1

Pourquoi je n’ai pas une confiance totale en Henda Ayari, la victime de Tariq Ramadan

Loin de moi l’idée de vouloir défendre Tariq Ramadan, dans le véritable lynchage dont il est l’objet, y compris de la part de ceux qui lui ont déroulé le tapis rouge. Je ne suis pas surprise d’apprendre que ce mec, comme la plupart des musulmans (pas tous) peut avoir quelques problèmes sexuels, qu’il puisse considérer que toutes les femmes non musulmanes sont des putes, et que si elles ne sont pas voilées, on peut les violer.

Ce sont les fondamentaux de l’islam, et ceux qui veulent lire le Coran ne découvriront rien, comme nous le démontre notre ami Bernard Dick.

https://ripostelaique.com/viols-commis-par-des-musulmans-silence-des-feministes.html

Même s’ils essaient d’interdire les statistiques ethniques, chacun sait que plus il y a de musulmans, plus le nombre de viols d’Européennes progresse, ce qui, bien sûr, ne signifie pas que chaque musulman est un violeur, ni que les viols ne sont que le seul fait des musulmans.

Donc, quand on entend Henda Ayari, belle femme de 40 ans, ancienne salafiste, témoigner, chez Apolline de Malherbe, de la réalité de son viol par Tariq Ramadan, on a envie de la croire… On a envie de croire en la belle histoire de l’ancienne salafiste candide sauvagement violée par l’infâme prédicateur des Frères musulmans.

Sauf que… Cette femme n’est pas claire. Manifestement, elle aime les projecteurs et dispose de solides relais pour passer dans les médias. Elle a écrit un livre, J’ai choisi d’être libre. Le livre ne fait pas un tabac, malgré une solide promotion médiatique. En comparaison, le témoignage d’Elisabeth Lalesart, née en Iran, contrainte de porter le voile jusqu’à l’âge de 11 ans, réfugiée en France, aujourd’hui apostate, et auteur du livre « Pas de voile pour Marianne », n’a suscité, lui, aucun intérêt. Il est vrai qu’Elisabeth ne se disait pas « musulmane » et expliquait les raisons de son apostasie.

Donc, un an plus tard, Henda choisit d’écrire une lettre à Macron, comme ancienne salafiste. Et elle prétend combattre l’islam politique, comme s’il y avait un islam qui ne l’était pas. Et bien évidemment, tous les médias se précipitent sur elle !

http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/le-grand-oral-d-henda-ayari-fondatrice-de-liberatrices-1407-964549.html

Et quel est le sens de sa lettre ? Christine Tasin a vu juste, quand elle résume sa démarche, en la traitant ouvertement de « conne ».

http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/31/henda-ayari-porte-plainte-contre-tariq-ramadan-et-continue-de-defendre-lislam-quelle-conne/

Dans cette lettre ahurissante à Macron, elle réclame ni plus ni moins la discrimination positive pour les femmes voilées, voire les niqabées. Elle s’oppose à l’interdiction du voile intégral, expliquant que la loi n’est pas la solution. Et elle défend le droit de porter le voile pour les femmes, tout en expliquant que le voile est oppresseur, mais qu’il ne faut pas l’interdire ! Car interdire, c’est stigmatiser. Ben voyons !

Bref, elle nous tient le discours de Fourest, et de tous les arnaqueurs qui, depuis des années, nous vendent un islam qui n’existe pas, pour détourner le tir contre le seul véritable problème : l’islam ! Elle paraît parfaitement formatée, elle l’ancienne salafiste, pour ânoner le discours du méchant islamiste salafiste, et du bon islam d’amour et de paix.

Donc, sans être paranoïaque, sans être complotiste, je constate donc que cette femme passait déjà aux Grandes Gueules, se faisait remarquer pour écrire un tissu de conneries à Macron, et que, 5 mois plus tard, elle est la première à déposer plainte contre Tariq Ramadan…

Deux conséquences immédiates : elle fait la « Une » de tous les médias, et, comme par hasard, Fourest, dont plus personne ne parlait, se retrouve à pérorer sur tous les plateaux de télévision, en disant qu’elle savait depuis 2009. D’où les pertinents articles de Gérard Brazon ou d’Elisseievna, qui s’interrogent : n’y a-t-il pas eu de sa part, par son silence, non-assistance à personne en danger ?

http://ripostelaique.com/viols-de-tariq-ramadan-caroline-fourest-savait-depuis-2009-et-elle-na-rien-dit.html

http://www.bvoltaire.fr/laffaire-ramadan-lantisemitisme-coranique-incoherences-de-fourest/

On remarque par ailleurs que les médias se précipitent pour donner la parole à une femme qui, bien que ne se disant plus salafiste, continue à tenir le discours des Frères musulmans, plutôt qu’à des vrais apostats de l’islam, capables de dire la vérité sur ce dogme. Je pense à Aquila, Waleed Al-Husseini, Elisabeth Lalesart, Salem Ben Ammar, Hamdane Ammar, Zohra Nedaa-Amal, Nadia Remadna, courageuse présidente de la Brigade des Mères, Pascal Hilout, Malika Sorel, Hamid Zanaz, Sami Aldeeb, sans oublier Wafa Sultan ou Ayaan Hirsi Ali, exilées aux Etats-Unis.

Alors, je vous avoue, le coup du 14 juillet pour écrire à Macron, un an après la sortie de son livre, puis de la plainte pour viol au moment de l’opération « Balance ton porc », ajouté au retour de Fourest sur les plateaux de télévision, c’est plus fort que moi, et cela m’ennuie vraiment, mais il y a dans mon esprit une petite part de doute qui me dérange…

Martine Chapouton




Manhattan, 8 morts aux cris d’Allah akbar : Hidalgo, on éteint encore la Tour Eiffel ?

Le diable a frappé, une fois de plus, une fois encore. Au cri d’Allah Akbar, il a signé son crime,  la religion de paix, d’amour de tolérance dans toute sa splendeur ! Huit personnes ont payé de leur vie l’indulgence dont nous faisons preuve vis à vis des musulmans.

Partout, partout dans le monde, cette même haine, ce même mode opératoire, qui laisse exsangues et désarmées des populations entières qui ne comprennent pas, qui ne conçoivent pas que l’on peut tuer au nom d’un « dieu ».

Tant de victimes, trop de victimes, assassinées au nom d’un dogme religieux, au nom d’un vieillard pédophile, antisémite qui prône l’éradication des mécréants et revendique la supériorité de l’oumma.

