1

Guemriche, un agent de l'islam qui préfère Paris à La Mecque

guemricheTravestir l’histoire est une marque déposée islamique. Une fois encore, un écrivain et universitaire d’origine algérienne, M. Salah Guemriche, vient de se distinguer par une démarche bizarroïde ayant trait à l’histoire de France. Dans un article publié le 25-05-2015, sur l’Obs concernant la bataille de Poitiers en 732 qui avait opposé Charles Martel au gouverneur omeyyade Abd-El-Rahman d’Al-Andalus (qui mourut durant cette bataille en martyr selon les chroniqueurs musulmans), tente de réécrire le récit national de la France en fonction de son propre logiciel en faisant passer le message suivant : tout ce qui ne glorifie pas l’islam doit être jeté dans la poubelle de l’histoire.
Dans cet article, M. Salah Guemriche prend un parti pris flagrant en faveur de l’islam comme si cette religion avait brillé durant des siècles par son humanisme et que le djihad n’avait jamais été son carburant pour soumettre l’humanité aux oukases d’Allah et de son Envoyé. De nos jours ( en 2015), ce djihad est pratiqué à grande échelle par DAESH qui coupe les têtes et qui vend les femmes yazidies comme esclaves sexuelles pour la modique somme de 150 dollars us pour les plus chères d’entre-elles. Et toute cette tragédie provoquée au nom de l’islam ne semble pas l’ébranler dans sa certitude.
Que pense-t-il, lui le grand moraliste et le donneur de leçons, de l’islam égorgeur et esclavagiste ?
Malheureusement, il ne déroge pas à la pensée fondamentale islamique dont il est le produit par excellence. Comme tous les intellectuels musulmans obnubilés par le ‘miracle’ coranique, il refuse de se regarder dans un miroir pour ne pas se remettre en cause. Il met sous le boisseau les choses qui le dérangent. Armé de la cuirasse de la takkya, il crie au complot ourdi contre l’islam par les Juifs et les Croisés,  comme si celui-ci n’était pas responsable de la situation que vivent les musulmans qui est caractérisée par un retard et une régression dans tous les domaines économiques, sociaux, éducatifs, et artistiques. D’ailleurs, l’absence de liberté dans l’ensemble des pays musulmans est due à la culture islamique qui est incompatible avec la démocratie, malgré l’enfumage des pseudos-intellectuels musulmans.
Prétendre que Charles Martel n’a pas sauvé l’Europe de la conquête islamique est une contre-vérité historique, c’est comme ne pas reconnaître que la bibliothèque d’Alexandrie ne fut pas ravagée par les flammes du djihad suite aux ordres donnés par le deuxième Calife bien ‘guidé’ Omar ibn Khattab.
Les Français, ces orphelins de Charles Martel, comme il les appelle dans son article, doivent être fiers de leur héros légendaire car il leur a épargné la tyrannie islamique et aujourd’hui grâce à sa bravoure, ils vivent dans un pays de liberté et de fraternité. Ce n’est pas le cas des pays musulmans qui sont plongés dans l’inculture, l’aliénation, l’acculturation et le sous-développement chronique.
Et si l’islam avait triomphé de Charles Martel, que serait devenue la France ? La question lui est posée. Les orphelins de Charles Martel attendent sa réponse avec impatience.
Et lui, peut-il être fier en tant que musulman, de la vie que mènent ses coreligionnaires sous le joug de la charia ? Ne s’est-il pas installé dans le pays de Charles Martel aux côtés de ses orphelins pour fuir l’oppression islamique?
N’a-t-il pas quitté son pays (l’Algérie) en 1976 pour aller ‘respirer’ la liberté à Paris et non à la Mecque ?
Selon ses propres mots, il a décidé de fuir Alger, car elle commençait (déjà à cette époque et que dire de nos jours) à être d’une austérité sociologique déprimante. Apparemment, les conditions d’épanouissement n’existent plus dans son pays natal soumis à l’autorité de l’islam. Il oublie de préciser que c’est la culture véhiculée par sa religion qui en est responsable et qui fait de la femme un être éternellement mineur, du berceau au tombeau. Mais ça, il refuse de l’admettre, car on ne touche pas à son islam qui est la religion qu’Allah a agréée pour gouverner le monde, d’après la propagande de masse mahométane qui tente de soumettre ses ennemis en s’emparant de leur imaginaire collectif.
Au lieu de parler uniquement aux nostalgiques et aux orphelins de Charles Martel afin de les culpabiliser pour les faire taire, pourquoi ne réveille-t-il pas la conscience des oubliés de l’histoire de son pays qui sont colonisés mentalement depuis 14 siècles par la pensée magique du dieu de la Mecque?
Tant mieux pour lui, car depuis 1976, la vie est agréable à Paris. Elle coule comme un fleuve tranquille loin des privations et des dictatures engendrées par l’islam et tant pis pour ceux qui ne savent pas appréhender l’avenir (dont la majorité de ses coreligionnaires qui se font manipuler par les théologiens à la science douteuse). Et ça, il n’en parle pas mais préfère cracher son venin sur les citoyens du pays qui lui permet de respirer en toute quiétude et de déambuler sereinement dans les rues parisiennes.
La duplicité islamique qui l’anime, le contraint de ne pas évoquer les conséquences désastreuses de l’islamisation de l’Algérie. Au contraire, il nargue ses hôtes comme s’il avait un compte à régler avec sa propre mémoire saccagée et oubliée dans les arcanes d’une histoire confisquée au profit de ceux qui ont colonisé sa ville natale Guelma et son magnifique théâtre antique romain, (appelée Malacca sous le roi berbère Massinissa ( 238 Av-J-C et mort 148 Av-J-C) puis Calama durant l’empire romain et byzantin qui eut comme évêque Possidius, contemporain et biographe de Saint Augustin ) au nom d’Allah pour la plonger à jamais dans les ténèbres de l’ignorance.
Quand il ose qualifier Charles Martel de dilapidateur et d’enragé tyran, il oublie le cruel destin infligé à son propre pays par les invasions islamiques qui ont anéanti toute la culture berbéro-romaine qui avait fait sa grandeur dans l’Antiquité en produisant le génie d’Apulée de Madaure et la sagesse de Saint Augustin. Et en contrepartie, qu’a sécrété l’islam en Algérie ? Absolument rien, à part la haine, le misérabilisme et l’intoxication religieuse mortifère.
En disqualifiant Charles Martel en tant que défenseur de la France contre l’invasion islamique, il justifie les horreurs du djihad. Preuve en est, c’est que là où l’islam prend racine, s’en suivent désolation et asservissement. Le déni historique qui l’anime, ne lui donne pas raison, car les évènements passés et présents engendrés par la religion de paix et d’amour le contredisent, chaque jour qui passe. Il n’a qu’à ouvrir les manuels d’histoire ou regarder les chaines de télévision pour s’en convaincre.
Comme il est prisonnier de la culture islamique, il est hors de question pour lui de parler de défaite des musulmans face à Charles Martel, car la cause qu’il défend ( l’islam ), ne peut pas être vaincue par un ‘ fraudeur de l’histoire’ mais néanmoins unificateur des Gaulois face aux envahisseurs mahométans. Etant donné que les musulmans sont supérieurs aux mécréants selon le coran, alors cette débandade n’est pas véridique, elle n’est pas halal, elle n’est pas admise. Et pour contrer l’histoire, il pratique l’art de la désinformation.
Pour lui, la religion islamique est au-dessus de tout soupçon, elle n’est que paix, amour et tolérance où il n’y a nulle trace de massacres commis au nom d’Allah et de son Apôtre. Tout ce que ses ennemis colportent, n’est que mensonge et verbiage de bas étage. L’islam est étranger à la misogynie, à la décapitation, à l’esclavage, aux conquêtes, à la dhimmitude, à la charia et aux meurtres au nom d’Allah et de son Envoyé.
Mais une question mérite de lui être posée : pourquoi ne s’intéresse-t-il pas à l’histoire de l’Algérie et des conséquences de son islamisation par le glaive ?
Au lieu de disserter sur l’histoire de la France qui l’accueillit à bras ouverts et qui lui a permis de s’épanouir, il devrait vulgariser celle de son pays natal qui reste méconnue.
Jeter l’anathème sur ceux qui glorifient l’épopée de leurs aïeuls, ne le grandit guère mais bien au contraire, cela prouve qu’il est habité par un esprit revanchard.
Les orphelins de Charles Martel peuvent légitiment lui poser la question suivante : pourquoi ne rentre-t-il pas en Algérie pour mettre ses connaissances académiques au service de ses frères arabes ? Car en ce moment crucial de leur histoire, ils en ont bien besoin !
Faire la morale à ses adversaires c’est de bon augure mais la faire aux siens en leur apprenant d’où ils viennent et où ils vont, c’est mieux encore. Si telle était sa démarche, elle serait inscrite à son honneur. Chiche qu’il le fasse. Alors sûrement, le monde islamique se porterait mieux grâce à ses talents…
Pourquoi n’éclaire-t-il pas par sa vaste culture les orphelins Berbères dont la mémoire s’est calcifiée au contact de l’islam qui les a rendus des étrangers dans leur propre pays? Ne sont-ils pas devenus pour la plupart d’entre eux, plus arabes que les Arabes du Hedjaz ? Ne sont-ils pas des colonisés mentaux par la grâce d’Allah?
Dans son article, cherche-il à faire admettre aux non musulmans par ses gesticulations stériles que la religion de paix et d’amour n’est pas une grande lessiveuse des esprits ?
Il vocifère loin de son bled dans le seul but de noyer la réalité musulmane dans le brouillard de la takkya qui a fait des patriotes Berbères tels que Koceila ou la Kahina, des traîtres à leur patrie et les conquérants sanguinaires comme Okba Ibn Nafaa ou Moussa Ibn Nysayr, des libérateurs des Amazigh de la mécréance et des héros de l’islam. D’ailleurs, une ville du sud algérien porte le nom de Sidi Okba pour le glorifier et tronquer ainsi l’histoire de la Numidie qui est devenue une vassale de l’Arabie, pour le grand bonheur de ceux qui ont renié leurs ancêtres amazigh par un mensonge historique. N’en fait-il pas partie ?
N’a-t-il pas traité l’excellent écrivain Boualem Sansal, son compatriote, de négationniste d’occasion, le 13 juin 2012, pour une divergence de vue sur le conflit israélo-palestinien ?
Il n’hésite pas de ‘tirer ‘sans sommation sur toute personne qui n’est pas d’accord avec lui. Il pense détenir la vérité suprême, celle d’Allah et de ce fait, il s’octroie l’autorité morale de sermonner toute personne qui va à l’encontre de ses fatwas.
Au lieu de s’en prendre à ceux qui essayent de comprendre l’histoire et les méandres de la vie, il devrait au contraire combattre le prince des ténèbres qui gouverne l’aire arabo-islamique où l’inculture est couronnée reine des temps.
Le moment est venu qu’il comprenne que faire la morale à son voisin, ne signifie pas qu’on possède la primauté de la vertu.
Et sa morale pernicieuse, n’est-elle pas l’arme de celui qui refuse la réalité et qui court derrière des chimères ? Et n’en abuse-t-il pas à satiété ?
Comment peut-il fustiger les ‘orphelins de Charles Martel’ pour la simple raison qu’ils refusent l’islamisation de leur patrie ? Où est le mal s’ils aiment le pays qui les a vus naître ? Est-ce un crime que de défendre ses racines ?
Il ne peut pas prendre une posture de victime en niant que ce sont les soldats d’Allah qui voulaient envahir la France et non l’inverse.
Il faut qu’il sache que la trahison de la raison ne signifie pas qu’il a raison.
La décadence de l’esprit ne veut pas dire aussi la falsification de l’histoire et encore moins sa reformulation et sa déculturation en fonction du désir de ceux qui tentent de faire passer l’islam comme une religion des lumières.
Pour M. Salah Guemriche et consorts, Charles Martel doit être évacué du récit national français, car c’est une icône qui les dérange. Et pour arriver à leurs fins, ils le diabolisent.
Ils ont décrété que les Français qui défendent leur identité, deviennent des ennemis de la France.
Mais pour quelles motivations jettent-ils l’opprobre sur les grands hommes qui ont fait la France et ceux qui les défendent? N’est-ce pas pour miner le moral de ceux qui refusent l’islamisation de la France ?
Hamdane Ammar




