1

En 2018, feu à volonté sur les collabos… avec la plume !

Comme nous l’avons fait pour Noël, nous vous proposons pour ce dernier journal de l’année, un numéro spécial. L’ensemble des membres de la rédaction, et quelques contributeurs, ont été sollicités pour écrire un article sur l’événement qui les a le plus marqués, en cette année 2017, et dont ils ont envie de parler.

Jacques Guillemain, Josiane Filio, Marcus Graven, Pierre Cassen, Maurice Vidal, Christine Tasin, Anne Lauwaert, Jacques Chassaing, Sophie Durand, Albert Nollet, Gérard Brazon, Manuel Gomez, Alain Lussay, Olivier Renault ont relevé le défi.

Que les procureurs zélés et les antiracistes compulsifs lisent bien le titre de l’édito jusqu’au bout : nous n’appelons pas à tirer sur les collabos à balles réelles, mais, comme nous savons le faire, avec la plume.

Nous savons ce qui attend les Français, en 2018. Toujours plus de clandestins, toujours plus de musulmans, toujours plus de « déséquilibrés », toujours plus de « voitures folles », et toujours d’innocentes victimes des assassins d’Allah.

Nous savons aussi ce qui attend nos compatriotes en 2018. L’angoisse de voir un préfet collabo imposer à leur maire de prendre dans sa commune des dizaines de clandestins, qui, par leur nombre et leur spécificité, vont transformer ce qu’il restait de mode de vie à la française dans nombre de nos petits villages.

Nous savons que Macron et Collomb vont faire leur cinéma, en faisant semblant de durcir le ton. Et bien sûr, les évêques et l’extrême gauche, main dans la main, vont gémir aux heures les plus sombres de l’Histoire, soutenus par toute la collabosphère. Et l’invasion continuera, encore et encore…

Nous savons que pour acheter la paix avec les islamistes, Macron va brader des pans entiers de notre laïcité, et que les francs-maçons et autres associations dites laïques ne diront rien, comme Mélenchon et Corbière, parce que les musulmans sont leur fonds de commerce, et les catholiques leurs seuls vrais ennemis.

Nous savons que les racketteurs qui prétendent vouloir nous protéger sur la route vont multiplier les contrôles, les mises en place de radars toujours plus sophistiqués, et que les crânes d’œuf de préfets, de chefs policiers bien planqués ou de chef gendarmes bien au chaud vont parader à la télévision, pour dire aux automobilistes qu’ils sont obligés de respecter les lois. Et les mêmes qui osent parler de la sécurité pour justifier la répression nous infligent par milliers des paisibles migrants musulmans à couteaux…

Nous savons que ces crapules vont vous faire les poches dès le premier janvier, par l’augmentation de la CSG, qui coûtera 100 euros par mois à un couple de retraités des classes moyennes. Ils vont augmenter le diesel de 10 % au nom de l’écologie, et les autres carburants de 7 %, il faut bien payer les hauts fonctionnaires inutiles, une classe politique pléthorique et les migrants grâce auxquels la France et l’Europe vont devenir la première puissance au monde, c’est Attali qui l’a dit.

Nous savons que pour Riposte Laïque, les procès vont se multiplier, ainsi que pour Christine Tasin, et ne doutons pas que l’acharnement qui a été mis contre Pierre Cassen depuis deux ans ne va pas diminuer.

Nous savons que la censure Google, Youtube et Twitter va frapper de plus en plus durement les sites résistants, essentiellement sous la pression du gouvernement français.

Et bien, malgré tout cela, non seulement ils ne nous feront pas davantage taire qu’en 2017, mais on va continuer à dire, encore plus fort, avec nos mots, quels sont les traîtres qui vendent le pays à l’ennemi. En donnant toujours davantage de noms…

En attendant, chers amis et compagnons, passez les meilleures fêtes de la Saint-Sylvestre possibles, et surtout que 2018 vous amène du bonheur, de l’amour, de l’amitié, une santé potable, et de la combativité à revendre, car, vous l’avez compris, l’heure ne sera pas à la résignation, ni à l’oubli des collabos (politiciens, journalistes, juges, universitaires, patrons et syndicalistes immigrationnistes, artistes…), dont nous vous offrons une belle brochette, en haut de cet article.

Pour passer une bonne année 2018, faisons-en passer une très mauvaise à nos pires ennemis…




Le formidable bilan de la première année du Président Trump

Dès qu’il s’est présenté, on vous avait dit que Donald Trump était un type formidable, que l’on rêve d’avoir en France.

https://ripostelaique.com/je-reve-dun-donald-trump-francais.html

Non seulement il a gagné les élections présidentielles américaines, mais il est en train de remettre sur pied une Amérique qui était en plein déclin sous Obama.

Vous pourrez lire ci-dessous, ce que la presse française, qui le hait ne rapporte jamais, et vous comprendrez pourquoi les Etats Unis vont connaitre le plein emploi, et devenir la fusée du monde…

Vous pourrez également faire une comparaison avec ce que le président Macron et son gouvernement ont accompli…

« A partir de maintenant, l’Amérique sera renforcée par nos aspirations, non grevée de nos peurs ; inspiré par le futur, non lié par les échecs du passé ; et guidé par notre vision, pas aveuglé par nos doutes. »

Président Donald J. Trump

LES TRAVAILLEURS DE L’AMÉRIQUE ET LE MOTEUR ÉCONOMIQUE

Le président Trump a mis l’économie américaine à la vitesse supérieure, créant des emplois et augmentant la richesse.

Sous la direction du président Trump, le Congrès a adopté des réductions d’impôts historiques et des mesures de soulagement pour les Américains qui travaillent dur les plus importantes depuis le président Reagan.

La Loi sur les réductions d’impôt prévoit des réductions d’impôt de 5 500 milliards de dollars, dont 3 200 milliards de dollars, ou près de 60 p. 100, vont aux familles.

Une famille typique de quatre personnes gagnant 75 000 $ économisera plus de 2 000 $ en réductions d’impôt sur le revenu.

La Loi sur les réductions d’impôt double presque la déduction standard.

La grande majorité des familles américaines pourront déposer leurs impôts sur une seule page.

La Loi sur les réductions d’impôt abrogera le lourd mandat individuel d’Obamacare.

Le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) américain a augmenté de 3% ou plus pendant deux trimestres consécutifs pour la première fois en trois ans.

Le taux de croissance du PIB au troisième trimestre était de 3,2%.

Le taux de croissance du PIB au deuxième trimestre était de 3,1%.

Pendant la première année du président Trump, près de 1,7 million de nouveaux emplois ont été créés et le taux de chômage est tombé à 4,1 pour cent, le taux le plus bas en près de 17 ans.

L’industrie manufacturière a créé 159 000 emplois.

L’industrie minière et forestière a créé 57 000 emplois.

Treize États ont atteint des taux de chômage record.

L’indice Dow Jones Industrial Average a atteint des records de plus de 60 fois sous le président Trump, incluant la clôture de plus de 24 000 points pour la première fois de son histoire.

Depuis l’élection du président Trump, plus de 5 billions de dollars de richesse ont été ajoutés à l’économie américaine.

La confiance économique a rebondi à des niveaux record sous le président Trump pendant que ses politiques pro-croissance ont et continuent à placer les ouvriers et les entreprises américaines en premier.

L’indice de confiance des consommateurs du Conference Board a augmenté en novembre pour atteindre un sommet de 129,5 en 17 ans.

L’indice des perspectives de la National Association of Manufacturers a connu la moyenne annuelle la plus élevée de son histoire.

Le président Trump a signé un décret sur l’expansion de l’apprentissage, reconnaissant le besoin de plus de solutions de rechange de qualité aux diplômes universitaires de quatre ans.

Le décret-loi met en branle un nouveau processus qui permettra aux entreprises de créer et d’adapter plus facilement les programmes d’apprentissage, offrant ainsi à un plus grand nombre d’Américains un accès à un enseignement abordable débouchant sur un emploi bien rémunéré.

Le président Trump a signé un mémorandum chargeant le secrétaire à l’éducation de donner la priorité à l’éducation STEM avec un accent particulier sur l’informatique.

Les principales entreprises et organisations de technologie du secteur privé ont promis plus de 300 millions de dollars pour amplifier l’initiative informatique du président.

L’administration Trump a donné la priorité à l’autonomisation économique des femmes en tant qu’élément clé de notre engagement en faveur de la croissance économique et de l’égalité des sexes.

Cette année, la Small Business Administration a prêté environ 500 millions de dollars de plus que l’année dernière en capital à des entreprises appartenant à des femmes.

RÈGLEMENT DE LA MISE À MORT DE L’EMPLOI

Le président Trump élimine les réglementations coûteuses et inutiles qui ont empêché les Américains de travailler dur.

Afin de contrôler les coûts de la réglementation, le président Trump a signé un décret exigeant que deux règlements soient éliminés pour chaque création.

L’administration du président Trump a dépassé le ratio de 2 contre 1, éliminant 22 règlements pour chaque nouvelle réglementation.

Au cours de l’exercice 2017, l’administration du président Trump a économisé plus de 8,1 milliards de dollars en coûts réglementaires à vie.

Le président Trump a promulgué plus de 15 résolutions de la Loi sur le contrôle du Congrès, plus que tout autre président, mettant ainsi fin aux règles et règlements contraignants de l’ère Obama.

En annonçant notre intention de nous retirer de l’Accord de Paris sur le climat, le président Trump a protégé l’Amérique contre un mauvais accord qui aurait porté préjudice à l’économie et aux travailleurs américains.

Selon une étude de NERA Economic Consulting, la mise en œuvre du plan de l’administration Obama dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat pourrait coûter à l’économie américaine près de 3 billions de dollars et 6,5 millions d’emplois industriels d’ici 2040.

Le président Trump a signé un décret-loi visant à réduire considérablement le délai d’approbation des permis pour les projets d’infrastructure allant de 10 ans à 2 ans en moyenne.

