1

Partout en Europe, nous voyons une situation de pré-guerre civile

Ce jour, nous avons le plaisir de discuter avec Piero San Giorgio, un personnage hors du commun. L’occasion pour nous d’évoquer la situation suisse, la défaite d’Oskar Freysinger et la campagne présidentielle française… sans oublier les symptômes d’une guerre civile qu’il voit arriver dans plusieurs pays européens…

Riposte Laïque : Vous êtes connu comme un spécialiste du survivalisme. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce que cela est, et si c’est un phénomène qui se développe, en Suisse, où vous vivez ?

Piero San Giorgio : Spécialiste est un grand mot, mais c’est vrai que le succès de mes livres a contribué à faire connaître la démarche à un assez grand nombre de lecteurs puisque rien que pour mon premier livre « Survivre à l’effondrement économique », plus de 100’000 copies se sont vendues. Pour moi, le survivalisme – un mot qui comme tout les « ismes » a un côté étiquette qu’il me faut bien accepter – est l’approche de la vie en tant qu’adulte responsable, c’est à dire de savoir évaluer les risques et préparer l’avenir. Cela peut se décliner en toutes formes de préparations, allant de la plus légère (assurance en cas d’incendie, avoir chez soi un sac avec couvertures, lampe de poche, eau en bouteille pour tenir 72 heures comme le préconise le ministère de l’intérieur en France) à la plus lourde (développer son autonomie et auto-suffisance alimentaire, énergétique, défensive, etc.).

En Suisse, la mentalité de la population a toujours été très proche de cette attitude de bon sens et de prévoyance et ce n’est pas pour rien que mes lecteurs et lectrices y sont nombreux. L’ancien chef de l’armée à même fait des déclarations publiques incitant les citoyens à se préparer aux crises futures en stockant un peu de nourriture et d’eau chez soi. Au fond, nos grand-parents et nos ancêtres faisaient de même – et mieux! – car ils savaient que le coup dur était certains, qu’il prenne forme d’un état à l’imposition confiscatoire, d’une famine ou d’une guerre !

Riposte Laïque : Je vous avais interviewé en 2012.

http://ripostelaique.com/piero-san-giorgio-auteur-de-survivre-a-leffondrement-economique-nous-allons-droit-a-la-catastrophe.html

Comment résumeriez-vous les cinq années qui viennent de se dérouler, d’abord dans votre pays la Suisse ?

Piero San Giorgio : La situation en Suisse est paradoxale : malgré la crise mondiale qui sévit depuis 2008, l’économie du pays se porte plutôt bien, bien que les conditions de travail ne soient plus aussi facile qu’il y a quelques années. Toutefois, cette relative bonne santé de l’économie voit la Suisse accusée par les partis de gauche et certaines ONG de ne pas assez s’ouvrir à l’immigration de masse ou de ne pas avoir rejoint l’UE… Avec une population dépassant 8 millions de personnes, largement au-dessus de notre capacité à être auto-suffisants, la Suisse commence aussi à connaître les joies du multiculturalisme : conflits et bagarres entre communautés Turques et Kurdes, conflits de territoire pour le deal de stupéfiants entre gangs Cap Verdiens et Bosniaques, présence et activités de djihadistes, petite criminalité et incivilités de la part de « chances pour la Suisse »… Bref, malgré quelques décennies de retard, nous avons mis le cap vers le chaos, tout comme les autres pays Européens.

Riposte Laïque : Et en France ? Et dans toute l’Europe ?

Piero San Giorgio : Partout en Europe, et particulièrement en France, en Suède, en Belgique et en Allemagne, nous voyons une situation de pré-Guerre Civile. L’incurie, l’incompétence, le mépris pour les peuples et la corruption des classes politiques européennes à été criminelle. L’Europe, en crise économique structurelle due à la mondialisation, sous l’emprise des bureaucrates et des idéologues de Bruxelles, dominée par des lobbys économiques et politiques, aux médias partisans et achetés par le pouvoir, sans parler des vagues migratoires immenses qui s’ajoutent à la population d’origine extra-européenne dont une partie n’a jamais été – et qui ne veut plus être – intégrée et qui se découvre des velléités de conquête… L’Europe est au bord, tout au bord, de ce que je décrivais dans mes premiers livres, c’est à dire un effondrement économique, provoqué par, ou menant à un Krash économique et social ou une guerre civile, ou le tout simultanément. Il y a très peu d’espace de manœuvre pour changer de cap.

Riposte Laïque : Comme vous le savez, nous sommes en pleine élection présidentielle, en France. Comment analysez-vous cette campagne, et pensez-vous l’élection de Macron inévitable ?

Piero San Giorgio : Je ne pense pas du tout que l’élection de M. Macron, chouchou de la finance et des médias soit acquise. Si le candidat du PS semble parachever la mort de ce parti, d’autres candidats semblent avoir leur carte à jouer, tout d’abord Mme Le Pen, mais aussi Messieurs Fillon et Mélenchon. C’est vrai que la candidature de M. Macron à tout pour rassurer l’oligarchie, mais aussi l’apparat du futur ex-PS qui pourrait se recycler dans un gouvernement sous sa présidence, mais son programme creux et ses performances en public peu convaincantes me font penser à un face-à-face inattendu. En effet, il n’est plus possible de croire aux sondages – les mêmes qui donnaient Hillary Clinton victorieuse à 95% ! – ni aux avis des « experts » tout sauf neutres. S’il peut y avoir beaucoup de surprises, la question reste de savoir s’il y a encore le temps, et si le ou la futur président(e) aura les moyens de sauver le pays de la crise très lourde – et peut-être terminale – qu’il traverse. Je suis, hélas, assez pessimiste, mais, en tant que bon suisse et démocrate, j’encourage les gens à voter selon leur convictions profondes et leur libre arbitre.

