1

Mon voisin est terroriste, je viens de l’apprendre par hasard…

« Mon voisin est un terroriste. Je viens de l’apprendre, par hasard. »

Ainsi me parle cette connaissance, rencontrée dans la rue, blême évidemment. On le serait à moins.

« En vacances à la campagne, là où je vais depuis toujours parce que j’y ai mes racines, j’ai vu de mes fenêtres, en ouvrant les volets tous les matins, la maison d’un terroriste, elle semblait paisible et je ne pouvais pas m’en douter. C’était la maison d’à côté !…Moi qui croyais être dans un coin calme, à l’abri…

Parti travailler à l’étranger, mon voisin a fait partie d’ une cellule terroriste qui prévoyait des attentats, avait une cache pleine d’armes, de produits inflammables, etc. Et il avait sur son ordinateur des films de propagande de Daesh. Il a été pris dans un coup de filet. Il n’a pas fait d’attentat, mais en préparait. Bref le voilà à l’ombre, pour un petit moment. On lui a donné plusieurs années de prison.

Ce qui me terrifie, c’est que lorsqu’il était chez lui, donc à côté de chez moi, il menait une vie normale, il plaisantait, jardinait, travaillait. Un « monsieur tout le monde », quoi ! Rien ne pouvait laisser prévoir une radicalisation. Ce n’était pas marqué sur sa figure. Nous l’avions même invité à la maison, en tant que voisin… il était parfaitement insoupçonnable. Il a bu son apéro, comme tout le monde. Il avait bien un côté un peu fêlé, mais enfin…Hannah Arendt dit bien que Eichmann avait l’air d’un monsieur-tout-le-monde…

Et quand mon voisin sortira de prison, où ira-t-il ?… Il reviendra chez lui. A côté de chez moi. Parce qu’il est entièrement Français, d’origine française. Ce n’est même pas un binational.

La prison ne l’aura pas changé. Aigri, il se sera encore plus radicalisé. Il ne faut pas s’imaginer que la prison le fera se repentir, au contraire. Il reprendra en douce ses « activités ». Il recevra des relations connues en prison. Je courrai le risque d’avoir des terroristes qui se réunissent juste à côté de chez moi. Qui cachent des armes dans le jardin du voisin, juste à côté de nos balançoires. Qui s’entraînent en cachette. Qui peuvent faire sauter le quartier, tout à fait par inadvertance… ou exprès.

Le quartier, d’ailleurs, sera peut-être surveillé par la police. Je l’espère. Mais ce n’est même pas certain.

Je plains sa famille bien sûr.  Mais lui, maintenant, il nous fait peur…»

Je lui demande alors qui est cette famille ?…

« Mais une famille tout ce qu’il y a de plus française. Ordinaire. Des Français de France. Des Gaulois aux yeux bleus. Des gens comme toi et moi. Lui se serait converti à l’islam. Comment le déchoir de sa nationalité française puisqu’il est d’ici ?

Et avec les 700 djihadistes qui vont rentrer de Syrie et d’Irak, on a du souci à se faire…Et de plus on nous cache sûrement le vrai chiffre…

Va-t-il-falloir se méfier de tous ses voisins ? Où aller ? Que faire ? A qui se fier ?..

Maintenant les terroristes peuvent être partout. Ton voisin de pallier. Ton voisin de vacances. Des gens normaux, en apparence. Là c’était mon tour, demain ce sera le tien. Cela peut arriver à tout le monde, d’avoir un voisin terroriste. Tu peux avoir un terroriste tout à côté de chez toi. Un terroriste peut en cacher un autre. Nous vivons avec des terroristes parmi nous.

Faudra-t-il soupçonner tout le monde ? Ne plus sortir qu’en gilet pare balles ? Ne plus ouvrir sa porte à personne ? Et que fait l’Etat pour nous protéger ? Rien. Il ne faut stigmatiser personne. Surtout pas d’amalgame, hein. »

Et elle s’en va, les épaules tassées. Elle ne soupçonne pas tous les gens, là dans la rue, d’être des terroristes en puissance, bien sûr… quoique… tout peut arriver, partout.

La plupart des Français sont d’accord pour que les djihadistes, ces traîtres, ces criminels, reçoivent une balle dans la tête et point barre. Le petit Cron a dit qu’il ne voulait pas les reprendre. Attendons de voir s’il capitule comme pour la ZAD…

Mais tous les terroristes ne sont pas partis faire le djihad en Syrie ou en Irak… La question est la suivante  : que faire des « voisins terroristes » comme celui-ci ?…De ceux qui rentreront de l’étranger en y ayant exécuté une peine ? De ceux qui n’ont encore tué personne mais complotaient « juste » de le faire ?… La question attend une réponse. On les fiche S et on attend benoîtement qu’ils massacrent une foule avec un camion ou qu’ils mitraillent une salle de concert ?

Et quand les Français ne savent même pas que leur voisin est terroriste ? Faut-il qu’ils restent dans l’ignorance ? Ah oui, comme cela, ils se feront égorger sans même s’en apercevoir…

Avec notre ministre de l’Injustice Nicole Belloubet, qui veut négocier pour récupérer les djihadistes condamnés à mort, on a tout à craindre. Des terroristes de tous poils, mais unis par leurs délires de violences, vont être lâchés dans la nature, sans vergogne. Et quelle différence entre djihadiste et terroriste ?

Le constat est là : les Français ne sont pas défendus par leurs élus contre ces terroristes qui essaiment sur tout le territoire, dont on refuse même de leur dire qui ils sont, combien ils sont, et où ils sont.

Il faut donc que les Français puissent s’armer pour se défendre eux-mêmes, s’ils ne veulent pas être saignés comme des lapins à n’importe quel coin de rue par nos ennemis de l’intérieur.

Les Français, enfin ceux qui aiment la France, seraient bien inspirés de reprendre le pouvoir pour abandonner la politique actuelle complètement suicidaire, mettre à la place une politique protégeant les Français d’abord, et une politique impitoyablement répressive de ceux qui en veulent à nos valeurs. Pour éviter ainsi des bains de sang.

Car au lieu de lutter contre nos vrais ennemis, nos irresponsables actuels traquent et condamnent impitoyablement la moindre critique de l’islam… et si cela encourageait le terrorisme ?

Sophie Durand




Les amis de Charb et les profs agressés dans le déni : tant pis pour eux !

Il est des événements qui, hélas par leur cruauté et leur gravité, donnent raison à ceux qui les avaient prévus. La mort de Charb, la censure de ses textes, et la violence exercée contre les enseignants et certains élèves en sont des exemples parlants.

Charb et ses copains de Charlie Hebdo ont été assassinés par des musulmans. C’est un fait incontestable. Charlie Hebdo a passé l’essentiel de son temps à cracher sur la France, sur le catholicisme, sur le Front national, sur les supposés racistes beaufs ouvriers français (n’est-ce pas Cabu) ? Ils ont prôné le multiculturalisme et le vivre ensemble, ils ont insulté ceux qui ne voulaient pas d’islam en France, ils ont craché sur ceux qui voulaient arrêter l’immigration, ils ont renvoyé dos-à-dos toutes les religions… et ils sont morts, tués par les seuls disciples d’Allah.

Ces rebellôcrates (comme disait Philippe Muray) ont eu des obsèques nationales qui furent une gigantesque manipulation d’Etat, où prononcer le mot « islam » ou bien parler de la religion des assassins fut tout simplement banni. Notre ami Salem Ben Ammar nous a rapidement montré, à travers un article cinglant, en quoi la fine équipe de Charlie Hebdo, jusqu’au bout, n’a absolument rien compris à ce qui se préparait en France.

https://ripostelaique.com/islamophobie-charb-navait-toujours-rien-compris.html

Trois ans plus tard, c’est exactement la même chose ! Il se trouve des gauchistes de Solidaires, ou des bébés staliniens de l’Unef, pour interdire qu’on lise du Charb, quand il s’en prend à ceux qui amalgament islamophobie et racisme. Mais en même temps, ces imbéciles crient, sans nuance, leur amour des musulmans. Bref, des musulmans tuent partout, au nom de l’islam, et ces braves gens veulent avoir le droit de critiquer l’islam, tout en aimant les musulmans qui vénèrent l’islam. Il n’en ont pas marre de faire le grand écart, et de multiplier les claquages à répétition ?

