1

Pour les musulmans, le ramadan est le mois propice pour le djihad


A Dar El islam, on est en 1438 de l’ère islamique.
Le ramadan est le neuvième mois du calendrier musulman qui est basé sur les phases lunaires.
Le calendrier hégirien ( islamique) est plus court que le grégorien. Il faut savoir que chaque année le ramadan recule de 10 ou parfois de 11 jours en fonction de la position de la Lune (par rapport au Soleil et à la Terre).
Le ramadan est le mois sacré pour l’ensemble des musulmans. Pour eux, c’est le mois de la miséricorde, de la spiritualité, de la force intérieure, du recueillement, du partage et de la convivialité ( entre les musulmans uniquement) comme ils aiment le répéter. Mais c’est surtout un mois de surconsommation et de fainéantise.

Les mahométans oublient d’avouer que dans ses bagages, le ramadan apporte la violence (rixes et agressions sont en augmentation durant cette période) surtout contre les femmes et les enfants (généralement au sein de la famille).

Le ramadan est un héritage pré-islamique. Il est écrit dans la sourate 2 verset 183 : «Ô croyants ! On vous a prescrit As-Siyâm (le carême) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, atteindrez-vous la piété ».
En effet, les Sabéens (des judéo-chrétiens appelés aussi les Mandéens qui sont installés de nos jours en Irak mais que Daech est en train d’exterminer) pratiquaient un jeûne de quarante jours comme d’ailleurs certaines églises chrétiennes syriaques au IV siècle.

Selon l’imam Al-Tirmidhi ( 824-892), en arrivant à Médine, Mahomet s’était aperçu que les Juifs qui s’y trouvaient, faisaient le carême à l’occasion du Yom Kippour (le Grand Pardon) alors il avait demandé à ses adeptes de jeûner aussi. Cette décision coïncidait avec le neuvième mois du calendrier lunaire ( hégirien) et depuis lors, c’est le même rituel qui revient chaque année en Islamie.

Le ramadan est aussi le mois du djihad (cette violence sacrée instituée par Allah et Mahomet pour combattre les mécréants, les Juifs et les Chrétiens voir le verset 29 de la sourate 9, appelé verset de l’épée).
D’ailleurs, c’est Mahomet lui-même, durant le ramadan de l’an 624 de l’ère chrétienne, qui a mené la première guerre sainte contre les Infidèles des Quraychites, lors de la bataille de Badr.

Le mois de ramadan est le mois propice pour faire le djihad conformément aux recommandations d’Allah. Les versets coraniques 217 de la sourate2, 12 de la sourate 8 et 111 de la sourate 9 sont longuement commentés par les exégètes islamiques, en référence à la bataille de Badr, le 17éme jour du siyam (jeûne) en 624 , durant laquelle Mahomet avait pris le dessus sur ses ennemis mecquois.

« ils t’interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés –Dis : « Y combattre est un grave pêché, mais plus grave encore auprès d’Allah est de faire obstacle au sentier d’Allah, d’être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée , et d’expulser de là ses habitants. L’association est plus grave que le meurtre ». Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu’à s’ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux qui parmi vous abjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu : ils y demeureront éternellement » (2/217).

« Et ton Seigneur révéla aux Anges : « je suis avec vous : affermissez dont les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts » ( 8/12).
« Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Evangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allah à son engagement ? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait : et c’est un là le très grand succès » ( 9/111).

Au moins c’est clair, net et précis. A ceux qui disent : pas d’amalgame, ces versets sont les preuves sans équivoque que le djihad contre les mécréants est obligatoire surtout pendant le mois de ramadan. Alors, il ne faut pas s’étonner que les attentats terroristes islamiques se multiplient car les portes du Paradis sont grandes ouvertes durant cette période bénie par Allah et son Apôtre.

Selon le coran, la priorité à l’accès au paradis est donnée aux martyrs de l’islam :
« Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus ».
« et joyeux de la faveur qu’Allah leur a accordé, et ravis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints, ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés ».
« Ils sont ravis d’un bienfait d’Allah et d’une faveur, et du fait qu’Allah ne laisse pas perdre la récompense des croyants » ( sourate 3 versets 169, 170, 171).
Et n’oublions pas qu’ils auront à leur disposition soixante douze (72) houris ( les vierges du Paradis d’Allah
( sourate 56 versets 12 à 24).

Et on comprend mieux pourquoi les djihadistes se font exploser au milieu des innocents, car ils espèrent rejoindre illico-presto le Paradis dont les portes sont grandes ouvertes pour les musulmans en cette période de miséricorde qui réalisent des actions bénéfiques pour la cause d’Allah.

En fin de compte, le ramadan est une piqûre de rappel faite chaque année aux musulmans afin qu’ils n’oublient pas l’islam, cette religion de haine et de meurtre.

L’islam a semé l’illusion dans l’esprit des musulmans qu’ils sont la meilleure des communautés qu’Allah ait créée mais ils n’ont récolté que la souffrance, l’ignorance et la violence.

L’Occident, englué dans ses mensonges du politiquement correct et ses contradictions, refuse de voir l’hydre islamique qui est en train de le ronger de l’intérieur.

La cupidité et la compromission de l’Occident sont les véritables alliés de l’islam. Et pourtant, partout où il a réussi à planter sa tente, il règne par la terreur d’Allah qu’il a imposé aux populations conquises en les emprisonnant dans l’ignorance mère de toutes les violences.
Et le ramadan n’est-il pas une des prisons de ces violences ?

Hamdane Ammar




Festival interdit aux Blancs : moi, cela ne me gêne pas s’il y a réciprocité…

Rokhaya Diallo a sévèrement condamné l’attitude d’Anne Hidalgo.

« Don’t agonize, organize! », tel est le slogan de Nyansapo Fest, un « festival afroféministe » qui doit se tenir à Paris du 28 au 30 juillet, organisé par le collectif Mwasi, une association « luttant contre toutes les oppressions faites aux femmes noires« . Ce festival aura donc pour but de « faire entendre les voix des femmes africaines et afrodescendantes dans leur diversité »

Rien de bien folichon, en somme. Si ce n’est l’interdiction faite aux hommes et aux Blancs de pénétrer certains espaces. En effet, le festival assume d’être non-mixte. Sur les quatre ateliers que comptera l’évènement, les trois premiers seront réservés respectivement aux femmes noires, aux hommes et femmes noirs, et aux personnes « racisées ». Le quatrième espace sera en revanche ouvert à tous.

