1

Ils ont peuplé la France d’envahisseurs, et osent honorer des Résistants !

On croirait une mauvaise blague, à la veille du poisson d’avril. Deux présidents de la République (il ne manquait que l’ineffable Hollande) qui ont bradé la France tout au long de leur mandat, en la livrant à une immigration de masse qui a ruiné le pays, osent rendre hommage, sur le plateau des Glières, à l’occasion du 75e anniversaire des combats, à des résistants qui ont donné leur vie pour que notre pays reste français, et libre.

Que cela soit à l’occasion du centenaire de la bataille de 1914-1918, ou de toute commémoration relative à la guerre de 1939-1945, la présence de Sarkozy, de Hollande ou de Macron est une offense pour la mémoire des Français qui ont donné leur vie pour que la France reste française.

Nos anciens ont donné leur vie pour la France, et Sarkozy – homme politique qui a exonéré le Qatar de tout impôt immobilier (contre quelles contreparties ?), qui a mis sur pied le Conseil français du culte musulman, qui a permis, de 2007 à 2012, l’entrée de 200 000 nouveaux venus (majoritairement musulmans) par an, soit 1 million de plus sous son mandat, qui nous parlait de métissage obligatoire dès 2008, qui n’a jamais aimé la France, et l’a avoué à Philippe de Villiers – ose rendre hommage à nos Poilus ou à nos Résistants, alors qu’il est du côté de la collaboration et des envahisseurs, majoritairement musulmans, à qui il n’a jamais rien refusé !

Nos anciens ont donné leur vie pour la France, et le successeur de Sarkozy, Hollande, le plus minable des présidents que notre pays ait eu, a accéléré la submersion de notre pays. Sous son mandat, l’immigration a encore davantage explosé, avec l’invasion que sa complice Merkel a imposée à l’Europe. Il a bradé la laïcité, avec le concours de son minable ministre de l’Intérieur, le haineux Cazeneuve, sous le règne duquel la France n’a jamais connu autant d’attentats musulmans. On peut facilement estimer à 1,5 million le nombre d’envahisseurs, majoritairement musulmans, qui ont été accueillis en France, avec des clandestins congratulés par le ministre de l’Intérieur en personne, dont le métier normalement était de les faire repartir d’où ils venaient. C’est sous Hollande qu’eut lieu la profanation, officielle, du cimetière de Verdun, avec des jeunes courant au milieu des tombes, et un concert de Black M à l’Élysée !

Nos anciens ont donné leur vie pour la France, et le président actuel, le pire ennemi du pays auquel notre peuple ait été confronté, s’est donné comme mission, appuyé par les oligarchies internationales, de vendre la France et d’achever la submersion migratoire de notre pays, le changement de peuple et de civilisation. Il ne se passe pas une journée sans que des signaux terribles ne soient donnés à l’ennemi. Aux islamistes, on livre les entreprises, à qui on va imposer le voile. On leur promet des brigades de commissaires politiques pour vérifier si la diversité n’est pas discriminée. C’est la discrimination des nôtres qui se met en place. On laisse de véritables milices noires imposer leur loi, insulter notre pays et son histoire, interdire des spectacles qui ne leur plaisent pas. On ne proteste pas que l’Union européenne multiplie les circulaires ahurissantes, donnant des prérogatives à la population noire africaine, au nom d’une prétendue repentance que nous leur devrions.

Nos anciens ont donné leur vie pour la France, et les traîtres qui nous dirigent, méthodiquement, brisent notre pays, le vendent en pièces détachées (la prochaine étape étant les 150 barrages hydrauliques, payés par nos impôts, fleuron de notre savoir-faire, qu’ils se préparent, sur injonction de Bruxelles, à vendre au privé), et accélèrent le Grand Remplacement, un terme que Renaud Camus n’est plus seul à utiliser, tant il paraît de plus en plus inéluctable si on continue cette politique.

Nous avions une France magnifique, pour qui nos anciens avaient donné leur vie. Notre pays rayonnait dans le monde entier, ses artistes étaient admirés, son industrie était un fleuron, notre école assurait l’ascenseur social, notre hôpital était envié par nos voisins, nos services publics assuraient une redistribution et fonctionnaient bien. Et ces trois crapules, poursuivant le travail de Giscard, Mitterrand et Chirac, ont tout cassé, au service du mondialisme.

Notre pays était considéré comme un modèle des libertés, on appelait la France le pays des Droits de l’Homme, et c’est parce qu’il y avait une totale liberté d’expression qu’il y avait les meilleurs artistes et écrivains du monde. Sous l’impulsion d’une gauche totalitaire, que Sarkozy a été incapable de combattre, notre pays est devenu le plus liberticide des nations occidentales, et Macron annonce toujours plus de nouvelles lois pour réduire les opposants au silence.

Bien évidemment, en honorant des Français héroïques, de vrais Résistants, ces traîtres espèrent donner, aux yeux des nôtres, l’image des descendants de la Résistance, et faire passer, à quelques semaines des élections européennes, les patriotes, qu’ils appellent les populistes, comme les descendants de la peste brune, du régime de Vichy, et des nostalgiques d’Adolf Hitler. Ce discours, crapuleux, doit d’autant moins nous intimider que, comme le révèle Philippe de Villiers, leur chère Europe a été créée par un nazi Walter Hallstein, qui fut le premier président de la commission européenne, par un homme, Maurice Schumann, qui a choisi, en 1914, de combattre aux côtés des Allemands, contre les Français, et par Jean Monnet, qui fut juste un agent américain !

Il doit d’autant moins nous intimider que nous ne les laisserons pas inverser les rôles. Les vrais résistants, aujourd’hui, militent au Rassemblement national et à Debout la France. Parce qu’ils aiment notre pays, ils refusent l’invasion migratoire et l’islamisation de notre pays, et veulent rétablir des frontières, pour que notre pays retrouve sa souveraineté. Les vrais résistants, en Europe, sont le regroupement de Visegrad, l’Autriche et l’Italie du formidable Matteo Salvini. La résistance européenne, face aux collabos mondialistes, est incarnée par des gens comme Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Matteo Salvini ou Viktor Orban, sans oublier la dizaine de partis populistes dans d’autres pays européens, qui, à l’image de Vox, redressent la tête.

Les vrais résistants sont les jeunes de Génération Identitaire, qui multiplient, courageusement, des actions d’éclat spectaculaires, comme la dernière sur le toit de la Caf. Ils savent qu’ils seront traînés au tribunal, persécutés judiciairement, que certains perdront leur travail, comme Romain Espino, mais ils continuent à se sacrifier, au service de la France, à l’image de nos anciens. Les pires collabos, comme Corbière ou Miss Goulag Ressiguier, à la tête d’une grotesque commission d’enquête parlementaire contre les violences d’une prétendue extrême droite, réclament leur dissolution, tout en se taisant sur les exactions de leurs copains Antifas ou Black blocs. Ils sont les dignes descendants de la Milice, qui, dans les années 1943, traquait les Résistants.

Et les vrais résistants sont tous ceux qui, membres de la réinfosphère, quotidiennement, mènent la guerre, avec les risques judiciaires que cela comporte, contre le rouleau compresseur médiatique, au service des collabos qui vendent la France.

Nous sommes les héritiers de Jean Moulin, ils sont les héritiers de Déat, Laval, Doriot, sans même avoir l’excuse d’une défaite militaire française pour justifier leurs choix.

