1

80 336 euros pour sauver une racaille, qui dit mieux ?

Darmanin-famille-Sofiane-Mameche

Il y a quelques jours, nous apprenions que Sofiane Mameche, 25 ans, se trouvait dans le coma après un accident de scooter à Phuket, station balnéaire thaïlandaise très prisée de la population wesh-wesh des cités. Un montant de 75 000 euros était demandée par les autorités thaïlandaises pour ses soins et son rapatriement, compte tenu de son état. La famille ne disposant pas d’une telle somme, elle a alors lancé une cagnotte, espérant récolter quelques centaines d’euros, l’argent des trafics ne suffisant sans doute pas, cagnotte se montant, à l’heure où j’écris ces lignes, à la coquette somme de 80 336 euros nets d’impôts.

Sofiane-thailande-cagnotte

80 336 euros pour sauver une racaille, qui dit mieux ?!

Au bas d’une photo le montrant en train de poser fièrement aux côtés d’un tigre visiblement passé auparavant par une salle de shoot, on découvre le texte d’accompagnement visant uniquement la communauté musulmane, avec des « Masha’ Allah vous avez un grand coeur !! Allah vous le rendra ! ». Mustapha y va d’un ésotérique commentaire « C’est l’Islam qu’on nous a appris et c’est celui-ci qu’ils veulent éteindre, on a quoi de quoi être fier el hamdoulillah ».

Selon Rue89, l’agence de location du scooter réclamerait en outre 11 000 euros de dédommagements pour le préjudice, une version assez peu plausible, vu qu’en Thaïlande, même les gamins possèdent un scooter.

Youcef, un cousin du voleur, enrage « Sofiane est un ressortissant français. Il faut que l’État se bouge ! ». Oui, que les Français paient donc pour soigner un délinquant qui peut-être un jour, s’il en réchappe, viendra chez eux commettre un énième vol avec violence…

Sa cousine gère une page Facebook qui lui est consacrée : « Les médecins disent que 10 % de son cerveau marche encore ». Bon, on s’abstiendra, par décence, d’ironiser sur cette remarque…

Les mosquées de Roubaix et Tourcoing se sont mobilisées pour faire le plein de dons pour sauver Sofiane. Un voleur avec violences, il serait préjudiciable à la société de le laisser dans un tel pétrin.

Sur le texte d’accompagnement de la cagnotte, le montant des frais médicaux est reproché : « c’est abusé ». Comme si de tels soins équivalaient au prix d’une aspirine. Quant à la mère, elle dénonce un « racket ». Des gens tellement habitués à la gratuité de tout en France (mais qui oublient volontiers de remercier les Français pour la générosité inestimable dont ils bénéficient) qu’ils en sont totalement hors sol…

Le maire LR de Tourcoing Gérald Darmanin a fait part de son soutien et de sa solidarité, allant jusqu’à adresser une supplique à Jean-Marc Ayrault pour en appeler à ses bons soins, concluant sa demande de l’incontournable sésame des gens de bien : « haute considération républicaine ».

Sa page Facebook est constellée de messages éplorés : « Il mérite d’être sauver » (sic). Gabriel en appelle à ce que 94 000 personnes versent chacune 1 euro, Jérémy réclame l’adresse de l’hôpital pour se rendre à son chevet au plus vite. Fernando signifie qu’il n’a pas beaucoup d’argent mais qu’il est prêt à se saigner un peu s’il le faut, un professeur qui a la sœur du délinquant comateux dans sa classe va faire une quête dans son lycée, tandis que Sarah dit préférer multiplier les « duha » auprès d’Allah plutôt que de faire un don…

Mieux encore, Frédéric, outré, en appelle au boycott de la Thaïlande, coupable apparemment de refuser que les soins apportés incombent aux Thaïlandais, estimant que ces soins, compte tenu d’une pareille situation, devraient être gratuits. On présume que Frédéric doit certainement trouver normal et légitime de débourser de sa poche une partie des coûteux traitements médicaux de Bouteflika…

C’est d’ailleurs l’avis de Younes, ami à Phuket du trafiquant, qui s’insurge de ce que la médecine se paie « Ici, tout marche avec de l’argent. Tout est lié à ça. Ce n’est pas comme en France ». Et oui, en France tout est gratuit, tout est offert ! La CMU, l’AME, c’est cadeau, c’est les Français travailleurs qui paient en travaillant pendant que d’autres font du trafic de drogue en Thaïlande et commettent des vols avec violence. Pour Younes, la gratuité va de soi, elle lui est due, probablement.

Une question se pose tout de même… Sofiane a très probablement la sacro-sainte double nationalité. Si tel est le cas, pourquoi est-ce que la famille ne réclame son aide qu’au seul Etat français et pas à l’Etat algérien ? Avec les considérables économies faites sur les soins de Bouteflika financés par les Français, ce dernier pourrait peut-être faire un petit geste…

Mais voilà, deux jours après un élan de solidarité incroyable, Métro nous apprend qu’en 2013 et en 2014, notre comateux aurait trempé dans plusieurs trafics de stupéfiants, de voitures et aurait commis des vols avec violences. Une de ses connaissances qui s’apprêtait à le rejoindre en Thaïlande vient par ailleurs de se faire arrêter à Bruxelles.

La famille était parfaitement au courant des petites affaires peu reluisantes de Sofiane mais s’est abstenu d’en faire part aux donateurs pour ne pas casser l’ambiance : « Oui, il a eu des petits soucis avec la justice. Mais c’est un être humain. On arrive bien à rapatrier des prisonniers, pourquoi pas lui. Et s’il a un problème avec la justice, il le réglera plus tard ». Oui, c’est un être humain normal qui tape les gens pour leur piquer leurs biens et qui utilise, quand il est en pleine possession de ses moyens, plus de 10% de son cerveau.

Gérald Darmanin, informé du CV chargé de Sofiane et sans doute désireux de s’accorder les bonnes grâces de ses administrés musulmans, n’en démord cependant pas : « Cela ne change rien au fait que sa famille a le droit de le rapatrier ».

Et les devoirs ? Le devoir d’éduquer ses enfants à ne pas voler et à ne pas frapper ? Est-ce que cela ne relèverait pas d’une « haute considération républicaine » ? Selon M.Darmanin, la République aurait donc vocation à cautionner la mobilisation d’un ministre d’Etat et la générosité de Français ordinaires pour venir en aide à un délinquant multirécidiviste… Voilà qui laisse furieusement dubitatif.

Caroline Alamachère