Le président Trump a éliminé la «règle de protection des cours d’eau» de l’administration Obama, qui visait injustement l’industrie charbonnière avec des coûts estimés à 81 millions de dollars par an.

PROMOUVOIR LE COMMERCE ÉQUITABLE ET RÉCIPROQUE

Le président Trump met l’Amérique en premier dans le commerce afin que les travailleurs américains ne soient pas désavantagés.

L’une des premières actions du président Trump a été de retirer les États-Unis du Partenariat transpacifique, en mettant en avant son programme pour protéger les travailleurs américains.

L’administration Trump a entamé des renégociations des accords commerciaux qui ont contribué au déficit commercial américain et ont porté préjudice aux travailleurs américains.

Des renégociations de l’Accord de libre-échange nord-américain sont en cours pour moderniser l’accord afin que tous les pays en bénéficient.

Le président Trump a travaillé pour ramener l’investissement étranger aux États-Unis afin que davantage de biens soient fabriqués en Amérique par des travailleurs américains.

Les entreprises sud-coréennes ont annoncé 64 projets qui investiront plus de 17 milliards de dollars aux États-Unis sur quatre ans et achèteront 58 milliards de dollars en biens et services.

Foxconn a annoncé qu’elle investissait 10 milliards de dollars dans le Wisconsin pour construire une usine qui emploiera directement des milliers de travailleurs et indirectement jusqu’à 22 000 travailleurs.

Toyota et Mazda ont annoncé un investissement de 1,6 milliard de dollars dans une nouvelle usine de fabrication aux États-Unis, ce qui créera environ 4 000 emplois.

À la Maison-Blanche, Broadcom Limited a annoncé le déménagement de son siège social aux États-Unis, générant des revenus annuels de 20 milliards de dollars.

Le président Trump a travaillé pour promouvoir la vente de plus de produits américains à l’étranger.

Lors de son premier voyage outre-mer, le président Trump et le roi Salman d’Arabie saoudite ont supervisé la signature d’un accord historique de 400 milliards de dollars entre des entreprises américaines et saoudiennes.

L’Administration Trump a fait de l’ application des lois commerciales américaines une priorité absolue et a déjà fait des progrès significatifs.

Pour défendre les intérêts de la sécurité nationale américaine, le président Trump a empêché une société étrangère d’acquérir une entreprise américaine pour la quatrième fois seulement dans l’histoire.

Depuis que le président Trump a été investi de ses fonctions, le Département du commerce a ouvert 79 enquêtes sur les droits antidumping et compensateurs (AD / CVD).

Le représentant américain au commerce a lui-même ouvert une enquête en vertu de l’article 301 pour déterminer si les politiques, les lois et les pratiques chinoises relatives au transfert de technologie, aux licences et à la propriété intellectuelle sont déraisonnables ou discriminatoires. C’est la première utilisation de l’article 301 depuis 2001.

Le président Trump a tenu sa promesse d’annuler le mauvais accord de l’administration Obama sur Cuba, qui a profité au régime cubain aux dépens du peuple cubain.

FAVORISER LA DOMINANCE ÉNERGÉTIQUE AMÉRICAINE

Le président Trump renverse des années de politiques qui ont bloqué l’énergie américaine et limité notre capacité à vendre à d’autres pays.

Le ministère de l’Intérieur prévoit vendre aux enchères des concessions de près de 77 millions d’acres dans le golfe du Mexique pour le forage pétrolier et gazier à partir de mars, soit la plus importante offre jamais réalisée.

Le président Trump a signé un décret visant à accroître les activités de forage pétrolier et gazier extracôtier et à réémettre un programme de location visant à développer des ressources extracôtières.

Le président Trump a agi de manière agressive pour augmenter les exportations de nos ressources énergétiques vers le marché mondial.

De nouvelles orientations permettront de financer des projets liés au charbon et à d’autres énergies fossiles, ce qui améliorera l’accès à une énergie abordable, fiable et propre dans le monde entier.

L’Administration a simplifié la délivrance de permis pour le gaz naturel liquéfié (GNL), y compris le terminal méthanier de Lake Charles.

Sous l’administration Trump, nos alliés ont reçu et continueront de recevoir des exportations américaines de GNL, ce qui évitera de dépendre de fournisseurs uniques.

Le président Trump a déchaîné le développement du pétrole et du gaz en élargissant l’accès aux ressources et à l’infrastructure nécessaire pour les mettre sur le marché.

L’administration Trump a approuvé les pipelines Keystone XL et Dakota Access, ce qui créera environ 42 000 emplois et des retombées économiques de 2 milliards de dollars.

L’Administration a accéléré l’approbation et la production de nouveaux pipelines, y compris le pipeline de New Burgos, qui exportera de l’essence américaine au Mexique.

Le ministère de l’Intérieur stimule le développement responsable du pétrole et du gaz naturel sur les terres fédérales.

Le président Trump a demandé à l’Agence de protection de l’environnement (EPA) d’annuler le plan d’énergie propre de l’administration Obama (CPP).

Selon NERA Economic Consulting, le RPC aurait augmenté les tarifs d’électricité jusqu’à 14%, ce qui a coûté jusqu’à 79 milliards de dollars aux ménages américains.

L’EPA reconsidère une règle onéreuse de l’ère Obama sur les émissions de méthane qui coûterait aux développeurs d’énergie américains environ 530 millions de dollars par an.

PROTÉGER LE PEUPLE AMÉRICAIN ET LA PATRIE

Le président Trump fait appliquer nos lois sur l’immigration, protégeant les communautés américaines et les emplois américains.

Le président Trump a exposé ses principes pour réformer notre système d’immigration afin de servir les Américains qui travaillent dur au lieu de leur faire du mal. En particulier, le président Trump a demandé au Congrès de financer un mur le long de la frontière sud, de combler les lacunes juridiques qui permettent l’immigration clandestine, de mettre fin à la migration en chaîne et d’éliminer le programme Visa Lottery.

Le président Trump a sorti les États-Unis des négociations pour un «Pacte mondial sur la migration», un plan de gouvernance mondiale de la politique d’immigration et de réfugiés qui aurait eu des implications profondes pour la souveraineté des États-Unis.

Sous la direction du président Trump, le Department of Homeland Security a pris des mesures pour mettre un terme au programme d’action différée pour les arrivées d’enfants (DACA), suite à l’évaluation du ministère de la Justice selon laquelle le DACA n’a pas d’autorisation légale.

Cette action donne au Congrès la possibilité d’envisager des solutions législatives appropriées, comme requis par notre Constitution.

L’administration du président Trump a annulé le programme d’action différée pour les parents d’Américains (DAPA).

Conformément à la promesse de campagne du président Trump, le Department of Homeland Security a lancé le bureau de Vicice of Immigration Crime Engagement (VOICE).

Depuis l’inauguration du président Trump jusqu’à la fin de l’exercice 2017, l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) des États-Unis a procédé à 110 568 arrestations d’étrangers illégaux, soit une augmentation de 40% par rapport à la même période l’année précédente.

Au cours de la même période, les renvois résultant d’arrestations ont augmenté de 37%.

Parmi les étrangers illégaux arrêtés par ICE, plus de 92 pour cent avaient des condamnations pénales ou des accusations criminelles en cours, étaient des fugitifs ICE ou étaient des réentrants illégaux.

Le nombre de pays participant au programme 287 (g), qui confère aux entités chargées de l’application de la loi des États et des collectivités locales le pouvoir délégué par l’ICE d’appliquer l’immigration dans leur juridiction, a doublé.

Au cours de l’exercice 2017, 36 pour cent de plus de membres de gangs criminels ont été retirés par ICE par rapport à l’exercice 2016.

L’administration du président Trump réprime les villes sanctuaires en améliorant l’administration des subventions fédérales pour augmenter le partage d’informations sur les étrangers illégaux.

PROTÉGER LES COMMUNAUTÉS AMÉRICAINES

Le président Trump protège les communautés américaines et rétablit la loi et l’ordre afin que tous les Américains puissent se sentir en sécurité dans leur communauté.

Le ministère de la Justice a annoncé un financement de plus de 98 millions de dollars pour embaucher 802 agents d’application de la loi à temps plein.

Le président Trump a signé un décret pour rétablir l’accès de l’état et de la police locale aux équipements excédentaires du département de la Défense à travers le programme 1033, y compris l’équipement de sécurité.

Le DOJ a travaillé avec des partenaires centraméricains pour arrêter et accuser environ 4 000 membres MS-13 jusqu’à présent cette année.

Cela inclut le chef présumé du « East Coast Program » de MS-13.

Le ministère de la Sécurité intérieure a arrêté 796 membres et associés de gangs MS-13 au cours de l’exercice 2017, soit une augmentation de 83% par rapport à l’année précédente.

En février, le président Trump a signé trois décrets visant à réprimer les organisations criminelles internationales.

En juin, le procureur général Jeff Sessions a annoncé la création du nouveau Partenariat national pour la sécurité publique, une initiative de coopération avec les villes visant à réduire les crimes violents.

RENDRE LE GOUVERNEMENT RESPONSABLE

Le président Trump respecte sa promesse de vider le marais de Washington et de rendre le gouvernement responsable.

Le président Trump a tenu sa promesse au peuple américain en plaçant Neil Gorsuch à la Cour suprême des États-Unis.

Au 14 décembre, le président Trump a nommé 73 juges fédéraux.

Vingt-deux juges ont été confirmés, dont un record de 12 juges de circuit.

Le président Trump a mis en place des normes éthiques plus élevées pour s’assurer que son administration travaille pour le peuple américain.

Le président Trump a signé un décret sur le lobbying qui comprenait une interdiction de cinq ans sur le lobbying et une interdiction à vie du lobbying pour les pays étrangers.

Le président Trump a fait don de son salaire, suite à sa promesse au peuple américain.

Pour s’assurer que le gouvernement répond aux besoins de tous les Américains, le président Trump a demandé un plan global pour réorganiser le pouvoir exécutif et a commencé à mettre en œuvre ce plan.

Le président Trump a entrepris une refonte complète des services gouvernementaux fournis numériquement.

