La LDH va-t-elle poursuivre Ayaan Hirsi Ali ?

Publié le 20 février 2011 - par - 371 vues

Conférence d’Ayaan Hirsi Ali qui s’est tenue le 08 juin 2010 à la  Donner Canadian Foundation. Elle y parle des différences philosophiques fondamentales et inconciliables entre l’islam et l’Occident.

Ne ratez pas les parties 3 et 4, qui sont sans doute les plus intéressantes, et qui consistent en une série de réponses à des questions posées par le public. Ses réponses d’une pertinence et d’une clarté absolue nous laissent entrevoir les obstacles que l’avenir proche nous prépare.

Transcription de son discours :

1ère partie

Je voudrais tout d’abord comparer les philosophies sur lesquelles sont fondées les sociétés occidentales, au moins telle que je les perçois, et celle des sociétés islamiques dans lesquelles j’ai grandi. La différence majeure que j’ai constatée réside dans le fait que l’Islam est basé sur la philosophie de l’Au-delà alors que les sociétés occidentales sont basées sur des philosophies de la vie sur Terre.
Née dans l’Islam, j’ai été élevée, comme mes livres “Infidel” et Nomad” le relatent, dans l’idée que la vie sur Terre est courte, temporaire, et que tout ce que l’on a à y faire est de suivre une série de règles et s’abstenir de faire une série de choses interdites, le “haram”. Il y a une série de choses permises dont vous pouvez jouir, mais votre vie sur Terre se résume à un test. Votre vie, votre vrai vie, éternelle, commencera dans votre tombe, à votre mort. Pendant votre temps sur Terre, vous êtes accompagné de deux anges invisibles, un sur chaque épaule. C’est ce que m’apprenaient ma mère, ma grand mère, mon professeur du Coran, mon père… et quand nous vivions en Arabie Séoudite, tous nos professeurs: absolument tout adulte et toute autorité. “Tu as deux anges, un sur chaque épaule”.

Celui de l’épaule gauche enregistre tous vos péchés, toute vos activités “haram”. Par exemple manger du porc, ce qui est amusant parce qu’il n’y avait pas de cochons, impossible donc d’en manger. Si vous buvez de l’alcool; Si vous avez des relations avant le mariage ou hors du mariage; Si vous avez des amis infidèles ou juifs; Si vous ratez une prière… Il y en a 5 obligatoires par jour, et si vous en ratez une, l’ange sur votre épaule gauche l’enregistrera. Donc vous avez un livre ici, que vous ne voyez ni ne sentez pas: Je marchais comme ça! Sur votre épaule droite, l’autre ange enregistre tout ce que vous faites de bon. Vous priez 5 fois par jour; Vous pensez sans cesse à Allah; Vous suivez l’exemple de Mahomet; Vous jouissez de ce qui est permis avec modération; Vous êtes bon et généreux; Vous donnez pour la “Zakat” (Zakat: aumone obligatoire), la charité aux plus nécessiteux; Vous effectuez le “Hadj” (Hadj: pélerinage à La Mecque) une fois par an ou y pensez: Toutes ces bonnes actions ou bonnes pensées sont notées par votre ange de l’épaule droite, qui en fera un livre.

Il peut arriver d’être tenté, vous pouvez faire quelque chose d’interdit, et si vous demandez pardon l’ange à votre gauche effacera certains de vos péchés et leur poids sera transféré à celui de votre épaule droite.
Il y a donc le concept de repentance et de pardon, mais Allah voit dans tous les cœurs, toutes les intentions, donc si vous répétez le même péché -(prière, porc, amis non-musulmans, ect…)- Vous demandez le pardon mais recommencez, l’ange de droite refusera et le poids des péchés restera à gauche. Voilà, en gros, le concept.
Lorsque vous mourez, un autre ange visite votre tombe et vous pose 3 questions: Qui est Allah? Qui est Mahomet? Et… J’ai oublié la 3ème… Mais quoi qu’il en soit, si vous répondez à ces 3 questions vous aurez calme et paix dans votre tombe. Si vous avez trop péché pour pouvoir répondre, vous allez être torturé dans la tombe: Elle va rétrécir, vous brisant les os. Vous aller vivre une très longue douleur dans la tombe. Cette punition n’est que temporaire: Quand vous passerez la frontière vers l’Au-delà, après votre mort, Allah tiendra un immense procès le jour du jugement dernier, où tout le monde sera présent et jugé, et vos propres parties du corps, vos doigts, votre nez, votre bouche, ect, seront témoins contre vous. Et, à Allah lui-même, juge de tous les juges, vos deux livres seront présentés. Si votre livre de gauche -Mais pourquoi la gauche aime-t-elle tant protéger l’Islam?- Mais on s’égare, reprenons: A votre entrée dans l’Au-delà, si votre livre gauche est plus lourd que celui de votre épaule droite, alors la réponse est claire pour le musulman: Il va en enfer.

