A l’attention de Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy

Publié le 9 septembre 2008 - par
Share

Monsieur le Député-Maire,

J’apprends, par Le Parisien du 6 septembre, que vous avez pris soin de taire à vos administrés la nature de la nouvelle salle polyvalente qui s’est construite derrière l’hypermarché Carrefour de votre commune, et qui, dans votre esprit, se devait d’être une mosquée, ce qu’elle est effectivement. Selon vos dires, son ouverture, il y a sept mois, n’a effrayé personne. Depuis, vous criez victoire ! Mais avez-vous seulement réfléchi à la portée d’une telle «victoire» ?

Savez-vous qu’en agissant ainsi, vous avez «montré du doigt» un édifice sacré dont vous niez inconsciemment la «normalité» par les efforts mêmes que vous avez cru bon de déployer pour qu’il parût «normal» dans le projet municipal ? Qu’est-ce que la «normalité» d’un projet municipal sinon sa «légalité» ? Depuis quand l’application de la légalité jouerait-elle à cache-cache avec ceux dont elle conditionne concrètement l’existence ? La loi serait-elle l’habit permanent du mensonge ? Les habitants de votre commune seraient-ils immatures au point qu’il faille les materner ? Etes-vous maire ou mère ?

Plus encore, de quel droit un maire peut-il s’enorgueillir d’avoir trompé les habitants dont il a la charge ? Seriez-vous de ceux qui «ne doutent de rien» au point d’être persuadé qu’en cette lamentable affaire, «tout prouve» que vous aviez raison ? Avez-vous songé à la dimension absolue, et par suite infinie, du «tout» ? Avez-vous sondé la conscience de ceux que vous avez blessés ou révoltés silencieusement par votre décision arbitraire ? Pouvez-vous un seul instant en imaginer le nombre – qui risque, par ailleurs, d’être élevé ? Etes-vous entré en rapport avec «tous ces maires qui annoncent dans les médias qu’ils veulent une mosquée», et qui, d’après l’implicite de votre propre déclaration, ne l’obtiennent pas, alors que «vous, vous l’avez obtenue» par le mensonge ? Si encore votre mensonge était «pieux» ou «par omission», l’on pourrait comprendre… Mais il s’agit d’un mensonge «officiel» qui ternit la République, car votre «tout» concerne aussi la République, dont vous êtes un des élus !

En pensant ne pas «créer de tensions» chez vos administrés, vous avez créé des tensions dans la France entière, car vous avez placé et vos administrés et la France entière devant le fait accompli. Belle leçon de démocratie ! Belle confiance en l’autre ! Belle confiance en vous ! Seriez-vous faible ? En ne voulant point révéler à vos concitoyens la construction d’un lieu de prière destiné à la commuanuté musulmane, vous avez cru les soustraire à la peur qu’une telle révélation leur aurait, a priori, infligée, faisant ainsi de chacun d’eux un couard par essence. Quelle idée avez-vous donc de vos semblables ?

En fait, vous avez cru, par ce subterfuge, vous soustraire personnellement à la peur qui vous tenaille, car il faut avoir peur de soi comme de l’autre pour ne pas affronter, dans le regard de l’autre, les conséquences de ses propres choix. Dois-je vous rappeler que la France est le pays des Droits de l’Homme, et qu’un Français, député de surcroît, ne saurait être l’homme des Droits de l’Homme s’il n’est pas capable à la fois de dire à ses électeurs ce qu’il fait et de faire pour ses électeurs ce qu’il dit ?

Pire : en revenant sur votre forfaiture, vous continuez d’avoir peur ! Vous avez peur de l’opinion comme de vos supérieurs hiérarchiques, puisque vous vous empressez de préciser, d’une part, qu’«aujourd’hui» «tout montre» que votre manoeuvre «est une réussite», et, d’autre part, que ladite mosquée «n’est aux mains d’aucune communauté».

Mais à qui allez-vous faire croire cela ? Votre manoeuvre n’est une réussite que pour la communauté musulmane, dont vous aurez – peut-être – les suffrages ! Quant à la mosquée, croyez bien qu’elle n’appartient qu’aux «croyants», qu’ils soient maghrébins, pakistanais ou égyptiens – ce que vous savez, évidemment : après tout, vous n’êtes point à un mensonge près, n’est-ce pas ?

Maurice Vidal

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.