Le président Trump a appelé à «mener une vérification complète du Pentagone». Le ministère de la Défense (DOD) a répondu à l’appel du président à l’action et a entamé sa première vérification complète des états financiers.

Le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, a appelé à une réforme des entreprises au DOD pour instaurer une discipline budgétaire et une gestion efficace des ressources.

COMBATTRE LES OPIOÏDES

Le président Trump et son administration luttent contre la toxicomanie et les abus d’opiacés.

Le président Trump a dirigé la déclaration d’une urgence nationale de santé publique pour faire face à la crise des opioïdes.

Le Conseil des conseillers économiques du président (CEA) a récemment constaté que les preuves suggèrent que les surdoses de drogue impliquant des opioïdes sont sous-déclarées jusqu’à 24 pour cent.

En avril, le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) a présenté une stratégie globale en cinq points pour lutter contre la crise de l’abus d’opioïdes.

Le ministère de la Justice a annoncé qu’il classait les substances contenant du fentanyl dans la catégorie des drogues en vertu de la Loi sur les substances contrôlées.

Quiconque possède, importe, distribue ou fabrique toute substance illicite liée au fentanyl fera l’objet de poursuites criminelles similaires à d’autres substances contrôlées.

Le DOJ a annoncé ses premiers actes d’accusation contre deux ressortissants chinois et leurs associés basés en Amérique du Nord pour avoir distribué de grandes quantités de fentanyl et d’autres substances opiacées.

Dans le cadre d’une répression de la fraude aux opioïdes, le ministère de la Justice a inculpé plus de 400 personnes, y compris des médecins et des établissements médicaux, pour avoir prescrit des opioïdes inutiles, ce qui a alimenté la crise de la drogue.

En 2017, l’Administration a fourni près de 500 millions de dollars aux États pour prévenir et traiter les abus d’opioïdes. Le budget du président pour l’exercice 2018 demande 500 millions de dollars de plus.

Le jour de la reprise nationale des médicaments, la Drug Enforcement Administration a recueilli 912 305 livres (456 tonnes) de médicaments d’ordonnance potentiellement périmés, inutilisés ou indésirables dans plus de 5 300 points de collecte.

PROTÉGER LA VIE

Le président Trump reconnaît le don précieux de la vie et protège le caractère sacré de la vie à toutes les étapes.

Au cours de sa première semaine au pouvoir, le président Trump a rétabli et élargi la politique de Mexico qui protège 9 milliards de dollars d’aide étrangère contre le financement de l’industrie de l’avortement.

Le président Trump a dé-financé une agence américaine pour s’être associée au programme brutal d’avortement forcé et de stérilisation de la Chine.

Le président Trump a travaillé avec le Congrès pour signer un projet de loi renversant un règlement de minuit d’Obama qui interdisait aux États de supprimer les fournisseurs de services d’avortement.

L’administration Trump a publié des lignes directrices promettant de faire respecter l’exigence Obamacare que les dollars des contribuables ne devraient pas soutenir la couverture de l’avortement dans les plans d’échange.

AU SERVICE DES ANCIENS COMBATTANTS DE NOS PAYS

Le président Trump veille à ce que le gouvernement honore son engagement envers les anciens combattants de notre pays.

Le président a signé la Loi sur la responsabilisation des anciens combattants et la protection des dénonciateurs pour permettre aux hauts fonctionnaires du ministère des Anciens Combattants de congédier les employés défaillants et d’établir des mesures de protection pour protéger les dénonciateurs.

Sous le président Trump, l’AV a licencié 1.298 employés, suspendu 425 et rétrogradé 73, dans le cadre des efforts du président Trump pour rétablir la responsabilité.

Le président Trump a signé la Loi sur l’amélioration et la modernisation des appels des anciens combattants après avoir adopté le Sénat à l’unanimité en août.

La loi rationalise le long processus que les anciens combattants subissent lorsqu’ils font appel des demandes de prestations d’invalidité auprès de l’AV.

Le président a signé la Loi sur l’aide à l’éducation des anciens combattants Harry W. Colmery, une étape importante pour fournir aux héros de notre nation le soutien qu’ils ont gagné.

Il finance le projet de loi sur les GI après le 11 septembre, qui prévoit des avantages éducatifs pour les anciens combattants, les militaires et les membres de leur famille, y compris les frais de scolarité, les frais, les livres, le logement et les coûts supplémentaires.

Le président Trump a signé la VA Choice and Quality Employment Act de 2017 pour autoriser des fonds additionnels de 2,1 milliards de dollars pour le programme des anciens combattants (PCV).

Fidèle à la promesse du président Trump, l’Administration a créé une nouvelle hotline de la Maison Blanche, composée de vétérans et de membres de la famille.

L’AV a accru la transparence et la responsabilisation en lançant un «outil d’accès et de qualité» en ligne, offrant aux vétérans un moyen d’accéder aux données sur les temps d’attente et la qualité des soins.

Le président Trump et le secrétaire à la VA, David Shulkin, ont annoncé trois initiatives visant à élargir l’accès aux soins de santé pour les anciens combattants qui utilisent la technologie de la télésanté:

«Où que ce soit, n’importe où VA Health Care» permet aux fournisseurs d’AV d’utiliser la technologie de télésanté pour servir les vétérans, peu importe où se trouve le fournisseur ou le vétéran.

VA Video Connect permet aux vétérans et aux fournisseurs de se connecter par vidéo à travers le pays.

L’application VAR (Veteran Appointment Request) permet aux anciens combattants de planifier des rendez-vous dans des installations VA sur des appareils numériques.

PROMOUVOIR LA PAIX GRÂCE À LA FORCE

Le président Trump est en train de reconstruire notre armée, de vaincre les organisations terroristes et de confronter les nations voyous pour protéger l’Amérique et nos alliés.

Immédiatement après son entrée en fonction, le président a dirigé la reconstruction de l’armée des États-Unis, une nouvelle stratégie de défense nationale, un examen complet de la posture nucléaire et la mise en place de moyens de défense antimissile balistiques de pointe.

Le président Trump a travaillé avec le Congrès pour augmenter les dépenses de défense, inverser complètement la séquestration de la défense, étendre notre capacité militaire et moderniser ses capacités.

Le président a autorisé le secrétaire à la Défense et nos commandants militaires à prendre des décisions, à prendre l’initiative et à gagner – sans microgestion de Washington.

Le président a dirigé la relance du Conseil national de l’espace pour développer et mettre en œuvre une nouvelle politique et stratégie spatiale nationale.

Le président Trump a dirigé l’élévation du commandement électronique des États-Unis vers un important commandement de la guerre, afin de faire progresser les efforts déployés par les États-Unis dans le cyberespace.

Le président Trump a réaffirmé la souveraineté américaine sur nos frontières en annonçant notre retrait du Global Compact on Migration des États-Unis.

Le président Trump a limité les voyages de certains pays qui ne disposent pas d’une sécurité suffisante ou partagent suffisamment d’informations.

Sous la direction du président Trump, l’EI a perdu la quasi-totalité de son territoire et de ses villes les plus importantes en Irak et en Syrie, y compris Mossoul et la capitale déclarée de l’EI à Raqqa.

Le président Trump a pris des mesures énergiques pour mettre fin aux actions agressives de la Corée du Nord et à son développement continu d’armes nucléaires et de missiles balistiques.

Avec la direction des États-Unis, le Conseil de sécurité des Nations Unies a sanctionné à l’unanimité la Corée du Nord pour ses actions voyous continues.

L’administration Trump a sanctionné les institutions financières chinoises aidant le régime nord-coréen.

Le président Trump a signé un décret présidentiel sanctionnant le commerce et le financement de la Corée du Nord, signalant au monde qu’il doit faire un choix: traiter avec les États-Unis ou le régime voyou en Corée du Nord.

Le président Trump a annoncé une nouvelle stratégie pour l’Afghanistan qui renforce notre soutien aux forces de sécurité afghanes, délègue l’autorité aux dirigeants militaires et démontre notre détermination à vaincre le terrorisme.

En réaction à la nouvelle stratégie des États-Unis en Asie du Sud, les pays alliés et partenaires de l’OTAN ont accru leurs contributions à la Mission de soutien résolue de l’OTAN en Afghanistan.

Le président Trump a approuvé une nouvelle stratégie de l’Iran visant à neutraliser l’influence déstabilisatrice régionale de l’Iran, à sanctionner le programme iranien de missiles balistiques et à décertifier le respect par l’Iran de l’accord nucléaire multilatéral.

Le président Trump a ordonné des frappes de missiles contre une base aérienne syrienne après que le régime d’Assad l’ait utilisé pour lancer des attaques d’armes chimiques contre des civils.

Le président Trump a empêché d’autres attaques d’armes chimiques en annonçant la détection de leur préparation et en avertissant la Syrie qu’elles seraient de nouveau frappées si les attaques étaient menées.

Le président Trump a imposé de nouvelles sanctions à la dictature de Maduro au Venezuela, ciblant le régime lui-même, et pas seulement les individus, pour la première fois.

Les nouvelles sanctions financières interdisent les transactions sur la nouvelle dette vénézuélienne et sa compagnie pétrolière corrompue. Le régime ne pourra plus financer sa dette en utilisant les banques américaines.

RESTAURER LA CONFIANCE ET LE RESPECT DE L’AMÉRIQUE

Le président Trump a utilisé la politique étrangère d’America First pour restaurer le respect des États-Unis à travers le monde et promouvoir nos intérêts.

Le président Trump a travaillé pour libérer les citoyens américains détenus à l’étranger, souvent en utilisant ses relations personnelles avec les dirigeants du monde.

Trois athlètes étudiants de l’Université de Californie à Los Angeles ont été libérés de Chine après l’intervention personnelle du président Trump.

Un Américain, un Canadien et leurs trois enfants ont été libérés sous la garde des talibans après que le gouvernement des États-Unis et les forces pakistanaises aient obtenu leur libération.

L’administration Trump a assuré la libération d’Otto Warmbier de la Corée du Nord.

Sandy Phan-Gill a été libérée de la détention chinoise après l’intervention du président Trump et de son administration.

Aya Hijazi a été libérée d’une prison égyptienne et accueillie à la Maison Blanche par le président Trump.

Le président Trump a donné suite à sa promesse de campagne et a reconnu Jérusalem comme la capitale de l’État d’Israël.

Le président Trump a effectué une visite historique de 12 jours à travers l’Asie, y compris des visites dans cinq pays et la participation à trois sommets régionaux pour promouvoir les intérêts de l’Amérique.

La Corée du Sud et le Japon se sont tous deux engagés à renforcer leurs relations de défense avec les États-Unis, et le Président a souligné l’engagement des États-Unis à fournir du matériel militaire avancé.

Le président Trump a renforcé la coopération entre les pays de la Quadrilatérale (États-Unis, Japon, Inde et Australie) en marge de l’ASEAN à Manille.

Le président Trump a réaffirmé l’engagement des États-Unis à promouvoir la prospérité et la sécurité dans la région, notamment en modernisant les institutions de financement du développement des États-Unis et en renforçant leur coordination avec leurs homologues japonais.

Le président Trump s’est rendu au Moyen-Orient et en Europe pour consolider les relations avec nos alliés dans les deux régions et faire pression pour des engagements et une coopération plus importants.

Le président Trump a visité La Mecque, Jérusalem et Rome, trois des lieux les plus sacrés du monde.

En Arabie saoudite, le président Trump a plaidé en faveur d’une coalition de nations pour affronter l’Iran et participé à l’ouverture du Centre mondial de lutte contre l’idéologie extrémiste.

Lors de la réunion des dirigeants de l’OTAN en mai 2017, le président Trump a persuadé nos alliés d’accepter de développer des plans nationaux pour augmenter les dépenses de défense à 2% du PIB d’ici 2024 et de rejoindre officiellement la coalition ISE.

Le président Trump a visité la Pologne et une réunion du G-20, où il a poussé à une coopération plus étroite et à des politiques américaines d’abord.

Avec les partenaires du G-20 et la Banque mondiale, les États-Unis ont défendu la création de l’initiative de financement des femmes entrepreneurs (WeFi), qui pourrait mobiliser plus d’un milliard de dollars pour soutenir les femmes entrepreneurs.

Albert Nollet




Bonne année 2018 aux Blancs (et aux autres, s’ils sont Français dans l’âme) et sus à Macron

Je vous dédie tout spécialement ce texte écrit pour vous et publié à l’attention de tous les Résistants sur Résistance républicaine

Illustration en pièce jointe : carte de voeux 2018 de Jean-Louis Chollet, notre graphiste vénéré.

Bonne année à tous les patriotes, à tous les Résistants, à tous ceux qui aiment la France et résident sur son territoire, qu’ils soient français ou pas, qu’ils soient blancs, noirs, métissés ou pas, qu’ils soient femme ou homme…

Je leur souhaite de vivre dans un immeuble, une maison, un quartier, un village, une ville… où ils se sentent chez eux. Où ils n’ont pas peur de rentrer seuls le soir. Où ils n’ont pas peur de voir leur véhicule incendié à la première occasion. Où ils ont des boîtes à lettres normales, où un facteur normal  peut mettre le courrier et les paquets. Où l’ascenseur fonctionne, tout le temps. Où l’on est heureux de rentrer sans craindre les insultes, les agressions. Où l’on n’est pas obligé de passer les nuits de ramadan dans sa baignoire pour échapper au bruit.

Je leur souhaite de pouvoir mettre leurs enfants ou petits-enfants dans de vraies écoles, avec de vrais maîtres, où l’on fait de l’histoire et du calcul, où l’on apprend à lire, où l’on apprend la Marseillaise et Hugo et non pas des chants africains, quand ce n’est pas le coran ou le « vivre ensemble ».

Je leur souhaite une école où l’ascenseur social redevienne la norme.

Je souhaite à nos enfants et petits-enfants d’être dans des écoles où ils ne vont pas la peur au ventre, où ils n’ont pas peur de travailler, d’être de bons élèves, où ils ne se font pas racketter et menacer. Où ils ne sont pas la minorité française, la minorité blanche.

Je souhaite aux nôtres un emploi, un salaire convenable, une vie digne.

Tout cela ressemble étrangement à la France des 30 Glorieuses.

Cette France-là, de l’école républicaine, de l’ascenseur sociale, du plein emploi… faut-il définitivement l’enterrer ? 

Oui, disent Macron et tous les salauds qui nous gouvernent depuis des décennies.

Il nous appartient de Résister, de manifester, de dire non, tout simplement. En nombre. Nous sommes encore majoritaires, pas pour longtemps. Seuls les Français en masse dans la rue pourront changer, inverser le sens des choses.

C’est ce que je souhaite, fondamentalement, pour 2018. Nos dirigeants n’aiment pas le désordre; n’aiment pas la désobéissance civique.

Serons-nous des millions capables de bouger, de nous mobiliser ?

 

Il le faut, pourtant, parce que l’ère Macron c’est l’ère de la finalisation.  Finalisation de la disparition de la France, du Français, de notre culture, de notre école. 

La partition,  dans les mots pour le moment, on y est.

La guerre, dans les mots pour le moment, on y est.

Ce n’est que la première étape, les mots. Qui précède, forcément, celle du sang et des larmes. Si la guerre éclate, ce ne sera pas de notre fait.

Macron est au pouvoir depuis moins de 8 mois et déjà la France est ouvertement coupée en deux par la volonté de non blancs, bobos blancs et autres musulmans  de crier très haut et très fort leur haine de ce que nous sommes. Leur haine de la France.

Mais pas seulement, le virus se développe dans tout le monde occidental, pour ne pas dire qu’il part des Etats-Unis de Soros, mais ce qui se dit et se passe dans la France de Macron, c’est du jamais vu.

Il faut dire que des députés comme Obono ou Corbière… on n’avait jamais vus.

Il faut dire que des députés  comme M’Jid El Guerrab…. on n’avait jamais vu.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/08/31/sale-arabe-le-depute-en-marche-mjid-el-guerrab-sacharne-a-coups-de-casque-sur-le-ps-boris-faure/

Il faut dire que des députés comme Bruno Studer, on n’en avait pas tant que cela.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/06/25/bruno-studer-depute-en-marche-veut-que-lislam-soit-enseigne-a-lecole-en-alsace-moselle/

Il faut dire que des députés comme celle qui  se plaint de crever de faim avec ses 5000 euros mensuels, on ne connaissait pas :

http://resistancerepublicaine.eu/2017/12/13/pauvre-deputee-en-marche-obligee-de-shabiller-chez-emmaus-avec-ses-5000-euros-mensuels/

Il faut dire qu’un Frère musulman suppléant d’un député on n’avait pas encore vu. C’est pourtant le cas de Sira Sylla :

http://resistancerepublicaine.eu/2017/06/19/un-frere-musulman-suppleant-dune-deputee-en-marcheelue-sira-sylla/

19 députés En Marche ne veulent pas que l’on diffuse les noms et photos des terroristes… Cela aussi c’est nouveau.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/08/voici-le-nom-des-19-deputes-lr-qui-veulent-interdire-de-diffuser-noms-et-photos-des-terroristes/

 

Mais tout cela n’est rien si l’on regarde ce qui a agité le landernau médiatique et politique depuis que Macron a été élu.

Récapitulatif :

Obono, député, nique ouvertement la France et les policiers qui ont brûlé dans une voiture.

Obono défend les ateliers interdits aux Blancs.

Obono protège sa copine raciste et antisémite Bouteldja.

Obono ne voit pas le problème quand un musulman refuse de prendre le volant après une femme.

Et le bras droit de Mélenchon, Corbière, défend Obono au nom de la liberté d’expression, lui qui n’a pas hésité à se mouiller pour faire interdire Pierre Cassen et Christine Tasin au salon du Bnaï Brith.

C’est aussi sous Macron que le vice-Président de l’UNEF, Hafa Askar, annonce clairement qu’il faut gazer tous les Blancs.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/12/29/hafsa-askar-de-lunef-on-devrait-gazer-tous-les-blancs-cette-sous-race/

C’est encore sous Macron que l’ignoble Tin a obtenu la disparition du nègre d’Alexandre Dumas et mène campagne pour que le souvenir même de Colbert soit éradiqué.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/11/17/nyssen-macron-ont-offert-a-tin-du-cran-la-tete-du-negre-dalexandre-dumas/

 

L’ère Macron c’est l’ère des éradiqueurs.

Pendant que ce Macro salaud parade dans le monde entier, dit tout et son contraire, manipule et ment comme un arracheur de dents, la France est, plus que jamais, coupée en deux.

Si nos ennemis osent, plus que jamais, dire des horreurs sur les policiers, à la manière d’un Kassovitz, dire qu’il faut gazer les Blancs, c’est bien parce qu’ils sentent que la France est aux mains de dhimmis, immigrationnistes fous, mondialistes décidés à faire disparaître le vieux monde.

Puissent les Erinyes les poursuivre « jusque dans les chiottes » pour paraphraser Poutine, leur apporter la peste et le choléra, en attendant que les Français ouvrent enfin les yeux et se lèvent, comme ils l’ont toujours fait, quand il l’a fallu.

On n’apprend plus cette histoire à nos enfants ? Montrons-la-leur, tout simplement !

Bonne année à tous et à ceux que vous aimez.

Christine Tasin




Nouveaux radars, drones et contrôles vidéo : 2018, la grande traque…

Traquer dans le détail l’automobiliste solvable est moins dangereux que réprimer la conduite sous l’emprise de stupéfiants.

C’est en l’espèce ce que l’honnête et sobre citoyen au volant pourrait conclure devant la monstruosité du dernier, en date, contresens mortel sur l’A6 : le chauffard était fortement alcoolisé et positif aux stupéfiants. Mais ce n’est pas tout.