Un festival « interdit aux Blancs »… La polémique a vite enflé sur les réseaux sociaux. Nos confrères du site Fdesouche ont été à l’avant-garde pour révéler au grand public la tenue de cet évènement et en dénoncer la ségrégation sous-jacente. Wallerand de Saint-Just est également monté au créneau pour alerter les autorités publiques sur ce qu’il qualifie (à juste titre) de « racisme anti-blanc ». A contrecœur, Anne Hidalgo a donc du se résigner à demander l’interdiction de ce festival qu’elle dit « condamner avec fermeté », annonçant même la saisine du Préfet de police. Ce dernier dément pourtant avoir été saisi à ce jour. Un coup de com de la maire de Paris?

On notera que, pour une fois, la LICRA a aussi tenu à manifester son indignation : « Rosa Parks doit se retourner dans sa tombe« , écrit Jakubowicz sur son compte Twitter. Il dénonce cependant « l’instrumentalisation par l’extrême-droite » et affirme que « la solution ne doit pas être prohibitive mais pédagogique ».

La mobilisation a payé. Notre confrère Pierre Sautarel, rédacteur de Fdesouche, ne cache pas sa joie et remercie dûment Mme Hidalgo. Wallerand de Saint-Just a également salué « la vigilance des élus FN » qui ont contraint la mairie à cette interdiction.

Je ne vous cache pas, chers lecteurs, que j’ai du mal à m’associer à cette liesse.

Premièrement, on a affaire à un vice juridique. En effet, ce n’est pas tout le festival, mais seulement trois espaces d’icelui qui sont « non-mixtes ». En outre, la principale attaque consistait à affirmer qu’un évènement se déroulant dans un lieu public (dont, en partie financé par le contribuable) ne pouvait être contraire aux « valeurs » républicaines. Or, c’est uniquement l’atelier mixte qui se déroule dans un local du XIe appartenant à la Mairie de Paris. Les trois autres ateliers (non-mixtes) ont lieu dans des espaces privés; le pouvoir politique n’y a donc aucun droit de censure.

Ensuite, la Mairie de Paris finance déjà au moins un lieu non-mixte : la Maison des Femmes de Paris, comme l’ont révélé nos confrères de Libération. D’autre part, en poussant cette logique de la mixité jusqu’au bout, on peut aussi taxer de ségrégationnisme les associations réservées aux femmes et aux minorités. Le principe même d’association est basé sur une convergence, un entre-soi : des gens qui se ressemblent et se rassemblent pour défendre leurs intérêts et leurs particularismes. A l’ère de la mixité magnifiée, on peut donc dire que l’Association des Sénégalais de France est ségrégationniste, dans la mesure où elle est réservée aux personnes de nationalité ou d’origine sénégalaise. Et si un Breton veut y adhérer? De quel droit le lui interdirait-on, puisque la mixité est de mise?

Et que dire des toilettes séparées? N’est-il pas discriminatoire d’assigner une partie des toilettes à un sexe et une autre partie à l’autre sexe? D’autant que cette séparation a également lieu dans les endroits publics appartenant à l’État… Voilà à quel écueil de la pensée peuvent mener ces discours orwelliens sur la mixité.

Il n’est rien de plus normal que de vouloir se retrouver entre gens de même couleur, de même sexe, de même religion, de même origine, de même sensibilité. Qu’on le veuille ou non, les communautés existent n’aspirent (heureusement) pas à se mélanger selon la doctrine jacobine de la mixité, qui voudrait créer un gloubi-boulga incolore et indistinct.

Ce qui est en revanche moins normal, c’est qu’un tel évènement soit autorisé pour les uns et interdit à d’autres. Sans nos amis de Fdesouche, ce festival n’aurait sans doute suscité aucun émoi et il se serait déroulé sans même que la majorité des Français en entendent parler. C’est bien à contrecœur que la maire de Paris semble avoir pris la décision de s’opposer à la tenue d’un tel évènement. Mais, son avis n’est que consultatif. Le Préfet de Police (que Mme Hidalgo promettait de saisir) est le seul habilité à empêcher la tenue d’un tel événement. Ce sera ensuite à la justice de trancher. A cause des nombreux vices juridiques, que nous avons vus plus haut, il est tout à fait possible que la justice invalide cette interdiction et permette au Nyansapo Fest de se dérouler comme prévu.

Eh bien, qu’il se déroule! Je n’en serai pas fâché. A condition que nous, Blancs, ayons le même droit de faire un festival qui serait réservé aux gens de notre couleur. A condition que les hommes aient le droit de se retrouver entre hommes et d’encenser la virilité. A condition que les associations antiracistes et les autorités publiques fichent la paix à La Citadelle, ce bar lillois réservé aux Français. A condition qu’on ne mette plus en garde à vue pour un maillot de la Manif Pour Tous ou pour une croix celtique trop visible. A condition que des pimbêches illettrées comme l’obscure Manon Müller n’emmerdent plus leurs profs sous prétexte qu’ils sont d’estrême-droate. Quand ces conditions seront remplies, alors je soutiendrai aussi avec plaisir la tenue du festival afroféministe Nyansapo.

Nicolas Kirkitadze




Les mouchards de Calais qui défendent Manon Müller me font penser à Pol Pot

Nous tenons à préciser qu’en publiant cette photo, nous n’avons aucunement appelé nos lecteurs à scalper Manon Müller…

Comment ne pas penser aux sordides camps de rééduction du régime de Pol Pot, qui, entre 1975 et 1979, au Cambodge, mit au point une dictature sanglante, avec déportation des citadins à la campagne pour remettre dans le droit chemin les déviants… On parle, en quatre ans, d’un quart de la population (1,5 million de personnes) qui perdit la vie.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kampuch%C3%A9a_d%C3%A9mocratique

Comment ne pas penser, en évoquant ces événements dramatiques, causés par un régime soutenu par toute l’intelligentsia française, dont l’universitaire Badiou, à ce qui se passe à Calais.

Remplacez les khmers rouges par la bobosphère calaisienne, et les déviants petits-bourgeois par l’enseignante Marie-Jeanne Vincent, et vous assistez à la même mise en place, 40 ans plus tard, dans le contexte calaisien et français, du phénomène cambodgien.

