1

Sandrine Mazelier ouvre la chasse au vocabulaire de la France moisie

Madame Sandrine Mazelier représente les heureux contribuables de la 8è circonscription de Paris à l’Assemblée Nationale. Pour l’Histoire, elle restera celle qui, la première, se sera engouffrée dans la brèche ouverte en l’an 2013 par les araseurs d’une société française tirée d’un honteux sommeil bi-millénaire à grands coups de pied dans le cul.

C’est la Belle au Bois Dormant rectifiée théorie du genre. Ici, la princesse de mauvais poil secoue durement la marâtre avec qui elle a passé la nuit, tandis que le Prince modifié façon Abelard se tire du château par les douves où l’on espère qu’il se noiera.

Au fond, tout ça n’est qu’une question de sémantique. Exemple : la citoyenne Mazelier éprouve pour le mot « maternel » une aversion dont on cherchera, si on en a le temps, la cause. Comme l’enfant en bas âge est en ce moment en première ligne des durs combats menés pour son bien, son école devient un champ de bataille prioritaire.

La parlementaire dégaine vite. Haro sur le lieu devant lequel les parents abandonnent, le cœur serré, des petits en larmes, un matin de Septembre. De maternel, le voici destiné au statut d’« élémentaire ». C’est ce qui s’appelle en effet neutraliser le débat. Pandore ayant vu sa boîte ouverte, il faut maintenant aller plus loin, la déléguée du peuple Mazelier va devoir se retrousser les manches.

On est né quelque part, dit la chanson. À la Maternité répondrez-vous. Horreur ! Et pourquoi pas à la Paternité, dites donc! Vous cherchez la solution, il faut trouver quelque chose, et vite. Pas de panique, on est là pour vous aider. Pondoir, ça vous va ? Ou Centre Asexué d’enfantement ? Joli, non ? Tenez, pour faire plaisir à nos amis allemands, Lebensborn. C’est court, ça sonne bien, c’est très tendance GPA donc déjà prêt pour la méthode-à-Eugène. Vendu.

Amour maternel. Prenons garde, parquet glissant. « Attention particulière ciblée par l’un, l’autre ou les deux parents sur le produit de conception » me semble infiniment plus pertinent. Car en effet, rien pour le père et quand il y en aura deux, imagine-t-on le désarroi du couple, sa juste colère face à l’injustice ?

Quid enfin de l’essentiel ; de cet instinct tenu au fond secret des génitrices (serais-je déjà contaminé ?). Que fera-t-on de ce lien intime, viscéral, magique, jusqu’ici impossible à partager et que les « parents de sexe mâle pérenne » (les messieurs) vont désormais devoir établir avec le fœtus ? Eux dont le ventre ne s’anime que sous les effets de la bière, de la truffade et de la bavette-frites ? Auront-ils droit à des expérimentations financées par le 1% patronal : massages supra-vésicaux avec vibrations par sondes internes, séances de préparation à l’accouchement remboursées par la Sécu ? Je propose, pour « l’accompagnant biologique de la metteuse au monde » (porteuse ou non), l’administration d’une drogue spasmogène, histoire de mêler ses propres contractions à celles de la parturiente. Le progrès étant ce qu’il est, pourquoi l’arrêter ?

Et puis, si l’on va au fond des choses, pourquoi une mère du vinaigre, et pas un père ? Je suggère, pour mieux enfermer cette étrangeté flottante dans son bocal, le terme « avatar visqueux ». Masculin ! Damned, je suis fait aux pattes ! Impossible de m’en sortir. Chez Bayer, on se frotte les mains. La pilule Diane est bannie mais l’aspirine va connaître l’embellie, avec pour utilisateurs privilégiés les Immortels de l’Académie. Au boulot mes amis, la sieste du Jeudi a vécu, c’est la semaine de soixante heures qui vous attend.

Des pistes pour vous, immédiates. La plus évidente : supprimer d’emblée quelques broutilles. Il, elle, lui, le, la, ton, ta, poubelle ! Tout devient alors simple : « retirer truc vinaigre ». À table, « Passe sel parent mâle ». Père, mère, pas de problème, on remplace ça par « base » et « pilier ». « Base, je pense à toi tendrement », « Bonjour pilier, comment va, ce matin ? ». Papa, maman et les terrifiants papounet, moune, mounou, pap’s et autres gagateries stupides du « sentiment d’attirance de type incestueux auto-régulable » (amour) , « trans-générationnel » (filial), à la déchetterie ! Tolérés portes et fenêtres fermées à la rigueur, et gare à l’usage public. Ces petits mots vont rejoindre au rebut quelques gros que la crainte du procès m’empêche ici d’écrire. Requiescant in pace.

Attention aux mots-pièges. Il m’en vient un à l’esprit, synthétique : mère-patrie. Aïe, l’affaire se corse. Pourtant c’est d’une grande simplicité. Deux mamans, assez pour réjouir la famille LGTB. Oui mais, Patrie, ça vient de Pater en latin, d’où patriarche (à l’incinérateur, fissa !), patriarcal (beurk !) patrimoine (allo, le Qatar ?), paternalisme (gardes, emmenez ces gens !), patronyme (en joue, feu !). Mère-patrie, la formule idéale pour nos nettoyeurs. Mais par avance suspecte à leurs yeux, à double titre et pour les raisons que l’on connaît : La mère, c’est restrictif, la patrie, c’est quoi au juste ? Aucune chance de voir ça en page de garde des futurs dictionnaires. Dommage.

Etc, etc. Si j’étais éditeur, je relancerais massivement, afin de le mettre au goût du jour par le saccage festif, le Littré rebaptisé Semex (Semantic Exterminator) avec préface de Madame Mazière (vous avez dit Madame, reculez de trois cases), dès lors infiniment plus ludique que le trivial poursuit, le cluedo ou le scrabble. Ah, les chouettes « interruptions programmées du contrat social » (vacances) en perspective !

À l’heure qu’il est, le rire (propre de l’Homme, là aussi, il faut trouver quelque chose, ça urge) demeure notre seule défense contre l’idéologie galopante. Alors, rebondissons gaiment sur l’aphorisme très actuel d’Audiard. Certes, les cons osent tout et c’est à ça qu’on les reconnaît, notamment ces temps-ci. Constatons quant à nous, puisque l’évolution par le genre aléatoire passe de la théorie à la pratique à la vitesse du TGV, que si chacun a sa chance de ne pas naître con, beaucoup s’ingénient à le devenir.

Alain Dubos




Quand l’école catholique se met à enseigner l’islam

La loi sur le voile pour l’école publique a dû modifier les effectifs des écoles catholiques. L’école privée catholique poursuit sa politique de « tolérance » envers l’islam en autorisant le port du voile pour ses élèves musulmanes. On se demande si c’est par magnanimité, par solidarité entre religions, par ouverture à l’islam ou bien tout simplement pour accueillir les filles musulmanes que des parents intégristes ont  conduites à déplacer de l’école publique vers l’école privée catholique. D’autres esprits méchants, bien sûr islamophobes, pensent que l’islam a trouvé là une faille qui lui rend service sur deux plans : d’abord ses filles se montrent toujours voilées à l’école et imposent leur religion dans cet espace éducatif destiné en principe aux chrétiens, ensuite cela lui permet de faire une OPA sur ces écoles. Cela n’a pas tardé : dans certaines écoles, dites encore « cathos », on trouve 80% d’élèves musulmans. L’imam même d’une ville de la banlieue parisienne ne scolarise-t-il pas ses trois filles, pubères et/ou pré-pubères dans une école catholique ? (1). Est-ce par choix pédagogique ou à cause du voile ? En tout cas, catholiques, votre enseignement fout le camp !

