Pourquoi nous avons choisi un rassemblement à Rungis, et pas une manif à Paris

Publié le 12 janvier 2016 - par - 18 commentaires - 2 213 vues
Share

6-2journeeeuropeenneAmis résistants, vous êtes nombreux à nous dire votre déception, voire votre révolte, de savoir que le 7 février, pour les journées européennes « Sauvons notre pays », nous n’organiserons pas une manifestation en plein Paris. Nous vous comprenons et sommes les premiers à nous sentir frustrés. Comme on aurait aimé recommencer la grande manifestation du 12 novembre 2012 !


Mais…

Mais si nous vous proposons de nous retrouver dans une salle privée à Rungis c’est parce que nous n’avons pas pu faire autrement, tout simplement.

Quand nous avons commencé à échanger avec Tommy Robinson à propos de cette fameuse journée, c’était fin septembre, et nous avions proposé que cela ait lieu début décembre… Hélas, les autres organisations et notamment Pegida Allemagne ont souhaité que ce soit fin janvier, puis Tommy Robinson et Pegida ont décidé que ce serait le 6 février.

Ce qui ne nous arrange pas pour deux raisons. La première c’est que le 6 février n’est pas, en France, une date anodine, ce qui explique que nous ayons proposé que l’appel se fasse pour le week-end des 6 et 7 février, chaque organisateur choisissant la date qu’il veut et qui l’arrange. La seconde c’est que, entre-temps, les attentats du 13 novembre ont entraîné l’Etat d’urgence…

Nous avons été interdits, en-dehors de tout état d’urgence, après les attentats de Charlie Hebdo l’an dernier à deux reprises en dix jours, dont une fois à une heure de l’échéance, et l’autre fois à 24 heures… Cela fait beaucoup de frais à fonds perdus. Comment imaginer une seconde que Cazeneuve (qui s’était en personne opposé à nos initiatives de 2015) puisse accepter une manifestation de rue de notre mouvance ? Nous avons donc préféré proposer un rassemblement qui permette à chacun de communier, de montrer son refus de l’islamisaiton et l’immigration plutôt qu’une interdiction au dernier moment qui aurait laissé Paris de côté dans les manifestations des 6 et 7 février. Nous ferons cela sur toute la journée, et, selon nos meilleures traditions, un apéro saucisson pinard permettra aux nôtres de festoyer convivialement. Et Cazeneuve ne pourra jamais empêcher nos images de circuler dans le monde entier, et d’être vues par des centaines de milliers d’internautes, comme le 18 décembre 2010.

Par ailleurs, beaucoup de va-t-en guerre nous disent que nous devrions manifester avec ou sans autorisation quoi qu’en pense et qu’en dise Cazeneuve. Facile à dire… mais inefficace. Ce régime n’attend que cela. La Résistance à l’islamisation suppose que nos associations ne soient pas dissoutes, que les animateurs ne soient pas hors d’état d’agir et de continuer à informer et à rassembler les patriotes. C’est bien plus important qu’une partie de bras de fer d’une heure avant de se retrouver au commissariat en garde à vue. Les manifestants pro-Gaza ou les Antifas peuvent défier les interdictions et le pouvoir, ils ne risquent rien ; nous, nous risquons tout. Et on ne peut pas se le permettre eu égard à la situation.

Et puis c’est un peu facile de nous envoyer au casse-pipe… Que ceux qui, derrière leur clavier, tempêtent, proposent et organisent une manifestation le 6 février, nous ne les en empêcherons pas, et nous relaierons même leur initiative. Si Cazeneuve les laisse faire, tant mieux. Et ainsi les Résistants en Ile de France pourront manifester de deux façons différentes leur volonté de dire non à la conquête islamique de notre pays, le 6 et le 7 !

Nous avouerons également que nous sommes quelque peu échaudés par le peu de mobilisation des Français ces derniers temps. Nous étions 150 place de la Bourse fin juin pour rendre hommage à Hervé Cornara, décapité…

Alors, me direz-vous, si, dimanche 7 février, des dizaines de milliers de personnes arrivaient à Rungis ? Ça serait une énorme surprise, un énorme bonheur… On serait débordés, c’est sûr, mais on s’adapterait à la situation et on improviserait, avec l’aide des forces de l’ordre, forcément…

Si…

En tout cas, pour l’Ile de France, c’est à Rungis que cela se passera, et le 7 février. Mais à Montpellier, Bordeaux et Saint-Brieuc, des rassemblements se mettront en place le 6 février.

Nous savons que les Parisiens n’aiment pas avoir à se déplacer en banlieue, ils n’aiment pas le RER… Donc, le choix de Rungis fait également grogner pour cette raison.

Dans la mesure où les salles parisiennes nous sont systématiquement refusées (les loueurs craignent les risques et les menaces), dans la mesure où des provinciaux n’hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour nous rejoindre à Rungis, j’ai envie de dire que l’on n’a pas gagné la guerre si la perspective d’une heure de transport en commun dissuade des patriotes de venir au rendez-vous européen.

Chacun prendra ses responsabilités. Pierre Cassen et moi nous prenons les nôtres. Nous avons fait le seul choix possible, malgré le coût élevé d’une telle journée pour les finances de Riposte laïque et Résistance républicaine, parce qu’il n’y a pas d’autre solution, hélas.

Rendez-vous aux courageux, déterminés, le 7 février à Rungis.

Sauvons notre pays, sauvons notre culture, sauvons notre futur…

Pierre Cassen et Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Marc g

C’est sûr. Mais alors fallait pas s’emballer et nous faire croire à un manifestation d’ampleur européenne où on aurait notre part. Le plus dur avant même les possibles interdictions n’est il pas de se rassembler entre associations pour vraiment mobiliser un maximum de monde sur un même sujet?
Bref. Pegida en France ce n’est pas pour demain et pendant un moment j’ai dû rêver que si…

snafu

On pourrait peut-être demander à A. Chauprade et « Les français libres » s’ils feront le déplacement !

Cerame

Bonjour a tous,
Je comprend très bien les explication fournies par Mme TASIN & Mr CASSEN; mais je me demande quand même jusqu’a quand il va falloir respecter les « lois d’une république  » qui ne nous respecte plus depuis longtemps. Je crois que chacun dans son coin peut le constater!Ne pouvons-nous pas essayer de nous organiser dans certaines grandes villes de France pour organiser un mouvement non-officiel qui pourrait se rassembler dans le calme sur une place ou une esplanade quelconque (donc sans défiler,donc pas d’autorisation a demander) en attendant mieux. Mettre en place un système de marketing politique percutant qui pourrait être diffusé par ses membres chacun dans son quartier ou son village. Somme toute « matraquer » la population d’informations et de propagande a l’instar du système.Que je sache les résistant n’avaient pas crée de club,d’associations ou d’amicales déclarées a la gestapo ! Il va bien falloir un jour que nous franchissions le pas .

jeanjejean

la liberté de rassemblements sans troubler l’ordre public est possible l’information doit circuler librement suivre les commentaires sur FB TW GOOGLE ….

Romanin

@Cerame, les idées sont excellentes, un peu comme pour les « comités » que demandait Marine, mais sachez que pour « matraquer » la population, il faut des moyens et du matériel que seul les organisations en place ont(tracts, parutions, journaux…), ça n’est pas gratuit, il faut des bénévoles et être organisé! Ah j’oubliais, il faut aussi un certain « engagement » et être disposé à prendre des coups(parfois)!

cerame

Rien n’est gratuit. Ce qui coute c’est ce qui ne sert à rien ! Tout le monde est bien conscient qu’à partir du moment ou on s’engage dans un combat qu’il soit politique commercial etc…un investissement ‘ financier et humain doit être effectué. La hauteur de la mise de fond doit correspondre au degré de motivation qui est en nous. Le problème est de savoir si les discussions dans les salons feutrés n’ont pas atteint leurs limites ! Je ne conteste aucunement le travail remarquable effectué par certains auparavant qui a permis d’ouvrir les yeux à une quantité non négligeable de citoyens (dont moi ) mais on peut se demander si une autre étape ne doit pas être envisagée dans les plus brefs délai compte tenu de la situation empirant à vue d’oeil ?C’est pour cela que je pense qu’il faut envisager d’autres moyens d’action .Il est donc vital si nous voulons faire progresser notre »cause » de fédérer toutes les bonnes volontés . Mais il faut commencer par se rencontrer !

angoulafre

D’autant plus que les hauts lieux de la résistance (Vercors, etc…) sont toujours là.
Il faudrait, peut-être, trouver un Grand homme, pour brandir le flambeau….

Anonyme

Vous avez eu parfaitement raison.
Nous avons besoin de vous ici et pas derrière des barreaux.

a.picadestas

Je viendrai comme d’autres fois car c’est très important.Par contre je ne communie qu’a l’église…mais je ferai honneur au saucisson pinard avec grand plaisir!
Pour les petits nouveaux, Rungis est très facile d’accès.
Merci de tout ce que vous faites pour la France et donc pour nous.

Marie

J’aimerai tant participé à cette manifestation mais pour Rungis cela me fait environ 500 bornes, un peu excessif tout de même.
Y a t’il ou y aura t’il d’autre manifestation dans l’est du pays ( je suis d’Alsace)……nous avions entre amis parlé de celle ci du 7 février et nous aurions été plusieurs mais le trajet nous bloque un peu
Dans l’attente d’autres renseignements
Amitiés patriotiques

tête de fer

Personnellement je ne pourrai pas venir, faute de moyens je suis dans la cambrousse.
Mais je crains que vous ayez commis une erreur: divulguer à l’avance le lieu de votre rassemblement! il se pourrais fort que des « comités d’accoeil  » vous attendent…..vous pouvez toujours changer un peu le lieu au dernier moment; et surtout; -par espérience personnelle- si vous voyez que ça part en sucette avec les antifas et autres dispersez vous!! ne créez pas de violences ça se retournerait contre vous! j’étais a la manif de 1995 pour nos retraites (merci Juppé) et j’ai bien vu comment ça a dérapé à Toulouse à cause de groupuscules anars!!!
allez ; courage; on finira bien par réveiller ces c…de Français!!

Marc g

Non à Rungis, la salle ça craint rien. C’est vraiment isolé et à part nous bah tu peux être sûr qu’il n’y aura personne.
(On pourrait même le crier sur tous les toits ça ne changerait rien.)

Romanin

Moi qui m’interroge souvent sur ces manifestations chacun dans son coin, votre article et vos précisions m’éclaire un peu plus. Mais je reste persuadé qu’il faut essayer de se rapprocher de certaines organisations et/ou partis ayant nos « sensibilités », la manif pour tous avait réuni plus d’un million 1/2 de gens, le Siel fédère aussi pas mal de patriotes. Par contre, je vous trouve un peu »féroce » avec les va-t-en guerre, moi je les comprends, ils se rendent compte chaque jour un peu plus de la politique néfaste de nos socialos(manifs refusées, atteintes aux patriotes, magouilles et petits arrangements de l’oligarchie herpèsienne…). Bon, OK je viendrai à Rungis, malheureusement, je ne fédère que ma petite personne, je serai reconnaissable car j’aurais un œillet blanc à la boutonnière, venez nombreux les sandwichs sont bons et le rouge en tonneaux

BELLINI

Je suis entièrement avec vous et je serais avec vous le 7 février même s’il y a plus d’une heure de transport .Merci pour votre courage !

durieux

Bravo pour ces explications.

myster13

Il faut appeler un chat, un chat : les Gaulois ont été émasculés en 1981 et depuis n’ont toujours pas retrouvés leurs c…. Autour de moi les gens ont peur pour eux, leurs enfants et comme en 1938 ils ne réaliseront que trop tard que leur déni de la réalité les ont menés au carnage qui ne manquera pas de survenir. Faible mobilisation des gens ? Bien sûr ! Tant qu’ils ne sont touchés pas directement, ils baissent les yeux et ont hâte de se retrouver devant leur télé.

Spipou

Petit commentaire qui n’a rien à voir, mais je ne sais pas où le mettre.

Pétition pour Tommy Robinson diffusée… puis compte Facebook bloqué ! On a vraiment tout le monde de notre côté…

Dominique

Pour ma part, je trouve déjà très courageux et très méritant tout ce que vous avez entrepris en matière de lutte contre l’islamisation. Et je pense particulièrement à la dénonciation de Christine à Belfort en 2013 à l’occasion de l’Aïd.