(AP Photo/Christoph Froehder)

Toute la collabosphère est donc vent debout pour soutenir la Petite Bourgeoise de Calais, Manon Müller, et transformer cette délatrice polpotiste qui se prend pour une Insoumise en victime de la prétendue « fachosphère ».

Et naturellement, le journal bobo-gaucho Nord-Littoral, véritable organe de propagande de la dictature de la bien-pensance, alimente régulièrement la polémique, en déformant grossièrement les faits, pour mieux victimiser la « pauvre » Manon, qui, toute honte bue, accuse Civitas et Riposte Laïque de relancer systématiquement la polémique.

La dernière de ce média, dont le rédacteur en chef, Philippe Hénon, menaçait carrément de divulguer le nom des Calaisiens hostiles à la présence de migrant, est de mettre en valeur une officine nommée Sleeping Giants, venue des Etats-Unis.

Quel est l’objectif de ces braves gens ? Compléter le sale boulot du Monde et de Libération, qui se permettent de pointer du doigt de prétendues fausses informations (ils appellent cela fake news) colportées par la réinfosphère.

Suite à ce travail de délation institutionnel, la pression est mise sur facebook, twitter ou youtube pour qu’ils sanctionnent ces sites, en ne le relayant plus.

De manière complémentaire, les mouchards de Sleeping Giants se vantent, eux, de faire pression sur les annonceurs de ces sites (exemple Boulevard Voltaire) pour les convaincre (sans doute avec menaces à l’appui) de leur retirer la publicité, et donc de les tuer financièrement, s’ils en ont besoin pour vivre.

Les khmers rouges éliminaient dans leurs camps de rééducation les mal-pensants, qui souvent mouraient de faim. Les Sleeping Giants menacent et font chanter les publicitaires, pour faire mourir les sites qui les dérangent, en les ruinant. Même mécanisme, éliminer par tous les moyens toute opposition au régime.

Voilà quels sont ces gens, qui se réclament du camp du bien. Ils rêvent de faire virer Marie-Jeanne Vincent de l’Education nationale, bien qu’elle soit reconnue comme une enseignante remarquable, et une professeur de théâtre aimée de ces élèves. Alors qu’elle n’a jamais fait de politique à l’école, jamais exprimé ses convictions, ils veulent la sanctionner pour délit d’opinion. Et dans la foulée, ils rêvent de se farcir Riposte Laïque, coupable, bien qu’en très forte divergence idéologique avec Civitas, d’avoir défendu l’enseignante contre le lynchage qui se mettait en place contre elle.

Il est bon de rappeler quels sont tous ces Polpotistes, qui, chacun à leur façon, ont participé à ces basses oeuvres :

  • Manon Müller et ses deux comparses Insoumis, Théo et Alexandre. Trois Lacombe Lucien des temps modernes…

http://ripostelaique.com/calais-manon-theo-et-alexandre-trois-lacombe-lucien-des-temps-modernes.html

  • Philippe Hénon et les journaleux de Nord Littoral, qui menacent de balancer des listes de Calaisiens hostiles à la venue des migrants…https://twitter.com/1ripostelaique/status/665169958687670273
  • Anne-Sophie Ligniert et Grégory Lefebvre, candidats des Insoumis, auteurs de graves insultes et menaces contre l’enseignante Marie-Jeanne Vincent…


– Francis Peduzzi, délateur-directeur de théâtre qui veut faire passer un contrôle politique à l’enseignante…


– Olivier Menu et Vincent Dhelin, délateurs-acteurs qui refusent de jouer avec un professeur dont ils ne partagent pas les convictions…

  • Les maître-chanteurs de Sleeping Giants (lire article)…
  • L’ineffable BHL, dernier soutien…

Le nommé François Munier, l’islamo-collabo de service de Plenel…

https://blogs.mediapart.fr/francois-munier/blog/290517/lislamophobie-rassemble-faux-laiques-et-vrais-nationaux-catholiques

Les petits fachos de La Horde…

http://lahorde.samizdat.net/2017/05/26/calais-quand-riposte-laique-defend-civitas-et-sen-prend-a-des-lyceens/

Un machin qui s’appelle l’Observatoire de la Haine à Calais, subtilement appelé « L’Obshaine » (kolossale finesse) qui écrit à Bayrou qu’il doit interdire tous ceux qui véhiculent la haine. Ben voyons !

https://fr-fr.facebook.com/obshainecalais/

Et bien évidemment l’avocate, d’origine chilienne, de Manon Müller, l’épouse Corbière, Raquel Garrido, celle qui ne cache pas sa volonté de transformer la France en lieu de guerre civile visant à éradiquer les militants du Front national… La nostalgie de Pinochet ?

https://www.youtube.com/watch?v=55RoSQixO8E&feature=player_embedded

Tous ces gens là sont du bon côté du manche. Ils font tous partie des gagnants de la mondialisation. Ce sont tous des petits-bourgeois, choyés par un système qu’ils font semblant de combattre. Nos vaillants Insoumis, qu’ils soient étudiants de bonne famille ou enseignants, ne courent pas le moindre risque. Ils incarnent le totalitarisme de la pensée unique, incapables d’envisager qu’une enseignante qui ne partagent pas leur vision du monde puisse exercer correctement son métier.

Faut-il rappeler que Corbière en personne avait fait interdire Pierre Cassen et Christine Tasin d’un salon littéraire, parce qu’ils allaient y dédicacer leur livre « Les assises internationales contre l’islamisation de nos pays », qui relataient les interventions des invités de Charenton. Le même Corbière avait demandé qu’on interdise les livres de l’acteur Lorant Deutsch, sous le prétexte qu’il n’avait pas la même vision de l’Histoire que celle du commissaire politique de Mélenchon…

Non seulement ce sont des Polpotistes en puissance, mais en plus, ce sont des pleureuses. Manon Müller, dans l’entretien que Nord Littoral – qui ne nous a jamais appelé – lui accorde fort complaisamment, se présente en martyr menacée de mort, alors que c’est elle qui, par son agression, met en danger socialement et physiquement Marie-Jeanne Vincent. C’est elle qui, par la plainte qu’elle veut déposer contre nous (qui va payer l’avocate ?) n’a qu’un objectif : nous frapper au porte-monnaie.

Faut-il rappeler que non seulement, dans l’ensemble de ses articles, Riposte Laïque n’a jamais menacé Manon Müller, ni personne d’autre, mais qu’en outre, nous lui avons accordé la parole, et publié dans son intégralité ses propos.

http://ripostelaique.com/manon-muller-refuse-une-interview-dans-rl-mais-discute-avec-cyrano.html

Donc, Manon Müller et son agence de presse Nord-Littoral peuvent multiplier mensonges et menaces, les faits sont têtus : la petite bourgeoise de Calais, égérie des Polpotistes, n’a jamais été menacée de mort.

Par contre, par son action sectaire, elle a mis en danger l’enseignante Marie-Jeanne Vincent, et Riposte Laïque. Ce n’est donc absolument pas une victime, mais une moucharde.

Martin Moisan




Pourquoi je vais fêter les 10 ans de Riposte Laïque

A la suite de mon « affaire » et après une campagne de dénigrement de la part des journalistes dont la déontologie leur fait défaut, il y a 10 ans Riposte Laïque, ses contributeurs, les internautes patriotes vous m’avez soutenue.

A l’époque de la première « affaire » du voile et des débats qui ont suivi pendant plusieurs années pour arriver à pondre une loi en 2004 qui allait tout permettre, j’étais persuadée que la lutte des femmes prenait un grand coup de bâton, d’autant que la majorité des féministes soutenait haut et fort qu’il fallait laisser la liberté à ces femmes de s’habiller comme elles le voulaient. Quelle erreur ! Nous sommes passés des cheveux au vent à la burka en seulement 13 ans (2004/2017).

J’ai une passion depuis longtemps pour le Second Empire. Eugénie de Montijo, l’épouse de Napoléon III, est une pionnière non pas dans la lutte des femmes au sens féministe du terme mais par ses interventions pour aider des femmes d’exception de l’époque, Julie Daubié, Rosa Bonheur, Madeleine Brès, à parvenir, chacune dans son domaine, à la réussite.

Déjà en 1858, l’Impératrice Eugénie crée une fondation, dénommée Maison Eugène Napoléon en l’honneur de son fils le Prince impérial, pour l’instruction des jeunes filles pauvres. Cette institution existe encore aujourd’hui.

En 1867, Duruy (ministre de l’Instruction publique ) fait annoncer la création de cours pour jeunes filles pour que disparaisse le divorce intellectuel qui existe entre l’homme et la femme. La lutte des femmes a cependant vraiment commencé en France en 1882, il y a 135 ans sous la plume d’Hubertine Auclert qui impose le terme féminisme. La première revendication des femmes, comme le demandera également Mary Wollstonecraft (anglaise) en 1792, sera les droits à l’éducation des jeunes filles qui leur permettra de subvenir à leurs besoins en exerçant un emploi. Suivront dans les revendications, le droit de vote, les conditions de travail, les lois sur les inégalités culturelles et sociales.

Pour rappel, concernant le droit de vote des femmes, cette France des droits de l’Homme et de la femme est classée 19e après la Russie et l’Albanie !

Pratiquement 150 ans de lutte des femmes mis en péril, car l’islam est plus qu’une religion, c’est aussi un code juridique complet dont le voile islamique est l’étendard et la burqa la tombe ! Le féminisme aujourd’hui : La France a des Elles, parti politique né en janvier 2017.


Alors plus que jamais devant cette France transformée où je n’ose même plus prononcer le mot laïcité, je me tiendrai aux côtés de Riposte Laïque et de vous pour réaffirmer que nous devons non plus être vigilants, le constat est fait, mais combatifs.
Et pour finir dans mes choix historiques :


Eugénie de Montijo, la grâce, l’élégance, le savoir-faire français exporté dans toute l’Europe.

Sans commentaires !
Je risquerais les tribunaux !

Fanny Truchelut

Pour s’inscrire aux 10 ans de Riposte Laïque

http://ripostelaique.com/les-10-ans-de-riposte-laique.html




Ils sont contre l’apartheid, sauf pour le Front national

On avait cru qu’avec Emmanuel Macron c’en était fini de la vieille politique, des combines d’appareil, des petits arrangements entre amis. Chassez le naturel, il revient au galop ! Voilà que Baroin a proposé au parti du président « La République en marche » un accord électoral en vue d’empêcher le Front national d’avoir des députés.

Et le gouvernement s’est empressé de répondre favorablement à cette proposition de reconstituer ce bon vieux front républicain dont on pensait, à tort, qu’il avait été remisé dans le placard aux oripeaux après la mise à la retraite par les électeurs de toute une génération de politicards. Autre temps, autres mœurs, pensions-nous naïvement !

C’était compter sans les vieux réflexes d’une classe politique nourrie à l’école de la pensée unique, du vivre-ensemble et de la diversité heureuse. D’une classe politique qui veut donner l’apparence de l’ouverture mais qui, en réalité, redoute par-dessus tout le changement et la nouveauté.

On comprend que, dans ces conditions, l’arrivée à l’Assemblée nationale d’un groupe de députés du Front national soit mal vécue. Au défunt système UMPS se substituerait un système LR-REM qui ressemblerait comme un frère (Trois-points) au précédent.

Un appel du pied

Rien d’étonnant que la proposition de désistement réciproque au second tour des législatives entre Les Républicains et La République en marche vienne de François Baroin. Le chef de file de LR qui rompt avec la stratégie du « Ni-Ni », ni Front national, ni front républicain, pour ressusciter ce dernier essaye de se placer, pour ne pas dire se vendre, comme futur Premier ministre. Dans le Parisien dimanche, le maire de Troyes envisage déjà les lendemains qui chantent d’une cohabitation avec Macron qui n’aurait « rien de conflictuel » et qui serait plutôt « un partage de responsabilités ». Comme appel du pied on ne saurait mieux dire !