L’école catholique est d’ailleurs à l’image de l’Eglise elle-même. L’évêque de Troyes, par exemple, a organisé une série de quatre conférences, en janvier-février 2013, pour « faire connaître l’islam » ? (1) Les exemples sont légion. Est-ce dans le  sacerdoce de l’Eglise de faire la promotion de l’islam ? Ne doit-elle pas, d’abord, prêcher pour sa paroisse ? A moins qu’elle doute de ses propres valeurs ?

Une polémique récente est passée par la Lorraine, à l’école catholique élémentaire  Notre-Dame de Saint-Mihiel où l’enseignement de l’histoire de la religion musulmane a soulevé un tollé chez les parents, notamment à cause de la mémorisation de versets coraniques. La tolérance affichée de l’Eglise catholique conduit à l’enseignement de la religion musulmane aux petits musulmans et aux petits catholiques.

La prochaine étape serait de créer une école coranique, avec enseignants musulmans imposés par la communauté musulmane, car il ne faut surtout pas discriminer les élèves musulmans !  « Quelle abnégation, mon père !!! » (3)

Ecole coranique EgypteÉcole coranique en Égypte (5)

Mais où sont passées les filles !!! Déjà l’apartheid

Ce qui échappe à la directrice de l’école Saint-Mihiel c’est qu’elle ignore que la mémorisation du Coran est la pierre angulaire de l’enseignement de la religion islamique. Tout commence par une sourate mais ce qui suit n’est qu’endoctrinement et soumission à des textes souvent abscons.

Les instituteurs de Saint-Mihiel lancés dans cette voie dangereuse, doivent être en mesure d’expliquer aux élèves cette logomachie aussi stupide que d’un autre âge qu’est le texte du Coran. Comment ces « éducateurs » vont-ils répondre à leurs élèves qui viennent d’entendre, sans comprendre, de telles absurdités ? Comment leur expliquer ces textes coraniques sur lesquels même les érudits de l’arabe eux-mêmes ont déclaré forfait ? A plus forte raison sur une traduction. Pourquoi ne pas enseigner d’ailleurs  dans la  « sainte » langue du Prophète ? Ce que veulent les musulmans.

En voici quelques échantillons (4) :

« Par ceux qu’on envoie en rafales et qui soufflent en tempête ! Et qui dispersent largement. Par ceux qui séparent nettement, et lancent un rappel en guise d’excuse ou d’avertissement ! ! Ce qui vous est promis est inéluctable ». (Les envoyés 1-7 – al-Mursalate)

« Par ceux qui arrachent violemment ! Et par ceux qui recueillent avec douceur !
Et par ceux qui voguent librement, puis s’élancent à toute vitesse, et règlent les affaires ! Le jour où tremblera
 ». (Les anges qui arrachent les âmes 1-6 – al-Naziate)

« Par ceux qui sont rangés en rangs. Par ceux qui poussent avec force. Par ceux qui récitent, en rappel : « Votre Dieu est en vérité unique» ». (Les rangés 1-4 – as-Saffat)

« Par les coursiers qui halètent, qui font jaillir des étincelles, qui attaquent au matin et font ainsi voler la poussière, et pénètrent au centre de la troupe ennemie. L’homme est, certes, ingrat envers son Seigneur ». (Les coursiers 1-6 – al-Adiyate)

« Par l’aube ! Et par les dix nuits ! Par le pair et l’impair ! Et par la nuit quand elle s’écoule ! N’est-ce pas là un serment, pour un doué d’intelligence ? ». (L’aube 1-5 – al-Fajr)

Comment ces éducateurs lorrains vont-ils s’y prendre, avec des enfants de 7 à 10 ans, pour expliquer le sens de ce verset  et clarifier ses élucubrations textuelles et … sexuelles ? :

« Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez et œuvrez pour vous-mêmes à l’avance. Craignez Allah et sachez que vous le rencontrerez. Et fais gracieuses annonces aux croyants ! » (La vache 223 – Al-Baqara) ? Vont-ils leur dire vraiment que ce verset signifie pour les exégètes : Vous pouvez forniquer vos épouses debout, assis, par devant ou par derrière … ! ?. Que répondra l’instituteur si l’enfant l’interroge sur le sens de ce verset : « […] Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voies contre elles, car Allah est, certes, Haut et Grand ! » (Les femmes 34 – al-Nisa’).

Comment les éducateurs peuvent-ils expliquer à un enfant, qui n’a connu de la vie que la nourriture  et le jeu, un nombre important de versets qui traitent de la fornication, des vagins, de la menstruation, des nymphes du paradis (les houris de la djanna) qui redeviennent vierges après avoir été pénétrées par les musulmans pieux qui pourront ainsi jouir du plaisir de les déflorer plusieurs fois ?

Comment l’enseignant d’une institution catholique va-t-il s’y prendre pour expliquer à des enfants le sens des versets qui incitent à combattre et à tuer celui qui ne croit pas comme lui : « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et son Messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés » (Le repentir 29 – Al-Tawbah) ? A moins qu’il approuve ce verset, par cet ancien masochisme chrétien qui fabriquait des martyrs ?

Reste que l’école Notre-Dame à Saint Mihiel est devenue l’agneau sacrificiel, le bouc émissaire, vers lequel convergent les critiques que l’errance et le désarroi de la catholicité, face à l’intrusion de l’islam conquérant dans notre pays, ont, hélas, provoquées.

Bernard Dick

(1) http://ripostelaique.com/je-reve-detre-le-nouveau-chef-de-lislam-de-france-devinez-devinez-devinez-qui-je-suis.html

(2) http://ripostelaique.com/leveque-de-troyes-porte-les-valises-de-lislam.html

(3) Réplique faite à Bernard Blier, déguisé en prêtre, dans le film Les Barbouses

(4) http://ripostelaique.com/Faire-memoriser-le-coran-aux.html

(5) http://www.ahram.org.eg/The-First/News/182679.aspx

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Valls annonce qu’il va exclure plusieurs imams radicaux : les islamistes tremblent !

« Plusieurs prédicateurs radicaux étrangers vont être expulsés dans les prochains jours », a annoncé M. Valls  lors d’une conférence internationale sur la lutte contre les extrémismes violents. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la prévention du processus de radicalisation et de la lutte contre l’islamisme radical et le « djihadisme global », a-t-il dit. »

IMAM EXPULSE

Que voici une nouvelle réjouissante … Si l’on y croyait !

Qu’est-ce qui lui prend au Manu ? Pour Noël, il s’était commandé de nouvelles oreilles et des yeux tous neufs pour découvrir bien tardivement de ce qui crève la vue du Peuple français depuis belle lurette ?

Après avoir inauguré à tour de bras des mosquées un peu partout en France, et rompu le jeûne du ramadan tout l’été, il découvre brusquement qu’il existe un « processus de radicalisation » ! Que n’a-t-il été plus tôt questionner les habitants terrorisés de certaines banlieues, dites « à risques », sur leurs conditions de vie ? Cela lui aurait évité de se ridiculiser, une fois de plus, avec sa découverte du secret de polichinelle !

Dans une autre vie, il a du être « enfonceur de portes ouvertes » (aidé par plein de copains du P.S.) !

Manuel Valls a insisté sur la nécessité d’éviter les amalgames.
« Je ne confonds pas cet islamisme radical avec l’islam de France mais il y a un environnement religieux, il y a des groupes qui se réclament du salafisme, qui sont dans un processus politique, qui visent tout simplement à s’accaparer à la fois le monde associatif, les processus scolaires, a prendre au fond la main sur les consciences d’un certain nombre de familles », a-t-il expliqué. »

Voilà ! ça n’a pas traîné ; dès la cinquième ligne, il édulcore déjà avec son amalgame, mot fétiche habituel et gri-gri qu’il agite tel un hochet, dès que pourrait se profiler à l’horizon, un soupçon de début d’éventuelle remise en cause des méthodes islamiques !

