A Caroline et Catherine

Publié le 17 octobre 2007 - par
Share

Contribution d’un simple non-croyant de Saint Denis (93)

Dans le dernier numéro de l’UFAL, C. Kintzler invente un nouveau mot : l’ultra-laïcisme.
On se faisait traiter de laïcard, d’intégriste laïque, maintenant le vocabulaire s’enrichit.
Je vais commencer par sa dernière phrase : « vouloir imposer ses convictions par la loi, c’est exposer la liberté à un grand danger » et elle continue « Osons combattre la communautarisme et l’ultra-laïcisme, deux dérives symétriques et complices (rien que ça !) qui menacent la laïcité.

Dans l’affaire d’où tout est parti, du gîte de Mme Truchelut dans les Vosges, vient d’abord le fait que seul un parti et un avocat d’extrême droite l’ont défendue et qu’en face il y avait le MRAP et la LDH qui se sont spécialisés dans la défense des droits islamiques.

Revenons un peu sur ces deux associations. :
Quiconque veut faire appliquer la loi de 1905, s’il y a des musulmanes incriminées, ça devient du racisme.
Depuis quand, une religion devient une race, une ethnie ?
J’ai des amies musulmanes, elles croient mais elles ne portent pas le voile. Elles ne feraient donc pas partie de la race musulmane pour Aounit.

Je crois sincèrement que cette dame a agi, non pas contre une religion, ni par racisme, mais contre un symbole d’oppression des femmes. Et je pense que ça doit être dure pour elle d’être ainsi attaquée par des femmes, dont certaines se sont peut-être battues, un jour pour le droit des femmes et pour l’égalité.
Cette dérive me désespère. Je la constate aussi chez mes amis et amies du PC (et pourtant j’en suis) et de la LCR et je trouve ça angoissant.
Je me souviens d’une conférence qu’avait tenue Caroline Fourest à la fondation Gabriel Péri (proche du PC) où elle étaient invitée. Elle se plaignait à juste titre qu’après avoir été soutenue dans son combat contre l’extrême droite catholique, elle se sentait bien abandonnée depuis qu’elle analysait l’intégrisme islamique.

C’est donc, à mon avis pour avoir défendu des principes fondamentaux des droits humains que Madame Truchelut est lourdement condamnée et n’oublions pas que la personne qui en sort grande gagnante est la militante politico-religieuse .Elle au moins a réussi son coup comme à chaque fois dans les affaires de ce genre.

Quant à moi, je voudrais demander à Caroline et Catherine de venir à Saint Denis. C’est pas loin de Paris mais c’est un territoire où la laïcité est de moins en moins acceptée et où il n’est surtout pas question d’attaquer en procès qui que ce soit après des agressions .Il vaut mieux se taire où partir.

Il faut dire que c’est une ville où M. Tarik Ramadan y a rue de la boulangerie, ses bureaux, un appartement , son centre culturel et cultuel ( wahid) et son entreprise AVS ( à votre service) qui contrôle les boucheries et les fast-food hallal de saint Denis.
Bernard Tepper de l’UFAL est venu à la bourse du travail nous parler sur le thème : combat laïque/combat social. Nous n’avons pas eu l’impression d’avoir en face de nous un extrémiste, seulement une personne qui argumente pour convaincre certes mais acceptant le dialogue d’autant plus qu’il a beaucoup été question de franchises médicales et des intérêts de grands groupes financiers.
Et nous n’étions pas nombreux ; des élus voyant l’affiche, s’exclamant, c’est quoi encore ces conneries, et un adjoint au maire me disant en me regardant, je suis contre les intégristes.

Il faut vous dire mesdames que L’UFAL est de fait, interdit à Saint Denis ou du moins pas en odeur de sainteté. J’ai l’air de plaisanter mais le précédent responsable local, s’est fait violemment tabassé en rentrant chez lui, un soir à minuit et depuis on ne le voit presque plus et il n’est pas question de porter plainte, il est marocain et préfère se taire.

Une autre adhérente a décidé de se retirer, elle travaille dans une officine liée à la mairie. Bretonne, athée, elle a eu un enfant avec un algérien lui aussi athée mais réfugié politique (ayant fui l’islamisme). L’enfant qui porte le nom du père, leur dit un soir qu’à l’école, on lui dit que vu son nom, il doit manger à la table des musulmans et ne doit pas manger de porc.

Les parents ont eu beau lui dire que eux-mêmes ne sont pas croyants et qu’il choisira plus tard une religion ou non. Mais rien n’y fait, surtout pas de vague ni de procès vu la situation des deux.
Un adjoint communiste, Alain Laute ( je peux le citer parce que son nom a paru dans la presse locale)a essayé de faire respecter les droits de tous à l’école et les règles de la laïcité. Il s’est fait mettre en minorité, ne dit plus rien .Lui aussi à choisi de se taire.

Certains d’entre nous,allons tenter de remonter si possible une antenne de l’UFAL mais cela parait bien difficile car elle passe pour une organisation d’intégristes laïques (et maintenant peut-être d’ultra-laïques).

André Gomar
Saint Denis

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.