1

5e vague et 3e dose : c’est reparti pour autre tour de manège !

« Il ne s’agit pas de savoir si la guerre est réelle ou non. Il ne s’agit pas de gagner la guerre mais de la prolonger indéfiniment. » (Orwell, 1984).

On connaissait le pilonnage de l’artillerie, suivi de l’attaque des ailes par la cavalerie pour laisser le champ à l’infanterie, nous commençons à découvrir la tactique, non pas militaire, mais médiatique de l’hygiénisme. Une déclaration grave et solennelle du président de la république à 20h devant des millions de téléspectateurs, un avis du conseil scientifique suivi de charges de médecins de plateaux sur fonds d’image de patients en réanimation, des jours durant, pour laisser revenir le chef de l’Etat ou un de ses ministres, annoncer un confinement, un couvre-feu, un passe sanitaire ou une dose supplémentaire.

Une cinquième vague « fulgurante » pour le porte-parole Gabriel Attal, toujours méticuleux pour préparer et lubrifier l’opinion public, même si, chose inquiétante, le vocabulaire du champ lexical de la peur n’est pas infini et qu’il risque de se retrouver dépourvu de qualificatif à la veille de la 27ème vague.[1] Les experts des chaines d’infos, dans leur défilé incessant, ne parlent plus de 3ème dose mais de « rappel », de « coup de boost » ou même de « booster »… Il faut tout de même souligner la qualité de la propagande qui réussit à faire injecter à une population saine une substance expérimentale, pour la raison précise que cette dernière n’est pas suffisamment efficace !

Une fois le champ de bataille bien labouré par la grosse Berta de la terreur et la population mise aux abris, il ne reste plus qu’à se présenter en conférence de presse. Le ministre de la Santé se dresse sans trembler pour annoncer la sentence à des téléspectateurs résignés, fatigués, dénués du moindre sentiment de révolte : 3ème dose pour toute la population éligible et conditionnement du passe sanitaire au rappel tous les… cinq mois (surprise du chef, un mois de validité en moins que prévu) et, cerise sur le gâteau, validité des tests PCR réduits à 24h au lieu de 72h (il ne s’agira pas de s’endormir au cinéma en regardant le prochain film d’Omar Sy) !

Grand prince dans la victoire, on donne un petit message d’espoir à la populace : en respectant bien les gestes barrières et après l’injection, vous aurez peut-être le droit à une tranche de foie gras pour Noël. « Il faut sauver les fêtes », titre BFM : Pas de confinement ou de couvre feux si vous restez bien sages. Merci seigneurs, vous êtes si bon… en attendant la prochaine étape. D’ailleurs les docteurs ès Covid préparent déjà le nouveau chantier sur toutes les chaînes : la piqûre pour les enfants dès cinq ans.

Axel Vontargier

[1] La rhétorique est partout la même, en Allemagne, le ministre de la santé déclare le 22/11/2021 qu’à la fin de l’hiver : « chacun sera vacciné, guéri ou mort »…