En enfer, vous brûlez. Et selon l’épaisseur de votre livre, la période où vous y restez varie. Ces durées ne sont spécifiées explicitement ni dans le Coran ni dans les Hadiths. Si c’est le livre de droite le plus lourd, vous allez au paradis. Et là, votre vie éternelle commence. C’est en cette vie que vous avez investi. Celle où vous vous relaxez. Il y a des jardins, des fontaines, des fruits… Pour les hommes, il y a des vierges à perte de vue: 72! Pour les femmes, il y a des dattes, des raisins, de l’eau… Je sais: c’est injuste! Rien n’est juste! Pas même au paradis! Le meilleur des vins… Donc ne buvez pas de vin ici, car ça vous coûtera le vin de l’Au-delà, qui est le meilleur! Donc dès la naissance, on nous inculque d’investir dans une vie prochaine, celle de l’Au-delà. Nos ressources, notre créativité, notre énergie, tout, en tant que musulman, est investi dans l’Au-delà.

Quand je suis arrivée aux Pays-Bas en 1992, -la plupart d’entre vous connaissez mon histoire-, j’entrais dans une société qui s’investit dans une philosophie de la vie sur Terre. Vous scolarisez les enfants. Vous leur apprenez graduellement à faire carrière et réussir. Vous leur apprenez à vieillir, à éviter les pièges, à ne pas raccourcir leur vie. Les vies sont protégées. Tout tourne autour de la vie: L’innovation, les loisirs, les droits… Tout! La société canadienne, vous: Je vous regarde et me dis “Voilà une société qui investit dans la vie!” Qui préserve la jeunesse, la fait durer. Qui reste en bonne santé. Et vous parlez peu de l’Au-delà. J’ai quelques amis chrétiens très orthodoxes aux Pays-Bas: Ils parlent rarement de l’Au-delà et s’ils le font ce n’est pas pour le décrire. Ils pensent à un paradis, pour les chrétiens repentis, mais ils ne listent pas ce qui s’y trouvera. Ils disent juste “Paradis” en pointant vers le ciel.

Le but est de vous montrer que si vous cherchez la différence entre Islam et Occident, il est très important de commencer par ce point. Pour la première vous investissez dans l’Au-delà, et pour la seconde dans la vie sur Terre.
J’en arrive à mon deuxième point, qui est que, dans une société de l’Au-delà, vous développez un système de lois qui est pertinent et consistant envers cette philosophie. Cette philosophie a fait naître un système de loi appelé la Charia, ou Loi Islamique. Et si vous l’étudiez en détail, vous constatez qu’elle se borne à interdire le “mauvais” et ordonner le “bon”. Chaque musulman a pour devoir de veiller à ce que ces règles soient respectées et suivies, que tout le monde s’écarte de “l’interdit” et ne fasse que le “permis”. Mais, en pratique cela mène au chaos et à l’anarchie, d’où un système de lois dont l’état, le calife, -Il n’y a pas le concept de roi en Islam- le calife ou le sultan veille à ce qu’il s’applique. Vous pouvez voir en Arabie Séoudite, ou lire à son propos, que la police y force les gens à être vertueux, directement, à même la rue, par la force au besoin. Un droit qui ordonne, impose: c’est le concept.

Femmes et hommes ont des rôles spécifique dans ces sociétés: leurs interactions leurs sont dictées. Ce qui leur est permis ou interdit est clairement spécifié, et même en cas de doute ils doivent choisir le bon chemin. La loi islamique, la charia, a ses propres tribunaux, incomparables avec ceux de l’Occident. Le Coran en est la constitution. Les hadiths, les livres que Mahomet a laissés, ses actes, ses pensées, son jugement du bien et du mal en sont les directives essentielles.

Par conséquent, l’état est basé sur le Coran et la moralité du prophète Mahomet. Selon cette philosophie, la corruption, c’est l’acte de s’éloigner de ces directives et les individus ne choisissent pas, on a choisi pour eux: Ils ne doivent que se soumettre. Se soumettre à ce système.

En arrivant aux Pays-Bas, dans cette société investissant dans la vie sur Terre, j’y ai trouvé un système de lois et de règles totalement différent. Le système légal y est conçu de façon à ce que les droits citoyens ne soient pas bafoués, que les droits et obligations des uns envers les autres soient protégés, dans cette vie, que les gens puissent créer leur propre mode de vie, homme ou femme, protégés par la loi. Bien sûr, qui dit humains dit conflits, mais c’est un système qui inculque aux enfants d’en parler et de porter la responsabilité de leurs actes. Et si ça échoue, alors l’autorité punit, mais même la punition garde l’usage de la coercition, de la force, pour le plus tard possible. C’est conservé en dernier recours. On leur parle, on les soigne, on les punit par amendes, e cetera, et ensuite, seulement si tout ça échoue, on en vient finalement à la force. Des gens sont violents, irresponsables, des gens commettent des méfaits, mais ces institutions restent fixées sur le but du bonheur maximum pour le plus grand nombre.

