1

La fin de l’identité heureuse des clowns de la politique en 2016

Présidentielles 2017 : la retraite de Hollande est unanimement saluée avec espoir par le peuple de la France résistante. Le président normal élu par défaut s’est mis hors-jeu de lui-même depuis le début de son mandat, en 2012. Après avoir dressé le bilan catastrophique de son mandat socialiste, pleurnichard et groggy, il a jeté l’éponge socialiste. Car Valls lui a fait savoir qu’il ne sera jamais un candidat crédible à sa succession calamiteuse. Si ce fait est sans précédent dans l’histoire de la Vème République, c’est le résultat de la politique « partisane calamiteuse sans précédent » et de l’amateurisme du président normalement incompétent.

« Quelles sont les conséquences à gauche et sur la présidentielle à venir ? La réponse d’Alexis Brézet, sur le Figaro, met en scène « Le président (normal) qui ne l’était pas » (normal) : « Il aurait pu, pour son dernier message, prendre un peu de hauteur. Adresser aux Français une exhortation (socialiste normale). Laisser à la gauche (RIP) un testament (approprié)… Au lieu de cela, la navrante tentative d’autojustification, prononcée d’une voix blanche, d’un homme (normalement) absent (et ignorant) de lui-même… épilogue d’un quinquennat (normalement) nul et non avenu : poussé vers la sortie par Valls, et par l’évidence d’un désastre personnel et politique (sans) précédent sous la Vème République, Hollande n’a pas cherché à sauver les apparences. Il ne décide rien, il s’incline (normalement). Il quitte la (fonction) comme il (ne) l’a (jamais vraiment) occupée, la cravate (normalement) de travers, flottant (normalement) dans des habits (de président) trop grands (pour lui).

« De son calamiteux mandat, que retiendront  (normalement) les Français ? Un abaissement (normal) de la fonction présidentielle : les insolences de Leonarda, la photo volée d’un scooter au petit matin, et ce livre, accablant concentré de cynisme et d’autosatisfaction, reflet d’un Narcisse au miroir des journalistes… La France affaiblie en Europe et dans le monde. Le chômage, toujours. Les déficits et la dette (de la gabegie). Une gauche en miettes et le Front National premier parti de France. Par quel mystère « Moi président » (normal) qu’on disait intelligent, subtil (???) a-t-il pu s’abîmer dans le ridicule et l’incurie d’une présidence (normale) sans grandeur ni vision ? Un point qui relève sûrement des psychologues. La (vraie) France a déjà tourné la page. Elle sait qu’Hollande n’a pas renoncé à un second mandat, (car, en réalité) il n’a jamais été président. »

Exit donc le président normal élu par défaut alors que le Grand Remplacement de Hollande est prévu pour 2017. « L’année qui s’achève aura vu disparaître les trois (clowns tristes profiteurs-abuseurs rentiers) de la scène politique : Hollande, Sarkozy, l’ancien président éliminé (lors) de la primaire de la droite, et Juppé, l’ex-Premier ministre (éliminé par) François Fillon. L’écologauchiste Duflot aura aussi vu ses espoirs douchés ».

Lu sur le Figaro : « Hollande : le grand renoncement ! La rampe de lancement était prête. Un discours sur le modèle social français, un appel de parlementaires à (la Belle Alliance populaire) une (re-)candidature, une ébauche d’équipe de campagne… Il ne manquait que la déclaration de candidature de Hollande. » Mais voilà Hollande pris la main dans le pot de confiture people mélo-médiatique : « Un président ne devrait pas dire (ni faire) ça ! Critiquer les magistrats, dévoiler des secrets d’État, dire en privé l’inverse de ce qu’il promet publiquement. » Il ne reste que cinq mois à Hollande pour faire tout et n’importe quoi, et ce que bon lui semble.

Nul doute qu’il va en profiter, à l’exemple de Barack Hussein, avec « Le coup de pied de l’âne » foireux du mauvais perdant. Pas content de la médiocre Clinton, voilà pourquoi le « mauvais perdant Barack Hussein » réserve « le coup de pied de l’âne » foireux de la gauche anti-démocratique à Donald Trump, à Vladimir Poutine et à Benyamin Nétanyahou. « L’âne bâté, ce mauvais perdant et revanchard, Barack Hussein », est considéré comme « la honte de l’Amérique » quand il se permet de nier le vote sans appel du peuple américain.

Le mauvais perdant Barack Hussein est devenu « politiquement désavoué et disgracié », ce qui justifie, pour le perdant, de devoir « mourir politiquement ». Hollande le mauvais perdant va donc « mourir politiquement ».

Lu sur le Figaro : « Une phrase (de Hollande) a provoqué l’émotion dans le milieu judiciaire. « Tous ces procureurs, ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux…, Hollande, pointant du doigt « une institution de lâcheté« . Des propos « dangereux et injustes » selon le Conseil supérieur de la magistrature, et dénoncés par le premier président de la Cour de cassation et le procureur général. »

Lu sur le Figaro : « Grâce de Jacqueline Sauvage : une insulte à la démocratie motivée par lidéologie victimaire ? Hollande a accordé à Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent, une grâce totale. Le philosophe Robert Redeker sétonne de labsence de compassion pour Luc Fournié condamné à dix ans ferme pour avoir tué un cambrioleur« .

« Le dernier acte d’un quinquennat chaotique et désordonné pour ce président le plus impopulaire de toute la Vème République« . (Le début de la fin de ce mandat calamiteux). Dans l’incapacité de se représenter, Hollande voit qu’aucun (socialiste n’est) en mesure de remporter l’élection présidentielle (en 2017).

« Sarkozy (était) l’homme à abattre… Son entrée en campagne, le 22 août, jour de la sortie de son livre Tout pour la France, devait provoquer un effet de souffle (qui) balaierait le favori des sondages, Juppé…

« L’ancien chef de l’État a redoublé de virulence. Il a méthodiquement démonté le programme de son adversaire, pour le plus grand bénéfice de Fillon, qu’il n’a pas vu venir… » En fait, les attaques contre Juppé de Sarkozy, qui restait l’homme à abattre, ont servi de démonstration à la candidature de François Fillon…

« Juppé : la fin du rêve (électoraliste de l’identité UMPS heureuse) sur lequel il avait bâti sa politique. Il a confié son désarroi à un ami, au lendemain de sa défaite : « Tout ce que j’ai fait en politique a mal fini« .

« Juppé a adopté une stratégie défensive, visant à marquer sa différence avec l’ancien chef de l’État, se posant en « candidat du rassemblement« , accusant Sarkozy de vouloir « instrumentaliser les peurs » et « flatter les bas instincts« . Il s’est trompé d’adversaire et trompé de campagne… Les électeurs de droite ont rejeté les « accommodements raisonnables » « avec l’islam » qu’il avait prônés ». D’où la fin du rêve socialo-électoraliste de Juppé, le meilleur prophète d’entre les chiraquiens buveurs de vin, pour l’identité islamo-UMPS heureuse.

Duflot : la fin de la primaire écolo-gauchiste : « Elle (se voyait déjà) à la présidentielle… Elle rêvait de République écologique (sur-fiscaliste) : « J’ai les épaules pour 2017« , disait-elle en novembre 2014. La primaire écologiste lui a été fatale. » Voilà pourquoi les vrais Français ont vu avec bonheur Sarkozy, Juppé, Hollande, puis Duflot s’en aller et débarrasser le plancher politique, pour préparer la victoire de Marine le Pen en 2017.

Thierry Michaud-Nérard




Marine : « Français, 2017 commence, on y va, le combat est lancé »

La présidente du Front national vient de présenter ses voeux aux Français. Elle les appelle tous à la soutenir, selon les moyens de chacun, pour sauver la France. De la détermination, de l’énergie, de la conviction et de l’émotion…

Le décor est posé, la France est à la croisée des chemins…

https://www.youtube.com/watch?v=9J4ErA8nyXk&feature=youtu.be

Lucette Jeanpierre




2017, pour une France islamischenrein

L’Année 2016 s’achève. Il était temps !

Avec elle, nous avons vécu la période « la plus sombre de notre histoire ».

Si nous devions en faire un exposé succinct, nous dirions que la collaboration islamique des Français n’a eu d’égale que celle que nous avons subie au temps du nazisme.

A qui la faute ?

Bien évidemment, à cette équipe de socialo-verts qui a dirigé le pays depuis cinq ans. Ceux-là, menés par le plus grand traître à la France qui fut, n’ont cessé durant tout ce temps de démunir les Français pour installer avec tapis rouge et honneurs les représentants de la religion de paix et d’amour qui tue et détruit tout sur son passage.

Un Attila contemporain, en quelque sorte.

Pousse toi d’là que j’m’y mette. C’est exactement ce que  l’islam fait depuis près d’un siècle et demi.

Aurions-nous pensé que des infidèles à la patrie les aideraient de tout leur pouvoir ? Non. Sinon, même les plus à gauche des électeurs ne les auraient pas élus.

Cependant, une fois installés, ils ont mis toute leur passion, on  dira leur acharnement, pour dépouiller les Français de leur identité et de leur culture.

Au commencement, il y a eu l’interdiction des mots, des simples mots, comme « race » ou « arabe » ou « musulman ». Interdits. En France, il n’y a plus de races, il ne reste que des espèces. La plus dangereuse étant l’espèce de con mais, ça, tout le monde connaît, c’est universel, c’est sûrement pour ça qu’ils ont été élus.

Et puis, les années passant, ils ont interdit aux Français, le porc, le pinard, les réunions publiques, les drapeaux tricolores – mais le bleu-blanc-rouge, seulement, parce que, s’il est en vert-blanc-rouge, ça c’est autorisé, surtout s’il est agrémenté d’un croissant.

Pour finir, en cette fin d’année 2016, notre fête religieuse la plus importante, la plus célébrée en France, a purement et simplement été  boycottée, voire déconseillée, sous peine de poursuites judiciaires.

Sans nos sapins illuminés, sans nos crèches où l’enfant Jésus est honoré, sans nos chants de bienvenue au Roi du Monde, ce Noël 2016 était en deuil.

A qui la faute ?

Aux musulmans qui s’en sont réjouis ou aux socialo-verts qui ont voulu offrir à ces musulmans leur volonté d’éradication du christianisme en France ?

Parce que, sans chercher bien loin, on trouvera dans les injonctions qui nous ont été faites, une volonté de faire disparaître notre religion au profit de la religion islamique.

Par exemple, la Hidalgo, est-ce qu’elle nous a offert une soirée spéciale Noël, à la mairie de Paris ? Non. Pourtant, elle s’est empressée de jeter le couscous par les fenêtres quand ils ont fini leur mois ramadanesque.

Et les panneaux publicitaires dans l’espace public ? Vous savez, ceux qui coûtent si cher au contribuable, vous en avez vu qui nous souhaitaient un Joyeux Noël ? Parce qu’on se souvient que, pour ramadan, ils ont mis le paquet. Il n’y avait pas un coin de rue où on ne voyait pas un panneau déroulant envoyant le message : « La mairie de Paris vous souhaite un bon ramadan!».

Et les autres maires de France n’ont pas fait mieux. Ils ne se sont pas déplacés chez nous, Français moyens fêtant la naissance du Christ, avec les caméras de télévision et les journalistes de gauche pour dire quel bien ils pensent de nos coutumes. Estrosi, on s’en souvient, s’est fait filmer pendant une heure chez des musulmans de Nice, à cette occasion.

Nous, on lui aurait offert le foie gras et le homard, en plus de la dinde, s’il avait daigné nous rendre visite. Non. Il était heureux comme tout de partager les loukoums et les dattes. Ça faisait plus couleur locale.

Exactement dans l’air du temps, quoi. La nouvelle France comme ils veulent la dessiner. Judenrein, christenrein !

He oui ! Y en a que pour les musulmans. Les juifs et les chrétiens, qu’ils se grattent ! Comme si on n’existait pas !

Pourtant, cette année, ils auraient fait des économies, puisqu’Hanouka et Noël tombaient en même temps. La fête des Lumières illuminée par la fête de Noël, c’était un moment fort pour les Français juifs et chrétiens, vous ne trouvez pas ?

Bernique. Du moment que c’est pas musulman, y a pas de souhait, même si on éternue.

Vous remarquerez qu’on a fait succinct. On a juste parlé de cette Fête qu’ils nous empêchent de célébrer comme on le fait depuis l’an 354 de notre ère. Pas de l’ère musulmane, ils sont arrivés onze siècles plus tard.

Parce que s’il nous prenait l’envie de faire la liste de tout ce qu’ils nous interdisent pour que l’islam puisse se développer « harmonieusement » dans notre France européenne plurimillénaire, il faudrait reprendre tous les articles de Riposte Laïque depuis ce quinquennat et le compte n’y serait peut-être même pas.

Oui. Il était temps que cette année s’achève. L’année 2017 sera celle du changement, assurément.

En France, ceux qui sont au pouvoir ne reviendront pas de sitôt. La gauche et ses acolytes les verts, les laïcs à sens unique, les communistes et les autres se sont noyés dans un courant islamique qu’ils ont voulu nous imposer, ils ont eu tort.

En Amérique, l’islamiste Obama qui sévit dans le monde, n’en a plus que pour une vingtaine de jours. Une fois partis, tous ces gens iront faire du gringue aux Séoud et autres Qataris, que grand bien leur fasse.

Mais, pour que ce changement nous soit bénéfique, il faudra choisir celle qui, seule, pourra remettre à sa place cet islam invasif comme l’ont fait les États du groupe de Visegrád.

La Hongrie, la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie, toutes anciennement sous régime communiste de l’ancienne URSS, savent mieux que quiconque comment préserver leur identité parce qu’elles l’ont perdue pendant un temps et elles ont décidé que l’islam ne serait pas une religion DE leur pays parce qu’il représente un danger majeur.

A Cracovie, les Polonais viennent de proclamer Jésus-Christ, Roi de Pologne. En Tchéquie, le Président a assimilé immigration et terrorisme islamique. En Hongrie, le premier ministre refuse toute immigration musulmane. En Roumanie, le président a rejeté la nomination d’une musulmane comme Premier ministre.

N’écoutez plus les sirènes boiteuses de l’AFP, du Monde, de Libé ou de l’Huma. Ne vous fiez plus aux infos de BFM, I tele ou des chaînes nationales qui ne sont que des organes de propagande au service de l’islam.

Si nous voulons, longtemps encore, fêter en toutes libertés, Noël, Pâques, Pentecôte et l’Ascension, ’Hanouka, Roch Hachana, Yom Kippour et Pessa’h, nous nous devons de faire de la France, un pays islamischenrein, un pays sans islam.

En tout cas, un pays dans lequel l’islam n’imposera pas sa doctrine.

Que 2017 voie se réaliser notre vœu.

Danièle Lopez




Un deuxième tour Fillon-Marine ? Vous êtes sûr ?


Apparemment l’élection présidentielle de 2017 semble dessiner un second tour sans surprise : François Fillon face à Marine Le Pen, et un résultat également sans surprise avec l’élection de François Fillon, grâce à un front républicain ordonné à contrecœur, mais inévitable, par les socialistes, la gauche de la gauche et les centristes.

Donc tout paraît jouer !

Et pourtant ne pourrait-il pas y avoir une surprise, et de taille… laquelle ?

Prenons l’hypothèse vraisemblable de la victoire de Manuel Valls lors de la primaire socialiste. Nous nous trouvons alors devant une trilogie gauchisante allant du centre gauche, représenté par Emmanuel Macron, l’extrême gauche comme leader Jean-Luc Mélenchon et, bien entendu, Manuel Valls.

Mais quelle gauche sera représentée par Manuel Valls ? La droite de la gauche, donc le centre gauche, tout comme Emmanuel Macron.

Supposons une seconde, mais ce n’est qu’une supposition, n’ayez pas déjà peur ! Que ces deux prétendants, Valls et Macron, aient l’intelligence politique de réaliser que ni l’un, ni l’autre, ne peut se retrouver dans un second tour séparément et que leur seule chance d’y accéder serait de se réunir, de faire alliance, avec la bénédiction de François Hollande, qui, après sa courageuse décision de nous quitter, retrouve une sympathie auprès de quelques citoyens et ne manquera pas de tenter de nous convaincre que quelques réformes imposées, à l’aide justement de Valls et Macron, doivent être poursuivies !

Apparemment tout sépare les deux prétendants mais l’objectif à atteindre, si loin d’eux en ce moment, ne vaut-il pas une messe ?

Avec un deal, évidemment : Manuel Valls, président et Emmanuel Macron Premier ministre désigné (dans l’attente de 2022) et se désistant en faveur de Valls avant le premier tour de la présidentielle !

Voilà qui surprendrait toute la classe politique et changerait la donne car les voix, qui se seraient divisées entre les deux candidats, rassemblées sur un seul, Manuel Valls, lui accorderaient, donc aux socialistes, d’être présent, contre toute espérance, au second tour de la présidentielle.

Mais face à qui ?

François Fillon ou Marine Le Pen ?

Bien sûr il s’agit là de politique fiction, mais de la fiction à la réalité il n’y a quelquefois qu’un petit pas, n’est-ce pas ?

Jacques Guillemain




2017, j’ai le coeur à chanter

C’est un peu jour de grand-messe,
D’où me vient cette gaieté ?
Le soleil joue dans la pièce
Et j’ai le coeur à chanter…

C’est un peu jour de grand-fête,
J’ai besoin de me griser
L’instant d’une cigarette,
D’un café noir arrosé…

C’est un peu jour sans école,
Un pinson vient délirer
Dans la ramure d’un saule
Qui s’arrête de pleurer…

C’est un peu jour grandiose,
Un diamantaire a posé
Sur le coeur de chaque rose
Sa rivière de rosée…

C’est un peu jour de grand-large,
Vers tes rivages dorés
Mon âme, si frêle barge,
Tangue jusqu’à chavirer…

C’est un peu jour de grand-liesse,
De cette nouvelle année
Chargée de folles promesses
J’entends matines sonner !…

Avec mes meilleurs voeux
Jean-Paul Orcel




Pour un monde sans islam, avec Zineb, Wafa, Aquila et toutes les Zohra…

Zineb El Rhazoui édifiant les militants verts…

Certains me font clairement comprendre le message suivant : tais toi ou tu vivras comme Zineb El Rhazoui :

http://www.marieclaire.fr/,zineb-el-rhazoui-la-femme-la-plus-protegee-de-france,807486.asp  
Effectivement je partage ses idées, que j’énonce depuis plus de dix ans. Comme elle le demande d’ailleurs, disant qu’il faut que nous soyons nombreux à dénoncer « l’islam », mot entendu comme la doctrine de l’islam et non comme désignant les populations sous loi islamique.

https://youtu.be/U-lUoZkLU0o

https://youtu.be/6y_zB5Qmt2E

https://youtu.be/1qHgnBI3J54

Je gène : je suis défenseuse des droits humains fondamentaux des personnes quelles que puissent être leurs opinions ou origines, je suis féministe, je suis athée, je suis juive et métèque russkof pur sucre. Il faudrait que les seuls dénonciateurs de l’islam en soi, puissent être désignés comme racistes fascistes ou musulmanes excisées perturbées par les persécutions ou musulmans détraqués racistes envers eux mêmes…

Comme Zineb El Rhazoui (certes moins qu’elle), j’ai étudié l’islam en lisant à la source les textes et ouvrages classiques d’enseignement du droit islamique.

D’autres féministes originaires de pays conquis par l’islam, d’autres hommes, d’autres femmes venus de ces pays, pensent depuis des décennies comme Zineb El Rhazoui et me demandent de ne pas les abandonner en me taisant.

Aquila de France, Zohra Nedaa-Amal, Nonie Darwish, et d’autres, qui elles ou eux n’osent pas parler en public.

Je crois comme Wafa Sultan et Aquila de France qu’il faut agir pour un « monde sans islam ».

Je crois qu’il n’y a pas plus grossière « essentialisation » des personnes des pays conquis par l’islam que celle qui consiste à dire qu’ils ne pourraient pas changer d’opinion, qu’ils « seraient » « intrinsèquement » et non pas seulement historiquement et intellectuellement pour certains, « musulmans ».

Or l’islam est une opinion, ni plus ni moins, une opinion récente relativement, un fascisme comme un autre, comme notre Europe a su si bien en inventer également, comme il y en a eu et il y en aura ailleurs et d’autres, tant que l' »humain » sera « humain » ..

Et je crois au contraire qu’il serait bénéfique pour tout le monde que les personnes dites ou se disant « musulmanes » cessent d’être soumises de force à l’islam ou cessent de croire que le message du coran et de la sunna de « Muhammad » serait divin, sans quoi la violence venue des textes, certes peut être tempérée par moment, mais elle perdurera.

Je pense en tout état de cause, que si l’existence de réformes profondes de l’islam peut éventuellement être envisagée, elles passent d’abord par la reconnaissance précisément de la liberté de critiquer l’islam sans le payer de sa vie, liberté consubstantielle à une religion ou une idéologie pacifique.

Elisseievna




Réponse amicale à Guillaume Faye : en 2017, tous derrière Marine !

Guillaume Faye vient de nous livrer un excellent article exprimant ses doutes quant à la stratégie de Marine Le Pen, qui pourrait, dans le pire des cas, mener le FN à une cuisante défaite dès le premier tour des présidentielles.

http://ripostelaique.com/fillon-contre-marine-qui-choisir-marion.html

Un désastre, un véritable coup de tonnerre dans le monde politique, alors que tous les sondages s’accordent à dire que Marine sera au second tour en 2017.

Ce n’est pas la première fois que Guillaume Faye envoie quelques flèches bien ajustées sur Marine. J’avais déjà eu l’occasion de lui répondre, sur un article précédent, estimant que ce n’est pas en distillant le doute et le pessimisme dans l’esprit des électeurs lepénistes, que nous défendrons la cause patriote.

Je ne sous-estime pas les risques, je comprends les craintes que l’auteur exprime, mais en tant que mariniste convaincu je ne partage pas son pessimisme.

Guillaume Faye expose son point de vue dans un article parfaitement argumenté, en maniant la langue française avec une belle aisance, mais la remarquable qualité de son texte ne lui confère pas pour autant le label de la vérité.

Je partage son analyse sur la défaite de Juppé, le chouchou des sondages, qui s’est effondré quand les réseaux sociaux et les sites identitaires l’ont affublé du prénom Ali et ont moqué son “identité heureuse”. Juppé n’était qu’une guimauve déconnectée des réalités et  totalement inconsciente de la gravité de la situation. Oui, avoir écarté le nuisible Juppé est une bonne nouvelle pour le pays.

Fillon ne vaut guère mieux, puisque ses 5 années passées aux côtés de Sarkozy, ont révélé chez lui une remarquable aptitude à avaler des couleuvres et à se résigner à l’inaction. Fillon c’est le renoncement permanent et la capitulation face à la rue. Il n’a rien du chef de guerre qu’il nous faut pour sauver notre France en perdition.

Son rapide revirement sur la Sécurité sociale et sa récente prise de distance vis-à-vis de Poutine, suite aux multiples attaques sur son programme, en disent long sur la mollesse des ses convictions. Fillon est un mou, il se précipitera aux abris au premier coup de fusil.

S’il a gagné les primaires, c’est d’abord parce que Sarkozy et Juppé symbolisaient à eux deux la politique de l’échec. Fillon a donc réussi l’exploit de passer pour une homme neuf, alors qu’il était l’artisan du désastre, tout comme Sarkozy, ou Juppé en son temps.

En matière d’immigration et d’islamisation  du pays, il ne changera RIEN.

Fillon, c’est le ministre de l’Education Nationale qui avait enterré le rapport Obin, en 2004, qui dénonçait la dangereuse islamisation de l’école républicaine.

Fillon, c’est le Premier ministre qui inaugurait la mosquée d’Argenteuil, en faisant l’éloge de l’islam et de la civilisation arabe. Fillon, c’est le double-jeu.

Mais contrairement à Guillaume Faye, j’estime que Fillon sera plus facile à battre que Juppé.

Juppé aurait eu le soutien massif du centre et de toute la gauche, y compris le vote immigré. Face à lui, Marine n’avait aucune chance.

Fillon a beau essayer de marcher sur les plates-bandes du FN, du moins en paroles, il risque plutôt de perdre une bonne partie de l’électorat centriste, tenté par Macron, lequel semble avoir le vent en poupe.

La baudruche Fillon va se dégonfler au fil des semaines, car son programme taillé sur mesure pour l’électorat de droite des  primaires, est totalement inadapté au niveau national, où il faut ménager toutes les sensibilités.

Fillon n’est pas un ultra-libéral, certes, mais le présenter comme tel est de bonne guerre. Car si Marine a plus que doublé le score de son père, c’est en ratissant à gauche. Prétendre qu’en gauchisant son discours, elle renie son héritage, est faux.

Ce n’est pas la bourgeoisie de droite qui subit de plein fouet la promiscuité des populations immigrées, ce sont les ouvriers qui n’ont pas les moyens de quitter les quartiers populaires, de plus en plus soumis à la loi des caïds et des barbus.

Le FN historique a ramassé les symboles républicains abandonnés par la droite, mais Marine a su récupérer un électorat ouvrier abandonné par la gauche, qui lui préfère l’électorat immigré.

Je soutiens donc la stratégie de Philippot, car pour Marine, le réservoir de voix est plus consistant à gauche qu’à droite.

D’ailleurs, Marine progresse dans TOUS les milieux sociaux et dans toutes les tranches d’âge, jusqu’aux retraités, jusque là très réservés.

Pour surmonter le Front républicain, il faut le lézarder en ratissant de plus en plus large.

Guillaume Faye oppose le discours ramolli de Marine sur l’immigration et l’identité, à celui de Marion, plus conservateur et plus fidèle aux valeurs ancestrales du FN.

Je n’en crois rien. Marion est certes une jeune femme brillante, mais ses déclarations intempestives contre la ligne mariniste lui font du tort.

Lors des régionales, avait-elle besoin de remettre en cause les subventions au planning-familial, au prétexte que certaines associations étaient politisées ? Il n’en fallait pas plus pour enflammer la presse toujours bien intentionnée. L’opération de déminage qui a suivi, n’aura pas suffi à la faire élire en PACA.

De même, alors que la presse se délecte des rivalités Marion-Philippot, a-t-elle besoin de remettre en cause le remboursement de l’IVG ? Rappelons que Simone Veil, qui a disparu depuis des lustres de la scène politique, figure en seconde place parmi les personnalités préférées des Français !

Marion, c’est l’héritage de JMLP. Mais Marine ne croit plus à l’union des droites.

Il ne lui reste donc qu’à ratisser à gauche, et ça marche !

Marion cible un électorat axé sur les valeurs et l’identité. Philippot vise l’électorat populaire attaché à sa protection sociale et farouchement opposé au libéralisme économique débridé.

Guillaume Faye dénonce l’amateurisme de Marine sur les questions économiques et l’Europe. Marine serait “obsédée par l’euro-bashing”.

Mais dois-je rappeler à Guillaume Faye que pas moins de 8 prix Nobel d’économie ont déclaré que l’euro n’était pas viable, dès lors qu’il n’y a aucune harmonie sociale et fiscale entre les pays de la zone ?

Dois-je lui rappeler que la Grèce est en faillite et qu’il va falloir financer un 4e plan d’aide pour sauver Athènes et lui permettre de rester dans la zone euro ?

Dois-je lui rappeler que la France a décroché dès 2002 ? Elle a perdu 1 million d’emplois industriels, son commerce extérieur s’est effondré et sa dette s’est envolée pour atteindre 100% du PIB ? L’euro interdit à la France de dévaluer pour compenser son manque de compétitivité. Le drame est là.

L’UE, c’est un attelage bancal de 28 pays, avec 50% sous gouvernement de gauche et 50% sous gouvernement de droite ! Et Bruxelles met tout le monde au garde-à-vous, sans se préoccuper de la volonté des peuples. L’explosion des partis populistes n’est donc pas un hasard.

Je rappelle aussi que le 1er janvier 2017, la présidence de l’Union européenne va revenir à Malte.

Je n’ai rien contre les Maltais, mais est-il normal, qu’un petit pays de 420000 habitants, à peine 2 arrondissements de Paris, préside aux destinées d’un continent de 500 millions d’habitants ? Comment les peuples pourraient-ils s’accommoder de ces règles aussi farfelues ?

Marine et Philippot ont donc raison de combatte cette Europe qui nous a privés de notre souveraineté monétaire, diplomatique, budgétaire, de cette Europe immigrationniste qui nous impose des quotas démentiels pour accueillir toute la misère du monde.

N’accusons pas Marine d’amateurisme économique ou d’inexpérience.

Car pour ce qui est de l’expérience des partis en place depuis 40 ans, on a vu :

5,5 millions de chômeurs,

2100 milliards de dettes,

une France désindustrialisée,

Un agriculteur sur trois qui vit avec 350 euros par mois en travaillant 60 heures par semaines.

Et le désastre d’une immigration extra-européenne et musulmane qui refuse de s’intégrer et nous ruine.

C’est cela le véritable bilan des gens expérimentés, de “ceux qui savent” et se croient autorisés à donner des leçons d’économie à toute la planète.

Par conséquent, il ne faut pas exagérer les rivalités frontistes. Il y en a dans tous les partis. Ce sont les inconditionnels de JMLP qui attisent les braises, sans reconnaître que la stratégie de Marine paie. Elle a fait du FN le premier parti de France avec 25 à 30% des voix. Elle n’a pas démérité. Revenir au discours de JMLP, ce serait retomber à 12% des intentions de vote.

Accentuer les divisions internes, c’est desservir la cause patriote. Et c’est dire aussi des contre-vérités.

Car Marine n’a pas passé à la trappe son programme pour la défense de notre identité et pour combattre l’immigration. Entre Fillon et elle, y a pas photo !

Le programme Fillon ? Il se limite à instaurer des quotas d’immigration décidés au Parlement, mais il se pliera en fait à ceux imposés par Bruxelles et Berlin.

Et le programme de Marine, c’est ça : lequel est le plus musclé ?

  • Application de la préférence nationale pour l’embauche, l’attribution de logements sociaux et les prestations sociales ( Allocations familiales notamment)
  • Suppression de l’Aide Médicale d’Etat mise à la disposition des migrants clandestins.
  • Réforme du droit de la nationalité avec notamment suppression du droit du sol. Suppression de la bi-nationalité et durcissement des conditions de naturalisation.
  • Déchéance de la nationalité pour les délits graves commis par des personnes naturalisées depuis moins de 10 ans.
  • Réduction en 5 ans de l’immigration légale de 200000 entrées à 10000 entrées.
  • Rétablissement du contrôle systématique des frontières ( Sortie de l’Espace Schengen )
  • Mise en œuvre de moyens importants de lutte contre l’immigration clandestine.
  • Suppression du regroupement familial.
  • Réduction de la durée de la carte de séjour de 10 à 3 ans avec strict contrôle des conditions d’obtention.
  • Expulsion des délinquants multirécidivistes étrangers.
  • Inscription dans le droit français de l’interdiction de régulariser les migrants clandestins.
  • Expulsion des étrangers en situation illégale.
  • Aide au développement des pays d’origine des migrants conditionnée à leur coopération dans le domaine du contrôle des flux migratoires.
  • Organisation régulière d’une conférence euro-africaine pour améliorer la coordination des efforts de lutte contre l’immigration.
  • Réduction du nombre de demandeurs d’asile admis à rester en France.

Alors, stop au Marine-bashing. Qui d’autre qu’elle aura le courage de renverser la table ? Fillon ou Macron ?  Deux petits illusionnistes de la trempe de Sarkozy.

Arrêtons donc de savonner la planche de Marine avec de faux procès.

D’ailleurs, l’heure est à la cohésion du parti. Tout le monde au FN, se retrouve d’accord sur 90% du programme de Marine.

Et j’ajoute que le FN propose désormais de soumettre toute sortie du dispositif européen à des négociations préalables avec l’UE et à un référendum.

Il n’y a donc pas le feu au siège de Nanterre ! Restons optimistes, car pendant que la gauche se déchire et que Fillon révise son numéro d’équilibriste, en se demandant comment il peut retourner sa veste sans se discréditer, les troupes frontistes vont se mettre en ordre de bataille. Marine sera au second tour !

En 2017 elle aura besoin de tous les patriotes, de tous horizons et de toutes sensibilités. C’est cela la priorité, sauver le bateau France avant le naufrage.

Car soyons persuadés que Fillon, ou Macron, ou Valls ou tout autre, TOUS, seront les naufrageurs de la France, pour la simple raison qu’ils mèneront la même politique, à savoir celle du pire, qui nous a ruinés et nous a dépossédés de notre pays.

Jacques Guillemain




Serge Ayoub : patriote social, esprit libre et amoureux de la France


Daniel Conversano, après un débat avec Soral qui a fait le tour de la toile, recevait, dans un entretien de près de 2 heures, Serge Ayoub, ancien animateur de « Troisième Voie », qui, depuis l’affaire Méric et la dissolution de son association, ainsi que la fermeture de son bar, « Le Local » a un peu disparu. L’occasion de retrouver un discours, avec sa voix si particulière, et un militant qui manque à la mouvance patriotique.

Durant cette interview, Conversano, qui a l’âge d’être le fils de Serge, paraît fasciné par son interlocuteur. Il est vrai que dès que celui-ci aborde un sujet, il sait le rendre passionnant, par sa grande érudition, son passé, et surtout sa grande liberté de ton.

Durant ces deux heures, Serge, et il est touchant sur ce sujet, évoque les raisons pour lesquelles, selon lui, la France est un pays unique au monde. Il explique pourquoi il est fier d’être le descendant des héros de ce peuple fier et rebelle.

Refusant les clivages secondaires et les impostures sémantiques, il classe le monde dans un antagonisme de classe : les bourgeois et le peuple. De quoi faire pâlir de jalousie Mélenchon, qu’il égratigne au passage comme il faut.

Il défend la Révolution française, même s’il regrette qu’elle ait été bourgeoise jusqu’en 1789, et n’hésite pas à sa faire, telle une Christine Tasin, un avocat inconditionnel de Robespierre.

Il explique en quoi les punks des années 1980, auxquels il a appartenu, et avec lesquels il n’a jamais reculé devant les affrontements de rue, étaient des visionnaires de l’évolution des années qui allaient suivre. Il explique – avec un grand optimisme – qu’ils sont très nombreux en France à être imprégnés de cette culture.

Il défend avec beaucoup de conviction le modèle social, solidaire, qui existe en France, l’opposant à la conception anglo-saxonne du monde.

Ses réserves sur le survivalisme sont intéressantes à écouter. Son discours sur les arabo-musulmans contraints de venir en Europe à cause du capitalisme pourront irriter quelques-uns des nôtres. Sa manière d’expliquer, sans le dire, qu’en 2017, le vote FN est la seule solution pour les nationalistes, est pertinente, même s’il ne paraît pas avoir grande illusion sur la direction du FN. Mais il croit dans le peuple pour se faire entendre, s’il était trahi.

Son mépris pour les petits bourgeois d’extrême gauche et les étudiants antifas est palpable, et il affirme que quand Méric se prend dans la figure la main d’un ouvrier, c’est un avant-goût de ce qui attend ces imposteurs qui osent parler au nom du peuple.

Rappelons que Riposte Laïque a été aux côtés de Serge Ayoub, quand, bien seul, il a pris la défense du jeune Esteban, scandaleusement jeté en prison pendant un an, suite à une manipulation politico-médiatique digne d’un pays totalitaire. Guy Sauvage avait interviewé celui qui était alors le leader de Troisième Voie.

De manière crapuleuse, ce régime profitera de cet épisode pour dissoudre quatre petites organisations qui n’avaient rien à voir avec cet événement, et, encore plus inique, fera fermer le Local, lieu de rencontre et de débat qui permettait de provoquer des rencontres fort intéressantes.

Ainsi, le 18 mars 2010, Pierre Cassen, accompagné de Pascal Hilout, avait été invité au Local, sur le thème : « Comment défendre la laïcité en 2010 ? ». Son intervention avait été très appréciée, et Christine Tasin fut à son tour invitée par Serge à y tenir une conférence.

Naturellement, un Sifaoui ne trouva rien de mieux à faire que d’accuser nos amis de pactiser avec les nazis… Un qualificatif que Serge est habitué à subir, et sur lequel il a du répondant.

Dans un contexte où les prochains mois seront très importants pour l’avenir de notre pays et la défense de nos valeurs, on espère qu’on va entendre davantage Serge Ayoub nous faire profiter de sa grande culture et de son expérience, pas moins immense, du terrain.

Car il y a ce qu’on dit de Serge Ayoub, et ce qu’il est vraiment…

Martine Chapouton




L’intox, ce sont les sales pratiques du journaliste de Libé Vincent Coquaz…

Dans Libération, Vincent Coquaz écrit : “Vincent Peillon n’a en fait jamais estimé que le catholicisme « devait disparaître » ni comparé cette religion avec l’islam dans leurs rapports avec la liberté.”

http://www.liberation.fr/desintox/2016/12/28/non-peillon-ne-veut-pas-tuer-le-catholicisme_1537861

Le journaliste de Libération continue ainsi : “L’ancien ministre aurait même affirmé que « le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam. » Des citations bidons, bricolées par des sites d’extrême droite… La phrase « le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam » vient en fait du site d’extrême droite islamophobe Riposte laïque.”

En fait ce journaliste cite mon article : “ Vincent Peillon : le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam ! ”, en le déformant totalement.

Avec un grand cynisme, ce journaliste laisse entendre que j’avais attribué cette phrase : « le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam », à Vincent Peillon, alors que c’était le titre de l’article et ma propre conclusion. Je n’avais aucun guillemet qui laisserait entendre que cette phrase a été prononcée par Vincent Peillon.

Tout le monde peut revoir mon article publié sur Riposte Laïque.

http://ripostelaique.com/vincent-peillon-le-catholicisme-est-incompatible-avec-la-liberte-contrairement-a-lislam.html

Il s’agissait bel et bien du titre de mon article. Dans ce titre, je formulais les conclusions que j’avais personnellement tirées de ce que Vincent Peillon avait dit et écrit. Quand je citais les propos de Vincent Peillon dans mon article, je mettais bien les guillemets et je donnais les références des sources d’où je tirais mes citations. Ce qui n’empêche pas Libération et son journaliste de se déchaîner contre cet article publié dans Riposte Laïque.

Regardons comment le journaliste Vincent Coquaz essaye d’étayer ses accusation en écrivant :
Dans un article publié le 3 septembre 2013, le site (Riposte Laïque) s’attaquait à deux phrases de Peillon. La première est extraite d’une vidéo de présentation de son livre La Révolution française n’est pas terminée, de 2008. Dans une longue démonstration sur la Révolution française, l’homme politique expliquait ainsi qu’« on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique » (à 2 minutes 38 dans la vidéo ci-dessous) pour justifier l’invention d’une «religion républicaine», en d’autres termes, la laïcité.

La seconde phrase repérée par Riposte laïque date cette fois-ci de la présentation de la charte de la laïcité affichée dans les écoles à la rentrée 2013. Peillon, alors ministre de l’Education, demandait à ce que « la question de la laïcité ne (tourne pas) à l’obsession de l’islam ». ”

Jusque-là, le journaliste reconnait que mes citations publiées sur Riposte Laïque, étaient exactes. Mais regardons la manière dont il conclut pour formuler son accusation :
“En mélangeant une phrase de 2008 avec une citation de 2013, Riposte Laïque conclut donc que Peillon affirme que « le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam ».”

Avec beaucoup de cynisme, le journaliste accuse Riposte Laïque et moi-même d’avoir écrit que Vincent Peillon a tenu ces propos : « le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam ».

Ce qui constitue un mensonge absolu. Le journaliste de Libération déforme totalement la réalité. Je n’ai jamais affirmé que ces conclusions constituaient des propos que Vincent Peillon aurait tenus. Ce qui n’empêche pas Libération et son journaliste de m’accuser d’avoir écrit que Vincent Peillon a prononcé cette phrase. Comme quoi, tout un chacun peut constater que la « désintox de Libé », relève de la pire des intoxications.

Non seulement ils déforment la réalité sans aucun scrupule. Mais en plus, ils enfoncent avec eux celui qu’ils sont censés défendre : Vincent Peillon. Puisqu’ils reconnaissent que l’ancien ministre n’hésite pas à se contredire : il dit une chose en 2008 et son contraire en 2013, tout en prétendant qu’il n’y a aucun lien entre ce qu’il a dit en 2008 et ce qu’il affirme en 2013 !

Et pour montrer les méthodes du journaliste Vincent Coquaz, il conclut son article ainsi : “L’itinéraire de l’intox ne s’arrête pas là. En décembre 2014, c’est au tour du site Les Observateurs.ch, lui aussi d’extrême droite, de récupérer la phrase de Riposte laïque, et de la présenter comme si Peillon l’avait directement prononcée. Ou comment créer une citation de toute pièce, en ajoutant simplement des guillemets.”

Avec cette falsification, il accuse Riposte Laïque et moi-même, de créer de toute pièce une fausse citation, alors qu’en fait c’est lui-même qui a créé cette fausse citation. Et finalement, il attribue ses propres manipulations au site Les Observateurs.ch !

Vous avez dit « désintox », Vincent Coquaz ?

Zohra Nedaa-Amal

 




Pierre Bergé décoré par le roi du Maroc pour services rendus…

Extraordinaire Pierre Bergé. Le voici qui fait publiquement l’apologie de la liberté pour les femmes, à la manière d’un certain site de ré-information qui pourtant ne le ménage que fort rarement. Dont cette fois, tout de même. Tancer les couturiers collabos qui participent à la mise en cage des femmes est incontestablement un acte de courage politique, à l’heure où tant et tant de pauvres types se régénèrent la trésorerie sur le dos, le visage et jusque sur les mains gantées de force des recluses d’Allah. Le sordide appliqué au commerce international est sans limite.

Dont acte, citoyen Bergé.

http://https://fashionunited.fr/actualite/mode/pierre-berge-aux-cre-ateurs-de-collections-islamiques-renoncez-au-fric/2016033010749

Et là, bémol. Un milliardaire réduit à la grande solitude des veufs inconsolables, qui regarde de haut les tâcherons qui « font du fric » avec des suaires à cinquante, deux cent ou mille euros, ça fait un rien condescendant. Mais bast, la nouvelle aristocratie ne peut paraitre sans singer ici ou là sa devancière. Le problème schizophrénique de notre cousette de fil d’or nous transporte quant à lui au Maroc, où le petit provincial devenu duc s’est fait épingler une breloque sur la veste par le king of Marocco, Mohamed sixième du nom. Himself.

https://fashionunited.fr/actualite/people/pierre-berge-decore-par-sa-majeste-le-roi-du-maroc/2016122712152

On demande à comprendre. Les gens les plus « tolérants » qui reviennent de ce pays ont noté, de façon unanime, son raidissement coranique, sa grandissante obséquiosité pour les imams, muftis, cadis et autres religieux prompts à dégainer la sourate pour rabaisser le caquet de ces dames. On s’agenouille dans la rue à l’heure de la prière, on fait comprendre à l’étranger qu’il gêne à ces moments-là de la journée, on se complait dans le rituel-carcan qui empêche l’homme-base de penser, exactement comme le voile de plus en plus répandu interdit à la femme-unique de montrer qu’elle n’est pas une bête de somme.

C’est tout Bergé, une chose pareille. En vérité, cet homme est un blasé définitif. Ayant tout connu de ce que le hasard offre à ses préférés, il fait aux autres, de son regard inquiet trahissant la carence affective et la peur du fatum, la leçon de morale tout en gardant pour lui le sybarisme qui fait du royaume chérifien le petit paradis réservé aux happy few du ryiad clos. Heureux garçon, qu’un Jack Lang, un Ruquier ou quelque autre amateur d’escargots à Djema-e-Fna salue, amical et complice, à l’aéroport d’une citadelle de Marrakech construite au prix du sang par quelques millions de noirs africains châtrés.

Vous avez dit châtrés ? Taisez vous, malheureux ! Notre soutien-de-génie n’est pas encore au courant de cette horreur. Une telle révélation pourrait le terrasser.

Jean Sobieski