1

Autopsie d’un assassinat, de Bernard Gantois : à mort la bagnole !

AUTOPSIE D’UN ASSASSINAT

Première partie

Ce livre1 écrit par Bernard Gantois, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, amène le débat sur l’ensemble des libertés publiques avec en entrée les atteintes à nos libertés de conducteurs.

Chacun a pu observer, au fil du temps, les multiples contraintes administratives, techniques et commerciales que les gouvernements successifs nous ont imposées sans jamais remettre en cause celles déjà décidées. Ceci concerne les constructeurs, propriétaires, conducteurs et passagers de toutes les sortes de véhicules. Souvent mises en place par décision de l’Union européenne qui n’a pas été créée pour cela et que nous avions majoritairement rejetée par un référendum rendu caduque par Sarkozy, ces contraintes sont relayées par les compagnies d’assurances, lesquelles n’ont pas non plus été créées pour un rôle de police administrative.

Mais tout cela est, comme toujours, présenté comme étant pour notre bien.

La crise du covid ayant montré au gouvernement que la majorité des Français obéit au doigt et à l’œil à n’importe-quel ordre arbitraire et que certains sont même demandeurs de davantage encore, celui-ci n’a pas lieu de s’imposer des limites.

Quand on prétend que ces décisions concernant les véhicules sont pour notre bien, on doit admettre que le plus souvent et jusqu’à présent, les arguments étaient plutôt objectifs. Les applications et les usages officiels et probablement officieux pratiqués ensuite le sont moins, de même que les extensions prévisibles. Mais à présent, on se demande pour quel bien l’Union européenne prétend nous imposer un enregistreur d’utilisation et un limiteur de vitesse, ce dernier pouvant s’avérer dérangeant ou même dangereux. Exemple que j’ai déjà cité dans un autre article2 : le système eCall obligatoire depuis l’an dernier sur les véhicules neufs permet de localiser le véhicule, de savoir combien de personnes se trouvent à bord et d’entendre ce qui s’y passe. Seul le SAMU se sert de cela ? Vraiment ? L’enregistreur d’utilisation ne conserverait que les données des cinq dernières secondes, vraiment ? Et jusqu’à quand ? Qu’est-ce qui garantit contre les extensions possibles et même probables de ce machin une fois son installation entrée dans les usages ? Un limiteur de vitesse sujet à dysfonctionnement ou piratage, empêchant de dépasser dans de bonnes conditions de sécurité un véhicule trop lent, ce serait pour notre bien, vraiment ? Et quand on aura multiplié tous ces espions devenus trop lourds ou encombrants pour une moto, pourra-t-on encore rouler à deux roues ?

Au fil du temps, se sont aussi multipliées les contraintes administratives et physiques sur la route et la réduction progressive des possibilités d’aménagement et réparations pour un non-professionnel. Voici pourquoi je garderai le plus longtemps possible ma vieille voiture comportant très peu d’électronique, aucun espion ou sonnerie intempestive, et sur laquelle je peux travailler seul pour beaucoup d’opérations d’entretien. Et cela sans me dire que j’assassine la planète à chaque fois que je tourne la clef de contact. Il faut bien admettre que conduire n’est plus un plaisir aujourd’hui comme dans les Trente Glorieuses. Si, en ce temps-là, on nous avait dit que les ralentisseurs pour la plupart hors-normes pousseraient comme des champignons, que nous serions comme dans les films de James Bond et que des maires écolos-dingos pourraient limiter la vitesse même sur les autoroutes passant à proximité de leur ville, nous ne l’aurions certes pas cru. Nous aurions même argumenté : les gens ne se laisseront pas faire ! Et bien si !,

Revenons au livre de Bernard Gantois : il rappelle opportunément le slogan électoral du premier candidat écologiste à l’élection présidentielle, René Dumont -qu’on ne regrette pas- lequel slogan prétendait que « La voiture ça pue, ça pollue, ça rend con ». Avec 1,32% des voix il retourna à ses chères études, mais le mal écolodingo était semé. On en voit le résultat aujourd’hui. N’en déplaise aux écolos, ma vieille voiture sent bon l’entretien régulier. Ensemble avec ses sœurs du même âge, elles ne polluent pas plus que la production et le non-recyclage des éoliennes, elles sont plus discrètes, servent plus souvent et désintègrent moins d’oiseaux. Et je ne suis pas plus con qu’eux, voire même beaucoup moins, me plais-je à croire.

Le développement du tramway dans les grandes villes a surtout eu pour but d’en chasser les voitures. Son occupation de grands espaces de voirie agrandie par la multiplication des pistes cyclables, en fait peu utilisées, le stationnement payant, les zones interdites aux non-résidents et bientôt l’interdiction généralisée de plusieurs catégories de véhicules atteignent de plus en plus leur but.

L’auteur ne cache pas que la franc-maçonnerie est à l’œuvre dans cette entreprise de restriction de la liberté de circulation, avec la complicité des syndicats gauchistes toujours prêts à semer la révolution sous quelque forme que ce soit.

Avec le développement de la haine de soi et de tout ce qu’on réalisé nos Anciens, la procédure se développe avec l’assentiment d’un public passif ouvert à la théorie que c’est pour son bien, une fois de plus.

Le contribuable qui paie aussi déjà beaucoup pour sa voiture participe avec ou sans son accord au financement de cette entreprise de démolition de sa propre liberté.

Dans les années soixante-dix, les gouvernements pratiquèrent la politique de la culpabilisation pour faire oublier leur volonté délibérée de ne pas maintenir et développer les infrastructures routières nécessaires au succès grandissant de l’automobile. Je me souviens bien de cela puisque, jeune motard, je constatais souvent que les routes étaient déjà inadaptées à la circulation de leur époque et dangereuses pour les motos. Ainsi culpabilisa-t-on les conducteurs accusés d’être des alcooliques (cela n’a pas changé avec le petit maCrON) et d’être des fous de la vitesse. Je me souviens aussi que, jeune secouriste bénévole, j’entendais dire de source sûre que les rapports de police en cas d’accident de la circulation comportaient fréquemment la mention de défaut de maîtrise lié à une vitesse excessive, quand bien même ce critère soit le plus souvent subjectif et non mesuré.

Déjà, dans les milieux staliniens, il se disait que « en contrôlant l’énergie, les transports et l’enseignement, il n’y aurait plus besoin d’élections… Ajoutons le contrôle des médias dont la multiplication à but commercial donnant l’illusion de pluralité démocratique est à égalité entre désinformation, médiocrité culturelle et propagande gouvernementale, et nous obtenons la société d’aujourd’hui. Les francs-macs et les staliniens sont à l’œuvre. Les pleureuses professionnelles telles que l’inévitable et insubmersible Chantal Perrichon et le professeur Claude Got ne sont pas oubliées dans l’ouvrage. La limitation à 80km/h serait sortie de l’imagination liberticide sans borne de ce dernier. Comme si cela ne suffisait pas, on a vu pire depuis lors comme médecins corrompus venant faire la morale sur les plateaux de télévision.

Le but officiel de la Ligue contre la violence routière présidée par Chantal Perrichon est « Zéro accident », soit un résultat statistiquement impossible à atteindre et jamais vu par ailleurs. Les bateaux, les avions et même les véhicules hippomobiles chers aux écolos n’atteignent pas ce but. C’est ainsi. Puisque ce résultat est impossible, c’est donc que le but est autre, probablement défini par les sociétés discrètes et fraternelles déjà citées. On peut ajouter une curieuse contradiction dans ce domaine : lorsque j’étais enfant, on me disait qu’il fallait toujours « traverser dans les clous », ces anciens passages pour piétons délimités par des clous à tête large en aluminium plantés entre les pavés de voies urbaines. Aujourd’hui les piétons ont le droit de traverser quasiment n’importe-où avec priorité sur les véhicules. Encore un droit donnant l’illusion de davantage de liberté, qui est surtout, pour reprendre une expression populaire, celui de ne pas « être dans les clous », ce qui est bien dans l’air du temps.

Daniel Pollett

1 Autopsie d’un assassinat, Bernard Gantois, Éditions de Chiré, 284 pages, 2020, 23€.

Sur TV-Libertés : https://www.youtube.com/watch?v=vm0GhALe5UU

2 https://ripostelaique.com/lempire-des-sens.html




Belle claque pour Macro-Néron, juste sanction pour le parti mariniste

Hier, les électeurs français ont aussi massivement qu’au premier tour de scrutin manifesté leur mépris pour un système politicien frappé d’autisme.

Macro-Néron méprise ou fait semblant de mépriser les résultats catastrophiques pour un parti présidentiel.

Ce faisant, il manifeste une fois encore un grave trouble du discernement. Car n’a-t-il pas toujours été partisan d’une Europe des régions ?

Comment peut-il être atteint de cécité au point de ne pas voir que c’est de lui d’abord que les français ne veulent plus ? De ses manières, en effet néroniennes, dans l’étalage de ses mœurs de déconstructionniste sexuel et culturel, avec ses rappeurs et ses sniffeurs « woke » et « transgenrés » ; de son mépris de l’histoire et de l’identité de la France, de ses embardées dans la conduite de toutes ses politiques : économique, sociale, étrangère, et dans celles de l’Éducation Nationale, de la sécurité intérieure.

Macro-Néron ne peut ignorer qu’il n’a à ce jour, en aucun domaine, répondu à l’attente des Français.

La deuxième gifle électorale par l’abstention de masse a frappé hier particulièrement Marine Le Pen dont le parti a proportionnellement beaucoup plus dégringolé que ceux de la gauche socialiste et de la pseudo-droite des Républicains qui, du coup, confortent leurs positions.

Au nom d‘une stratégie de « dédiabolisation » du Front National qui n’aurait dû se manifester que par la volonté d‘en finir avec « le détail », elle a abandonné la nécessaire lutte contre l’islamisation de la France ; le combat contre la culture de mort ; contre la dénaturation du mariage ; contre le saccage de l’Éducation Nationale et pour les libertés scolaires ; brandissant dans les domaines économiques et sociaux des positions archéosocialistes.

Comme je l’ai écrit la semaine dernière, la question qui est aujourd’hui fondamentalement posée par l’abstentionnisme de droite est celle de « l’offre », de ce que devrait proposer courageusement un programme de reconstruction politique. Il est douteux que Marine Le Pen veuille ou puisse se ressaisir.

Proposition : les neuf piliers de la doctrine de la droite de conviction pour une reconstruction nationale.

  • Vie : non à la culture de mort

Respect de la vie humaine. Avortement et euthanasie ne sont pas des valeurs !

  • Société : défense des trois cohésions fondamentales : familiale, sociale, nationale.
  • Éducation : libérer l’école, les collèges et lycées des emprises idéologiques et des diktats des minorités sexuelles ou racistes.
  • Affronter les périls mortels :
  • Politique d’inversion radicale de l’immigration
  • Politique de lutte contre l’islamisation de la France
  • Politique de rejet du libéralisme mondialiste et du carcan eurocratique ; sortie de cette Union Européenne-là, développement de pactes d’alliances entre les nations européennes.
  • Protection de nos productions : industrielles et agricoles stratégiques.
  • Justice-Magistrature :
  • Séparer la justice des emprises idéologiques et corporatistes.
  • Restaurer la primauté du droit national sur le droit européen.
  • Sécurité :
  • Rétablir la confiance entre l’État et l’Armée française et les forces de police.
  • Augmenter leurs moyens en hommes et en matériel.
  • Culture-médias :Agir pour les dégager des emprises idéologiques et des pouvoirs des hiérarchies parallèles.

Bernard Antony

https://www.lagrif.fr/elections-regionales-et-departementales-belle-claque-pour-limpudent-macro-neron-juste-sanction-pour-les-abandons-de-valeurs-du-parti-mariniste/




Minute complotisme : le coup de la cyber-attaque des Schwabbies…

Ma deuxième petite minute complotiste. Vous souvenez-vous qu’en 2015 des drones jamais identifiés avaient survolé des centrales nucléaires ? On avait dit qu’elles ne couraient aucun risque car elles sont construites à preuve d’avions… enfin…avion type Cesna… c’est pas Boeing, ni Tupolev… mais bon… il n’y a pas eu de crash d’avions chez nous. Par contre il y a eu des coupures de courant pendant l’hiver et des villages belges ont été coupés du réseau à cause de la pénurie d’électricité…

A l’époque la presse a aussi expliqué qu’il suffirait d’incendier le transformateur de cinq centrales pour plonger l’Europe dans le black-out électrique peut-être pendant des mois…

Alors mes antennes complotistes me disent : “olala! S’ils en parlent, c’est qu’ils y pensent…”. Qui ça “ils” ?

Eh bien, ceux de la covièpandémie, les mondialistes qui nous infligent des confinements et des vaccins… et peut-être préparent la réduction de la population mondiale à 500 millions d’individus pucés et « reconnaissance-facialisés » comme en Chine…

Et voilà que le copain Schwabby (petit nom affectueux pour Klaus Schwab) nous met en garde contre le cybercrime :

https://www.youtube.com/watch?v=ogEe02oLGRo

https://www.youtube.com/watch?v=ogEe02oLGRo

En effet il prévoit une cyber-attaque à côté de laquelle la covi-pandémie, ce serait de la gnognotte…

Pierre Hillard en parle aussi :

Après le covid, une cyberattaque mondiale ? Par Pierre Hillard (breizh-info.com)

Et JJ Crèvecœur va plus loin :

https://fulllifechannel.com/v/368?channelName=JeanJacquesCrevecoeur

Et Mgr Viganò rappelle que Staline avait organisé une famine pour éliminer les Ukrainiens…

https://www.youtube.com/watch?v=XQJFhBni2LU

https://www.youtube.com/watch?v=XQJFhBni2LU

Jean-Jacques Crèvecœur examine ce que ça pourrait donner.

Il suffit de couper le courant et TOUT s’arrête… : la distribution de l’eau, les approvisionnements des supermarchés et des pompes à essence et tout le reste.

Vous imaginez les hôpitaux et les banques sans électricité ? Plus un seul scialytique dans les salles d’opération, plus un seul Bancomat (DAB)… Ni internet,  réseaux sociaux, ni téléphone…

Quel serait leur intérêt à nous priver de moyens de communication ? Simple: il y a les vaccinés et les réfractaires et pour contraindre les réfractaires, quoi de mieux qu’une crise majeure pendant laquelle on se trouverait tous isolés sans pouvoir se contacter, ni s’entraider ?

Actuellement ils en sont à offrir un hamburger pour une injection, on pourrait reverser la vapeur : pas d’hamburger pour qui refuse l’injection.

Ils pourraient aussi interrompre l’approvisionnement et faire croire que les camions ne circulent pas à cause des non-vaccinés et donc les vaccinés vont se fâcher contre les non-vaccinés…

Enfin, si d’ici là les sportifs comme Mbappé ne commencent pas à dire que les vaccins torpillent les penaltys.

Mais ce que Schwabby envisage c’est la grosse cyber-attaque, “effrayante” … donc une simulation est prévue pour le 9 juillet, juste à la veille du 14 juillet…

Qu’est-ce que cela va être ? Surprise…

Ils pourraient être encore plus malins et ne rien faire du tout le 9 juillet. Ainsi ils pourraient ridiculiser les complotistes. Ceux qui auraient fait des provisions se retrouveraient avec leur riz et pâtes pour les 6 prochains mois…

Mais, par contre, “ils” pourraient  frapper un vrai gros coup à l’improviste, justement quand plus personne n’y pense et n’a plus de provisions… Par exemple quand tout le monde est à la plage à faire bronzette… Le big bordel… les campings pleins… les réservoirs d’essence vides ou du moins pas assez pleins pour pouvoir rentrer chez soi… trains, avions et tout le reste bloqués…

C’était monsieur Fukuyama qui disait que l’Histoire était finie ? Il va avoir le temps de revoir sa copie, mais avec un crayon et sur du papier car les machines à écrire n’auront plus d’électricité et pour les machines manuelles, je ne sais pas si on trouve encore des rubans et du papier carbone… C’est si loin tout ça…

Non mais, vous imaginez la vie sans ordi,  ni tablettes, ni « smartfon » ? Plus besoin d’aller aux Seychelles pour goûter au dépaysement.

Dans tous les cas, ayez toujours une bonne provision de croquettes pour vos chats et vos chiens. Elles ne sont pas périssables et le cas échéant… elles sont comestibles aussi pour les humains…

Et, l’argent que vous investissez dans des provisions non périssables, c’est de l’argent bien placé qu’aucun crash bancaire ne pourra vous voler.

Donc, si – un de ces quatre – vous vous réveillez et qu’il n’y a pas d’électricité, ni de mail, ni de Riposte Laïque… Surtout, pas de panique ! Dites-vous que ce sont les Schwabbies (les copains de Schwabby) qui simulent une cyber-attaque. Prenez patience, relisez votre manuel du parfait petit survivaliste et allez faire un tour au parc en attendant que ça passe…

Bien sûr il vaut mieux habiter un petit village que le centre d’une grosse ville. Il faudrait y réfléchir.

Ne courrez pas vous faire vacciner, ça c’est dépassé car comme le disaient Pierre Bessé et Alain Baur sur Cnews:

Le futur c’est super :

“le prochain virus sera cyber”…

Le prochain virus sera Cyber – C News – YouTube

Ce qui est curieux c’est que le complotisme devient de moins en moins complotiste…

Anne Lauwaert 1.VII.21




Première en Suède : un policier abattu dans un quartier sensible

Vers 22 heures 30 hier, 30 juin, un policier en service a été abattu avec une arme à feu par un  individu roulant en mobylette ou moto, à proximité du policier. Il se trouvait avec un collègue dans le quartier sensible  de Biskopsgården, en discussions avec deux autres personnes.

Dans les quartiers sensibles, les policiers se déplacent en mobylette banalisée comme le font les délinquants. Sur les clips vidéos pris après l´attaque, on voit le policier à terre en uniforme avec une collègue également en uniforme qui fait des massages cardiaques.

En cours de journée, des rumeurs semblaient dire que le policier n’était pas la cible. Par contre, le journal local Göteborgs Posten (GT) rapporte le témoignage d’un policier de Göteborg qui affirme que le policier était la cible. Ce qui pourrait faire penser que les délinquants ont voulu faire un exemple.

Le policier abattu avait 32 ans et vivait en couple avec une collègue qui est enceinte. Selon certaines sources, il était relativement nouveau dans la police.

Pendant la nuit de mercredi à jeudi, la police a mené des interrogatoires mais toujours pas de suspect.  Dans le climat délétère de la Suède – viols en chaîne, agressions gratuites ou pas, cambriolages, règlements de compte entre bandes, zones sensibles hors de contrôle et j’en passe – la Suède est passée à un cran supérieur dans l’anarchie. Puisqu’il faut ajouter à cette situation la crise politique déclenchée depuis une bonne semaine par le vote de défiance au Parlement (Riksdagen) qui a poussé le premier ministre (socialiste) à la démission.

La Suède, selon les statistiques récentes  sur la délinquance en Europe, arrive avant dernière juste devant le Montenegro, c’est dire la dégringolade du pays en matière de sécurité.

Ça s’aggrave, puisque les délinquants n’ont ni respect ni peur de la force publique.

Jean-Claude Jourdan

Suédois des Cévennes




Lechypre et Fourest et Cie : jusqu’où iront-ils ?

Jusqu’où iront-ils ?

« Les non-vaccinés, ce sont des dangers publics (…) On vous vaccinera de force, moi je vous ferai emmener par deux policiers au centre de vaccination. Faut aller les chercher avec les dents et avec les menottes s’il le faut ! ».

« Les antivaccins devraient être interdits de sortir, d’aller au resto, au cinéma » a encore vociféré Emmanuel Lechypre.

Ces propos, même vociférés, ne sont pas innocents et anodins et Emmanuel Lechypre propose ni plus ni moins de nous retirer nos droits et notre citoyenneté avant de nous emmener « de force s’il le faut », dans des « centres de vaccination ».

Ces propos font peur, réellement, il ne faut pas les prendre à la légère, l’histoire récente est là pour nous le rappeler.

En France, à partir de 1941, il a été tenu des propos identiques sur les Juifs à qui les politiciens (essentiellement de gauche) ont enlevé les droits et la citoyenneté.
Ensuite, des fonctionnaires, dont les gendarmes, sont allés les chercher chez eux pour les emmener dans des centres de rétention en attendant de les entasser dans des wagons à bestiaux qui les menèrent aux camps de la mort (où ils furent nombreux à subir des « expériences médicales » avant de mourir).

Emmanuel Lechypre a tenu ces propos le 29 juin 2021 sur BFMTV qui se transforme un peu plus chaque jour vis-à-vis des opposants à la suppression de nos libertés fondamentales et à toute obligation vaccinale, en « Radio Paris » et en « Radiotélévision libre des Mille collines ».

La « Radiotélévision libre des Mille collines » était une station de radio rwandaise qui a joué un rôle important lors du génocide des Tutsis au Rwanda (800 000 Tutsis massacrés, y compris à la machette), entre le 7 avril et le 17 juillet 1994.
Plus loin de nous, « Radio-Paris » fut la radio nationale publique française qui se mit au service de la collaboration avec les nazis jusqu’au 17 août 1944.

Ils se déchainent en meutes assoiffées de mesures dictatoriales afin de nous soumettre à leurs désirs les plus macabres.

Dans un éditorial publié dans Marianne le 25 juin 2021 et intitulé « Non-vaccinés récalcitrants : la patience a ses limites », la militante homosexuelle (elle se présente ainsi), Caroline Fourest, qui est à l’immunologie et aux libertés individuelles ce que la lèpre est à la santé, nous accuse par anticipation d’être les responsables d’une éventuelle et future « 4° vague » des pseudos-infections au prétendu Covid-19 : « Si nous sommes frappés par une quatrième vague, ce ne sera ni la faute de la mère Nature ni même, pour une fois, celle du gouvernement. Mais la faute des non-vaccinés. »

Quels sorts réservent-ils aux non-vaccinés ?
Allons-nous subir un sort semblable à celui des Juifs qui ont été envoyés dans les camps de la mort ?
À celui des Tutsis ?
Se contenteront-ils de nous injecter de force leurs poisons ?
Qui connaît exactement le sort qu’ils nous réservent ?

Ils sont ultra minoritaires

Les « injectés », que ce soit avec de l’ARNm, avec des cellules de chimpanzés infectées ou avec du sérum physiologique (pour la caste médiatique et politique de néonazis qui sont aux manettes), sont ultra minoritaires.
Ils sont ultra minoritaires comme l’ont été ceux qui sont allés voter et marquer ainsi leur adhésion au système politique français actuel.
Ils nous menacent, ils nous injurient et ils considèrent que nous devons nous soumette à leurs volontés et renoncer à nos droits d’êtres humains.
Qu’attendons-nous pour nous confronter à eux partout où ils sont afin de les envoyer dans les cordes ?
Nous sommes largement majoritaires, n’attendons pas qu’ils ouvrent les camps et que les fonctionnaires éborgneurs nous y parquent avant de nous injecter de force leurs poisons.

Battons-nous, battons-les, tant qu’il en est encore temps.

Pierre Lefèvre




L’élection carnavalesque 

A un an de l’élection présidentielle, il est effarant de voir à quel point tous nos hommes politiques se ressemblent : ceux qui sont au Pouvoir ne pensent qu’à le garder, et ceux qui n’y sont pas ne pensent qu’à le prendre.

D’où les rivalités féroces, et leur lot de mensonges pour mieux salir celui que nous voulons abattre via les urnes. Ce qui compte, c’est d’être élu, et pour cela tous les moyens sont bons. Si le passé ne nous est pas favorable, nous en fabriquons un qui le soit. Si les adversaires sont brillants, nous les assombrissons. S’ils sont féroces, peu importe : nous le sommes plus qu’eux ! Notre joie, c’est leur tristesse ; notre bonheur, c’est leur malheur. Et tout ça au nom de la France.

D’où le fameux «Vive la France ! » qui clôt les grands discours politiques.

Et pendant ce temps, des milliers de Français croupissent dans des ruelles, sous des ponts ou sur des trottoirs, sans que nous y prêtions la moindre attention ! L’important relève d’un autre ordre : c’est la victoire des « Bleus », un concert de rock, ou la dernière visite du Chef de l’État dans telle ou telle contrée de France.

Quand donc ce sinistre carnaval finira-t-il ?

Nous connaissons tous la réponse : JAMAIS !

Maurice Vidal