A en perdre raison tant la colère est grande, immense, tant l’ignominie des crimes est flagrante. Des innocents fauchés, parce que le hasard a mal fait les choses, jeunes et moins jeunes arrachés à l’existence au nom d’un criminel.

Et demain, nous aurons des « Je suis Manhattan », la Tour Eiffel sera éteinte, pauvre charlie de bas-étage, incapable de comprendre que tant que cette engeance n’aura pas été supprimée, nous en serons toujours à nous demander qui sera le prochain. Les marchands de bougies et de nounours continueront à faire fortune. Le pas d’amalgame fera florès sur les réseaux sociaux.

Demain, nous nous réveillerons encore avec la gueule de bois, sonnés par cet énième attentat, pleurnichant notre « c’était mieux avant » alors que nous avons tout fait pour que ce soit pire après, sinon complices au moins acteurs des décisions qui ont fait entrer le loup dans la bergerie.

Demain, nous aurons les éternelles pleurnicheries des « cestpascalislam », les sempiternelles remontrances des « pasdamalgame » et les habituels parents de victimes qui oseront le « vousnaurezpasmahaine ».

Demain, parce qu’il est encore un demain possible, j’aimerais croire que cette secte sera reconnue comme néfaste et que tout individu porteur physiquement et/ou mentalement de ces stigmates puisse être identifié comme potentiellement dangereux et expulsé de nos contrées.

Il en va de la vie des Européens, des Américains et de tous ceux qui n’adhèrent pas à l’oumma.

Ainsi-soit-Il !

Oreliane




L’injonction de retirer la croix de la statue de Jean-Paul II est illégale : les preuves !

Après l’exportation de nos jeunes actifs et de nos retraités, devra-t-on aussi expatrier notre patrimoine à l’Est pour le sauver ? On a tous entendu parler de la scandaleuse injonction du Conseil d’Etat faite à la mairie de Ploërmel (56) de retirer la croix surplombant une statue de Jean-Paul II.

Rappel de l’affaire :

http://ripostelaique.com/la-mascarade-de-ploermel-la-volonte-de-massacrer-notre-memoire-collective.html

Le Premier ministre polonais, Beata Szydło, a proposé samedi que ladite statue soit déplacée jusqu’en la terre d’origine de Karol Józef Wojtyła. Ceci dans le but de la « sauver de la censure ».

Szydło dénonce « le diktat du politiquement correct » qui sévit en France (cdfq). Elle met en avant le caractère emblématique de l’ancien évêque de Rome.

« Notre grand compatriote, un grand Européen, est un symbole de l’Europe chrétienne unie. Le diktat du politiquement correct – de la laïcisation de l’État – laisse la place libre à des valeurs qui nous sont étrangères culturellement et qui mènent à terroriser la vie quotidienne des Européens ».

La dirigeante polonaise avait-elle par hasard à l’esprit l’annulation des arrêts anti-burkini ordonnée par le Conseil d’Etat en 2016 ? Allez savoir !

En attendant, les réactions se multiplient. Les tractages et manifestations foisonnent. Les réseaux sociaux s’emparent de l’affaire par voies de pétitions et de lancements d’alerte. Les personnalités bien connues des milieux de droite y vont de leur petit slogan, à l’image d’un Gilles-William Goldnadel qui reprend à son compte le hashtag « Balance ton porc » avec des #BalanceTonConseildEtat et #montretacroix qui font déjà florès.

La statue, elle, n’a pas encore perdu sa croix.

La municipalité avait envisagé de vendre le Sacré-Coeur attenant au monument à une association. Ceci devant permettre de confier sa réhabilitation à un organisme privé. Le maire de Ploërmel, Patrick Le Diffon (UMP), a récemment annoncé devant les caméras de France Télévision que la vente pourrait comprendre la parcelle sur laquelle repose la statue. Devenant ainsi du domaine privé, elle échapperait à la loi de séparation de l’Eglise et de l’État et donc à la décision prise par le Conseil d’Etat.

Mais il semblerait que la voie du droit ne soit pas totalement à écarter. La commune n’exclut pas de porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’Homme et, si elle va jusqu’au bout, elle ferait bien de mettre en avant un point précis.

Pour justifier sa décision, le Conseil d’Etat a fait valoir que « dès lors que la croix constitue un signe ou un emblème religieux au sens de l’article 28 de la loi du 9 décembre 1905 (séparation des Eglises et de l’Etat) et que son installation par la commune n’entre dans aucune des exceptions ménagées par cet article, sa présence dans un emplacement public est contraire à cette loi ».

Or, l’article 6 bis de la Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques (ratifiée par la France) stipule très clairement que l’artiste peut revendiquer la paternité de son œuvre et s’opposer à toute déformation, mutilation ou modification de cette dernière.

Par ailleurs, un article de la Charte européenne des droits fondamentaux indique que « la propriété intellectuelle est protégée ».

Enfin, selon la Cour européenne des droits de l’Homme, le droit d’auteur est un droit fondamental protégé par l’article 1er du premier protocole additionnel à la Convention européenne des droits de l’homme qui garantit le droit au respect de ses biens.

En clair, l’artiste, le Russe Zourab Tsereteli, peut tout à fait s’opposer à ce que son œuvre soit amputée, même par la juridiction nationale compétente. Les traités et décisions internationaux sont supérieurs aux lois et décisions nationales. Les lecteurs de la réinfosphère ne le savent que trop bien.

Il y a autre chose. Outre le fait d’être protégé par les conventions internationales, la croix de la statue de Jean-Paul peut assez aisément échappé à la notion de religieux.

Pour le comprendre, il faut remonter au bienheureux Paul VI, évêque de Rome de 1963 à 1978.

Paul VI avait inauguré un nouveau type de férule (le bâton papal). Contrairement aux précédentes, cette dernière était surmontée d’un crucifix et non d’une croix.

Toutes les représentations de papes qui lui ont succédé incluaient ladite férule, concoctée par Scorzelli.

Ainsi, la commune de Ploërmel peut faire valoir devant la Cour européenne que le symbole surplombant Jean-Paul II correspond à l’ensemble des représentations de papes depuis bienheureux Paul VI et que donc, son intégration à la statue n’est en rien religieuse, mais correspond à une logique historique, artistique et culturelle.

Cela étant dit, il faut admettre que les institutions internationales n’ont pas toujours fait montre d’une logique implacable…

Lou Mantely

Ecouter la réaction de Gilles-William Goldnadel :

https://vid.me/4nzoj




Je serai jugé à Beauvais pour avoir affiché la photo d’Hervé Cornara décapité par Yassin Salhi

La photo qui vaut à Thomas Joly un procès. Nous y avons ajouté un carré blanc, bien sûr…

Ce jour, nous avons rencontré Thomas Joly, secrétaire du Parti de la France, qui, comme d’autres patriotes, paraît avoir quelques soucis avec la justice de son pays…

Riposte Laïque : Vous êtes le secrétaire du Parti de la France, présidé par Carl Lang. En dehors de cela, que pouvez-vous dire de vous, afin que nos lecteurs vous connaissent davantage ?