Alain Juppé en 2015, c'est Edouard Daladier en 1938

Ri7juppe et Feltesse, concours de lèche baboucheJe cherchais depuis quelque temps une référence historique applicable à Alain Juppé. À le voir parfaitement lucide, conscient, acceptant par avance l’inéluctable, j’ai trouvé : Alain Juppé en 2015, c’est Edouard Daladier en 1938. En vérité, Alain Juppé n’est pas un traître, mais simplement un homme fatigué, incapable d’assumer l’histoire de son pays, prêt, de ce fait, à changer sa patrie pour une autre à condition que des volontaires, un peu plus vaillants que lui, prennent d’urgence ce relais.
http://www.lepoint.fr/politique/arretons-de-nous-focaliser-sur-le-foulard-islamique-dit-juppe-29-05-2015-1932229_20.php
Dans l’immense foutoir qu’est notre malheureux pays aujourd’hui, les gens comme Alain Juppé se reproduisent par une espèce de parthénogenèse débridée ressemblant à un appel au secours déguisé en dérisoires certitudes. Le moindre mot de ces satrapes usés par les excès du pouvoir évoque l’incantation aux Dieux des miracles, la supplique au puissant du moment pour que soient pris en charge leurs insuffisances, leurs reculs, leurs terreurs, leurs cliniques impuissances. Hier, l’Angleterre, aujourd’hui, l’Amérique, demain, le Qatar ou l’Egypte. La France dans tout ça ? Un outil, une clé de 12 ou de 20 pour boulonner l’opinion à la vis sans fin des ambitions personnelles. À ce jeu millénaire, les faibles finissent avec leurs rêves dans la fosse aux lions, et tant pis pour le peuple condamné qui, innocent et repu, baisse le pouce sur les gradins.
https://www.youtube.com/watch?v=B7IDsIW2ae8
Le peuple, Juppé s’en moque comme de son premier « paquito »*. Il peut bien crever, le peuple, on va en fabriquer un nouveau avec les débris de l’ancien et les apports exogènes. Le grand métissage, un Honduras à la mesure du génie français, dont le fantôme du Bordelais sans cheveux sera un jour l’ange tutélaire. Lui, se sera retiré depuis longtemps. Ce que ses successeurs à la tête de ce désastre en auront fait l’amusera, un temps. Fossoyeur de la médecine de terroir, passant pressé de rentrer chez lui, sa dure journée de compagnon de route des Frères Musulmans terminée, il en termine pour le moment avec sa mission. Encore quelques pelletées de glaise et il prendra le vol Doha-Paris sans escale comme d’autres, un sale jour de 1938, rentrèrent en France par le Munich-Le Bourget de 13h40.
Jean Sobieski
*Paquito : rituel chanté et dansé lors des Fêtes du Sud-Ouest.