Je ne dis pas que ça marche, ni que c’est parfait: Je décris juste les différences entre ces deux philosophies.

2ème partie

J’en arrive à mon troisième point, qui est: Pourquoi y a-t-il conflit entre les musulmans venant au Canada, en Australie, aux USA, en Europe et ces sociétés qui les accueillent? Pourquoi y a-t-il cette incompréhension fondamentale entre l’Occident et l’Islam? Pourquoi les américains, les européens, ect, perçoivent différemment Israël et les pays islamiques.
Nous pouvons comprendre pourquoi: C’est parce que les sociétés investissant dans la vie actuelle, l’Occident, pensent que tout conflit peut se résoudre par la raison. La raison humaine. Ces états sont laïcs. Il y a des gens religieux et diverses religions: Vous pouvez croire. Mais l’état laïque considère que les conflits se résolvent par la raison humaine. Tout le monde n’y est pas raisonnable tout le temps, pas même les états eux mêmes, mais c’est ce concept de solution par la raison qui prévaut.

L’autre “camp” reste sur l’idée qu’Allah a déjà décidé du bien et du mal et sur la certitude que leur vie sur Terre n’est qu’un état temporaire servant à investir dans l’Au-delà.
Les occidentaux essayant d’intégrer les migrants musulmans se questionnent: “Pourquoi ne s’assimilent-ils pas?”; “Pourquoi négligent-ils leurs enfants?”; “Qu’est-ce qui ne va pas?”; “Pourquoi refusent-ils la modernité?”, e cetera…

S’il vous plaît, comprenez que la philosophie d’une société où on investit dans l’Au-delà mène à orienter toutes les ressources, toutes les énergies, uniquement vers l’Au-delà. Les écoles coraniques n’enseignent que d’être un bon musulman, d’investir dans une bonne place au paradis. Alors on objecte “Oui, mais les chrétiens, les juifs, les bouddhistes ont aussi un Au-delà alors pourquoi s’interroger sur cette question uniquement à propos de l’Islam?” Et bien en premier lieu, l’échelle: Le nombre de gens s’estimant musulmans s’investissant dans cette vie future dépasse le milliard, probablement le milliard et demi. Il y a aussi ce qu’on appelle les islamistes, ou jihadistes: Des mouvements très populaires qui veulent ramener les “musulmans égarés”, tentés par la modernité, vers cette philosophie de l’Au-delà.

Et ceci fait intervenir le second concept qui, en plus de celui dictant le bien et le mal, impose à tout musulman de ramener tout autre musulman égaré sur ce “bon” chemin, et, si ça échoue, de le déclarer ennemi de l’Islam, de Allah, et, dès lors, l’y ramener par la force. Mais cela ne s’arrête pas aux individus nés musulmans: Le concept des “ennemis de l’Islam” s’étend à toute l’humanité. Si vous rejetez ce concept, d’Allah, de Mahomet, de l’Au-delà, alors il est du devoir de tout musulman et leurs leaders, de vous le faire accepter de force.
Ça commence par le prosélytisme, la “da’wa”, et si ça échoue alors suit le jihad: La guerre sainte. Vous choisissez la mort si vous refusez Allah comme votre seul dieu et Mahomet comme son prophète. C’est un principe universaliste.

L’Arabie Séoudite investit des sommes colossales pour répandre ce message aussi pacifiquement que possible. Avec l’argent du pétrole, ils ont financé des centres islamiques, des mosquées, des écoles, pas seulement dans les pays islamiques: Dans nombre de pays occidentaux aussi, ciblant directement les migrants musulmans.
Si l’on compare avec l’autre système universaliste, celui de l’Occident, basé sur la liberté, il dépense aussi beaucoup d’énergie à essayer de moderniser et développer les pays autrefois appelés du “Tiers Monde”, aujourd’hui politiquement-correctement nommés “en voie de développement”. “Sortons les de la pauvreté”: Le concept des ONG et des organisations d’état qui financent les aides, a pour philosophie la vie sur Terre. “Il est bon de vivre, d’être en bonne santé, d’investir dans l’emploi”… Le concept est qu’il est moral de vouloir une vie sur Terre aussi longue, saine et pacifique que possible.

