1

6 et 7 février : après le Bataclan, Calais et Cologne, sauvons notre pays

journees-europeennes-6-et-7-fevrier

Cher amis lecteurs, d’abord quelques nouvelles de l’appel aux dons que nous avons dû lancer, dans l’urgence, samedi, afin de faire face au flot de procès (16) qui s’accumulent contre nous, avec une spectaculaire accélération depuis deux mois.

http://ripostelaique.com/ils-veulent-faire-taire-definitivement-riposte-laique-aidez-nous-a-continuer.html

Les résultats des deux premières journées d’appels aux dons couvrent, pour le moment, les frais de justice de six procès. C’est un très bon début, surtout que nous ne bénéficions pas de la réduction fiscale de 66 % qui permettrait à nos amis de donner davantage. Nous ferons le point, tout au long de cette semaine, de l’avancée de la solidarité de nos compatriotes, qui, seule, peut empêcher les sinistres Cazeneuve-Hidalgo-Bergé-Ramadan de venir à bout de Riposte Laïque.

Nous laisserons cet appel en tête de notre site, une dizaine de jours, et enverrons trois lettres spéciales à nos lecteurs, dans la semaine.

 

Ri7CazeneuveBergeHidalgoRamadan

Ce samedi 6 février, dans quatorze pays européens, à l’initiative de Pegida et de Tommy Robinson se tiendront les journées européennes, sur le thèmes « Sauvons notre pays, sauvons notre culture, sauvons notre futur« , aujourd’hui menacés par deux fléaux : l’invasion migratoire et l’islamisation de nos pays, qui amènent le risque terroriste.

En France, Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine, et Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque, ont accepté de coordonner ce mouvement, ne se résignant pas à ce que, dans le pays de Charlie Hebdo et du Bataclan, il ne se passe rien, quand l’Europe se réveille.

Le 7 février, l’initiative de Rungis retiendra donc tous les regards, pour plusieurs raisons. Les Parisiens, dont beaucoup espéraient une manifestation dans les rues de la capitale (qui aurait été interdite, et peut-être au dernier moment) se mobiliseront-ils, à Rungis, à dix kilomètres de là, pour apporter leur soutien à l’initiative ? La salle sera-t-elle remplie pour écouter, entre autres, le Général Martinez évoquer les attentats de 2015, Karim Ouchikh, président du Siel, conseiller régional Ile-de-France, défendre l’identité de son pays et sa souveraineté, Renaud Camus expliquer aux Français que nous sommes encore les plus forts, des Calaisiens décrire leur quotidien, et Ghislaine Dumesnil, auteur de « Mahomet au volant », décrire l’islamisation de son pays ?

Il faut savoir que pour nos deux associations, une telle initiative, entre la location de la salle, la mise en place d’un service de sécurité professionnel et la location d’une sono, l’achat de la nourriture et de la boisson, dépassent, au niveau investissement, les 15.000 euros. C’est votre présence, et votre participation, qui permettront aux organisateurs de ne pas laisser trop de plumes dans cette mobilisation.

Pierre et Christine ont constaté avec plaisir qu’à Montpellier, Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, avait répondu présent, comme d’habitude, et qu’il avait sollicité, entre autres, Jean Théron, vice-président de Résistance républicaine, pour assurer la réussite de l’initiative.

A Bordeaux, François Jay, animateur local du Siel, a accepté de prendre en mains les choses, sur le thème de la défense des femmes allemandes agressées et violées dans la nuit du 31 décembre.

A Saint-Brieuc, Mickaël Busssard, animateur local de Résistance républicaine, a pris les choses en main. Nous attendons avec intérêt de vérifier si le préfet Lambert, qui a osé annoncer son intention d’interdire l’initiative dans la presse locale, tout simplement parce qu’elle lui déplait, et qu’il conteste qu’il y ait islamisation de l’Europe (retire les peaux de saucisson qui recouvrent tes lunettes, !),  ira au bout de ses projets liberticides. Si tel était le cas, nous faisons confiance à nos amis bretons pour ne pas en rester là…

A Calais, Loïc Perdriel a lancé un appel qui, nous l’espérons, dans le contexte difficile de cette ville, saura mobiliser les foules.

Un échec de ces mobilisations poserait bien des questions à ceux qui ne se résignent pas à l’invasion migratoire, à l’islamisation de notre pays, à la disparition de notre France et de sa culture. Après Charlie, après le Bataclan, après Calais, après Cologne, que faut-il aux Français pour qu’ils se mobilisent ?

Deux générations de déconstruction de la pensée et de diabolisation systématique de toute culture nationale ont-elles laissé des lésions telles que la majorité de nos compatriotes, abrutis, anesthésiés, passifs, vont se laisser envahir et coloniser sans réagir ? Cela ne serait plus la France et son côté gaulois, symbolisé par Astérix.

Et qu’on arrête de nous faire le coup des musulmans modérés. Comme le disait remarquablement Brigitte Gabriel, en période de guerre, ce sont les radicaux qui font la loi, les autres ne comptent pas. Ce sont ces extrémistes qui sont passés à l’action le 7 janvier, le 13 novembre, et qui recommenceront, en 2016, parce que Hollande-Valls-Cazeneuve refusent de protéger les Français, et d’expulser massivement les soldats d’Allah de notre pays.

C’est tout ce que nous avons de plus beau dans notre civilisation qu’ils veulent détruire, avec la complicité des traitres socialises qui dirigent le pays et le mènent à sa perte. La beauté de notre pays, de ses villes, de ses campagnes, de ses montagnes, de ses plages, ils n’y sont pas sensibles, ils vandalisent tout, partout où ils passent. Notre liberté d’expression, ils n’en veulent plus, ils veulent nous interdire de critiquer leur religion totalitaire, guerrière, sexiste et raciste. Notre laïcité, ils n’en veulent plus, ils veulent que l’islam soit une foi, mais aussi une loi. Notre amour des femmes, ils n’en veulent plus, ils considèrent la femme européenne comme une proie, un butin de guerre, que les textes sacrés autorisent à violer. Notre valeur travail, cela ne les intéresse pas. Pour eux, nous sommes les futurs esclaves, et, pensant le musulman supérieur aux autres, ils rêvent de nous dominer. Notre culture, nos écrivains, nos artistes, nos sculptures, ils rêvent de les détruire, car ils ne s’inscrivent pas dans le discours d’Allah. Nos églises, ils rêvent de les raser, et de leur substituer leurs mosquées. Notre tolérance envers les homosexuels, ils veulent y mettre fin, et, comme à Téhéran, les pendre aux grues. Notre amour de l’autre, ils veulent y mettre fin, car pour eux, l’autre, c’est l’infidèle, le juif, le chrétien, l’athée, tout ce qui n’est pas musulman, qu’ils rêvent d’éradiquer, comme le leur demandent les textes sacrés du Coran, que seuls les enfumeurs complices de l’islamisation de notre pays cachent encore aux Français.

Voulons-nous, d’ici quelques années, avec le renforcement de l’invasion migratoire, que nos enfants et petits-enfants vivent dans une France occupée par des musulmans qui imposent leurs lois aux nôtres ? C’est tout l’enjeu des journées européennes des 6 et 7 février, et des initiatives françaises.

C’est pourquoi nous appelons vraiment nos compatriotes à faire l’effort, en province le 6 février, à Rungis le 7 février, pour répondre à notre appel.

Nous comptons sur vous, vraiment.