Thomas Joly : Je suis fonctionnaire de l’Éducation nationale, j’ai 41 ans, je suis marié et père de 3 enfants, je pratique la boxe anglaise pour entretenir la forme et je consacre une grand part de mon temps libre à mes activités politiques ! Engagé en politique depuis l’âge de 19 ans (au Front national à l’époque), je n’ai eu de cesse de lutter contre la colonisation migratoire et l’islamisation de notre pays qui, si elles ne sont pas stoppées et inversées, se révéleront mortelles pour notre peuple et notre civilisation lorsque nous ne serons plus qu’une minorité sur notre propre sol.

Riposte Laïque : Vous voilà donc convoqué le 9 novembre prochain, au tribunal correctionnel de Beauvais. Qu’avez-vous donc fait de si grave ?

Thomas Joly : J’ai commis le crime abominable d’avoir illustré des articles de mon blog dénonçant la barbarie de l’État islamique avec des photos de la décapitation de Hervé Cornara par l’islamiste Yassin Salhi, ainsi que celle de James Foley décapité par l’État islamique. Je suis convoqué devant le tribunal correctionnel de Beauvais le 9 novembre prochain pour une soi-disant « diffusion de message violent accessible à un mineur », prétexte trouvé par le procureur pour me poursuivre. A savoir que j’ai passé six heures en garde à vue, le 19 février 2016, pour ce motif et que j’ai été convoqué à trois reprises par la gendarmerie pour ces mêmes faits.

Riposte Laïque : Quelle est votre réaction, devant ce procès ?

Thomas Joly : Il s’agit clairement d’un procès politique destiné à faire taire ceux qui dénoncent l’invasion afro-musulmane et la barbarie terroriste pratiquée au nom de l’Islam par des fanatiques sanguinaires. De plus, le chef d’accusation choisi est pour le moins cocasse lorsque l’on sait que les médias ont diffusé jusqu’à la nausée la photo du cadavre du petit Aylan échoué sur une plage afin de promouvoir l’arrivée massive de clandestins en Europe, que dès le plus jeune âge nos enfants ont droit à des cours détaillés sur la Shoah, que dans les écoles primaires des exercices de confinement sont discrètement organisés afin de préparer les enfants à l’éventualité d’un attentat islamique (requalifié en novlangue administrative « cas de risque majeur ») au risque de les traumatiser. Ce qui dérange le gouvernement et son représentant du Ministère public, c’est que, comme eux, je pense que « nous sommes en guerre contre le terrorisme » mais moi je désigne clairement l’ennemi et j’incite nos autorités à véritablement mener cette guerre ! Et celle-ci ne pourra commencer qu’en expulsant du territoire la plupart des extra-européens islamisés qui se comportent en conquérants et dont la majorité a une bienveillance suspecte avec les terroristes. Les rares fois où des musulmans sont descendus dans la rue suite à des attentats, c’était pour demander avec arrogance de ne pas faire d’amalgame avec l’Islam et de dénoncer l’islamophobie – pourtant légitime – des Français… J’invite ceux qui le souhaitent, et le peuvent, à venir me soutenir lors de ce procès inique, l’audience se déroulera jeudi 9 novembre à 8 h 30 au Palais de justice de Beauvais (20, Boulevard Saint-Jean).

Riposte Laïque : Vous n’avez pas ménagé vos critiques, depuis la création du Parti de la France, contre la direction du Front national et sa présidente, Marine Le Pen. 6 mois après la présidentielle, quel est votre regard sur la situation du FN, et plus largement sur le camp patriotique ?

Thomas Joly : Marine Le Pen est une véritable calamité pour la droite nationale. Elle n’a strictement rien retenu de son fiasco de la Présidentielle, alors même qu’elle bénéficiait de conditions historiques pour prendre le pouvoir ou au moins s’en approcher (attentats islamiques, crise des migrants, rejet de la classe politique du Système, chômage de masse). Lors de sa dernière prestation sur France 2, elle a continué sur la même ligne gaucho-souverainiste, qu’elle a toujours partagée avec son ex-lieutenant Philippot, et n’a pas pu s’empêcher d’avoir un petit mot ému pour nos « compatriotes musulmans » ; sûrement pensait-elle aux 92 % de mahométans qui ont voté Macron au 2nd tour de la Présidentielle ? Je crois qu’il n’y a rien à attendre du Front national tant que Marine Le Pen sera à sa tête ; le problème n’était pas Philippot, c’est elle. En outre, il est fort probable qu’elle subisse assez prochainement les foudres de la justice et qu’elle soit inéligible pour 2022, sans compter que le Front national, qui touche pourtant des millions de subventions publiques, est en quasi-faillite. Le camp national doit se réunir sur l’essentiel : le refus de la colonisation migratoire et de sa conséquence inéluctable : l’islamisation de notre société et l’instauration, à terme, de la charia.

Riposte Laïque : Quel est votre regard sur les six premiers mois de gouvernement de Macron ?

Thomas Joly : Même s’il fait mine de bousculer les codes établis, Emmanuel Macron est le digne successeur de ses prédécesseurs. Il gère le déclin économique et social ainsi que le chaos ethnique, un peu comme un liquidateur judiciaire, sauf que là il s’agit de notre Nation. Européiste, social-démocrate, immigrationniste, acquis à toutes les dérives sociétales, il n’y a rien à attendre de cet individu, pur produit de l’engeance systémique.

Riposte Laïque : Quels sont les prochains projets du Parti de la France ?

Thomas Joly : Le Parti de la France entend poursuivre la reconstruction du camp national avec tous ceux qui ne souhaitent pas voir la France mourir et notre peuple disparaître. Nous avons encore le droit de rester nous-mêmes, de ne pas vouloir que notre pays soit un déversoir pour toute l’Afrique et que l’appel du muezzin remplace les cloches de nos églises, n’en déplaise à nos pseudo-élites apatrides bien peu attachées à notre terre ancestrale du fait de leurs racines nomades.