Riposte Laïque : Il y a trois candidats, dans cette élection, qui prônent la sortie de l’euro, dont l’un, François Asselineau, en a fait son principal atout de campagne. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Piero San Giorgio : M. Asselineau, que j’apprécie, a beaucoup de très bonnes idées, et quelques très mauvaises (le fait de nier le remplacement de population par exemple)… en tout cas, sortir de l’Euro, est très clairement la première mesure économique pour redonner à ce grand pays qu’est la France sa souveraineté. Sans souveraineté, il n’y a ni de politique, ni de choix : il ne reste que la servitude et l’obéissance. La riche histoire de France montre que votre pays sait se relever de situations difficiles, du moins tant qu’il y aura des français.

Riposte Laïque : Revenons en Suisse. Votre nom a été beaucoup prononcé, lors de la campagne électorale, dans le Valais, qui a conduit à la défaite d’Oskar Freysinger. Pouvez-vous expliquer cet épisode à nos lecteurs français ?

Piero San Giorgio : Oskar Freysinger était en charge d’un département du Canton du Valais qui, entre autres, a comme mandat la protection de la population. Ceci inclut la police, etc. et prévoit également les mesures à prendre en cas de crises. En effet, ce canton de montagnes et de vallées a une longue expérience de gestion de catastrophes naturelles allant des avalanches et des glissements de terrain, aux tremblements de terre (il y a bon nombre de barrages hydro-électriques à surveiller…) et aux vallées isolées qu’il faut ravitailler en cas de grandes chutes de neige. Il a été décidé de constituer un groupe de travail, dont j’ai fait partie, pour réfléchir aux mesures nécessaires en cas de crises sociales (causées par des crises migratoires, une pauvreté excessive, etc.) et de crises financières (effondrement des banques, hyperinflation, etc.).

Les mesures réfléchies allaient de la médiation de l’Etat avec les banques en cas de chômage de masse et l’impossibilité d’une grande part de la population à rembourser leurs prêts hypothécaires à la mise en place, en coordination avec la grande distribution du pays, de systèmes de distribution de nourriture, d’eau potable et de biens de première nécessité. Cette réflexion était presque aboutie lorsqu’il a été décidé de l’annoncer au public par le moyen d’une conférence de presse, destinée – je suppose, car M. Freysinger démarrait ainsi sa campagne pour sa réélection.

Ses opposants politiques ont vite fait de trouver dans une interview que j’avais donnée à un bloggeur français des phrases qui, sorties de leur contexte, et massivement relayées par l’ensemble des médias du pays, ont été utilisées pour attaquer M. Freysinger. Par exemple, lorsque j’ai dit que, en substance : les populations européennes, lorsque mises sous forte pression économique, financière, migratoire et sociale, celles-ci risquent fort de retrouver une violence guerrière qui leur est coutumière dans l’histoire et que nous risquions, de redevenir des Waffen SS, des lansquenets, des conquistadores, etc. bref, devenir violents… ces propos ont été sortis de leur contexte et réinterprétés pour me faire dire que « la nature des européens c’est d’être des Waffen-SS » ! et évidemment pas un média ne m’a contacté pour me demander de clarifier ces propos – que je ne renie pas, bien que j’admets qu’ils aient été un peu maladroits. Ça arrive.

Bref, ils n’en avaient pas contre moi, mais ont utilisé cela contre Oskar Freysinger, qui au lieu de les envoyer se faire foutre, ce que je lui aurai conseillé d’ailleurs s’il m’avait appelé, a préféré faire marche arrière. Or lorsque les activistes de gauche et les médias sentent la moindre hésitation et faiblesse, c’est la curée. Cela ne l’a certainement pas aidé et, cette affaire et d’autres ont probablement contribué à sa non réélection. C’est dommage, car c’est un homme qui a de très bonnes idées politiques. Je crois qu’il rebondira et reviendra après quelques temps. Notre pays a besoin de lui.

Riposte Laïque : Quelle analyse tirez-vous de la défaite du leader UDC ?

Piero San Giorgio : C’est une défaite locale – dans un de nos cantons – et il faut la relativiser. Elle montre que certains intérêts idéologiques ont convergé avec d’autres intérêts plus économiques… le canton du Valais est connu pour une économie, comment dire… entre copains, et la venue d’un « étranger » comme M. Freysinger, a beaucoup gêné… L’UDC en Suisse reste un parti fort, soutenu par près de 30% de la population et a encore, une marge de progression, bien que la politique se durcisse en Suisse.

Riposte Laïque : Quelque chose à ajouter, Piero ?

Piero San Giorgio : Tout d’abord que j’ai cru voir sur votre site des articles pensant que je serai pour l’islam : je suis prêt à en débattre, mais croyez bien que je suis pour une Europe souveraine, libre et donc laïque pour les peuples européens (NDLR : Piero fait allusion à un article paru sur Résistance républicaine). Ensuite, et c’est plus important, que nous vivons une période très difficile, mais que nous devons garder espoir en nous-mêmes. Que nous pouvons par le développement de notre autonomie mentale, par la ré-information auprès de médias indépendants comme les vôtres, par la préparation à l’autonomie physique, l’autosuffisance et nos capacités d’auto-défense, devenir une force de poids dans la balance et faire la différence dans les années à venir.

Enfin, que c’est le moment, plus que jamais, d’agir, de parler, et de se préparer.

Propos recueillis par Pierre Cassen




J’ai les honneurs du Figaro, qui défend l’islam pour aider Dassault

Nos communiqués passent, et trépassent dans un silence assourdissant.

A croire que les courriels des 500 journalistes destinataires réguliers de nos communiqués, de nos annonces de conférences de presse ou de nos actions sont hors service juste à ces moments-là, c’est pas de chance.