Encore une fois, ces deux philosophies s’opposent. Celle orientée vers l’Au-delà considère l’autre comme un ennemi, un ennemi fatal.
Les partisans d’une vie de préparation islamique à l’Au-delà estiment l’Islam assiégé par les innovations, les technologies, et tous ceux qui selon eux dévoient les musulmans de cette préparation obligatoire qui sacrifie la vie actuelle au profit de celle dans l’Au-delà, la vraie. En conclusion de la comparaison des ces deux philosophies, on voit que l’une a pour concept la vie actuelle et l’autre la mort. Je la qualifie de philosophie de la mort parce que, indépendamment de sa noblesse, la grandeur de son discours, parce qu’elle ne se discute pas: on ne peut discuter l’Au-delà. Pour discuter de ça, vous devez d’abord mourir. Y accéder… La philosophie de la mort, je l’ai expliqué dans “Nomad”, a besoin d’ennemis car elle promet l’utopie.

Les ennemis sont tous ceux qui rejettent cette foi. En premier lieu, les gens de La Mecque au moment de la naissance de l’Islam ont été les ennemis. En réalité ils ne l’étaient pas: Ils voulaient juste conserver leurs croyances ancestrales, mais ils ont été traités en ennemis. Puis la minorité juive d’Arabie fût aussi traitée en ennemie et il fût décidé de ne pas lui accorder la moindre confiance parce qu’il ont essayé de s’allier aux musulmans mais, voyant que ça desservait leurs intérêts, ils ont rompu ces alliances. Cela leur a valu d’être taxés de menteurs, et d’ennemis actifs de l’islam, conspirant contre lui. Les chrétiens, eux, furent d’abord perçus comme des égarés, stupides et inoffensifs, qui n’avaient pas compris le message du prophète. Mais, quand ils insistèrent à le refuser, et ce bien qu’étant des gens “du livre”, ils furent aussi taxés d’ennemis de l’Islam. Et cette idée d’un Islam est assiégé est restée ancrée tout au long des siècles.

Au sein de l’Islam, il y a eu des gens et même des groupes voulant réformer la religion, voulant innover, mais ils n’ont jamais pu: Ils ont été tués, exilés… Ils ont été systématiquement étouffés par ces forces malheureusement prêtes à rejoindre l’Au-delà. Je dis tout cela parce que si vous poursuivez un dialogue basé sur la logique, un dialogue rationnel, sans avoir compris cette philosophie de l’Au-delà, vous ne comprendrez pas pourquoi ces gens sont prêts à mourir si vite… Pourquoi ils envoient leur enfants à la mort en martyr. Pourquoi ils n’investissent pas dans des écoles, la santé, et pourquoi ceux qui essaient en sont découragés.
Je crois qu’il est crucial de commencer avant tout par comprendre cette philosophie.

Je ne suggère pas que l’Islam est la seule philosophie qui évoque un Au-delà. Les grecs, les romains, les chrétiens, les juifs et bien d’autres: L’humanité a des fantasmes sur ce qui arrive après la mort. A quoi s’attendre. Mais l’Islam est différent à cause de son échelle, son intensité, et du succès de son idée du martyr auprès de populations jeunes: Des démographies à l’expansion très très rapide.
Pour comprendre le conflit jadis israëlo-palestinien, puis devenu arabo-israëlien, et aujourd’hui conflit majeur entre l’Occident et le monde islamique… Ce conflit est aujourd’hui devenu le symbole de cette philosophie du martyr. Pourquoi des milliers et des milliers de gens qui n’ont rien à voir avec Israël, qui ne vivent pas au Moyen Orient, qui ont leur propres problèmes… Pourquoi sont-ils prêts à mourir pour rejoindre l’Au-delà? Et bien c’est à cause de l’obligation pour tout homme musulman de défendre tout pays musulman ou perçu comme tel de toute attaque. C’est un peu comme l’Otan, sans la bureaucratie. Juste par conviction, par réflexe.

Pour comprendre pourquoi la Turquie, qui oppresse sa propre minorité Kurde, qui nie le génocide des Arméniens, est prête à jouer son statut international, ses liens avec les USA, avec Israël, pour cette flottille, vous ne devez pas l’analyser uniquement sur les plans rationnels, diplomatiques, qui sont naturels à l’Occident. Considérez aussi l’autre cadre: celui de la philosophie de l’Au-delà contre celle de la vie.

Si vous voulez comprendre pourquoi Mahmoud Amadinedjad est lancé dans une mission suicide pour acquérir l’arme nucléaire et provoquer le monde entier… Pour stopper cette menace nucléaire, l’avenir de l’Iran pourrait devenir abominable… Mais Amadinedjad n’a pas peur de la mort: Elle lui est la bienvenue parce qu’il croit sincèrement qu’il, et tous les autres morts, accéderont à l’Au-delà et ce en faisant le “bien”, ce qui lui ouvrira les portes du paradis: Sa vraie vie, éternelle. Il pense devenir un héros de l’Au-delà.
Voilà, je vais m’arrêter ici pour répondre à vos questions pour la prochaine demie heure.