Propos recueillis par Pierre Cassen




Ils veulent censurer cette vidéo qui explique pourquoi il faut interdire l’islam


Il y a deux jours, nous mettions en ligne une vidéo de Pierre Cassen, sur notre chaîne youtube. Durant 27 minutes, en terre d’Ardèche, à l’invitation d’Alain Barnier, notre fondateur, avec une grande clarté, expliquait que l’interdiction de l’islam, dans le contexte actuel, était la seule solution raisonnable pour « sauver notre pays ».

Au bout de deux journées, la vidéo commençait à atteindre des chiffres intéressants, et circulait partout. Sur Twitter, elle avait également rencontré un certain succès.

Un propos que tous les lecteurs de Riposte Laïque, et nombre de nos compatriotes, peuvent ne pas partager, mais dont la teneur mériterait un vrai débat, tant elle concerne l’avenir de notre pays. Sauf que nos dirigeants ne veulent surtout pas de ce débat, et font tout pour interdire tout questionnement sur la réalité de l’islam, sa compatibilité avec les valeurs de notre pays, et les solutions à apporter au problème. Seuls auraient le droit de s’exprimer publiquement, selon eux, les tenants de l’islam des Lumières, de l’islam de France, bref les enfumeurs professionnels qui nous parlent d’un islam qui n’existe pas.

Et ce matin, nous apprenions qu’elle venait d’être censurée par youtube, sans le moindre préavis. On connaît la combine. Des musulmans, parfaitement organisés, signalent des vidéos à youtube, qui, sans se poser de questions, coupent systématiquement les vidéos signalées, quand elles dénoncent l’islam. D’autres patriotes sont également frappés par les mêmes mesures (voir l’article ci-dessous). Par contre, les vidéos de propagande pour les disciples d’Allah bénéficient, elles, de beaucoup plus d’indulgence.

Nous avions donc pris quelques précautions, et, depuis un mois, avons ouvert un compte chez les Russes de TVS24.

http://ripostelaique.com/youtube-censure-vos-videos-ouvrez-un-compte-chez-les-russes-de-tvs24.html

Nous sommes donc en mesure, quelques heures après le blocage, de remettre à votre disposition la vidéo de Pierre Cassen, censurée, et nous encourageons nos lecteurs à la faire circuler partout, pour montrer aux censeurs la poids de la résistance patriotique.

https://tvs24.ru/ripostelaique/embed/43/

Nous informons également nos lecteurs que nous sommes sous le coup de deux avertissements de youtube, et qu’au troisième, nous serons définitivement virés de la chaîne. Nous avons pris bien sûr toutes les précautions nécessaires pour que nos vidéos ne soient pas définitivement perdues.

De même, Facebook, après nous avoir bloqués pendant 30 jours (pour avoir repris dans un titre une phrase du premier ministre tchèque, disant qu’il ne voulait pas de musulmans dans son pays), nous a fait savoir qu’à la prochaine incartade, nous serions définitivement interdits. Là encore, nous avons pris des précautions, en ouvrant un compte sur VKontakte.

http://ripostelaique.com/contournons-la-censure-facebook-que-nos-30-418-amis-sinscrivent-sur-vkontakte.html

Tout cela n’est pas le fruit du hasard. Le gouvernement français, sous Hollande-Valls comme sous Macron-Philippe, multiplie les lois d’exception, et les menaces contre les réseaux sociaux, pour accentuer la censure contre les sites patriotiques.

Et le triste sire Clavreul, alors président de la Dilcra, mandaté par Manuel Valls, avouait sans vergogne, dans le langage technocratique des énarques, qu’il fallait réprimer encore et encore…

Voilà, dans la France de Macron, dans la France de l’invasion migratoire et de l’islamisation à marche forcée de notre pays, comment on veut empêcher les patriotes de s’exprimer. Oseront-ils mandater les prétendus antiracistes, ou les associations musulmanes, pour déposer plainte contre l’auteur de cette vidéo, et Riposte Laïque ? Dans le contexte actuel, c’est plus que possible !

Nous encourageons tous les sites patriotes à faire de même, et à mettre à l’abri, au plus vite, toutes leurs vidéos, chez nos amis russes, et de s’inscrire au plus vite sur VKontakte.

Et si vous voulez vous amuser, remettez la vidéo sur votre chaine youtube, pour ceux qui en ont une…

Cyrano




Le Général Christian Piquemal appelle les Français au combat

« Les Français sont des parias dans leur propre pays ! » Lors d’une rencontre des patriotes français le 21 octobre 2017, le Général Christian Piquemal a lancé un appel au peuple français pour passer à l’action de sa défense en regroupant toutes les forces du pays ! Le discours rappelle celui d’un autre général qui a lancé le combat pour la France libre et armé la Résistance dans la France occupée. Ce discours fait suite au lancement d’autocollants – acte symbolique et acte de signalisation – sur la France par le site Riposte Laïque qui rappelle aussi les largages organisés par les troupes des FFI de tracts sur la France durant l’Occupation.

Tout faire pour garder la France libre et souveraine. Le Général Christian Piquemal appelle tous les Français à se réunir au-delà des partis politiques. « L’avenir de la France, une France qui sombre, qui est en train de disparaître, doit être sauvé. Un combat contre la dégénérescence de notre pays, contre le déferlement migratoire, contre la perte de notre identité doit être mené. »  Faut-il rappeler que la seule Sécurité sociale est une création réalisée par les résistants ? A Calais, en février 2016, le Général Christian Piquemal avait été interdit de parole par la police française ! Alors qu’il venait, comme un soldat français devait le faire, défendre les habitants de Calais contre les violences migratoires.

Le discours du Général Piquemal

Propos scandaleux de Macron à Alger. Le Général Christian Piquemal  a cité les propos de Macron à Alger en les qualifiant de « scandaleux »- Macron avait accusé l’aide de la France en Algérie de «  crime contre l’humanité » en Algérie – tout en signalant les anomalies sur les dernières élections à la présidence française.  « Les Français sont des criminels aux yeux de celui qui représente la France … le pantin rothschildien… croyant être un personnage important avec l’argent des autres  … avec sa férocité anti-française. Le petit Néron sous tutelle joue au grand chef…  ». Piquemal  dénonce l’emploi des droits de l’homme pour briser la France en prenant la défense totale des migrants et de la migration, dénonçant finalement un nazisme inversé.  « Aujourd’hui on continue de tuer en France au nom d’Allah », dit Piquemal en citant le meurtre des deux jeunes femmes à Marseille.

Zones de non-droit. « La France a toléré des zones de non-droit », dénonce Piquemal, qui dénonce aussi la volonté de François Hollande d’avoir lancé la partition de la France.  Les socialistes, soutenus par la politique mondialiste, ont mis en place la défragmentation de la France en construisant ces zones de non-droit sur son sol, en validant la charia. L’objectif est politique et vise la destruction de l’entité France pour qu’une puissance étrangère prenne le pouvoir sur le pays en diluant sa civilisation, son armée, dans le purin de l’Histoire.

Quand la justice devient loi, la résistance est un devoir.  Piquemal cite l’article 35 de la Déclaration des droits de l’Homme de 1793 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

Olivier Renault

http://nrt24.ru/fr/news/le-general-christian-piquemal-appelle-les-francais-au-combat




La révolution par le slip et la petite culotte

Anthony Weiner devrait commencer à purger sa peine de 21 mois de prison, à laquelle il faut ajouter 10 000 dollars d’amende, en novembre.

Rappelez-vous, Weiner c’était le mari de la conseillère musulmane d’Hillary Clinton. Pendant que son épouse conseillait islamiquement la prochaine perdante de l’élection présidentielle américaine, Weiner envoyait des photos suggestives de ses bandaisons et de ses douches à une mineure.

Quand les petites manies du bonhomme furent révélées, la plongée commença pour l’ex-futur maire de New York.

Mais rien de plus sur le monde politique états-unien que l’on sait, depuis JFK, peuplé de bandards fous et de coquines prêtent à s’emmancher avec n’importe quel vicelard en vue pour pomper du dollars. Les politicards français depuis les grandeurs éruptives de DSK ne semblent pas à sous-estimer.

Puis est arrivé The Boss : Weinstein.

D’après une de ses premières conquêtes (au sens physique du terme, c’est-à-dire avec gros bâton menaçant et palpations de la suspecte), Asia Argento, 93 femmes ont été agressées sexuellement par Weinstein dont, d’après elle, 14 viols.

http://madame.lefigaro.fr/celebrites/asia-argento-a-publie-la-liste-des-93-victimes-dharvey-weinstein-311017-135028

Le cas Weinstein est délicieux. Il a fait tomber les masques des « verrats » hollywoodiens, brisant enfin l’image d’un Hollywood producteur (sans jeu de mot) mondial de culture, cassant les reflets de tous ces donneurs et donneuses de leçons qui ont été incapables de s’opposer au “domestikator” de Beverley Hill alors qu’ils nous la jouent gros bras dans les navets américains et larmes à l’œil sur toutes les causes humanitaires qui leur tombent sous la main.

 Asia Argentino et Harvey Weinstein

D’autres mythes cinématographiques vont tomber, y compris en France. Je l’espère.

Qui c’est qu’est chiche ?

Ses puissants, ses dominants qui prétendent gérer le monde et qui sont incapables de gérer leurs gonades donnent des frissons de plaisir.

Dans le sillage de l’affaire Weinstein, les féministes sont montées aux créneaux. Sur “balancetonporc”, les dénonciations ont fleuri allant du viol sur la photocopieuse de bureau à un compliment sur la joliesse d’une robe.

Et soudain, parmi tous ces cochons occidentaux, le nom de frère Tariq est apparu.

Pour une fois, la presse mainstream lance le nom du frérot dans la bauge médiatique. Sauf Mediapart.

Plenel, copain comme cochon de Ramadan, («Avec Ramadan, même si nous avons des divergences, nous devons fonder une maison commune») dépublie un billet s’interrogeant sur le silence de Mediapart concernant le cas du muzz emblématique.

Y aurait-il pour Plenel, le Staline en culottes courtes à la tête de ce site de la bobosphère, de « mauvais » et de « bons » violeurs ?

A moins que ce soit parce que les révélations sur le comportement sordide du beau Tarik abîment l’exotisme dont se gargarisent les parasites intellectuels et progressistes qui pourrissent nos sociétés occidentales.

https://www.youtube.com/watch?v=tx_zaht8UZg

Ramadan pour qui sans voile tu dois être violée, ce barbu playboy d’un islam arrogant, haineux et destructeur, ne serait qu’un obsédé ?

Et Le Monde, cette autruche progressiste qui plonge depuis si longtemps la tête dans le sable découvre l’antijudaïsme islamique. Comme l’imbécile découvre que l’eau mouille.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/10/28/plainte-contre-tariq-ramadan-l-antisemitisme-se-dechaine-envers-henda-ayari_5207247_3224.html

Quelle trouvaille !

Y aura-t-il un journaleux de ce quotidien à la pensée si correcte (voire si rigide) pour persister dans cette voie et oser écrire que l’islamisme est aussi antichrétien et anti-laïc ?

Ne rêvons pas.

Evidemment nous espérions que le retour à une certaine humanité (contre l’inhumanité des admirateurs d’Abū al-Qāsim Muḥammad ibn ʿAbd Allāh ibn ʿAbd al-Muṭṭalib ibn Hāshim) se ferait à travers un débat d’idées dans lequel nous ne serions plus des délinquants idéologiques mais les défenseurs d’une certaine vision de l’Occident.

Finalement, le retour à l’humanité se fait  par des Femen et des tripoteuses de clitoris. Par le slip et la petite culotte.

C’est peut-être la seule (r)évolution que nous méritons.

Marcus Graven




Migrants et clandestins : une passion commune pour les couteaux !

Comme certains prétendent – à raison ! – que dans le cochon tout est bon, je ne suis pas loin de penser que, pour un nombre appréciable de musulmans, dans le couteau tout est beau !

Je m’explique : tandis que nous nous sommes focalisés – à juste titre – sur Daech, quelques-uns allant jusqu’à considérer, après tout, que les chiites étaient plus fréquentables que les sunnites en se rapprochant de l’Iran – oubliant le passé terroriste de la République islamique dont la France, entre autres, fit jadis les frais –, nous avons dans le même temps oublié que l’islam ce n’est PAS QUE LE CALIFAT de celui dont il ne faut pas dire de mal parce que les juges français n’aiment pas ça !

Ainsi, pour revenir à mes moutons, lesquels, en général, n’apprécient pas outre mesure les couteaux, deux pasdamalgames pas vraiment de chez nous en ont joué, du couteau, sur des femmes, ce qui tend à démontrer que le porc n’est pas toujours blanc !

Petit un : « Lundi soir, vers 23h40, une femme a été violée à Calais (Pas-de-Calais). D’après le récit de la victime, révélée par France Info, l’auteur du viol était un migrant. Selon une source proche du dossier, la jeune femme, qui travaille dans un hôtel, rentrait chez elle lorsqu’elle a été agressée par un homme avenue Charles-de-Gaulle. »

(https://www.valeursactuelles.com/faits-divers/menacee-dun-couteau-une-jeune-femme-violee-par-un-migrant-90238)

Ledit auteur, fortement présumé, des faits s’est sauvé. Sans doute qu’il avait appris entretemps que les femmes, chez nous, ne sont pas des consommables ! La faute au pays d’accueil qui ne délivre pas les bonnes informations en temps et en heure, sûrement ! D’autres parleront de choc des cultures qu’il nous appartient, à nous autochtones, d’assimiler et apprécier avec béatitude !