Courrier des lecteurs : Vive Charles Martel !

CharlesMartelPoitiersPoitiers : le mémorial Charles Martel rend hommage aux arabo-musulmans
« Enthousiasme religieux » et béton islamique.
Ce que vous décrivez là, Madame, à Poitiers, s’inscrit dans l’épouvantable démarche qu’a décrite Bat Yé’or, dans son livre « Eurabia », il y a pas mal d’années!
Il est à remarquer que le corps enseignant est en bonne place parmi les dhimmis, les rampants, et cela commence au sommet de la hiérarchie.
Ayant observé ce phénomène, dès les années 80, sans en saisir l’ampleur, –ni pouvoir le nommer–, je pris le parti d’écrire un pamphlet que j’apposai sur le mur de la salle des professeurs.
Mon avancement s’en trouva considérablement retardé…
Plus sérieusement,  le mal que vous décrivez, Madame, est invétéré. Il s’observe dans tous les musées, en toute occasion, lors de cafés politiques auxquels j’assiste, depuis quelque temps: la propagande islamique est d’une efficacité redoutable, et achète les consciences les plus naïves, les plus honnêtes.
La semaine dernière, à l’issue de l’exposé d’un amiral français, je levai la main -dans une assistance nombreuse-, pour poser 2 courtes questions.
L’hôte donna la parole à plusieurs personnes, sauf à moi.
La raison?
« Connaissant votre tempérament, D., je ne vous ai pas tendu le micro ».
Peut-être sollicitera-t-on  MA VOIX, le moment des élections venu?
Dominique
 
Consolation !
Chers amis de R.L,
Je me donne du courage en re-lisant, de temps à autre, les prophéties de Marie Julie Jahenny, mystique chrétienne vendéenne du 19e siècle, morte en 1941. Visions et messages du Christ, de la Vierge Marie (bon! on y croit ou pas, hein?), de l’Archange St Michel. Prophéties valant leur pesant de cacahuètes.
Voyez plutôt :
Elle a annoncé (dans les années 1870, 1880 et suivantes) : « Au moment des évènements, les soldats français ne seront plus en France mais à l’étranger, on les appellera les soldats de la paix (casques bleus?), les criminels ne seront plus mis en prison à cause de leurs crimes !!! taratata, on les fait sortir?) les Français n’auront plus de travail, on leur arrachera le travail des mains !!! Les étrangers seront nombreux à venir en France ! Et le meilleur, le voici : la France sera à un cheveu de devenir mahométane, mais alors, arrivera LE sauveur (un de Gaulle ou un autre?) et la France sera sauvée, mais… le sang coulera partout, il y aura une guerre civile terrible. Les mahométans seront JETES hors de France (OH! Que je voudrais voir ça !!!), ils s’enfuiront (les courageux !) et ceux qui ne voudront pas partir, leur sang nourrira la terre de France ! Et d’autres prophéties encore que je n’ai plus en tête, annoncent les deux guerres mondiales entre autres). On peut très bien ne pas y croire, c’est vrai, il n’empêche que certains détails sont hallucinants de réalisme! J’espère que la brave femme a vu juste!
Maintenant, question: que fait-on? On attend quoi?
Jacqueline
 
Sur l’interdiction de certains métiers aux musulmans
Histoire vraie :
Ma femme avait pris RDV chez l’ophtalmo.
En arrivant, j’aperçois le nom de celui qui doit m’ausculter.
Mounir B….
Mon cerveau se mit en rideau instantanément.
Je dis à ma chère femme :
« Ecoute, non, je n’y vais pas, tu ne m’avais pas dit que c’était un musulman, et moi je n’ai pas envie de nourrir la bête ».
Je retournai donc à ma voiture.
Le médecin demanda à ma femme pourquoi je n’étais pas venu, et elle expliqua que j’avais eu un empêchement.
« il était vraiment très gentil » me dit elle.
« Oui, je sais, c’est normal, on leur inculque cela pour bien diffuser leur islam partout…je connais cette technique te cette stratégie beaucoup trop bien. Non je ne me ferai pas avoir, je reprends RDV avec mon autre ophtalmo, Bénédicte L..
Conclusion : Interdire de profession ne suffit pas, il faut expliquer aux gaulois l’évidence que nourrir la bête précipitera le pays dans la guerre civile..si toutefois ils peuvent comprendre ce que cela signifie…jeter un coup d’oeil sur 1789 donnera une idée (et toute autre guerre de religions)…
PEACE !
Olivier
 
Islamophobie
Moi, je suis une « phobe » ! J’ai une phobie et elle est de taille ! J’ai une peur pathologique, viscérale, maladive des…serpents ! Brrr! Le seul fait d’en parler et mes orteils se recroquevillent ! Un livre sur lequel je vois une photo ou un dessin d’un serpent et je lâche tout en hurlant! Quant aux émissions animales à la Tv…
Phobie, c’est la peur! (du grec phobos). Donc, si l’on connaît bien sa langue française, la vraie, pas celle qui parle des « meufs », des « keufs » et…euh…d’autres stupidités, inepties reprises hélas dans nos dictionnaires, donc, disais-je, si l’on connaît bien notre langue, nous avons ceci:
xénophobie: xénos= l’autre
phobie= peur
xénophobie= la peur de l’autre, de « l’estranger, » peut-être? Allons, allons! Accueillons à bras ouverts!
islamophobie= islam= on commente pas !
islamophobie = la peur de l’islam. (y’a pas de raison, c’est la religion d’amour, de tolérance et etc…)
homophobie ? On nous dit homophobie? Peur des homosexuels? Je n’ai pas peur des homosexuels! J’ai eu des amis homos, j’ai même couché (dormi! qu’allez-vous penser..) avec l’un d’eux. Même qu’il m’a dit que ma vertu ne risquait rien! Je l’ai cru sur parole et j’ai bien rigolé !!! Et il ne m’est rien arrivé. Non, non, non!
Géniaux, les livres de R.Marchand et du CL Cerisier. Dévorés, je les fais passer !
Jacqueline
 
A l’attention de Christine Tasin
Chère Christine
Très intéressé par votre dernier article concernant Poitiers et la citation de la nazie Sigrid Hunke. J’attends la suite de votre article.
J’ai moi-même écrit plusieurs articles au sujet du révisionnisme historique relatif à la supposée « contribution » de la civilisation arabo-musulmane à la nôtre.
Dans la longue citation de Sylvain Gougenheim à la fin de votre article, il est affirmé que cette nazie inspire « une certaine extrême-gauche ». Pouvez-vous indiquer plus précisément quelle est cette extrême-gauche inspirée par
Hunke? Où quand et quels auteurs? Gougenheim fait il des références précises sur ce point?
Merci pour cet article et merci de votre réponse.
RC
 
Monument – Bataille de Poitiers
Je suis effaré par les textes que j’ai lus et les photos.
La référence explicite à cette femme auteur ne mérite-t-elle pas des réactions plus vigoureuses à l’encontre des créateurs de ce pseudo mémorial ?
Cordialement,
Jean-Paul
 
Non, non le Gaulois n’est pas mort….
C’est avec un réel  soulagement que j’ai appris hier soir,  le lever de boucliers qu’avait suscité l’annonce d’une kermesse halal  à l’école maternelle d’Epinal.
L’académie de Nancy _Metz ainsi que la mairie d Epinal, ont été assaillis de messages d’indignation et de réprobation.
Puissent ils avoir compris que le sujet est sensible et qu’ils auront tout intérêt à freiner les ardeurs trop « lèche babouche » de certains de leurs employés.
Non, non, le Gaulois n’est pas mort et je remercie tous ceux qui contribuent à retarder l’islamisation… laissons  passer quelques réformateurs avant de leur livrer notre civilisation
Annie
 
MEMORIAL C. MARTEL
Excellente idée d’analyser les textes du mémorial en plein air consacré à C. Martel et de croiser ceux-ci avec le livre de Gougenheim. Emblématique de la mise en condition de l’opinion.
Il faudrait en faire des photos autres qu’à main levée mais en veillant à la planéité des documents (et à la netteté) et en faire une publication, un ouvrage de référence sur les manipulations de l’histoire. Derrière ce travail il y aurait toute la question de la stérilisation de l’histoire de France par les nouveaux programmes  lors de la réforme des collèges qui n’en sont que le prolongement. Il faudrait voir aussi quelle utilisation a été faite de ce mémorial par tous les collèges du centre de la France sous forme de déplacements scolaires, travailler sur le
« montage », le financement de ce projet, son inauguration – sous Chirac ? ……etc……etc.
Bon courage à Christine.
J C M
 
Robert Chardon
Monsieur Francis Gruzelle,
Je salue votre initiative et je m’inspire de votre lettre à madame Dominique Moyal pour faire la même démarche.
J’ai adressé à Patricia Saez, par le courriel du service communication de la mairie de Venelles, il y a quelques jours déjà, une suggestion visant à ce qu’elle publie un communiqué sur le devenir de monsieur Chardon.
Je n’ai bénéficié d’aucune réponse.
J’adresse à mes 603 correspondants un courriel faisant état de votre démarche et je leur demande d’adresser un courriel au service communication : communication@venelles.fr dans le même sens
Cordialement.
Serge
 
L’esclavage sur Arte
Je vous alerte concernant une petite vidéo sur l’esclavage passée sur Arte le jeudi 27 mai. Vous pourrez en prendre connaissance  avec le lien ci-dessus, vers la fin à 38 minutes.

.
C’est stupéfiant ! Les « marins » étant réduits à l’esclavage par les barbaresques par la faute à pas de chance, la traite islamique réduite au seul petit million d’esclaves blancs !
La traite atlantique est uniquement racialiste, pas celle des arabes, qui émasculaient pourtant systématiquement
les noirs, au point qu’encore aujourd’hui on trouve très peu de gènes africains chez les Arabes. Une traite qui n’a pas duré 300 ans d’un côté, avec des hauts et des bas, et qui est millénaire et approuvée par l’islam de l’autre.
Un esclavage qui a été aboli par les colonisations européennes en Afrique, et qui perdure encore de nos jours en pas mal d’endroits au Moyen-Orient !
On oublie tout simplement de dire que la traite orientale est de 16 millions de noirs pour la même période ! (12 pour l’atlantique dans ce clip, 11 pour Pétré-Grenouilleau- Les traites négrières – Gallimard).
De quoi s’alarmer des pratiques peu reluisantes de Arte en matière d’histoire.
Christian
 
10ème anniversaire du rejet de la Constiyution Giscard : un document pour l’Histoire.
A l’attention de Monsieur Pierre Cassen,
Cher ami,
Un jour une voix s’est élevée dans le désert. Elle va bientôt s’éteindre ou on la fera taire….
.

.
Quoi qu’il en soit, merci pour votre article qui me rappelle ce que j’ai vécu moi aussi à cette époque et la joie qui fut mienne le soir de notre victoire.
Amitiés patriotiques et souverainistes,
Bernard
 
EDF
Gros choc ce matin. Je suis appelé par EDF GDF qui veut me vendre du solaire.
En fait c’est EdiF JidiF qui m’appelé. Non je n’exagère pas.
Et m’a rappelé au bon souvenir du barbu qui passe relever mon compteur au Plan de la Tour dans le Var. Oui le barbu parfait, la barbe très longue, trop longue du grand salafiste diplômé. A chaque passage c’est un électrochoc.
J’ai compris la moitié de ce que l’arabe de chez EDF me disait tellement son accent était fort. J’ai dû lui demander de répéter à plusieurs reprises.
Je passe sur les détails, je lui ai fait comprendre qu’il n’était pas le bienvenu de manière encore courtoise bien qu’un peu énervé. Il a très bien compris ce que je voulais dire et m’a répondu. « Vous savez qui dirige le monde monsieur aujourd’hui »
Là, je me suis vraiment énervé, je passe encore sur les détails.
Vous voulez le croire?
Bien cordialement.
Philippe
 
 




Arabie Saoudite : la justice religieuse épargne le père violeur assassin

لمى الغامدي02
L’Arabie Saoudite a la charia comme constitution. Ce sont les lois de la charia qui sont la base de son système de gouvernance et des organisations étatiques. Dans les tribunaux, les juges ont le ferme sentiment d’appliquer sur terre la justice divine et les châtiments divins (حدود – قصاص) en se référant à des textes moisis par le temps que nous estimons incompatibles avec une justice humaine. De plus, le musulman est consentant face aux dérives de cette « justice » : il ne dit rien, il ne fait rien, il mange, il boit, il fait ses ablutions religieusement réglementées, il prie, il commerce, il triche, il fornique, il dort. Rien, dans les comportements de ces guignols de juges, ne le bouscule.
Un scandale s’est déroulé en 2011, en Arabie Saoudite, pays qui a signé toutes les chartes des Nations-Unies relatives aux droits de l’homme, à la protection de l’enfance et a même présidé le Centre du Contre Terrorisme de l’ONU (UNCCT). Mais ce royaume ne respecte aucune de ses signatures.
En 2012 donc, le « Très respectable » tribunal de la charia a condamné Fayhan al-Ghamidi, célèbre dignitaire religieux, à payer des dédommagements à son ex-femme, tout en considérant que les 10 mois de prison qu’il a effectués pendant l’enquête qui le concernait étaient suffisants. Il a été ainsi libéré. Mais quel était son délit ou son crime ? Le jugement correspondait-il à son délit ou à son crime ?
L’histoire est sordide. Cet honorable imam télé-prêcheur s’est présenté le 25 décembre 2011 dans un service hospitalier de la ville. Il portait sa fille Lama, 5 ans, dans un état comateux. Il a déclaré aux urgences qu’elle était tombée dans la cuisine en fouillant dans des affaires.
D’emblée, l’équipe médicale a constaté que le père bafouillait. Elle a senti qu’il cachait des choses. L’examen clinique a été fait par une équipe médicale élargie d’une assistante sociale. Cette dernière a déclaré immédiatement que l’enfant avait été « violée de partout » (déclaration modifiée par la suite : a-t-elle subi des pressions ?), que les déchirures, impossibles à dissimuler, avaient touché les organes sexuels incomplètement développés à cet âge et même la région de l’anus. Par ailleurs, le rapport indique la présence de fractures de côtes, du bras gauche, d’une vertèbre lombaire et d’une brèche dans le crâne avec hémorragie. De même, des ongles des mains et des pieds ont été arrachés. En plus de cela, on a relevé de multiples brûlures sur le corps et surtout à l’anus. Le rapport ajoute que la fillette a subi des coups de bâton et a été cautérisée avec des fils électriques. Lors de l’enquête du procureur, note-on, le père a avoué avoir cherché à cautériser l’anus de l’enfant à plusieurs reprises pour stopper une hémorragie. Les supplices endurés par cette toute petite fille ont duré 8 mois.
Pendant l’hospitalisation, le tribunal a refusé de donner l’autorité parentale à la mère. Le père, se sentant conforté, a accusé son enfant de 5 ans d’avoir eu une « mauvaise conduite ». Il avait « des doutes sur son comportement » (à 5 ans ?…). Il a exigé un nouvel examen médical pour s’assurer de la virginité de la fillette. Le rapport a confirmé la virginité de l’enfant … Il faut savoir que dans l’islam, seule compte la virginité anatomique de l’hymen. On reste vierge, même sodomisée … Rappelons aussi que l’islam permet à l’homme de jouir des petites filles, même au berceau.
لمى الغامدي

L’enfant Lama dans le coma

Après 10 mois de soins intensifs, l’enfant est décédée le 22/10/2012. Le rapport d’autopsie a confirmé les premières constatations.
L’affaire a soulevé un tollé dans la presse mondiale qui a braqué ses feux sur le mauvais traitement infligé aux enfants dans la société saoudienne. La campagne sur les réseaux sociaux (avec le hashtag #anaLama « Je suis Lama ») et les pressions internationales ont poussé le gouvernement saoudien à légiférer contre la violence au sein de la famille. Devant le jugement inique du tribunal, la famille royale a dû intervenir afin d’éviter la libération du criminel.
Car, non seulement le crime lui-même mais aussi le jugement touchent au scandale. Le tribunal saoudien a en effet condamné le criminel à verser aux parents un dédommagement (le prix du sang) de 129.000 € à diviser par 3 dont 1 part (43.000 €) versée à la mère divorcée pour qu’elle retire toutes ses plaintes contre lui. Le cheikh, étant lui-même le père, a récupéré ainsi les 2 parts de la somme globale ! Cette somme aurait été doublée si Lama était été un garçon … En droit islamique, un homme vaut deux femmes.
Il faut rappeler aussi que la charia, en Arabie Saoudite, applique souvent des hadiths dits « faibles » comme le hadith suivant : « Le châtiment ne s’applique pas quand un père tue son fils » (selon al-Tirmidhî, † 892) sauf s’il l’égorge. Un père meurtrier de son enfant ne peut être exécuté. Des jugements sont parfois adossés à des sources douteuses comme « le consensus », « l’avis de savants en religion », « d’après les gens d’al-sunna » etc. Ainsi, certains délinquants ou criminels tirent bien leur épingle du jeu.
Lors d’un nouveau procès en octobre 2013, le cheikh a été condamné à 8 ans de prison et 800 coups de fouet, la seconde épouse à 10 mois de prison et 150 coups de fouet. La mère de la fillette (la première épouse) a accepté de recevoir « un prix du sang » fixé à 1 million de rials soit 250.000 € au lieu des 10 millions réclamés pour élever ses autres enfants. Résultat : son ex-mari a échappé à la peine de mort. Et toutes les charges contre lui ont donc été annulées. Rappelons aussi ces notions : « Dans les tribunaux de la charia, la présomption d’innocence joue en faveur de l’inculpé… c’est donc au demandeur qu’incombe la charge de la preuve. La charia insiste sur la nécessité que la preuve soit irréfutable, ce qui réduisait les possibilités de poursuite. L’inculpé a, par la suite, la possibilité de présenter la preuve contraire ou de prêter serment sur son innocence (J. El-Hakim) ».
En janvier 2015, en appel du jugement, le tribunal a déclaré le cheikh al-Ghamidi innocent du meurtre de sa fille et non coupable des agressions subies par l’enfant (coups et cautérisations). L’avocat de la défense a attribué la mort de l’enfant à la « négligence médicale » et est même allé jusqu’à promettre de poursuivre les médias. Il a par ailleurs accusé la mère d’avoir « profité commercialement de cette affaire judiciaire ». Il s’attend à ce que son client soit bientôt libéré, « avec la permission d’Allah ». …
Même si les autres pays du monde sont loin d’être exempts de ce type de crimes inqualifiables, les jugements du tribunal saoudien sont très choquants, surtout parce qu’il s’agit d’une petite fille innocente et d’un père religieux wahhabite médiatiquement connu. Il y a droit et droit.
Bernard Dick
 
Au 31/05/2015 : nombre d’attaques terroristes islamiques mortelles :
TERRORISME 25998 ATTAQUES-31-05-2015




Grâce à Touraine, je suis devenu un potentiel donneur d'organes

Nous sommes à Paris en l’an Hollande 3 +2015 – 622 + 732 … enfin quelque part dans le temps.
– Allo la salpète, on vous ramène un type tout cassé de partout, accident de scooter rue du cirque,  on arrive à faire tourner le coeur mais a priori le cerveau a lâché.
– Ok, on le reçoit. Y a-t-il de la pièce détachée ?
– Ouai a priori sauf le cerveau qui part en boucle sur la croissance et l’inversion de courbes.
– A t-il exprimé clairement son refus du prélèvement d’organes ?
– Non non, on peut y aller tranquille. Hé vous me gardez les oreilles et la queue hein !
– T’es con.
Au même moment un rédacteur en chef situé à quelques encablures de là fait une crise cardiaque suite à une énième convocation au tribunal demandée par le CRAN, la LDH, le MRAP, l’UOIF et le CFCM. Y a pas, faut changer le coeur. Et on a de la pièce détachée. Allez hop! 5 heures plus tard, c’est collé sans clous ni vis, c’est toute l’habileté de nos chirurgiens à tel point renommés qu’ils soignent par exemple et à vos frais un ancien responsable du Hamas ou un président algérien. C’est connu, nous les Français on a la main sur le coeur, sur le bistouri et sur le portefeuille. Même sans diplôme on est tous des « French Doctor » et on a aussi l’AME, on soigne tout le monde gratuit, enfin pas les Français qui sont capables de combler le trou de la sécu (salauds de Français riches qui, en plus, peuvent s’offrir une mutuelle).
C’est Bô, c’est bien, c’est humaniste, c’est social-libertaire, l’humain à peine mouru et encore tiède devient un fournisseur des magasins rêvés par ce cher docteur Mengele. On recycle. C’est donc écolo en plus. Notre ministre de ce domaine va pouvoir se faire greffer un cerveau et son ex con-cubain un service trois pièces pour enfin avoir des c…lles. Ben oui, maintenant il faut se signaler sur un fichier pour demander à être un minimum respecté sinon certaines pièces détachées de votre corps vont, pourquoi pas, ré-équiper un djidahiste qui s’est un peu raté avec sa ceinture d’explosif.
marisol-touraine-caricature-ioo
Voici ce que dit l’Etat au sujet du don d’organe:

Recherche de l’avis personnel du défunt sur le don d’organes

La loi française pose le principe du consentement présumé de toute personne décédée sur le don de ses organes.
Toutefois, la recherche d’informations permettant d’apprécier et de respecter la position du défunt au sujet du prélèvement d’un élément de son corps est obligatoire.
Les indices du désaccord ou de réticences éventuelles du défunt peuvent être révélés par :

  • le recueil du témoignage oral d’un proche,
  • la trace manuscrite d’un refus ou d’une restriction (accord limité à un ou certains organes particuliers),
Cette nouvelle disposition est passée en catimini le 14 mai dernier à la chambre des députés dans la nuit (d’où le nom de chambre vu le nombre de dormeurs). Nous sommes donc tous devenus des donneurs potentiels par consentement présumé sans vraiment le savoir, étiquetés sans doute avec une, deux ou trois étoiles pour les morceaux les plus savoureux et les plus frais comme il en est ainsi avec des pièces de boeuf. Nous étions des veaux, nous sommes devenus pièces de boucherie dans un monde qui ressemble de plus en plus au scénario de « Soleil vert », ce film dans lequel Charlton Heston découvre que les pilules vertes les plus nourrissantes sont produites à partir des corps humains euthanasiés dans une usine d’un monde devenu stérile.
Nous entrons petit à petit dans ce monde appelé à devenir stérile à grand coup de mariages homosexuels, de marchandisation du corps humain à grand coup de PMA et GPA désormais autorisées par la Loi si l’enfant a été acheté à l’étranger, le « made in France » sera pour demain. Ce qui est paradoxal c’est qu’un donneur de son vivant doit subir au moins trois entretiens avant de donner une partie de son foie ou un rein à l’un de ses proches biologiques.
Je ne m’oppose pas au don d’organes ante ou post mortem, il est essentiel pour sauver des vies et j’étais donneur au cas où. Mais que diable ! que faisons-nous de la dignité humaine ? Rien. Nous sommes présumés donneurs selon la Loi. La pensée intelligente eut été de graver de façon électronique notre volonté sur la carte vitale. Mais là non, rien, pas pensé. Qu’en est-il du groupe sanguin inscrit  sur cette carte vitale. Là aussi rien, ce qui oblige de multiples analyses avant transfusion. Pourtant cette carte contient une puce électronique capable d’enregistrer quelques mégas d’informations. On en est aujourd’hui à 64 gigas bytes et plus sur une puce intégrée. Mais non, rien.
La précédente dinde en charge de la santé nous avait vendu des lots de vaccins contre la grippe porcine, cette fois-ci la nouvelle dinde aux gros yeux nous vend notre corps. Bienvenu dans ce monde où tout s’achète et tout se vend.
Philippe Legrand