Par contre s’il y a condamnation des affreux islamophobes, les vautours se précipitent, trop heureux de relayer la nouvelle ( on vous l’avait bien dit, être islamophobe c’est pas permis ) et de distiller ainsi à l’attention de ceux qui seraient tentés d’emboîter notre pas leur venin : « pas touche à l’islam, sans quoi... »

Et voici le Figaro ( via l’AFP, faut pas trop se fatiguer ) qui exulte et qui en profite pour faire sa petite manipulation quotidienne en titrant, carrément, « condamnation pour un discours islamophobe » sans y voir malice.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/03/31/97001-20170331FILWWW00204-condamnation-pour-un-discours-islamophobe.php

Si j’avais été condamnée pour un discours islamophobe cela signifierait que le délit de blasphème est restauré en France. C’est ce qu’ils veulent, au Figaro ? Apparemment oui… Seraient-ils financés par le Qatar ou l’Arabie saoudite via leur subventionneur Hollande et leurs patrons islamophiles ?

Pourtant, le directeur des rédactions du Figaro, Alexis Brézet, serait un peu islamophobe sur les bords lui aussi que cela ne m’étonnerait pas :

En 2012, il a condamné à deux reprises l’« islamisation » de la France. La même année, à l’occasion de la réédition du Camp des Saints de Jean Raspail, il évoque un « livre prophétique qui fera grincer des dents les adeptes de la France multiculturelle et du métissage universel. Il faut le lire, ne serait-ce que pour mesurer combien la liberté d’expression a reculé dans notre pays depuis 40 ans »10.

Il appelle notamment à ce que « l’UMP campe bien sa droite. Ceux qui plaident pour son recentrage seront les artisans et les responsables de ces alliances »2.

Alexis Brézet critique par exemple la suppression de la double peine par Nicolas Sarkozy12.

Le 29 novembre 2010, dans RTL soir de Christophe Hondelatte, Alexis Brézet analyse les résultats du référendum suisse sur l’expulsion des étrangers ayant fait l’objet de certaines condamnations, et conclut sur « le phénomène européen de coupure entre le peuple et les élites »12.

En novembre 2012, à la suite du congrès de l’UMP, au cours duquel se déroule l’élection contestée du président du parti, il critique fermement le comportement des deux candidats ainsi que des différents protagonistes, à la fois dans son journal Le Figaro et dans différents médias13,14.

Alexis Brézet défend la messe en latin15.

Catholique, marié à une femme d’une famille pied-noir d’Algérie originaire de Marengo, il est le père de quatre filles2.

Source, wikipedia

Mais une hirondelle ne fait pas le printemps… et Alexis Brézet n’est qu’un subalterne obligé de suivre la ligne de la maison Dassault quoi qu’il en pense… Faut bien manger. Mais il y a de quoi avaler de travers, non, Alexis Brézet ? Je suis sûre que si vous acceptiez de mettre l’éthique avant l’argent vous trouveriez un autre emploi intéressant, quoique moins bien payé, au sein de TV Libertés… Enfin c’est juste une idée, Philippe Millau n’est même pas au courant de ma suggestion !

En attendant, la maison Dassault, elle, a besoin de journaux et de journaleux aux ordres, la maison Dassault a besoin des plombiers polonais, des clandestins musulmans… pour faire du fric. Elle a donc besoin de la mondialisation, de l’immigration, de l’islamisation de la France. Et donc de Macron-Fillon.

Tiens, il suffit de mettre « dassault » sur google pour comprendre plein de choses, avions militaires, salon aux Emirats arabes unis…

Bref, la messe est dite.

On ajoutera seulement que l’auteur de l’article en a menti et m’a diffamée en écrivant que j’avais déjà été condamnée, j’ai été relaxée dans 3 affaires, une autre est en cassation et donc tant que nous n’avons pas le résultat de la cassation on ne peut pas dire que j’ai été condamnée.. .

Enfin on remerciera quand même, mais si, mais si, les journalistes de nous faire un peu de publicité sur leurs journaux, parce que, en écrivant

Cette enseignante agrégée de lettres classiques à la retraite y répétait à plusieurs reprises « islam assassin », religion qui à ses yeux est « la soumission à la parole du prophète, parole de mort, parole de haine », « assassin de notre civilisation, de nos modes de vie« .

Le tribunal correctionnel de Paris a estimé que ces propos présentent les musulmans comme étant une communauté qui « dans sa globalité » serait « toute entière dédiée à la conquête par les moyens les plus violents et les plus barbares des terres dites «de guerre»« . De quoi susciter « nécessairement un vif sentiment de rejet, voire de haine, à l’encontre de cette communauté prise dans son ensemble », « sentiment attisé de surcroît par le contexte tragique » de l’attentat de Magnanville, soulignent les juges.

le Figaro pourrait amener certains de ses lecteurs à être interpellés, voire intéressés par notre combat et pourraient même le rejoindre. Il n’y a pas que des partisans de Macron-Fillon qui lisent le Figaro…Il suffit de voir les commentaires sous l’article, qui me sont à 90% favorables, pour comprendre où souffle le vent et qui va se prendre la tempête dans les trous de nez.

J’allais oublier, messieurs du Figaro, je suis, plus que jamais, islamophobe et j’en suis, plus que jamais, très fière. Je ne voudrais, pour rien au monde, vous ressembler.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2017/03/31/jai-les-honneurs-du-figaro-qui-defend-lislam-pour-complaire-aux-maitres-musulmans-de-dassault/

 




Fillon et Valls, deux faux-culs qui mènent le même combat

Quand Valls souhaite “trouver des compromis avec la droite parlementaire” pour contrer le FN, Fillon s’empresse de répondre qu’il a “toujours entretenu un dialogue constructif” avec lui.

Tout est dit. Fillon accuse Macron d’être le porte-serviette de Hollande, mais lui-même n’est que le porte-drapeau de l’UMPS. Un seul et unique adversaire : le FN !

Rien ne change chez Fillon. Il sera prêt à tous les accommodements, toutes les compromissions avec Macron et Valls entre les deux tours pour barrer Marine. Tout son discours musclé sur l’identité, la sécurité, la lutte contre l’islamisme, n’est que poudre aux yeux.

Le véritable Fillon, c’est l’UMP, donc le PS, donc le laxisme en matière d’immigration et de lutte contre la délinquance. Fillon nous refera du Sarkozy.

Des beaux discours sans lendemain. On a déjà donné !

Mais de nombreux élus LR commencent à scruter au delà du naufrage programmé de Fillon. Avec 18% des intentions de vote à trois semaines du premier tour, ils savent que le candidat LR n’a aucune chance de se refaire. Il est carbonisé.

C’est pour cela que Marine œuvre en coulisses pour le ralliement des élus de droite qui refusent cinq années supplémentaires de socialisme à la sauce macro-hollandaise.

Le Figaro cite 19 personnes jugées “compatibles” avec le FN. Dupont-Aignan, Poisson, Bompard, Mariani, Guaino etc. , des élus de poids que Marine tente de prendre dans ses filets.

Le gros poisson, c’est pour l’instant Philippe de Villiers, qui juge que Marine est “le rempart contre l’européisme et le mondialisme de Fillon et Macron”.

Mais le souverainiste n’a pas encore affiché ouvertement son positionnement.

L’opération séduction de Marine vers la droite décomplexée est donc bien en cours.

Vis à vis de ces élus, un discours plus feutré sur  l’euro serait évidemment le bienvenu. La sortie de l’euro, bien que justifiée, reste bien le principal handicap de Marine pour élargir son électorat.

Si la dé-diabolisation est achevée, la sortie de l’euro fait encore peur. Il faudra le retour de la crise grecque pour que les yeux s’ouvrent. La zone euro actuelle est en sursis mais peu de politiques acceptent cette évidence.

Dans le camp Fillon, on menace les candidats à la désertion d’être exclus du parti, évidemment. L’état-major minimise les risques d’hémorragie, mais on serre les fesses. Au soir du premier tour, tous savent que ce sera la Bérézina dans le camp LR, le sauve-qui-peut général. Un avril 2002 à l’envers !

Fillon, c’est le Jospin de droite !

Tout cela rend la campagne de Fillon aussi grotesque qu’hypocrite.

Il combat soi-disant Macron, mais entre les deux tours, il s’alliera au leader d’En Marche pour barrer Marine. Il devra retourner sa veste pour tenir un discours à 180° de celui du premier tour. C’est écrit d’avance.

Une salade UMPS devenue de plus en plus indigeste pour les vrais patriotes, qui ne veulent plus entendre parler d’une droite de faux-culs, qui est redevable au PS et à Valls, lesquels lui ont offert deux régions sur un plateau, et sans contrepartie.

Dans 3 semaines, une fois éliminé, Fillon sera devenu le porte-serviette de Macron.

C’est cela la triste vérité ! Même dans un duel Mélenchon-Marine, Fillon voterait Mélenchon tant sa haine du FN est viscérale !

La gauche n’a jamais été l’ennemie de la droite. La preuve ? A peine élu en 2007, Sakozy et accueillait des ministres socialistes dans le gouvernement Fillon !

Et en 2015, c’est Valls qui renvoie l’ascenseur en offrant 2 régions à la droite !

Il n’y a qu’un seul vote pour la défense du peuple français, le vote Marine.

Tout le reste n’est qu’aliénation à l’Europe et au mondialisme, un choix suicidaire qui mène à la disparition de la France.

Jacques Guillemain




Présidentielle : Cazeneuve Premier ministre de Marine, quelle poilade !

Il se murmure dans les milieux autorisés, comme disait feu Coluche (autorisés à quoi ? mais à frauder, mentir, tricher … bien sûr), que le très compétent Bernard Cazeneuve envisagerait de garder son juteux poste de Premier ministre, au cas où Marine Le Pen serait élue Présidente de la République française ! Ça vous la baille belle hein ?

Et ce n’est même pas un poisson d’avril, puisque la révélation aurait été faite le 30 mars !

J’ai toujours cru que c’était le (ou la) Président(e) qui nommait son Premier ministre et qu’ensuite celui-ci formait son gouvernement, après lui avoir soumis les noms des ministres envisagés… Mais il semblerait que j’ai tout faux, puisque paraît-il le gouvernement (et par extension son chef) n’est responsable que devant l’Assemblée nationale, qui seule peut le destituer en votant une motion de censure.

Il serait d’ailleurs extrêmement curieux de voir à cette occasion, comment voteraient alors les députés LR dont beaucoup par le passé, se sont souvent ralliés aux socialistes pour « faire barrage au FN » dans différents scrutins … après le sort réservé à leur champion Fillon, cible de toutes les sales torpilles de leurs anciens « associés ».

Reste qu’il serait toujours possible d‘invoquer l’article 16 de la Constitution, qui accorde les pleins pouvoir au président de la République.

Ah ! Je n’étais pas si nulle finalement.

Pourtant si par malheur Cazeneuve optait pour le scénario de son maintien à Matignon, cela occasionnerait un désordre politique et institutionnel sans précédent sous la Vème République, mais pas certain que la Présidente attendrait les élections législatives, les bras croisés sans rien faire.

J’imagine déjà le tableau… Marine qui doit bien dépasser le presque nabot d’une ou deux têtes, le rabrouant de sa voix grave à chaque bévue, oubli, pas de clerc… et le pauvre chou, hyper sensible… cachant son chagrin dans les couloirs de l’Elysée et séchant ses larmes dans son joli mouchoir brodé (sans doute assorti à sa pochette, car le monsieur est coquet) et se mordant les doigts jusqu’au coude d’avoir voulu rester sous la coupe de celle qui pourtant lui faisait très peur avant les élections !

Mais, Bernard, c’était pas raisonnable non plus !