Source le Journal de Saône & Loire, le 28 décembre : « FLEURVILLE- EXCLUSIF Contresens mortel sur l’A6 : le chauffeur de Cluny était fortement alcoolisé et positif aux stupéfiants Cet habitant de Cluny depuis 2016 était arrivé en France en 2014, contraint de quitter les Etats-Unis, n’ayant pas la nationalité américaine mais française, où il vivait depuis l’âge de 4 ans et ce, pour une série d’infractions commises sur le sol américain dont la consommation de drogues. Il était interdit de séjour aux USA durant dix ans.

La collision frontale a provoqué son décès et ceux d’un père de famille et sa fillette âgée 4 ans dans la nuit de mardi à mercredi sur l’A6 dans le sens Paris/Lyon à la hauteur de Fleurville, 15 km au nord de Mâcon. L’un des adolescents du couple à bord de la berline Renault Scénic a été transporté à Lyon.. »  http://www.lejsl.com//edition-macon/2017/12/28/contresens-mortel-sur-l-a6-le-chaffeur-de-cluny-etait-fortement-alcoolise-et-postif-aux-stupefiants

Le drame de la famille victime endeuillée est malheureusement un énième cas d’accident où la consommation, voire le transport de drogue à tombeau ouvert (go fast), est impliquée. Mais l’Etat préfère jouer la dépénalisation que s’attaquer réellement aux pontes du trafic. Pour chaque saisie, toujours plus « record » que la précédente, combien de came arrive à bons quartiers de non-droit. Et combien de dealers roulent en voitures haut de gamme facilement identifiables ? L’année 2018 ne devrait-elle pas être déclarée cause nationale de la répression de la drogue, au volant, et pas qu’au volant. Le travail du juge Pierre Michel, assassiné à Marseille en 1981, n’aurait-il servi à rien ? Le juge Michel. Alain Laville. Presses de la Cité. 545 pages en quatre parties et fac-similés de documents des dossiers. 1982.

France Mocks FoxNews « No Go Zones » #FoxNewHypocrites

https://youtu.be/u-tTHmrsXB8

https://youtu.be/u-tTHmrsXB8

L’honnête citoyen apprécierait une ferme volonté des autorités, traduite dans les faits, pour contrer les délinquants liés à l’automobile et les incendiaires du millier théorique de voitures brûlées pour les réveillons.

Carjacking, vandalisme, vols à la portière  https://ripostelaique.com/aubervilliers-le-voleur-a-la-portiere-accuse-sa-victime-detre-un-meurtrier.html , vols de véhicules, réseaux de revente, réseaux de pièces détachées dans la passoire Union européenne, trafics de certificats d’immatriculation, de permis de conduire… autant de priorités qui devraient être dans la ligne de mire du gouvernement Macron.

Croirez-vous aussi que l’état des infrastructures routières de France va être amélioré ?

Mais non, vous êtes loin du compte.

Au menu de la nouvelle année 2018 : encore plus de radars, encore plus de feux rouges qui flashent, vous savez ceux qui passent tellement vite d’orange à rouge, qu’ils vous laissent le choix entre un cliché souvenir tarifé ou un violent coup frein assorti du coup du lapin.

De bonnes vidéos (ci-dessous) pour tout comprendre.

Enquête exclusive – Nouveaux radars et contrôles vidéo, la grande traque des automobilistes 

https://youtu.be/5Q6Cnx0K3ZU

https://youtu.be/5Q6Cnx0K3ZU

http://video.mediabong.com/videos/59f73789aedf6.mp4?ec_rate=1300&ec_prebuf=3

Si vous voulez persister à prendre la route, sachez que 2018 vous réserve un contrôle technique à 400 points, votre Diesel à la poubelle, une forte augmentation des tarifs assurance et risque d’attentat.

Et si vous persistez encore, la bande à Hulot-Hidalgo ne vous fera pas de cadeau  https://ripostelaique.com/transition-ecologique-le-pollueur-hulot-fait-casquer-les-francais-economiquement-faibles.html : à court terme vous cracherez – très cher – au bassinet pour un gros veau hybride truffé d’électronique ou un tout électrique captif de ses 200 bornes autonomes et dont vous ne saurez pas grand chose du recyclage des batteries. Espérant toutefois qu’elles n’en viendront pas à être bridées, à l’instar de celles de certains smartphones vieillissants.

Et pour tous ceux qui ne voudraient pas finir piétons (comme disait De Funès après avoir pulvérisé la 2 CV de Bourvil ), ne rêvez pas d’une petite choucarde neuve à moins de 5 000 €.

Ces voitures existent chez différentes marques mais sont bloquées par l’U.E. Régulièrement des démentis sont opposés à leur production et le plus souvent l’argument des normes est avancé. Ben voyons !

Renault invente la voiture à 2.500 euros

En dépit d’un prétendu démenti publié par l’AFP, La Tribune maintient l’intégralité de ses informations exclusives.

Par Alain-Gabriel Verdevoye 23/11/2011,

Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

« Après avoir gagné le pari de la voiture à bas coûts, Renault veut se lancer dans le véhicule ultra-économique, deux à trois fois moins cher, selon des sources internes. Le responsable jusqu’ici de la gamme Entry (Logan, Sandero, Duster) chez Renault, Gérard Detourbet, prendra, au 1er janvier, la direction d’une équipe commune Renault-Nissan, chargée de développer l’ensemble des modèles d’entrée de gamme pour l’Alliance… et notamment une plate-forme et un moteur pour un futur véhicule à 2.500 euros !… »  https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20111123trib000666137/renault-invente-la-voiture-aentreprises-finance/.500-euros.htmlhttps://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20111123trib000666137/renault-invente-la-voiture-aentreprises-finance/.500-euros.html

Voir aussi du côté de l’Inde et de la Chine (pays non exhaustifs).

Jacques CHASSAING




En 2017, Bouteldja a été élue député, par Obono interposée

La France, et donc un certain nombre de Français (20 millions quand même…), ont donc été capables d’élire président de la République un homme qui a osé parler de « crime contre l’humanité » en Algérie (qualifiant donc nos soldats de « nazis, sans mot dire sur la barbarie du FLN) et qui a contesté l’existence d’une culture française.

Dans la même logique, on peut se demander pourquoi Houria Bouteldja, qui assume « niquer la France », en toute impunité d’ailleurs, n’aurait pas pu se faire élire député du peuple, dans certaines circonscriptions islamisées.

Mais finalement, à quoi bon se présenter dans un pays « raciste » et « colonialiste », puisque le discours des Indigènes de la République est maintenant présent à l’Assemblée nationale, grâce à Danièle Obono, à ses électeurs, et à Mélenchon, qui a permis cette forfaiture.

Par ailleurs, je l’avoue, depuis qu’elle a été élue député chez les Insoumis, dans la 17e circonscription de Paris, je savoure chaque intervention de Danièle Obono. Je bois du petit lait. Il faut le reconnaître, elle est au rendez-vous à chaque fois !

Signalée d’entrée pour sa connivence avec le « Nique la France » de sa copine Houria Bouteldja, elle refuse, devant les Grandes Gueules, de crier « Vive la France ». Et il paraît que ceux qui le lui auraient demandé seraient raciste, c’est Alexis Corbière qui l’a dit !

Obono s’est fait la main en expliquant, à l’Assemblée, que les terroristes islamiques ne se réclamaient d’aucune religion, et que la doctrine de l’Eglise était aussi dangereuse que celle du coran.

Puis elle s’est rendue célèbre en expliquant qu’un machiniste de la RATP qui refuse de conduire un bus après une femme n’est absolument pas un musulman radicalisé. Heure de gloire pour mon amie Ghislaine, qui, grâce à l’Insoumise-sauf-à-l’islam, fait la page une de Présent.

Puis elle nous a fait le coup de comparer les djihadistes aux militants de La Manif Pour Tous.

Puis elle nous a fait le coup de parler de sa camarade de combat antiraciste, Houria Bouteldja. Seul problème, même Guénolé, qui s’est déclaré « Insoumis » et n’a jamais été une lumière, a remarqué que la camarade Houria était légèrement raciste.

http://www.dailymotion.com/video/x3yoxoi

Bref, mon amie Martine Chapouton, excédée, s’set un peu lâchée sur un article, pour expliquer ce qu’était réellement Obono.

Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui, après le viol d’une Française par un musulman, expliquera qu’il y aussi le viol conjugal des Français de souche.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui, comme Clémentine Autain, parlera du viol des Russes contre les Allemandes, ou des Américains contre des Françaises, pour relativiser le viol de masse des Allemandes par des migrants, majoritairement musulmans.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui justifiera le voile islamique des fillettes en parlant du fichu de nos grands-mères, ou de la cornette des bonnes soeurs.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui réclamera du halal à la cantine, parce qu’on sert du poisson tous les vendredis.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui justifiera la lapidation musulmane en parlant des femmes tondues à la Libération.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui va justifier que la France se soumette au ramadan, en évoquant le Carême.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui va nier la surdélinquance des musulmans, en parlant des Blousons noirs des années 60.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui va justifier la construction de milliers de nouvelles mosquées par le fait qu’il y a 38.000 églises en France.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse faussement laïque, qui va gémir contre les crèches et les sapins de Noël, mais va défendre les prières musulmanes illégales dans les rues.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui va justifier les prochains appels du muezzin en le comparant avec les cloches de nos églises.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui va justifier les 280 millions de crimes musulmans commis depuis 14 siècles par la Saint-Barthélémy.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui va justifier les voitures béliers en les comparant avec les attentats de l’IRA ou de l’ETA.
Obono, c’est ce genre d’enfumeuse qui, comme ce chercheur du CNRS, publié dans Libération, va comparer Merah aux poilus de 1914.

Sa stratégie, digne d’ailleurs de celle de Mélenchon et de Corbière, est fort simple : au nom du « tout se vaut », taper sur le catholicisme, le renvoyer dos-à-dos avec l’islam, pour protéger l’offensive des disciples d’Allah, qu’ils soutiennent de toutes leurs forces, sur la société française.

Bref, c’est une ennemie déclarée de la France, une représentante de la cinquième colonne musulmane, justement épinglée par Le Figaro, auteur d’une remarquable enquête, ce week-end.

Déchaînée, la Martine !

Mais il faut revenir au vrai problème. Si Obono, qui n’est qu’un clone de Bouteldja, est à l’Assemblée nationale, et sera peut-être la première député à y siéger voilée, c’est d’abord la faute à Mélenchon et à Corbière-Garrido. Ces politiciens ont décidé que les ennemis de leurs ennemis pouvaient être leurs amis. Et donc, ils ont acheté le vote musulman en pactisant avec les Indigènes, au nom des « Insoumis ».

Il y a 14 ans, quand j’ai commencé à mener le combat contre l’islamisation de mon pays, j’avais eu l’occasion de croiser Houria Bouteldja à plusieurs reprises. Elle n’a pas changé de discours. Ce qu’elle dit aujourd’hui, elle le disait déjà en 2006, relayée par la féministe pro-voile Christine Delphy, qui a témoigné contre Pascal Hilout, apostat de l’islam, et moi, à nos procès.

Le racisme antiblanc

J’animais une réunion, en septembre 2003, dans des locaux du Syndicat du Livre, quand j’ai rencontré et entendu pour la première fois Houria Bouteldja. Elle a carrément traité, ce jour, Pascal Hilout de « bougnoule de service ». Et cette raciste n’a jamais été condamnée par un tribunal français, contrairement à Pascal.

Ce que je trouve très bien, avec l’élection et la médiatisation de Danièle Obono, qui est le clone d’Houria Bouteldja, c’est que les porteurs de valises de l’islam, qui osent se dire laïques, Mélenchon et Corbière, sont confrontés à l’ampleur de leurs reniements, de leur trahison.

Ils ont voulu acheter le vote musulman, pour avoir des députés. Cela a marché, ils en ont 18, tous obtenus dans des circonscriptions islamisées. Mais ils ont à présent Obono, qui nous fait du Bouteldja, ce qui est tout-à-fait normal.

Porteurs de valises de l’islam par dogmatisme, haine du catholicisme, rejet du modèle occidental et clientélisme, Mélenchon et Corbière n’ont pas fini de manger leur chapeau. Et bien évidemment, quand leurs électeurs musulmans de 2017 auront de vrais candidats estampillés halal, pour les représenter, au mieux ils enverront les Insoumis dans les poubelles de l’Histoire, au pire, ils leur feront subir ce que les islamistes ont fait aux militants du parti Toudeh, en Iran, en 1980.

En attendant, j’espère que le cru Obono 2018 sera au moins égal à celui de 2017…

Pierre Cassen




Le temps d’un débat raté, et la maison Le Pen s’effondra…

Les événements qui ont marqué l’année 2017 sont légion, mais pour ma part, comme beaucoup de patriotes, je retiendrai deux  sujets de satisfaction, à savoir l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, ainsi que l’écrasement total de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie.

Mais j’ajoute un motif de grande déception : l’effondrement de Marine Le Pen lors du dernier débat présidentiel face à Macron. Je me limiterai à ce sinistre épisode. Dans trente ans, on en reparlera encore.

Un séisme auquel les électeurs frontistes ne s’attendaient pas, tant la campagne de Marine avait été  flamboyante durant des mois, jusqu’à l’apothéose du mariage avec Dupont-Aignan. Une idylle de courte durée…

La chute en fut d’autant plus dure et le jugement de ses fans d’autant plus sévère.

Au lieu des 43% de suffrages attendus et des 80 à 100 députés espérés, le FN ne récolta que des miettes, ne parvenant même pas à former un groupe à l’Assemblée.

Et pour couronner le tout, Marion, exaspérée, s’en est allée vivre loin de la politique et Florian Philippot a claqué la porte pour fonder son groupe de Patriotes, se disant “soulagé” d’avoir quitté le navire.

« Ils ne savent plus où ils habitent. J’ai senti cela très vite. Ils ne savent plus ce qu’ils pensent sur beaucoup de sujets, ou bien ils ne s’expriment plus sur beaucoup de sujets de peur de devoir trancher des opinions qui ne sont pas fixées, parce qu’il n’y a plus de colonne vertébrale, a-t-il déclaré, disant ressentir du « soulagement, vu l’évolution avant que je ne parte  du FN et vu l’évolution depuis ».

Pour Philippot, le FN est dorénavant un adversaire politique comme un autre.

Voilà donc maintenant plusieurs mois que le Front national travaille à sa refondation, tentant de panser ses plaies et de masquer ses divisions.

Marine avait réussi à briser l’image d’un parti raciste et antisémite, parvenant ainsi à crever plusieurs plafonds de verre lors de chaque élection.

Entre la ligne identitaire de Marion et la ligne sociale de Philippot, Marine avait su maintenir un cap médian très rassembleur, puisque le FN s’était hissé au rang de premier parti de France lors des élections régionales de 2015.

Seul l’effacement du PS dans le Nord et en PACA,  accompagné d’une odieuse campagne de peur menée par Manuel Valls, avait empêché Marine et Marion de rafler la mise après un premier tour historique.

Mais ce que Marine n’a pas compris au cours des présidentielles, c’est que les Français ne voulaient pas entendre parler d’une sortie de l’Union Européenne ou d’un abandon de l’euro.

Ses contorsions et volte-face de dernière minute, avec deux monnaies, l’une nationale et l’autre commune, ont brouillé les esprits et fourni à ses adversaires l’arme fatale anti-FN sur un plateau.

Comment aurait-elle pu défendre un projet aussi mal ficelé ? Macron l’a laissée s’enferrer toute seule sur l’euro.

Et pourquoi ne l’a-t-elle pas attaqué sur ses points faibles, immigration, identité et insécurité ? Mystère. Assez vite désarçonnée, elle n’a jamais pu se remettre en selle.

La question aujourd’hui, est donc  de savoir laquelle des deux lignes l’emportera, identitaire et libérale ou toujours très sociale.

Les nostalgiques de JMLP espèrent un virage à droite et un retour aux fondamentaux. Mais dans ce cas, comment récupérer les électeurs de gauche partis rejoindre les Insoumis de Mélenchon ? Pas simple.

Le problème est que son programme reposait entièrement sur une sortie de l’Europe pour recouvrer notre souveraineté territoriale, monétaire, judicaire, budgétaire etc..

Difficile d’agir au sein du carcan européen qui nous paralyse.

Le 16e congrès du FN aura lieu en mars 2018 à Lille, après avoir consulté ses militants sur un large questionnaire. Nous en saurons un peu  plus.

Certes, Marine bénéficie encore d’un socle incompressible d’inconditionnels du Front National, d’autant plus qu’elle est la seule à vouloir répondre au malaise identitaire et à l’explosion de l’insécurité.

Mais ce débat raté a montré ses limites et révélé de graves lacunes quant à sa capacité d’accéder à la magistrature suprême.

Marine, qui a si longtemps tenu la scène médiatique, attirant les journalistes du monde entier par son ascension fulgurante dans les sondages, aura bien du mal à restaurer sa crédibilité.

Voilà des mois qu’elle n’est plus au cœur du débat politique et que le FN est devenu inaudible.

Bien sûr, le PS et les Républicains sont dans un état de décomposition encore pire, mais ce qu’attendent les électeurs frontistes et tous les patriotes en général, c’est un leader qui sache enfin répondre à la crise identitaire et mettre un terme à la décomposition de la nation, suite au tsunami migratoire et à l’offensive islamiste.

Et ce leader qui nous sauvera du naufrage, je ne pense pas que ce soit Marine.

Jacques Guillemain




2018 : quelles “valeurs” gagneront la bataille ?

En période de fête, le terme “valeur” s’impose encore davantage que durant le reste de l’année. Bataille sur les crèches de Noël, publicité pour un vin sans alcool à destination des musulmans, couverture de Der Spiegel où Jésus et Mahomet sont frères en islam, gamine en hijab manipulée pour nous souhaiter de « Joyeuses fêtes »…

Sur un plateau de télévision, présentation de menus de réveillon : une femme vegan avec un plat au tofu, avance des valeurs pour justifier sa recette insipide. Face à cette dinde farcie de manichéisme débilitant, personne n’analyse les valeurs propagées par le foie gras, les huîtres, le chapon.

Dans son pompeux discours papal, François 0 soutient les migrants, souhaite que les catholiques leur réservent un accueil bienveillant au nom de valeurs chrétiennes. Les organisations caritatives, les passeurs consciencieux, les hébergeurs à la bonne franquette clament leur attachement aux valeurs “humanistes”.

Qui en Europe de l’Ouest oserait affirmer avec Viktor Orban, que le commandement “aime ton prochain comme toi-même” signifie que nous devons d’abord aimer «notre pays, notre nation, notre famille, la culture hongroise et la civilisation européenne».

On remarquera que le pape oublie de s’interroger sur les valeurs de ces hommes qui débarquent en Occident, violent, égorgent, foncent avec des véhicules dans les foules, sur les valeurs d’une jeunesse musulmane qui fuit les difficultés de l’Afrique et du Moyen Orient pour venir imposer ses lois chez nous.

L’Union européenne veut frapper les pays réfractaires au grand mélange. Et un de ces commissaires, Dimitris Avramopoulos lance que « les migrants d’Europe sont là pour rester, appelle à « trouver un foyer » pour tous les réfugiés, ce qui, pour lui, est « un impératif moral » mais également « un impératif économique et social pour notre continent vieillissant » ».

S’opposer, comme Viktor Orban, à l’invasion au nom de la patrie, de la nation, de la famille, de la culture occidentale, de la civilisation européenne, c’est la certitude d’être estampillé raciste, fasciste, souchien, en résumé non-humain. C’est la certitude de se retrouver, non plus devant l’homme de la justice divine, le curé en soutane – cette forme de jugement supraterrestre a disparu – mais devant son équivalent profane, en robe, le juge, l’homme de la justice temporelle.

Et là, pas de quartiers. Si les élites politiques, médiatiques, économiques, chrétiennes sont prêtes à une inclusion sans fin (halal, burkini, GPA, troisième genre, écriture inclusive…), imposant un relativisme prédateur dans notre quotidien, seuls les résistants modèle Orban doivent être exclus.

Cela va de la mort sociale en passant par la mort économique (9000 € parce qu’un juge n’accepte pas que l’on puisse écrire que l’Aïd est un apprentissage de l’égorgement) jusqu’à la mort totale (rédaction de Charlie-Hebdo, assassinat de Theo van Gogh…).

Les valeurs anciennes, si consistantes, qui nous protégeaient, après avoir été remises en question, ont ainsi été métamorphosées en antivaleurs. Patrie, famille, école, culture, traditions ont été transformées en virus mortel.

Le Bien d’hier est devenu le Mal d’aujourd’hui.

En Europe occidentale, les médias jouent un rôle essentiel dans cette redistribution. En diffusant partout les mêmes clichés, les mêmes simplifications (l’islam, religion d’amour, de paix et de tolérance ; l’islam, ce n’est pas ça ; pas d’amalgame ; les premières victimes des attentats sont les musulmans…), ils sont les agents de l’unification idéologique planétaire.

Jamais, pour eux, l’islamisme n’occupera la place du nazisme en tant que perversité absolue de la pensée, jamais les jeunes migrants, violents, islamisés jusqu’au dernier neurone ne prendront le rôle des envahisseurs barbares, jamais la haine pour les Blancs ne sera raciste.

Cette inversion des valeurs, ce chamboulement idéologique nous confirme que toute civilisation est mortelle, que notre monde occidental est périssable. Et en train de périr.

Comme le poisson, il a commencé à pourrir par la tête à coups de terreur molle, de mantras politiquement corrects, de conjuration qui accuse de complotisme ceux qui la dénoncent.

Le reste du corps suivra-t-il ?

Nous sommes à l’instant fatidique.

2018 sera-t-elle l’année de la renaissance d’un esprit de combat (Trump, le Brexit, le coalition au pouvoir en Autriche) ou celle de l’accélération de la chute de l’Occident ?

Qui vivra verra.

Il ne nous reste donc plus qu’à pratiquer gaillardement le métier de vivre.

Marcus Graven




Voeux : j’ai rêvé que le Président Macron parlerait comme un patriote

J’ai fait un rêve ! J’ai rêvé que mon président de la République faisait un discours renversant au soir du 31 décembre 2017. Un discours mémorable, un discours extraordinaire. Je me souviens encore, dans les grandes lignes, des principaux faits marquants.

******

 

Chers Françaises, chers Français, chers compatriotes, de France et d’outre-mer.

Je vous ai menti. J’ai fait tout ce qu’il fallait faire pour être élu. J’ai dit tout ce que les gens de la bien pensance voulaient entendre. J’ai négocié avec les acteurs financiers, j’ai dit que je ferai toutes les réformes qu’ils souhaitaient ! J’ai menti, et je vous le dis aujourd’hui, à l’aube de cette année nouvelle 2018, que je n’en ferai rien.

Chers compatriotes, je ne chercherai pas à diminuer votre protection sociale, ni même à faciliter vos licenciements et engager une réforme permettant une précarité plus forte, et encore moins, à favoriser les délocalisations.

Chers compatriotes, si j’ai menti, c’est pour votre bien ! C’est pour que vous ayez un président qui soit à votre écoute, qui sache qui vous êtes, et vous soutiendra. Si je vous ai menti, c’était pour mieux tromper cette gauche laxiste, cette gauche socialiste qui, à travers tous les courants de la vie politique, entraînait la France dans le précipice et la décadence.

Si je vous ai menti, c’est pour tromper les millionnaires qui tiennent les rênes du pouvoir médiatique, qui financent les journalistes en leur mettant le couteau sur la gorge ! Ô certes, il n’a pas fallu beaucoup les forcer, juste un mot par ci, un froncement de sourcil par là, et quelques mises au point rapides, dans les bureaux des différents présidents de chaînes. Ce qui m’a permis d’inonder les magazines, les premières pages, les gros titres, etc. Je m’étais souvenu de cette phrase de Platon : L’opinion est quelque chose d’intermédiaire entre la connaissance et l’ignorance. Je connaissais votre ignorance, et surtout la connaissance de ceux qui font la pluie et le beau temps dans les sondages, pour influencer votre opinion.

Je vous ai menti parce que je savais, comme le disait George Orwell, que« le premier effet de la pauvreté est de tuer la pensée ! On n’échappe pas à l’argent du simple fait d’être sans argent ». Je savais que face au rouleau compresseur de la bien pensance, aux ravages du chômage au mépris de ceux qui se retrouvent avec un minimum pour survivre, je n’avais aucune chance de me faire élire, moi qui avais tout. Les médias depuis tant d’années, déterminent la pensée unique parmi la grande majorité des citoyens. Cette pensée unique qui décide, et façonne l’opinion !  « La pensée guide les mots, car c’est le vocabulaire qui est la clef de la victoire ».

Alors oui, ce soir je vous le dis, j’ai menti pour vous, et contre cette intelligentsia.

Je vais revenir en 2018, sur les fondamentaux de la France éternelle. Forcer la main des oligarques de Bruxelles, ceux qui décident de tout, et ont fait de notre pays, une France moribonde. Une France sans gloire, sans avenir, puisque le seul qui leur convient à terme est celui d’une province de seconde zone !

Je vais réviser les lois sur l’immigration et interdire celle-ci sans un minimum de contrôles et favoriser le retour des étrangers, des clandestins. Que cela plaise ou non à Bruxelles. Pour cela, je vais rétablir les frontières physiques de la France. Lancer une vaste campagne d’embauche de douaniers, et un plan de relance pour des investissements sécuritaires.

Je vais modifier les lois qui interdisent l’autodéfense, et qui pénalisent aujourd’hui l’agressé, par rapport à l’agresseur : fait de la victime, un coupable parce qu’il s’est défendu.

Je vais lancer une vaste étude sur les associations qui bénéficient des subventions de l’état à des fins scélérates, en utilisant le racisme, qui est condamnable bien sûr, comme outil de guerre de subversion et de déstabilisation de la France millénaire, et de ses valeurs. Nous étions un phare, nous sommes devenus une lanterne !

Pour ce faire, j’utiliserai le référendum populaire pour inscrire dans la constitution, la liberté d’expression sur tous les sujets, afin que soit interdit, par la suite, qu’une simple loi puisse entraver voire condamner le libre et juste débat sur des sujets historiques de fond, comme la traite négrière par exemple, commise par une minorité de Français et non le peuple de France, ou la colonisation qui ne fut pas exclusivement et seulement un crime, ce qui devrait aussi favoriser une juste étude et un vrai débat sur le génocide Vendéen commis par la République, qui est le plus souvent interdit par la bien pensance, de même sur les crimes des révolutionnaires de 1793 !

Toute association ayant pour but de salir la réputation de la France ou désirant interdire la liberté d’expression se verra privée de subventions à tous les niveaux. De l’état à la plus petite commune. Aucune association, hormis celui du soutien à ses adhérents, ne pourra se prévaloir de réclamer justice gratuitement, et devra assumer ses dépenses jusqu’au jugement. 

Nul ne peut se prévaloir d’être à l’abri de la justice. Je refonderai donc le système judiciaire en interdisant le syndicalisme qui a pu produire une honte comme le « mur des cons » sans qu’aucune sanction n’ait été prise à l’encontre des auteurs. Je mettrai en place un organisme qui jugera sur le fond les auteurs d’erreurs judiciaires, ainsi que des erreurs commises par les juges eux-mêmes. L’indépendance judiciaire devra être une réalité à tous les niveaux, y compris politiques.

De même pour la Police qui ne devra plus être une victime facile, par une certaine presse, ou par des idéologues fascistes et anti France. A contrario, cette Police devra être irréprochable, tout en ayant les moyens de poursuivre tous les délinquants, y compris dans les zones de « non droit » que je vais réintégrer rapidement dans le giron républicain en intervenant dans les cités empoisonnées par la délinquance, et par les adeptes d’un islam radical.

Ce travail d’assainissement passera par une refonte de la nationalité. La double ou triple nationalité sera interdite ! Un choix devra se faire dans l’année 2018, et chacun devra se déterminer. Ne resteront sur le territoire de France, que les Français et les étrangers en situation régulière.

Toutes personne étrangère condamnée en justice, devra faire sa peine dans son pays d’origine. Des accords bilatéraux seront négociés avec les pays des condamnés. En cas de refus du pays concerné, la peine sera effectuée jusqu’à la signature de l’accord et dans tous les cas, ils seront expulsés. L’étranger sera interdit de retour à vie.  Il est évident que tout pays refusant de s’engager sur ces accords bilatéraux, se verra privé de facilités commerciales.

  J’ai bien l’intention de dénoncer le boycott contre la Russie, favoriser l’entente cordiale avec les pays de l’Est comme la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, l’Autriche, la Slovénie, etc., et constituer un groupe de pression pour une réforme de l’Union Européenne, vers  une Union des Nations Européennes !

Chers compatriotes, je ne sais pas si je pourrai aller au terme de mon mandat. Si les forces qui régissent notre monde, me laisseront faire, la tâche va être rude. J’ai besoin de vous ! De votre soutien ! 

Je vous le dis comme l’aurait dit le Général de Gaulle : La fin de l’espoir est le commencement de la mort. Le caractère c’est d’abord de négliger d’être outragé ou abandonné par les siens.

Ensemble nous vaincrons ! Vive la République, vive la France

**************

Quel beau discours, n’est-ce pas ? Ce n’était qu’un rêve merveilleux, un restant de Noël. Dommage que j’en ai oublié la plus grande partie.

Gérard Brazon (Libre d’expression)




Daniel Cordier mérite plus que quiconque la Légion d’Honneur

Nous n’avons pas la liste complète des 336 personnalités qui se verront attribuer la « Légion d’Honneur » ce 1er janvier 2018, mais le nom de Daniel Cordier est avancé et nul ne méritera mieux que lui la « Grand-croix ».

Lui, qui à 97 ans, fut l’un des plus grands résistants de France durant la guerre de 39/45 et l’occupation nazie.

Cet ex-camelot du Roi fut l’un des premiers, avec quelques autres de la droite française alors que la gauche, et surtout les communistes, collaborait avec l’ennemi, à rejoindre Londres dès 1940.

Membre du BCRA (Bureau Central de Renseignement et d’Action) il était mieux placé que quiconque pour nous instruire sur la résistance.

Missionné par de Gaulle auprès de Jean Moulin comme secrétaire particulier, mais surtout avec ordre de tenir sous surveillance cet homme de gauche qui n’avait pas toute sa confiance, Daniel Cordier tombera sous le charme de celui qui dirigera plus tard le CNR (Conseil National de la Résistance) et il le servira fidèlement jusqu’à sa disparition.

Lors du procès, Daniel Cordier témoignera en son âme et conscience et dénoncera la culpabilité de René Hardy dans la trahison de Caluire et l’arrestation de Jean Moulin.

René Hardy qui fut le plus proche collaborateur d’Henri Frenay, responsable du réseau « Combat ».

Jean Moulin avait parfaitement compris la stratégie de De Gaulle qui ne souhaitait pas que des groupes de résistants trop puissants et bien armés s’opposent, le moment venu, à sa volonté de prendre le pouvoir dès la libération et notamment le CNR.

Derrière son bureau de Londres, de Gaulle n’hésitera pas, jusqu’en 1943, à opposer la résistance de droite aux communistes et à la gauche, Pierre Brossolette et Henri Frenay à Jean Moulin et Raymond Aubrac.

Les oppositions internes entre résistants français étaient palpables et les divergences politiques et stratégiques nombreuses.

Ni le réseau « Combat », ni l’ORA (Organisation de Résistance de l’Armée), sous le commandement du général Frère, ni l’Armée Secrète, sous les ordres du général Delestraint, ni Défense de la France, d’extrême droite, ne feront obligeance à la France Libre. Ils estimaient que « Les résistants de Londres étaient bien payés, bien nourris, n’avaient pas à se battre ni risquer leurs vies, loin de l’occupation nazie ».

Henri Frenay (qui avait fondé le réseau « Combat ») n’hésitera pas à écrire : « J’accuse le général de Gaulle de n’avoir pas entendu, et sûrement pas compris, l’appel passionné de tout un peuple et d’avoir éteint la flamme de la résistance. »

Pour de Gaulle, Jean Moulin va beaucoup trop loin et s’oppose directement à sa volonté, lorsqu’il constitue le Comité Français de Libération Nationale dont il confie la co-présidence au général Giraud (qui est, comme on le sait, le principal opposant aux ambitions gaullistes).

René Hardy doit rencontrer le général Delestraint, chef de l’armée secrète, le 9 juin 1943 devant l’entrée du métro «Muette».

Alors qu’il se rend à ce rendez-vous, Hardy, déjà sous surveillance (à cause de sa récente maîtresse l’irrésistible Lydie Bastien, rencontrée en janvier 43 et qui est une collaboratrice de Klaus Barbie) est intercepté à la gare de Laroche-Migennes, dans le train qui le conduit à Paris (il s’évadera quelques jours plus tard, suite à un arrangement avec la gestapo).

Le général Delestraint est lui arrêté par la gestapo ce jour-là et, comme le général Frère et Jean Moulin, il mourra en déportation.

On ne peut que constater que plusieurs chefs de réseaux de droite furent dénoncés et remplacés souvent par des communistes à dater de 1943.

C’était le premier coup fatal porté à la résistance intérieure et il entraînera irrémédiablement le suivant,  l’arrestation de Jean Moulin douze jours plus tard, le 21 juin à Caluire.

Tous ces faits véridiques nous sont rapportés par Daniel Cordier dans son remarquable livre.

La suite nous la connaissons, Georges Bidault sera nommé responsable du CNR et permettra à de Gaulle de pénétrer dans Paris et de descendre les Champs Elysées en libérateur de la nation. Il deviendra, par la suite, l’un de ses plus farouches opposants jusqu’à remplacer le général Salan à la tête de l’OAS.

Manuel Gomez




Adieu année 2017 pourrie, à nous deux année 2018, celle de la Résistance

Merci, messieurs-dames les traîtres islamo-collabos, nous n’oublierons pas !

C’est sans regret que je dirai adieu à cette année 2017 pourrie qui, à quelques exceptions près, a tellement déçu les patriotes, leur volant le prévisible succès de leur championne au profit d’un usurpateur, soutenu par la grande finance n’ayant cure de la misère mondiale mais sachant l’utiliser à outrance pour nous culpabiliser, tout en ne se refusant rien, aux frais des contribuables.

Bien sûr 2017 n’a pas été que triste et décevante, puisqu’elle a vu également les retrouvailles des patriotes-résistants, ayant pu accourir à Paris pour le dixième anniversaire de Riposte Laïque, qui fût un grand moment festif, émouvant et exaltant, distillant aux présents l’espoir d’une reconquête et l’énergie nécessaire pour y parvenir… grâce au talent et à la fougue patriotique de tous les intervenants, y compris ceux qui de loin témoignaient par message interposé.

A titre personnel, ce fût aussi pour moi l’occasion de me pencher sur le dixième anniversaire du décès de mon père chéri, et bien qu’il me manque terriblement, me réjouir finalement qu’il ne soit plus là pour constater l’état de déchéance de « sa » France et du nombre insupportable de traîtres responsables et coupables de ce crève-cœur.

En 2017, contrairement à toutes les promesses électorales, une majorité de Français se trouvent bien moins lotis que ceux dont le sésame « migrant » donne droit à toute la considération des politiques-journaleux-artistes-sportifs-associations bidons… contre l’abandon total : financier, moral, et physique, de ceux que des ordures ont baptisés les « souchiens », évitant bien de souligner qu’ils l’écrivent en deux mots.

Fin 2017, les crétins qui ont fait élire la marionnette des puissants de ce monde, bien décidés à renforcer leur domination, par la soumission des populos à leur unique avantage, n’ont toujours pas compris que l’ersatz de président qu’ils ont mis en place, se révèle déjà bien plus dangereux que tous ses nocifs prédécesseurs lui ayant si bien préparé le travail.

Aux patriotes-résistants de tout mettre en œuvre pour lui savonner cette planche qu’ils n’aurait jamais dû atteindre !

Mais ma plus grande souffrance aura été, comme pour tant d’autres patriotes, non seulement l’échec de Marine Le Pen, trébuchant sur la dernière marche du podium, alors qu’elle avait réalisé une campagne admirable, où étaient seulement à déplorer les demi-mesures préconisées par Florian Philippot, dont elle aurait dû se séparer bien plus tôt.

Nous n’ignorons pas l’impact qu’a eu sur ces déplorables élections, l’armée des bisounours, idiots-utiles du système, faisant leur le refrain gauchistes « tout sauf le FN », au point d’élire le pire candidat possible, puisque directement adoubé par les grands argentiers mondiaux.

Nous savons tous que ces élections n’ont été qu’une monstrueuse mascarade, où tous les plus vils coups-bas, les plus basses besognes, ont été réunis pour perdre férocement ceux qui « dérangeaient » le système… y compris ceux qui avaient déjà eu l’occasion de montrer leur adresse dans le retournement de veste, mais qui auraient été plus longs à « mater » qu’imposer directement leur pion, désigné de longue date.

Sauf que le plus douloureux, alors que tant de perdants se sont vite « refait une santé » en se vendant sans tarder au « nouveau maître », a été de constater la légèreté avec laquelle MLP a géré cette défaite ; dansant peu de temps après les résultats, s’enfermant dans un silence angoissant pour ses « adeptes » pendant tout l’été… pour réapparaître à la rentrée, comme si de rien n’était, ne se donnant aucunement la peine de nous livrer son analyse des événements, et le plus grave, se comportant en maître absolu, c’est à dire ignorant la candidature d’au moins un adversaire désirant l’affronter pour le prochain vote de la présidence du parti, en déclarant aux médias qu’il n’y avait aucun candidat.

Le mensonge étant à mon sens, avec le reniement, le pire de toutes les trahisons, j’avoue être un peu dubitative face à cette attitude, ressemblant tellement aux reproches d’anciens et fidèles adhérents, que j’avais crus à l’époque dictés par l’amertume de n’être pas plus écoutés.

Aujourd’hui de fait, je ne peux que constater que les courriels de madame la présidente, ne sont jamais des réponses à nos missives personnelles, mais presque exclusivement des appels aux dons pour sauver le navire FN en grande difficultés.

Quel dommage, non seulement Marine n’a pas réussi à ce jour à faire digérer la défaite à ses plus fidèles électeurs, mais elle semble de plus en plus se diriger vers les mêmes travers que ses adversaires des partis adverses ; sourires de façade, mépris en coulisse.

Malgré tout, ayant heureusement l’optimisme chevillé au corps et à l’esprit, il en faut plus pour me sabrer totalement le moral, sachant à quel point de nombreux vrais patriotes s’activent dans différents organes ; le vœu le plus cher que je fais pour la France et les Français qui l’aiment, c’est que les chefs de ses différentes entités sachent mettre leur ego dans leur poche pour savoir unir leurs troupes pour une résistance commune, seule possibilité de renverser la vapeur.

Espérant également que la lumineuse, talentueuse et sincère Marion Maréchal-Le Pen, saura reprendre le collier et se joindre à la coalition de l’espoir, et qui sait… peut-être en prendre les rênes ?

En attendant, croisons les doigts et sachons répéter chaque jour le bréviaire du résistant occidental face à l’islam :

Et quoi qu’il en soit, j’adresse à tous les patriotes-résistants mes souhaits pour :

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression