéler les innombrables richesses et potentialités. Notamment la justice, la pluralité, l’innovation, l’intelligence, l’éducation, la science, la paix, la tolérance et la compréhension de l’être humain et de son avenir, entre autres. Pour donner un autre exemple, notre rôle avec ce contre-pouvoir sera de rendre visible la partie de ce continent qui est pour l’instant invisible. Par là j’entends tout ce qui concerne la censure, l’auto-censure, l’omerta, et les entorses diverses et variées à la liberté d’expression.

Nous avons réalisé une liste de 100 personnalités ayant écrit des livres, jusqu’à 23 livres pour le premier de cette liste, et pourtant jamais ou très peu invités dans les médias publics. Donc malgré l’inflation de médias depuis des années, il reste encore des gens, et qui sont peut-être même de plus en plus nombreux, à ne pas pouvoir exprimer leurs idées au grand public. Étrange paradoxe, mais symptomatique de notre époque. Puisque nous ne voulons pas croire aux complots, nous nous en tiendrons aux faits, et voulons juger un arbre à ses fruits. Untel est invité 100 fois et untel jamais malgré le fait qu’ils aient écrit le même nombre de livres, ou qu’ils aient la même formation intellectuelle, ou qu’ils aient le même nombre de militants dans leur parti ou leur association ? Parfait, c’est qu’il y a un problème. En le réglant une bonne fois pour toutes, nous règlerons un nombre incalculable d’autres problèmes qui lui sont liés, car les médias irriguent la totalité de la société comme je l’ai dit plus haut. En faisant sauter le double verrou de l’inconnu du continent médiatique et de l’absence de participation du peuple sur les médias publics, nous remettrons la société sur les rails de la démocratie, du progrès, de la connaissance, de la conscience, et du sens. Peut-être que la tâche qui nous attend est encore supérieure à celle qui attendait les encyclopédistes et les philosophes des Lumières il y a 2 siècles. Cette aventure ne se passera pas sans heurts, mais c’est le destin de l’Homme, alors ne refusons pas notre destin.

Les conséquences d’intervention sur les plateaux sont dérisoires par rapport à ce destin, et ces interventions ne s’imposent que pour une simple et bonne raison : seul le rapport de forces fait changer les choses. En appelant à envahir pacifiquement les plateaux, sans forcément parler (le but est de manifester un message, au plus grand nombre, tout en interrompant ponctuellement ces programmes), je veux casser la dynamique mortelle de la passivité dans laquelle ce pays se trouve depuis la défaite de 40. Il faut passer à l’offensive, pour les plus hardis d’entre nous, comme j’ai pu le faire moi-même à plusieurs reprises. Après, à chacun d’estimer au mieux comment intervenir, avec une cible particulière (un invité, un présentateur, etc.) ou pas, en parlant ou pas, en y allant en groupe ou seul, etc. Tout est possible, comme disait ce cher Morandini. Il s’agit de renverser le rapport de forces, en faisant prendre conscience à ces monarques tout puissants qu’ils sont à la merci d’une interruption de leur émission à tout instant, jusqu’à ce qu’ils décident de changer d’attitude. Toutefois, toute action violente ou illégale ne pourra être revendiquée par notre contre-pouvoir, et nous la condamnerons avec la plus grande fermeté. Les médias publics et ceux qui les dirigent doivent prendre conscience que le peuple n’est plus seulement derrière l’écran, il est dedans. Il n’est plus seulement sur les plateaux pour applaudir quand on le lui dit, ou pour ne surtout jamais rien dire et juste figurer, il est là pour s’exprimer, de façon chaotique au départ, puis canalisée au fur et à mesure.

Quand un barrage a été rempli trop longtemps, il ne faut pas s’étonner qu’il fasse pas mal de dégâts quand il craque. Puis les choses rentrent dans l’ordre, en bonne intelligence, on s’organise, on tient compte des gens qui avaient prévenus longtemps à l’avance que le barrage allait sauter et qu’on a pas crus, au lieu de continuer à les mépriser. Ainsi, avec le contre-pouvoir en place, il n’y aura plus besoin d’intervenir de façon impromptue sur les plateaux, car tous ceux qui le méritent auront la parole, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, chacun le voit bien. Mais encore une fois, il ne s’agira jamais, et j’y veillerai personnellement, d’instaurer un système à la soviétique, égalitariste, qui tirerait tout le monde vers le bas. Ceux qui me connaissent bien peuvent me faire confiance de ce point de vue là. Mais je ne serai pas seul à diriger les opérations, nous serons nombreux, très nombreux même, sans devoir être des millions. A quelques milliers de personnes formées et déterminées, nous pouvons faire passer le pays tout entier d’un régime néo-féodal et oligarchique comme celui que nous avons, à un régime bien plus démocratique que tous ceux que le monde a jamais connu. Mais, encore une fois, rien ne se passera si quelques uns, les plus courageux sans doute, ne se donnent pas la peine de franchir le rubicon, et de prendre cette forteresse médiatique qui est pleine de brèches. Aujourd’hui on vous paie pour que vous fassiez partie du public des émissions de télé, ne demandez rien et allez-y, pour engager ce rapport de forces qui est légitime, et légal, contre un système médiatique devenu fou et irresponsable, car le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument.
Les responsables des médias ne sont plus légitimes depuis longtemps, trop de connivences, trop de mépris envers le peuple (souvenons-nous juste de mai 2005 et du rôle des médias), trop de complaisance envers les pouvoirs et pas assez de travail pour le bien commun. Le peuple est toujours légitime quand il veut construire la démocratie, et tel est bien le cas. Nous ne voulons rien détruire, nous voulons reconstruire notre démocratie qui a été détruite, pierre après pierre, valeur après valeur, discours après discours. Et cela passe indéniablement, obligatoirement et invariablement à travers les médias. L’humanité n’a jamais connu ce que nous connaissons depuis à peine 40 ans, il est bien humain que certains aient cherché à s’approprier les leviers de pouvoir nouveaux que sont les médias, sans légitimité, sans élection, et sans contre-pouvoir, mais les meilleures choses ont une fin et nous allons l’expliquer calmement à ceux qui se sont rendus responsables, et parfois coupables, de ces abus de pouvoir. Certes, la lutte ne sera pas facile, car ces gens ont le pouvoir et pas nous, et comme ils n’ont pas été habitués à être contredit au point de ne pouvoir faire exactement ce qu’ils veulent, quand ils veulent et de la manière dont ils le veulent, il y aura des résistances, forcément. Mais quand une cause est juste, légitime et légale, car nous n’entendons pas user ni de violence ni de moyens illégaux pour parvenir à nos fins, alors rien ne peut l’arrêter.

Riposte Laïque : Mais est-ce la démocratie quand un groupe qui se proclame représentant du peuple peut se permettre de saboter une émission, sous le prétexte qu’elle ne lui convient pas ? Ne crains-tu pas, ainsi, d’ouvrir une véritable boite de Pandore dans laquelle nos adversaires pourraient s’engouffrer ?

Jean Robin : Non, je crois l’avoir amplement démontré. D’abord, de quels adversaires parlons-nous ? Pour moi, l’adversaire ce sont :

1/ ceux qui détiennent de manière illégitime les médias publics, qui les ont confisqué au peuple et qui n’ont jamais jugé utile de placer un ou plusieurs contre-pouvoir indépendants à ces médias publics

2/ ceux qui bénéficient de manière illégitime des médias publics

Nous sommes loin d’avoir identifié la deuxième catégorie, par contre nous avons identifié la première, d’où la stratégie que j’ai établie. Nous sommes également loin d’avoir identifié ceux qui ont souffert, parfois très cruellement, de ne pas avoir été médiatisé alors qu’ils le méritaient, qu’ils le demandaient, ou qu’ils ne le demandaient même pas sachant qu’ils n’y auraient jamais droit. De grosses surprises nous attendent, car ce qui est inconnu est souvent bien plus immense que ce qui est connu. Plus nous travaillerons dans les directions que j’ai indiquées et sans doute d’autres à identifier, plus nous pourrons répondre à cette question que vous me posez aujourd’hui. En attendant, il nous faut avancer dans notre stratégie et créer le rapport de forces d’une part, et partir à la découverte du continent médiatique de l’autre.
Mais ma conviction c’est que nous n’avons rien à perdre, car nous sommes exclus des grands médias, ceux qui ont beaucoup à perdre et qui vont s’opposer comme des chiens à nous sont ceux qui monopolisent les places, et qui verront cette intrusion dans leur pré carré comme un cambriolage dans leur propriété privée. Mais nous allons les raisonner calmement, en leur faisant comprendre que les médias publics ne leur appartiennent pas, que c’est le peuple qui les finance, et qu’ils nous concernent tous, quel que soit notre métier, notre âge ou notre tendance politique. Les médias publics ne sont pas une propriété privée, ni d’une poignée ni même de 1%. Ils sont à tout le monde, et la règle de la représentativité vaut aussi pour les médias publics, peut-être même davantage que pour l’Assemblée Nationale. Ce n’est pas un hasard si certains demandent à pouvoir se reconnaître dans la couleur de peau des présentateurs télé, c’est humain. Mais il faut aller plus loin, et se demander pourquoi le peuple tout entier n’aurait pas le droit de pouvoir se retrouver dans ses médias, donc publiques. Aujourd’hui des idées et des personnalités sont exclues des médias publiques, tandis que d’autres sont mises sur un piédestal. C’est cela que nous contestons, mais sans vouloir remplacer cette injustice par une autre. Nous voulons trouver l’équilibre, la solution la plus juste, et pour cela nous devons nous mettre au travail pour réaliser le même genre de travail que les premiers démocrates en Grèce, puis lors de la Révolution ont réalisé. La tâche est immense, passionnante, et je ne vais certainement pas chercher à la résumer ni à la conclure aujourd’hui, alors que le combat ne fait que commencer.

Riposte Laïque : Quelle forme d’organisation proposes-tu à nos compatriotes, et quel serait ton rôle ?

Jean Robin : Il nous faut marcher sur nos deux jambes. D’une part, l’action, de l’autre la réflexion.
L’action, c’est le public des émissions, ce sont les manifestations devant les sièges sociaux des médias publiques, ce sont les interviews des responsables comme celle que je viens de réaliser de Frédéric Taddéï, c’est l’intervention à la radio dans les émissions où les auditeurs peuvent intervenir, c’est le lobbying auprès des politiques pour leur faire comprendre leur intérêt à accompagner cette évolution inexorable, c’est tout ça.
La réflexion, ce sont des commissions spécialisées par thème, par média, qui travaillent sur la veille médiatique, le décompte des invités, ce qui se dit dans les émissions, ce qui ne s’y dit pas, les erreurs des journalistes afin de détecter les mauvais journalistes et les bons, c’est le fait d’identifier les pièges dans lesquels il convient de ne jamais tomber, c’est l’audition de tous les membres de la société qui ont quelque chose à apporter pour faire de ce contre-pouvoir une autorité morale la plus indiscutable possible, c’est un peu tout ça.
Mon rôle est assez simple, outre le déclic de départ, c’est de coordonner toutes ces commissions, toutes ces actions (même si beaucoup d’entre elles seront spontanées et en dehors de tout contrôle), toutes ces réflexions sans les étouffer et en laissant un maximum de marge de manœuvre aux différents chefs qui vont émerger lors de la conquête du continent médiatique. Il s’agira également d’éviter à différentes sensibilités, politiques, économiques, sociales ou autres, de trop se chamailler, perdant ainsi de vue l’essentiel.
Mon rôle sera donc, pour résumer, de faire en sorte que tout se passe au mieux, que la machine avance à un bon rythme, que les recrutements soient efficaces, durables et de qualité, afin que notre but soit atteint le plus rapidement et efficacement possible. Ensuite, nous verrons, chaque chose en son temps.

Riposte Laïque : D’autres personnes, à leur façon, luttent contre les manipulations médiatiques. Ainsi, le site Polémia, depuis plusieurs années, organise tous les ans une soirée « Les bobards d’or » où sont égratignés les plus gros mensonges des journalistes. Ils viennent de lancer un observatoire des journalistes et des médias. Robert Ménard, depuis 2004, anime un trimestriel, « Médias », qui décortique également le parti pris de la caste journalistique. Comptes-tu travailler avec eux ?

Jean Robin : Nous sommes ouverts à tous ceux qui veulent s’inscrire dans la stratégie que j’ai indiquée dans ma vidéo et dans cette interview. Médias de Robert Ménard était un travail d’analyse intéressant, mais d’une part cela restait un peu trop à la surface à mon goût, et d’autre part faute de rentrées publicitaires suffisantes il doit arrêter le magazine. Preuve qu’il n’était pas complètement indépendant. Plus généralement, toutes les initiatives qui avaient été prises jusqu’à présent, concernant une tentative de modération du tsunami médiatique, m’ont semblé intéressantes mais très partielles, et donc partiales, peu ambitieuses, et donc peu motivantes, et surtout pas constructives du tout. Il y a un monde entre dénoncer une erreur journalistique, comme l’ont fait Acrimed, Arrêt sur images, les Pieds dans le PAF, TV Carton jaune, AQIT, Polemia et tant d’autres depuis des années sans que ça change quoi que ce soit ou presque, et créer LA base de données des erreurs journalistiques commises dans les médias français. Cette base, que j’ai commencée à constituer avec des moyens ridicules, permet déjà de classer des journalistes en fonction du nombre d’erreurs commises, et de même pour les médias où ces erreurs incontestables et incontestées sont commises. Tout naturellement, une méritocratie va naturellement se dessiner, et il deviendra plus important d’être bien classé dans ce classement que d’avoir une carte de presse. Je rappelle que la carte de presse ne se donne pas en fonction de la qualité journalistique produite. Et peut-être que demain, justement, pourra mettre en place une carte de presse à points, où les journalistes seront sanctionnés de la perte de points selon les erreurs qu’ils auront commises, à l’instar des chauffards du dimanche. Nous discuterons de tout cela, car il n’est même pas sûr qu’il faille un système de sanction, la position dans le classement étant déjà largement suffisante pour faire de vous un bon ou un mauvais journaliste (surtout si cette base de données est croisée avec d’autres bases complémentaires, comme celle sur les sujets à sens unique, que certains journalistes ont le courage d’aborder de façon inverse ou par le débat contradictoire par exemple). Bref, les possibilités sont infinies, et seule l’intelligence et le nombre de ceux qui nous rejoindront feront la différence. Et à terme, quand d’autres pays adopteront à leur tour ce genre de contre-pouvoir médiatique, une comparaison pourra se faire entre les contre-pouvoirs des différents pays, qui diffèreront en fonction des cultures, des niveaux d’appropriation des médias par une caste ou une autre, et nous pourrons à nouveau monter d’un cran vers l’idéal, sans jamais pouvoir l’atteindre évidemment. Mais nous serons loin, très loin de la nullité abyssale des médias publics actuels, et de leur caractère délétère et destructeur de notre démocratie, premier bien commun de notre civilisation.

Propos recueillis par Pierre Cassen




En Espagne les élèves musulmans interdisent aux élèves de souche de manger du jambon

Les mêmes causes produisant partout les mêmes effets, il est utile de rappeler que les problèmes d’intégration de certains musulmans ne sont pas une particularité française, une sorte de french touch xénophobe primaire dans laquelle nos très coûteuses associations « anti » racistes se plaisent à nous cataloguer au prétexte que nous empêcherions ces malheureux d’instaurer par la force leurs propres règles islamiques dans notre pays. 

C’est donc une semi-consolation de voir que le problème ne vient pas de nous et que nous n’avons donc pas à nous en excuser puisque les autres pays d’Europe subissent les mêmes assauts coraniques. Il est rassurant de voir que partout dans ces pays des voix s’élèvent pour dire non, il est beaucoup plus inquiétant par contre de constater l’étendue de la dhimmisation qui permet l’extension de cette affolante et suicidaire gangrène.

C’est comme de se retrouver assis dans une voiture à la place du passager alos que le conducteur a décidé de foncer dans un platane pour mourir, la voiture file à toute allure, votre ceinture est obligatoirement attachée et la portière verrouillée, vous ne voulez pas mourir mais le dhimmi assis à vos côtés en a décidé autrement. Le pied à fond sur l’accélérateur il n’entend même pas les cris de ses propres enfants assis sur la banquette arrière…

Je suis tombée sur cet article espagnol qui relate les protestations de courageuses mamans qui n’acceptent pas que les nouveaux arrivants musulmans interdisent à leurs enfants de manger du jambon ni que la langue officielle de l’école soit désormais l’arabe.

En voici la traduction :

Un groupe de quatre mères d’élèves du Ceip President Salvans dans le quartier de Can Palet à Terrassa ont dénoncé l’inquiétant manque d’intégration de certains enfants qui cherchent à imposer leurs coutumes aux autres.

Elles dénoncent également le traitement préférentiel qu’ils reçoivent des autorités éducatives. Par exemple elles affirment que l’arabe est devenue la langue imposée durant les heures de loisir et que certains enfants empêchent les autres de manger leur collation si les sandwiches contiennent du jambon.

Plusieurs mois se sont écoulés depuis la première plainte déposée et il y a même eu un changement de directeur mais comme l’ont confirmé ces mères d’élèves les choses n’ont pas changé, notamment sur la question de la collation.

« Dans des circonstances normales on pourrait considérer ces faits ordinaires chez les enfants mais pas quand il s’agit d’un centre où l’intégration semble difficile, comme le prouve le fait que dans le pré-scolaire la part des enfants qui parlent des langues autres que les autochtones dépasse ce qui est stipulé dans les lois, qui est de 80 % » Il n’y a aucune erreur. Dans notre pays n’est pas défini comme maximal 20 % des autres langues en salle de classe mais 80 %. « En fait, dans l’un de ces cours, le nombre d’enfants qui parlent arabe est 83,33 % » déclare l’une des mères.

Elles insistent également sur l’existence d’un écriteau écrit en arabe sur une des portes de l’école. Il prône l’intégration de la collectivité musulmane avec le reste des parents, des élèves et des étudiants. L’affiche ne tenant pas compte de la règle de normalisation linguistique elle a donc été retirée par un agent de police à la demande d’un représentant des parents d’élèves.

L’une des mères, Maria (nom fictif), déclare que nombre de circulaires destinées aux mères et aux pères sont écrites en catalan et en arabe malgré le nombre élevé d’enfants parlant l’espagnol qui étudient dans ce centre. Elles estiment que l’utilisation de la langue arabe dans les circulaires du collège au lieu de l’espagnol viole les lois et la Constitution elle-même.

Toutes ont décidé qu’elles devaient chercher des places dans d’autres établissements scolaires étant donné l’impossibilité pour leurs enfants d’étudier dans un environnement aussi hostile.

Elles déplorent que le Conseil Municipal ait une fois de plus décidé de fermer les yeux sur le problème.

Caroline Alamachère

Article original : http://www.alertadigital.com/2012/06/19/escolares-musulmanes-de-un-colegio-de-tarrasa-impiden-comer-bocadillos-de-jamon-a-los-ninos-autoctonos/




L’Islam et le Coran, c’est beaucoup de la barbarie, n’en déplaise à Malek Chebel

Le 20 juin,  le Figaro a publié un article concernant un homme et une femme, qui ont eu un enfant sans être mariés au Mali et qui ont condamné à cent coups de fouet chacun à Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali, donnés par des membres du groupe islamiste armé Ansar Dine (Défenseurs de l’islam) qui contrôle la ville.

Selon le Figaro « Sur la place Sankoré au centre de  Tombouctou, un homme et une femme ont reçu cent coups de fouet chacun pour avoir eu un enfant hors mariage », a déclaré Mohamed Ould Baby, un élu de la ville, information confirmée par d’autres témoins. Mohamed Ould Baby a précisé que c’est la première fois qu’un couple est ainsi puni depuis la prise de Tombouctou par les islamistes début avril.

« C’était comme un spectacle, les gens ont regardé ça. C’est Ansar Dine qui a organisé la séance de coups de fouet », a-t-il ajouté en précisant qu’il était lui-même sur place. « J’ai vu les jeunes descendre d’un véhicule sur la place, puis les coups de fouet. C’est la première fois que je vois ça », a-t-il affirmé.

Les deux jeunes gens sont ensuite allés se faire soigner à l’hôpital de Tombouctou, a indiqué une source hospitalière qui a précisé que la jeune femme « a toujours le vertige et qu’elle est souffrante ». Cette jeune femme, âgée de 18 ans et mère d’un premier enfant, est enceinte de trois mois, selon sa famille.

Un responsable de la police islamique de Tombouctou a affirmé que six autres femmes ayant eu des enfants hors mariage seront prochainement « sanctionnés » par la charia (loi islamique).

 Ces actes de barbarie qui nous font revenir à l’âge de pierre,  ne résultent en fait que d’une application du 2ème verset de la 24ème Sourate du Coran

« La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah – si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition »

Très récemment, au Pakistan, il y a une petite jeune fille de 14 ans qui a été violée sur le chemin de l’école par son cousin de 35 ans qui la poursuivait depuis longtemps de ses assiduités. En référence au 2ème verset de la 24ème Sourate du Coran, il a été a considéré qu’elle avait eu des relations sexuelles hors mariage, donc elle a été condamnée à 100 coups de fouets, elle s’est évanouie au 70ème et elle est morte à l’hôpital.

Quand on sait que cette 24 ème Sourate du Coran a pour titre « La Lumière » traduction du terme arabe littéraire « An-Nur » , on ne peut s’empêcher de penser au sacré fumiste qu’est Malek Chebel,  qui appelle de ses vœux un Siècle des Lumières de l’Islam. Qu’il se barre au Mali et nous fiche la paix, il sera bien accueilli par ses coreligionnaires.

Huineng




Propos d’un enseignant écolo : «L’électorat, on s’en fout !»

S’il m’est permis de verser un peu dans l’anecdote, je veux raconter ici l’horrifique petite histoire qui m’est arrivée jeudi dernier. Comme je suis un garçon sociable et resté vaguement sportif après 40 ans, j’ai pour habitude, le jeudi soir après les cours, de disputer un petit match de volley-ball avec un groupe de collègues, tous électeurs de François Hollande, et dont le plus subversif à voté Bayrou aux premier tour des Présidentielles. Le Lecteur conviendra que je suis un modèle de tolérance et d’esprit sportif…

Or, donc… Certains collègues étant absents pour des raisons diverses, conseils de classe ou réunions administratives, nous voilà dans une toute petite rencontre à 3 contre 3. Dans l’équipe adverse à la mienne se trouve un prof de Sciences de la Vie et de la Terre gauchiste, dont le physique est un contresens avec le moral : belle carrure de guerrier occidental, mais funestes idées bêlantes, avec un côté, pardonnez l’expression, « petite pute du Système ». Le genre viril, mais qui sait bien cirer les pompes (sans contrepèterie).

Son équipe gagne les deux premiers sets (un match en comportant trois). Moi, ça ne va très fort : un catarrhe (et non un Qatar) et de la fièvre.

Nous décidons un changement de joueurs pour le troisième set afin de pimenter un peu le jeu. Du coup, je me retrouve dans l’équipe du grand gaillard gauchiste. Forcément, n’ayant jamais peur des mots, je chambre un peu cet ex-adversaire devenu partenaire du troisième set. « C’est le comble, c’est l’alliance des extrême : un gaucho comme toi qui joue avec un mec classé facho, on est en pleine recomposition politique ! » L’autre me rétorque : « Ouaip, on n’est plus dans le ni-ni [ni FN, ni FG], on est dans le avec-avec, sauf que, malgré tout, j’suis pas au Front de Gauche, moi, j’vote écolo. »

Évidemment, je ne peux m’empêcher d’en rajouter une couche : « Écolo ? Alors là, c’est la meilleure : des mecs comme toi, ça pèse 2 % des voix aux élections et ça a dans les 20 députés, alors que le nationaux font presque 20 % des voix et ils ont 2 députés. T’appelles pas ça un viol de l’électorat ? » Et là le gonze se lâche : « L’électorat ? l’électorat ? Mais qu’est-ce qu’on en a à foutre de l’électorat ? Nous, chez les Verts, on sait ce qui est bon : c’est les alliances ! Vous, les fachos vous êtes des gros nuls, vous avez rien compris ; d’ailleurs ça se voit, vous obtenez jamais rien, vous faites rigoler tout le monde ! Et pis l’électorat.. qu’est-ce t’en a à foutre de l’électorat ? C’est tous des gros cons de toute façon : soit c’est des fachos, soit c’est des connards qui se déplacent même pas pour aller voter. D’toutes façons, personne n’en a rien à foutre de l’électorat, vous les premiers. Ce qui compte à l’heure actuelle, c’est l’intelligence politique. »

Nul n’est forcé de me croire. Mais je jure que l’anecdote est vraie.

 

Jacques Philarcheïn




Face à l’islam, votre jacobinisme est non seulement une faute, mais un crime politique

Je lis quasiment tous les jours les publications nouvelles de vos deux sites. Avec intérêt. Je suis souvent plutôt d’accord avec ce que vous écrivez, même si j’appartiens plus ou moins à un autre monde culturel et intellectuel. Je suis ancien diplômé HEC, ancien directeur de PME filiale de grand groupe, aujourd’hui profession libérale indépendante. Je parle 7 langues européennes dont le breton. Je suis un vrai démocrate fervent, fédéraliste antijacobin et laïc très allergique à toutes les religions monothéistes, qui sont des terrorismes intellectuels, et à tous les totalitarismes de gauche et de droite, qui sont des néo-monothéismes. La liberté de culte oui, si elle s’arrête bien là où commence le droit des autres à croire autre chose ou à ne pas croire du tout.

Mais j’ai rarement été aussi choqué par une intervention telle que celle faite par Christine Tasin sur les « liens entre le régionalisme et le nazisme ». J’ai d’ailleurs réagi brèvement sur Résistance Républicaine, mais la place manquait ici pour traiter l’ensemble des questions qui se posent à propos d’une telle intervention, tellement elles sont vastes.

Voici donc mes réflexions :

  1. 1.       Débat démocratique ou reductio ad hitlerum ?

Vous vous plaignez souvent – à juste titre – de la manie quasi pathologique qu’ont certains milieux du monde politico-médiatique, dominants en France, à refuser dès le départ tout débat avec quiconque n’est pas d’accord avec eux en décrétant d’emblée que ces derniers sont des nazis. Ceci fait, le débat n’a plus lieu d’être. Ceci fait, il n’est plus utile de présenter des arguments rationnels. Ceci fait, la culture du débat démocratique est remplacée par une culture moyenâgeuse de la satanisation, des procès en sorcellerie, des excommunications, des condamnations pour hérésie. De fait, la France ne connaît plus, depuis des décennies, aucun débat véritable dans aucun domaine, politique, économique, social ou sociétal. C’est-à-dire que l’exercice même de la liberté de conscience et d’expression démocratiques est totalement impossible dans les faits dans ce pays. La France vit dans une arriération civilisationnelle extrêmement grave, qui l’empêche de résoudre ses problèmes, puisqu’elle ne peut même pas les exprimer, sans parler d’y réfléchir et d’en discuter. La pensée magique, mythologique et religieuse est omniprésente.

J’invite Madame Tasin à réfléchir elle-même à cette première question, puisqu’elle pratique elle-même, dans cette intervention, cette méthode que vous dénoncez par ailleurs à juste titre quand elle vous est scandaleusement appliquée.

  1. 2.       Le livre de Françoise Morvan « Le monde comme si » évoqué dans son intervention est d’une profonde malhonnêteté intellectuelle et historique

Je ne vais pas faire une critique en détail de l’œuvre de cette personne aux écrits aussi polémiques que douteux et largement controversés. Ce que je peux néanmoins en dire, c’est que la démarche de Madame Morvan s’inscrit entièrement dans une logique de reductio ad hitlerum – d’une immense subtilité et toute en nuances : les défenseurs de la langue bretonne sont des nazis. Leurs ancêtres politiques étaient des nazis. En fait c’est eux qui ont envahi la France et organisé l’holocauste. Parler breton est une preuve d’antisémitisme évident. Il est tout de même difficile de comprendre pourquoi les militants de la langue bretonne ne sont pas traînés devant le TPI. J’exagère, mais à peine…

Il doit y avoir une révolution culturelle dans le débat public en France.

