1

2018 va-t-il voir l’Eglise catholique se rallier définitivement à l’islam ?…

En 2018, L’Eglise catholique va-t-elle passer avec armes et bagages chez l’ennemi islamique ?…

Parce que là, c’est déjà bien parti : on a une Eglise de la dhimmitude dans toute sa splendide horreur et beaucoup de chrétiens se sentent abominablement trahis.

Tous les prêtres de l’Eglise ne trahissent pas, bien sûr. Certains – ils se comptent sur les doigts d’une seule main – résistent. Le plus connu d’entre eux est Henri Boulad, jésuite égyptien. Le moment venu, on  décorera ces résistants, c’est sûr. On les lit quelquefois avec bonheur parmi les commentateurs de RL…

D’autres souffrent en silence mais n’osent rien dire. Pourtant, Saint Paul dit qu’il faut se corriger et s’enseigner les uns les autres. Les chrétiens peuvent donc corriger le Pape, quand il se trompe.

Mais une énorme majorité de cathos a emboîté les pas du Pape François. C’est si facile de le déclarer infaillible même en politique, ce qu’il n’est évidemment pas. C’est si facile d’obéir sans réfléchir. Et puis François renforce l’inconscience de ceux qui ne se posent pas de questions, des déjà dhimmis, des collabos. De ceux qui ont un intérêt dans une collusion avec l’islam.

Certains diront : « on se moque bien à RL de ce que pensent les catholiques. » Ils auront tort, car les catholiques représentent une force, et ils votent. Ils agissent. Beaucoup sont pro immigration par sottise ou par snobisme. Et à cause des positions de François.

On assiste de plus en plus à des prières « oecuméniques » qui mélangent cathos et musulmans. Des musulmans sont invités à « psalmodier » le coran dans des églises. Des chrétiens vont rompre le jeûne dans des mosquées. Il y a des pèlerinages « islamo-chrétiens. » Des paroisses partagent leurs murs avec les musulmans du coin. Bref, un relativisme qui introduit le loup musulman dans la bergerie catholique.

Et les évêques ? Pense-t-on assez au rôle de communication des évêques ?… Il y a l’évêque qui dit que cela ne le gêne pas de réciter la chahada (profession de foi musulmane) et celui qui tolère un « allah akhbar » sur sa cathédrale. Celui qui dit que manger halal ne le gêne pas. Ou celui qui estime qu’il faut donner des cours d’islam et installer des salles de prières musulmanes dans les écoles catholiques, « car l’avenir est avec l’islam » .

Il y a aussi le curé dont l’église a dû être reconstruite parce qu’elle avait reçu un cocktail molotov (lancé par qui ? Vous avez des doutes ?…) et qui n’a pas osé reconstruire de clocher « pour ne pas froisser les musulmans ».

Il y a surtout le Pape, dhimmi magnifique, pas un jour ne se passe sans qu’il ne s’extasie sur l’islam, belle religion spirituelle, et n’exhorte les catholiques à recevoir chez eux toujours plus de migrants, dans une quasi idolâtrie du migrant musulman. Alors que son rôle en tant que pasteur du troupeau serait de défendre ses brebis attaquées. Mais des chrétiens d’Orient en voie de disparition, il n’a visiblement rien à cirer. Et des chrétiens d’Occident, visiblement rien non plus. Sous son règne, les églises se vident comme jamais. Les chrétiens en sortent en foules compactes, comme d’un moulin. Pour ne plus y revenir.

Puisqu’islam et christianisme sont bonnet blanc et blanc bonnet, pourquoi les catholiques ne deviendraient-ils pas musulmans ? Pensent les esprits faibles, ignorant les incompatibilités profondes et irréconciliables qu’il y a entre les deux religions.

Les musulmans, eux, seraient ravis, cela résoudrait si bien leurs problèmes de lieux de culte. Ils investiraient toutes les églises sans coup férir.

En 2018, il y aura de plus en plus de glissements, de compromissions. On dira de plus en plus chez les cathos que l’islam est une belle religion d’amour et de paix. On s’extasiera de plus en plus devant l’islam. On gommera de plus en plus les différences entre Jésus et Issa, entre Marie et Mariam. Les chrétiennes se voileront, par solidarité avec les musulmanes. On aura de plus en plus peur des musulmans, qui s’en amuseront bien. Parce que c’est la peur qui fait le dhimmi tremblant.

On finira par croire avec François que la sécurité individuelle des migrants prime sur la sécurité nationale. Et qu’il faut abandonner, s’abandonner. Et puis tout à coup, les catholiques deviendront musulmans, par paroisses entières, à commencer par celle du Vatican…

D’ailleurs bien des chrétiens sont devenus musulmans de force, par le passé. Les chrétiens du Maghreb, par exemple. Alors les chrétiens pourraient bien le devenir un jour de leur plein gré, pour changer !… Pourquoi pas ?

Les catholiques pourraient, par paresse, par peur, par charité mal comprise, par panurgisme avec leurs chefs, par effet de mode car l’islam est à la mode même chez eux, sauter dans le vide et dire Inch’Allah. S’allier avec le diable.

Plus terrifiant que tout, Laurent Dandrieu estime dans « Eglise et immigration le grand malaise, le pape et le suicide de la civilisation européenne », page 11, que le jour où l’Europe se réveillera et décidera de reprendre le contrôle de son destin dans la lutte contre l’islamisation, c’est l’Eglise catholique qui sera le plus décidé de nos adversaires. L’Eglise se dressera pour nous empêcher de nous défendre contre notre extermination programmée. L’Eglise catholique, ennemie numéro un du peuple français ?

L’année 2018, l’année de tous les effrois et de toutes les trahisons, de tous les Judas ? On le saura bientôt.

Sophie Durand