1

Les enfants de Staline cherchent un pic à glace pour en finir avec Z

Il faut des références historiques, pour comprendre ce titre, que ne possèdent pas les crétins antifas qui hurlent tous que Zemmour est un fasciste, un antisémite, un nazi, un semeur de haine et un diviseur du pays, sans oublier le coup du mauvais juif.

Eric  Zemmour, lors de sa conférence de Nantes, a qualifié d’enfants de Staline les antifas, mais aussi tous ceux qui, par leurs propos ou leurs silences complices, cautionnent les manifestations et les appels à la violence qui se multiplient contre lui.

https://www.fdesouche.com/2021/10/30/eric-zemmour-a-nantes-les-francais-veulent-avoir-des-rapports-sains-dans-une-societe-homogene-entre-gens-civilises-tout-simplement-la-bretagne-nest-plus-epargnee-de-limmigration/

Toute la classe politique, toute la caste journalistique, tous les collabos de l’Etat profond, tous les mondialistes, multiplient matin, midi et soir des insultes, des menaces, des mensonges historiques, des amalgames malhonnêtes, contre celui qui va déclarer sa candidature dans quelques jours, nous n’avons pas l’ombre d’un doute, tant il est supérieur à l’ensemble de tous les médiocres qui postulent contre lui.

Cette vidéo de 1 h 20 minute nous le confirme, par la qualité des sujets qu’il traite, interrogé qu’il est par l’historien Reynald Secher, sur le Patrimoine, l’Identité, l’Education nationale ou la civilisation française.

Mais une étape a été franchie, ce week-end, à Nantes, avec des collages massifs d’affiches appelant ouvertement au meurtre d’Eric Zemmour. Un graffiti a également évoquer « un billet sur la tête d’Eric Zemmour », autre encouragement à payer celui qui oserait l’assassiner.

Mais des candidats à la présidentielle sont dans le même registre. La Dingo paraissait encore plus hystérique que d’habitude. Il paraît même qu’elle a cassé un verre, tant sa colère était grande.

Le marchand de miel était dans le même registre…

Le mongolo Poutou itou…

Sans parler du Yéti…

DupondMorettiZemmour.jpg

Ou de Méluche…

Ou donc des Antifas…

Les crétins demeurés qui manifestent et insultent Zemmour ignorent que, dans les années 1930, un certain Léon Trotski était l’homme à abattre pour les staliniens, qui, par ailleurs, multipliaient les assassinats politiques contre les militants de la IVe Internationale, fondée par le camarade Léon. Et ils parvinrent à leur fin le 21 août 1940, quand l’agent du Komintern Ramon Mercader, qui avait gagné la confiance des proches de Trotski, lui asséna un coup de pic à glace mortel sur le haut du crâne.

Trotskiassassine.jpg

81 ans plus tard, dans un registre différent, mais avec la même idéologie liberticide, Fabien Roussel, un des derniers staliniens d’Europe de l’Ouest, ose, toute honte bue, proposer d’adapter la loi Gayssot à la candidature d’Eric Zemmour, en interdisant à tout homme condamné par la justice pour incitation à la haine de postuler à la présidentielle.

Ben voyons, comme dirait Eric ! Reste que dans un climat où tout paraît possible, les salopards qui nous gouvernent sont bien capables, outre la multiplication de procès contre Eric Zemmour, de mettre aux voix cette proposition à l’Assemblée nationale, où, dans une touchante unanimité, tout le monde, de Marine aux Insoumis en passant par LR, la LREM, le Modem, les Verts, les socialauds et les cocos seraient capables de voter un tel amendement liberticide.

En tous cas, les choses sont claires, ils rêvent tous d’assassiner Eric Zemmour, d’abord politiquement, en le mettant hors d’état de nuire à leurs intérêts par tous les moyens, y compris les pires.

Reste que cela se verrait quand même beaucoup, et que le peuple, lui, est derrière Eric, tous les jours un peu plus…




Nantes : à la lâcheté des antifas, Zemmour oppose un courage sublime et ça décoiffe

Ce qui frappe, à Nantes, c’est le grand silence des élus face aux violences des antifas opposés à Eric Zemmour. Un insupportable déni de démocratie qui semble arranger les candidats, menacés par le seul patriote qui se propose de remonter le pantalon des Français, cocufiés depuis 40 ans par des dirigeants poltrons qui ont perdu tout sens de l’Etat.

Comme le dit Mathieu Bock-Côté :

« Les milices antifas usent de la terreur pour perturber l’élection présidentielle. Je m’étonne de l’indifférence, voire de la complaisance, des politiques envers ces violences »

A ce niveau de mutisme, ce n’est plus de la complaisance, c’est de la complicité.

Les menaces de mort contre Zemmour, contre la police, contre les « fachos », tout cela laisse de marbre nos « démocrates », qui rêvent de voir Zemmour renoncer.

Ils ont tout essayé…en pure perte.

Les accusations de harcèlement sexuel ressorties de la naphtaline 20 ans plus tard

La photo de Paris-Match, pour salir la réputation de notre champion

Les insultes en tout genre, en le traitant de collabo, de pétainiste, de facho, de xénophobe, de raciste, d’homophobe, de misogyne, d’islamophobe et cerise sur le gâteau, d’antisémite !

Et comme tout cela ne fonctionne pas, comme les islamo-gauchistes et les mondialistes n’ont aucune prise sur lui, vu que Zemmour ne traine aucune casserole, ses détracteurs tentent d’user de la violence pour en faire un semeur de troubles menaçant la paix civile.

Mais toutes ces grosses ficelles ne marchent plus. Le peuple français, même dans les campagnes les plus reculées, a compris que le « vivre ensemble » était la plus belle arnaque des trente dernières années.

Tout est bon pour torpiller la candidature de Zemmour.

La dernière attaque vient du communiste Fabien Roussel qui va déposer une résolution le 2 décembre, dans le but de renforcer la loi Gayssot afin de rendre Eric Zemmour inéligible suite à sa condamnation pour racisme.

A suivre…

JMLP, qui a une grande estime pour Eric Zemmour l’a répété :

« Le peuple français doit se préparer à défendre son identité, sa sécurité, sa liberté et même son existence. »

« Les Français doivent se réveiller, sinon ils mourront. »

https://www.youtube.com/watch?v=uX_Beq3FxUc

Mais revenons à Nantes, où 200 ennemis de la démocratie ont braillé leur haine de Zemmour et des patriotes, tandis que 2000 de ses fans l’acclamaient au Zenith.

Je cède la parole à notre champion.

https://www.fdesouche.com/2021/10/30/eric-zemmour-a-nantes-les-francais-veulent-avoir-des-rapports-sains-dans-une-societe-homogene-entre-gens-civilises-tout-simplement-la-bretagne-nest-plus-epargnee-de-limmigration/

«On sait qui était Joseph Staline, on sait les centaines de milliers de morts qu’il a provoqués, ces gens-là ne sont que leurs lointains descendants»

« Les Français veulent avoir des rapports sains dans une société homogène entre gens civilisés, tout simplement…La Bretagne n’est plus épargnée par l’immigration »

« Les gens qui manifestent contre moi sont les vrais anti-républicains »

“Qu’on se le dise, fascisme est aujourd’hui le mot le plus dangereux au monde. Il détruit toute vie intellectuelle. Mais être la cible de ces antifascistes est une médaille pour moi.

« Il y a encore une dizaine d’années, Nantes faisait partie de ces dernières grandes villes préservées du grand remplacement et de l’ensauvagement. Mais ça… c’était avant »

“J’ai longtemps cru que Nantes et la Bretagne étaient épargnés des conséquences du vivre-ensemble. C’était avant que Nantes ne subisse de force l’immigration.”

« Depuis les années 80, le tonneau des Danaïdes des banlieues nous a déjà couté plusieurs dizaines de milliards d’euros. Pendant ce temps, nos villes se vident et meurent à petit feu. »

« Dès 2022, il faut transférer une grande partie des budgets de rénovation des banlieues vers une revitalisation de nos centres-villes et de nos petites communes »

« En favorisant systématiquement des banlieues islamisées qui votaient pour elle, la gauche n’a eu de cesse de saccager nos villes françaises et de menacer notre art de vivre. »

« Je revendique comme le grand Levi Strauss, le droit de rester sourd aux valeurs de l’Autre quand elles nous tuent. Je revendique le droit de les critiquer et même de les combattre ! »

« Pour sauver ce mode de vie qui fait la jalousie du monde entier, nous devons avant tout arrêter les flux migratoires. Mais l’immigration n’est pas seule en cause : ce sont nos villes qu’il faut redynamiser, nos villages qu’il faut ressusciter. »

« La France, elle, aspire au repos et au calme, à la tranquillité pour ses aînés et à la sécurité pour ses enfants. Les Français veulent avoir des rapports sains dans une société homogène entre gens civilisés, tout simplement ! »

« Nous ne pouvons pas supporter deux civilisations différentes sur le sol français. »

« Il faut faciliter l’accès à la propriété pour nos jeunes, en rendant déductible de l’impôt sur le revenu les intérêts liés à l’acquisition d’une résidence principale. »

Et pour clôturer ce beau rassemblement patriote, une superbe Marseillaise chantée à pleins poumons. Une fois de plus, c’était du grand Zemmour.

Jacques Guillemain




Les socialistes veulent la mort des soignants licenciés

(les soignants dans la rue)

Quinze départements ont envoyé une lettre au premier ministre lui signifiant leur opposition à la demande du gouvernement de verser le revenu de solidarité active aux « personnes privées d’emploi suite à un refus d’obligation de vaccination concernant leur profession ».

Il ne fait pas bon habiter ces départements, dont la Gironde, les Landes, la Haute Vienne, le Lot-et-Garonne, la Lozère, l’Aude, les Pyrénées Orientales, le Tarn.

RSA aux non-vaccinés : la Gironde, les Landes et le Lot-et-Garonne interpellent l’État (sudouest.fr)

Applaudis tous les soirs à 20 heures l’an dernier, voilà les soignants réduits à la mendicité. Belle suite dans les idées. Belle reconnaissance.

Il ne reste plus à ces anciens salariés, tous très compétents et ce n’est pas de l’humour, qu’à se mettre à faire la manche. Et à aller grossir le nombre des SDF.

Il y a des ponts dans toute la France. Préférer le Pont Neuf au viaduc de Millau, trop aéré.

Les arguments des départements ? Ce devrait être l’Etat qui paie, assumant ses décisions – car c’est lui qui a décidé que les soignants non vaccinés devraient être privés de leur emploi.

C’est Olivier Véran ministre de la santé qui l’a annoncé le 12 juillet sans ciller : « à partir du 15 septembre les soignants non vaccinés ne pourront plus travailler et ne seront plus payés. » Décision confirmée par Jean Castex : « nous ne reculerons pas. » Machiavélique duo.

Surtout, les départements désirent que le RSA soit réservé, comme la loi l’explicite, aux « personnes qui sont dans l’impossibilité d’avoir des revenus d’activité. »

Donner le RSA à ces soignants serait transformer le RSA en allocation chômage déguisée et ce n’est pas sa vocation, disent-ils.

Tout cela est jouer sur les mots. Car pourquoi alors attribue-t-on sans discuter un RSA de 550 euros à presque tous les étrangers ? et une ADA de 207 euros aux demandeurs d’asile, qui n’ont aucun droit pour la majorité des Français  ? Plus une retraite à des gens qui n’ont jamais cotisé en France : l’ASPA, plus de 1400 euros pour un couple.

Plus tout le reste. Délicat à chiffrer car tous les jours on invente une nouvelle allocation pour les nouveaux venus. Il est difficile de s’y retrouver et c’est fait exprès. Il vaut mieux être clandestin en France que soignant licencié pour non vaccination.

La question est bonne malgré tout : en effet l’Etat s’apprête à prendre en charge le RSA de Seine Saint Denis parce qu’il est problématique. Je subodore des fraudes gigantesques. Que voulez-vous, le 9, 3 c’est la Californie sans la mer. Alors tout s’explique…

Mais prendre en charge le RSA des soignants, ça, non, pas question. Bon de toutes manières c’est nous qui payons. Mais on préférerait payer les soignants à nous soigner.

De toute manière c’est à des indemnités de licenciement qu’ils devraient avoir droit. Mais pas question non plus. Ils ne veulent pas être vaccinés, ayant certainement vu de leurs yeux les effets néfastes des vaccins ?… Qu’ils crèvent.

On dit que 15 000 soignants se retrouvent ainsi sur le pavé et peut-être bien plus.

Cette obligation vaccinale est illégale, car le droit français est fondé sur l’inviolabilité du corps humain et l’obligation du consentement éclairé avant tout acte médical.

Mais évidemment ce vaccin constitue un pactole qui broie tout sur son passage et qui rapporte. Stéphane Bancel PDG de Moderna avait une fortune de 409 millions de dollars avant la crise. Maintenant, sa fortune est de 10 milliards et demi.

Cette décision de licencier les soignants non vaccinés doit être combattue par tous les moyens car elle met injustement du personnel qualifié sur le pavé.

Et de plus, elle ruine l’hôpital qui connaît à cause de cette décision un désordre incroyable. Dû aux décisions criminelles de nos apprentis sorciers.

Voyez plutôt : 15 000 soignants licenciés sans doute plus. 5700 lits fermés pendant la crise. Et maintenant bien plus, par manque de soignants : 20 % selon le collectif inter hôpitaux mis en place par Véran, qui en grand guignol, conteste ce chiffre, pourtant issu de ses propres services.

Des services entiers tournent au ralenti. Par exemple dans les services pédiatriques de l’hôpital Bicêtre où 24 lits des urgences pédiatriques ont été fermés, et lisez bien, cinq enfants en situation d’urgence ont été refusés ce mois-ci.

Dans un service de l’hôpital Bichat, les départs sont tels qu’il ne reste plus que 6 infirmières et 4 lits de soins intensifs contre 24 et 28 il y a quelques mois.

Donc les patients eux mêmes sont mis en danger. Un homme de 95 ans a été refusé aux urgences d’un hôpital parce que non vacciné. Les vaccinés aussi : à Besançon, un homme admis aux urgences a demandé un verre d’eau pendant sept heures, tandis qu’une femme a attendu un lit pendant trente heures et qu’un malade de 72 ans a passé des heures sur une simple chaise. C’est la panique.

Mais cependant des victoires ont lieu dans ce combat : l’hôpital de Saint Etienne a réembauché ses soignants licenciés, en Martinique l’hôpital de Fort-de-France également. Mais pour l’instant ce n’est qu’une lueur d’espoir.

Les soignants sont donc condamnés par Véran à mourir de faim et les malades à mourir faute de soins.

On souhaite bon courage à Olivier Véran et à ses comparses : il resterait encore selon Florian Philippot 130 000 soignants non vaccinés à licencier, pour parachever la destruction de l’hôpital public et le génocide des Français. L’un et l’autre déjà bien entamés.

Pendant ce temps, pendant que les soignants sont menacés de crever la bouche ouverte, et les patients de ne plus être soignés, nos dirigeants collabo-islamisés sont aux petits soins pour les clandestins envahisseurs qu’on va chercher au large sur rendez-vous et qui s’en mettent plein les poches.

Sophie Durand




Nier l’état de guerre civile est une infâmie

Assassinsmuzzbataclan.png

Je ne suis pas convaincu que beaucoup connaissent Jacques Salomé. Ce monsieur est un psychosociologue pourtant réputé. C’est donc un spécialiste de la psychologie sociale, soit un technicien des phénomènes de la pensée sociale. Selon lui « l’ennemi de la vérité n’est pas le mensonge mais le déni, entretenu par certaines croyances qui s’imposent comme des certitudes ».
Pour ma part, je pense que l’un n’est que la conscientisation de l’autre. Pour ne pas avouer la vérité, on nie les faits en travestissant le réel, connu pourtant de tous.
La perception de l’état dans lequel se trouve la nation française en est l’exemple le plus édifiant.
Le 25 septembre à Lyon-La Duchère, des policiers de la BAC ont été attaqués à l’arme lourde. Cette même scène s’est produite récemment plusieurs fois à Marseille. Le Val de Marne est aussi touché par ces actes terroristes, piteusement renommés, actes de banditismes ou délinquances. Au cours des mois écoulés, les mêmes agissements se sont produits à Paris, à Poissy, à Herblay, à Valenciennes.

Bobigny, Créteil ou Nanterre n’échappent pas à cette violence. Des villes de moyennes importances, comme Chartres ou Angoulême, connues jadis pour leur sérénité et leur vie paisible, ainsi que quelques autres cités, sont désormais touchées par cette espèce de chao social. En fait, aucun lieu du territoire national n’est protégé de ces violences meurtrières
Quand ce n’est pas un policier qui est agressé, c’est un prêtre qui est égorgé dans son église, ou bien des fidèles massacrés dans une basilique, ou bien encore un enseignant décapité en pleine rue. On pourrait ainsi remplir des pages entières d’actes aussi odieux que violents. Cette longue liste de crimes commence en 1982 avec l’innommable attentat de la rue des Rosiers à Paris.
Il s’agit en l’occurrence d’actes commis par des individus, le plus souvent à l’arme blanche ou à l’aide d’explosif…Mais il ne faudrait pas oublier pour autant les actes de plus grande envergure commis par des groupes structurés, organisés et financés. On pense bien sûr au Bataclan, à Charlie et plus anciennement de la rue de Rennes ou du métro Saint Michel.
A chaque fois, ou du moins dans la quasi-totalité des cas, ces meurtres sont commis au choix, par un Tunisien, un Soudanais, un Syrien, un Irakien, un Afghan, un Somalien, un Marocain ou un Algérien. Il arrive que l’auteur soit un français. Dans ce cas, celui-ci a une singularité en commun avec tous les autres, c’est qu’il est musulman.
Et j’en viens ici au cœur de mon propos, en signifiant, simplement, que l’accumulation de ces actes commis par des mahométans, contre des occidentaux, manifeste, à mes yeux, une forme d’acharnement suspect qui pourrait s’apparenter à une espèce de lutte civilisationnelle.
D’autres parle plus prosaïquement de guerre civile. Pour ma part, j’accepte ce vocable comme étant le pérambule de quelque chose qui se produira plus tard et sera une guerre de civilisation. Nous sommes de plus en plus nombreux à considérer ainsi que la France se trouve en situation d’activisme insurrectionnel, certes encore à bas bruit, mais dont l’intensité grossit sans cesse. Il ne s’agit pas encore d’un cas de figure semblable par exemple à la guerre civile Espagnole mais cela pourrait atteindre un jour ce sommet.
Cette réalité n’est pourtant pas perçue ainsi par un certain nombre de nos concitoyens, des universitaires, des journalistes, des juges (surtout des juges) et même des « clampins » ahuris qui se comportent comme des autruches en ne pensant qu’à la préservation de leur petit pécule dans un halo expurgé de l’image du chao. Il y a aussi ceux qui s’en foutent royalement car en cas de nécessité, ils auront la possibilité d’aller se refaire au Canada ou en Australie. Il y a, enfin, ceux qui partagent le projet avec une jubilation imbécile. On pourrait aussi rajouter les crétins qui réfutent que la solution passe par une prise de décision volontaire énergique, au prétexte que ce serait tomber en dictature (Laurent Joffrin).

Il s’agit, pourtant là, je crois, d’une évidence démontrée par la récurrence des phénomènes de violences produits par une partie de la population, présente sur le territoire national de façon légale ou illégale mais sans lien avec la communauté de cœur française.
Alors, comme toujours, il faut rapporter le réel vécu à la définition de ce réel.
L’entrée en guerre civile passe par un morcellement du groupe à l’intérieur duquel elle survient. C’est la description même de la partition de la France que nos élites reconnaissent à voix basse. Le morcellement des groupes existants est la conséquence du changement de norme civilisationnelle. Le mode vie à la française est petit à petit remplacé par un mode de vie autre. Ce changement se manifeste par la perte d’efficacité des institutions et en premier lieu l’état lui-même dont le fonctionnement est contesté par ceux qui veulent le remplacement.
Prétendre le contraire est le fruit, soit d’un aveuglement blâmable et mortifère, soit d’un déni coupable.

Jean-Jacques FIFRE




Le candidat du parti aux 100 millions de morts veut empêcher la candidature de Zemmour!

 

Malgré son air plutôt austère, c’est un gros rigolo le camarade Roussel, surtout quand il cause démocratie! Certes, il n’a pas l’envergure de Marchais, toutefois, dans son genre…

Pour ceux qui ne le connaissent pas suffisamment, et c’est regrettable, voici une présentation, selon Wikipédia, donc selon lui, tant il a dû soigneusement faire vérifier sa fiche par le service de communication du PCF.

Le petit Fabien est né à Béthune, dans la France d’en haut, en 1969.

«(…) Issu d’une famille de militants communistes. Son prénom a été choisi en hommage au colonel Fabien, figure de la résistance communiste.

Son père, Daniel Roussel, est employé à la Sécurité sociale puis journaliste à L’humanité et sa mère employée de banque. Sa grand mère maternelle, institutrice, joue un rôle important dans son éducation. Un de ses arrière grands-pères paternels est un réfugié espagnol mort après avoir été interné au camp du Vernet.

Il est à la tête d’une famille recomposée de cinq enfants. Sa compagne, Dorothée, est fonctionnaire de catégorie C, attachée à la défense de la consommation des catégories modestes.

Après des études secondaires qu’il termine à Champigny-sur-Marne en région parisienne, il obtient un diplôme du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ). Il commence sa carrière comme journaliste reporter d’image à France 3 Ardennes ».

En bref, il était cadreur.

Très vite, il a fait de la politique et rien que de la politique, jusqu’à devenir secrétaire général du PCF en 2018.

Invité  du « Grand rendez-vous » d’Europe 1/Les Échos/CNews, le candidat PCF à la présidentielle a annoncé mieux que son programme, « Le défi des jours heureux«, lequel ne sera prêt qu’en décembre 2021… mais Tout un programme!

Interrogé sur les violences lors de la manifestation antifa contre Eric Zemmour à Nantes, pour faire démocrate, il a été obligé de la condamner. Cependant, il considère inadmissible cette éventuelle candidature : « Je suis pour le débat démocratique, mais je dis aussi que le racisme et l’antisémitisme ne sont pas des opinions, mais des délits ».

« Il existe dans la loi un arsenal qui permet aux juges de rendre inéligible un responsable politique pour des propos discriminatoire »s a-t-il rappelé.

Le camarade va donc de déposer le 2 décembre  « à l’Assemblée nationale, une résolution, pour inviter le gouvernement à envoyer une instruction aux magistrats pour mettre en œuvre cette disposition »., (…) « Pour qu’enfin dans notre République, un responsable politique ne puisse pas se présenter à une élection quand il a été condamné ».

Les petits futés vont au Conseil constitutionnel…

 « Aujourd’hui, on rend inéligible des candidats parce qu’ils ont fait de la corruption, du blanchissement d’argent, de l’évasion fiscale, et c’est normal. » 

Cahuzac, Balkany… quels regrets!

« Zemmour divise les Français en fonction de leur couleur. Moi, je souhaite être le président de la République qui va les rassembler et les unir ». Tel est « Le défi des jours heureux »…

En 2017, le PC a soutenu Mélenchon… En 2007, Marie-Georges Buffet put s’enorgueillir du remarquable score de 1,93% des voix!

Il est vrai qu’annoncer : « « Je veux nationaliser Axa. Et ça en termes de radicalité, il y a une paire d’actionnaires qui vont le sentir passer », effectivement, ça peut faire vraiment la différence, voire emporter l’élection!

Vive Fabien de la place du Colonel!

Mitrophane Crapoussin

 




Ils sont tous complices du bordel antifas contre les meetings Z

Antifas.jpg

Deux réunions publiques en deux jours, en Bretagne, avec Eric Zemmour comme intervenant, ont été attaquées par des milices antifas. Eric Zemmour les a qualifiés d’enfants de Joseph Staline. Il n’empêche que ces exactions, commises dans toute la France, n’ont qu’un objectif : perturber les réunions publiques d’un candidat qui, par ses qualités et son amour de la France, dérange toute la caste politique, et la mafia journalistique.

D’où la complaisance qui existe envers ceux qui, outre les perturbations, menacent ouvertement de mort Eric Zemmour, la police et les patriotes.

Les exactions des antifas arrangent le régime.

https://www.fdesouche.com/2021/10/30/nantes-des-antifa-bloquent-lautoroute-pour-rejoindre-le-lieu-de-dedicace-de-zemmour-ils-seront-repousses-plus-loin-par-des-gaz-lacrymogenes/

https://www.fdesouche.com/2021/10/30/police-et-meeting-attaques-par-des-antifas-a-nantes-le-titre-dune-depeche-afp-repris-par-une-grande-partie-des-medias-invente-des-heurts-entre-pro-et-anti-zemmour/

Éric Zemmour à Nantes : « Les Français veulent avoir des rapports sains dans une société homogène entre gens civilisés, tout simplement (…) La Bretagne n’est plus épargnée de l’immigration »

Bock-Côté : « Les milices antifas usent de la terreur pour perturber l’élection présidentielle. Je m’étonne de l’indifférence, voire de la complaisance, des politiques envers ces violences »

Manif anti-Zemmour à Pleurtuit (35) : “Ce n’est pas un immigré qui va nous apprendre ce qu’être un bon Français” déclare un antifa (MàJ)




Le 2e tour Macron-Zemmour est déjà annoncé sur les réseaux sociaux

Intéressant article du Parisien qui, au lieu de se focaliser sur des sondages, sonde… les discussion sur les réseaux sociaux. Réseaux sociaux qui semblent avoir remplacé  géographiquement les discussions du café du commerce mais qui jouent le même rôle.

.

Or, après un mois d’espionnage à la loupe des réseaux sociaux, la réalité est là : quand ils s’intéressent aux politiques, ils ne bruissent que de Macron candidat à sa réélection non déclaré et Eric Zemmour candidat pas encore déclaré à son élection.

Je pense, quant à moi, que Macron ne se déclarera et ne se présentera que s’il est sûr de gagner (quels que soient les moyens utilisés). Trop orgueilleux pour pouvoir imaginer quitter l’Elysée sous les lazzis, inévitables. 

Mon petit doigt me dit qu’il meurt d’envie de se présenter encore, il aime tant ça, Narcisse, régner, régenter, réformer, ré-éduquer les Gaulois réfractaires… Et il s’apprêtait à le signifier, sûr de se retrouver face à Marine, et sûr de l’étaler comme en 2017.

Sauf que l’inimaginable est arrivé, un cavalier, surgi de la nuit, courant vers l’aventure électorale au galop… Zemmour, Zemmour !

Et cela peut remettre tout en cause pour l’usurpateur de l’Elysée !

Il nous avait prévenus, d’ailleurs, qu’il allait tant nous en faire voir qu’il ne pourrait peut-être pas se présenter à nouveau !

https://resistancerepublicaine.com/2020/12/05/lordure-macron-annonce-la-couleur-vous-allez-en-chier-encore-plus-en-2021/

Alors je suis persuadée que si Eric Zemmour continue de monter… Macron sortira la carte qu’il a glissée dans sa manche, Edouard Philippe. Ce n’est pas un hasard à mon avis si ce dernier a préparé son parti en ordre de marche en prétendant penser à 2027…

Macron sait que Philippe est bien plus populaire que lui et qu’il serait peut-être plus rassurant que lui ou que ces caciques LR que sont Bertrand, Barnier et autres Pécresse. Mon petit doigt me dit que les deux compères ont préparé leur coup pour déstabiliser l’adversaire (Zemmour) en essayant de récupérer l’électorat bourgeois  tenté par Zemmour, refusant Macron -chat échaudé…- mais qui serait rassuré par un Philippe tout aussi saligaud et mondialiste que Macron mais rassurant avec sa gueule de laborieux….

.

En tout cas, pour revenir aux conversations sur les réseaux sociaux que j’évoquais en début d’article, il est évident que les seuls politiques qui interpellent/intéressent/font causer, c’est Macron et Zemmour, probables candidats mais non déclarés ! C’est dire l‘intérêt des 40 (pour le moment) déjà déclarés, entre les vieux politicards ne vivant que de politique politicienne depuis toujours comme Barnier, Bertrand, Hidalgo, Pécresse… les éternels perdants qui s’obstinent à faire comme s’ils y croyaient encore mais veulent encore exister, les NDA, les Lassalle et autres Poutou ; les candidats improbables, des OVNI voulant exister, les Mouraud, Martinez, Cau et autres Rocca…

Bref, les Français, quand ils parlent présidentielles, ont déjà décidé sans le savoir que le duel final des Présidentielles opposerait  Macron dont ils parlent sans doute pour en dire bien du mal, et Zemmour à la fois pour le mettre aux nues pour ses partisans et pour le vilipender pour ses ennemis, et Dieu sait qu’ils sont nombreux !

https://www.leparisien.fr/elections/presidentielle/presidentielle-2022-quels-candidats-font-le-plus-parler-deux-sur-les-reseaux-sociaux-30-10-2021-H5POOTJ3CFBFVGCM7MVSK6R6WU.php?ts=1635619305353

Faites vos jeux, rien ne va plus !

Christine Tasin

https://resistancerepublicaine.com/2021/10/31/le-second-tour-macron-ou-son-alias-philippe-zemmour-deja-annonce-sur-les-reseaux-sociaux/




La Gauche au trente-sixième dessous

Chaque jour, d’innombrables faits, réalités, événements montrent que la gauche ou ce qui se nomme ainsi est tombée au trente-sixième dessous. En arabe, on dirait taht el zeft. Retenons trois faits.

La cosidetta Fondation Jaurès, qui vit grassement d’argent public (subventions, aides, crédits, etc.), a pondu un « dossier » consacré à Zemmour : dossier, comme les dossiers ouverts par les Services et naguère par les RG. Socialistibus regnantibus, l’argent public alimente flicage et manipulations. Nihil novi sub sole. Comme cette fondation est riche de millions d’€, ce dossier est gratos. Il n’est pas besoin de l’acheter : d’ailleurs, il ne vaut rien. Les auteurs de ce dossier, outre l’habituel vocabulaire de la maladie mentale qu’ils utilisent pour discréditer celui dont ils parlent (pathologie, obsessions, etc.), répartissent les options proposées aux électeurs en deux ensembles antagonistes. Ce qu’il y a de convenu dans cette partition, c’est la binarité. Ce n’est plus gauche vs droite, mondialistes vs souverainistes, anywhere vs somewhere, déracines vs enracinés, riches vs pauvres, c’est-à-dire, en fin de compte, Bien vs Mal. Ce qu’il y a de nouveau, ce sont les termes qui clivent le champ politique : radicaux vs modérés. Autrefois, les modérés s’opposaient aux extrémistes. Que viennent faire les radicaux dans ce pastis ? Pourquoi les ressusciter ? Le parti radical n’existe plus depuis un demi-siècle ou plus, sinon comme une brochette de momies ou des fantômes invisibles. Les radicaux ont été très modérés une fois qu’ils se sont débarrassés par la loi de 1905 de l’Église catholique et des catholiques : on s’en débarrasse ; ensuite, entre 1914 et 1918, on les envoie se faire saigner à la boucherie… Bien joué ! Récemment, les radicaux ont pourtant été sortis de la naphtaline pour comprendre l’islam, c’est-à-dire pour enfumer les Français. Car l’opposition radicaux vs modérés a été plaquée sur les fidèles de Mahomet, les mauvais étant les radicaux, les bons les modérés. La slogan a été répété jusqu’à ce que les faits l’infirment : radicaux ou modérés, c’est kik kif bourricot, sawa sawa, tous pareils.

La Fondation Jaurès est un antre de socialauds, tellement confits en dévotion islamique qu’ils ont ingurgité les mots de l’islam quils recrachent à tout moment et qu’ils sont prêts à vivre en dhimmis dans une république islamique. Il est dans l’ordre naturel de leurs choses à eux qu’ils présentent Zemmour comme un clone ou un hologramme de Merah ou de Ramadan ou d’Abaoud : c’est la thèse fantasmée de la tenaille identitaire – thèse qui n’a d’autre fonction que de cacher le réel que nous ne saurions voir.

La chaîne de télévision publique, qui a pour raison sociale deux mots, dont un, France, est en trop, a financé une série à l’américaine, à laquelle a été donné pour titre Germinal, nom d’un mois printanier du calendrier révolutionnaire et titre d’un roman de Zola. La série comprend six épisodes et chaque épisode a coûté deux millions : des €, pas des centimes d’anciens francs, ni des silly, ancienne monnaie de Guinée. Le tout pour 12 millions d’€. Les trompettes de la déesse Renommée ont été embouchées pour célébrer les mérites exceptionnels de la série : scénaristes géniaux, réalisateur génial, actrices géniales, acteurs géniaux. Tout le monde a vu le résultat : c’est nullissime. Est-il possible de tomber plus bas ? Sans doute, dans les films tournés en Somalie.

C’est une succession de clichés et de lieux communs qui se répètent à gauche depuis un siècle ou plus et qui devraient figurer dans un dictionnaire des idées reçues des bien pensants modernes. Les gens du peuple n’ont que des instincts primaires : bouffer, picoler, baiser, rien d’autre. On croirait voir les fameux sans-dents que méprise le socialaud Hollande. Les bourgeois ne sont que cupidité, sottise, mépris. D’un côté, des animaux ; de l’autre, des animaux aussi. Les premiers sont sales, les seconds sont propres : c’est ce qui les distingue. Pourtant, ce Germinal est criant de vérité, non pas dans ce qui est montré sur l’écran, mais dans ce que cache l’écran. Scénaristes, réalisateurs, acteurs, actrices, financiers, cadreurs, dirigeants de la chaîne, tous bobos mondialisés, parlent d’eux-mêmes dans cette série ; c’est eux qu’ils montrent et qu’ils mettent en scène ; ils sont le seul sujet de la série. Ce dont ils entretiennent les malheureux spectateurs, c’est leur mépris de classe pour les sans-dents ou tous ces Maheu actuels qui ont été relégués dans les périphéries, qui fument des clopes, qui picolent de la bière, qui n’ont plus d’emploi digne de ce nom, qui se déplacent dans de vieilles voitures à moteur diesel ; et c’est sur cette classe actuelle de déshérités que se déverse le mépris des Hennebeau du showbiz moderne. En ce sens, ce Germinal est un autoportrait de classe, rétrospectif et sans fard. Il entre dans l’histoire de France comme document sociologique sur la haine inextinguible que le showbiz déverse sur les déclassés.

Enfin, Stora, Benjamin de son prénom, historien, prétendu ou supposé. Les Français qui veulent devenir historiens se présentent à des concours publics, CAPES et agrégation, puis soutiennent une thèse pour postuler à un emploi d’historien à l’université. Stora n’a rien fait de tel : peut-être (sans doute) a-t-il échoué x fois aux concours. Mais, il a milité pendant x années à l’UNEF et à l’Organisation Communiste Internationaliste, d’obédience trotskiste, dont il a ou aurait été salarié, avant de se rapprocher des socialauds. Son champ de recherche, c’est le Mouvement Nationaliste Algérien de Messali Hadj, que le FLN a fini par éliminer. Bon rien de nouveau ; toujours les habituels lieux communs de la logorrhée trotskiste. Grâce à ses amitiés militantes, il a intégré l’université. En 2013, Hollande a fait de lui un inspecteur général à 7 ou 8000 euros par mois (retraite itou), qui a noté des Français ayant obtenu le CAPES ou l’agrégation, concours auxquels il a échoué. Ainsi va le monde à gauche. A quoi bon s’en indigner ? Le meilleur dans cette affaire est à venir : c’est un rapport, commandé par Macron, l’actuel président de la République, à Stora, en sa qualité d’expert des affaires algériennes (mais pas indigènes) et rendu public en janvier 2021 : « Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie ». Il n’est pas question d’histoire, mais de mémoire, non pas individuelle, mais collective : plus exactement de « questions » relatives à la mémoire collective.

C’est large et vague : on peut dire tout et n’importe quoi. 160 pages, dont 30 pages de bibliographie, 30 pages d’annexe (des discours de présidents de la République), trois pages de listes de personnes remerciées, 5 pages de préconisations ; il reste 90 pages de texte ou d’analyse, chaque page comprenant 24 à 26 lignes avec double interligne, avec de longues citations, et une multitude de métaphores dont on se demande quelle est la raison d’être (éclairer ou enfumer les lecteurs éventuels) : mémoire hémiplégique (celle de Stora lui-même ?), regarder [?] et lire toute l’histoire, cheminement des mémoires, communautarisation des mémoires, singularité d’un conflit (ce conflit est tellement singulier qu’il se répète partout), l’Algérie, l’impossible oubli (impossible pour Stora lui-même ? C’est son fonds de commerce), deux imaginaires (et pourquoi pas 3 ou 4 ou 5 ?), interactions, le monde du contact (voilà qui en jette), la mémoire qui saigne, les accélérations de mémoires, etc. Il vaut mieux en rire qu’en pleurer : c’est nullissime, à peine digne d’un thésard de 3e cycle venu d’un pays du tiers-monde. Les connaisseurs en matière de langue ont épinglé les erreurs de ponctuation, de typographie, de langue, les impropriétés. Ce rapport est comme le sonnet d’Oronte, à mettre aux cabinets. Ce que les citoyens aimeraient savoir, c’est combien a coûté cette mascarade rapporteuse, digne du célèbre rapport de Mme Tiberi sur la francophonie.

Rideau. Une seule certitude : la gauche n’a pas fini de sombrer. Si elle coule seule, tant pis pour elle. La danger est qu’elle risque d’entraîner la France dans son naufrage.

Etienne Dolet 




Souvenirs d’un vieux Monsieur né à Prague en 1942

Prague1968.jpg

Les médias nous ont rappelé le meurtre de Samuel Paty, commis il y a un an, le 16 octobre 2020. Et ils indiquaient que beaucoup d’enseignants ne voulaient pas que l’on rappelât ce tragique événement. Les victimes ont peur de leurs bourreaux. Et non seulement cela. Elles veulent pouvoir s’identifier avec eux. Il ne faut surtout pas « faire de l’amalgame ».

Dans son livre Un quinquennat pour rien. Chronique de la guerre de civilisation (Ed. Albin Michel, 2016), Éric Zemmour écrit que dire « islam politique » est un pléonasme, puisque l’islam est politique par définition. Malheureusement, beaucoup de gens n’ont pas le courage de dire cela.
Le Figaro du 21 octobre 2021 a publié un article de Charles Sapin « Opération séduction de Zemmour envers les catholiques ». Il se réfère à un meeting du 19 octobre au Palais des Congrès à Versailles. D’après M. Sapin, Éric Zemmour a pu y dérouler sans entraves ses vues sur « l’enjeu de civilisation » auquel la France est confrontée, sur le péril que fait peser l’immigration de masse. « Voulons-nous devenir une terre islamique ? Ou voulons-nous rester une terre gréco-romaine ? Dans ce cas, il faut s’en donner les moyens », a-t-il lancé sous les applaudissements.

Charles Sapin mentionne aussi la présence au meeting de Jean-Pax Méfret, le « chanteur de l’Occident », symbole de toute une génération de droite anticommuniste et nostalgique de l’Algérie française. C’était la première fois que j’ai entendu parle de Jean-Pax Méfret. Mais d’emblée, je m’identifiait avec lui. S’il y a chez moi une passion qui passe avant toutes les autres, c’est bien l’anticommunisme.

Dans ma Tchécoslovaquie natale, j’ai souffert de l’oppression du totalitarisme marxiste-léniniste depuis mon enfance. Mon père, catholique pratiquant, a refusé d’entrer au parti communiste, après que l’un de ses meilleurs amis, le curé de notre ville Kralupy nad Vltavou, avait été condamné à seize ans de prison pour avoir lu en chaire une lettre de l’archevêque de Prague, Josef Beran. Toute notre famille se retrouva alors sur la liste noire. Mon père a perdu son emploi et longtemps cherchait un autre. Finalement, il a trouvé un emploi dans une ville distante et ne pouvait nous voir que le week-end. Il travaillait dans l’administration d’une usine chimique, où il y avait des secteurs, où régnait une très forte chaleur. Des ouvriers y étaient en maillot de bain. A l’époque , les communistes considéraient que les ordres religieux devaient disparaître. Les moins et les religieuses étaient envoyés dans les usines. L’on sait que des religieuses ont fait un vœu de ne jamais enlever leurs habits. « On va voir si elles l’enlèveront ou non », rigolaient les communistes. Les religieuses tombaient en syncope, mais n’enlevaient pas leurs habits.

Pour ce qui me concerne, déjà collégien, je vivais dans la peur que je ne pourrais pas continuer ma scolarité après l’équivalent du certificat d’étude. Finalement, l’on m’a permis aller jusqu’à baccalauréat, mais pas étudier après.
Dans les années soixante, le régime commençait à s’adoucir. Les communistes commençaient, à compte-gouttes, à autoriser même des voyages à l’étranger. Alors en 1964 je suis parti et depuis 1965 j’use et abuse de l’hospitalité française.

En France, j’ai pu faire des études supérieures. Je n’avais pas le permis de travail, mais j’ai obtenu une très modeste bourse d’un organisme privé. Ainsi, je pouvais, au moins une fois par jour, manger au restaurant universitaire. A la faculté, j’avais des condisciples qui venaient dans leurs belles voitures. Mais ils voulaient bénéficier non seulement du confort physique que leur procurait le capitalisme, mais aussi du confort moral, en s’identifiant avec les exploités. Du moment que je ne partageais pas leur admiration de Ho Chi Minh et de Fidel Castro, j’ai été un sale réactionnaire, avec lequel ils ne daignaient pas de discuter. Et les étudiants catholiques ne voulaient non plus m’entendre parler, lorsque j’évoquais l’oppression communiste. Apparemment, ils voulaient surtout que l’on oubliât que leurs parents avaient été pétainistes.

Je suis né le 27 octobre 1942 à Prague, à l’époque sous le protectorat du Troisème Reich allemand. J’ai été alors considéré comme ein Mischlinge zweite Kategorie (un sang-mêlé de la deuxième catégorie), ayant trois grands-parents aryens et un grand-parent non aryen. Si l’Allemagne avait gagné la guerre, probablement l’on ne m’aurait pas envoyé dans une chambre à gaz, l’on se serait contenté de me faire subir une petite opération chirurgicale pour m’empêcher de procréer et de souiller la race.

Je sais que ma modeste personne n’intéresse pas nécessairement nos lecteurs. Mais finalement quoi d’autre que notre vécu personnel détermine nos opinions et nos sentiments ? Ne pouvant m’identifier ici ni avec la gauche caviar, ni avec les catholiques, je suis devenu un ardent sioniste. Je ne saurais même pas dire si c’était dû surtout à mon grand-père maternel non-aryen qui décéda pendant la Shoa dans le ghetto de Theresienstadt, ou au fait que Israël était un État nettement anti-soviétique. Depuis 1967, l’U.R.S.S. et ses satellites, entre autres la Tchécoslovaquie, n’avaient même pas de relations diplomatiques avec l’État juif.

Plus tard, j’ai appris que mon grand-père était décédé le 11 juin 1943. Par une curieuse coïncidence, j’ai pu quitter la Tchécoslovaquie totalitaire le 11 juin 1964. Et le 11 juin 1984, j’ai été béni à New-York par Menahem Mendel Schneersohn, le grand rabbin des hassidim de Loubavitch que ses admirateurs considèrent comme le messie.
Mais pourquoi s’imaginer que cela relève de la Providence ? Jacques Monod n’e-t-il pas conclu son livre Le Hasard et la Nécessité en disant que « l’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’univers, d’où il a émergé par hasard ».

Je suis venu en France trois ans après la fin de la guerre d’Algérie. A l’époque il y avait ici aussi des prisonniers politiques. Ce n’étaient ni les communistes, ni les terroristes musulmans – qui avaient tous été amnistiés par les accords d’Evian. C’étaient des patriotes français qui s’étaient opposés à l’abandon d’une partie de leur patrie qui dans leur esprit s’étendait de Dunkerque à Tamanrasset. Ils m’étaient naturellement plus sympathique que leurs geôliers gaullistes. Et comme j’étudiais l’histoire, je savais que l’Afrique du Nord avait été latine et chrétienne avant d’être arabisée et islamisée par la violence. Et qu’Alger et d’autres ports du Maghreb avaient longtemps été des bases d’une piraterie d’Etat, considérée comme faisant partie du djihad et qui s’accompagnait aussi d’incursions sur le littoral de l’Europe du Sud, d’où l’on ramenait le butin et surtout des esclaves. C’était à cela que la conquête française de 1830 voulait mettre fin.

Après 1954, la Tchécoslovaquie communiste soutenait le FLN. Encore à Prague, j’avais un copain dont le père, médecin, avait été envoyé au Maroc, de l’autre côté de la frontière algérienne, soigner des Fellaghas, blessés par des Français. Tout cela ne me rendait pas le FLN sympathique, surtout lorsque j’ai appris que pendant le conflit, il versait aux Algériens une importante somme pour chaque Français tué, même en métropole.

J’avais de la sympathie pour Jacques Soustelle, un protestant du Midi, ami personnel de Menahem Begin, dont il était hôte en Israël, lorsque la France n’aurait pour lui que de la prison. Et bien sûr pour Raoul Salan, dont je suivais le procès peu après ma venue en France.
Avant de bénéficier de l’hospitalité française, j’ai séjourné quelques mois en Belgique. Là, j’ai eu aussi l’occasion de connaître des harkis qui s’y étaient réfugié. Ils ne se sentaient pas en sécurité en France. Le pouvoir gaulliste était très hostile à tous les partisans de l’Algérie française, qu’ils fussent chrétiens, juifs ou musulmans.

Suite à ma lecture de l’article de Charles Sapin, j’ai appris que Jean-Pax Méfret avait composé en 1970 une chanson « L’enfant qui voulait voir voir la mer ». J’ai été aussi un tel enfant. Je n’ai pu voir la mer qu’à 22 ans, en Belgique, justement. Les communistes ne nous permettaient de visiter même pas les autres « démocraties populaires ». J’ai aussi appris que les chansons de Méfret dénonçaient le totalitarisme soviétique, notamment l’internement des dissidents juifs(« refuzniks ») en Sibérie. Et qu’il dédia une de ses chansons, intitulé Le Messager, à Jean-Paul II.

S’il y a un personnage que je révère, c’est bien ce grand pape slave. Et non seulement parce qu’il a désigné les Juifs comme « nos frères aînés et aimés ». Mais surtout pour le rôle qu’il a joué dans la victoire sur le communisme. Et comme par hasard, il a failli être tué par un musulman. Celui-ci aurait été manipulé par les services secrets de la Bulgarie communiste, cependant qu’il appartenait à un mouvement turc, considéré comme étant d’extrême droite.

Je pense qu’il faut cesser de réfléchir toujours dans les termes droite-gauche. Il y peut-être des dichotomies plus importantes. Nous nous sommes habitués au terme « l’islamogauchisme », cependant que les islamistes coopèrent aussi beaucoup avec les néonazis, après avoir activement soutenu l’Allemagne de Hitler.

Mais revenons encore au personnage que je révère aujourd’hui également beaucoup, à Éric Zemmour. L’article sus-mentionné est intitulé « Opération séduction de Zemmour envers les catholiques ».
L’israélite Zemmour comprend que face à la menace de l’islam, les juifs et les chrétiens ne peuvent résister que bien unis. Malheureusement, il est attaqué par beaucoup de ses coreligionnaires. En dernier, paraît-il, même par le grand rabbin et par Alain Fienkielkraut. D’un autre côté j’ai eu le plaisir de lire sur l’internet un article qui aurait été publié le 17 octobre dernier dans la  Tribune Juive  « Le Point de vue d’Elie Sasson. Qui a peur de Zemmour ? »
Au palais de congrès de Versailles, Éric Zemmour aurait dit : »Voulons-nous devenir une terre islamique ? Ou voulons-nous rester une terre gréco-romaine ? »

Pour ma part, j’aurais dit plutôt : « Ou voulons-nous rester une terre judéo-chrétienne ? » Zemmour a choisi ses termes sans doute pour inclure aussi ceux qui ne prient ni dans une église, ni dans une synagogue, mais qui ne veulent pas que, comme disait le général, « Le Colombey -les deux Eglises devienne le Colombey- les deux Mosquées. »

Loin de moi l’idée de vouloir convertir qui que ce soit à quoi que ce soit. Nous vivons dans un monde que nous ne comprenons pas, que nous ne pouvons pas comprendre. Blaise Pascal, l’un des plus grands penseurs français, cite dans ses textes un passage, en traduction latine, du prophète biblique Isaïe : « Vere tu es Deus absconsus » – En vérité tu es un Dieu abscons (incompréhensible, inintelligible). La cause première de notre être, nous ne pouvons pas l’appréhender intellectuellement. Nous pouvons tout juste l’investir affectivement, en l’appelant Notre Père céleste.

Mais il faut être conscients du fait que ceux qui ont foi solide sont plus solides que ceux qui ne l’ont pas. On peut se moquer d’eux, dire qu’ils sont prêts à mourir dans le djihad, parce qu’ils croient dur comme fer qu’après ils iront au paradis, où ils disposeront de soixante-douze vierges.
Mais peut-être ont-ils moins peur que nous de mourir parce que leur vie est plutôt frustrante. Les Européens s’entre-tuaient massivement encore dans les deux guerres mondiales. Maintenant qu’ils vivent bien, alors leur instinct de conservation joue pleinement.
Tout cela, nous ne pouvons pas changer. Je voudrais donc conclure en m’adressant à ceux qui sont encore croyants, qu’ils soient chrétiens ou juifs.
Aux juifs je dirais: cessez de faire en 1940 la guerre de 1914. Nous ne vivons ni à l’époque de l’affaire Dreyfus, ni à l’époque du maréchal Pétain. Jean-Marie Le Pen a peut-être tenu des propos malheureux, mais aucun de ceux qui se réclament de lui n’a jamais fait de mal à un Juifs – contrairement à tant de musulmans.

Aux chrétiens, je dirais: Voulez-vous connaître le sort des chrétiens d’Iraq, de Nigéria? Voulez-vous devenir des dhimmis, des citoyens de seconde zone qui n’ont pas le droit de faire sonner leurs cloches, l’appel de muezzin ayant le seul droit de résonner?
Et à tous les Français je dirais: Vos aïeux ont combattu, guidés par Louis XIV, Napoléon, Clemenceau, De Gaulle, pour que vous soyez maintenant soumis à des gens qui étaient vos ennemis depuis la bataille de Poitiers au VIIIe siècle jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie?
L’on peut me dire que là je fais l’appel seulement à l’amour propre des Français. L’être humain a aussi besoin d’aimer d’autres êtres, de s’identifier avec eux.

Si je peux revenir encore à mes souvenirs, lorsque notre curé était emprisonné, mon père s’est lié avec son successeur. Il m’emmenait avec lui à la paroisse lui rendre visite. Je me souviens encore qu’il nous disait que la Russie redeviendra chrétienne. Dans les années cinquante, cela ne semblait pas être très réaliste.

J’ai pu visiter la Russie beaucoup plus tard et je voyais que notre prêtre avait été un bon prophète.
Le matérialisme de la société de consommation résistera-t-il mieux que le matérialisme dialectique des marxistes? C’est possible, mais ce n’est pas certain. Lorsqu’on voit qu’un fils de Maurice Thorez s’appelle Abderrahmane Thorez, que le célèbre terroriste vénézuélien Illich Ramirez Sanchez, dit Carlos, ou Roger Garaudy ou le maître Jacques Vergès, avocat de Klaus Barbie, et tant d’autres vedettes du monde communiste sont devenus musulmans, l’on peut penser que le matérialisme ne subsistera longtemps, ni sous une forme, ni sous l’autre.

Lorsqu’il était encore un homme de gauche, Benito Mussolini, le fondateur du fascisme, disait: « L’humanité a besoin d’un credo. »
La question est de savoir quel credo prédominera à l’avenir dans cette douce France, jadis considérée comme la fille ainée de l’Eglise.

Dr Martin JANECEK




Si j’étais étranger, je choisirais de vivre en France

Mariannelarme.jpg

Si j’étais étranger et que je veuille quitter mon pays d’origine, c’est vers la France que je me tournerais et cela sans hésiter une seconde tant ce pays est généreux en matière d’allocations, puisqu’il va jusqu’à payer des retraites à des personnes décédées depuis longtemps !

Le septuagénaire que je suis aurait donc droit à des prestations sociales confortables alors même que je n’ai jamais travaillé en France ni cotisé à quelque organisme que ce soit. La France n’est-elle pas le pays des Droits de l’Homme, et d’abord des droits sociaux, comme le prouve, entre autres, la carte Vitale créée pour les soins de santé de chaque citoyen ?

Non, vraiment il n’y a pas mieux que la France : c’est l’eldorado des étrangers ! C’est même la terre choisie en priorité par ceux qui veulent y implanter leur culture, tout en profitant des multiples avantages qu’offre ce pays aux immigrés, la France étant une des rares nations au monde à vanter la «diversité», autrement dit à considérer que toutes les cultures sont respectables, ce qui explique sa politique d’accueil fondée sur l’ouverture à «l’autre».

Mais quelque chose dans cet altruisme de haut niveau me chiffonne. En effet, si la «diversité» devient la norme, que devient la France ? Ne risque-t-elle pas de disparaître sous les contrecoups de sa propre générosité ?

Ma mère disait : «Gentil n’a qu’un œil», et elle avait cent fois raison !

charlottefrance-300x238.jpg

Maurice Vidal