Pour simple mémoire de l’insondable inculture de Madame Morvan : elle prétend que, la langue bretonne étant faite de dialectes, la fixation d’un standard à l’écrit est donc une « novlangue » artificielle servant un dessein nationaliste. Madame Morvan ignore que TOUTES les langues du monde sont naturellement faites de dialectes. Et que TOUTES les langues écrites du monde sont faites de conventions – pour palier le problème de la variation orale. Par pure création interdialectale ou par percée d’un dialecte donné. Par l’Etat, comme en France, ou par des « clercs », comme en Bretagne et ailleurs.

Quelques exemples :

L’allemand écrit (Hochdeutsch) est un standard créé à l’origine artificiellement par la volonté politique de Charlemagne qui voulait un pendant au latin pour ses sujets non romanisants. Les clercs ont créé une langue interdialectale par fusion artificielle du francique et du saxon. La langue actuelle trouve son origine dans la réforme linguistique inventée de toutes pièces par Luther dans sa géniale et splendide traduction de la bible en 1522-23. La langue actuelle a quadruplé son vocabulaire depuis le moyen-âge. Artificiellement, c’est normal. Néologismes sur racines ou apports gréco-latin. Sur le terrain on a le francique, le bavarois, le badois, le wurtembergeois, l’allemand du nord, sans parler du frison et du danois. D’après Madame Morvan, l’allemand est donc une « novlangue »…

L’italien est fils du dialecte toscan promu par Dante. Sur le terrain, on a le piémontais, le vénitien, le sarde, le napolitain, le sicilien. D’après Madame Morvan, l’italien est donc une « novlangue »…

L’espagnol est en fait à l’origine le castillan. A côté, on a le catalan, le levantin, l’andalou, le galicien… D’après Madame Morvan, l’espagnol est donc une « novlangue »…

Le russe moderne est l’œuvre de Pouchkine et de ses suiveurs. Celui-ci, qui en avait marre du standard écrit du slavon imposé du 8ème au 18ème siècle par l’église orthodoxe, complètement incompréhensible par l’homme de la rue, a innové un standard littéraire à partir de la langue parlée en Moscovie et qui a fait école. Les Soviétiques ont considérablement réformé la langue russe de l’époque tsariste. Une décision artificielle de l’Etat. Sur le terrain nous avons des centaines de dialectes. D’après Madame Morvan, le russe est donc une « novlangue »…

Le mandarin moderne est le résultat d’une réforme d’Etat voulue par Mao (dont la langue maternelle n’était pas le mandarin) parce que l’ancienne langue officielle de la Chine impériale était trop éloignée des pratiques linguistiques. C’est un standard créé de toutes pièces par l’Etat. Sur le terrain, il y a – outre la rupture majeure nord/sud mandarin/cantonais, des centaines de dialectes. D’après Madame Morvan, le chinois est donc une « novlangue »…

Le français est issu du francien (dialecte de la langue d’oïl parlé en l’Île de France). A côté, nous avons eu – pour la seule langue d’oïl – le picard, le normand, le lorrain, le champenois, le bourguignon, l’angevin, le berrichon (abondamment utilisé par Georges Sand…), le gallo… 75 % des mots français actuels ont été créés à partir du 16ème siècle, par apports artificiels à partir du latin et du grec. C’est normal. Comme pour l’italien, l’espagnol, le portugais, le roumain. D’après Madame Morvan, le français est donc une « novlangue »…

Mais le latin lui-même était la seule langue du Latium à l’origine. Sur le terrain strictement italiote, on avait l’ombrien, l’osque, le sabin, le samnite (inscriptions sur les murs de Pompéi)…  Sans parler des langues allogènes non-italiotes : grec, étrusque, celtique, illyrien… D’après Madame Morvan, le latin était en son temps une « novlangue »…

Le grec est en fait l’attique, le dialecte d’Athènes. A l’origine, nous avons aussi – avant la période hellénistique – des textes « grecs » en béotien, en dorien, en égéen, en éolien, dans les autres dialectes ioniens… L’attique (sous-dialecte de l’ionien) a été choisi comme langue officielle par l’empire byzantin. D’après Madame Morvan, le grec était en son temps une « novlangue »…

Et Madame Morvan est titulaire d’un doctorat d’Etat ! Mais il est vrai que la première université française est classée 40ème dans le monde. Au vu de l’insondable inculture et de l’effrayant illettrisme de Madame Morvan, on comprend mieux ce qui se passe dans ce pays en pleine et tragique déchéance culturelle et civilisationnelle. Docteur d’Etat en France, c’est sans doute certificat d’études dans n’importe quel pays civilisé.

Le breton est constitué de 4 dialectes principaux. Comme toutes les langues du monde. Il a existé des standards à l’écrit depuis le 14ème siècle. Ce standard évolue beaucoup depuis l’entre-deux-guerres du fait du long délaissement de la langue écrite. C’est normal. C’est comme pour toutes les langues écrites, sans aucune exception dans le monde. Comme pour le basque, le portugais, le serbe, le croate, le tchèque, le morave, le slovaque, le bulgare, le roumain (dialecte moldave, dialecte valaque…), le polonais, le biélorusse, le galicien, le ruthène, le slovène, le bosniaque, l’ukrainien, les langues baltes, le finnois, le hongrois… Comme pour toutes les langues asiatiques, les quelques langues africaines officialisées, les langues amérindiennes (dialectes quechua, domination en maya moderne du dialecte yucatèque…).

Les réflexions de Madame Morvan sont imbéciles et indignes d’une universitaire. « Novlangue » est par ailleurs un terme créé par George Orwell dans 1984 pour désigner une langue idéologiquement manipulée. Ça n’a rien à voir avec la création d’un vocabulaire abstrait, technique ou scientifique identique à celui des grandes langues de culture.

  1. 3.       Les « régionalistes » ont massivement collaboré avec les nazis pendant la guerre : une falsification de l’histoire digne de la tradition de réécriture de la mémoire de toutes les dictatures totalitaires

Avant d’explorer cette question en détail, j’aimerais vous inviter à méditer sur un point : après la guerre s’est imposée la légende voulant que la « gauche » française ait résisté et la « droite » française ait collaboré. Les communistes, mais aussi les socialistes ont martelé ces contre-vérités jusqu’à l’écœurement ultime afin de discréditer « génétiquement » leurs adversaires politiques.  Ainsi gaullistes, libéraux, démocrates-chrétiens, centristes et autres étaient supposés être les héritiers politiques des « collaborateurs ». Ignominie, saloperie et dégueulasserie sont le bagage traditionnel des satanistes ! Le FN est le principal bénéficiaire de ce traitement aujourd’hui, sa filiation supposée « fasciste et nazie » étant considérée comme une vérité indiscutable. Il est superflu de regarder les faits ou les points d’un programme politique, et encore moins de les discuter rationnellement … La France vit dans la pensée magique… dans l’abjection et l’immoralité de ceux-là même qui n’arrêtent pas, avec des sanglots dans la voix, de parler de leurs « valeurs », de morale etc. La France vit dans le cynisme et la dépravation.

Vous savez comme moi qu’il s’agit là d’une totale manipulation de l’histoire. Vous savez que c’est bien la chambre du front populaire qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain. Que les communistes ont saboté l’effort de guerre dans les années 30, ont appelé à la désertion en 1940, ont collaboré avec les nazis jusqu’en 1941, ont exclu les camarades engagés dans la guerre d’Espagne qui étaient trop cons pour comprendre le congénial pacte germano-soviétique de 1939, que Maurice Thorez a déserté mais n’a pas été passé par les armes selon les us… Que Pierre Laval était radical-socialiste. Que la SFIO a mené une stupide politique pacifiste face à Hitler quand il était urgent de se réarmer et de préparer l’armée et l’opinion à l’inévitable. Que Déat et Doriot venaient de l’extrême-gauche. Et à l’inverse que De Gaulle était un monarchiste catholique dans sa jeunesse, resté assez nationaliste jusqu’à la fin quand même. Un nationalisme tempéré n’est pas du fascisme… Que ses premiers compagnons étaient des maurrassiens. Que le colonel De la Rocque, chef des croix de feu nationalistes, a été un des rares résistants de la première heure et est mort en déportation. Moyen quoi sa mémoire n’est jamais honorée afin de maintenir intacte la sinistre farce de la gauche résistante…

Vous savez comme moi que lorsqu’il a fallu choisir son camp, des hommes issus de tout l’éventail politique, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche, ont collaboré. Et que des hommes issus de tout l’éventail politique, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche, ont résisté. Le clivage droite/gauche = collabos/résistants est du pur bourrage de crâne. Du révisionnisme. Et une insulte à la mémoire des vrais résistants.

Et bien la même chose est vraie pour l’attitude des « régionalistes » bretons pendant la guerre. Ça vous étonne vraiment ? Madame Morvan ment et fait le même travail de réécriture d’une histoire complexe que ce qu’avaient fait les staliniens français avec la résistance après 1945 !

a)      Vous confondez d’abord les régionalistes (qui défendent la culture et la langue, sans demande de réforme politique), les autonomistes (qui veulent une autonomie politique de la Bretagne au sein de la France – comme la Catalogne, le Tyrol ou l’Ecosse), les fédéralistes (qui veulent un Etat français fédéral, aujourd’hui parfois une Europe des régions) et les nationalistes (qui veulent l’indépendance). Tous ces gens couvrent, depuis toujours, l’ensemble de l’éventail politique de l’extrême-droite à l’extrême gauche. C’était vrai au 19ème siècle. C’est vrai aujourd’hui. C’était vrai dans les années 20 et 30. Le PNB (Parti National Breton) couvrait l’ensemble de l’éventail politique. Il était clivé entre nationalistes indépendantistes et autonomistes/fédéralistes. Les études ont montré que la sensibilité politique dominante était la démocratie chrétienne. Que le PNB avait le profil du Sinn Fein irlandais, qui gouverne l’Irlande depuis 1916. L’Irlande est un Etat nazi peut-être ? Mais il y avait dans le mouvement breton des communistes, des catholiques modérés ou intégristes, des nationalistes et même des quasi-nazis, TRES minoritaires. Je dis cela par honnêteté, à l’inverse de bien d’autres….

b)      A partir de 1940, certains cadres du PNB ont essayé de négocier l’indépendance avec les allemands. Ce n’était donc non pas des « collaborateurs », mais des traîtres ! Ça n’est pas pareil !). D’autres ont profité de la situation (ils n’ont pas collaboré, mais tiré profit de la liberté du moment pour le breton, ce qui est tout-à-fait autre chose). D’autres se sont engagés dans les SS (ont collaboré ou plutôt se sont alliés aux Allemands dans un cadre totalement différent de la seule collaboration réelle, la française !). D’autres étaient hostiles aux nazis par conviction politique et ont résisté.

Les militants « régionalistes » se donc conduits en fait dans l’ensemble comme les autres « français » !

  1. 4.       Les quatre tendances : (a) traîtres, (b) opportunistes, (c) collaborateurs-alliés, (d) résistants : ne pas tout confondre s’il vous plaît !
    1. Avant de rentrer dans les détails, notons que la collaboration à proprement parler est d’abord et avant tout un cadre politique instauré entre l’Etat français et le Reich allemand. Les autonomistes bretons ne gouvernaient pas la Bretagne pendant l’occupation. Il n’y a donc aucun « collaborateur » dans leurs rangs au sens propre du terme : ce ne sont pas les autonomistes bretons qui réquisitionnaient, arrêtaient les opposants, torturaient et fusillaient les résistants, raflaient les juifs ou organisaient les déportations. Cela va sans dire ! Ces activités étaient celles des fonctionnaires et de la police de l’Etat jacobin français, dont aucun n’était autonomiste !  La police surveillait tout autant les autonomistes bretons – dont elle se méfiait comme de la peste – que les résistants bretons. La collaboration à proprement parler en Bretagne pendant la guerre était donc strictement franco-française ! Et jacobine !
    2. Les autonomistes bretons « traîtres » : il ne faut pas confondre collaboration et haute trahison ! En juillet 1940, des dirigeants du PNB exclus plus tard ont tenté de négocier avec les allemands l’indépendance de la Bretagne. Cela et cela seulement. C’est de la haute trahison. A ce propos, ils ont échoué… Pourquoi ? Parce que l’Etat français a accepté de collaborer après l’entrevue de Montoire ! Les allemands n’ont fait que se servir des autonomistes pour faire pression sur le gouvernement français.
    3. Les autonomistes bretons « ayant profité de la situation » : les Allemands ont empêché, par calcul politique, le gouvernement pétainiste de poursuivre les persécutions culturelles et linguistiques qui perduraient en Bretagne depuis un siècle. Ils ont protégé les autonomistes, libéré des prisonniers de guerre dans ce sens. Ceci doit être distingué en toute honnêteté de la collaboration stricto sensu, voir le point a) précédent. D’où une impressionnante vague de publications, de revues, la radio en breton à cette époque. Cela n’a rien à voir avec une collaboration quelconque, la preuve : cette activité impensable avant 1940, n’a jamais cessé depuis ! La fixation en 1941 d’un standard écrit pour le breton qui est la norme dominante aujourd’hui n’est évidemment pas une « création allemande », mais s’est faite dans cette phase paradoxalement libérale pour le breton – interdit pour mémoire par le décret Combes en 1902. Madame Morvan MENT deux fois : en niant l’interdiction du breton et en prétendant que le standard orthographique du breton est une création « nazie ». Comment un standard orthographique saurait-il être l’expression d’une religion ou d’une idéologie ? Mais, objectent certains, des phrases antisémites ont été publiées dans la revue bretonne Arvor ! C’est un fait. Sauf que sur les centaines de titres et les milliers de phrases publiés par Arvor, TROIS phrases antisémites ont été écrites en QUATRE ans. Sauf que : à l’époque, tout était relu par la police politique, la propagande etc. Que les publications bretonnes ne pouvaient s’écarter du « politiquement correct » de l’époque. Il va sans dire que l’on trouve 100 fois plus de phrases antisémites dans les publications françaises de l’époque , même chose pour les émissions de radio. Ce n’est pas en breton, mais bien en français que se faisait 99,99 % de la propagande pétainiste et pro-allemande de l’époque ! Et les études sérieuses ont parfaitement démontré que l’essentiel des productions en breton de l’époque étaient culturelles, au point que la totalité de la production de l’époque est entièrement en vente libre aujourd’hui sous forme de republications !
    4. Les autonomistes bretons « collaborateurs » : là aussi, le terme de traître et d’alliés de l’Allemagne nazie est plus approprié. Car cette « collaboration » est parfaitement distincte de la collaboration française. En juillet 1944, 70 jeunes gens âgés de 17 à 19 ans, inconnus au bataillon PNB, se sont engagés sous 3 cadres de moins de 30 ans dont Célestin Lainé (viré du PNB en 1940 pour extrémisme) dans le Waffenverband SS « Bezen Perrot ». Ces 70 pieds nickelés, desperados de la dernière heure, ont (pour nuancer le point 4 a en toute honnêteté – pour ne pas vous ressembler) effectivement mené des actions de commando contre la résistance bretonne et se sont battus pour certains jusque dans les ruines de Berlin. Ils ont été arrêtés par les Américains, les survivants ont été exfiltrés en Irlande par ces derniers. Le gouvernement irlandais a accordé à ceux-là la nationalité irlandaise et a refusé de les livrer à la France…
    5. Les autonomistes bretons « résistants » : certains groupes autonomistes, notamment en Cornouaille et en Trégor, ont préféré par engagement politique la résistance au nazisme.  Le célèbre illustrateur René-Yves Creston (sensibilité communiste), fondateur du mouvement Seiz Breur, collaborateur de la revue nationaliste Breiz Atao et illustrateur de nombreux ouvrages d’écrivains bretons connus de l’époque a fait partie du réseau du Musée de l’Homme, arrêté par la Gestapo à ce titre. Le nombre des autonomistes résistants est faible, mais d’effectif à peu près équivalent à ceux du Bezen Perrot – également faible !

Les démonologues patentés MENTENT, falsifient, font un procès à charge, occultent, amalgament, détournent, manipulent, caricaturent, simplifient, raccourcissent, réécrivent une histoire complexe… Voilà la France du 21ème siècle ! Et personne n’a honte !

  1. 5.       A propos du financement des « régionalistes » par l’Allemagne

La revue Breiz Atao est née en 1919, l’Unvaniez Yaouankiz Breiz (union de la jeunesse bretonne) en 1920. Ce sont les ancêtres du PAB (Parti Autonomiste Breton) né en 1927, devenu plus tard PNB en 1931. Madame Morvan, dont les connaissances de l’histoire de l’Allemagne sont encore plus approximatives que celles pour lesquelles on lui a donné un doctorat de carnaval, ignore que l’Allemagne était ruinée en 1919-1920. Qu’elle était en pleine guerre civile en 1919-1920 (soulèvement spartakistes en 1919, putsch de Wolfgang Kapp en 1920, en attendant le putsch de la brasserie d’Hitler en 1923…). Que  la république de Weimar était à l’époque gouvernée par le chancelier social-démocrate Friedrich Ebert. Et en 1931 par le chancelier Heinrich Brüning (Centre Catholique). Qu’Hitler n’est arrivé au pouvoir qu’en 1933, deux ans après la création du PNB… Allemagne d’entre-deux-guerres ne veut pas dire « nazi », vous y en a pas savoir ? Vous vérifier avant dire conneries bande d’ignares…

Et puis, restons dans la vraisemblance historique : la préoccupation stratégique majeure du ministère des affaires étrangères allemand, des services secrets allemands etc. dans les années 20 et 30 était – en toute logique stratégique par rapport à l’histoire et à la position géographique de l’Allemagne –, de financer les autonomistes bretons.  Pas les Sudètes, pas les Allemands silésiens de Pologne, pas les Allemands de la Volga, pas les Hongrois, pas les Roumains, pas les Autrichiens, pas les Frisons, pas les Alsaciens, pas l’extrême-droite scandinave ou néerlandaise, pas les opposants internes à l’URSS, pas les Baltes, pas les Finnois, pas les Cosaques, pas les Ukrainiens, pas les Galiciens, pas les Biélorusses, pas les Tyroliens… Non non, l’urgence politique était le financement des autonomistes bas-bretons !

Les autonomistes bretons ont été financés bien sûr à 90 % en Bretagne. Il y a eu des dons étrangers, peut-être aussi d’Allemagne, mais surtout d’Irlande, signalons quelques Sionistes…  Mais tout cela est anecdotique, il va sans dire que le PNB n’a jamais été une sombre création « de l’étranger ». L’opposition de l’affreuse collaboration autonomiste et de la glorieuse résistance des patriotes français sont des foutaises et des billevesées !

Autre clarification : les Allemands ont, pendant la guerre, obtenu des soutiens tactiques de nombreux mouvements nationalistes issues de peuples minoritaires opprimées. N’y a-t-il  pas un minimum d’honnêteté à reconnaître qu’on ne peut pas décrire ce phénomène simplement en termes sataniques ? Que ça n’est pas si simple ? Et ce sans éprouver la moindre sympathie pour le nazisme ? Exemple : les nationalistes ukrainiens et galiciens se sont massivement engagés aux côtés des Allemands dans des proportions tout autres que l’engagement français. L’Ukraine est aujourd’hui indépendante et a réhabilité la plupart de ces hommes. Après les millions de morts de la grande famine en Ukraine dans les années 30, il y avait une haine totale de l’URSS et des Russes en Ukraine. La même chose vaut des Croates : les Croates étaient opprimés par les Serbes, cela a encore été confirmé par la guerre balkanique des années 90… La Croatie est aujourd’hui indépendante…  Parlons un instant des Finnois : les indépendantistes finnois se sont engagés dans une alliance allemande pendant la guerre. Pour rester indépendants des Russes, quels autres alliés tactiques concrets y avait-il ? Et ça a marché ! Dès 1945, la Finlande indépendante était une démocratie moderne comme on n’ose même plus en rêver en France… La Finlande a jamais été, est nazie peut-être ? Parfois, des alliances avec le diable s’avèrent la seule voie de prévenir pire encore… La satanisation ne suffit pas à expliquer des choix paradoxaux aux termes autrement plus complexes…

Quand un Etat pratique fanatiquement une politique du n’importe quoi, ses victimes répondent par le n’importe quoi à leur tour ! A cette époque, la Bretagne était une province délaissée, sans routes, sans électricité et donc sans industries, et une terre d’émigration. Entre 1900 et 1950, les élus bretons n’avaient cessé de demander que l’Etat investisse en Bretagne et joue un autre rôle que celui de puissance coloniale déculturatrice. Ils n’avaient rien obtenu. Dès les années 50 pourtant, lorsque le CELIB et le MOB s’était constitués pour demander des changements en Bretagne, les politiques parisiens se sont précipités pour construire des routes, mettre l’électrification en place, plus tard décentraliser des industries : la triste réalité, c’est que cette sollicitation soudaine était bel et bien le résultat des frayeurs qu’avait suscité le succès du PNB pendant la guerre ! La même chose vaut pour la politique culturelle : c’est après la guerre que les persécutions ont cessé.

Voilà ce qui se passe en France : un Etat terroriste qui ne comprend lui-même que le langage de la terreur. La France une démocratie ? Mais c’est obscène ! Et vous savez que c’est vrai dans les sujets qui vous intéressent. Les attitudes condamnables de certains autonomistes bretons pendant la guerre est largement plus la honte de la France que la leur !

  1. 6.       Le seul et unique véritable débat au-delà des questions de démonologie : la question de fond du fédéralisme, du jacobinisme et de la démocratie en France

 

J’aimerais bien conclure en contribuant, dans des termes pour une fois respectueux de la civilisation de la démocratie interdite par les sectes terroristes qui sévissent en France, au débat véritable que les démonologues voulaient occulter par leurs imprécations.

 

L’intervention incantatoire de Christine Tasin aboutit à l’équation : régionalisme = nazisme ! Madame Tasin est professeur agrégée de lettres classiques, elle dit beaucoup de choses justes sur bien des sujets : Madame, si vous voulez défendre une opinion, faites-le avec des arguments rationnels !

Toutes les démocraties du monde sont organisées sur un mode fédéral, et toutes les dictatures sur un mode centralisé : CE SONT DES FAITS !

La Suisse, l’Autriche, les Pays-Bas, TOUS les pays scandinaves, l’Allemagne ainsi que tous les pays anglo-saxons : Etats-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande sont organisés sur un mode fédéral. L’Espagne, l’Italie et la Grande-Bretagne ont en outre des régions autonomes. Et ces Etats fédéraux sont bel et bien des démocraties, des vraies ! La Suisse est un exemple idéal : que Christine Tasin aille dire à Oskar Freysinger que d’après elle, les institutions suisses sont nazies !!!

Et les Etats centralisés : l’URSS était une fausse fédération puisque la structure fédérale apparente de l’Etat était en fin de compte entièrement vidée de sa substance par l’unité d’un PC soviétique – vous vous souvenez du « centralisme démocratique » ? Une contradictio in adjecto ! L’Allemagne nazie, comme je l’ai déjà dit, a eu – pour la seule fois dans l’histoire de l’Allemagne – une organisation calquée sur celle de la France et donc inspirée du jacobinisme, avec des Gäue inspirés des départements et des Gauleiter inspirés des préfets.  Et ces Etats centralisés sont tous bel et bien des dictatures, des vraies !

Les démocraties sont des Etats fédéraux et les Etats centralisés sont des dictatures.

Ou bien connaissez-vous des contre-exemples ? Ah oui pardon la France !!! Alors là désolé mais je crois que nous sommes carrément dans l’obscénité la plus abjecte. JAMAIS la France n’a été un Etat démocratique, la France a toujours été une théocratie pratiquant le despotisme (plus ou moins) éclairé. Toutes les institutions apparemment démocratiques en France sont de PURE FORME, et n’ont aucune substance réelle. Tout, en France, n’est qu’apparence, illusions mensongères jetées à la figure des imbéciles, un théâtre d’ombres, une démocratie de carnaval tout juste bonne à amuser un peuple de mongoliens ravalé à un état de quasi-déchéance, à l’état de bêtes humaines. Il n’y a en France i) aucune démocratie communale car les communes n’ont aucune autonomie politique et financière pour leur niveau de compétence par ailleurs mal défini CONTRAIREMENT A TOUTES LES VRAIES DEMOCRATIES, ii) aucune démocratie régionale car les régions par ailleurs doublées par les départements et les préfets n’ont aucune autonomie politique et financière pour leur niveau de compétence par ailleurs mal défini CONTRAIREMENT A TOUTES LES VRAIES DEMOCRATIES, iii) une non-séparation de fait des 3 pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, d) un fort déséquilibre des pouvoirs, tout le pouvoir étant à l’exécutif, iv) un pouvoir législatif bidon, le parlement étant une grotesque chambre d’enregistrement (problèmes : nomination des candidats, discipline de vote, centralisme des partis, partis d’Etat donc fascisants, etc. etc.), v) des élections non libres et démocratiques en l’absence d’un mode de scrutin démocratique (achetez 25 à 30 % de clientèles en attribuant à ces dernières des privilèges insensés obtenus par confiscation des droits élémentaires des autres, et vous aurez 100 % du pouvoir !)  vi) aucune démocratie judiciaire, les juges et procureurs n’étant pas élus, vii) une justice politique, idéologique et religieuse bafouant tous les jours que la Déesse donne tous les principes de l’Etat de droit et les droits de l’homme et du citoyen, viii) aucune démocratie syndicale, les syndicats étant des sectes d’Etat sans adhérents vivant du pillage de la sécu CONTRAIREMENT A TOUTES LES VRAIES DEMOCRATIES, ix) un Etat surdimensionné tenant tous les leviers politiques, économiques et sociaux, x) une « éducation nationale » monolithique vouée au bourrage de crâne politique, idéologique et religieux digne des pires dictatures totalitaires, xi) des médias voués à la désinformation, au bourrage de crâne, au lavage de cerveaux et à l’abrutissement des foules (panem et circenses). Bon, ça c’est pour le plus frappant, on peut écrire 100 pages sur les détails tellement on ne sait plus donner de la tête. ALORS PITIE, CES-SEZ DE NOUS PARLER DE REPUBLIQUE NOM DE LA DEESSE ! La démocratie est entièrement à inventer en France !

Rarissimes sont les Etats mono-ethniques dans le monde : l’Espagne a les Catalans et les basques, l’Italie les Siciliens, les Sardes, les Lombards et autres, l’Allemagne les Sorbes, les Frisons et les Danois, les pays scandinaves les Lapons, les Pays-Bas les Frisons, la Grande-Bretagne les Gallois, les Irlandais du nord et les Ecossais, la Tchéquie encore les Moraves, l’Ukraine les Uniates et la Galiciens, la Russie une foultitude d’ethnies etc. etc. IL N’Y A PAS DE NATION FRANÇAISE, IL N’Y A QU’UNE CITOYENNETE FRANÇAISE. Je suis citoyen français, mais de nationalité bretonne… Plusieurs nations peuvent vivre dans un même Etat si elles partagent la même civilisation. Exemple : TOUS les pays européens organisés sur un mode fédéral vivent en paix : Suisse, Allemagne, Pays-Bas. Où y voyez-vous une « dictature des minorités » !!! En revanche, des nations dont les modes de vie, les valeurs, la civilisation sont trop opposés ne peuvent en aucun cas vivre dans le même Etat : c’est même le cas de la Belgique par exemple (il y a une rupture civilisationnelle entre le nord et le sud de l’Europe). Mais c’est aussi le cas de tous les Etats africains et arabo-musulmans : c’est bien en effet la négation du fait ethnique par l’Islam (qui considère qu’il n’y a qu’un seul « peuple de Dieu ») qui explique l’incapacité paradoxale du monde arabo-musulman à créer des Etats stables, et ce depuis les origines ! En outre, derrière l’Islam se cache le mono-ethnisme arabe, d’où de très fortes tensions au niveau linguistique (peuples berbères, persans, turcophones…) et les schismes religieux, derrière lesquels se cachent les ruptures civilisationnelles. Si des peuples n’ont pas de civilisation commune, il faut les séparer pour avoir la paix, sinon on a la Belgique, l’Ukraine, les pays maghrébins, le Liban, tous les pays africains… et tous les pays européens concernés à l’avenir par la crise civilisationnelle provoquée par l’irruption de l’islam. La pensée magique du « vivre ensemble » et « aimez-vous les uns les autres » ne sert à rien ici, ces questions n’ont rien à voir avec des questions racistes de « races supérieures ou inférieures »… Les nations ne sont pas des races, une culture est acquise et non innée… Il n’y a pas de nations saintes ni de nations sataniques, il n’y a que des questions d’adversité.

En France, il y a triple confiscation de l’Etat : la France est une société inégalitaire de castes, une société inégalitaire au plan géographique dans laquelle tout le pouvoir est parisien, et maintenant ethnico-idéologico-religieuse : les membres de la caste politique françaises sont vautrés comme des porcs dans le pillage de l’Etat. Ce ne sont pas les « marchés financiers » qui ont fait la dette, mais le clientélisme anti-démocratique !

La France n’a pas d’incontournable « tradition jacobine » : l’histoire de France, qui commence 1000 ans avant 1789 ! Il y avait alors deux France : celle des « pays d’élection » qui était centralisée et donc pré-jacobine, et celle des « pays d’états » (Bretagne, Normandie, Guyenne et Gascogne, Languedoc…) qui étaient autonomes. Le jacobinisme s’est imposé sur le girondinisme en 1792 en créant une dictature centralisée qui aboutit à l’Etat pré-totalitaire napoléonien. Les pays démocratiques ont bien entendu connu l’évolution strictement inverse !!!

L’Etat français a une organisation centralisée rétrograde, archaïque, paralysante. Je parlerais de momification, de zombification, de sclérose, de cancérisation… Le centralisme est une hypothèque pour l’avenir du pays. La centralisation entraîne une suradministration du pays (empilage grotesque de niveaux politico-administratifs enchevêtrés, en conflit permanent, chers et inefficaces). Le pays est paralysé économiquement, aux plans administratif, social, sociétal, culturel, de la recherche et du développement, en termes d’infrastructures. Sa bureaucratie est onéreuse, tentaculaire et inhumaine, il n’y a aucune démocratie vécue par des citoyens dépossédés de toute initiative. Le niveau des impôts et des charges est proche de l’esclavage économique. Les décisions prise par l’Etat sont chères, lentes, souvent absurdes. Les Jacobins ont recréé toutes les tares de l’ancien régime, et en ont détruit les aspects positifs. C’est pour cela que les vraies démocraties (fédérales) sont plus efficaces que la France : elles hiérarchisent les niveaux de gestion et ramènent les niveaux les plus adéquats vers le terrain local ou régional, vers les citoyens. Pour rappel, la France est surendettée, désindustrialisée, son commerce extérieur est en faillite. Les questions de la mondialisation et d’une UE non démocratique sont réelles. MAIS ATTENTION : TOUT N’EST PAS LA FAUTE DES AUTRES !!! Bien des problèmes ont été créés à la maison. Le pays doit être aussi réformé de l’intérieur, sinon il crèvera, avec ou sans frontières ouvertes !!! Il n’y a pas de fatalité de la dictature, même en France.

Le jacobinisme de RR et de RL, en plein 21ème siècle, n’est pas seulement une erreur : c’est une faute et même un crime politique. Vous voulez lutter contre le totalitarisme religieux, soit. On est d’accord. Mais vous considérez en fait une grande partie – qui n’est nullement une minorité négligeable – des Français d’origine européenne (Basques, Alsaciens, Flamands, Bretons, Occitans, Catalans, Corses) comme des ennemis de l’Etat. Cette attitude est dangereuse.

Philippe Perchirin




Je ne comprends rien aux incohérences de Fabrice Letailleur et son vote Hollande

Tout d’abord, je dois préciser que je n’ai pas lu en entier votre article du 18 juin, (tiens une date qui nous tient à cœur à Riposte !) le premier depuis les élections ; les quatre ou cinq premiers paragraphes m’ayant fait bondir ! Je vous cite :

« Comme cela était prévisible dans la logique des Institutions de la 5éme République, François Hollande a obtenu la majorité absolue à l’Assemblée Nationale pour mettre en œuvre les 60 propositions de son programme présidentiel.

Sarkozy aura été le principal artisan de la victoire de la Gauche en  décidant de droitiser à l’extrême l’UMP pour courir après les électeurs du Front National.

Il en est donc advenu ce qui devait arriver, l’UMP a essuyé une défaite historique qui tourne définitivement la page du sarkozysme dans le paysage politique français.

La percée du Front National à l’élection présidentielle sous l’égide de Marine Le Pen qui a été confirmée aux élections législatives devrait sérieusement handicaper la refondation idéologique d’une UMP dans laquelle ses propres électeurs ne se reconnaissent plus.

La crise économique et financière  que subissent les Etats des pays développés et dont est entièrement responsable la politique libérale impulsée par les Institutions Internationales que sont le FMI, l’Union Européenne, la Commission Européenne  l’OMC  et les  oligarchies financières  avec la complicité active de nos gouvernants,  ne sera pas résolue simplement en changeant de majorité  politique en France.

Nous ne devons pas oublier que tous les partis sociaux démocrates ont soutenu  le libre échange, la concurrence  déloyale et faussée, la réduction des dépenses publiques, l’abandon des services publics  au profit des entreprises privées,  et nous ne voyons pas pour quelles raisons , ils reviendraient aujourd’hui sur ce qu’ils ont contribué à mettre en œuvre les années passées , croyant naïvement  que le marché  se régulerait de lui-même , alors que le capitalisme génère dans son fonctionnement des crises systémiques  nécessaires à sa survie.

Malgré ce constat accablant, les peuples continuent à choisir des majorités de gauche ou de droite espérant que celles-ci trouveront des remèdes aux maux qui les assaillent.

La gauche française incarnée aujourd’hui par François Hollande va devoir affronter une résistance profonde au changement que ne veulent pas les puissances d’argent qui nous gouvernent depuis des décennies. »

Vous ne « manquez pas d’air » ! Vous qui n’avez cessé de critiquer Nicolas Sarkozy et d’appeler à son départ, dans des termes plutôt virulents, qui avez « semblé » défendre les thèses de Marine Le Pen (cf. vos articles des 25 avril et 2 mai (entre autres) pour finalement nous annoncer le 4 mai : 

Dimanche prochain, en ma qualité de rédacteur de Riposte Laïque  je ne choisirai pas le candidat de la division, de l’excès, de la provocation, de l’improvisation, de l’opportunisme, du mensonge, de la vulgarité, de l’outrance, de l’invective, et du cynisme, je voterai donc pour François Hollande qui me paraît, dans les circonstances présentes, le mieux placé, pour rassembler les Français.

Ce choix n’est pas un vote de conviction, mais de raison. Je recherche pour mon pays l’apaisement et une présidence  qui ne heurte pas,  surtout dans une période où il convient de rassurer plutôt que de poursuivre une conduite du pays, dans la stigmatisation, la recherche d’un bouc émissaire, une communication anxiogène dont les effets sont contre-productifs, démagogiques et inefficaces pour nos compatriotes.

Alors, là bravo, « chapeau », on peut dire que pour ce qui est de rassembler et de sortir notre pays de la décadence, déjà bien engagée, vous avez choisi le « bon cheval ». Vous disiez : « Je recherche pour mon pays l’apaisement et une présidence qui ne heurte pas… »

Seulement 5 semaines de « Hollandisme » et déjà que de couacs ! A commencer par la situation pour le moins « incongrue » du chef de l’Etat et de celle qui n’a pas droit au titre de « première dame ». Quelle image de notre pays à l’étranger ! Lamentable !

Deux remarques pour terminer :

1 – J’avais cru comprendre que vous étiez totalement conscient et informé des dangers de l’islamisation de notre pays… or vous avez donné votre voix à celui qui, avec toute son équipe, ne pense qu’à favoriser cette islamisation…

2 – Quant à votre analyse de la défaite de Nicolas Sarkozy, permettez-moi de vous dire que vous êtes totalement « à côté de la plaque », ce n’est pas un excès de « droitisation » mais bien un manque de droitisation qui lui a fait perdre son électorat, et cela dès le début de son quinquennat. Car figurez-vous que lorsque l’on est un électeur de droite, on n’attend pas de ceux que l’on a élus qu’ils cèdent au terrorisme intellectuel de la gauche, largement « sponsorisée » par des médias (de gauche [pléonasme]) qui n’ont cessé durant 5 ans de se livrer aux pires bassesses ! Mais peut-être ce « détail » vous a-t-il échappé ?

A moins que ce ne soit moi qui suis trop stupide !

Josette Clery




Soldats tués en Afghanistan : le scandale n’est pas l’attitude de Benguigui-Placé, mais la cérémonie religieuse

Alain Dubos dans le N° 254 de RL nous raconte combien il a été scandalisé par l’attitude de Placé et Benguigui aux obsèques des 4 soldats français tués en Afghanistan. Et de nous expliquer que l’un tapote sur son portable alors que l’autre mâche ostensiblement son chewing gum… C’est vrai il a raison c’est un scandale. Oui c’est un scandale que dans Riposte Laïque on laisse passer un tel article. Car ce qui scandalise Alain Dubos ce n’est pas que des représentants de la République soient présents en tant que tels à un office religieux à cautionner par leur présence des rites imbéciles et dégradants tout en violant l’obligation qui est la leur de respecter la loi de 1905 de laïcité, non ce qui choque Alain Dubos c’est qu’on puisse manquer de respect à des salamalecs absurdes! Il ne lui viendrait pas à l’idée de se demander si les 4 militaires auraient souhaité être associés à un rituel religieux au nom de la Nation, si cette association du religieux et du militaire en présence du Président de la République n’a pas quelque chose de particulièrement choquant, d’indécent, de scandaleux, non, ça le laisse froid, il n’a sans doute pas vu qu’il s’exprime dans « Riposte Laïque » et que le nom du journal dans lequel il écrit est à lui seul tout un programme. Alain Dubos ne se demande pas si l’association systématique d’un hommage de la Nation à une cérémonie religieuse n’est pas une insulte permanente aux laïques et qu’il y en a marre de voir le Président de la République participer activement (signe de croix et autres rituels) à des simagrées qui déshonorent sa fonction. Faut il remettre le nez d’Alain Dubos dans des écrits autrement plus violents que les miens et qui datent de plus de 200 ans, ceux de Sade par exemple dans « la philosophie dans le boudoir » afin qu’il se rende compte que les religions sont hautement détestables et qu’à juste titre elles sont haïes par nombre de ceux qui nous ont précédés dans le combat laïque?  
Gillinoui

REPONSE D’ALAIN DUBO

Cher Monsieur,

J’encaisse sereinement votre réaction à mon article sur la cérémonie d’hommage à nos morts d’Afghanistan. Quelques discussions avec des amis comme vous allergiques à la co-existence pacifique entre le sabre (ou plutôt le Ministère civil) et le goupillon m’ont depuis longtemps persuadé qu’il reste dans notre pays des gens campés sur des positions historiques inconciliables. Je dis historiques parce que procédant d’une longue et maintes fois douloureuse affaire de famille, laquelle est aujourd’hui totalement dépassée par l’accélération des choses et par l’intrusion massive de l’étranger dans ses arcanes.

Hélas.

Hélas parce que bon an-mal an la France avait accepté la coutume de son union consensuelle, sous les voûtes des églises, autour des catafalques glorieux et des cercueils honorés. Victor Hugo lui-même ne fut-il pas célébré dans l’église Sainte-Geneviève opportunément rebaptisée Panthéon?

Temps révolus. La crispation religieuse de notre siècle balaie la routine inaugurée par la IIIè République et c’est fort dommage car, avouez-le, ce passage obligé des célébrations nationales ne cassait pas trois pattes à un canard. Sauf évidemment aux yeux des gardiens les plus féroces du temple laïc.

Alors, que faire désormais? Une chose sans doute : autoriser d’urgence les désinvoltes non motivés à sécher la messe. Ils iront faire un flipper au café d’en face, où l’on vend aussi des gommes à mâcher aux possesseurs de portables.

Pour le reste : tout raser peut-être. Mais tout, alors : cathédrales, synagogues, mosquées et temples divers. Il arriva que la solution, plusieurs fois envisagée, connût un début de mise en oeuvre. Plan intermédiaire : couvrir le pays de musées et de salles de concert. Les édifices religieux de la colonisation ont connu il y a encore peu cette uniformisante destinée.

J’ai peur que tout cela soit difficilement résoluble, sauf si la République, qui en a les moyens, s’oblige aux célébrations collectives dans ses espaces naturels, laissant aux croyants la liberté de prolonger les réunions dans leurs propres enceintes. Et à une condition essentielle : que les religions concernées ne sortent en aucune manière du cadre que leur concède le règlement.

Voilà bien l’étrange et nouvelle situation dans laquelle nous met l’entrisme d’un nouveau venu que le débat de ce jour risque de fort amuser.

Bien cordialement vôtre.




La Licra n’a toujours rien compris au « populisme » français

Une fois de plus, la Licra un communiqué d’un vide sidéral, sans aucune analyse politique, et uniquement destiné à faire culpabiliser les électeurs patriotes.

Rien que le titre en dit long sur la confusion mentale du rédacteur : « l’entrée de l’extrême droite alerte sur l’avancée du populisme ». On pourrait faire le titre inverse « l’entrée du populisme alerte sur l’avancée de l’extrême droite » sans que cela ne change une virgule au communiqué. En confondant les notions d’« extrême droite » et de « populisme », la Licra ne fait qu’une association d’idée destinée à marquer le lecteur. L’extrême gauche ou Mélenchon ou Sarkozy sont tout autant « populistes », mais il faut associer ce mot au seul FN, de manière à faire croire que lui seul est démagogique et… populiste !

La Licra : « Après le score de Marine Le Pen à l’élection présidentielle, l’entrée à l’Assemblée nationale de députés du Front national (FN) consacre l’avancée des thèses les plus populistes en France et, plus largement, dans une Europe en crise. »

Donc c’est bien la faute à la « crise » si on a des députés « Rassemblement bleu marine »  (2 seulement, ce n’est pas un drame, mais c’est déjà trop pour la Licra), ou si des mouvements nationaux et identitaires fleurissent partout en Europe. La Licra se garde bien de pousser l’analyse plus loin sur « la crise », comme si tous les électeurs du Front national n’étaient que des idiots n’y comprenant rien et n’ont pas compris que ce se joue dans l’hyper-classe mondialisée.

La Licra : « Alors que le second tour des législatives clôt la séquence élective de 2012, la Licra relève trois premiers enseignements de ces scrutins :
– Notre pays connaît une radicalisation de sa pensée politique, un discours valorisant l’entre soi et suscitant la xénophobie. Les propos anxiogènes qui ont été régulièrement tenus n’ont eu de cesse de renforcer ces sentiments dans l’opinion. »

On en revient au mythe du « sentiment d’insécurité » sous la gauche au pouvoir : ce n’est pas la situation de nombre de Français qui est « anxiogène » mais les propos des politiques. Cassons le thermomètre ! De plus la Licra prend de nouveau les Français pour des imbéciles, en laissant penser que ce sont des propos politiques qui « renforcent ces sentiments dans l’opinion ». C’est exactement le contraire : c’est un vécu au jour le jour qui pousse des politiques (à l’UMP par exemple) à ce que la Licra appelle une « radicalisation » et qui n’est que le constat d’une réalité remontant de la base. Quant à l’« entre soi » et la « xénophobie », c’est deux manières de diaboliser des électeurs qui ne pensent qu’à sauver leur art de vivre à la française face à une colonisation de peuplement, colonisation qui trimbale son lot de tribalisme et de problèmes. La « xénophobie » n’a rien à voir là-dedans : ce n’est pas parce que je condamne l’islam ou les prières de rue que je suis « xénophobe ». Je n’ai rien contre les musulmans, mais qu’ils fassent leurs simagrées en terre d’islam, ailleurs que sous mes fenêtres.

La Licra : « La remise en cause du Front républicain marque la fin d’un consensus entre les partis sur ce qui doit avant tout nous réunir, c’est à dire les valeurs universelles des Droits de l’Homme ; il valide de fait la normalisation du FN, que nos dirigeants politiques avaient su  marginaliser lors de ces 30 dernières années. »

Eh oui, c’était mieux avant, quand Mitterrand a aidé à médiatiser le FN pour mieux diviser la droite. Mais ce que refuse de reconnaître la Licra, c’est que nombre de diagnostics du FN étaient pertinents, et donc il est normal qu’une frange de l’UMP, patriote et républicaine, reconnaissent in fine que le FN avait raison avant les autres, ou du moins reprenne son discours pour décrire une vraie réalité.

La Licra : « Aucune vision d’un projet de lutte contre le racisme n’a été clairement exprimée pendant ces 6 derniers mois alors que l’intolérance grandit au sein de la population (*) et que la France fait face à une augmentation des actes racistes et antisémites (**).
(*) enquêtes CNCDH 2010 et 2011
(**) chiffres Licra 2010, 2011 et 2012 »

Il est amusant de voir la Licra s’appuyer sur des « enquêtes » de la CNCDH, qui n’est qu’un organisme d’Etat totalement aux mains des « antiracistes » professionnels (Mrap, SOS-Racisme, Licra, etc.) et qui évidemment fait de la promotion pro domo. Idem pour les « chiffres Licra », qui n’ont aucune valeur puisque la Licra se montre de bout en bout totalement subjective et partisane.

Et qu’est-ce que la Licra appelle « intolérance » ? On aimerait bien savoir si c’est le fait de voir des tchadors et des kamis dans les rues de nos villes, de la part de gens qui sont totalement « intolérants » face à nos valeurs et notre art de vivre.

La Licra : « « La Licra appelle à la création d’un ministère chargé de la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations » déclare Alain Jakubowicz, président de la Licra. »

C’était dans l’air lors des campagnes électorales, et Dominique Sopo était déjà sur les rangs. Mais à quoi bon un « ministère » spécialisé, qui en plus ferait de la discrimination contre le « racisme anti-blanc » ou « anti-Français », alors que nous avons déjà un arsenal législatif plus que suffisant ? Autant faire un ministère du sexisme, de l’homosexualisme et que sais-je encore.

La Licra : « Face à cette situation, la Licra repart dès demain en campagne auprès des 577 députés élus pour leur présenter ses « 50 propositions pour une France plus fraternelle » qui avaient été soumises il y a quelques semaines aux principaux candidats à la présidence de la République. »

Je vous rappelle mon article « Enorme bide de la Licra dans son appel anti-FN ».

La Licra avait envoyé à 6040 candidats une « charte » pour battre le FN par un désistement systématique sur le « candidats républicains » (comme si le FN n’était pas républicain), et seulement 50 députés (0,8%) ont répondu positivement, selon le propre aveu de la Licra… Quel bide !

Et gageons que les nouveaux élus ne vont pas signer en masse les « 50 propositions pour une France plus fraternelle » de la Licra, pour ne pas se mettre à dos les Français électeurs qui en ont plus que marre de cette Licra qui ne représente qu’elle-même et qui vient nous donner de civisme.

Et rappelons que nombre de membres Lica, ancêtre de la Licra, a participé largement à la collaboration avec les nazis, et que les « collabos » étaient surtout de gauche…

[dailymotion] www.dailymotion.com/video/xcl56g_zemmour-sur-petain_news[/dailymotion]

www.dailymotion.com/video/xcl56g_zemmour-sur-petain_news

Cela mériterait un peu de modestie de la part d’une Licra toujours prête à défendre l’islam et ses clercs.

Djamila GERARD




Sélection de quelques réactions

Gare aux risques racistes 

Pouvez-vous dire à Caroline ALAMACHERE qu’il est interdit de donner le nom d’un mineur délinquant et que cela n’a rien à voir avec le fait qu’il soit tchéchéne;

Pour le reste je suis d’accord avec ce qu’elle dit sur la présentation par la Presse et par les différents protagonistes de ce drame, il est évident que cette présentation ignomignoblement soft est du au fait qu’il s’agit d’un immmigré, il aurait été français de souche il n’aurait pas eu droit à ce traitement de faveur.

Je pense que c’est totalement ridicule et contreproductif d’agir ainsi dès qu’un étranger est mis en cause. Cela peut rendre raciste des gens qui ne le sont nullement et qui savent trsè bien que la quasi totalité des étrangers a une attitude plus que correcte.
Cordialement

Cécile

REPONSE DE RL

Chère madame, auriez-vous remarqué qu’on donne régulièrement le prénom des rares délinquants mineurs quand ils sont français, et jamais ceux des nombreux délinquants musulmans. Et auriez-vous remarqué également que pour les majeurs, on tait régulièrement leur nom, quand ils sont d’origine arabo-musulmane. Vous préférez la loi du silence, et la politique de l’autruche, alors que c’est justement ce déni de réalité qui rendra raciste les gens.

Je fais suivre votre réaction à Caroline, cordialement,

Cyrano

Nouvel abonné

A mon insu j’ai été abonné à votre news-letter, et je ne m’en suis pas défait, car vous êtes remarquable par le travail que vous faites avec toutes les personnes qui vous entourent, et je viens de voir votre dernière vidéo de la saison, où je découvre avec stupeur le résultat honteux des élections, je suis depuis l’âge de 21 ans un électeur assidu, je ne me souviens pas avoir loupé un scrutin, je suis fils d’un grand infirme de guerre et le 2eme enfant d’une fratrie de 6, je dois dire d’une fratrie qui n’a jamais voté à gauche malgré nos origines modestes.

Pour ma part eu égard au comportement de nos politiques de droite je suis devenu depuis 2011 membre du FN, mais malgré tout j’ai voté le candidat UMP de ma circonscription (élu) du 62, par fidélité envers un homme que je connais et pour qui j’ai un très grand respect.

Vous soulevez très souvent le problème des votes musulmans, des immigrés en France, en 1974 j’ai été amené à exercer mes fonctions à SEVRAN 93270, ville où aujourd’hui une grande partie est devenue zone de non droit, à cette époque 45000 habitants dont 18000 étrangers, bien sur ville  communiste, et je suis un témoin des ravages qu’à pu faire ce parti ainsi que le parti socialiste d’ailleurs.

Et j’y ai travaillé 17 ans, puis ensuite 18 ans à NANTERRE 92, là c’était pire je voyais 100 immigrés en situation irrégulière devant les grilles de la préfecture en train de manifester, m’empêchant d’y entrer pour mon travail.  Je puis ajouter qu’aucun des manifestants sans papiers n’a jamais été interpellé suivant les ordres des politiques.

Pour cette raison je me retrouve totalement dans vos vidéos.

Et après avoir regardé cette dernière de la saison où vous parlez de vous très modestement, et bien permettez à l’ancien adjudant que je suis de vous féliciter pour tout ce que vous apportez et que vous exprimez très clairement car votre voix est bien timbrée et agréable, mais votre expression l’est tout autant, et surtout bien que je sois un fervent catholique (études terminées en institut technique privé chez les prêtres) je suis aussi pour le respect de la laïcité c’est à dire :

* une demande de construction de mosquée en France = 1 demande de construction d’église dans le pays d’origne des demandeurs et si refus pour l’église = refus de mosquée d’une part !!!

* d’autre part aucune subvention quelque qu’elle soit d’un quelconque service ou d’une quelconque administration française, ce qui actuellement n’est pas respecté et est bafoué tous les jours par la majorité actuelle.

* Et si je vous livre ma pensée : aucune mosquée chez nous, nous n’avons pas à nous plier aux exigences des immigrés, s’ils ne se plaisent pas chez nous ils jouissent du plus grand des droits : celui de quitter ce pays ….

Quoi qu’il en soit je vous souhaite de bonnes vacances et un repos que vous avez bien mérité, merci de votre travail et d’être là, il est heureux que nous puissions encore trouver quelqu’un de normal dans ce pays qui part à volo ….Et là ca va être terrible avec cette nouvelle majorité …

Merci à toux ceux qui vous entourent et travaillent avec vous, et j’ai une pensée pour Mr CASSEN.

Simon

Nous y sommes

Bonsoir Christine et Pierre,

Nous sommes entrées dans une nouvelle ère :  » l’Etat PS Islamisé  »

Bref, après avoir eu le Sarkozisme triomphant, nous voici à court terme dans le hollandisme triomphant qui risque d’être balayé par des forces qui leur ont permi de reprendre le pouvoir provisoirement !

Les politiciens se comportent toujours de la même manière : ils sont sans pitié, n’ ont jamais assez de pouvoir et souhaitent écraser leurs adversaires !

Pire, les larmes de crocodiles des éléphant du PS ne cachent pas leur joie d’être débarrassés de Ségolène et de Jack … !

Martine Aubry, hier soir, ne pouvait cacher sa réelle satisfaction et tout cela était pitoyable. C’était hier le bal des  » faux-culs  »

Les journalistes pratiquement tous étaient hilares devant ces résultats en voyant le succès global du PS et la déconfiture de tous ceux qui avaient repris des thèses du Front National.

Et la France et les français dans tout cela … et bien la continuation de l’apologie de la diversité et de ces nouveaux élus aux noms presque imprononçables qui vont soi-disant nous représenter au parlement.

Le peuple français a été berné par une  » non-campagne  » des législatives ou pratiquement aucun débat n’a eu lieu aux heures de grande écoute. Une campagne ennuyeuse a été diffusé toujours les mêmes messages indigestes ! Résultat : 44 % d’abstention !

Une totale désinformation tout les reste du temps avec au centre des débats le combat de coq entre Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon pour faire de l’audience avec toujours des commentaires pour dire que ce serait horrible qu’elle soit élue et qu’il fallait faire l’union sacrée. C’était l’arbre qui cachait la forêt !

Les jeux sont fait … au détriment d’une véritable démocratie où la population devrait être représentée  avec équité !

Qui a tiré les ficelles ? et bien tous ceux qui tirent les ficelles de l’invasion immigration qui se reconnaitront en lisant ces lignes.

La France est maintenant verrouillée à tous les niveaux :

La Présidence de la République

Le Gouvernement

L’Assemblée Nationale

Le Sénat

Pratiquement toutes les Régions

Un maximum de Départements

Une majorité de Communautés de communes

Une majorité de communes.

C’est l’installation du pouvoir PS qui ne supportera pas la contradiction, car ses dirigeants sont gavés de démagogie et de soif de pouvoir partout et à tous les niveaux.

Et pour couronner le tout : la très grand majorité des journalistes, des magistrats, des intellectuels, des enseignants, des culturels, des religieux, des francs-maçons, des syndicats et des associations pour la plupart toutes noyautées depuis des années !

Quel est l’avenir de la population française de  » longue souche  » … et bien la réponse est claire … la disparition …  car la laïcité fout le camp avec limplication massive de la population d’origine musulmane extrêmement mobilisée derrière François Hollande pour coller les affiches, assurer la protection des candidats et voter en masse à 93 %.

La messe est dite à court et à moyen terme.

Mais à long terme cela pourrait l’être aussi, car la population française est, par la loi du sol, en train d’âtre remplacée à vitesse accelérée par cette même population d’origine immigrée musulmane.( maghrébine et africaine )

Ce qui est arrivé il y a deux siècles en Amérique du Nord aux indiens est en train d’arriver en France ( mais aussi en Europe ).

Tout va s’accélerer maintenant à vitesse grand V.

Y a-t-il une issue autre ? … je ne sais pas, au vu de la désinformation qui va encore s’amplifier , dans l’enseignement, la culture, et dans tous les médias !

Le vote des étrangers va être voté dans moins d’un an … et bien d’autres mesures pour développer encore plus la démagogie des  » bien-pensants  » de la gôche bobo !

Dans une ou deux générations, rien ne pourra plus arrêter la mise en place de la charia en France à moins d’une résistance qui finira peut-être dans une guerre civile inévitable. Ce serait irresponsable de ne pas le prédire car la vie est ainsi faite qu’une petite partie de français n’acceptera pas ce qui est en train de se préparer depuis près de 40 ans !

La même situation se répète dans tous les pays d’Europe et les partis politiques, noyautés par les Franc-maçonneries qui  font tout pour que la population soit multiculturelle … mais ont-ils conscience qu’ils vont amener les isalmistes radicaux au pouvoir à long terme, comme dans tous les pays du Maghreb ?

Regardons ce qui est en train de se passer dans tous les pays musulmans où règne l’endoctrinement systématique des populations !

Pauvre France … pauvres héros de notre Histoire morts pour la France qui doivent remuer dans leurs tombes en se disant :  » mais ils sont devnus fous !  »

Faut il être définitivement écoeurés … ou faire acte de Résistance … ?

Mais avec avec quels moyens humains, matériels et financiers… dans une France qui est en train de tourner plus de 2000 ans d’histoire à vitesse accélérée ?

JY

Islande

Bonjour,

Je me permets de vous faire suivre cette vidéo qui vient juste d’être mise sur You Tube mais pour combien de temps ?

http://www.youtube.com/watch?v=v0i5uDLAQng

Peut-être par le biais de votre journal pourrez-vous la faire diffuser de façon plus importante…

Bonne journée à toute l’équipe de Riposte Laïque
Patriotiquement vôtre,
Annie

Vous progressez

Bonjour
Je trouve tout simplement excellents vos vidéos, courriers et analyses sur bon nombres de sujets.
Cela nous change des infos gentillettes et surtout incomplètes des chaines télé.
Certains de mes contacts qui au début étaient réticents commencent à apprécier votre site.
Encore bravo à vous et à votre courage de monter aux créneaux.
Bonnes vacances à toute l’équipe.
La rentrée nous promets surement quelques surprises.
Cordialement.

Jean-Pierre

Texte de Christine sur la mort des deux gendarmes

Beau texte qui renvoie tant d’entre nous gratter leur jardin caché plein de repentances et de peurs glaçantes…………

Ces balles qui ont déchiré les chairs des deux jeunes femmes,vous en avez raconté l’histoire médiocre et si correcte,si politiquement conforme á l’air du temps.

Au Brésil,cet homme ne serait même pas entré vivant au poste de police. Solution politiquement incorrecte,bien entendu,mais habituelle ici avec la complicité silencieuse des juges,politiques et autre personnes importantes. Trés cordialement vôtre et bravo pour votre écriture enlevée et forte.

Gérard, retraité,mais encore disciple des Hussards noirs de la vieille République.

PS (post scriptum,pas d’erreur)

Une « phobie » est une peur durable et intense,n’est ce pas ??  Il faut donc condamner les arachnophobes,agoraphobes,hydrophobes et autres au même titre que les islamophobes déclarés.

La nouvelle loi chãtie donc des personnes qui ont peur,trés peur. non des braves populations du sud en détresse, mais de leur « inculture’islamique, porte ouverte à une hallicinante théocratie.!!!!!!!!!!!

Football

Madame, Monsieur, bonjour

Une fois encore, l’hymne national joué avant le match Suède-France nous a permis de constater que les mercenaires RIBERY, NASRI, BENZEMA, BEN ARFA, … ne les concerne pas. Je préfère pour ma part qu’ils ne fassent pas semblant. Je peux ainsi leur adresser tout le mépris qu’ils méritent pour ne pas avoir compris le sens des symboles liés à notre Patrie. Riches mais apatrides il auront comme d’autres avant eux contribué à casser cet élan qui faisait vibrer les foules quand l’engagement patriotique avait un sens, même dans le sport. Je les plains de tout mon coeur mais je plains surtout notre pays.

Merci pour votre attention.

Denis

Lettre François Sardou

« Nous sortons de dix ans de règne sans partage de l’UMP. Dix longues années durant lesquelles, l’omnipotent Ministre-Président de l’Intérieur s’est comporté en autocrate. Avec d’une part, les cadeaux à ses riches amis et de l’autre, le sacrifice de la laïcité et la remise en cause de toutes nos libertés par des « accommodements raisonnables » envers les adorateurs du pillard pédophile, comme ceux du « Panzer-Kardinal » qui a réintégré les intégristes de Monseigneur Lefèvre dans la grande famille des catholiques réactionnaires… Le tout étant bien entendu fait au détriment de la majorité de la population qui a vu les acquis de plus de deux siècles de luttes sociales abattus en une décennie. »

En voilà un raisonnement qu’il est beau et solide.

Avec ce genre de discours au kilo

Halal et « Que choisir »

La revue « Que Choisir »( censée défendre les consommateurs) n’a fait  qu’un service minimal au sujet du marquage de l’origine de la viande.  Cette discrétion m’a semblé curieuse pour une revue qui se prétend indépendante et qui n’hésite pas à protester auprès des pouvoirs publics. Je l’ai fait observer par lettre à monsieur Jean Paul Geai qui est son directeur en chef. A suivre.

Christian

Finalement il y a eu sur « Que Choisir » un article bien documenté sur le Halal dans le numéro de février, mais aucune action de l’association pour le marquage lisible de la viande indiquant le mode d’abattage.

cordialement

Christian

Halalisation de la Belgique

Bonjour Monsieur Heurtebise,

J’habite en Belgique où nous vivons dans l’obscurantisme concernant les problèmes relatifs à l’islam. Nous sommes dans un pays où les politiques et les journalistes s’entendent comme larrons en foire pour masquer les choses qui dérangent et pour manipuler l’information. Les quelques personnes, dont je suis, qui tentent de faire prendre conscience à nos concitoyens de la dangerosité de l’abattage halal ne sont pas comprises ni même entendues.

J’ai l’impression d’ennuyer mon entourage en leur parlant de l’islam et de ses dangers. Tout se passe comme si la majorité des habitants de Belgique étaient des moutons contents d’être menés en rangs serrés à l’abattoir (sans jeu de mots).

Je lis pratiquement tous les articles de Riposte laïque, étant donné que chez nous c’est le black-out total. Je félicite bien évidemment tous les militants bénévoles qui se mobilisent en publiant sur le site de RL. Leurs articles sont tellement objectifs et magnifiquement bien rédigés.

J’ai lu votre intervention concernant la viande halal ainsi que le courrier de Cathy ma compatriote belge.

Pourrais-je vous demander de bien vouloir me donner les coordonnées de Cathy (avec son autorisation bien entendu) afin de la contacter. Ou bien, de lui transmettre simplement mon adresse mail.

Je dois vous avouer que souvent j’ai l’impression d’être la seule à me soucier du risque sanitaire qu’engendre le halal.

Je vous en remercie d’avance.

Cordialement

Denise

Quelques anecdotes de Paname, «  ville lumière » ?

Une de mes  copines fan de gym sur machines ……. s’est vue reprocher une « tenue indécente » par un jeune surveillant,  (d’un grand centre connu au  sud de Paris  ) Elle portait une brassière et un « cycliste »…Comme ce n’est pas le genre docile, elle a envoyé promener le jeune homme, en lui demandant de se  renseigner auprès de sa hiérarchie,  car cette tenue, se porte depuis toujours, sans problème lui a-t-elle dit. . Le jeune homme revient quelques minutes après, en s’excusant, … certes…

Mais on peut se demander d’où  tombait  ce jeune homme ?…

De l’oeuf ?

De l’école coranique du coin ?

D’une réunion de cellule du PCFDGEELVUMP ?

Il faut dire qu’il ne doit plus  savoir à quel « saint » se vouer car il a dit à ma copine  « quand il y en a qui viennent avec un voile,  on leur dit de l’enlever »…Venir avec un voile dans une salle de gym, cela ne se faisait, du moins je le croyais, que dans les dictatures islamiques …….Pour ma part j’avais vu  l’été dernier, depuis l’étage,  deux filles en burkini dans la piscine. Aux questions posées à l’accueil, j’ai eu droit à des réponses  plus débiles les unes que les autres : « c’est religieux on ne peut rien faire », « c’est un textile élastique près du corps donc pas anti hygiénique » ?   d’ après des abonnés,  on ne voit plus de burkini ,  mais jusqu’à quand ?

Une autre copine :

Elle est installée dans un salon de coiffure sur les Maréchaux, pas dans le nord, je précise,  la loi islamique n’épargne aucun quartier, contrairement à ce que de nombreuses idiotes, ou lâches font croire   . Et quand bien même,  sévissant sur un seul cm 2 c’est déjà une ignominie.

Deux donzelles voilées (on ne voyait que l’ovale du visage selon l’expression consacrée) entrent dans le salon.

D’une part elles veulent passer  tout de suite, « elles ont un mariage dans une demi heure », d’autre part « elles ne veulent pas de shampooing, elles l’ont fait elles mêmes avant de venir  ??? ça a servi à quoi ? on se le demande,  et  cerise sur le gâteau, elles veulent « une ristourne, vu qu’elles ne veulent pas de shampooing » ……. Gentiment  éconduites, avec toutes les explications nécessaires,  la coiffeuse raconte qu’une autre fois des hommes sont venus dans ce salon, mixte, pour demander  rien de moins que de le séparer en deux … « afin que leurs femmes puissent venir » ….. .  Ils se sont fait poliment renvoyer aux pelotes…Bravo,    mais …dans certains quartiers des patrons trop seuls  craquent, nos  garde chiourmes  se taisent, et  beaucoup de nos compatriotes aussi.

Monique

Christine, vous avez tout compris

Bonjour Christine,

Félicitations pour votre article sur BFM-TV. Vous avez tout compris. Vous avez parfaitement raison de ne pas avoir de téléviseur : allez-vous encourager ces ordures à poursuivre leurs méfaits en payant une redevance télé ? C’est tout-à-fait inadmissible.

L’islam, en fait, n’est pas le problème, mais une des conséquences du problème. Votre article met le doigt sur un des problèmes majeurs de ce pays : la HAINE DE SOI.

Oui, cette haine de soi qu’on nous entre dans la cervelle à coups de foreuse, et qui est alimentée en permanence depuis 30 ans par des individus comme Bernard-Henri Lévy.

L’islam, en tant que tel, n’est pas un problème. Mais l’islam crée des problèmes, pour la simple et unique raison que l’islam n’a pas, n’a jamais eu et n’aura jamais sa place dans le monde occidental.

Malheureusement, je pense qu’il est trop tard : la France a dépassé depuis longtemps, à mon avis, le point de non-retour.

Les solutions démocratiques sont donc devenues impossibles.

Les mathématiques sont implacables : nous avons tous constaté que l’élection de François Hollande s’est résumé à un vote communautariste.

Dix millions de musulmans qui votent à 93% pour un candidat, ça commence à peser lourd dans la balance. Bien plus lourd que les 6,4 millions d’électeurs de Marine Le Pen, toutes communautés confondues.

Voilà pourquoi je pense qu’il est trop tard. Même si les Français de réveillent, ils n’ont plus l’avantage du nombre.

Cordialement

Jean

Norvège

Aux responsables de Riposte Laique,

Un petit mot de la Norvege,

C’est toujours avec grand plaisir que je lis votre site internet.

Vos analyses de la situation francaise represente pour moi un sorte d’avertissement de ce qui sera la Norvege en 10-15 ans, avec toujours plus d’immigration de musulmans du tiers monde. C’est toujours donc interessant de lire.

Si cela vous interesse: il existe un site norvegien pareil au votre: Document.no

Site serieux. Ce dernier temps, le site s’engageait dans le debat autour du tueur Breivik.

Le site est en norvegien, mais se lit peut-etre avec une logiciel de traduction. Pourtant, i lest difficile de comprendre les enjeux

Sans une connaissance prealable de la societe norvegienne.

Je vous souhaite bonne courage pour votre travail valeureux!

Avec mes salutations sinceres

Breidablikk (philosophe, theolgien protestant)

Sur Karim Zeribi

Cher Pierre Cassen,

Tellement d’accord avec vous, j’aime le sport en général, mais je ne regarde le football qu’il soit international ou autre que pour meubler une soirée tellement ennuyeuse sur la télé française. Non je suis plutôt Rugby étant tombé dedans quand j’étais petit. J’ai vu aussi les mêmes choses que vous pendant ce fameux match France Suède et regrette même de ne pas voir les Suédois en quart de finale.

Mais parlant du voyou Avignonais qu’est Karim Zeribi, j’ai envoyé une lettre à Bourdin son grand copain, en 2010 pour les insultes qu’il a proférées pendant l’émission des grandes gueules concernant les enfants de harkis qui manifestaient devant le palais Bourbon pour réclamer leurs droits bafoués.

Ce voyou a dit  l’antenne parlant d’eux  » Les enfants de Nazis ». Ayant avec les anciens harkis des attaches très profondes puisque j’ai commandé une harka qui fut ensuite décimée par les hordes bestiales du F L N en 1962, J’ai tenté de réagir avec quelques anciens camarades auprès du Ministre des anciens combattants ainsi que du sénateur de l’Hérault Raymond Couderc. Je me suis senti visé, puisque commandant une harka, j’étais moi même un chef nazi aux dires de ce français par erreur. Bien entendu il n’y a pas eu de suites afin de ne pas stigmatiser…

Je persiste  dire que les musulmans introduits par effraction dans notre société française sont un malheur qu’on doit combattre par tous les moyens, mais pire, ce sont les Bourdin, les Delanoé etc… tous les collaborateurs et traîtres qui sont encore les plus  combattre. Sans leur soutien, les musulmans ne seraient plus rien, car ils sont leur logistique d’invasion.

Cordialement

Pierre

Laïcité et vivre ensemble

Bonjour,

Je vous envoie ce texte que m’a inspiré une rencontre avec une dame native d’Afrique du Nord, que j’ai intitulé :

–  ET RECIPROQUEMENT  –

Mon activité professionnelle m’a entraîné à visiter une dame d’origine maghrébine à son domicile d’Ile de France.

Celle-ci, affable m’a invité à entrer dans son appartement en m’enjoignant toutefois de me déchausser pour respecter l’intégrité de ses tapis. Après hésitation, pour moi c’était une première, j’ai pris l’option d’effectuer ma mission debout, à sa porte, chaussures aux pieds.

Cette dame maghrébine m’a bien confirmé qu’un pays d’accueil était en droit de demander  aux candidats migrants de se défausser des comportements qui viendraient en heurter les fondamentaux.

Comme cette dame maghrébine le souhaitait, les lois de l’hospitalité doivent être respectées surtout quand celles-ci sont axées sur la convivialité, le vivre ensemble.

On peut rétorquer cependant, que les lois propres à à un pays d’accueil pourraient porter atteinte à l’identité culturelle des nouveaux arrivants.

Par chance, ici dans notre pays nous avons  à disposition un remarquable outil pour pallier ce problème : LA LAÏCITE.

Elle implique de reléguer le fait religieux, source potentielle de divisions au sein de la sphère privée, elle même séparée de la sphère publique. De ce fait, elle est à même de créer un espace de paix où chacun peut exister A EGALITE DE DROITS  avec l’autre tout en conservant sa spécificité culturelle et religieuse. Faudrait-il être à ce point borné pour ne pas s’y soumettre !

Ce vivre ensemble est capital car il s’oppose aux vélléités séparatistes et communitaristes où s’inscit le racisme et son cortège de déchirements sanglants.

Il en revient aussi de la grande responsabilité des religions d’implantation de se « déchausser » de leurs hautaines intransigeances et s’adapter.

Il faut savoir que vous, étrangers de culture étrangère qui refuseriez cette adaptation pour vous complaire dans des tendances séparatistes et communautaristes, viendriez grâvement heurter cet esprit d’ouverture de votre pays hôte.Ce pays finirait par pointer votre séparatisme. Vous l’accuseriez en retour de vous stigmatiser et plus, de n’être qu’un affreux pays raciste peuplé de nazis alors que ce serait bien VOUS qui feriez acte de sécession donc de racisme!

C’est un comble !

Dès lors, on ne serait plus étonné d’entendre certains compatriotes autochtones parler d’invasion et vouloir refermer les portes et les fenêtres de ce pays resté jusque là si largement ouvert.

Alors vous, qui êtes accueillis dans ces conditions chez les autres, réfléchissez, réfléchissez bien afin de ne pas répéter les erreurs du passé combien dévastatrices pour l’humanité.

Il en est de votre responsabilité.

Denis

Justice

Il y a sur le site Riposte laïque bon nombre de vérités qui sont tues par les médias commerciaux qui sont, pour les citoyens les plus informés, la plupart du temps , que des vecteurs d’une propagande mensongère.

M’intéressant depuis longtemps à l’abandon des victimes et partisan d’une refonte totale de notre justice, je vous communique quelques réflexions:

Un premier livre intitulé »les voleurs d’innocence » de Patrick Meney, en 1992 m’a conduit a effectué des recherches sur les causes de ce drame:A l’origine, on trouve une idéologie mortifère libertaire qui refuse toute limite d’âge pour les rapports sexuels entre adulte et enfants.C’est en 1968 que naît cette contestation radicale qui a ouvert la porte aux pires dérives.Ce premier ouvrage est conforté dans ses analyses par plusieurs autres ouvrages encore plus explicites dans la description de la dictature des réseaux pédocriminels internationaux.

Le premier ouvrage intitulé »le livre de la honte » de Laurence Beneux et Serge Garde ‘(respectivement journaliste au Figaro et à l’Humanité) montre que la justice et les politiques refusent de traiter ce problème gravissime.

Il est à Noter que Serge Garde est le seul journaliste de gauche a avoir le courage d’exposer ce drame.les autres se taisent ou désinforment comme d’habitude.

Le second livre s’intitule »enquête sur une société qui consomme des enfants ».D’Homayra Sellier et Serge Garde.

Le bilan est tragique et les lâchetés intitutionnelles sont clairement exposées.

D’une façon générale , on constate que les lanceurs d’alerte à ce sujet ne sont pas entendus. Une association courageuse « le Bouclier » a pendant dix ans tenté de faire bouger les choses en déposant des centaines de plaintes relatives à des actes de barbarie commis sur les enfants(seules deux plaintes ont été suivies et traitées!) le président Bernard Valadon(décédé en 2006) se disait menacé!(voir éditos joints)

Sur le site « pédopolis » on peut trouver les références à des livres ci-dessus nommés et d’autres faits terribles .

Une seule magistrate, Martine Bouillon, a osé défier la loi du silence dans son ouvrage intitulé:

« viols d’anges, pédophilie,un magistrat contre la loi du silence).Cette humaniste a été sanctionnée pour sa participation à une émision intitlée » sacrifices d’enfants, la fin du silence » visible sur « pédopolis ».

Elle se tait aujourd’hui en disant « qu’elle a des personnes à protéger ».

La confiance n’est pas posible. Il faut une révolution judiciaire avec un nouveau recrutement qui ne se fera pas par les voies habituelles mais par des spécialistes humanistes connaissant le problème de l’abandon des victimes comme Marie Christine Dejehansart(experte à Outreau qui conteste le procès dans son ouvrage Outreau la vérité abusée).

Il est à noter que dans nos sociétés actuelles, les citoyens honnêtes et les humanistes sont menacés.

Par exemple, dans l’affaire Dutroux, trente témoins sont tous décédés de mort suspecte au moment de témoigner. etAutre exemple: Marcel Versloesem en Belgique a été incarcéré(sous de fausses accusations) deux fois et soumis à des tortures pour avoir osé dénoncer les réseaux pédocriminels et les lacunes des institutions à ce sujet.

Pour vos critiques de la gauche judiciaire, elles sont totalement fondées. Le syndicat de la magistrature est très bien décrit dans l’ouvrage »sécurité, la gauche contre le peuple « du journaliste politique Hervé Algalarrondo.

Ces magistrats qui s’acharnent à vouloir supprimer la prison et clament dans leur congrès » qu’il faut mettre la loi hors la loi » ne sont pas crédibles et même très dangereux.Voici d’ailleurs une de leur formules que j’ai trouvée dans un de leur ouvrage intitulé »des juges croquent la justice(1978 maspéro »)

JUSTICE+POLICE+CONTROLE SOCIAL+INFORMATIQUE=DANGER POUR LES LIBERTES

Formule qui ne peut que séduire les mafias, les réseaux pédocriminels et tous les criminels et délinquants.

Un autre texte intitulé »la harangue d’Oswald baudot » décrit le même genre de profession de foi en appelant les jeunes magistrats à mépriser la loi, la recherche de la vérité et incite à prendre le parti du voleur et non celui de la police.

Les mouvements féministes décrivent le même abandon des victimes et ne décolèrent pas’lire le texte AG des féministes et des lesbiennes contre l’impunité des violences masculines; non, nous ne nous tairons pas!

Lire également le texte de « Muriel Salmona » intitulé « la victime c’est la coupable »

Lire également le site « stop à l’oubli » et toutes les graves accusations par rapport à la justice et aux politiques.

Tous les témoignages sont concordants.Rien ne changera sans une révolution judiciaire .

La rupture entre les citoyens et les institutions est de plus en plus grande.la confiance ne peut renaître que par la mise en place de nouvelles stuctures fiables.

Dans l’espoir d’un renouveau démocratique réellement protecteur des valeurs fondamentales.

Veuillez agréer l’expression de mes salutations distinguées.

GL

Bouleversée

Encore un enfant de 13 ans, blanc; un petit français, assassiné au sein d’un école de la République par un adolescent de 16 ans dont on n’ose pas dire le nom.

Pourquoi ? parce qu’il avait osé le regarder et que ce regard a déplu à ce délinquant dont la violence sur un plus petit que lui n’est qu’un moyen (ludique, sans doute)

quel courage! d’affirmer sa supériorité d’apprenti chef de gang.

Encore des parents qui, confiants, ont mis leur fils au collège le matin, parce que c’est un devoir de bons parents de scolariser ses enfants à fin qu’ils reçoivent l’éducation

laïque dans un Pays Démocratique et dans LA LIBERTE, L’EGALITE et LA FRATERNITE de ses écoles …

et qui le retrouvent mort le soir parce que ce pays a perdu tous ses repaires au point qu’on tue:

– des militaires dans la rue,

– des enfants dans une école à bout portant,

– deux jeunes femmes gendarmes,

– plusieurs ados violent une fillette hier, et aujourd’hui un enfant de 13 ans meurt sous la rage meurtrière d’un salaud de 16ans dans l’enceinte de l’établissement scolaire.

Tout cela dans l’indifférence des politiques, des enseignants et des médias, dans l’hypocrisie de leur discours qui minimisent l’acte qui devient un « accident »…

[… – comment est ce possible !?

– ce genre de fait est si rare!

– des enfants sans problème,

l’auteur des faits ne mesure pas la gravité de son geste … (le pauvre!)]

Ils remportent la palme de la médiocrité et des faux culs.

Et on voit à quel point l’actuel président et son gouvernement ont été touché par l’assassina des deux gendarmes; ni UBU ni son premier sinistre n’ont jugé bon de soutenir par leurs présences, les familles de ces jeunes victimes mortes dans l’exercice de leur fonction; c’est lamentable!

Je pense que notre pays est presque dans le même état que durant les années 39/45 sous l’envahisseur faciste, aujourd’hui sous la férule Islamiste et son lot de collabos propres à faire accepter l’impensable à ceux qui pensent trop. Ce soir je suis boulversée et révoltée.

Christine

Viande halal en Belgique

Bonjour Monsieur Heurtebise,

J’habite en Belgique où nous vivons dans l’obscurantisme concernant les problèmes relatifs à l’islam. Nous sommes dans un pays où les politiques et les journalistes s’entendent comme larrons en foire pour masquer les choses qui dérangent et pour manipuler l’information. Les quelques personnes, dont je suis, qui tentent de faire prendre conscience à nos concitoyens de la dangerosité de l’abattage halal ne sont pas comprises ni même entendues.

J’ai l’impression d’ennuyer mon entourage en leur parlant de l’islam et de ses dangers. Tout se passe comme si la majorité des habitants de Belgique étaient des moutons contents d’être menés en rangs serrés à l’abattoir (sans jeu de mots).

Je lis pratiquement tous les articles de Riposte laïque, étant donné que ches nous c’est le black-out total. Je félicite bien évidemment tous les militants bénévoles qui se mobilisent en publiant sur le site de RL. Leurs articles sont tellement objectifs et magnifiquement bien rédigés.

J’ai lu votre intervention concernant la viande halal ainsi que le courrier de Cathy ma compatriote belge.

Pourrais-je vous demander de bien vouloir me donner les coordonnées de Cathy (avec son autorisation bien entendu) afin de la contacter. Ou bien, de lui transmettre simplement mon adresse mail.

Je dois vous avouer que souvent j’ai l’impression d’être la seule à me soucier du risque sanitaire qu’engendre le halal.

Je vous en remercie d’avance.

Cordialement

Denise

Football

Les supporters français de football sont déçus, comme tous les journalistes entendus sur les antennes. Mais qu’ont ils donc  ne pas voir les choses en face ?

Pour ma part je trouve que le 2  0 est un minimum, puisque j’avais pronostiqué 3 ou 4 à 0 tellement la différence de mentalités éclaboussaient les yeux des téléspectateurs.

De toute façon, si nous revenons à la logique sportive, c’est l’Ukraine qui a été volée puisque son but refus contre l’Angleterre devait être validé et qualifiait cette équipe et éliminait les français.

La France de la diversité a donc fait chou blanc une fois de plus puisqu’on a entendu ici et là des propos de racailles comme en Afrique du Sud, et cela continuera tant que l’on s’obstinera  faire jouer des gens qui n’ont rien  foutre de notre maillot bleu.

Malheureusement, ils vont de toute façon être rcompensés de s’être mal comportés, puisque les primes devaient tomber s’ils se qualifiaient pour les quart de finale.

La technicité, le talent et la valeur footballistique de ces joueurs de la diversité n’est pas en cause. En effet, les grands clubs où ils jouent sont prestigieux et ils y tiennent leur place. Ce qui est en cause, c’est qu’appartenir  l’équipe nationale, devrait être un honneur, un sommet qui ne devrait pas avoir besoin d’autre motivation que le maillot et l’alignement des joueurs pendant la Marseillaise.

On a connu dans d’autres sports des joueurs français tellement émus à ce moment là qu’ils versaient une larme. Cela est impossible pour ces gens nés par erreur dans notre pays qui au fond ne représentent qu’eux mêmes et c’est vraiment peu de choses.

Je voudrais avoir une pense pour les Valbuena, les Giroud et tous ceux qui avaient au fond d’eux même l’envie d’en découdre mais n’ont pas été retenus à cause des valeurs financières de ce sport.

Tant pis pour le football, et ses fans, et  bientôt pour une prochaine campagne publicitaire qui a dégnéré l’esprit du sport.

Vive le sport pour l’ducation de nos enfants.

Pierre 

Equipe de « France… ? » de football

Quand on voit une partie de ces joueurs au moment de l’hymne national avec leur air pincé et hautain on n’a pas lieu d’être surpris de leur piètre performance sur le terrain.

Ben Harfa, Benzema, Ribery en particulier s’ils ne se sentent pas français, rien ne les empêche de demander la nationalité de leur cœur, on ne les retient pas.

On est prêt oublier que c’estla Francequi les a élevés et formés pour les transformer en  millionnaires pleins de morgue ;

La France qui les a formés mais apparemment pas éduqués ni appris à parler….le français !

« Voila » ou une insulte peut ponctuer chacune de leur phrase.

N’oublions pas également que c’est le gang de racaille Ribéry, Anelka, Abidal, Nasri qui a persécuté un joueur au motif que lui savait parler français et avait également la tare d’être beau et non musulman. Une beauté qui était aussi celle de l’âme, une vertu que ses persécuteurs ne connaîtront jamais. Ce joueur c’est Gourcuff, bien sûr qui erre sur les terrains comme une âme en peine depuis ce traumatisme.

Pour ce qui concerne ce dernier euro pathétique, il existe encore des supporters français qui attendent désespérément un autographe ou un coucou de la part de ces mercenaires de l’argent ?… Ils ne l’auront jamais pendant que ces nantis s’inondent de musique via leurs casques plus grands que leurs cerveaux

Et pour finir Laurent Blanc qui se flagelle en sélectionnant ces racailles en oubliant les leçons de la précédente coupe de monde, un ex-grand joueur mais une vraie figue molle et le mot figue n’est pas le terme que j’aurais aimé écrire…

Retournons à nos salaires de misère et laissons nos milliardaires de l’argent mais pas du talent se gausser de notre France et de ses valeurs.

Pierre