3ème partie

[ Mahomet était illettré: Quelles implications cela a-t-il pour l’islam? ]
C’est très important. Il a introduit le concept d’un dieu auquel se soumettre entièrement, et votre passage sur Terre ne sert qu’à tester votre niveau de soumission. Le niveau auquel vous obéissez à ses règles. Jusqu’où vous vous soumettez. Entre hommes et femmes par exemple, la femme doit se soumettre complètement au mari. Ça vaut pour tout ce qu’il demande, sauf ce qui lui est interdit par Allah. Vous êtes soumis à Allah. Si le calife de la “oumma” (communauté islamique) vous demande quoi que ce soit, vous devez le faire, sauf si c’est un péché envers l’islam.

C’est pour ça que beaucoup de réformateurs, même des dirigeants, ont eu le plus grand mal à maintenir l’ordre: Parce que tout musulman doit aller contre lui s’il veut réformer l’islam. Un des problèmes de l’islam que les chrétiens et les juifs n’ont pas est la clarté de certaines règles, qui empêche toute interprétation ou variante. Spécialement les hadiths: Sur les homosexuels, par exemple, le coran dit uniquement que la sodomie est un péché qu’ils doivent être tués, mais les hadiths spécifient comment. Ils doivent les amener en haut du plus haut bâtiment, les jeter dans le vide et des croyants doivent les lapider avant qu’ils n’arrivent au sol. Ces ordres spécifiques, comme le fouettement des adultères qui est aussi précisément décrit, l’amputation d’une main et du pied opposé pour les voleurs, ce type d’ordres très spécifiques sont très difficiles à réformer. Et si un leader s’y essaie disant que c’est moyenâgeux alors le croyant se dit que ça va à l’encontre d’Allah et qu’il préfère obéir à Allah qu’à lui.

Le concept judéo-chrétien est très différent… On me dit que le Judaïsme a un dieu avec lequel on peut avoir des désaccords, discuter… Vous ne vous soumettez pas et pouvez même avoir des querelles continuelles avec lui… De ce que j’en lis dans la bible et en entends, le dieu des chrétiens est très axé vers la rédemption, tendre l’autre joue, un dieu d’amour, un père, ect… Allah ne vous demande pas de tendre l’autre joue ou de discuter ses ordres: Allah vous dit “Soumets toi! Sinon, tu commets un pêcher!”

Le seul ange à avoir refusé, dans la mythologie islamique, était Satan. Il a été banni du paradis pour avoir refusé de se plier à Adam comme Allah le voulait et cette saga mythique continue: C’est de ce concept dont nous parlons.
Donc oui, un prophète illettré a introduit une religion de soumission toujours suivie et dont ceux qui la refusent sont traités comme Satan ou les fidèles de Satan.

[ Au cours de l’histoire, quel impact ont eu les autres cultures sur l’islam? ]
L’islam est né dans un patriarcat arabe du désert du 7ème siècle. L’homme qui l’a établie a confessé être illettré dans sa “révélation”: C’est dans le coran. Si vous lisez le coran et les hadiths, vous y découvrirez qu’il a simplement rendu divine une grande partie de cette culture existante. Par exemple le mécanisme d’honneur et de honte, qui est un thème récurrent de l’islam. Il lui a aussi ajouté une partie, la charia, quand il est devenu puissant, à Médina. Il a fait quelques ajouts très progressifs dans le contexte de l’époque.

Par exemple, les tribus arabes enterraient les filles “de trop”. Si une famille avait sa 3ème ou 4ème fille et qu’elle trouvait ça excessif, ils avaient pour coutume d’enterrer ces bébés avant l’âge de 7 ans. C’était une tradition ouvertement connue, pas une pratique secrète comme en Chine. Il a banni ce système. A cette époque, un homme pouvait avoir un nombre illimité de concubines: Il l’a limité à quatre et déclaré qu’elles devaient être traitées de façon égale. Si vous en vouliez une cinquième, vous deviez divorcer de la première. Il a introduit des systèmes d’héritage, de lois, de “bien” et de “mal”, il a uni toutes ces tribus arabes diverses, qui s’entretuaient à cette époque, et il a dirigé leurs énergies vers l’extérieur: Au lieu de s’entre-conquérir, il les amena à conquérir ailleurs. C’est devenu un empire. Tout ceci était très progressif et impressionnant pour l’époque.

Mais quand l’islam a rencontré d’autres cultures, en Perse, jusqu’en Chine et même en Europe, en Afrique, il a internationalisé certaines de ces traditions et croyances traditionnellement arabes. Elles sont devenues internationales. Prenez l’Égypte par exemple: On ne voit presque plus à quoi elle ressemblait avant son islamisation. Elle a été complètement arabisée. L’Indonésie ou la Malaisie, de nos jours, qui avaient leurs propres us et religions locaux, subissent l’expansion d’un islam radical (Muslim Brotherhood) qui est, essentiellement, de la culture arabe.

Mon pays natal, la Somalie, était différent dans les années 80: Ma grand mère, par exemple, avait la difficulté de s’acclimater à la ville mais elle n’avait pas en plus à faire avec la burqa, le jilbab, et se soumettre à totalement l’homme tel que l’islam l’a introduit. Ce que l’islam a fait, c’est transformer les somaliennes en arabes: Ce que je voyais dans les années 70, je l’ai vu apparaître en Somalie. Les femmes couvertes entièrement. J’en ai vu encore hier soir.
Donc la culture est incluse: L’islam amène une culture et des us essentiellement arabes, un patriarcat, le tout rendu divin mais, et c’est à ne surtout pas le négliger, il amène une philosophie de l’Au-delà, une philosophie de la mort.

Et je suis heureuse que vous ayez trouvé un équilibre entre votre foi, ses apports spirituels, et la construction de vos vie actuelles, l’investissement dans cette vie sur Terre. Mais vous êtes une exception. Ce n’est pas global.

[ Pouvez vous aborder la “dhimmitude” et la mosquée de Ground Zero? ]
Le terme “dhimmitude” ou “dhimmi” est un terme légal qui est réservé aux gens du livre en terre islamique, sous la loi islamique, charia. Les minorités chrétiennes et juives sont appelés “dhimmis”, les autres étant convertis par le sabre. Être dhimmi, c’est être un citoyen de seconde classe qui, par exemple n’a pas le doit de construire son église ou sa synagogue, de montrer des signes de son culte. Leurs lieux de culte doivent être petits, ils doivent croire en secret… Ils ont toutes sortes de restrictions gouvernementales, commerciales, …

Ils ont un choix. Les historiens qui ont étudié ces cas montrent qu’on leur donnait un choix: S’ils se convertissaient, ils devenaient des égaux. S’ils refusaient, ils devenaient alors des dhimmis. Un musulman peut marier une juive ou une chrétienne, mais chrétiens et juifs ne peuvent marier une musulmane. Ce qu’ils peuvent enseigner est aussi réglementé. Le prosélytisme et la propagande leur sont interdits. Leur religion, en terre d’islam, aujourd’hui inclus, est interdite. Voilà ce qu’est le statut de dhimmi.

En Europe, comme vous le précisiez: Les européens deviennent-ils dhimmis? Sont-ils colonisés? Il y a plusieurs réponses. Il n’y a pas, à cet instant, conquête islamique de l’Europe, contrairement à l’Égypte, la Syrie, ou des parties de l’empire Byzantin. Les européens qui ont une attitude dhimmi, qui reculent et accommodent les demandes d’organisations islamiques radicales, le font de manière volontaire. Dans l’idée que s’ils sont “gentils” avec eux, alors ils seront “gentils” en retour. J’estime que c’est une erreur de penser qu’accommoder des radicaux musulmans pour un temps leur permettra de se moderniser et de réfréner la violence.
Je pense que c’est le mauvais chemin à prendre.

A propos de Ground Zero et la construction d’une mosquée là bas, est que ça démontre clairement que 9/11 n’était pas juste l’œuvre de 19 hommes indépendants d’une volonté d’états. Les convictions d’Al-Qaeda ne sont pas différentes de celles de l’Arabie Séoudite ou du Koweït, des Émirats Arabes Unis, et en fait les Frères Musulmans, qui sont le plus grand et légitime groupe d’opposition d’Égypte. Construire cette mosquée là bas sera vu comme un immense succès, si immense qu’il sera attribué à Allah lui-même.
Je trouve ça de mauvais goût, et preuve d’aucune sensibilité…
Je trouve profondément immoral que le comité new-yorkais l’ait approuvée, mais ce n’est que mon opinion et le fait est que, aux USA, ce n’est pas anti-constitutionnel. Mais si nombre d’organisations musulmanes nous disent que l’islam est une affaire de paix, de compréhension et de dialogue, je trouve que c’est une démonstration évidente de manque de sensibilité que de construire une mosquée précisément là bas.

4ème partie

[ Y a-t-il d’autres musulmans essayant de réformer l’islam? ]

Il y a des réformistes passionnés. Il y a des gens nés dans l’islam qui veulent le réformer tout en restant croyants. Mais ils rencontrent toutes sortes d’obstacles, comme le l’ai dit plus tôt, autant aujourd’hui que par le passé. D’autres musulmans veulent les tuer, y compris au prix de leur propre vie. Non pas juste des groupes d’extrémistes, mais des états bien établis aussi.

Nasr Abu Zaid, par exemple, un musulman dévoué, a juste suggéré d’adapter certaines parties du coran au contexte actuel. C’est un musulman dévoué, très croyant, respectueux de l’islam. Il a été forcé à divorcer de sa femme. Des fondamentalistes demandaient sa pendaison. D’autres ont tout tenté pour le tuer. Il a dû migrer aux Pays-Bas et n’a plus aucun public.

