A Caroline Fourest, qui livre en pature Fanny Truchelut à l’UOIF

Publié le 6 juillet 2009 - par
Traduire la page en :

Il n’a échappé à aucun des téléspectateurs attachés à la laïcité que lors de l’émission C dans l’air consacrée à la burka, vous avez jeté Fanny Truchelut en pâture au représentant de l’UOIF dont je n’ai pas retenu le nom, et qui comme toujours, victimisait les musulmans de France. Fanny Truchelut, cette femme brisée, ruinée, jetée aux chiens pour avoir demandé à une cliente porteuse d’un foulard islamique de le retirer dans les parties communes de son gîte !

Vous l’avez offerte en victime expiatoire à cet inénarrable représentant de l’Islam « de France » qui revendique le port de la burka au nom de la laïcité, en lui disant : « vous voyez bien que les musulmans sont protégés en France, puisqu’on a condamné cette femme, qu’on l’a ruinée et traînée dans la boue ! Vous n’avez donc pas à vous inquiéter, les bien pensants, les juges à la botte, les crypto-islamistes veillent au respect de la liberté de jeter à la face de la majorité des habitants de ce pays ce symbole de liberté qu’est le foulard islamique ! » Quelle abjection !

Vous avez fait illusion, à Charlie Hebdo, lors de l’affaire des caricatures de Mahomet, mais à présent personne n’est plus dupe. Je ne suis pas sûr que si une nouvelle affaire des caricatures se représentait, vous les publieriez encore.

A bon entendeur

Daniel Carturan

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi