48 pays africains ne produisent pas davantage que la Corée du Sud

Publié le 9 mai 2014 - par - 1 845 vues
Share

yannicknoahclownPauvre Afrique ! L’enlèvement de 220 adolescentes au Nigéria, par la secte Boko Haram qui menace de les revendre comme esclaves, est une nouvelle tragédie qui confirme une fois de plus l’effondrement de l’Afrique, incapable de gérer seule son indépendance acquise depuis plus d’un demi siècle. Car au delà de la légitime émotion mondiale que suscite cette prise d’otages, nous assistons au lent naufrage de tout un continent qui retourne à ses démons ancestraux. Depuis 1960, les pays africains qui n’ont connu ni guerres, ni coups d’Etat, se comptent sur les doigts d’une seule main. Dans certains pays comme la Somalie ou la Centrafrique, il n’y a plus d’Etat. Alors que l’Afrique en 1960 était plus riche que toute l’Asie hors Japon, elle est aujourd’hui trente fois plus pauvre, bien qu’elle ait bénéficié de la majorités des aides internationales depuis plus de cinquante ans. Et les bonnes âmes tiers-mondistes ont beau nous resservir le fameux complot néocolonialiste, visant soi-disant à piller les richesses africaines au profit des multinationales occidentales, ce discours ne résiste pas à l’analyse. Aucun mensonge politiquement correct ne pourra exonérer les Africains de leurs propres responsabilités dans cette inexorable descente aux enfers depuis l’indépendance.

L’Afrique de 2014 c’est 2% du PIB mondial. Ce qui signifie que les 900 millions d’habitants issus des 48 pays de la zone Afrique ne produisent pas plus que la Corée du Sud avec ses 50 millions d’habitants ! C’est ça la réalité. Hormis l’Afrique du Sud, qui produit à elle seule le tiers du PIB africain, ce continent ne fabrique rien, ne dépose aucun brevet et n’a jamais remporté le moindre prix Nobel scientifique. Guerres, coups d’Etat, rivalités ethniques et corruption généralisée ont réduit à néant le bilan largement positif de l’oeuvre colonisatrice. Car s’il existe bien des pages sombres dans l’histoire de la colonisation, ce que nul ne conteste, nous avions fini par éradiquer les guerres tribales, les famines et les épidémies. Et si la traite atlantique fut un indéniable crime contre l’humanité, rappelons que nous avons trouvé en arrivant en Afrique l’esclavage, le cannibalisme et même les sacrifices humains dans certaines contrées. Par conséquent, ceux qui font l’éternel procès du colonialisme seraient bien avisés de faire également le bilan de 54 années d’indépendance. Ils y gagneraient en crédibilité !

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.