Petit deux : « À Montpellier dans l’Hérault, mercredi 25 octobre, un clandestin marocain de 32 ans, en remarquant la voiture d’un ex-compagnon, a lacéré avec un couteau à pain le visage de sa femme pour la défigurer, persuadé qu’elle le trompait, rapporte France Bleu. »

(https://www.valeursactuelles.com/faits-divers/un-clandestin-marocain-defigure-sa-femme-avec-un-couteau-montpellier-90243)

Je vous vois venir, lecteurs de Riposte laïque, avec votre esprit tordu : vous vous dites que c’est encore un clandestin du bled, comme à Marseille, que ça commence à bien faire, etc. Et si c’était tout simplement une vocation de boulanger contrariée ?! Si, plus simplement, le mari en question avait voulu, innocemment, imiter Michael Myers – fameux tueur de la série de films Halloween, ce qui collerait à l’actualité festive ! – et que ça avait mal tourné ?! Vous y avez pensé ? Non, évidemment ! Quand je vous dis que vous voyez le mal partout !

Bon, d’accord, le mari, qui a confondu le visage de sa femme avec une miche de pain, s’est finalement rendu, déclarant « qu’il s’est senti humilié, qu’il a perdu la tête mais qu’en même temps, ce qu’il a fait, c’est ce que chaque homme doit faire dans des cas comme celui-là »…!

Vous avez la haine ? C’est normal ! Mais faut pas le dire, c’est discriminant !

Charles Demassieux




Hidalgo supprime les colos des enfants des personnels pour financer les JO !

L’indignation des agents de la ville est à son comble !

Vous fûtes prévenus ...

Vous fûtes prévenus …

La décision a beau avoir été prise en catimini, elle n’en a pas moins fait scandale chez les agents de la Mairie de Paris. En effet, on vient d’apprendre qu’Anne Hidalgo a décidé de sucrer deux millions d’euros sur le dos des personnels en diminuant d’autant sa contribution à l’Agospap, l’association en charge des œuvres sociales à la Ville de Paris. Une somme qui représente plus de 20% de son budget annuel. Résultat : les inscriptions pour les colonies de vacances en direction des enfants des personnels municipaux viennent désormais, en urgence, d’être « suspendues » ! Information d’ailleurs confirmée par l’Agospap elle-même sur son site.

Pourtant la Mairie de Paris se vantait jusqu’alors que « l’offre de loisirs, de séjours et de centres de vacances pour les jeunes constitue une mission essentielle ». Visiblement plus maintenant. C’est que l’équipe d’Anne Hidalgo cherche désespérément de l’argent frais pour financer ses futurs Jeux olympiques de 2024… Et c’est sans doute pourquoi elle a dû recourir à cette manœuvre qui lui permet de ponctionner deux millions d’euros, jusque-là réservés pour des mômes qui ne peuvent pas partir en vacances.

Car il faut savoir que la grande majorité des personnels de la Ville de Paris est composée de ce que l’on appelle des agents de catégorie B et C, lesquels ne roulent pas vraiment sur l’or… Beaucoup d’entre eux habitent d’ailleurs en grande banlieue faute de pouvoir se loger dans la Capitale. Et bien sûr, comme une majorité de Français, ils ne partent pas non plus en vacances. Reste alors « la colo » pour les enfants ou les centres de séjour pour familles. Mais ça c’était avant, du temps de « l’ancrage social » de la municipalité parisienne.

Du côté des agents, c’est bien sûr la stupeur. « Pour moi, et pour beaucoup d’autres j’imagine, ça veut dire plus de vacances pour mes enfants et moi, car je n’ai pas les moyens de payer au tarif normal. Qu’est-ce qu’on peut faire ? » s’alarme ainsi une collègue. On savait que la Mairie de Paris n’aimait pas beaucoup ses agents mais là elle franchit des records olympiques. Et ça n’est pas du fictif ! Pour notre syndicat, il est donc impératif que la Mairie de Paris revienne sur cette décision inique pour que les enfants des personnels de la ville puissent continuer à bénéficier des subventions pour les séjours « juniors » et « familiaux ».

En tout cas voici le premier gros dossier chaud à résoudre pour Christophe Girard, fraîchement nommé par Anne Hidalgo « adjoint en charge des personnels et du dialogue social ». Si, si, c’est bien l’intitulé exact ! Et si Christophe Girard dit vrai, le bon sens devrait vite revenir dans les couloirs de l’Hôtel de Ville : « Je n’ai qu’un désir : trouver des solutions pour sortir des conflits. C’est ma ligne de conduite dans la sphère privée comme dans la vie publique », déclarait récemment au journal Le Parisien celui que l’on surnomme désormais « le DRH de luxe ».

Lire aussi ICI

Serge Federbusch
http://www.delanopolis.fr/Anne-Hidalgo-supprime-les-colonies-de-vacances-des-enfants-des-personnels-pour-financer-les-JO-_a3262.html



Elisabeth Lévy et Finkielkraut osent tirer les oreilles de Renaud Camus

Elisabeth Lévy et Finkielkraut, abjects et ridicules donneurs de leçons à Renaud Camus

Il y a 5 ans, le hasard avait fait que nous nous étions retrouvés, croyant participer à une réunion de Résistants, dans une soirée parisienne où se trouvaient, au milieu d’une cinquantaine de personnes, Renaud Camus, Élisabeth Lévy et Finkielkraut. Il est devenu très vite très clair que la soirée était le prétexte trouvé pour que les deux journalistes règlent leurs comptes publiquement avec Renaud Camus qui avait fait la faute immense d’appeler à voter Marine Le Pen.

La scène était écœurante, c’était une scène de lynchage voulue, avec des arguments disant tout de la Lévy et de son courage : « Je ne pourrai plus vous interviewer au Point, c’est un suicide… »

C’était un cri de colère, de révolte. Comment cet âne de Renaud Camus pouvait-il savonner la planche à ses amis et leur faire perdre une occasion de plus d’écrire dans Le Point ?

J’étais intervenue pour fustiger les lyncheurs et les renvoyer à leurs contradictions. A part aboyer et critiquer pour le plaisir de critiquer, que faisaient-ils d’autre que participer au système qui nous envoyait/envoie droit dans le mur ? Ni l’un ni l’autre n’avait su me répondre et quand j’avais pris Finkielkraut à part, en lui disant au revoir, il avait convenu que, effectivement, puisque la situation était désespérée, on ne risquait peut-être pas grand-chose à essayer Marine Le Pen. Mais c’était en tête-à-tête et je soupçonne le philosophe d’être trop bien élevé (ou trop lâche ?) pour avoir osé argumenter sur le fond avec moi.

C’était la deuxième fois que nous avions des mots publiquement. Déjà un ou deux ans auparavant, Élisabeth Lévy avait fait une conférence à la Mairie du 16e, invitée par le Bnai Brith, sur islam et République, qui m’avait fait sortir de mes gonds. Elle avait défendu l’idée que la République était forte et saurait toujours s’en sortir… J’avais pris la parole pour fustiger son point de vue, elle m’en a voulu beaucoup et m’a ostensiblement ignorée quand j’ai pu la croiser ultérieurement. Elle a un côté caractériel, la donzelle. Après tout, pourquoi pas, mais, quand on n’aime pas être contredite, il vaut mieux penser juste et ne pas traîner ses « amis » dans la boue… Ce qu’elle n’hésite pas à faire en compagnie de son copain Finkie dès qu’il s’agit de Renaud Camus, coupable de rester droit dans ses bottes et de ne pas craindre les foudres de ses amis ou ex-amis, coupable de ne même pas craindre de vivre pauvrement, faute d’éditeur… Le prix à payer pour son infinie liberté.

De l’eau a coulé sous les ponts, me direz-vous ; depuis,  la situation s’est aggravée, ô combien, ils ont forcément évolué, non ?

Hélas…

Leur dernière prestation, lamentable, nous dit leur lâcheté, leur peur du qu’en dira-t-on, leur peur d’être mis au ban des médias, des soirées parisiennes et, plus grave sans doute, leur capacité à enculer les mouches pour échapper à l’étiquette infâme  « pense comme Renaud Camus ».

Et ils se prétendent libres et républicains.

Ce serait comique si les conséquences n’en étaient pas tragiques.

Comme on aimerait qu’ils aient la liberté de ton et de parole d’un Eric Zemmour, qui prend chaque fois des risques, risques d’être mis au  ban de la bonne société, des médias, de perdre son travail, ses émissions, de se retrouver au tribunal… Comme on aimerait…

Voici les deux clowns en action :

L’introduction de Lévy est particulièrement putassière, évoquant les « affaires Camus », rappelant que Finkielkraut était resté fidèle à son amitié pour l’inventeur du Grand Remplacement malgré la brouille passagère quand « Le paria de la république des lettres  » avait dénoncé les « hordes barbares déferlant sur la France ».

Et Lévy de porter un jugement sans appel sur Renaud Camus et ses deux tweets « particulièrement gratinés ».

Le premier sur la comparaison entre le génocide des juifs et le Grand Remplacement.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/26/le-genocide-des-juifs-preparait-le-grand-remplacement-plainte-de-luejf-contre-renaud-camus/

Question de Lévy à Finkielkraut :  « Pardonnez-vous vraiment tout à la littérature ? »

Dans un premier temps, tout va bien, Finkielkraut reconnaît que l’immigration de peuplement que dénonce Renaud Camus n’est pas un mythe mais pour ajouter tout de suite que l’écrivain « succombe au démon de l’analogie ».

Diantre ! Quel est donc ce démon ?

« Renaud Camus appelle à la Résistance, c’est là que je me sépare radicalement de lui. Si l’on veut éviter de verser dans l’inhumain il faut se garder comme de la peste de toute comparaison avec les sombres temps du XXe siècle et s’efforcer de penser le présent dans ses propres termes, l’exactitude encore et toujours. »

Diantre (bis) ! On pourrait évoquer Marathon, Salamine, les colonels grecs, Cromwell, Hiroshima… mais pas touche à la Seconde Guerre mondiale ? Impossible de s’y référer, de comparer quoi que ce soit ?

Étrange fonctionnement intellectuel.

Mais écoutons Finkielkraut, pourquoi il se refuse à cette comparaison :

« J’ai dit à Renaud Camus  que parler d’occupation c’est considérer tout Arabe et tout Africain croisé dans la rue comme un envahisseur… le mot d’occupation suscite l’image du nazisme et qu’y avait-il de plus légitime, de plus salutaire même que de haïr les nazis ? RC n’a rien voulu savoir….il a même augmenté son analogie d’un quatrième terme, après l’occupation, la collaboration, la Résistance, voici le Génocide. Avec ce mot, le lien que la pensée de Renaud Camus entretient encore avec la réalité se rompt. »

Comment les Français de 1940 qui croisaient les soldats allemands devaient-ils les considérer ? Sans doute que nombre d’entre eux n’étaient pas nazis et se contentaient d’obéir aux ordres. Fallait-il pour autant ne pas les combattre, ne pas les considérer comme porteurs du danger nazi ?

De deux choses l’une, ou bien le Grand Remplacement est un mythe, et Renaud Camus a tort, ou  bien c’est une réalité et donc, forcément, toute personne venue de l’étranger peut être suspectée de vouloir ce remplacement, cette invasion, tant qu’elle n’a pas donné des gages s’appelant intégration et amour de la France.

« Le génocide c’est la destruction physique d’un peuple. Rien de tel ne menace ces temps-ci l’Europe. Ceux-là même qui, tel Youssef al-Qaradâwî, désirent explicitement islamiser l’Europe ne souhaitent pas l’extermination des Infidèles, mais leur départ, éventuellement leur conversion ou, pour reprendre le mot de Houellebecq, leur soumission. »

Écoutez Finkielkraut délivrer la bonne nouvelle : nous ne risquons rien, même les plus remplacistes des musulmans, comme al-Qaradâwî ne veulent pas nous faire disparaître, juste nous convertir, nous soumettre ou nous faire quitter notre pays.

Finkielkraut est-il sot ? Nous convertir c’est bien faire disparaître notre civilisation, notre liberté, nos valeurs, faire accoucher notre peuple d’un autre peuple, non ? Et si nous quittons le pays pour faire de la place aux musulmans c’est bien nous faire disparaître de notre pays, non ?

Si on en croit Finkielkraut, tout peuple chassé de son territoire n’a pas à se plaindre, puisqu’il est encore en vie et n’a pas été remplacé dans l’absolu.