Après avoir été lors des récentes élections le Premier ministre potentiel de Nicolas Sarkozy, puis de François Fillon, Baroin tente maintenant sa chance auprès d’Emmanuel Macron. Ce qui a fait immédiatement réagir Marine Le Pen : « En abandonnant ainsi le  » ni-ni  » pour une stratégie visant à faire élire le maximum de députés du parti En marche, M. Baroin apporte une énième confirmation de ce que nous répétons depuis des semaines. LR n’est pas un parti d’opposition à M. Macron c’est un strapontin à la majorité présidentielle. »
Difficile, en effet, de prétendre être dans l’opposition si l’on accepte de défendre la ligne politique d’Emmanuel Macron. Il est vrai que le soir-même du premier tour, François Fillon avait annoncé la couleur en appelant ses électeurs à voter pour le candidat d’En marche. La nomination comme Premier ministre du juppéiste Edouard Philippe n’avait fait qu’entériner la proximité idéologique entre Macron et les Républicains.

Une telle alliance électorale pour le second tour est du pain bénit pour le parti du président, assuré ainsi de disposer d’une majorité confortable, voire écrasante, dans la prochaine Assemblée. Une Chambre des députés constituée de godillots pour faire passer toutes les lois en l’absence d’une opposition croupion.

Se peut-il que les 11 millions de Français qui ont voté pour Marine Le Pen au second tour de la présidentielle se trouvent ainsi privés de représentation à l’Assemblée nationale ? C’est en effet la crainte que l’on peut avoir face à cette tentative machiavélique pour étouffer la voix du peuple dans notre pays. Reste à espérer que les électeurs sauront déjouer à temps ce piège qui leur est tendu !

Alain MARSAUGUY




Après deux suspensions, Facebook vient de me virer

La censure sur Facebook a frappé. Après deux suspensions, l’une de 3 jours et l’autre de 7 jours, ma page Gérard Brazon « Liberté d’expression » a été supprimée en référence à une charte.

Lorsque l’on connaît les agressions judiciaires contre Riposte Laïque, les conséquences sur la vie des auteurs, être censuré sur Facebook ce n’est pas grand chose. On peut vivre sans Facebook, c’est une évidence. Toutefois, ce réseau est parfois la seule alternative pour ceux qui cherchent autre chose comme informations que celles fournies par nos médias de la finance au service de Bruxelles !  C’est, pour tous ceux qui résistent à l’islamisation, un moyen non négligeable de démontrer notre situation réelle face à l’islam. Tous les moyens et les réseaux sont bons pour contrer cette progression du cancer islamique sur notre sol !

Étant islamophobe, (Ce qui n’est pas « encore » interdit par la loi), je ne me prive pas de faire référence à la résistance contre l’islam et de dénoncer les abus et les oublis de nos dirigeants à la solde de l’Arabie saoudite ou vendus au Qatar. La rumeur nous dit que les censures se décident par des modérateurs vivant au Maroc. On peut facilement en déduire que ces modérateurs font la chasse aux islamophobes ! Pour autant, d’autres disent que les modérateurs marocains ne seraient qu’une légende ! Ce serait même pire, puisqu’en fait, ce serait des robots qui feraient le tri dans nos écrits et signaleraient les propos et images « interdits » ! Reste à savoir ce qui est autorisé et interdit ! Là vous n’avez pas de réponse claire ! Il me semble, que nous touchons au fameux système islamique du licite et de l’illicite, du halal et du haram !

La France est le pays qui censure le plus sur les réseaux sociaux ! Elle dépasse largement la Turquie, l’Inde, la Russie, etc. La France est une entreprise de censure à grande échelle ! La France, pays des « droits de l’Homme », a des dirigeants élus qui sont des donneurs de leçons sur la Liberté, et à tous les régimes. Nos dirigeants sont les numéros un de la censure. Ils censurent au nom de la Liberté. Comme Robespierre commettait son génocide en Vendée au nom de la vertu républicaine !

Couverture

En fait, nous sommes en dictature depuis les années 1990 avec les lois mémorielles ! Une dictature douce qui n’autorise que l’information aseptisée. Cela fait près de 30 ans que cela dure ! Ces 5 dernières années étant les plus liberticides ! 

Il est clair que j’avais un grand espoir en 2017 ! Au vu des dernières élections, et du constat de ces électeurs lobotomisés, j’ai eu comme un vertige ! Ils ont préféré rester dans la grotte, bien à l’ombre, comme protégés de cette liberté si dangereuse à leurs yeux ! Ceux-ci ont préféré continuer à vivre sous cette forme de dictature tranquille, à la façon des brebis refusant de sortir au moment de la saison des pâturages. Refuser, plutôt que de tenter cette aventure de la liberté. Tous les prétextes furent bons, y compris celui du courage politique ! Sachant que seul le président a véritablement le pouvoir, y compris celui de la tentation, de la carrière, si ce n’est de la séduction, faire aujourd’hui semblant de croire que l’Assemblée sera un rempart de 577 Voltaire, d’Hugo, ou de Clemenceau, relève de l’ineptie ! Ce ne sera qu’une Assemblée de 577 Taverniers au pire, ou de 577 gallinacés et gastéropodes au mieux !

N’ayons aucune illusion ! Nous allons donc voir l’immigration augmenter ! Nous verrons une profusion de films et de téléfilms propagandistes abreuver les « masses populaires » affalées dans le canapé familial. Nous verrons, sur nos antennes soporifiques, une inondation de gentils couplets sur le « vivre-ensemble », la bonne morale, et le partage des biens ! Nous verrons des gentils migrants, victimes des vilains racistes, forcément blancs. Nous verrons ces salauds d’égoïstes, tous blancs également, refusant d’ouvrir leurs chaumières et leurs frigos à la misère du monde, débarquant sur les côtes italiennes ! Et comme ce ne sont quasiment que des hommes qui débarquent dans nos contrés, vous serez priés de leur offrir l’hospitalité chez vous, autour de vos tables, en compagnie de vos filles et de vos épouses, afin qu’ils ne soient pas privés de tendresse et de chaleur humaine. Ainsi donc, et par la suite, vous aurez à faire œuvre de compassion humaniste en élevant les petits métis qui viendront animer vos soirées, en faisant attention surtout à préserver leur culture d’origine. Cela va de soi, n’est-ce pas Monsieur Raffarin,  qui trouvez que nos villages sont dépeuplés !

Si vous ne comprenez pas la démarche, voyez vos téléfilms qui regorgent de scénarios mettant en scène de pauvres migrants, tous souriants, tous aimables, tous docteurs, ingénieurs, fuyant la guerre, etc.

Vous verrez aussi des « jeunes » qui violent, pillent et vendent de la drogue dans les cités, et curieusement, tous bien blancs, bien de chez nous ! On se demande si les scénaristes vont dans les cités, franchissent le périphérique ?

Vous verrez des immigrés incompris par la Police raciste et objets de la violence policière !

On vous mettra, dans les scénarios, la violence des blancs bas du front, tous « d’extrême droite » bien sûr, et on vous fera le discours sur le métissage qui rend beau et intelligent. Le Blanc étant con d’origine, et méchant par définition ! C’est d’ailleurs pour ça que des festivals sont interdits aux Blancs, sans que, pour autant, cela soit déclaré raciste ! 

Vous aurez même droit, chaque soir, dans vos séries préférées, à des cours sur l’homosexualité tranquille, à toutes les sauces. Jusqu’à plus soif,  jusqu’au moment où vous vous poserez des questions sur votre hétérosexualité, et pourquoi vous n’avez pas encore roulé une pelle à votre voisin barbu d’en face, ni caressé sa poitrine velue ! Suis-je bien normal docteur ? J’aime les femmes ?

Sans compter les modes d’emploi d’humanisme que vous verrez dans les émissions populaires, les documentaires ludiques, où surgira devant vous l’évidente richesse à s’ouvrir à l’autre, à l’étranger ! Nous partons pour 5 ans chers amis, 5 ans de bonheur intense et de lavage de cerveaux, de ramonages du train, et de vidages des âmes et des esprits ! Merci les électeurs ! Vos enfants seront bien formatés…

Gérard Brazon (Liberté d’expression)




Un arabe a prédit la chute de la civilisation occidentale il y a 600 ans

Au cours des trente derniers mois seulement  – depuis Charlie Hebdo à Manchester – on compte au moins 20 attaques terroristes islamiques en Europe et aux États-Unis, assassinant un total de 381 personnes. La grande majorité des terroristes condamnés aux États-Unis depuis le 11 septembre ont prêté serment aux groupes islamiques : ISIS, al-Qaïda et à ceux du même acabit. Plus de 70% des organisations terroristes étrangères désignées par le Département d’État américain sont musulmanes, tant dans leur idéologie que dans leurs objectifs. Les «gangs de toilettage» musulmans ont sillonné le Royaume-Uni durant des années, ce qui a permis aux filles et aux jeunes femmes d’être sexuellement dominées, séduites ou abusées. Plus d’un millier de femmes sexuellement agressées en Allemagne au Nouvel An de 2016, l’étaient en grande partie par des «ressortissants étrangers». Les crimes sexuels contre les femmes s’intensifient en Suède, principalement en raison de l’afflux massif de jeunes hommes musulmans.

Quelle a été néanmoins, la réplique de la majorité des Européens, et de beaucoup d’Américains, à cette attaque civile ?

Chagrins, larmes, slogans dont «l’amour vaincra la haine», tapis de bougies, créations de concepts culturels avec le drapeau national des victimes appropriées, blâmes croisés «d’islamophobie» inexistante et promesse d’accueillir davantage de «réfugiés» musulmans afin de démontrer, une fois pour toutes (ou du moins jusqu’au prochain jihad) que nous, les Occidentaux, sommes vraiment ouverts et tolérants, même si cela littéralement, nous tue.

Le président des États-Unis ne peut évidemment par arrêter le flot de l’immigration de quelques pays terroristes – parce que majoritairement musulmans – parce que les juges américains gauchistes, comme les politiciens anglais, privilégient les droits des non-ressortissants étrangers sur leurs propres compatriotes au nom de l’idéologie gauchiste et de l’humanitarisme mondial.

La civilisation occidentale peut ou non être malade, mais ce qui est certain est qu’elle devient sans colonne vertébrale. Cela éventuellement, atteint de nombreuses cultures, – comme nous le  décrit de manière ironique d’abord, le grand historien musulman nord-africain du XIVe siècle Ibn Khaldun dans son œuvre Muqaddimah (Les prolégomènes). Ibn Khaldun, se base sur son étude de l’histoire ancienne, islamique et chrétienne, où il constate un modèle cyclique d’ascension et de chute au sein de ce qu’il a qualifié des « dynasties » qui, mutatis mutandis, s’applique également à notre culture. Tous traversent trois phases :

[1] La première est celle qui établit la société : « ses membres sont habitués à la privation et à partager leur gloire les uns avec les autres ; Ils sont courageux … acerbes et craints pas beaucoup. Il soumettent les peuples ».

[2] Vient ensuite, la phase où la société passe «de la privation au luxe et à l’abondance» et «la vigueur du sentiment de groupe est brisée…». Les peuples s’habituent à l’humilité et à l’obéissance. Beaucoup des anciennes vertus demeurent et les gens vivent dans l’espoir que les conditions qui prévalaient au sein de la génération originale puissent revenir, ou alors ils vivent sous l’illusion que ces conditions existent encore ».

[3] La troisième phase nous démontre que la génération finale « a complètement oublié la période des mauvais temps et de la dureté, comme si elle n’avait jamais existée… Parce qu’ils sont sous l’emprise d’une vie de prospérité et d’aisance. Ils… sont comme des femmes et des enfants qui doivent être défendus. Le sentiment de groupe disparaît complètement… Quand quelqu’un vient et demande quelque chose, ils ne peuvent pas le repousser ».

Il faut souligner que ce mal a aussi atteint Israël.

La quatrième phase est donc la conquête de la civilisation par une autre qui est encore dans la phase robuste, déterminée et, oui, dangereuse. C’est inexorablement vrai.

En appliquant ce paradigme à notre branche américaine de la civilisation occidentale, on peut dire que le premier chapitre vigoureux de notre histoire a duré de la Révolution à la Seconde Guerre mondiale (environ 170 ans). Le second de la guerre de Corée à notre triomphe dans la guerre froide (environ quatre décennies), une époque dominée, hélas, par la «Grande Société» de LBJ et les démocrates libéraux qui institutionnalisaient la dépendance à l’égard du gouvernement. Et le troisième a commencé il y a un quart de siècle et a progressé beaucoup plus rapidement que les autres, parce que, comme Yeats l’a observé dans son poème «La seconde venue», «Quand les choses s’effondrent, le noyau ne tient plus ».

Le noyau, le sentiment de groupe d’Ibn Khaldoun, était le christianisme, mais cela a été rejeté au cours du XXe siècle. Alors l’exceptionnalisme américain a prit fin avec le préjugé extrême d’Obama dans sa quête d’une Amérique humble. Washington et Hollywood ont passé des années à enseigner aux gens à compter sur leurs émotions plutôt que sur des facultés rationnelles, de sorte que maintenant de nombreux jeunes américains préfèrent le socialisme, croient que le genre n’est pas biologique et prétendent que le christianisme est aussi violent que l’islam. Même le conseiller de la sécurité nationale de la nouvelle administration refuse de reconnaître que l’islam a quelque chose à voir avec le djihad et la violence.

Ceux d’entre nous qui sont encore à la deuxième phase d’Ibn Khaldoun, veulent que le président Trump établisse une ligne et bloque le remplacement de Jérusalem et d’Athènes par Bruxelles et La Mecque. Mais lorsque d’autres Américains sont beaucoup plus préoccupés par le genre de toilettes que les hommes et les femmes puissent utiliser, alors que les djihadistes pullulent au milieu de nous, nous sommes nul doute piégés dans le stade terminal de phase trois, où une civilisation qui ne croit plus en soi, a déclaré Ibn Khaldoun, « est saisie de sénilité et de maladie chronique… pour laquelle il ne peut trouver aucun remède, et, finalement, est détruite ».

Peut-être qu’il y a encore de l’espoir, bien qu’il soit extrêmement difficile de le voir. Mais en tant que conservateurs, nous devons continuer à nous battre et à apprécier un président qui est finalement et contrairement à tant de conservateurs, prêt à combattre la bataille politique et culturelle de la façon dont elle est censée être combattue.

Thérèse Zrihen-Dvir

Traduction d’un texte de Timothy R. Furnish

http://www.frontpagemag.com/fpm/266828/arab-muslims-prediction-about-fall-western-timothy-furnish

http://theresedvir.com/

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/




Comme cul et chemise ou comme chien et chat

La symbolique n’est jamais totalement absente de ce que l’on est et de ce que l’on fait. Chien ou chat ? Le chien est un animal fidèle, fidèle au-delà de toute raison puisqu’il considère son maître comme son dominant. On  lui envoie la baballe, il va la chercher et la rapporte à son maître qui s’extasie sur ce dévouement, sur cette allégeance où l’on croit entendre Médor crier Allaballe ouakbar. On remarque en passant que le chien est impur dans l’islam et n’est admis que pour la chasse et son éventuelle utilité. Le chien jure fidélité et accapare excessivement l’attention de l’homme qui s’en trouve détourné de sa propre allégeance à Allah. Point de concurrence dans la religion ! On a aussi remarqué que nos présidents de la République, au moins depuis 1981, ont tous eu des chiens dans leur entourage élyséen. Des chiens animaux (généralement des labradors) et des caniches humains, ministres, secrétaires d’État, jusqu’aux électeurs particulièrement programmés à se porter au secours de la victoire comme on va le voir dans quelques semaines. Une majorité de Français va rapporter la baballe. Il y a comme une allégeance, une soumission, un refus de souveraineté, une proximité quasi fusionnelle comme cul et chemise dont on ne sait qui est la chemise.

Mais quand aurons-nous un président ou une présidente préférant le chat au chien ? Le chat est indépendant et n’accourt pas quand on l’appelle. Un tel chef de l’État montrerait qu’il préfère des électeurs, des Français, indépendants, capables de réfléchir avant de faire allégeance, des Français à qui on soumettrait des choix  par référendum. Vous aurez remarqué que Marine semble préférer les chats, alors que son père, autoritaire et dominateur, chef de meute, a un chien dont on croit savoir qu’il a été responsable de la mort d’un chat mariniste. Ça ne se pardonne pas comme chien et chat.

Roger Champart




Les milices « rhinocéros » du nouvel ordre affairiste

Nous sommes donc passés de l’oligarchie à la ploutocratie (malgré la promesse du contraire) avec ses affaires immobilières « légales » et, en même temps, ses milices antifa et ses idéologues black blocs (une certaine Laurence de Cock qui classe sur son compte Twitter les ouvrages « France soumise » et « territoires perdus de la République » de propagande « d’extrême droite »).

Laurence de Cock.

Ces milices, fortes de leurs forteresses détenues dans l’enseignement supérieur, les hautes structures juridiques (Cours d’Appel, Conseil d’État) et dans certains médias supplétifs (issus du trotskisme du maoïsme recyclés dans le néoléninisme bourdieusien et foucaldien ou issus du Marais admiratif des « grands » du moins jusqu’à un prochain Thermidor) chassent ainsi en amont tous ceux qui refusent d’être transformés en « rhinocéros » (Ionesco) ou comment nier vigoureusement la réalité des luttes de type hobbesienne (soit étendre son territoire physique et métaphysique le plus loin possible) en psalmodiant l’encens totalitaire au goût du jour : La France ne serait qu’une « construction » un meccano qu’il est donc loisible de manipuler à sa guise un peu comme le Hitler de Charlot s’amusant à la balle avec le globe terrestre. Pourquoi ne pas faire de même avec « la » France ? Les France, empaillées pour faire joli, dans le musée des « curiosités » que devient le « territoire », cette « plate forme » au fond pour les envolées symboliques qui servent si bien en période électorale.

Et la force de cette énième mue du totalitarisme sera de paralyser pensées et actions en les cataloguant d’entrée de jeu, avant même qu’elles ne se constituent en concepts, en pratiques, du terme fatal « d’extrême-droite » ce qui immobilise instantanément les forces vives tel le cerf, le taureau, tombant sur leurs genoux en attendant l’estocade du bourreau nouveau si beau joli intelligent, si « gai ».

Alors que leurs alliés objectifs font feu de tout bois à Kaboul, à Bagdad, Manchester… les milices néo-léninistes travaillent elles à poser leurs bombes mentales (comme leur a si bien appris Foucault) semant la terreur idéologique, l’apathie politique, l’aphasie psychologique, ces milices étant satisfaites au fond de servir de bras armés à la Caste ploutocratique en acte puisque celle-ci va dans le sens de l’Histoire, celle de la destruction de tout ce qui empêche la fabrication de nouvelles « variétés » d’humains (y compris les bouffons essayant de faire rire sur l’homophilie obligatoire) variétés deleuziennes plantées dans ce nouveau jardin épicurien supposé de la nouvelle ère bio-numérique alors qu’il s’avère être plutôt celui du désert des Tartares avec sa « sobriété » faite de jouissances « légales » répertoriées dans les salons classés d’une pédanterie si crasse si énervée (elle voudrait tant oublier son miroir aux multiples facettes : Trump, Poutine…)qu’elle faire rire mais hélas seulement en silence.

En silence parce que ce constat serait connu paraît-il. Pourtant, rien n’est moins sûr. Du fait d’un diagnostic encore parcellaire, et faute d’une perspective crédible (qui se cherche encore visiblement) : il ne sert par exemple à rien de ressusciter un marxisme qui croyait à la paupérisation absolue due à la mécanisation alors que la formation du Capital provient bien plus d’une combinaison rationnelle (pas seulement « logique ») des facteurs que de la seule surexploitation qui certes existe, mais comme solution locale et non pas générale; on le voit bien à nouveau au Venezuela qui a bien supprimé les conditions de fabrication privée de l’intérêt, mais n’a généré que son étape déviante antérieure celle de la flibusterie du pillage de l’accumulation mafieuse du capital cet appât du gain qui n’a rien à voir avec « l’esprit du capitalisme » basé comme le disait Max Weber sur l’innovation la technique la réputation alors que nous avons affaire, y compris au plus haut niveau, avec les mêmes cercles affairistes soucieux de s’enrichir non pas à la façon de Sully mais des potentats séculaires (Staline étant devenu la 5ème fortune mondiale à son époque).

Et l’idée de faire miroiter un « partage » mondial ne fait qu’alimenter cette fausse perspective de « l’intersection de genre » nouveau mantra de l’idéologie néo-léniniste soucieuse de chevaucher le tigre de l’affairisme bio-numérique « multi » pour construire les infrastructures politiques de sa propre volonté de puissance bien plus avide que la plus avide des oligarchies de l’ancien monde accumulant du prestige et des jetons administratifs ou le pouvoir réel, effectif comme le disait Hegel; c’est que la caste nouvelle détenant aujourd’hui les rênes est devenue cette synthèse maligne ayant absorbé comme « moments » tout ce que les forces totalitaires et affairistes ont pu produire auparavant comme bizarreries inhumaines. Tout en affichant un visage d’ange. Bien sûr.

Espérons que la recomposition « en marche » (elle aussi) puisse forger une nouvelle alliance capable de surmonter les différences évidentes entre résilients démocrates, républicains, français, anglais, américains, russes, européens, vénézuéliens, coréens, coptes, kurdes… puisque le socle commun est en jeu : allons-nous enrichir,  ici, à notre place, et dans tous les sens du terme, notre patrimoine commun, la France, l’Europe, l’Occident, l’Universel, ou allons-nous en dilapider ces divers éléments comme l’intime l’affairisme intégriste de la Caste flanquée de ses nervis néo-léninistes transformant tout esprit libre en rhinocéros de la sobriété joyeuse ?

Lucien Samir Oulahbib




A une contre dix, je n’ai pas reculé et ne suis pas peu fière de mon coquard

Des joies du vivre-ensemble, de la diversité…

Subir depuis des mois des incivilités,

Accepter sans moufter troubles du voisinage

Vitres brisées, trafics de drogue et autres outrages,

Faire de la zénitude, obligation morale

Par manque de moyens pour combattre ce mal.

Se dire « finalement, ce n’est pas aussi grave »

Quelques débordements, mais jouissons sans entrave,

Quel enrichissement ces mélopées nocturnes,

Et pardon d’afficher cette moue taciturne.

C’est pas quelques gamins qui au bas de l’immeuble

Nous dérangent, il faut bien que vacuité se meuble…

L’oisiveté étant mère de tous les vices,

Compatissons, acceptons quelques sacrifices,

Cloisonnons nos foyers, et fermons nos fenêtres

D’autres yakafocon en suggestion, peut-être ?

De victime avérée, me voilà donc coupable

D’avoir osé me rebeller, insupportable !

J’ai même été traitée de feignasse assistée

Vivant d’allocations, façon de subsister,

Alors que je travaille depuis mes 18 ans,

Mais dénigrer, salir est le plus important.

Non mais !
 

Elle vit là-bas depuis 20 ans au lieu de partir ? Quelque part, excusez ma franchise, elle doit aimer ça…

Et qu’on ne vienne pas pleurnicher qu’elle est pauvre et qu’elle ne peut pas aller ailleurs.
Dans une des dix villes les plus importantes de France, on peut TOUJOURS quand on n’est pas une feignasse assistée des HLM gavée d’allocations familiales, prendre son destin en main et habiter un coin calme.

Forcément j’ai eu droit au bien fait pour sa gueule,

Je les ai agressés, face à dix, toute seule,

Et je l’ai bien cherché selon ce fameux roux

Une des rimes suffisantes me propose le mot « trou ».

roux
 

bien fait pour sa gueulle ; elle a du le chercher son coup de poing dans sa tronche!faire chier les musulmans c est leur credo!

Contributrice RL, faut tout leur annoter ?

Parlervrai

 

Fallait pas voter Macron !

 

Bandious
 

vous avez eu peur de voter Le Pen ou Dupont Aignan alors il faudra que tu assumes …. et merci encore .

Quand d’autres me suggèrent de partir loin d’ici,

Foin de mon inconscience, de mon impéritie,

Je ne partirai pas, si guerre est déclarée

Je resterai, je combattrai, ne m’en irai

Que si la résidence devait être occupée.

Les nuisances devraient tous nous préoccuper

Pourtant chacun se terre dans son propre univers

Et subit à sa façon, son propre calvaire.

Surtout ne pas se révolter ni réagir,

Laisser faire les choses sans pour autant agir.

Du balcon, constater certaines altercations

Mais se garder d’intervenir, peur des sanctions.

Moi, j’ai ouvert ma gueule, lasse des vilenies

Refusé de plier face aux ignominies,

Me suis dressée seule face à ceux qui nous embrouillent

Et ne suis pas peu fière du coquard sur ma bouille.

A tous ceux qui m’incitent à quitter le quartier,

J’y suis, j’y reste,  et je me fous des  colportiers.

Oreliane