4 stagiaires aide-soignantes virées : un Noir s’est plaint de racisme !

Tant que personne ne sait rien !

Chaque petit chef fait ce qui lui plaît…

Voici une histoire d’humiliation, vécue ce vendredi, qui a retenu mon attention.

D’abord le cadre :

Cela se passe au  : Greta MTI 77
30/32, boulevard Victor Hugo
77000 MELUN.

dans le très connu

Institut de Formation d’Aides-Soignants (IFAS)

La SESSION de SEPTEMBRE 2021 a commencé et les cours dispensés s’enchaînent depuis la rentrée.

Et après le cadre, parlons des hommes et des femmes…
La session regroupe tous ceux qui souhaitent évoluer dans leur chemin professionnel, reconversion de plombier ou taxi en aide-soignant, apprentissage pour les plus jeunes qui sortent du cycle scolaire avec aucun diplôme, histoire de se rattraper, car il n’est jamais trop tard pour trouver sa voie ou autre cas, suite logique d’un métier de la santé comme les ASH ou agent des services hospitaliers en charge de l’entretien et du nettoyage des chambres des patients, des parties communes, etc. qui voient en cette formation une élévation sociale et personnelle tout à fait louable.

Et si la provenance en terme d’expérience professionnelle ne connaît pas de restriction, les origines tant ethniques, sociales ou d’âge ne sont pas une barrière dans l’accès à cette formation.
Ni le sexe d’ailleurs !! Hommes ou femmes de tout âge y accèdent.
Ce qui est susceptible, on le verra, de poser bien des situations cocasses, voire hilarantes, mais n’est-ce pas le propre d’un pédagogue professionnel de dédramatiser  les situations pour les replacer dans le contexte et la culture des uns et des autres, et donc de désamorcer une situation qui peut « traumatiser »  un pauvre chou LDNA un peu sensible ?
Or, fin septembre, nous voilà dans le programme à la partie qui concerne la contraception.
Et le ou « LA » formatrice passe en revue toutes les méthodes de contraception.

Et face à la vérité de chaque corps humain, la pruderie n’a pas sa place !
On parle de sexualité, là…

Bon, si on est un homme qui poursuit ce cursus d’aide-soignant, il est probable qu’on ne soit pas sensibilisé à tous ces sujets.
Possible, n’est-ce pas ?
De plus, si on est originaire de l’Afrique noire, il est probable que la culture européenne, concernant la contraception des femmes, voire le corps des femmes, soit une matière un peu étrangère.
C’est possible, n’est-ce pas ? Pas obligatoire mais possible.
Et en cela, cette absence de culture n’est ni un crime ni un délit.

Juste une réalité pour des hommes qui sont plus habitués à copuler qu’à se sentir concernés par les besoins et les ressentis des femmes. Alors la contraception… 

À lui de bien savoir ce qu’il désire et aux recruteurs de cette formation de bien cibler le public à former avec toute l’attention nécessaire pour que tous les sujets soient traités de manière égale.    

Bien, maintenant imaginez la formatrice qui avance dans son cours arriver au chapitre des stérilets ; elle explique leurs effets et « soudainement » elle est coupée dans son propos par un homme avec un accent africain digne de Michel Leeb  et son sketch « L’Africain »

Leeb « L’Africain » | Archive INA – YouTube

Et qui dit de manière tonitruante : « Et ce truc-là, on le met où ?« 

À votre avis, en 2021, à l’ère d’internet, quelle sera la réaction d’une bonne part de la population féminine, présente ?

Alors maintenant, imaginez que dans cette session vous avez des gamines de 18 ou 25 ans, qui sous l’émotion de cette tirade et son incongruité, vu le sujet, vont simplement pouffer de rire.

Normal ou pas ?
Je ne sais pas.

Enfin moi, si, je sais ; quand « on ne sait pas », on demande, avec délicatesse, si dans la salle des femmes sont présentes, pour ne pas les choquer, on demande une explication avec discernement, politesse et tact.

Et pas comme un gros beauf de mâle, habitué à baiser, qui prend un stérilet comme une clef de 12 et qui le manipule pour chercher un sens !!!! 

Elles pouffent, rient sous cape, ça se voit, ça s’entend. Aïe ! quelle erreur de savoir encore rire dans une société 1984 ! 

ET là, la machine se met en route, et pas celle qui souhaite apaiser et tranquilliser, NON, celle qui écrase et détruit.

En effet, ces 4 ou 5 jeunes femmes se sont vues convoquées à un entretien en vue de la rupture de leur formation pour faute grave !!!

Et laquelle ?

Elles ont ri quand un gros beauf a hurlé dans la salle « Et ça, ce truc, on le met où ?« 

Et rire de cette simple tirade, « très déplacée » en plus, leur vaut d’être exclues de la formation.

On croit rêver !!!

Non, non. 

Et le pire pour cette faute très très très grave :  pour faire bonne mesure, ce sont tous les stagiaires qui ont été humiliés par la directrice, qui est venue personnellement en cours effectuer la recherche des fautives en accusant chaque femme présente afin de prononcer sur-le- champ leur exclusion devant tous ! 

Un vrai 1984, mais en 2021.

Conclusion, si vous êtes en stage à Melun, interdiction de rire, d’utiliser de la pommade hydratante pour les mains (ça, c’est juste pour une autre stagiaire, une autre vexation de la directrice !) sous peine d’être viré manu militari.

Je vous vois arriver avec vos gros sabots, ce ne sont que des jeunes filles françaises de souche qui ont été virées parce que le monsieur africain a fait sa crise de persécution façon LDNA.

Légende : les Noirs ne devraient acheter qu’à des Noirs

Eh bien non, une jeune femme maghrébine, au demeurant très élégante, – non, très très élégante, j’insiste pour l’avoir vue – fait, elle aussi, partie du lot !

Blog de MISS-BEAUTE-MAGHREB – Page 2 

Son tort ? être jeune, jolie et vivante ; en plus d’être détestée par les Noirs.
Le racisme entre Noirs et Maghrébins n’est un secret pour personne. Elle paye pour cela…

Allez, les 4 filles, pour faute grave, « rires en stérilet » virées de votre formation.

1984 quand tu nous tiens.

Si vous avez d’autres témoignages concernant cet institut de formation à Melun ou si vous êtes délégué syndical en fonction contactez-moi (par Cyrano) 

URGENT, merci.

Carl Pincemin

 

image_pdfimage_print