Monsieur Valls !  c’est curieux qu’un joueur de pipeau professionnel comme vous,  ne réalise pas, qu’en jouant en permanence l’intégralité de la partition en bémol, trop c’est trop et à la fin cela sonne faux ! En tout cas suffisamment pour qu’un nombre croissant de Français s’en aperçoivent, alors de grâce, cessez de les enfumer avec vos discours martiaux et vos moulinets de bras qui ne doivent plus guère impressionner que les mouches !

« Nous expulserons tous ces imams, tous ces prédicateurs étrangers qui s’en prennent à la femme, tiennent des propos contraires à nos valeurs, font référence à la nécessité de combattre la France », a-t-il averti.

En effet, prétendre qu’il va virer de France les imams radicaux « s’en prenant à la femme », reviendrait à dire qu’il va TOUS les chasser, puisque TOUS sont radicaux et TOUS maintiennent la femme dans une condition inférieure, selon les merveilleux préceptes (pour eux) de leur répugnant prophète pédophile et sanguinaire.

Quand on sait cela, on comprend bien mieux pourquoi cette religion, a toujours autant de succès de nos jours auprès de bien des mâles, machos primaires et obsédés de « la chose » (soyons pudique, sinon je vais me faire traiter de pute, mot qu’ils affectionnent particulièrement pour désigner toute femelle qui se cabre devant leur suffisance, n’ayant d’égale que leur connerie monumentale). J’en profite d’ailleurs pour remercier sincèrement tous les vrais hommes qui n’ont pas cédé à l’appel d’un tel dogme, tellement confortable pour la gente masculine, ni à la promesse des milles vierges qui seraient à leur disposition dans l’au-delà… à condition qu’ils consentent à pourrir la vie de leurs semblables dans cette vie (résumé peut-être un peu succinct, mais tellement réaliste !).

Pour en revenir aux déclarations fracassantes que Valls tonitrue à tout va (si, si ! il tonitrue, c’est même pratiquement la seule chose qu’il sache faire … dès qu’il a fini d’ouvrir les portes ouvertes), j’ai comme un énorme doute sur leur réalisation. Sinon, pourquoi ne soutient-il jamais les forces de police lorsque celles-ci rappelant  à l’ordre une femme intégralement voilée,  sont en retour violemment agressées par les racailles familiales accourues de toutes parts au secours de l’opprimée ?

Comme d’habitude, il entonne immédiatement son refrain préféré, le : « surtout ne pas confondre islamisme radical avec l’islam de France »  comme c’est pratique ! Il suffit de décider que ses copains sont du côté des gentils, et le tour est joué ; à eux toutes les permissivités, les compromissions, les avantages, les tolérances infinies … aux autres, les méchants radicaux, la chasse aux sorcières est déclarée. Ensuite on prétend que les méchants sont ailleurs … au Mali par exemple, et de conclure qu’en France on est peinards , hormis une poignée de récalcitrants qu’on renverra au pays, c’est promis (aux frais du contribuable bien sûr, ce qui ne les empêchera pas d’être de retour quelques mois plus tard, puisque personne ne vérifie jamais ce genre de chose).

Pourtant, je n’ai pas souvenance d’avoir entendu une seule fois ces messieurs de l’ U.O.I.F. ou du C.F.C.M. (grands potes de Manuel)  dénoncer et condamner fermement les racailles « connues des forces de polices » (synonymes : délinquants fichés) chaque fois qu’un fait divers violent (meurtre, viol, agression sauvage et gratuite) émane de « jeunes de la diversité » … ou alors ils l’ont pas dit fort !

La première des choses qui leur vient à l’esprit c’est de glapir « pas d’amalgame » ! (c’est pour ça qu’ils sont copains avec Manu, ils ont le même langage, et entre hypocrites on se comprend, c’est sûr).

« De ce point de vue là, il faut être extrêmement ferme et je le serais », a-t-il conclu. »  Chiche !

ET HOP!

Bien sûr qu’il faut être ferme, bien sûr qu’il faut virer toute cette engeance extrêmement dangereuse, c’est ce que l’on se tue à dire et répéter inlassablement dans les colonnes de R.L., R.R. et bien d’autres sites patriotes, et ce depuis des lustres. Nous devrions donc normalement être déjà en train de sabrer le champagne … si nous étions les gogos que se plait à croire Matamore 1er et sa clique de nuisibles !

Pourtant pour  ma part, n’ayant pas l’intention de payer pour voir (comme au poker ?) j’attendrai avant de me réjouir pleinement, que môssieur le Ministre de l’Intérieur soit passé à l’acte, ce qui comme à son habitude risque de prendre, à l’instar du refroidissement du fût du canon … un certain temps !

Josiane Filio

Source : le site québécois Poste de veille :
http://www.postedeveille.ca/2013/01/la-france-expulsera-plusieurs-imams-radicaux.html
Transmis par Jack, un de mes complices pourvoyeurs d’infos utiles – merci à lui.




Ecole de Saint-Mihiel : solidaire des courageux parents lynchés par les journaleux

Je n’imaginais pas, en dénonçant le fait que des enfants soient contraints d’apprendre une leçon avec des versets du coran dans une école catholique sous contrat, qu’allait se déclencher un tel déferlement médiatique et des réactions telles qu’un procureur en soit saisi.

http://ripostelaique.com/des-enfants-de-cm1-punis-leurs-parents-ont-refuse-quils-apprennent-une-sourate-du-coran.html

Mon intention n’était certainement pas d’appeler à insulter la directrice de l’école et encore moins à la menacer. J’entendais, en indiquant ses coordonnées, provoquer une alerte collégiale à son intention sur le danger d’un dogme aux antipodes de l’amour du prochain, un dogme qui appelle au contraire au meurtre de celui-ci.

L’affaire aurait dû rester au stade d’un simple fait divers ne suscitant que la colère des résistants à l’islam, et l’article n’aurait été qu’un parmi une multitude d’autres du même ordre.

C’était sans compter sur la capacité d’internet à s’emparer d’un fait pour le faire grossir démesurément. Après les très nombreux mails reçus par l’école et les craintes de la directrice, l’Est Républicain et BFM TV se sont emparés de l’affaire, puis France 3 Lorraine et Europe 1. J’attends le moment où Pujadas viendra à l’heure de la soupe du soir froncer ses sourcils indignés par tant d’amalgame nauséabond rappelant les heures les plus sombres de notre histoire.

Pour l’auteur de l’Est Républicain qui relate les faits (que la directrice confirme d’ailleurs en évoquant l’intervention des parents suite à la « leçon » avec « évaluation » – qu’il s’agissait donc bien d’apprendre – même si elle réfute la punition), l’article proviendrait d’un site « bleu blanc rouge » qu’il répugne à nommer, sans doute pour éviter que les lecteurs n’aillent y découvrir des choses interdites par le politiquement correct, insinuant par là que tout ce qui a trait à l’amour de la France serait forcément malodorant et fort suspect.

Y sont dénoncés explicitement les parents, désignés par la directrice au journaliste de France 3 comme ayant rapporté les faits à notre journal alors qu’il n’en est rien, qui sans les nommer donne suffisamment de précisions pour qu’ils soient reconnus par les autres habitants de St Mihiel, et qui auraient donc eu le tort de se plaindre de ce qu’on enseignait à leur enfant, et dont les propos sont qualifiés comme étant « teintés de racisme » sans toutefois qu’il en soit précisée la teneur. Car de nos jours, il est généralement convenu de qualifier de racisme toute critique de l’islam. Les parents sont depuis désignés comme coupables, montrés du doigt, traités de racistes, simplement parce qu’ils ont refusé que leur gosse soit confronté à l’apprentissage des rudiments d’une idéologie qui considère ouvertement que la charia doit primer sur la démocratie !

Comment ne pas comprendre l’indignation de ces parents et leur refus de laisser endoctriner leurs enfants avec une idéologie qui appelle à les tuer s’ils sont chrétiens ?

Comment comprendre que cet enseignement, prôné par l’Education Nationale, soit apporté dans une école précisément catholique, et dispensé à des enfants qui doivent majoritairement l’être ?

Comment ne pas s’inquiéter d’un dogme qui a participé activement au génocide des Juifs durant la guerre, quand Hitler en personne prenait conseil auprès du mufti pour favoriser leur extermination ?

hitler_mufti grand mufti faisant le salut nazi

Waffen-SS-Handshar-Mufti-8S

Comment ne pas s’alarmer quand un Qaradawi invité en France durant des années avec la bénédiction silencieuse des autorités réclame précisément de « finir le travail » inachevé de l’odieux führer ?

Comment feindre d’ignorer la dangerosité d’une idéologie qui appelle au meurtre en la faisant passer pour une religion « comme les autres », pour un message de paix et d’amour quand le mot « amour » en est désespérément absent si ce n’est pour glorifier le seul Allah, et qui a pour symbole un glaive de guerre ?

Comment ne pas avoir envie de brandir l’article 375 du Code Civil sur la protection de l’enfant mineur face à la folle entreprise du système destinée à le familiariser avec l’islam et à lui enseigner la biographie du pédophile le plus célèbre de l’histoire du monde, celui-là même qui a « consommé » une petite fille de leur âge ?

Comment admettre qu’on fasse l’apologie d’un machin qui dit « Lorsque vous rencontrez les incroyants, qu’ils soient massacrés jusqu’à leur domination (47:4) », qui a perpétré plus de 20 000 attentats dans le monde depuis septembre 2001, qui massacre les Coptes, persécute les chrétiens du monde entier, en Afrique, en occident, en Asie et ailleurs, et ce depuis des siècles ?

« Ceux qui ne croient pas à nos versets (ou à nos signes), nous les pousserons au feu. Chaque fois que leur peau sera brûlée, nous leur donnerons une autre peau pour qu’ils goûtent le tourment (56:4) » ; « On taillera des vêtements de feu pour les incroyants, on leur versera de l’huile bouillante sur la tête (22:19) ». Paix, amour et tolérance ? Spiritualité ?

Le site Atlantico donne des chiffres édifiants (1) : « Le nombre de Chrétiens persécutés dans le monde oscille entre 100 et 150 millions d’âmes. Ce chiffre, en hausse constante, fait du christianisme la religion la plus persécutée. Selon Portes ouvertes, « un chrétien meurt toutes les 5 minutes ». Et comme l’explique Marc Fromager, directeur de l’Aide à l’Eglise en détresse (AED), « sur 131 pays de culture chrétienne, il n’y en a pas un seul où la législation sur la liberté religieuse laisse à désirer. Sur 49 pays de culture musulmane, 17 ne tolèrent aucune autre religion et contrôlent étroitement les croyants non musulmans, 19 reconnaissent théoriquement la liberté religieuse mais ne l’appliquent pas en pratique. Les chrétiens restent le groupe religieux le plus discriminé dans le monde : 75 % des cas d’atteintes à la liberté religieuse les concernent ». »

N’y a t-il pas de raison légitime à s’inquiéter et à protester contre un dogme qui incite tant à la haine et à l’extermination de qui ne s’y soumet pas ? Est-ce à cette idéologie mortifère que les catholiques bien-pensants appellent à adhérer au sein de leurs murs en exigeant des parents contestataires qu’ils le tolèrent aussi ?

Et nous n’aurions pas le droit de protester ? De refuser ? Et nous devrions accepter sans rien dire qu’on inculque à nos enfants que l’islam est une « religion comme les autres » ?

Je reste pleinement solidaire des parents et m’associe à leur colère. L’islam est un danger pour nos enfants et pour notre civilisation, se familiariser avec est irresponsable et suicidaire. Il est plus que jamais urgent d’en prendre pleinement conscience.

J’invite la directrice de l’école de St Mihiel et tous ses collègues de France et de Navarre, du privé ou du public, à prendre conscience du danger qu’ils propagent, sans doute de bonne foi et à leur insu, à se renseigner sur la vraie nature de l’islam et à s’opposer massivement à son enseignement, même rudimentaire.

Caroline Alamachère

(1) http://www.atlantico.fr/decryptage/chretiens-persecutes-dans-monde-entre-indifference-et-complicite-alexandre-del-valle-587015.html




Christine Tasin évoque l’affaire de la RATP sur Nouvelles de France

Sollicitée par Eric Martin, animateur du site « Nouvelles de France », Christine Tasin a proposé cet article, suite à la vidéo de Guy Sauvage sur les machinistes femmes de la RATP, maltraitées quotidiennement par les plus radicaux de leurs collègues musulmans. Rappelons que ce lundi, au colloque du Siel sur les libertés, Pierre Cassen était intervenu sur la laïcité dans nos entreprises, et avait mis en avant cette question. Malgré la censure médiatique, malgré les menaces juridiques, l’affaire est de plus en plus connue…

http://www.ndf.fr/identite/01-02-2013/a-cause-de-lislam-les-machinistes-femmes-de-la-ratp-en-voient-des-vertes-et-des-pas-mures




La France Orange Mécanique, de Laurent Obertone, le livre choc qui « les » dérange tant…

Livre choc bien dérangeant pour nos zélites, médias et bisounours boboistes qu’est La France Orange Mécanique. Bien qu’heureusement il engendre des débats qui lui sont favorables, il  y trouvera  également ses détracteurs et ceux qui voudront nous faire croire qu’il va ne faire que nourrir cette paranoïa injustifiée dont nous souffririons. Un livre « fourre-tout mal fait » et qui  «va alimenter la boîte à fantasmes déjà pleine du café du commerce», comme peut être lu dans un article sur Boulevard Voltaire (1), article auquel a d’ailleurs répondu Laurent Obertone (2). Nulle doute que si  Obertone « ….ferait mieux de courir se jeter dans la Seine toutes affaires cessantes », ses lecteurs devraient donc en faire de même. Étant nous soucieux du bien-être de ces personnes, des bouées sont mises à la disposition de ceux ne sachant nager. J’ai de la chance, je sais nager.

Si nombre d’entre vous ont déjà frémi en lisant certains livres étalant des vérités au grand jour,  ou la fiction pratiquement aujourd’hui devenue réalité qu’est La Faute du Bobo Jocelyn de Riposte Laïque, ces livres peuvent en comparaison paraître dans leur contenu comme contes pour enfants: on a quand même un peu peur en les lisant, mais pas au point de se planquer sous le lit, du moins pour les plus courageux d’entre nous. La France Orange Mécanique n’est ni conte, ni fiction mais étalages de faits tels qu’ils sont, une douche glaciale et là je dis que c’est tant mieux car souvent, rien de tel qu’une bonne douche pour réveiller les endormis chroniques. Mais attention…

Dès ses premières pages (3), la France Orange Mécanique vous en envoie plein la figure alors si bien calé contre oreillers et installé sous la couette, vous réalisez votre grave erreur : ceci n’est pas un livre de chevet, surtout si prône aux cauchemars. En le lisant, vous sentirez souvent monter en vous la colère, et souvent devrez poser ce livre pour un moment et là, rien de plus normal donc que cela ne vous empêche de continuer la lecture, car il est à  lire absolument, aussi difficile soit-il par moments. Vous vous apercevrez, si vous en aviez encore le moindre doute ou étiez simplement dans l’ignorance de ce fait, à quel point chiffres et reportages sur la criminalité de ce pays sont manipulés et soigneusement triés sur le volet. Vous croyez que j’exagère? Alors dans ce cas, dormez bonnes gens, tout va bien, tout baigne!

Continuons pour les autres. Il ne faudrait surtout pas que les Français(es) sachent vraiment le danger dans lequel ils se trouvent et comment ceux censés les protéger et assurer leur sécurité (coucou l’État), en fait les livrent pratiquement en pâture. Cela pourrait leur donner des idées de révolte à ces braves gens s’ils savaient, mais on ne vous le répète jamais assez: il ne faut surtout pas amalgamer ou stigmatiser et apparemment encore moins les punir ces criminels et délinquants car, les pauvres, ils souffrent, sont en manque de ci et ça alors on les comprends, non? Les punir et emprisonner pour leurs crimes leur porteraient tellement préjudice, il faut donc ici appliquer le devoir de précaution qui nous -le peuple- est systématiquement refusé sur bien des sujets cruciaux. Et puis vous savez, on est tellement occupé « la-haut » à acheter la paix sociale de potentielles réserves de voix que l’on ne veut surtout pas créer d’émeutes alors ma foi, si nos compatriotes se retrouvent de plus en plus victimes de violence, considérons-les comme dommages collatéraux. Quand au silence radio des grands médias -audiovisuel et presse écrite confondus- sur les faits, ils ont depuis longtemps choisi de nous doucher, bassiner, et nous faire apitoyer sur le sort de populations et individus hors territoire, plutôt que reporter sur ce qui se passe vraiment sur le notre, car Ô combien sujets qui fâchent!

Mais La France Orange Mécanique n’est pas seulement étalage d’un échantillon des crimes et délits commis sur notre territoire, il est aussi une analyse du pourquoi et comment nous en sommes arrivés jusque là. Comme le relève justement dans un entretient sur Radio Courtoisie  Laurent Obertone : « Je crois qu’il est bon de redonner un sens à la réalité, de remettre des mots sur ce que Christiane Taubira qualifie de faits divers et nous dit que ça a toujours existé… » Car effectivement et n’en déplaise fortement à la garde des sceaux, eh bien non, cela n’a pas toujours existé et moins encore au niveau atteint aujourd’hui.  Va-t-elle réaliser un énorme tour de passe-passe et nous sortir que les vilains méchants Français(es) qui osent encore se plaindre de tous ces crimes et en plus  reporter, certains mais pas tous,  dont ils sont victimes, ne font qu’halluciner collectivement et que bien évidement, il faudra encore asséner jusqu’à plus soif les accusations de choix : intolérants renfermés sur eux-mêmes! Racistes! Phobes ci et ça! Je me demande si ce genre d’appellation est réservée uniquement pour nous Gaulois ou c’est ce qui a aussi été lancé à la -normalement discrète- communauté Chinoise qui, par deux fois, a manifesté à Paris (2010 et 2011) pour dénoncer l’insécurité à répétition dont ils sont eux aussi victimes. Et oui, cela vous surprendra peut-être qu’ils soient par deux fois sortis de leurs gonds, carrément et sans ambiguïté dénonçant les responsables des délits/attaques: des noirs et des arabes. Oula, vérité fâcheuse pour ceux sans cesse prônant ce cher « vivre-ensembleuuu et métissage » voulu/forcé uniquement par eux.  Oh les méchants racistes et phobes les Chinois eux aussi, allez, au piquet et que l’on ne vous entende plus! Souffrez donc en silence vous aussi tel nous l’ordonnons « là-haut! »

Ce n’est certainement pas pour dire que nous Gaulois ne sommes qu’agneaux ne commettant jamais ni crimes ni délits loin de là, mais soyons brutal : il semblerait que se soient, et à l’insu de notre plein gré ici aussi, ouverts sur notre territoire des jeux olympiques internationaux de la criminalité/délinquance. Comprendé? Merci qui? Pas les choix qui manquent.

Ce gouvernement serait bien décidé en toute connaissance de cause d’appliquer la politique de l’autruche,  mais que les nostalgiques de Sarkozy cessent de souffrir de mémoire sélective car, parmi ce qui est à lui reprocher est qu’il n’a rien fait pour finalement enrayer le fléau insécuritaire, au contraire. Ce ministre de l’Intérieur déjà en 2005 ne devait-il pas nous « débarrasser de la racaille » comme il l’avait lui-même assuré? On attend toujours et Ad Vitam Æternam pour beaucoup de victimes. Requiescat In Pace si elle le peuvent.

Parce que nous sommes bien évidement paranoïaques et hystériques, un coup de massue nous attendra bien pour oser nous demander si -ou constater que- M. Valls est bien parti pour ne pas faire mieux. Allons-nous n’avoir que grands moulinets brassages d’air et opération de com’ choc qu’il ne souffrira de voir remises en question? Des policiers ayant l’audace et le culot de dénoncer qu’ils auraient ordres de la hiérarchie de, ni engager ni intervenir dans certaines situations, seraient-ils en passe de se retrouver devant l’IGS pour tel affront?

En observant le triste état des lieux de notre pays, personnellement je me fiche bien de ce que les détracteurs de ce livre peuvent dire car je suis reconnaissant à Laurent Obertone de nous l’avoir offert ce livre, faisceau de lumière éclairant le sujet tenu obscur par politiques et médias qu’est l’insécurité dans notre pays, et que les politiques successives ne semblent ni enclins ni capables d’enrayer. Comme déjà dit, une bonne douche glacée peut souvent faire merveille pour les endormis, et  quand aux marioles qui transforment notre territoire en jungle, prenez garde car au final, le seul lion et roi de cette jungle est le peuple de France, nous que l’on ose qualifier de bêtes immondes pour l’amour et respect que nous vouons à notre Patrie. Alors méfiez vous car chaque jour qui passe, les bêtes se réveillent en plus grand nombre.

Alain Mercier

(1) http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/la-france-orange-mecanique-un-fourre-tout-mal-fait,10021

(2) http://www.bvoltaire.fr/laurentobertone/france-orange-mecanique-la-reponse-de-laurent-obertone,10269

(3) http://ring.fr/livre/extrait.php/livre/la-france-orange-mecanique




MM. du Nouvel Obs, nous assumons : l’islam n’a pas à être enseigné à des élèves de 9 ans !

Devant la levée de boucliers de la presse face à la révélation par Riposte laïque de ce qui est enseigné dans une école catholique de Lorraine, il convient de saisir au bond le titre du Nouvel Observateur, qui, sans l’avoir voulu, tape en plein dans le mille : Riposte laïque en croisade contre le programme de CM1.

Telle est bien la question en effet. On savait que l’islam avait la part belle dans les programme d’histoire de 5°, on ne savait pas que la manipulation mentale commençait à l’école primaire.

Il faut voir le programme d’histoire pour CE2, CM1 et CM2. On y découvre, à propos de la prétendue découverte « obligatoire » des 3 religions monothéistes revendiquées, pour sa défense, par la Directrice de l’école incriminée, de drôles de choses…

Le judaïsme ? Absent. Oui, le judaïsme, qui est à l’origine et du christianisme et de l’islam, auquel on doit l’Ancien Testament qui a nourri pendant des siècles nos imaginaires, nos peurs et nos désir… Disparu.

Le christianisme ? Présent, certes mais de façon détournée et révélatrice. On ne parle ni de son histoire, ni de ses origines, ni de ses conséquences énormes en terme civilisationnel, puisqu’il a modelé et modifié tout le monde occidental depuis 2000 ans. Non, rien de tout cela. Nos chères têtes blondes vont découvrir le christianisme… au travers de « la christianisation du monde gallo-romain ». C’est-à-dire que l’on va montrer les effets d’un système qu’on n’aura ni présenté ni expliqué et on peut douter que la dite christianisation soit montrée de façon systématiquement positive, pas plus que les croisades qui seront évoquées pour le Moyen âge.

Par contre, à l’islam on déroule le tapis rouge : « la découverte d’une autre civilisation, l’Islam ». Carrément. L’islam promu au rang de civilisation quand il ne s’agit, pour ses plus fervents thuriféraires eux-mêmes, que d’un système de lois imposées à ceux qui ont l’heur et le malheur de naître en pays musulman, c’est fort de café.

Et que cette « civilisation » soit à découvrir va forcément entraîner la présentation de ses origines pacifiques, l’évocation de son doux prophète, les mosquées et leur enseignement de paix et… le coran, sous la forme de versets qu’on a osé présenter aux enfants dans l’école lorraine.

Deux poids, deux mesures. C’est évident. Mais plus encore, quelle indifférence coupable à ce que sont nos enfants et au devoir de l’Etat et des enseignants de les protéger ?

Alors oui il faut faire le procès des programmes d’histoire de l’école primaire (et pas seulement de ceux-là, mais on y reviendra). Seulement, les articles parus dans la presse sur le sujet ignorent délibérément le problème. Il est tellement plus simple de taper sur les islamophobes pour éviter de faire son métier de journaliste.

D’abord, on relèvera la mauvaise foi du journaliste du Nouvel Obs qui, non content de nous interdire même la critique des programmes scolaires, prétend que l’auteur de l’article, Caroline Alamachère, « ferait mine d’ignorer que cette religion, tout comme le christianisme, fait partie du programme« .   Cela n’a jamais été mis en doute, la présence de versets proposés aux enfants a été notamment pointée du doigt, mais le vrai travail du journaliste ne consisterait-il pas à approfondir le sujet et à chercher si, effectivement, l’islam au programme de l’école primaire est une chose juste et bénéfique pour nos enfants ?

Par ailleurs le Nouvel Observateur trouve que l’accusation de prosélytisme, portée par Riposte laïque,  ne serait pas fondée. Parce que parler d’un système politico-religieux totalitaire qui, verset après verset, impose le prosélytisme et la conquête ce serait anodin ? Au hasard, voici une sourate très neutre, la  sourate 21 verset 44. « La vérité, c’est que Nous avons permis à ces gens-là et à leurs ancêtres de jouir par trop longtemps des biens de ce monde. Or, n’ont-ils pas remarqué que Nous portons Notre action sur la Terre et que Nous en réduisons les limites de toutes parts? Sont-ils donc, eux, les plus forts? »

On sourira devant le titre de BFM TV : « une école catholique menacée par des islamophobes  » qui laisse penser que les islamophobes sont des violents assiégeant l’école. Ma foi, j’invite les lecteurs à relire l’article de Caroline et à chercher les menaces…

Bien évidemment, l’Est républicain, qui, en son temps, avait démoli Fanny Truchelut pour avoir demandé à une voilée d’enlever son voile dans son gîte, joue le jeu de l’islam et évoque, lui aussi, les menaces que subirait la Directrice…

Un reportage de FR3 Lorraine, totalement à charge contre les parents « racistes » et bien sûr les sites « islamophobes », n’avait plus qu’à conclure le travail… Cela s’appelle du journalisme !

[youtube]mu6RJkU31Pg[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=mu6RJkU31Pg

Tant il est plus facile de chercher à diaboliser celui qui dit la vérité que de la rechercher, Mais dire la vérité, pour ces journaleux, signifierait remettre en question leur dhimmitude établie, leur complaisance avec ceux qui, à la tête de l’Etat, imposent une nouvelle civilisation.

Alors n’ayons pas peur, continuons de protester, comme parents, comme citoyens, à chaque fois qu’on fait étudier l’islam dans notre pays. Qu’on se le dise. Les Français en ont assez de l’islam, comme l’a confirmé le dernier sondage du Monde  et ne veulent pas qu’il soit enseigné à leurs enfants.

Christine Tasin

Résistance républicaine




Benbassa juge les Français trop primaires pour bénéficier de la liberté d’expression des Américains

Madame Esther Benbassa, sénatrice EELV se fend d’un article dans le Huffington Post, sur la punition des « injures ».

http://www.huffingtonpost.fr/esther-benbassa/discrimination-mariage-gay_b_2564639.html?utm_hp_ref=france

Ainsi ose telle écrire :
« France, pays de l’égalité. La Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789 (qu’en est-il donc de la femme et de la citoyenne ?) l’a gravée dans le marbre. Les frontons de nos mairies rappellent à chaque passant qu’elle fait partie des principes intangibles et sacro-saints de notre République. »

« Côté Europe, même insistance. L’article 14 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme (là aussi, le masculin l’emporte…) et des libertés fondamentales interdit ainsi clairement les discriminations fondées sur le « sexe », « l’appartenance à une minorité nationale » ou sur « toute autre situation ». Quant à l’article 13 du traité instituant la Communauté européenne, il stipule tout aussi clairement que le « Conseil (…) peut prendre toutes les mesures nécessaires en vue de combattre toute discrimination fondée sur le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion ou les convictions, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle ».
Dans ce dernier texte, aucune distinction n’est faite entre les divers types de discriminations. Tel n’est pas exactement le cas du droit français qui a besoin de faire sa propre révolution pour garantir sa cohérence interne et pour assurer la pleine intelligibilité de ses dispositions par le public. »

Y a-t-il une hiérarchie dans l’injure ?

« S’agissant d’injures, osera-t-on affirmer par exemple que « sale pédé » soit moins grave que « sale juif » ou « sale arabe »? Personnellement, je ne vois pas de différence. Notre droit, lui, pour l’instant, en fait une. Or il y a plus que jamais urgence pour le législateur de faire en sorte de remédier à ce déséquilibre et d’instaurer une parfaite égalité de traitement face aux injures.
Les derniers débats sur le mariage entre personnes du même sexe ont ouvert la boîte de Pandore des discours homophobes. La banalisation de ces excès langagiers menace. Internet a relayé les propos violents et leur a surtout assuré une publicité inédite. Sur Twitter, le hashtag « simonfilsestgay » s’est distingué le 22 décembre en battant des records. 20 000 tweets auraient été rédigés avec ce hashtag. Et je ne ferai certes pas de réclame aux sites qui se sont distingués en la matière.

Que la question du mariage entre personnes du même sexe divise est une chose, et on peut, même quand on est résolument pro-mariage pour tous, le comprendre. En revanche, la violence, la sottise et/ou l’absurdité de certains propos sortis de la bouche de certains de ses adversaires laissent pantois. »

Mais derrière cet hymne à la dénonciation et la punition des injures, elle paraît dans un premier temps très ambivalente en écrivant , je cite :
« J’ai quant à moi un faible pour la culture nord-américaine. Y compris pour le premier article de la Déclaration des Droits (Bill of Rights) qui ne met pas de limite à la liberté d’expression. Notre pays préfère ordinairement la répression. Pas le genre à souscrire à un texte stipulant par exemple que « le Congrès ne fera aucune loi qui touche l’établissement ou interdise le libre exercice d’une religion, ni qui restreigne la liberté de parole ou de la presse, ou le droit qu’a le peuple de s’assembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de ses griefs. »

Cet amendement à la Constitution des Etats-Unis est entré dans les mœurs américaines. Ainsi que l’éducation qui va avec, et qui s’en est suivie au fil des décennies. Je ne dirai pas que cela ait fait des Américains des citoyens parfaits. Mais on peut penser ou espérer que la pédagogie qui en a découlé a permis d’encadrer plus ou moins une liberté en principe totale.
« En France, cette liberté sans entraves risquerait fort de tourner à la liberté sans contrôle. Et sans égards pour la liberté et la dignité de l’Autre. C’est là que le bât blesse. Je dirais oui à cette liberté si nos dirigeants et enseignants se décidaient une bonne fois pour toutes à initier autrement à la pratique concrète de la liberté d’expression. Dans les cours d’instruction civique, aussi bien que dans les campagnes de sensibilisation. »
Donc pour Madame Benbassa, e qui est bon pour les Américains, ne l’est pas pour des Français, qui ne sauraient faire un bon usage de cette liberté fondamentale, la liberté d’expression !
Moi qui pensait’ évidemment stupidement qu’avec Jeanne d’Arc, la Révolution, Bonaparte, les révolutions de 1830, 1848, la Commune, la Résistance, etc. le peuple français avait payé chèrement sa liberté, remise en cause aujourd’hui, par les petites marquises et les minables marquis socialistes, (au fait socialiste est-il une injure ?).

De surcroît, s’étonne Madame Benbassa, comment admettre que la loi de 1881 n’applique pas les mêmes délais de prescription à toutes les infractions qu’elle prévoit ? Le moment est plus que jamais venu, dans la perspective de l’instauration du mariage entre personnes du même sexe et dans le sillage du débat qu’elle a suscité dans notre société, de soumettre l’injure homophobe, sexiste et handiphobe (plus rare, l’handiphobie se traduisant d’abord dans le champ de l’accès concret aux droits, à l’emploi, etc.) aux mêmes délais de prescription que l’injure raciste. La menace de sanction doit être la même pour tous.
Ah, enfin, les grandes hystériques castratrices de gauche sont à la manœuvre, enfin elles vont pouvoir coupez les têtes et les pieds pour que chacun ne mesure plus qu’un mètre cinquante. C’est cela l’égalité pour les femmes de gauche.

Cette brave sénatrice, soi-disant représentant du peuple français, traite celui-ci comme un groupe de débile incapable de se servir à bon escient d’une liberté fondamentale : la liberté d’expression, et comme elle le déclare « la loi elle-même, on le voit, peut être discriminatoire. Il faut bien sûr que cela cesse et vite. Toutes les injures blessent, aucune n’est moins humiliante qu’une autre. Il n’est évidemment pas question de créer et d’imposer je ne sais quelle langue lisse et sans aspérités. Ce serait bien dommage. Ce serait le pire usage du « politiquement correct ». Reste qu’il n’est pas inutile de faire prendre conscience à chacun du poids de ces mots qu’il utilise à la va-vite dans le quotidien. »
Ainsi le « où tu l’as eu ton permis de conduire conasse » vaudra autant d’amende que « où tu l’a eu ton permis ducon, dans une pochette surprise ! »
Nous n’en avons pas fini avec ce souci d’égalité qui est à l’humanité ce que Lyssenko était à l’agriculture soviétique.
Avec le mariage homosexuelle elles tiennent enfin cette revanche sur les hommes : en faire des femmes !
J’invite donc Madame Benbassa, comme moi israélite, a allez dans son pays natal : la Turquie pour vanter les bienfaits du « mariage homosexuel et de l’égalité des peines dans les injures ».
Qui nous débarrassera de ces péronnelles haineuses de Madame Benbassa à Madame Taubira en passant par Mesdames Duflot et Filipetti, et par charité pour ce qu’il nous reste de République, j’en passe ?

Lazare Zylbergleitt




Imposer le Coran à des gamins de 8 ans est-il une simple leçon d’Histoire, madame la Directrice ?

On savait tous que les journaleux sont très majoritairement de gauche ! On savait même qu’ils étaient formatés par les écoles de journalisme. On savait qu’ils avaient voté à 73% pour François Hollande, que les manifestations des catholiques étaient, à leurs yeux, plus choquantes que les prières de rue des musulmans. On savait aussi qu’il ne fallait pas compter sur eux pour dénoncer le racisme anti blanc, car à leurs yeux il n’y de raciste que le blanc et l’extrême droite est son prophète. Nous savons tout cela mais je suis resté pantois devant l’article du journaliste Nicolas Galmiche de l’Est Républicain.

Il nous relate l’infamie n’est-ce pas, d’un article de Riposte Laïque de l’excellente Caroline Alamachère dénonçant ce qui est, et reste à nos yeux, la véritable infamie : l’enseignement de versets du Coran dont on connait l’extrême gentillesse en général, contenue dans ses différents versets, entres autres les appels aux meurtres des chrétiens et des juifs. Mais cela ne heurte pas l’inculte journaliste qui ne voit là que de l’islamophobie qui à ses yeux, ne peut-être que du racisme. Pauvre esprit à défaut de simple d’esprit. La pollution islamiste est bien réelle! Le virus vert-islam est présent et coule dans les veines des différentes rédactions journalistiques.

Ainsi donc, avoir peur de l’islam est raciste aux yeux de ce triste sire! Car c’est raciste que de dénoncer une religion qui détruit des Bouddhas géants en Afghanistan  au nom d’un Dieu comme elle a détruit au Mali des tombeaux, comme elle menace de détruire les pyramides en Egypte sans compter les milliers de morts chrétiens, juifs et animistes de ces dernières années. Sans parler de ces femmes, sous le joug de cette religion qui les considère comme inférieures par la volonté d’Allah, et qui sont mises sous la « protection » des hommes qui s’en servent comme des ventres au mieux, ou d’utiles vagins le plus souvent! Qu’il soit bien entendu nous dit la bien pensance: cette religion est une race envers et contre toute logique et qu’elle est, non seulement une merveille d’humanisme, mais aussi qu’elle  est persécutée par des misérables rédacteurs de Riposte-Laïque attentifs à ces « petits détails religieux » liberticides sans grande importance.

Ce Nicolas Galmiche et comme beaucoup de ses collègues, un journaliste de peu de foi dans tous les sens du terme à moins qu’il ne soit à lui tout seul, les trois petits singes de la fable: il n’entend, ni ne voit, ni de dit mais bon sang, qu’est-ce qu’il peut écrire comme âneries.

Cependant dans ses déclinaisons, il y a des raisons objectives d’êtres ravis car enfin, il semble que la peur change de camp. Riposte-Laïque et sa » talentueuse » rédactrice Caroline fait réagir dans le bon sens et poussent les dhimmis de service à se poser des questions. Cependant, la bête imbécile à défaut de ne pas être encore immonde bouge encore!

La directrice dit: « Tout ça pour une leçon d’histoire… » Quelle innocence tout de même! Voici qu’elle confond l’histoire des religions avec le contenu d’une religion! On peut bien sûr expliquer la naissance des religions sans être pour autant obligé de faire apprendre par cœur des versets et de noter voire de sanctionner les élèves qui n’ont pas appris ces versets. Mais il faut croire que c’est au-dessus de sa tête de petite directrice d’école primaire d’une école privé! Il est vrai que de plus en plus d’écoles catholiques retirent les croix chrétiennes dans les salles de classes pour ne pas « gêner » les élèves d’une autre confession. Comme si les parents ignoraient où ils mettaient leurs enfants! Si Jésus avait une tombe, il se retournerait sûrement.

Poursuivons le récit fait par le journaleux de service sur  cette « pauvre directrice »: Au bout du fil, la directrice de l’école primaire Notre-Dame, à Saint-Mihiel, est indignée. Consternée et surtout apeurée après la publication, mardi sur un site Internet très « bleu-blanc-rouge » et dont les articles prônent ouvertement l’islamophobie. Car être « bleu blanc rouge » aux yeux de ce journaleux est indigne! Le même a dû s’esbaudir devant l’élection de Barak Hussein Obama qui porte comme beaucoup d’américains les couleurs de son drapeau aux revers de ses vestes. Mais ce que les américains peuvent faire, un  français ne le peut pas car automatiquement, les couleurs nationales sont sous la condamnation de la bien pensance et signifie « extrême droite », « fasciste », « islamophobe »  et donc raciste. La boucle est bouclée et c’est pourquoi, depuis maintenant 5 ans, je porte mes couleurs aux revers de mes vestes et j’emmerde le premier qui me fera une réflexion. Ces petits pin’s sont bon marché et se trouvent un peu partout. je vous encourage à en faire autant! Lorsque nous nous croiserons, nous nous sourirons au passage!

Le journaleux poursuit: la directrice reçoit peu après une lettre d’un parent qui trouve inadmissible cette leçon au sein de l’école. « Je lui ai répondu par écrit qu’il s’agissait d’un cours d’histoire comme un autre » Elle insiste la bougresse sans réaliser la stupidité de sa réflexion.

« Je reçois des coups de téléphone très menaçants de personnes qui me traitent plus bas que terre et ma boîte mail est saturée par 300 lettres d’insultes et de menaces personnelles », souffle Christelle Lainet, soutenue par sa hiérarchie et le rectorat. Ce qui prouve à mon avis, que les français ont encore une conscience! J’ai fait partie de ceux qui ont envoyé un courriel à cette directrice! Il n’était en aucun cas injurieux et ne contenait aucune menace! Mais bien entendu, le journaleux ne parle pas de ces courriels de français corrects, la majorité j’en suis sûr, qui ont dit leur malaise à cette directrice!

Entre « mauvais rêve ou réalité » poursuit le journaleux! Faisant mine de ne pas comprendre que c’est lui le mauvais rêve mais aussi une réalité pitoyable de journalistes à la botte du politiquement correct à vomir puisqu’il dénie aux français, aux parents de contester la propagation dans une école publique et laïque comme dans une école privé catholique un enseignement religieux mortifère et liberticide! Ce sont les parents qui ont raison contre cette directrice, contre l’éducation nationale! La vérité n’a pas de couleurs particulières, elle n’est pas bleu blanc rouge, elle est tout simplement!  Elle est lumineuse et évidente pour beaucoup de Français !

Et bien entendu, ce journaleux termine sur la doxa habituelle apprise sur les bancs de l’école du journalisme: une affaire aux relents détestables et nauséabonds. Je lui mettrais une mauvaise note à ce Nicolas car il a oublié « les heures sombres de notre histoire« . Tout se perd ma brave dame…

Quoiqu’il en soit, nous voyons bien que la presse « aplaventiste » est à l’œuvre mais que les Français grâce à internet, grâce à la presse libre qui peut encore être lu sur nos ordinateurs est de plus en plus lu par des milliers de français! 2013 est l’année de la résurrection, l’année de tous les dangers aussi car, la bête imbécile à défaut de ne pas être encore immonde, va chercher à nous faire taire!

Je termine sur un mot: Résistance!

Gérard Brazon

(Puteaux-Libre)




Le médiocre journaleux Aymeric Caron accuse un maire UMP d’être la fille d’un père OAS

Samedi 26 janvier 2013, dans l’émission « On n’est pas couché », diffusée sur France 2, les spectateurs happy few ont pu assister à un lynchage éhonté de la part de l’arrogant chroniqueur Aymeric Caron contre Michèle Tabarot, maire UMP de la ville du Cannet. Cette femme portait la tare d’être  la fille d’un ancien dirigeant de l’OAS, Robert Tabarot. C’était suffisant pour l’accabler, et le journaliste, tel un charognard, se précipita sur la pauvre femme désemparée, car venue pour parler de politique contemporaine et pas d’événements survenus cinquante ans auparavant auxquels, de surcroît, elle n’avait pas participé !

En effet, que reprochait-on à cette élue : sa politique municipale ? Non ; ses prises de position sur l’actualité ? Non plus : on lui reprochait d’aimer son père, d’abord, et d’être plus nuancée sur l’Algérie française qu’un pédant ressassant les poncifs appris par cœur dans les rédactions de gauche qu’il avait hantées de sa médiocrité suffisante. Mais rien n’arrête la bêtise, et voici que les crimes du père rejaillissaient sur la fille, à laquelle monsieur Caron (ainsi que son homonyme mythologique) faisait traverser le fleuve infernal de ses idées reçues en lui coupant régulièrement la parole et s’excitant comme un jars.

Quelques jours plus tôt, j’écoutais, atterré, les remerciements mielleux de Laurent Fabius adressés au gouvernement algérien pour avoir rondement mené une opération « musclée » d’exfiltration d’otages du complexe gazier des environs d’In Amenas. Quand on sait le nombre d’Occidentaux tués, et dans quelles conditions, on se demande s’il n’eût pas été plus judicieux de faire appel à des nations plus compétentes, même si l’Algérie est souveraine sur son sol ; un sol aussi spongieux que la couche d’un nouveau-né, où on entre plus facilement dans des complexes gaziers qu’à Eurodisney !

Je me souviens d’un temps, lorsque les forces spéciales russes employèrent les mêmes méthodes dans un théâtre moscovite et une école russe à Beslan, respectivement en 2002 et 2004, d’un concert de réprobations en France. Et je salive d’avance en attendant fébrilement les prochaines excuses de l’Etat français pour avoir obligé les forces militaires algériennes à « sauver » des infidèles et tuer de « bons musulmans » !

Ces temps-ci je m’interroge à part moi-même tout seul : sommes-nous en train de marcher sur la tête ? Nous libérons la Libye et ensuite nous allons nous faire tuer au Mali pour nettoyer le foutoir que nous avons rendu possible en offrant aux fanatiques musulmans les arsenaux de Kadhafi ; nous menaçons Bachar el Assad d’une intervention, et quand la Syrie sera « libérée », nous pleurnicherons à chaque attentat en Israël, auquel nous aurons contribué par un afflux massif d’armes militaires syriennes entre des mains intrinsèquement meurtrières.

Quand cesserons-nous de croire naïvement que nous avons un avenir commun possible avec l’islam ? Depuis plus de treize siècles, l’Occident et l’Islam sont deux civilisations antagoniques. Et désormais, la première progresse (difficilement, certes) lorsque la seconde s’enfonce dans un obscurantisme qui effraierait le plus farouche des inquisiteurs, au point d’anéantir sa propre culture : des manuscrits inestimables conservés à Tombouctou sont aujourd’hui devenus un tas de cendres. Je ne veux pas de ça chez moi, et je me suis laissé dire, à l’aune d’un récent sondage publié dans Le Monde, que les Français n’avaient plus beaucoup foi dans la logorrhée islamophile dont les médias les abreuvent régulièrement. Je me suis aussi laissé dire que les petites chinoises préféraient les escarpins et les mini-jupes à la burqa !

A bon entendeur !

Charles Demassieux