Oh ! le jésuite de Finkie… Oh ! la mauvaise foi…

« Quant au remplacisme global dénoncé à juste titre par Renaud Camus , qui consiste à vouloir remplacer par l’immigration la baisse de fécondité des pays d’Europe, il procède de l’universalisation de l’idée du semblable. »

« L’universalisation de l’idée du semblable »…Bigre ! On atteint des sommets de conceptualisation. Ils sont entre eux, incompréhensibles pour le commun des mortels, mais ce n’est pas grave, cela évite de fâcher Billancourt tout en paraissant être un intellectuel cultivé.

« C’est parce qu’aucune différence n’est définitive, insurmontable, absolue, que n’importe qui partout peut faire l’affaire. On peut dire que la démocratie, ou que la vision démocratique du monde, a enfanté un monstre mais ce monstre n’est pas génocidaire. Car ce qui rend le génocide pensable et donc possible  c’est la contestation de l’unité de l’espèce humaine. C’est le fait de voir dans l’autre, un autre que l’homme. Pour Hitler, pour que les Aryens soient, il faut que les Juifs ne soient pas, il faut que les Juifs disparaissent de la surface de la terre. »

Là, ça ne s’arrange pas. Il devient gâteux, Finkie ? Le Grand Remplacement est un monstre mais pas un génocide… parce que selon lui les musulmans ne voudraient pas  faire disparaître les non-musulmans.

Apparemment Finkie n’a pas lu le Coran ni les hadiths de Mahomet, il va falloir qu’on lui envoie Les Assassins obéissent au Coran puisqu’il ne sait toujours pas que les textes sacrés musulmans ont un but et une obsession, faire disparaître les non-musulmans de la surface de la terre, de gré ou de force. Mais pour Finkie ce n’est pas un génocide.

On passe ensuite au second tweet de Renaud Camus qui fait, selon Levy, « une comparaison odieuse » : « Au regard des remplacistes Trudeau-Macron, Hitler ne paraîtra pas moins criminel mais peut-être plus franc, plus direct. »

Et Finkie de continuer son lâche salmigondis

« Je souffre de voir Renaud Camus s’égarer de cette manière. »

Quelle bonté d’âme chez l’ami Finkie… Quelle empathie avec son ami !

« Les ignorants qui l’accablent enterrent vivant un très grand écrivain, je confirme. Et voici la tragédie : celui-ci leur apporte son concours avec ses analogies et ses raccourcis, il creuse sa tombe, il est à lui-même son propre fossoyeur. Il veut provoquer un sursaut, résultat il provoque un haut-le-cœur même chez les plus clairvoyants. »

Il y a juste un souci, c’est que c’est Finkie qui enterre Renaud en ne le défendant pas, en passant plus d’une demi-heure à le démolir, à prendre de la distance avec lui, alors qu’il a reconnu que la réalité décrite par l’écrivain était juste.

« Haut-le-cœur. » Et la raison qui devrait guider les clairvoyants ? Où est-elle ?

« Son angoisse lui fait perdre les pédales. Renaud Camus a entouré ses grands livres d’une muraille de tweets fous que plus personne, bientôt, ne voudra franchir. Internet rend-il bête ? La question se pose, je crois qu’Internet abêtit la parole. »

En l’occurrence, la bêtise, la sottise crasse se trouvent en face de nous, chez Lévy et Finkielkraut, enterrant consciencieusement le Président du Parti de l’In-nocence, afin de rester, à tout prix, dans le « camp du bien ». Le haut-le-cœur et le mépris, c’est nous qui l’avons.

Troisième point abordé par Lévy : « A  présent, évoquons ce thème du Grand Remplacement, c’est très important en effet parce que c’est aujourd’hui ce qui le rend célèbre. »

Lévy arrogante, méprisante et ricaneuse  qui beugle son mépris pour ceux qui disent la réalité de l’invasion : « Essayer de blanchir Renaud Camus avec Tribalat, là vous perdez votre temps. » A gifler.

Finkielkraut : « Dire grand remplacement c’est tenir pour acquis que l’intégration est une foutaise et que les nouveaux venus sont tous, ou presque tous, des ennemis. J’observe avec stupéfaction qu’il y a en France des laudateurs du Grand Remplacement et qu’ils ont pignon sur rue. »

A l’ouest rien de nouveau, il dit à nouveau ce qu’il a dit un peu plus tôt… La peur de la généralisation…

Ainsi, il nous faut nous résigner à être envahis, remplacés sans le dire, sans le déplorer, au cas où nous blesserions une partie des immigrés qui ne pensent pas à mal. Surtout ne pas se défendre de peur de faire payer un innocent. Et nos enfants, nos petits-enfants, ils sont coupables ? Ils doivent payer et accepter la violence, la privation des libertés, le halal, l’imposition du voile, pour ne pas froisser des immigrés gentils mais incapables de lutter à nos côtés ?

La fin de l’émission est un vrai festival où Lévy et Finkielkraut s’en donnent à cœur joie,  ils dénoncent les ennemis de la France, de la nation qui se gargarisent à l’idée du Grand Remplacement en cours.

Finkielkraut : « Il y  parmi eux des sentinelles de l’antiracisme chouchoutés par les médias, autrement dit le Grand Remplacement est un fantasme ignoble quand on s’en inquiète et une réalité merveilleuse quand on le célèbre. Je crois que la terminologie de Renaud Camus est inadéquate car trop radicale, c’est pourquoi je ne la reprends pas à mon compte mais force m’est de constater que c’est chez ses ennemis déclarés qu’il trouve son plus précieux renfort. »

Toujours la même idée. Pas d’analogie. Pas d’amalgame. Il y a des ennemis de la France qui disent comme Renaud Camus et s’en réjouissent ? Honte à Renaud Camus d’être en si mauvaise compagnie…

« Le propos de Renaud Camus est indéfendable, le mot « petit bras » est absurde et atroce mais on ne peut en aucun cas accuser Renaud Camus de contestation de crime contre l’humanité ou d’apologie puisqu’il dit très explicitement que le génocide des juifs était plus criminel. Ce propos ne relève pas des tribunaux. »

Comme lors du dernier passage de Renaud Camus au tribunal, on peut être sûr que Finkielkraut, quoi qu’il en pense et en dise, trouvera un prétexte pour ne pas aller soutenir son « ami » en témoignant pour lui, je le crains.

Le mot de la fin aux deux manipulateurs :

Lévy : « C’est désolant cette autoradicalisation. »

Finkielkraut : « Oui il se radicalise tout seul. »

Lévy : « Sans même aller en prison », et elle rit, l’imbécile.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/30/elisabeth-levy-et-finkielkraut-abjects-et-ridicules-donneurs-de-lecons-a-renaud-camus/