https://www.causeur.fr/islamophobie-charb-charlie-universite-solidaires-censure-149322

Autre registre intéressant, le fameux lycée polyvalent Gallieni à Toulouse. Manifestement, les racailles y vont un peu fort, en tout cas un peu plus fort que dans d’autres endroits, et cette fois, on en parle. Circulations d’armes, insultes et agressions de professeurs, filles tripotées et harcelées, bref, il paraîtrait que la République aurait perdu une bataille, mais n’aurait pas perdu la guerre.

http://www.fdesouche.com/946873-agressions-de-profs-menaces-de-mort-armes-circulation-filles-priees-de-raser-murs-lycee-gallieni-a-toulouse-etat-de-guerre

Mais ces vaillants enseignants, qui, pour la plupart, subissent ce qu’ils ont semé, sont bien discrets sur la nature des agresseurs et celle des agressés. De malheureux musulmans, fils de colonisés et d’esclaves, seraient-ils victimes de violences racistes de la part des descendants de colonisateurs ? On ne saura pas.

Et ces violences n’auraient-elles rien à voir avec l’immigration sauvage, majoritairement musulmane, qui a sévi, depuis deux générations, à Toulouse comme dans toute la France ? On n’en saura rien, d’autant plus que les syndicats enseignants sont en première ligne pour défendre l’invasion migratoire et les malheureux migrants qui « fuient la guerre ».

Alors, dans cette histoire, bien évidemment, il faut penser aux élèves de Gaulois, victimes de la barbarie des envahisseurs et de la lâcheté de l’Education nationale. Il faut penser aux trop rares enseignants, qui doivent se taire pour ne pas se faire traiter de fachos, et qui comprennent la réalité de la situation. Je rappelle juste que seulement 7 % d’entre eux ont voté Marine Le Pen aux présidentielles.

Bref, en continuant à subir les conséquences dont ils chérissent les causes, les amis de Charlie Hebdo et les enseignants maltraités ne me tireront pas la moindre larme. Eux, ils sont coupables de la situation qu’ils subissent, contrairement aux vraies victimes, la grande majorité de nos compatriotes, et leurs enfants et petits-enfants, qui devront apprendre à se battre pour survivre à la trahison des immigrationnistes islamo-collabos.

Martin Moisan




Le Procureur Duret main dans la main avec le Mrap contre Christine Tasin

 

Le Procureur Aude Duret main dans la main avec le Mrap pour bâillonner Christine Tasin

C’est un joli pas-de-deux que nos avocats n’ont de cesse de dénoncer.

Une association prétendument anti-raciste (ici le Mrap) signale au Procureur de la République (ici Aude Duret) un écrit ou un acte incitant selon elle à la haine, la discrimination, la violence… et patati, et patata.

Le Procureur, complice, instruit l’affaire, porte plainte contre le présumé auteur de faits prétendument délictueux, dispensant  la dite association de déposer une consignation.  Ensuite l’association et les autres vautours du même genre n’ont plus qu’à se porter partie civile… et réclamer des dédommagements pour les très imaginaires dommages subis. Le pas-de-deux initial se transforme ainsi en pas-de-trois, voire en pas-de-quatre et même plus, tant il y a de l’argent à se faire facilement grâce à la loi Pleven et aux procureurs complices.

La séquence est parfaitement réglée.

S’appelle-t-elle toujours  Aude DURET-MONTPEYROUX ou seulement Duret ? Aucune importance. Toujours est-il que c’est ce magistrat, qui, sur dénonciation du Mrap, a trouvé bon d’instruire deux plaintes contre moi, Résistance républicaine et aussi contre Riposte laïque.  Quand on aime, on ne compte pas.

J’étais donc convoquée hier à la Brigade de répression de la délinquance à la personne (quelle périphrase pompeuse pour parler du service de la censure d’Etat…) pour deux fautes majeures :

La publication et mise à disposition du public de l’autocollant Islam assassin et du tract (datant de 2016 mais le Mrap n’hésite pas à faire les poubelles quand il s’agit d’épuration. Ethnique et politique. N’ayons pas peur des mots). Le Mrap a dénoncé une distribution du tract faite à Nantes en juillet 2017, près d’un an après la mise à disposition de ce dernier.

Je suis donc accusée de provocation à la discrimination, la haine, la violence… et patati-patata.

J’ai une fois de plus expliqué au capitaine de police qui m’interrogeait que, l’islam n’étant pas une race ni une personne je ne peux pas être accusée d’inciter à la haine contre des personnes ; que l’islam est une doctrine, que le délit de blasphème a été aboli en France il y a longtemps, que l’islam tue, que les policiers de Magnanville, Laura et Mauranne, de Marseille et des centaines d’autres ne sont plus là à cause de l’islam…. J’ai naturellement rappelé qu’il était légitime de s’opposer au remplacement de population, de s’indigner de voir des clandestins imposés partout, sans que le peuple ait été consulté…

Le capitaine a noté. J’ai signé. Le tout va repartir sur le bureau du Procureur Duret qui considérera sans doute, comme nombre de ses collègues, que ce sont là paroles que le vent emporte et que l’essentiel est d’imposer le silence à tous, l’interdiction de la critique de l’islam et de l’immigration.

Quel que soit le prix à payer pour ceux qui, comme moi, disent simplement la réalité de notre monde, pour ceux qui disent la vérité.

Si on peut comprendre, toutes proportions gardées, que les vautours du Mrap, de la LDH, la Licra, le CCIF et autres officines n’ayant d’autre but que d’islamiser la France, nous pourchassent, nous dénoncent, dépensent une énergie folle à gagner les subventions et Soros et des Frères musulmans, il en est tout autrement pour les procureurs et juges. Les raclures droidelhommistes font leur boulot. Les juges qui les suivent et les aident n’ont pas d’excuse. Aucune. D’autant qu’ils ont un certain pouvoir d’appréciation, hélas. 

Qui a obligé le vice-procureur Weil  à poursuivre Les assassins obéissent au Coran ?  Dans ce livre, les seules paroles d’incitation à la haine sont les extraits du Coran et des Haddiths que René d’Armor et moi-même citons…

Qui a obligé les procureurs qui, sur simple dénonciation, instruisent des affaires ridicules pendant que des Merah préparent d’autres assassinats sur notre territoire ?

Qui a obligé le Parquet à faire appel de la relaxe de Pierre Cassen ?

Qui a obligé les juges rouges à condamner un Zemmour, un Cassen, un Renaud Camus, une Tasin ? Tous patriotes respectant scrupuleusement la loi ; aucun n’ayant attenté à la vie de qui que ce soit  ; aucun n’ayant appelé à tuer qui que ce soit ?

Qui a empêché le procureur Duret de jeter aux ordures les deux signalements du MRAP ?

Qui ? Ou plutôt quoi ? 

L’ambition ? Le désir de se retrouver conseiller d’un ministre ? L’envie d’être nommé président d’une Chambre prestigieuse ?

L’idéologie ? La haine du patriote, la haine de la France, la haine de ceux qui ne pensent pas comme eux ?

Tout cela à la fois, peut-être, sans doute.

Ces juges, ces procureurs, ces ministres… peuvent-ils se regarder dans la glace chaque matin ?

Ces juges, ces procureurs, dont nous ne connaissons pas le visage, portent-ils sur leur tête les stigmates de leur mauvaise conscience, de leur âme noire ?

Peut-être pas… Confits dans leur importance, confits dans leur haine de l’autre, de la France, en bons adorateurs du Mur des Cons qu’ils sont peut-être.

Et la Duret en fait partie, forcément. Sinon elle aurait envoyé le Mrap se faire cuire un oeuf.

Ils essaient de tuer l’opposition à l’islamisation de la France, par les menaces de prison, par les amendes. Nous nous faisons les interprètes de vos peurs, de vos colères, de vos refus. Nous comptons sur vous pour nous aider à en payer le prix, car il y a hélas un prix à payer pour oser dire non dans un pays totalitaire, avec une partie de la justice vendue  au parti de l’étranger.

Merci à vous amis qui nous lisez de participer aux frais d’avocat pour ces deux procès à venir dans la mesure de vos moyens. Même 1 euro, même 5 euros… tout est utile. Les petits ruisseaux font les grandes rivières…

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/31/le-procureur-aude-duret-main-dans-la-main-avec-le-mrap-pour-baillonner-christine-tasin/

Chèque à l’ordre de Résistance républicaine, 101 avenue du Général Leclerc, 75685 Paris cedex 14

Ou Paypal : http://resistancerepublicaine.eu/don/




Football : le seul vrai racisme, c’est celui des muzz contre les Gaulois

L’antiracisme est devenu la religion des instances internationales de football, gangrenées par le discours de la clique Sos Racisme, très bien introduite dans le milieu. C’est cette association qui signe des conventions avec le PSG et d’autres clubs professionnels, pour, paraît-il, lutter contre le racisme.

https://ripostelaique.com/football-les-qataris-veulent-virer-le-seul-entraineur-noir-du-championnat-de-france.html

Bien évidemment, cette collusion (qui permet à Sos Racisme de placer et de salarier quelques-uns de ses militants) a un coût. Pas question de dénoncer les conditions de travail des immigrés du Qatar, ni des décisions surprenantes de l’Etat-major du club.

Sinon, on assiste régulièrement, avant chaque grande finale d’un événement, à une véritable propagande soviétoïde contre un racisme imaginaire, il suffit de regarder la réalité des équipes françaises et anglaises, notamment, pour constater que bien souvent, les joueurs blancs ont disparu des équipes, ou qu’il en reste très peu.

Régulièrement, les journalistes, L’Equipe en tête, montent des affaires de racisme, qui la plupart du temps se dégonflent. L’affaire Chafni, racontée par Empedoclates, est un épisode de plus dans la rubrique propagande.

https://ripostelaique.com/affaire-chafni-football-et-racisme-chronique-dune-grossiere-manipulation-mediatique.html

Nul n’a oublié la polémique ayant visé Laurent Blanc, accusé lui aussi de racisme par l’ineffable Thuram, pour avoir seulement expliqué que les problèmes de double nationalité des jeunes sélectionnés posaient problème, quand, une fois leur majorité atteinte, ils choisissaient leur pays d’origine pour devenir international, pénalisant ainsi la France.

Et on se souvient que derrière cet autre ineffable personnage qu’est Cantona, on accusa un autre sélectionneur, Didier Deschamps, de racisme pour ne pas avoir retenu le maître-chanteur Benzema, ni Ben Arfa, en équipe de France.

Pourtant, les milieux professionnels feraient bien de s’intéresser à ce qui se passe vraiment, sur les stades de football, au niveau amateur. Le témoignage de ce joueur, qui joue en championnat FSGT, est parlant, et ne constitue qu’un événement de plus dans les agressions contre nos compatriotes, qui ont lieu également sur les stades de football, comme dans le quotidien.

http://www.fdesouche.com/947265-gennevilliers-92-jerome-dispute-match-de-foot-ressort-traumatisme-cranien-apres-ete-lynche-joueurs-adverses-spectateurs

Il suffit de regarder ces images effrayantes, qui sentent le racisme anti-blanc et le lynchage, pour s’en convaincre.

http://www.fdesouche.com/937865-football-a-lissue-dun-match-opposant-saint-denis-a-amiens-centaine-dindividus-ont-envahi-terrain-ont-agresse-larbitre-joueurs-amienois

Connaissant fort bien le milieu du football, j’ai déjà recueilli par dizaines et par dizaines de type de témoignage. Tous les dimanches, des footballeurs souchiens se font insulter par des racailles footballeurs, et préfèrent se taire, pour ne pas subir un lynchage à la sortie. Que dire du sort des arbitres. Certes, nombre de footballeurs issus de la diversité ont un comportement exemplaire, et empêchent parfois, par leur attitude, les choses de dégénérer davantage.

J’ai également entendu le témoignage de nombreux parents de jeunes footballeurs, qui ont préféré retirer leur fils des équipes de football, parce que les vestiaires n’étaient occupés que par des jeunes de la diversité, et qu’ils étaient les seuls blancs.

Mais la réalité, c’est que le football est à l’image de la société, et qu’on fait passer pour racistes les vraies victimes, tous les dimanches, des vrais racistes, des footballeurs arabo-musulmans.

Martin Moisan




Une bande de journaleux gauchistes ont inventé l’Affaire Théo

Théo Luhaka

Lu sur EuropeIsraël.info reprenant Valeurs Actuelles : « Ce lundi, la vidéo de l’arrestation controversée de Théo, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, en février 2017, a été dévoilée. On y voit des policiers qui tentent de le maîtriser, face à son refus d’obtempérer, de le saisir pour le menotter avant de lui asséner un coup. Depuis les faits, le jeune homme accuse les policiers de lui avoir « volontairement » enfoncé la matraque dans les fesses et dénonce un « acte de torture ». L’agent nie toute intention volontaire de pénétration. Dans le cadre de l’enquête, deux experts de la police ont conclu que l’action semble « proportionnelle » et « justifiée ». « Si le geste du gardien de la paix (est) à l’origine de la blessure » de Théo à l’anus, « l’élément intentionnel pouvant caractériser le viol (n’est) pas établi », indique le rapport de l’IGPN, cité par Europe 1. Une confrontation générale est prévue dans les prochaines semaines dans le bureau de la juge à Bobigny ». (Valeursactuelles)

Lu sur EuropeIsraël.info reprenant Valeurs Actuelles : « Affaire Théo : « On avait juste affaire à une bande de racailles qui ne voulaient pas se faire contrôler« . Les journalistes de gauche continuent à défendre Théo malgré la vidéo… La vidéo révélée sur l’arrestation de Théo démontre que les policiers avaient à faire à un individu violent qui ne voulaient pas se laisser interpeller. Les policiers n’ont pas « violé » le fameux Théo qui n’était qu’une racaille… Malgré la vidéo, les journalistes de gauche continuent à minimiser la violence de Théo et à incriminer les policiers… » On se demande où est la racaille quand « les journalistes de gauche continuent à défendre Théo malgré la vidéo… » On avait bien affaire à une bande de racailles journaleux-gauchistes !

« La vidéo sur l’arrestation de Théo démontre que les policiers avaient à faire à un individu violent qui ne voulaient pas se laisser interpeller.  Pour Jean-Louis Burgat, journaliste, seuls les policiers sont fautifs…

« Heureusement les journalistes de Valeurs Actuelles rétablissent la vérité sur les faits… « Charlotte d’Ornellas : « À Bobigny, les partisans de Théo caillassaient les policiers en criant « nique la France« .

À L’Heure des Pros (1er débat) du 30/01/2018 Geoffroy Lejeune (Valeurs Actuelles) réagit à la publication de la vidéo de l’interpellation de Théo : « Théo avait prétendu avoir été violé en réunion par les forces de l’ordre. On découvre aujourd’hui qu’en fait l’interpellation était une interpellation tout-à-fait normale, musclée, puisque lui refuse de se faire contrôler par les policiers, et ça dégénère et il se prend un coup de matraque, mais à aucun moment les faits que lui dénonçait à l’époque ne sont sur cette vidéo. »

« Lejeune sur Théo : « Des racailles qui ne voulaient pas se faire contrôler » (LCI, 29/01/18, 17h57)

« Tout ça pour rappeler qu’à l’époque, il y avait une pression énorme sur la police. Hollande lui-même, président de la République à l’époque, était allé au chevet de Théo, demandant quasiment pardon au nom de la police. Dans cette histoire, tout le monde s’est humilié. Finalement, on avait juste affaire à une histoire de racailles qui ne veulent pas se laisser contrôler par les policiers, qui les agressent, et la vérité arrive un an après, alors que ces images sont disponibles depuis le début. Cela me scandalise… »

Affaire Théo : La présidente du FN n’a pas tardé à donner son opinion après la diffusion de la vidéo de l’arrestation de Théo. « Marine Le Pen dénonce « une immense Fake News pour salir la police française« .

La vidéo fait réagir. « Pseudo « affaire #Theo » : on attend les excuses des associations (de gauche), des médias (de gauche) et des politiques de gauche pour ce qui apparaît comme une mascarade, une immense #FakeNews pour salir la police française. Une honte ! MLP« , a dénoncé Marine Le Pen sur Twitter.

« Comme plusieurs élus FN, le député Debout La France Nicolas Dupont-Aignan, ex-allié de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, s’est indigné en fustigeant une « immense manipulation médiatique : la vérité sur l’affaire #Theo éclate. Hommage au travail de nos policiers victimes d’une immense manipulation médiatique« , tout comme le patron des Patriotes, Florian Philippot : « On attend maintenant que l’honneur de la police soit rétabli au plus haut niveau. Il est grand temps. #Theo« .

La gauche bobo-socialo-communiste a mis en scène le Mélenchon post-bolcheviste en campagne qui voulait « expulser les policiers » : « Soutien à Théo et sa famille. Expulsion des tortureurs de la police républicaine. #justicepourtheo« . Le cas Mélenchon était à l’unisson des soi-disant célébrités de gauche très médiocres et grassement subventionnées, des médias de gauche et des politiciens opportunistes de gauche.

« Quand Macron rendait « hommage à Théo et à son entourage«  et dénonçait un « acte de torture » (et pourquoi pas encore un nouveau crime contre l’humanité ?), le candidat d’En Marche à la présidentielle avait dénoncé « les violences policières«  à l’endroit du jeune homme. La vidéo de l’arrestation de Théo, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, semble mettre à mal la version du jeune homme, qui accuse les policiers de lui avoir « volontairement » enfoncé une matraque dans les fesses et dénonce même un « acte de torture« , alors qu’il refusait d’obtempérer et résistait à un contrôle d’identité. Le 8 février 2017, six jours après l’interpellation controversée et malgré les zones d’ombre persistantes et la défense des policiers mis en cause, Macron n’hésitait pourtant pas à critiquer ouvertement les forces de l’ordre et à prendre le parti de Théo« .

Gilles Klein @GillesKLEIN : « Aulnay La matraque de la honte (Libération). Les violences policières qui ont eu cours à Aulnay-sous-Bois nous rappellent à cette exigence absolue, affirmait alors l’impétrant d’En Marche, dans un billet publié sur Facebook. Les enquêtes en cours diront précisément comment il faut qualifier juridiquement ces faits. Mais comment ne pas être choqué par ce qui est arrivé à Théo ? »

« Parce qu’à Aulnay, c’est la force illégitime de l’État qui a eu cours et la « dignité d’un jeune garçon« , d’une famille et d’un quartier, qui a été mise en cause« , poursuivait Macron candidat à la présidentielle.

« Je tiens à rendre hommage à Théo et à son entourage. Alors que tout semble les pousser vers la haine et la révolte, ils font preuve d’un formidable sang-froid. » Ajoutant même : « Depuis plusieurs jours, ce sont eux qui incarnent la responsabilité. Ce sont eux qui refusent l’escalade de la violence. Ce sont eux qui en appellent à la patience et à la confiance dans nos institutions. Ils sont habités par un grand esprit de responsabilité« . En d’autres occasions, il exprimait à nouveau « toute [sa] solidarité à l’égard de Théo et de sa famille » et reprenait le slogan #JusticePourTheo ». (app-facebook, Emmanuel Macron, il y a environ 12 mois)

« L’autorité des forces de l’ordre n’est jamais acquise : elle se conquiert au quotidien.

« Les forces de police ont la responsabilité de maintenir l’ordre public.

« C’est une tâche exigeante, parfois difficile, dans laquelle ils exposent leur vie personnelle et familiale, leur intégrité physique et morale, et parfois jusqu’au sacrifice. Mais c’est aussi la noblesse de ce métier.

« C’est la raison pour laquelle l’usage de la force publique, quand il s’impose, doit être proportionné…

« @EmmanuelMacron Pleine confiance dans la justice pour que Théo et sa famille puissent obtenir les réponses qui s’imposent. #JusticePourTheo 19:07 – 6 févr. 2017″

« La veille, Hollande téléphonait à son conseiller en communication : « J’ai réfléchi. Je pense que je dois aller voir Théo à l’hôpital à Aulnay« , confiait Hollande président de la République, rapporté par Gaspard Gantzer. « Avant l’allocution du président, sa mère semble nous prendre à l’écart. Elle dit : « Vous savez, dans la famille, on ne fait pas que des choses bien ». Elle le répète même plusieurs fois, sans que l’on comprenne pourquoi », raconte encore Gaspard Gantzer, présent dans la chambre d’hôpital de Théo avec Hollande et des membres de la famille. « Qu’importe, le président fait un acte politique fort », ajoute le conseiller de l’Elysée.

Hollande au chevet de Théo, c’est Hollande le faible « en pleureuse » pour la télé au chevet de Théo…

« La visite de François Hollande au chevet de Théo a été une gifle pour les policiers, par Jean-Marie Godard, Jan 30, 2018, FIGAROVOX. De nouvelles images de vidéosurveillance révélées dans « l’affaire Théo » montrent que le jeune homme a fait preuve de violence lors de son interpellation. Comment a été vécue cette affaire dans le milieu policier ? Godard : Les policiers sur le terrain étaient les premiers à considérer que s’il y avait eu un geste impardonnable, le coupable devait être sanctionné. (???) Le réflexe n’a pas été de couvrir leurs collègues. En revanche, ils ont été ulcérés par la présomption de culpabilité systématique qui pèse sur eux dans ce genre d’affaires. La mise en cause de l’ensemble de l’institution dans des tribunes signées par des personnalités (de gauche) les a profondément blessés. Un officier m’a dit « s’il y a un non-lieu, vous croyez que ces gens vont s’excuser ? » Le geste de Hollande, qui est allé au chevet de Théo sans qu’aucune preuve n’ait été faite de la culpabilité des policiers, a été une véritable gifle pour les policiers. L’enquête commençait à peine, on était en pleine séquence électorale, et le pouvoir a voulu calmer les émeutes. Ce jeu (politicien) a été très mal pris… ce qui a provoqué la naissance du collectif « femmes de policiers en colère« .

« La moindre erreur est interdite. Ils se sentent sous pression permanente« . Beaucoup de jeunes policiers ne veulent plus faire de voie publique, ils ont peur d’être piégés. Avec les smartphones et les réseaux sociaux, ils sont filmés en permanence. Leurs visages sont rendus publics sur internet, ils sont obligés de se voiler le visage en manif. La moindre image de violence est décontextualisée.

« On oublie que le principe de la police, c’est l’usage de la force dans un cadre précis.

« Quand un type ne veut pas se laisser arrêter, l’intervention peut être musclée… »

Pendant ce temps, « un enfant juif qui portait une kippa a été violemment agressé et battu ».

« La scène s’est déroulée en pleine rue. Un écolier de 8 ans de confession juive, qui portait une kippa, a été agressé lundi 29 janvier, vers 18h30, à Sarcelles, dans le Val-d’Oise, selon les informations de RTL, informations confirmées par le Parquet de Pontoise ».

Après le meurtre odieux de Sarah Halimi, et la contestation insupportable de l’acte antisémite par les instances islamo-gauchistes adeptes du Padamalgam © en suppositoires, un meurtre antisémite commis par un islamiste antisémite, voilà encore un acte antisémite perpétré par la racaille contre un écolier de 8 ans !

Où sont donc les bandes de racailles de journaleux gauchistes et les politiciens véreux de gauche qui ont mis en scène l’Affaire Théo-médiatique, ces spécialistes de l’opportunisme compassionnel, pour dénoncer clairement ce nouvel acte antisémite, au lieu de traquer les soi-disant islamophobes réactionnaires de droite ?

Thierry Michaud-Nérard