1

6.500 joyeux drilles ont célébré le carnaval à Marseille : fête de la Libération ?

Que du bonheur, que de la joie… même si a priori il y avait beaucoup de gauchistes et autres dégénérés (plus téméraires que les patriotes pour passer outre à la loi) !

Ben oui, le carnaval est vieux comme le monde, et il faut le célébrer ! Covid or not Covid ! Rappelons au passage que la Covid n’est pas la peste et que, jusqu’à présent, compte tenu de leurs manipulations, mensonges, de leurs ensemencements en variants grâce à la vaccination et au remdésivir, il n’y a pas vraiment plus de morts qu’avec une grippe ordinaire.

Rappelons que depuis des mois tous les rassemblements et toutes les fêtes, autorisés ou pas, n’ont pas créé un seul foyer d’incubation, improprement appelé « cluster »…

Alors,  c’est du bonheur de voir des milliers de personnes dans la rue, enfin libres, enfin heureux… faire, cerises sur le gâteau, la nique aux croque-morts Macron-Véran-Castex.

Ah ! la foule qui danse sur la Canebière, majoritairement sans masque… quel coup de pied de l’âne à Macron !

Que cela arrive alors que les croque-morts, aidés par les journaleux et les pseudo-médecins qui pérorent à longueur de temps sur les plateaux  jouent au croquemitaine pour nous terroriser est une lueur d’espoir dans le tunnel…

Sans doute que toutes les danses et toutes les musiques de sortie hier ne sont pas nôtres mais gageons que si nous avions été à Marseille nous serions volontiers allés chanter et danser pour faire la nique à Macron en sus de fêter le carnaval, fête de la joie de vivre, fête de la démesure et de toutes les licences.

Les briseurs de rêve, les briseurs de joie, bref, les croque-morts ont fait la leçon, ont condamné… Évidemment ! Mais cela n’a pas ému les milliers de participants… tant le nombre fait la loi, et c’est ce qui nous manque drastiquement, à nous, patriotes, qui n’osons pas sortir dans la rue en nombre.

La préfète de police des Bouches-du-Rhône, Frédérique Camilleri, a dénoncé sur Twitter une situation hors la loi : « Ni déclaration en préfecture, ni masques, ni distanciation physique. Irresponsabilité totale des participants au carnaval de La Plaine à Marseille en pleine crise sanitaire ». En fin d’après-midi, les forces de l’ordre ont mené des « manœuvres de dispersion dans le secteur de la Canebière », a-t-elle ajouté.

Aucune  célébration ne pouvait, mieux que le carnaval, montrer à quel point la marmite risque d’exploser. On rappellera que, au Moyen Âge, où les libertés étaient très encadrées par l’Église et le pouvoir, le carnaval permettait justement tout ce qui était interdit le restant de l’année, et était vu par les puissants comme la journée évitant justement que tout n’explose… Espérons quant à nous que ce carnaval ne soit pas un baroud d’honneur avant l’extinction de l’espoir et de la vie….

Malgré une interdiction de rassemblement, environ 6 500 personnes ont célébré dimanche le carnaval dans le centre de Marseille. Un défilé non autorisé et « irresponsable » car les gestes barrière pour lutter contre le Covid-19 « ne sont pas respectés », a déploré la préfecture de police.

Des milliers de personnes déguisées, la plupart jeunes et sans masque, ont défilé en musique et en dansant dans l’après-midi à deux pas de La Canebière, comme le montrent plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

« C’est incroyable ! On m’avait dit « il y a un truc à ne pas louper à Marseille c’est le carnaval de la Plaine », du nom d’un quartier de la ville », sourit Romain, 26 ans, déguisé en boulanger et qui préfère taire son nom de famille.

« Les jeunes en ont marre d’être confinés »

« Les jeunes en ont marre d’être confinés. Il n’y a pas de personnes âgées fragiles, là, que des jeunes », ajoute-t-il. À côté de lui passent des fêtards déguisés en tournesols, gorilles ou médecins. L’année dernière, ce carnaval réputé à Marseille avait été annulé à cause du confinement.

Christine Tasin