C’est pourquoi, quand on voit ces traîtres qui osent se réclamer de l’héritage de nos Poilus ou de nos Résistants, on a du mal à ne pas serrer les poings de rage. On ne peut que penser au livre du major Bonte, « L’espérance, notre rêve pour la France », dont les vidéos, publiées par TV-Patriotes, ont rencontré un gros succès, même si, bien sûr, YouTube s’est cru autorisé à en censurer partiellement une !

https://www.youtube.com/watch?v=fFSV-yVAsTw

https://www.youtube.com/watch?v=sTS_f1pfTro

https://www.youtube.com/watch?v=q1ev1AGspwo

Dans ce livre, le major Bonte, qui met en scène le major Alexandre Berthier, devenu président de la République, se permet de faire juger, pour haute trahison, ses deux prédécesseurs, dans lesquels on reconnaît aisément Sarkozy et Hollande, puisque Macron n’existe pas dans ce livre.

Le procès dure un mois, et il est retransmis, tous les soirs, à partir de 17 heures, à la télévision. C’est un grand moment de l’ouvrage. Hollande est défendu par quelqu’un qui ressemble beaucoup à Dupont-Moretti. Berthier a fait rétablir la peine de mort. Je vous laisse deviner le sort qui attend les deux derniers présidents, ainsi que celui de deux femmes, ministres de la diversité haïes par les Français.

J’espère que notre peuple saura transformer cette fiction du major Bonte en une réalité, et que Macron et tous ses complices feront partie de la charrette, et ce vœu n’a rien d’un poisson d’avril.




Esclavage, traite négrière : Non, les Français ne doivent aucune excuse aux Noirs !

Non, les Français de souche n’ont pas à supporter le culpabilité de la traite négrière et ni celle de l’esclavagisme.
Non, nous ne sommes pas redevables, à ce titre, de quoi que ce soit à l’endroit des populations noires d’Afrique ou des Antilles, comme tentent de l’établir la propagande mondialiste depuis des décennies et tout récemment les dernières résolutions européennes.

https://ripostelaique.com/alerte-noire-apres-marrakech-lue-nous-impose-la-preference-africaine.html

Anachronisme et contre-vérité historique

L’anachronisme historique consiste à interpréter un fait du passé à la lumière de concepts, d’état des consciences, d’états de l’information, d’états de la culture ou même du droit qui lui sont postérieurs.
C’est bien entendu une escroquerie scientifique et morale ; notamment quand il sert à réinterpréter les faits, des siècles plus tard, pour contrefaire la réalité historique à des fins idéologiques.
Dans la période contemporaine, l’anachronisme historique est régulièrement utilisé par les contrefacteurs de l’histoire qui s’autorisent à la réécrire en fonction de considérations postérieures aux faits ; notamment liées à l’idéologie.

C’est particulièrement le cas de la réinterprétation actuelle de la traite négrière et de l’esclavagisme dans les Antilles, en Guyane et à la Réunion ; et de la prétendue responsabilité du peuple de France qui en découlerait.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anachronisme

Périodes concernées :
La traite négrière a commencé sous l’ancien régime en 1642, date à laquelle elle est autorisée par Louis XIII. Elle s’arrêtera définitivement en 1830.
L’abolition de l’esclavagisme est définitivement décrété au cours de l’année 1848 dans les Antilles, en Guyane et à la Réunion.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce_triangulaire

https://www.jeuneafrique.com/433230/societe/chronologie-dates-cles-de-lhistoire-de-lesclavage-france/

Sort de la majorité du peuple de France métropolitaine à ces époques.
Au cours de la période concernée, la population française de métropole vivait en très grande majorité dans les campagnes, 85 % au moment de la révolution et encore 76 % en 1846.

https://www.persee.fr/doc/estat_0336-1454_1977_num_91_1_3127

D’autre part, ce n’est qu’en 1882 que l’école a été rendue obligatoire par Jules Ferry.
Par conséquent, dans la période concernée, les gens vivaient très majoritairement dans les campagnes, ils étaient pour la plupart illettrés, il n’y avait ni journaux ni télévision, l’information ne circulait pas, les gens ne circulaient pas non plus, pour la plupart, ils n’étaient jamais sortis de leur province, voire de leur paroisse.

Enfin, dans les provinces, la plupart ne parlaient que le patois et leurs seules sorties c’était la messe le dimanche.
Quant à la population pauvre des villes, c’était un peu la même chose. À part les aristocrates, les bourgeois ou le clergé, rares étaient les gens qui pouvaient avoir accès à l’information.

Et d’ailleurs, il resterait encore à documenter quelle pouvait être l’information disponible à l’époque sur l’esclavagisme ou la traite négrière. Sans doute rien ou presque en dehors des milieux directement concernés ; en tout cas pas d’information de masse sur un sujet qui devait assurément rester confiné entre initiés.

Qui pouvait savoir quoi que ce soit sur ces sujets dans la très grande majorité de la population française de l’époque ? Personne bien entendu et nos aïeux ne savaient strictement rien de ce qu’on cherche à leur imputer aujourd’hui.

De surcroît, il n’existait pas vraiment de démocratie réelle, pas d’élections, pas de référendum sur le sujet et les gens n’avaient strictement aucun choix ni pouvoir politique et encore moins voix au chapitre pour déterminer l’État du droit.

Par conséquent, la très grande majorité du peuple de France de l’époque n’avait strictement aucun pouvoir de décision sur la traite négrière ou sur l’esclavagisme dont ils ne savait absolument rien. Sa responsabilité s’en trouve donc totalement dégagée.

Les cas particulier de la « presse » et de l’enrôlement forcé dans la Royale.
Il faut savoir qu’à l’époque les mœurs étaient bien différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui et que les règles pouvaient également être très dures pour les Blancs de métropole, parfois en partie comparables à celles appliquées aux esclaves noirs.

Ainsi, jusqu’en 1669, le recrutement des marins de la Royale se faisait de manière contrainte et brutale par la « presse’ ».
https://fr.wikipedia.org/wiki/Presse_(marine)

Il existe sur le port de Saint-Gilles-Croix-de-Vie une plaque commémorative qui rappelle que des navires de la Royale venaient s’ancrer devant l’estuaire de la Vie et qu’on mettait des chaloupes à la mer chargées d’hommes en armes qui venaient rafler les gens de mer dans la ville : les pêcheurs, les charpentiers de marine, les cordeliers, les tonneliers, les voiliers et toutes les personnes qui pouvaient être utiles. Ces gens étaient arrachés de force à leurs occupations et à leurs familles pour être immédiatement embarqués sur les bâtiments de la Royale. Tant pis pour l’épouse et les enfants qui se retrouvaient seuls sans mari ni père pour des années. Le malheureux n’était pas payé et on le débarquait quand on voulait et où on voulait. Le type raflé à Saint-Gilles pouvait être débarqué des années plus tard à Toulon, charge à lui de se débrouiller pour regagner ses pénates.

Ce n’est qu’à partir de 1669 que le système de la presse a été remplacé par celui des inscrits maritimes plus humain.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Inscription_maritime

Le cas des engagés blancs aux Antilles

Un autre exemple des mœurs de l’époque concerne les contrats d’engagement de paysans sans terre et de pauvres venus de France pour s’engager pour une période donnée au service des planteurs aux Antilles.

Pour la durée de l’engagement, le traitement était quasi analogue à celui des esclaves noirs.
Le sujet est documenté aux pages 25, 26 et 27 du dossier d’étude présenté par l’institut Persée lié au CNRS.

https://www.persee.fr/doc/homig_1142-852x_2008_num_1274_1_4754

La traite, une activité circonscrite à une infime minorité

Le commerce triangulaire était réservé à une ultraminorité d’hommes très influents et très riches. En France, il ne se pratiquait que dans un nombre très limité de ports de la côte atlantique et dans une moindre mesure à Marseille.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Port_négrier

Seuls quelques chefs de familles influentes et très riches ont participé à la traite négrière qui n’a concerné que très peu d’acteurs réellement responsables, à peine quelques centaines en tout.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Traites_négrières

L’esclavagisme, une activité pratiquée par quelques familles à des milliers de kilomètres.
Pareillement, seules quelques familles ont pratiqué l’esclavagisme dans les Antilles, à la Réunion et en Guyane. Cela s’est passé à des milliers de kilomètres des provinces de France à un moment où aucune information ne parvenait à l’immense majorité de la population métropolitaine.

Contrevérité officielle

Tout ce qui nous est dit de la responsabilité du peuple de France dans la traite négrière et dans l’esclavagisme est contrefait pour nous imputer une responsabilité que nous n’avons pas. L’anachronisme historique et la contrefaçon sont utilisés par l’État français et maintenant par les instances européennes et mondiales pour nous charger d’obligations que nous n’avons pas.

Rétablissement de la vérité

L’immense majorité du peuple de France de l’époque ne pouvait pas savoir.
Quand bien même il aurait su, le peuple de France n’avait aucun moyen de s’opposer.
Les mœurs de ces époques étaient également très rudes pour les Français ; qu’il s’agisse de gens de mer, de paysans sans terre ou de pauvres. Il n’y a qu’à relire Zola pour s’en convaincre.
La traite négrière n’a été pratiquée que par quelques centaines de personnes qui en sont seules directement responsables.
Même chose pour l’esclavagisme dans les plantations.

Où est la responsabilité du peuple de France dans cette affaire ? Nulle part.

Il en va de même du pillage contemporain de l’Afrique qui ne profite qu’aux multinationales et certainement pas aux Français moyens et que pourtant la propagande nous impute.

À partir de ces quelques éléments, chacun pourra documenter plus avant et se construire son propre argumentaire pour contrebattre la propagande de ceux qui veulent nous condamner à des obligations au profit des Noirs que nous n’avons pas.

Chacun doit se fortifier pour affronter ceux qui cherchent à nous ruiner et à nous submerger.

Martin Moisan




Yes, la meuf Sibeth Ndiaye is porte-parole du gouvernement !

Je me suis interrogée. Ils nous font le coup du poisson d’avril, ou bien ils ont osé ? On attendait Marlène, on se serait marré. On parlait d’Aurore Bergé, on aurait ironisé sur la remarquable trajectoire d’une militante qui a bouffé à tous les rateliers, et qui ne paraissait pas laisser indifférente certains mâles, sur un plateau de télévision.

Et on aura Sibeth Ndiaye. Finalement, tant mieux, tant ce choix ressemble à la France de Macron. En même temps un président qui nous fait un cinéma auquel il ne croit même pas, à Glières, avec Sarkozy, et qui, le soir, prend totalement le contre-pied de ses discours prétendument patriotes en collant porte-parole une femme qui n’incarne en rien la France.

https://www.lci.fr/politique/remaniement-ministeriel-sibeth-ndiaye-amelie-de-montchalin-et-cedric-o-entrent-au-gouvernement-2117065.html#xtor=CS3-8-[310319_remaniement_ndiaye]

Pas à cause de la couleur de sa peau, que les imposteurs de l’antiracisme se calment ! Déjà à cause de son langage. Quand on est capable de dire, pour commenter la mort de Simone Veil, « Yes, la meuf est dead », on n’est pas Français.

 

Sibeth Ndiaye est un pur produit du Parti socialiste. Elle a été à l’Unef de 1999 à 2006, et administratrice de la Mnef, avec les scandales autour de la clique Cambadélis. Bien évidemment, cette femme, née au Sénégal, il y a 40 ans, sera bouleversée par la présence de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour de la présidentielle, et se précipitera pour adhérer au PS, ce qui, en outre, peut aider à réussir une brillante carrière. Le moins qu’on puisse dire est qu’elle vient de la haute société.

https://www.youtube.com/watch?v=T_cOXY2Yuig

Elle est rapidement dans les réseaux DSK, mais à notre connaissance, celui-ci ne l’a pas confondue avec une femme de ménage, dans un grand hôtel américain… Elle y rencontre alors Ismaël Emelien, qui deviendra le cerveau de Macron, Stanislas Guérini, ce sympathique jeune homme qui veut remettre en cause l’héritage au nom de l’égalité, et Benjamin Griveaux, l’inoubliable porte-parole du gouvernement, auquel elle va succéder. Toute la clique qui structurera l’officine Terra Nova.

Elle grimpe… dans l’appareil du PS, puisque Martine Aubry la nomme secrétaire nationale du PS chargée de la petite enfance en 2009. Alors qu’elle n’est pas encore française, ce qui, à l’époque, en défrise quelques-uns au PS. Elle n’est française que depuis 2016, et moins de trois ans plus tard, elle rentre dans un gouvernement !

Elle soutient Martine Aubry lors des primaires de la gauche pour l’élection présidentielle de 2012.

Et puis elle s’impose, en 2014, où elle rencontre Emmanuel Macron, rapidement dans le premier cercle du futur président. Et elle devient chargée, au sein de l’équipe du nouveau président, des relations avec la presse. Elle se fait remarquer rapidement par ses nombreux coups de téléphone où elle prétend remettre en place les journalistes qui parleraient mal de son patron.

Et, malgré (ou peut-être) son inoubliable « Yes, la meuf est dead », la voilà donc porte-parole du gouvernement. A peine trois ans après avoir naturalisé française, et cela ne paraît déranger personne ! Je l’avoue, j’ai cherché trace d’une vidéo de sa part, je ne l’ai jamais entendue parler. On espère que ce ne sera pas une Taubira bis, parce que, comme porte-parole, cela ferait quand même un peu désordre…

Sibeth Ndiaye, c’est la France de Macron, de la double nationalité, un peu d’Africain, un peu d’anglais, un peu de franglais, beaucoup de nomadisme, et très peu de Français…

Espérons que cela ne finisse pas comme Benalla ou Belattar !

Lucette Jeanpierre

 




Brigitte Macron invite la Rédaction de RL à l’Elysée « pour qu’on se réconcilie » !

 

Il semble désormais évident, chers fidèles lecteurs, que vous soyez bien habitués à trouver sous nos plumes collégiales des scoops sur de nombreux sujets d’actualité ; en général ceux que justement les médias aux ordres du pouvoir s’évertuent à vouloir planquer sous le tapis… voire peut-être sous une certaine moquette, changée récemment à grand frais par qui vous savez…

Eh bien figurez-vous que justement, en ce lundi 1er avril, j’en ai un énorme à vous confier, pratiquement certaine que vous en resterez tous pantois.

Mais avant vous, celui qui n’en est toujours pas revenu (et nous non plus d’ailleurs), c’est notre très estimé fondateur, Pierre Cassen ainsi que son facétieux compère Cyrano, qui ont été les premiers à apprendre la nouvelle…

Dans un esprit de concorde, et vraisemblablement pour faire remonter sa cote auprès des citoyens, surtout électeurs, celle qui vient de se prendre une grande branlée auditive, lors du lancement d’un match à Reims…

https://www.youtube.com/watch?v=YuTpKWsUH0M

… vient d’adresser aux animateurs de Riposte Laïque, un bristol « en bonnet difforme », comme aurait dit Coluche dans la même situation, et dont je me suis procuré une copie :

Difficile à ce stade de trancher s’il s’agit d’une vraie main tendue, à « des gens qui ne sont rien » et qui de surcroît passent une bonne partie de leur temps à brocarder son mari et tous ses affidés, ou bien plutôt d’un vrai traquenard, destiné à soulager le labeur des magistrats, tenus de convoquer l’un(e) d’entre nous, chaque fois que dénoncé(e) par un  « grand chantre de la tolérance », selon les nouveaux préceptes d’Égalité et de Fraternité de la bobosphère, sans parler de la Liberté qui ne concerne plus qu’exclusivement la bien-pensance.

Récemment Brigitte avait déjà fait une tentative auprès des Gilets jaunes, en venant mêler officiellement son grain de sel sur leur grogne, alors que personne ne l’avait sonnée.

https://www.youtube.com/watch?v=bJ3EMShGtL8

N’ayant manifestement pas obtenu satisfaction auprès de ceux qui avaient déjà sur l’estomac la nouvelle vaisselle, la piscine de Brégançon, la moquette, et maintenant l’escapade au ski… la « grande sœur de Gaston Lagaffe » a cru bon de changer son fusil d’épaule.

Prête à tout pour soutenir son mari, Brigitte ne ménage pas ses efforts, tel que prendre à son compte (même si c’est démenti par l’entourage) le scandale du séjour au ski malgré l’acte XVIII des Gilets jaunes à Paris, après tant de dérapages voulus pour justement les discréditer, la voici prête à recevoir avec pompe et grands sourires, une délégation de la prétendue « fachosphère », (en réalité réinfosphère !) bien que cela reste pour nous sujet à caution.

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/ce-que-brigitte-macron-a-prefere-taire-sur-ses-vacances-au-ski-avec-emmanuel-macron_427375

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/brigitte-macron-sa-strategie-pour-aider-son-mari-dans-la-tourmente_423498

Bon, ce n’est pas tout ça, mais qu’elle tenue vais-je bien pouvoir mettre pour cette rencontre s’annonçant quasiment historique ?

Une jolie robe… mais pas trop pour ne pas faire d’ombre à Madame ?

Ou plutôt un ensemble blouson-pantalon-basket, pour éventuellement pouvoir courir très vite vers la sortie si l’entrevue tourne au vinaigre ; car connaissant le tempérament réactif de certains de mes camarades, le plus grand challenge sera à coup sûr de rester zen tout au long d’un repas qui certes sera savoureux (un retour sur investissement ça s’appelle !), mais dont la plus grande difficulté sera de savoir « rester dans les clous », en trouvant au moins un sujet de conversation qui ne soit pas motif à discorde et à dérapage ?

Parce qu’il nous semble difficile de nous rendre à l’invitation, le doigt sur la couture du pantalon, résignés à jouer les bénis oui-oui comme tant de retourneurs de vestes, sans jamais aborder l’un des nombreux sujets de controverses, et dieu sait s’ils sont nombreux.

À commencer par le fait que jamais nous n’avons entendu, tant chez Macron lui-même que chez son épouse, la moindre parole de regret sincère pour ce déploiement ininterrompu de dépenses somptuaires, pour un logis qu’ils occupent à titre gracieux, et qu’ils devront quitter au plus tard dans trois ans… ou bien avant si le vent qui a commencé à tourner enfin dans le bon sens, confirme la tendance « Macron dehors ».

http://lagauchematuer.fr/2019/01/21/brigitte-macron-veut-refaire-les-365-pieces-de-lelysee-pour-ca-y-a-de-largent/

Allez, je compte sur vous, chers fidèles lecteurs, pour me transmettre vos conseils avisés sur le thème de la tenue adéquate… ou si d’après vous il serait plus judicieux de répondre à cette invite par un silence méprisant (calqué sur celui de Jupiter quand un sujet l’indispose) … ou encore un splendide pied de nez, les yeux dans les yeux… par vidéo interposée.

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression




Selon quelques proches, Macron serait au bout du rouleau

Lui qu’on croyait solide, il est au bout du rouleau ! Dans les couloirs de l’Elysée, on l’arrête en lui demandant: vous ne seriez pas Gérard Collomb, par hasard, tellement il est ravagé.

Les Français ont élu Brad Pitt et se retrouvent avec Gérard Darmon ! Ce n’est plus une présidence, c’est la désuétude ! Même Brigitte qui se félicitait d’avoir chopé un jeunet commence à s’inquiéter, on fait de moins en moins de remarques sur leur différence d’âge.

Président. Sur le papier, c’était tranquillos ! Mitterrand avait une double vie, Chirac tapait dans tout ce qui bouge, Sarkozy faisait la guerre à la Lybie tout en fréquentant Disneyland, même Hollande avait le temps de séduire une star en se faisant passer pour un livreur de sushis.

Il serait en burn-out. Paradoxal pour quelqu’un qui refuse de reconnaître ça comme maladie professionnelle ! En même temps, je comprends, il perd des ministres comme on perd ses cheveux!

Parfois, il soupire. Signe de lassitude rare chez lui. Ces soupirs détonnent avec l’image publique d’un chef de l’Etat fringant et sûr de lui, tranchent avec le récit officiel qu’entonnent ses fidèles sur le mental « hors norme » de Macron. « C’est un guerrier» (Jean-Marc Borello). « Il est bluffant (Marlène). Même s’il est plus grave, il a une énergie incroyable. » Vraiment ? Ses proches s’inquiètent. Il est dans un état ! Sous l’eau. Rincé. Raplapla. Vaseux. Éculé. Défraichi. Limé.

Brigitte, elle, le voit sans maquillage. Elle est tracassée, comprend que c’est pénible. Pour le ménager, la première dame tente de créer l’illusion de la normalité. A l’issue du Conseil européen de Bruxelles, le chef de l’Etat est rentré tard. Férue de gastronomie et selon l’adage “Il faut se garder de tuer la poule pour avoir l’œuf”, Brigitte congédie tout le personnel, bat les œufs et lui prépare l’omelette dont il est friand – seule, comme avant. Attention réconfortante. Peine perdue. Car parfois même, il s’emporte. À l’issue d’un interminable grand débat (je traduis : grand enfumage) en province, assailli de questions, le monarque cherche ses conseillers. Personne autour de lui. Il s’agace: « Est-ce qu’il y a quelqu’un, là, qui peut m’aider ? » Scène emblématique de son règne.

Depuis le début du quinquennat, le cabinet élyséen se réduit peu à peu. Le château se vide, la petite bande des conseillers s’effeuille. Au fil du temps, l’énergie s’est tarie, l’usure s’installe. Un ministre s’énerve de l’organisation hasardeuse du Palais : « C’est le bordel ! » Tous ceux en qui il avait confiance sont partis. »

Le chef de l’Etat est lui-même responsable de cette mauvaise passe. « C’est le plus mauvais manager que la terre ait porté », déclare un conseiller de l’exécutif. Un ministre confirme : il nous laisse nous débrouiller tout seul, sans nous donner le mode d’emploi. » Résultat : beaucoup de planqués, qui évitent de prendre des risques, fustige un autre membre du gouvernement. C’est au président de tout porter, se désole un macroniste, pour qui le départ de Benjamin Griveaux est navrant.

Permettez-moi ce bref addenda : personnellement, mais quelle importance direz-vous, Griveaux me fout des écrouelles. Il se prend pour la République en personne ! « Ce n’est pas moi qui suis attaqué, c’est la République », a-t-il déclaré lorsque les gilets jaunes lui ont enfoncé le portail. Entouré de ses cerbères,  la queue entre les pattes fuyant par un passage secret, courant à toute vitesse se réfugier à Matignon, Griveaux, ci-devant secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement, franchit les marches de l’Élysée  nous apporter la bonne parole, lorsque sa majesté fait dire qu’il gardera le cap. (Fin de l’addenda)

Il y a peu de volontaires pour monter au front. Et dès qu’ils le font, les ministres cafouillent. Les proches du président additionnent les bévues alors qu’il n’hésite pas à couper les têtes qui ont le malheur de dépasser, comme celle de Mounir Mahjoubi, poussé vers la sortie mercredi. Le président n’en pouvait plus de ses conneries (pour vous situer le personnage, secrétaire d’Etat au numérique, c’est lui qui arrivait main dans la main avec son « mari » (veuillez excuser les guillemets, c’est plus fort que moi) à une réception de l’Elysée)

Emmanuel a voulu le job, il l’a ! En macronie, beaucoup sont arrivés à la conclusion qu’il valait mieux se tailler.

À force de faire durer le suspense et d’étirer sans fin le grand débat (voir plus haut), il finit par inquiéter ses proches. « S’il déçoit, il est mort. Et il va décevoir». « Je ne vois pas comment on sort de ça. Avec les beaux jours, les Gilets jaunes vont revenir et installer des barbecues sur les ronds-points »

À moins que le président ne déniche le remède miracle. Parlementaires et ministres sont nombreux à s’en remettre à ses supposés supers pouvoirs. Un député macroniste file la métaphore religieuse en soupirant, lui aussi : « Le Très-Haut a de la ressource ». Amen !

Les Macron tiennent à donner l’image d’un couple normal. En février dernier, les Français se glissaient dans leur intimité grâce au livre Madame la Présidente (Plon). On y apprenait notamment qu’Emmanuel et Brigitte s’offrent régulièrement des escapades en amoureux, de petits rituels qui semblent encore consolider leur grand amour (la dernière a fait pas mal de bruit. En effet, on a peine à le croire, le samedi 16 mars, en plein acte XVIIIe des Gilets Jaunes, Macron met le cap (son fameux cap !) sur les montagnes enneigées de la Mongie, où il dévale les pistes et partage un bon repas bien arrosé avec ses proches sur une vaste terrasse ensoleillée. Il y a de quoi s’énerver !

Je vous propose une simple comparaison. Votre petit garçon de 9 ans vous fait une poussée d’impétigo. Il est quelque peu fiévreux, mal embouché. Rien de grave. Vous êtes invité à un weekend somptueux dans un chalet en Suisse, tous frais payés. Que faites-vous ? (1) vous y allez. (2) vous restez chez vous pour le soigner.
Solution : si vous avez coché la réponse 1, vous êtes un salopard, un vendu. Un fumier, une ordure. Si vous avez choisi la réponse 2, vous êtes normal. Equilibré. Conscient de vos responsabilités.
Allons, encore une comparaison pour celles et ceux qui n’ont pas le bonheur d’être parents, et ne pourraient donc être convaincus.
Votre startup traverse une période difficile. Manque de personnel, commandes urgentes. Rien de dramatique. Des amis vous convient à une croisière de luxe (on dit qu’Harry et Meghan y participent, le pied, quoi !). Le patron vous fait comprendre que votre présence est souhaitable. Que faites-vous ? (Pour les réponses, voir situation numéro 1)
Le président, lui, ne devait pas faire face à une propagation de streptocoques ou assumer un surplus de commandes. Son boulot, c’est de protéger la France. Et la France, elle, souffre. Est à feu et à sang. Le slalomeur espère bien que cet été, le mouvement des Gilets jaunes aura fondu comme neige au soleil.

Je viens d’allumer la télé et de jeter un coup d’œil sur la visite de Macron sur le Plateau des Glières. Pas la moindre trace de déprime. Il se prête au jeu des selfies aux côtés de minettes délirantes de fierté, hystériques. Des centaines de créatures souriant béatement, applaudissant, une foule de dévots frénétiques, la plupart ayant probablement parcouru des kilomètres pour l’apercevoir, même de loin.
« Est-ce qu’il y a quelqu’un, là, qui peut m’expliquer ? »

Le prochain qui me raconte que sa cote de popularité a de nouveau grimpé, je luis fais la peau.

Anne Schubert




Immigration : Macron devient plus sévère que Marine Le Pen !

Résultat de recherche d'images pour "photo macron et immigration"
.
Enfin ! Notre patience et notre discours identitaire ont fini par payer. Macron ouvre les yeux sur le désastre de l’immigration. C’est un véritable virage à 180° que vient d’opérer notre président, acculé à renoncer à ses délires mondialistes.
.
Il est vrai que la démographie africaine galopante et la nouvelle donne algérienne font craindre le pire et le poussent à agir. Il n’est plus question d’accepter une submersion migratoire en restant les bras croisés. Place au réalisme.
.
Alors que le pape en voyage au Maroc vient d’inviter toute l’Afrique à se mettre en route pour l’Europe, vantant le bien-fondé et les vertus du pacte de Marrakech, Macron prend le contre-pied du Saint-Père et se rapproche de la vision de Mateo Salvini.
.
« Pour le chrétien, un migrant est le Christ lui-même qui frappe à nos portes », déclare le pape.
.
« Le Vatican doit comprendre que nos traditions d’accueil ne peuvent ignorer les limites de nos capacités, qui sont aujourd’hui saturées », vient de rétorquer Macron.
.
.
Raisons invoquées ? Avec 2 300 milliards de  dettes et une croissance en berne, l’exécutif réalise qu’il lui est impossible de satisfaire les revendications des Gilets jaunes et que tout va s’aggraver si on maintient cette folle politique des frontières ouvertes à toute la misère du monde.
.
Dommage que cet éclair de lucidité arrive avec 30 ans de retard ! Cela dit, Macron se garde bien d’évoquer l’échec de l’intégration et la fracture identitaire de plus en plus béante entre les natifs et les minorités. Il préfère se retrancher derrière les arguments purement économiques. Le politiquement correct a la vie dure !
.
En clair, la France n’est plus une terre d’accueil et l’immigration n’est plus une « chance pour la France ». L’objectif du nouveau projet de loi sur la politique d’immigration et d’intégration, décidé suite aux 20 semaines de mobilisation des Gilets jaunes, est de mettre fin à 40 années d’un laisser-aller irresponsable, qui a conduit à un affaiblissement de la nation.
.
Mieux vaut tard que jamais !
.
Attendons-nous donc à une forte opposition des ONG et des associations immigrationnistes qui vont défendre leur fonds de commerce, ainsi qu’à un tollé général au sein de l’Onu. Ça va tanguer sévère et Macron devra tenir la barre sans états d’âme. Mais le laxisme n’est plus de mise face au risque d’éclatement de la société, cet inquiétant  face-à-face qu’évoquait Gérard Collomb en quittant la place Beauvau.
.
Ce projet de loi, dont Éric Zemmour  nous communique dans sa tribune quotidienne quelques extraits en avant-première, a de quoi ravir le staff du Rassemblement National et le camp des patriotes, tant il répond aux vœux de Marine Le Pen.
.
Jugez plutôt :
.
– Instauration immédiate de quotas d’immigration, se limitant aux stricts besoins économiques
– Suppression du regroupement familial
– Suppression du droit du sol
– Suppression de la double nationalité
– Déchéance de la nationalité française pour les terroristes
– Interdiction définitive de régulariser et de naturaliser les clandestins
– Durcissement des critères de naturalisation
– Droits sociaux réservés au seuls Français
– Préférence nationale à l’emploi et au logement
– Lutte contre tous les communautarismes
– Durcissement de la lutte contre l’islam politique.
.
En fait, ce programme n’a rien de révolutionnaire. Il n’est qu’un copier-coller du programme de la droite et du centre en 1990. Lors des Assises sur l’immigration, à Villepinte, toutes les grandes figures politiques de droite avaient signé pour un arrêt total de l’immigration.
.
Ce revirement de Macron, qui tourne le dos à ses convictions profondes, n’est dicté que par la force des réalités.
.
Quand 1,1 milliard d’Africains produisent moins de richesses que les 67 millions de Français, l’immigration de pauvres sans diplômes ni qualifications ne peut que mener au nivellement par le bas de notre pays, donc à un appauvrissement programmé des Gilets jaunes.
.
Une réalité que tous les patriotes ont intégrée depuis longtemps, mais que Macron refuse d’admettre. Car chacun aura compris que cet article n’est qu’une modeste fiction du 1er avril.
.
Et c’est bien dommage !
.
Jacques Guillemain.
.



Caf 93 : Sortie de garde à vue des Identitaires (Vidéo)

Vendredi, Génération Identitaire a réussi encore un coup d’éclat pour dénoncer les largesses du gouvernement envers l’immigration avec l’argent du contribuable.

Après l’audacieuse opération Defend Europe en Méditerranée, le coup du passage de l’Échelle, et bien d’autres (1), c’est sur un grand symbole de la générosité de la France que 19 jeunes patriotes ont voulu attirer l’attention de la population.

Pas voyous ni violents pour deux sous, toujours propres sur eux, parlant un français très correct, ils se sont hissés sur le toit de la Caisse d’allocations familiales de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, dans le défavorablement connu département 93, le 9 . 3 dans le jargon des branchés.

Motif de leur visite de courtoisie : les nôtres avant les autres, dénonciation du pillage organisé en distribuant l’argent des Français.

Sur leur banderole était inscrit : de l’argent pour les Français, pas pour les étrangers.

Impossible de ne pas faire un raccourci avec la lutte et la répression des authentiques Gilets jaunes, quand Génération Identitaire constate que : « écrasé par la pression fiscale, le peuple se révolte aujourd’hui ». Stop aux millions d’euros déversés dans les banlieues.

Bien évidemment interpellés, sans aucun danger, pas comme s’il fallait coffrer la racaille dudit 9.3, ils ont été conduits en garde en vue. Il leur est reproché un fait gravissime : entrave à la liberté du travail.

C’est dans la vidéo ci-dessous qu’il nous narrent leur mésaventure, avec un petit brin d’impertinence. Malheureusement un énième procès risque bien de leur tomber sur la tête car eux ne font partie d’aucunes des formations de gauche ou centrales syndicales pour qui il est rarement demandé des comptes pour de telles actions.

« Nous exigeons la priorité pour les Français »

https://youtu.be/LnkaJbHaCiA

https://youtu.be/LnkaJbHaCiA

Génération Identitaire en bref

https://generationidentitaire.org/presentation/

https://generationidentitaire.org/communiques/

Le communiqué  du vendredi 29 mars

Les jeunes Identitaires bloquent l’accès à la Caf de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, et occupent le toit du bâtiment. Une grande banderole « De l’argent pour les Français / Pas pour les étrangers » a été déployée sur la façade.

Par cette action symbolique, Génération Identitaire réclame la suppression de toutes les aides sociales aux étrangers extra-européens.

Depuis le mois d’octobre 2018, le peuple français se soulève pour réclamer une véritable justice fiscale et sociale. Révoltés contre la multiplication et l’augmentation des taxes, les Français sont tout autant scandalisés par le gaspillage de l’argent public et les choix opérés par les gouvernements successifs. Chaque année, des milliards d’euros sont ainsi déversés sur les banlieues, via notamment la « politique de la ville », pendant que la France périphérique est délaissée.

Les prestations attribuées par les Caisses d’allocations familiales – sans condition de cotisation préalable – sont les plus emblématiques de ce pillage qui, de fait, profite majoritairement aux populations issues de l’immigration. Le coût des allocations familiales perçues par les immigrés représente ainsi plus de 8 milliards d’euros par an, tandis que le coût du RSA versé aux étrangers dépasse les 2 milliards (Jean-Paul Gourévitch, « Les véritables enjeux des migrations », 2017).

Cette situation, profondément injuste, crée un appel d’air massif qui pousse des millions d’extra-Européens à venir profiter de la générosité de notre système social. L’arrêt de l’invasion migratoire passe par la fin de toutes les aides sociales aux étrangers : les nôtres avant les autres !

Pierre Cassen rend hommage à Génération Identitaire

Pour soutenir les jeunes GI qui se battent pour la France

https://generationidentitaire.org/soutenir/

(1) 

https://ripostelaique.com/lutte-anti-migrants-en-mediterranee-premiere-victoire-de-la-mission-defend-europe.html

https://ripostelaique.com/les-garde-frontieres-libyens-menacent-douvrir-le-feu-sur-les-bateaux-ong-a-migrants.html

https://ripostelaique.com/generation-identitaire-distribue-des-bombes-anti-agression-aux-femmes.html

Jacques CHASSAING

 




Le Pape François rompt le dialogue inter-religieux avec l’islam !

Ce matin, par un décret rédigé de manière ad hoc, le pape François a nommé le Père Henri Boulad, jésuite, comme président du conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux, poste qui était vacant pour l’instant, ce qui prouve bien sa vacuité…

François a enfin lu les deux lettres ouvertes sur la question de l’islam mettant en danger le christianisme, que le Père Henri Boulad lui a fait remettre en mains propres et qui n’ont jamais jusqu’à aujourd’hui reçu de réponse, ce qui, entre deux jésuites, faisait désordre.

Le Père Henri Boulad n’a rien eu de plus pressé que de décréter ce matin que pour l’instant le dialogue inter-religieux ne pouvait plus prospérer comme avant avec l’islam, et que par conséquent il était totalement interrompu, car il n’avait en réalité jamais existé, du fait de la propension de l’islam de toujours tirer la couverture à lui et de celle des catholiques de toujours céder à l’islam.

En effet avant de dialoguer avec l’islam, il faut établir certains préalables, faute desquels le dialogue est radicalement impossible.

Le premier de ces préalables étant que l’islam ne peut absolument pas être incréé c’est à dire écrit par Allah lui-même, mais qu’il a été écrit par des hommes, comme du reste les quatre évangiles.

Le second préalable étant que l’islam renonce à sa théorie sur l’association, qui nie les dogmes de l’incarnation et l’existence d’un Dieu trine (en trois personnes), auquel l’Église est plus qu’attachée…

Le troisième préalable étant de retirer des textes sacrés musulmans les versets qui annoncent que le Christ reviendra à la fin des temps casser les croix et se faire musulman, car ces versets conquérants sont une négation du dialogue.

Le quatrième préalable (qui pourrait aussi être le premier) étant que l’islam retire du Coran tous les versets violents et les appels au meurtre de chrétiens, d’athées, de juifs, d’apostats, de femmes qui refusent le voile.

Le cinquième préalable étant que les catholiques puissent construire en pays musulmans autant d’églises que ce que les musulmans construisent de mosquées en pays chrétiens, et qui seront bien sûr subventionnées par ces pays. Et notamment à la Mecque, puisqu’il y a une mosquée à Rome.

Autre nouvelle, le pape a nommé au dicastère pour le service du développement humain intégral, qui chapeaute la pastorale des migrants, M. Robert Ménard, maire de Béziers.

Certes M. Ménard n’est pas un ecclésiastique mais à l’heure où le Vatican s’ouvre enfin aux laïcs il est bon de mettre aux manettes un véritable expert des migrations, dont les effets délétères sont expérimentés chaque jour davantage dans une ville comme Béziers.

Le pape a également décidé de revenir sur sa signature du pacte de Marrakech. Il reconnaît que les migrations invasives de masse , surtout liées à un islam conquérant, ne peuvent que faire souffrir les populations autochtones.

Il renonce à son appel à l’invasion musulmane de l’Europe, proclamé au cours de son voyage actuel au Maroc, discours dans lequel il proclame que « l’Europe n’est pas un bastion chrétien à défendre » et dans lequel il invite tous les migrants africains à venir en Europe :

http://www.lefigaro.fr/international/2019/03/30/01003-20190330ARTFIG00091-au-maroc-le-pape-francois-soutient-les-migrants-africains-en-marche-vers-l-europe.php

François reconnaît enfin les racines judéo-chrétiennes de l’Europe. Il était temps. On se demandait d’où on venait.

Dans l’optique de protéger enfin l’Europe avant qu’elle ne meure de trop d’immigration, François, reconnaissant enfin que les Italiens ont bien voté, va rencontrer Matteo Salvini le ministre de l’Intérieur de l’Italie, pour œuvrer avec lui sur l’arrêt des migrations.

En effet, charité bien ordonnée commence par soi-même, et le prochain n’est pas le lointain.

En particulier il convient de reconnaître que les migrants peuplent majoritairement les prisons, que le taux de viol a prospéré partout dans le monde depuis le début des migrations.

François a été très impressionné par le viol, l’assassinat, le découpage et le rangement dans deux valises de Pamela Mastropietro en février 2018, intervenu tout près du Vatican, par un clandestin nigérian. Ce clandestin dealer au casier judiciaire chargé, en attente d’expulsion, avait un loyer payé par une paroisse catholique !…Et, sans doute pour se donner du courage, il a mangé le foie de Pamela (ou son cœur, on ne sait plus trop).

Pamela à gauche, son assassin hébergé gratuitement par l’Église à droite.

François reconnaît qu’il faudrait, dans la mesure du possible, éviter aux chrétiens d’Occident le sort des chrétiens d’Orient, qui sont en train de disparaître. François va désormais s’atteler à leur protection, comme tout bon pasteur qui se respecte et aime ses brebis, jusque-là bien abandonnées.

François s’engage donc à promouvoir enfin, comme il en a le devoir, une politique de respect des chrétiens, et de la culture chrétienne partout dans le monde.

Pour faire bonne mesure, François désavoue la conférence des évêques de France et demande sa démission collective, qui devrait intervenir dans la journée. Et particulièrement celle de son président le très affligeant Mgr Pontier évêque de Marseille, promoteur de l’islam.

En effet le CEF, adepte de la franc-maçonnerie, ne s’occupe que des musulmans, organise même des pèlerinages islamo-chrétiens dans des églises, au cours desquels des imams psalmodient le Coran dans ces lieux chrétiens, ce qui est quand même un tout petit peu gênant. À quand la lecture de l’Évangile dans les mosquées ?…

Enfin le pape demande pardon pour ses errements qui l’ont conduit à nier la violence de l’islam, à mentir ignominieusement en ramenant seulement des migrants musulmans de son voyage à Lesbos, prétextant en dépit du bon sens que les familles chrétiennes n’étaient pas prêtes.

Il demande aussi pardon d’avoir prétendu que les chrétiens étaient tout aussi violents que les musulmans, et pour ses multiples déclarations hostiles au peuple chrétien qu’il est censé protéger.

Il s’engage également à rencontrer plus souvent Benoît XVI pour profiter de ses judicieux conseils. Il pourrait même lui donner un poste de conseiller privilégié.

François reconnaît implicitement (car il ne faut pas trop lui en demander quand même) que s’il continue comme il a commencé, l’Église va droit dans le mur, qu’elle en est extrêmement près et peut-être même l’a déjà traversé…

Le pape François déclare mettre à profit cette période de carême, pendant laquelle tout bon chrétien doit reconnaître ses torts, pour battre sa coulpe, dire mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa, et s’engager bien sûr à quitter la voie sans issue dans laquelle il s’était engagé.

Il lui reste à faire un effort pour abandonner son langage copié du politiquement correct mondialiste sur les peurs, les murs, etc.

« Entrez dans l’espérance ».

Sophie Durand

PS. Toute ressemblance avec une fake news est naturellement à écarter.

 




Lynchage des Roms : Edgar Morin accuse la France

Samedi 30 mars, à partir de 7 heures du soir, la « chaîne », dite de service public, France 5, a offert aux quelques zombies qui regardaient les images diffusées (émission C à dire ou quelque chose comme ça) un de ces très grands moments de désinformation, fake news, saloperie militante, bourrage de crâne, lavage de cerveau, und so weiter, dont sont coutumiers les escadrons de la propagande.

Était invité Edgar Morin, 97 ou 98 ans. Il n’était pas présent sur le plateau pour souffler les bougies de son 97e ou 98e anniversaire, mais pour parler des rumeurs dont les Roms sont les cibles dans les territoires islamisés ou islamiques du 9-3, 9-4, 7-8, 9-5… Que disent ces rumeurs ? Que des Roms circulent ou circuleraient dans les quartiers (islamisés) au volant de camionnettes ou de petits fourgons, tantôt de couleur blanche, tantôt d’une autre couleur, pour enlever des enfants, garçons ou filles, qui seraient destinés à être violés, vendus ou charcutés pour fournir des organes de rechange on ne sait à qui (aux Juifs, suivant telle ou telle rumeur). Ceux qui propagent ces rumeurs sur « les réseaux sociaux » (comprendre Twitter, Facebook, Instagram, etc.) ne se contentent de les diffuser, relayer, amplifier, liker, etc. Ils passent à l’acte le gourdin à la main ou ils incitent leurs coreligionnaires à passer à l’acte, c’est-à-dire à attaquer physiquement et violemment les Roms, éventuellement à en lyncher quelques-uns, à menacer d’incendier leurs campements, à détruire leurs biens, les mettant devant le choix bien connu : la valise ou le cercueil, etc.

Tout cela est immonde, évidemment.

Morin a été invité à parler de ces faits criminels et de ces lynchages, dont il ne sait rien, strictement rien, sinon ce qu’en disent timidement quelques journalistes ou ce que montrent des captures d’écran de Twitter ou Facebook où des abrutis par la haine répandent ces rumeurs et appellent leurs coreligionnaires à casser du Rom. Bien entendu, l’escadron de propagande a fait flouter les visages : il ne faut pas que les zombies qui regardent C à dire identifient les lyncheurs. Donc Morin ne sait rien. Mais il n’a pas été invité pour ça, mais pour parler d’une sordide affaire, datant du printemps 1969, sur laquelle il a fait une enquête, dite « sociologique », publiée sur le champ par les éditions du Seuil : la rumeur d’Orléans. Cette rumeur sans fondement touchait des commerçants en lingerie de la ville d’Orléans (et aussi d’Amiens et de Rouen) qui étaient suspectés d’enlever des jeunes filles ou femmes dans les cabines d’essayage pour les livrer à des proxénètes. Circonstance aggravante : la plupart des commerçants visés par la rumeur étaient juifs. Évidemment, dans la réalité du monde, à Orléans ou à Amiens, il n’y a pas eu une seule jeune fille ou femme enlevée avant ou pendant que la rumeur se répandait. On ne sait qui a répandu la rumeur : des antisémites rabiques, des concurrents jaloux, des farceurs un peu dingues, des lecteurs de journaux à scandale ? Un peu de tout ça.

Imbu de son expertise ancienne, Morin a tout de suite décrypté les rumeurs visant les Roms. Pour lui, ce qui passe dans le 9-3 ou le 9-4, c’est exactement ce qui s’est passé à Orléans. Cette réduction ad civitatem Aurelianorum permet à Morin d’effacer une différence majeure : à Orléans, il n’y a pas eu de lynchage, pas de chasse à l’homme, pas de coups et de menaces de mort, pas de destruction de biens. Entre des phrases malveillantes et des coups et blessures s’étend un abîme, que Morin, en dépit de son âge, franchit d’un pas léger, car ce vieillard est roublard, tordu, entièrement formaté à l’idéologie. À Orléans, il désignait, sans preuve, les coupables : Français de souche, catholiques et, évidemment, antisémites. Dans le cas des agresseurs de Roms, il ne désigne personne. Les diffuseurs de la rumeur et les lyncheurs n’ont pas d’identité. Morin ne veut pas savoir qui ils sont, il refuse de voir où tout ça se passe, il ferme les yeux sur les quartiers islamisés du 9-3 ou du 9-4, sur la haine des Juifs et de l’Autre (les Français et les mécréants) qui sert de ciment à des communautés qui se méprisent. Morin est sourd et aveugle, mais pas tout à fait muet, car il désigne le coupable de ces lynchages : c’est la France, ce sont les Français, c’est le vieil antisémitisme des campagnes (à Orléans et à Amiens se sont établis après la guerre de nombreux paysans), c’est la haine millénaire que les Français voueraient à l’Autre. Et journaleux d’opiner gravement, comme des ânes bâtés, à ces saloperies éructées par un vieillard gâteaux.

Morin est, prétendent les médias et les intellos de tout étage (bas et haut), le penseur de la complexité. Pendant un quart d’heure, Morin, qui déteste Israël et qui, sans doute, a été invité sur la chaîne de service public pour cela, a étalé sa complexité. Pour lui, elle ne va pas au-delà d’un langage informatique binaire de base : 0 ou 1. En fait, Morin s’en tient au 0, il ne va pas au-delà.

Étienne Dolet

 

 




France Orange Mécanique, et le pape François en réclame davantage !

On ne vous dit pas tout !

Autriche – Vienne – Entre le 8 février et le 6 mars 2019, deux racailles, âgées de 22 ans, ont agressé violemment une dizaine de personnes âgées, parfois même handicapées et ayant des difficultés pour marcher.

Ils suivaient les futures victimes, toutes âgées entre 73 et 89 ans, jusque chez elles avant de les attaquer brutalement dans la cage d’escaliers ou devant l’ascenseur, leur occasionnant de graves blessures, compte tenu de leur grand âge : hémorragies cérébrales, fractures du crâne, du sacrum, des épaules, etc.

Ils ont été appréhendés en flagrant délit, le 6 mars, alors qu’ils agressaient une femme de 75 ans qui se déplaçait à l’aide d’un déambulateur.

France – Grenoble (38) – Un jeune couple agressé par une bande de voyous (femmes et hommes), en pleine rue, dans la nuit de vendredi à samedi, vers 1 h 30, boulevard Maréchal Lyautey, à hauteur du complexe de cinémas Pathé-Chavant.

La jeune femme frappée, traînée sur le sol et tirée par les cheveux cependant que son compagnon était maintenu solidement, et cela pour lui voler son téléphone portable.

Légèrement blessée, elle a été hospitalisée.

Trois d’entre eux ont pu être interpellés quelques instants plus tard sur le boulevard Albert 1er de Belgique.

Il s’agit de deux femmes, âgées de 17 et 29 ans et d’un individu de 21 ans.

Rombas (Moselle) – Au nord de Metz, samedi, en début d’après-midi, un homme a été tué par balle. Atteint en plein thorax, ce jeune d’une vingtaine d’années n’a pas survécu durant son transport vers l’hôpital.

Le tireur est en fuite.

Le parquet de Metz a confié l’enquête à la police judiciaire.

Avignon (Vaucluse) – Toujours ce samedi dans l’après-midi, trois jeunes garçons qui attendaient le bus, quartier de la Reine-Jeanne, ont été pris pour cibles par un tireur cagoulé.

Âgés de 14, 15 et 16 ans, ils ont été touchés aux dos et aux jambes.

Fort heureusement il s’agissait de cartouches à plomb qu’il a fallu extraire à l’hôpital par de légères interventions chirurgicales.

L’individu est reparti à pied et n’a pas encore été interpellé !

Nîmes (Gard) – Alertés par un voisin, les secours ont découvert, vers 3 h du matin, le cadavre d’une femme assassinée, lardée par plusieurs coups de couteau au niveau du cou.

Un individu a été appréhendé deux heures plus tard alors qu’il déambulait dans la rue, à proximité de l’immeuble. Il s’agirait de l’ex-concubin qui a été placé en garde à vue.

Cherbourg (Manche) – En fin d’après-midi de ce samedi, dans un appartement situé 3 rue des Vosges, au troisième étage, alertés par de la fumée les pompiers ont découvert trois cadavres et une quatrième personne très grièvement blessée, qui a été immédiatement transportée vers l’hôpital et dont l’état est stabilisé.

Deux des victimes, tuées par arme blanche, ont pu être identifiées.

Une enquête est en cours.

Dans tous ces faits divers qui se sont déroulés durant le dernier week-end, nous ne sommes pas informés ni sur les identités, ni sur les origines des délinquants !

**Et pendant ce temps-là, en visite au Maroc, le pape François, qui est tout de même le souverain pontife de tous les chrétiens, réclamait que l’on mette en activité le plus rapidement possible les engagements du « pacte de Marrakech », notamment sur l’élargissement des canaux migratoires. Il souhaite devenir le « vrai compagnon de voyage des migrants » et que leur soit ouverte « La route marocaine », trop fermée, à son goût, dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla.

Pas un seul mot pour compatir aux milliers de chrétiens assassinés dans le monde, justement dans ces différents pays subsahariens dont il espère accueillir en Europe de nombreux migrants.

Manuel Gomez