Mais des gens comme Tariq Ramadan, un islamiste infiltré selon moi, lui a un immense public… Ben Laden, al-Zawahiri et une flopée d’autres stars du Muslim Brotherhood ont un public énorme. Quelqu’un comme Yusuf al-Qaradawi dit que les attentats suicides sont “bien”, “justes”, a un public énorme.

Mais personne n’écoute Nasr Abu Zaid… Irshad Manji, réformiste très passionné, non plus… Moi non plus. Bien que je ne dise pas de réformer l’islam, je dis “Libérez vous en! Vite!” Ce qui est bien sûr très différent. La cause en est qu’il s’agit de s’investir pour une vie dans l’Au-delà: La libération des musulmans passe par là. Uniquement cesser de craindre ce qui arrive après la mort leur permettra de croire sans jihad, sans violence, sans la charia… sa facette politique.

[ Que pensez vous du traitement de l’islam dans les médias? ]

Je pense qu’il évitent toute critique de l’islam. Il restent politiquement-corrects quant à son aspect religieux. La plupart des grands journaux d’Occident parlent de guerre contre le terrorisme, des terroristes.

Il y a un grand lobbyisme de l’OCI (Organisation de la Conférence Islamique), dirigé par l’Arabie Séoudite, la Turquie, ect, qui leur demande de ne lier aucune forme de terrorisme à l’islam. Ils ont créé et donné un lexique aux journalistes de l’UE que toute une partie de la presse utilise, et qui est expurgé de tout terme tel que “jihad”, “islamistes” ou “terrorisme islamique”. Aux USA, certains médias les utilisent encore mais globalement les média s’auto-censurent et ne reportent pas totalement ou objectivement tout ce qui touche à l’islam.

Les gens qui, comme moi, remettent en question l’islam, son idéologie et qui en lient les fondamentaux aux raison des actes terroristes sont étiquetés extrémistes, radicaux, d’extrême-droite, islamophobes, xénophobes, ect… En conclusion les médias ne sont absolument pas objectifs, ni justes dans leur façon de traiter les sujets relatifs à tout ce qui est perpétré au nom de l’islam.

Si par exemple vous comparez avec leur traitement du catholicisme… J’ai suivi les affaires de pédophilie et, jour après jour, ça refaisait la une: Il n’y a eu aucune pitié envers les catholiques, l’église ou le Pape. En comparant ça avec le traitement de l’islam, on est choqué par la différence de traitement. Israël n’est pas un état religieux, mais si vous comparez son traitement dans les médias et celui des pays islamiques, les mots employés, les hyperboles, vous en restez bouche bée.

[ Selon l’islam, mourir pour le jihad offre-t-il le paradis plus rapidement? ]

C’est… une porte de sortie, un raccourci, vers le paradis pour les jeunes hommes. Toute irrationalité a sa propre logique. Celle de gagner sa place au paradis, de mériter un bon Au-delà, a aussi sa propre logique. Des concepts comme “Si tu meures en martyr, pour Allah, tous tes péchés seront oubliés” séduisent les jeunes hommes.

Un jeune homme vivant en Occident subit des tentations. Il a les attraits et le glamour de l’Occident à combattre, et s’il est issu d’une famille aisée alors cette tentation est encore plus forte: Il ne sait plus que faire. Et je pense que ça explique en partie comment des jeunes hommes des classes moyennes se joignent au jihad: Cette idée de se libérer des tentations occidentales par un unique “grand acte” qui vous ouvre le paradis où votre vraie vie commence est si forte…
A ce sujet, je vous invite à ne pas tomber dans l’image simpliste des 72 vierges: Aussi importante qu’elle soit, elle n’est qu’une des nombreuses tentations. Considérez la difficulté, l’immense difficulté, spécialement pour les jeunes, de vivre selon ce manuel du permis et de l’interdit. Ne serait-ce qu’en suivre les obligations. Par exemple, prier 5 fois par jour: Imaginez juste les contraintes… C’est vraiment très difficile. Donc si vous voulez vous libérer de ce carcan, devenir un jihadiste, rejoindre un groupe où tout le monde fait les mêmes gestes permis, prie tous 5 fois par jour, obéit à la lettre l’islam, et obtenir un ticket rapide pour le paradis est séduisant, même s’il existe une compétition entre eux…

[ Est-il vrai que beaucoup d’auteurs d’attentats suicides n’étaient pas des islamistes radicaux mais juste des gens des classes moyennes, frustrés? ]

L’argument de la frustration ne tient pas car tout le reste de l’humanité subit des frustrations. Cette raison a été évoquée pour l’auteur de l’attentat de Time Square. On l’a dit frustré d’avoir perdu son emploi mais si vous lisez l’enquête, il a été prouvé qu’il a en fait quitté son emploi: Il ne l’a pas perdu. Alors, quelle était la cause de sa frustration? Pakistanais, il a obtenu un visa d’études vers l’Angleterre, il vivait le rêve américain: Il a été universitaire, a obtenu un Masters, s’est marié à une américaine dont il a eu 2 enfants, il avait un emploi, il semble qu’il vivait la vie des classes moyennes qu’il avait mérité. Qu’est-ce qui le frustrait?