En attendant, pour tuer le temps, et vraisemblablement s’aguerrir, Môssieur Cazeneuve vient de menacer les Guyanais, s’ils ne se calment pas immédiatement, d’envoyer sur place une équipe gouvernementale… sans préciser si ces derniers se rendront en bateau ou à la nage sur « l’ile » de Guyane (petit coucou au cancre Macron au passage !), mais sûr que ça va chauffer pour leur matricule aux « îliens » car s’il pleure volontiers, en revanche, il ne rigole pas le Bernard.

Là où Marine Le Pen a dénoncé le « service cruellement minimum » des gouvernements successifs, et où François Fillon a notamment jugé que la situation dans le territoire était « la conséquence de l’échec de la politique de François Hollande », Cazeneuve y a vu « des assauts de démagogie, que la période électorale semble favoriser, dans un abaissement qui je dois le dire qui me consterne »

« Rien ne détournera le gouvernement de sa volonté d’aboutir à des solutions concrètes pour les Guyanais », qu’il a dit !

« Ces solutions sont aujourd’hui à portée de main, elles supposent de la responsabilité, de la méthode et un dialogue qui s’intensifie dans les prochains jours », a-t-il affirmé !

Et là, pour ce qui est de la responsabilité, de la méthode et du dialogue intensif… on commence à bien connaître la chanson, rien qu’avec ses « fichés S » on a vu ses brillants résultats du temps où il n’était encore que ministre de l’Intérieur !

Et pour finir, il n’a pas pu s’empêcher de dénoncer au passage   « une instrumentalisation à des fins électoralistes » de la crise sociale, visant sans aucun doute François Fillon et Marine le Pen. C’est vrai quoi, ce ne sont pas les socialistes qui agiraient ainsi ; on voit bien d’ailleurs dans quel ordre de bataille bien net et sans bavures, ils vont se présenter à ces prochaines élections !

https://www.challenges.fr/france/guyane-cazeneuve-annonce-la-venue-d-une-delegation-de-ministres_463082

Donc, là, il est pas clair du tout le Bernard ! Vouloir continuer à travailler avec celle qui semblait être la pire ennemie de son clan, est plus qu’inquiétant sur son état mental… ou alors, en plus de ses très nombreuses qualités (si ! si ! ça ne me vient pas en tête tout de suite, mais il en a) il est aussi maso… et ça c’est ballot !

N’empêche que s’il compte vraiment rester à son poste, il va falloir qu’il fasse un gros effort question regards, parce que pour l’instant, ceux qu’il réserve à Marine justement, sont tout sauf énamourés…

Mais, ouf ! Aux dernières nouvelles il paraîtrait que la brève de Nicolas Domenach dans Challenge, soit erronée puisque l’information a été aussitôt démentie par Matignon. « Le Premier ministre n’a jamais, jamais évoqué ce scénario », a assuré l’entourage de Bernard Cazeneuve auprès du Lab.

https://lelab.europe1.fr/bernard-cazeneuve-na-pas-lintention-de-deserter-de-matignon-en-cas-delection-de-marine-le-pen-3216503

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/en-cas-de-victoire-de-le-pen-cazeneuve-s-accrocherait-il-a-matignon_1894413.html

On ne peut vraiment pas faire confiance aux élucubrations des journalistes ; pourtant ce n’est pas parce que Bernard Cazeneuve n’aurait absolument pas envisagé un seul instant de rester à Matignon, avec Marine Le Pen à l’Elysée, que cela ne serait pas possible… des revirements à 180° en politique, on en a vu d’autres… et notamment chez les socialistes sous le « règne » de Moi-je 1er qui a finalement fait pratiquement tout le contraire de ce qu’il avait promis pendant sa campagne.

Fin du suspense le 7 mai prochain !

Josiane Filio




Le programme de Macron : Français, dégagez !

Clap, clap, clap, chapeau bas, monsieur l’illusionniste

Le peuple vote mal ? Effaçons le des listes !

« Chassons-le loin de cette campagne, de ce pays,

Ce parti de la haine, du mépris, du repli,

Sortons-les, exhorte-t-il, ils nous font tellement honte »

Voilà ce que Macron, à Marseille, raconte.

http://www.dailymotion.com/video/x5gyjfc_etre-patriote-l-anaphore-d-emmanuel-macron-a-marseille_tv

Il faudrait nous virer, plus question d’ostracisme

Avoue-t-il sans rire, au nom du patriotisme.

Si, si, vous lisez bien, ce pantin démoniaque

Ose s’en revendiquer, ce mégalomaniaque

A même vanté lors d’une intarissable faconde :

« Une France forte ouverte dans l’Europe et le monde ».

Ça en serait comique si l’ode aux étrangers

N’était venue poursuivre sa diatribe louangée :

Arméniens, Comoriens, Algériens, Marocains,

Tunisiens, Ivoiriens, Maliens, Sénégalais,

« Je crois voir des Marseillais, je vois des Français »

Pour faire européen, une touche d’italiens…

Pas sûre que les susdits apprécient l’anaphore

Qui n’est pas sans rappeler celle de son mentor.

Euh, les Français de souche, ça l’aurait effleuré

D’y faire référence ou est-il écœuré ?

C’est vrai qu’une vieille blague sur le Paris-Dakar

Inconsciemment a dû peser sur ce tocard,

Marseille, la première ville africaine traversée,

Serait la cause de ses propos controversés.

D’aucuns veulent lui confier les manettes du pays,

Les codes nucléaires, après ce cafouillis…

Serions-nous à ce point masos ou suicidaires

Pour ne pas y voir un projet génocidaire ?

Ont décidé pour nous, media et grande finance,

Qu’importe notre avenir ou que meure la France,

Qu’importe si le peuple, blanc, en majorité,

Est moins considéré que les minorités.

La discrimination positive est « En Marche! »

Dorénavant l’embauche, dans les quartiers sensibles,

Vaudra à l’entreprise, sans la moindre démarche,

L’octroi d’une subvention, vous avez dit risible ?

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/03/08/31001-20170308ARTFIG00140-malika-sorel-sutter-m-macron-la-discrimination-positive-fracture-la-france.php

C’est ça qui se présente à la Présidentielle ?

Une France multiethnique, une France plurielle ?

Tant pis pour le Cantal, la Creuse ou bien le Cher

Qui n’ont pas ou bien peu de zones susceptibles

De recevoir la manne de cette surenchère,

Faute d’avoir un public quelque peu irascible.

Ainsi le candidat à la fonction suprême

D’ores et déjà, avoue, via quelques anathèmes,

Que les Français sont une variable dans son programme,

Qu’il n’en a rien à faire, sans le moindre état d’âme,

Le tout est de gagner, qu’importe la manière,

Il a omis que nous n’avons l’instinct grégaire.

Oreliane




Bilal Hamon veut légaliser le cannabis, Macron, on ne sait pas…


Fumer librement du cannabis, c’est une idée fixe, chez les socialistes.

http://www.fdesouche.com/838043-election-presidentielle-faut-il-legaliser-le-cannabis

Celui qui adore son surnom de Bilal Hamon est définitivement pour. Légaliser sa consommation permettrait d’en éradiquer le trafic et à l’Etat de la contrôler. Sauf que des décennies après l’ouverture des « coffee shop » aux Pays Bas, il n’en est rien. La faute, entre autre, aux contraintes qui y sont imposées. Moins de 18 ans, citoyen étranger, vous n’irez pas dans ces lieux chercher votre drogue mais une fois renseignements pris, ici et là vous aurez tout loisir de vous fournir en cannabis ou en haschich. Quant aux majeurs néerlandais que les 5 grammes réglementés et l’absence de choix ne satisfont pas, ils n’auront plus qu’à trouver un autre coffee shop moins regardant ou rejoindre, dans quelque rue discrète, les premiers cités.

Et Macron, quel est son avis sur la question ? Difficile à cerner : logique, c’est du Macron. Pas pour mais pas contre non plus. Il propose de « contraventionnaliser » ! Sauf que, selon son porte-parole Benjamin Griveaux, « juridiquement, effectivement, c’est bien une dépénalisation » que propose son patron.

http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/21/on-a-enfin-compris-ce-que-veut-emmanuel-macron-sur-le-cannabis_1549994

Côté professionnels de santé, les avis sont opposés. La prohibition ne marchant pas, dit un médecin, il faut « changer de stratégie ». Légaliser signifierait ne plus consommer, ne plus avoir envie de braver l’interdit ?  Avec semblable logique, légalisons le vol et il n’y en aura plus. Et puis le viol, le crime, bref, ne réprimons plus le répréhensible et nous vivrons tous heureux dans un monde merveilleux…

Selon un autre médecin, les pieds sans doute trop sur terre, a bel et bien été prouvé, depuis des années que le THC (tétrahydrocannabinol), la substance active de ces produits « freine le bon développement du cerveau des adolescents ».

En 2014, Complément d’enquête s’intéressait aux « sacrifiés du pétard ». Fumer du cannabis à 14 ans, en pleine maturation neuronale, fait, sans l’ombre d’un doute, basculer les cerveaux les plus fragiles dans la schizophrénie.

http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20140220.OBS7152/complement-d-enquete-se-penche-sur-le-cannabis.html

« Faire rentrer dans les caisses de l’Etat entre 1 et 2 milliards d’euros sous forme de taxes », annonce-t-il sans état d’âme. On se doutait bien qu’il y avait anguille sous roche, la perspective pour notre Etat de toucher son écot paraît bien alléchante. Et que va-t-il faire de cette manne inépuisable, notre cher Etat ? Elle servira – toujours selon l’avocat –  à « réguler le marché » (la preuve par les Pays Bas) et… « à faire de la prévention » et du « soin » !

Autrement dit, l’Etat, dans sa grande mansuétude, une fois qu’il aura aidé les gens à devenir malades en prenant son dû au passage, les prendra en charge pour leur dire « ce n’est pas bien de fumer du cannabis » et les soignera du dangereux produit qu’il autorise ! Devinez à qui l’avocat à remis son rapport ? Terra Nova…

Du côté du syndicat Alliance Police ? La légalisation du cannabis ne fera que déplacer le problème puisque cocaïne et héroïne, elles aussi, font des ravages.

A moins que dans quelques années, pour que l’Etat s’en mette plein les poches en invoquant la suppression des trafics, nos socialistes ne proposent…de les légaliser aussi ?

Nous vivons une époque formidable…

Caroline Artus




Clavreul a obtenu le déférencement du site de Boris Le Lay par Google !

 Le Préfet Clavreul (Dilcra), a obtenu le déférencement du site de Boris Le Lay par Google !Clavreul, milicien du pouvoir socialiste

Ce qui se passe est énorme,  plus qu’inquiétant. Et complètement illégal.

Les protagonistes ?

Boris Le Lay et son site Breizatao, qui ne sont pas ma tasse de thé, eu égard aux propos anti-France et pas clair sur les juifs; avec parfois des interprétations étranges d’évènements. Mais peu importe les divergences, ce qui se passe contre son site est une première. Et si ça passe, tous les sites patriotes subiront, tôt ou tard, le même traitement. Boris Le Lay a été condamné par contumace à de la prison ferme pour avoir dit qu’il n’y avait pas de Celtes noirs.  Un article de Breizatao avait accusé un certain Amine Ameloune d’être le financier occulte du fameux imam de Brest. Ameloune avait porté plainte pour diffamation.  Mais là où ça se corse c’est que l’avocat du dit Ameloune avait carrément demandé… non pas la suppression de l’article le visant, mais… celle du SITE en entier. Et les juges ont accédé à sa demande, Boris Le Lay doit supprimer son site, et payer 150 euros par jour de retard  ( en sus de 2000 euros à payer à Ameloune pour incitation à la haine raciale ).

On remarquera en passant que l’islam est encore mouillé dans l’affaire…  et c’est sans doute pour cela que Clavreul, avec une admirable célérité entre en scène. Il demande à google le 2 mars le déférencement du site, il l’obtient le 28 mars…

En toute illégalité puisque le déréférencement de site n’est possible qu’en cas de pédophilie et de terrorisme. Normalement. Mais dans le monde de Normal Premier, rien ne va plus, grâce à la Dilcra  (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme et l’Antisémitisme).

Clavreul, préfet nommé à la tête de la Dilcra par Hollande et Valls, confirmé par Cazeneuve, sévit avec un enthousiasme plus que suspect…

http://ripostelaique.com/clavreul-nos-lois-antiracistes-sont-les-plus-repressives-du-monde-mais-cest-pas-assez.html

Il frétille dès qu’il s’agit de poursuivre les patriotes afin de les contraindre au silence. Il s’intéresse de très près à Pierre Cassen et Christine Tasin, étrange, non ?

http://resistancerepublicaine.eu/2017/01/27/la-saga-judiciaire-contre-moi-et-pierre-cassen-continue-de-plus-belle/

http://resistancerepublicaine.eu/2017/01/27/une-justice-dexception-se-met-en-place-contre-christine-tasin-et-pierre-cassen/

http://resistancerepublicaine.eu/2017/03/02/la-chasse-aux-fachos-est-ouverte-a-vos-fusils/

On trouve encore ce soir sur google un lien vers Breizatao où est expliqué ce qui se passe,  précisant que selon une fuite du Télégramme de Brest, un mois avant la demande d’Ameloune, des magistrats cherchaient déjà comment interdire le site de Boris Le Lay  hébergé au Texas et donc échappant à la loi française en vertu du premier amendement, le gouvernement ne pouvait pas non plus demander un blocage administratif du site, puisque cela ne serait possible qu’en cas de pédophilie ou terrorisme…

Ils auraient donc trouvé la solution.

Simple. Terriblement simple.

Imaginez un quidam qui porte plainte pour diffamation parue sur n’importe quel site… et qui demande le déréférencement de tout le site. Il suffit de 3 juges et d’un Clavreul pour que cela soit chose faite.

Terrifiant. Et si ça marche avec Breizatao, je ne vous dis pas ce qui va arriver avec Riposte laïque, Boulevard Voltaire, Breizh-info, TV Libertés, Résistance républicaine…

Ils sont décidés à faire la chasse à ceux qui commettent le délit d’entrave à la vérité… à leur vérité. Tous les coups leur sont permis.

Si Marine ne gagne pas, dans un mois et demi, les Résistants seront dans le maquis ou à l’étranger et devront communiquer avec la vieille TSF.

Christine Tasin




Soldat Louis interdit ! Il est vraiment temps qu’Audrey Azoulay dégage !

Vous vous réjouissiez d’aller écouter et voir en chair et en os Soldat Louis, le très populaire groupe des années 80 ? Rapé ! Notre très prude ministre de la culture somme les communes dans lesquelles il doit bientôt se produire d’annuler sa programmation !

Audrey Azoulay est très choquée. En cause, la chanson Du rhum, des femmes qui raconte les tribulations de marins bretons partis longtemps loin de leurs maisons. Et de leurs fantasmes à l’idée de retrouver les femmes. Et là, le ministre qui assure « défendre la liberté de création et d’expression » ne peut pas laisser passer ce couplet.

Ca fait une paye qu’on n’a pas touché terre

Et même une paye qu’on s’fait des gonzesses en poster

Tant pis pour celle qui s’pointera la première

J’lui démonte la passerelle, la cale, la dunette arrière.

« De telles vulgarités sexistes » n’ont pas leur place dans des lieux subventionnés publics, assène Azoulay qui s’est empressée d’accéder à la requête d’Osons le féminisme…moins réactif à l’égard de rappeurs…

Donc, la grivoiserie franchouillarde et entraînante du Soldat Louis, non, mais la misogynie crasseuse de Booba, oui ! Beugler aimer Mademoiselle pour [son] « cul  » et [sa] « chatte », lui ordonner de « fermer sa gueule » et de lui « faire un steak-frites », c’est de l’art, employer des mots d’argot triviaux si on est Breton, c’est horrible. Encore pire : désormais, en France, si on s’appelle Orelsane, on peut avoir envie – entre autres – que son ex copine « se fasse marie-trintigner » mais être relaxé.

Pour un ministre qui a récemment signé un décret autorisant au cinéma les scènes de sexe non dissimulé aux moins de 18 ans – en gros, du porno – ses oreilles seraient-elles devenues subitement chastes ? Ce n’est pas la sortie prochaine du dernier-né de Soldat Louis qui va arranger les choses : elle semble bien partie pour voir dans La pêche au thon une abominable vision machiste de mâles blancs, le crâne lisse, à gros bras, tatoués partout, qu’il faut impérativement soustraire à un public soudain fragile, s’esclaffe le groupe.

Azoulay ne comprend rien à rien  la truculence française. Azoulay pige que dalle à l’univers fantasmatique de Soldat Louis : la mer, les marins, les pirates et les corsaires, les femmes, les longs mois loin de chez soi, la solitude et la bière pour se requinquer ? C’est sûr, ce n’est pas Azoulay qui s’les « gèle sur le pont » ! Normal, la dame a grandi « dans un milieu très à gauche » – mais pas très pauvre -, papa journaliste, banquier et homme politique conseiller de Hassan II puis de Mohammed VI – est insensible à la gouaille française, ceci expliquant cela.

Le groupe est évidemment stupéfait  ! « Je ne savais pas qu’on en était rendu à un tel point de connerie ! Mais que nos fans se rassurent, Madame Azoulay ne sera plus ministre de la Culture dans quelques semaines ! ».

Allez, un p’tit coup pour la route pour fêter ça  ?

Caroline Artus

http://www.breizh-info.com/2017/04/01/65489/audrey-azoulay-demande-dannuler-dates-groupe-misogyne-sexiste-soldat-louis

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/justice-proces/le-rappeur-orelsan-juge-pour-provocation-a-la-violence-contre-les-femmes-dans-plusieurs-chansons-relaxe-en-appel_1320549.html




Le Venezuela avenir politique de la France ?

C’est fort possible que l’avenir de la France soit le Venezuela, déjà au niveau juridique (l’effondrement économique venant cependant par la suite si les post-communistes prennent le pouvoir) tant l’interférence des injonctions judiciaires instrumentalisées ou pas (car le juge militant est autonome) devient de plus en plus patente en France réduisant, rétrécissant, la politique à un concours d’élévation vers la sainteté, glissant alors et de fait vers le pouvoir de juges jaugeant uniquement les apparences.

Ou comment au creux de l’implicite (qui n’existe pas plus qu’un cabinet noir ou la théorie du genre) comment contrôler le tempo et la perception d’une élection, ce qui est pourtant anti-constitutionnel, d’autant plus que le secret de l’instruction reste constamment violée ce qui mériterait des sanctions, du moins si l’on était encore dans un état de Droit.

Car de deux choses l’une : soit nous sommes dans du flagrant délit avec comparution immédiate, soit il s’agit de suppositions non clairement étayées par des preuves imparables ce qui nécessite des mois et des mois de traitements, mais ceci fait que dans ce cas et afin de ne pas polluer l’atmosphère de l’élection angulaire les injonctions judiciaires doivent être suspendues pour les candidats qui, surtout lorsqu’ils sont officialisés par les 500 signatures, ne sont alors plus des citoyens comme les autres.

En fait, il faut, pour l’élite post libérale et post communiste doublement « trans » (transnationale et transgenre) éliminer le candidat de la droite et du centre qui fait doublon avec son candidat, celui officiellement du nouveau centre englobant les ailes gauches et droites des partis conservateurs et sociaux-radicaux alors qu’il est officieusement celui de ce mouvement « trans » mondialisé aseptisé uniforme malgré les apparences de fête permanente et de chair cathodique à profusion perpétuelle.

Et il faut aussi empêcher, bien sûr, tout candidat nationaliste, surtout s’il veut apparaître comme une alternative crédible, surtout quand elle se trouve plus centrée sur le patriotisme citoyen que sur le rejet en soi d’autrui parce qu’il est autrui. C’est que les « trans » (des différents « post ») rejettent ainsi toute discrimination entre citoyens et non citoyens, récusant par cela même la notion de nation qui peut pourtant réunir plusieurs souches ethniques sauf que pour les « trans » la notion même de « souche » est encore plus à récuser que celle de « nation ». Toute racine, origine, doit être en effet extirpée sur la table chirurgicale des transformations obligatoires.

Le même processus s’opère outre-atlantique où les « trans » sont si sûrs d’eux qu’ils en viennent à penser et à dénoncer que le fait seul de parler à un officiel russe puisse avoir des répercussions sur la résilience inédite, surprenante, de ces mentalités refusant cette mutation aussi obligatoire que la soumission à l’islamophilie et à la dénonciation dudit réchauffement climatique. La dérive façon docteur Folamour s’accompagne ainsi d’une philosophie de l’éphémère « trans » qui dure cependant plus qu’un jour désormais.

Le fait que des officiels américains y compris républicains comme Mc Cain en viennent à indiquer que d’ores et déjà la campagne française est sous influence russe en dit long sur le degré inouï d’aveuglement totalitaire qui maintient en fait idéologiquement le bloc des « trans » en pleine transition idéologique vers ce nouveau type de totalitarisme bien plus pernicieux que l’ancien parce qu’il n’y a certes pas de génocide physique, mais la double acceptation qu’il y en ait (Syrie, Rwanda…) aux côtés et en interaction avec une destruction mentale permanente, sous perfusion rigolarde néanmoins.

Mais cela n’en reste pas moins une implosion généralisée, celle des identités sommés de s’ouvrir à l’infini jusqu’au déséquilibre en vue de créer un comportement d’handicapés « trans », sous revenu universel cependant, branchés en voyeuristes perpétuels de la mise en spectacle du monde sous hologrammes où on pourra voir très bientôt un hologramme personnalisé de Mélenchon border les petits enfants en les appelant par leur prénom tout en racontant ses histoires à dormir debout (d’où le mouvement dit « Nuit debout » bien sûr) comme sur la liberté l’égalité la fraternité au Venezuela : on les soigne, mais oui, et on les éduque, eh oui, sauf que leur santé se détériore faute de manger à sa faim et l’éducation ne sert à rien parce que l’on peut pas dire ce que l’on pense et qu’il n’y a pas de travail.

Peu importe ! « Le travail c’est la santé, ne rien faire c’est la conserver » comme le dit la chanson.

Les maîtres chanteurs sont donc là. En plein chantage (du vote utile) : lui ou le chaos. Sans enchantement. Et avant de déchanter. Ainsi va le monde de la politique devenue divertissement ou, plutôt, continuant à être du divertissement pendant que les vraies affaires du vrai monde sont traitées dans de vraies coulisses. D’où la revendication des Guyanais qu’ils n’ont pas hélas tenu jusqu’au bout : faire que les négociations se fassent devant les caméras. C’est ce qu’il faudrait généraliser : délibération au conseil municipal à la région dans certaines rencontres, les citoyens doivent être non seulement consultés mais appelés à voter on ferait là un mixe de démocratie directe et indirecte. Sauf que le clan des « trans » ne veut pas, pas plus que le clan des « archéo » d’ailleurs, mais ceux-là sont bien moins dangereux.

Titaniquement vôtre.

Lucien Samir Oulahbib