Ce même argument a été utilisé pour Nidal Malik Hasan, qui a tué 13 personnes en novembre à Fort Hood (Texas): A nouveau on a grandement spéculé sur son état de santé mentale. Disant qu’il aurait souffert de syndrome post-traumatique. Mais ce n’était pas le cas, il n’avait pas été envoyé au combat… Alors quoi? C’était “pré-traumatique”?

Sur cet argument de la frustration… Je peux difficilement commenter une étude que je n’ai pas lue, mais cet argument m’est familier. Si vous l’appliquez à d’autres gens… Cette dame travaille avec moi et nous discutions de cette pulsion de faire sauter Time Square parce que vous perdez votre emploi: Elle, avec des centaines d’autres, a perdu son emploi à cause de Wall Street. Aucun d’entre eux n’a eu l’idée de faire sauter Wall Street. Certains en ont peut-être rêvé, mais ils ne l’ont pas fait. Et je pense que séparer l’action d’un auteur d’attentat suicidaire de ses convictions mène à des hypothèses qui ne tiennent pas.

Mais l’hypothèse de la frustration, d’avoir été victime d’une humiliation, a été la plus reprise et donc l’Occident à déversé de l’argent vers les pays islamiques pour se faire pardonner. Obama les a tous visités. Tout ça n’a rien changé. Donc cette hypothèse ne tient pas. Dire qu’on va tuer notre voisin parce qu’on est frustré par notre père, c’est différent. Je ne crois pas à cette hypothèse.

[ Une société basée sur la mort, comme vous l’avez dit, peut-elle se réconcilier avec une autre basée sur la vie? ]

En analysant ce qui pousse certains musulmans à faire des attentats suicides, la non-intégration des enfants de musulmans aux sociétés modernes, en cherchant les raisons de ce qui se passe, je ne commence pas par l’idée de guerre. Je sais qu’il y en a une: Je suis en accord avec Samuel Huntington qui pense qu’il y a un clash des civilisations du fait de leurs trop grandes différences. Mais en essayant de comprendre la logique derrière certaines agressions, violences, et les décisions de pays ou familles islamiques, je pense que ce concept d’Au-delà prioritaire sur la vie sur Terre est prépondérant. A partir de là, les concepts de conflits, de jihad, une pensée binaire, deviennent apparents.

Je dis pas que la réponse de l’Occident devrait être une guerre contre l’islam. Je pense qu’il faut utiliser la force militaire là où ça s’impose, les forces de police dans les cas locaux, mais que la vraie guerre est un combat d’idées et donc qu’il faut offrir à ceux qui vivent pour l’Au-delà un autre jeu de croyances, des philosophies de la vie sur Terre.
Sur ce plan, nous laissons le champ libre aux jihadistes et ne proposons pas d’alternative à leur public…

[ Ne serait-il pas plus simple d’aider les modérés plutôt qu’essayer de convertir? ]

Je n’invite pas à convertir les musulmans au christianisme: J’encourage les chrétiens, les athées, les humanistes, les féministes, à entrer en compétition d’idées avec les islamistes pour les cœurs et esprits de ces 1,5 milliards de musulmans. Et nous verrons c’est une idée simpliste ou pas si nous arrivons à une vraie compétition. Offrons leur au moins l’idée: Nous ne le faisons pas à l’heure actuelle…
Nous savons que les idées sont un outil puissant, que l’esprit humain, quand on lui offre des alternatives, saura faire le choix qui lui semble le plus approprié pour lui.

J’ai connu nombre d’ex-musulmans qui sont aujourd’hui chrétiens et ils m’ont dit qu’ils ne veulent pas être athées. De leur observation, il m’apparaît clairement que mon athéisme n’est pas aussi puissant que leur foi chrétienne. Étant donné la vitesse à laquelle l’islam radical se répand, la démographie des populations qu’il touche, je ne crois pas que nous ayons le temps d’attendre une solution, des réformes, venant de l’islam lui-même.

Bien sûr, j’appelle aussi tout réformiste sincère, ou groupe réformiste à offrir autre chose que l’Au-delà à ces démographies. Mais vu l’échelle du problème, attendre une solution de l’islam lui-même est déraisonnable.
Cette échelle, en réalité, en fait même notre problème à tous…

La LDH qui est à la botte des islamistes, va-t-elle attaquer AUSSI : Ayaan Hirsi Ali ?

Monica CANNIZZARO

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi