Analyse clinique de la terrible maladie qui a infecté l’occident

Publié le 22 mars 2010 - par

Comme je l’introduisais dans un précédent article, l’offensive que notre société subit (ainsi que toutes les démocraties occidentales) ressemble à une offensive d’une maladie dite « opportuniste » qui s’installe dans la société et peut la détruire.

Ce genre de maladie, révèle fondamentalement les diverses faiblesses du corps, c’est-à-dire de la société qu’elle attaque. En ce sens, elle est opportuniste car elle les exploite toutes. Si L’organisme est jeune, fort, convaincu de sa force et de sa raison, de sa dynamique, de ses valeurs, il peut y résister… autrement il risque d’en mourir.

Nous pouvons et (nous devons) faire une analyse quasi clinique du processus , si nous voulons chercher et trouver un traitement à cette infection qui peut être mortelle:

Commençons par la genèse de la maladie

Il y a eu d’abord une « insémination », celle-ci date de plusieurs dizaines d’années, et il s’agissait alors de cellules dormantes qui pouvaient même être circonvenues et intégrées par les défenses de l’organisme sans difficultés particulières… cela fut le cas les 25 à 30 premières années…

Puis, l’organisme « hôte » a abaissé ses défenses, pensant que ce genre de cellules serait toujours assimilables … et a donc laissé entrer sans contrôle un nombre de cellules dont il s’est même interdit de faire le compte, ces cellules ont alors commencées à proliférer de manière quasi exponentielle, et sans anticorps permettant leur intégration. Plus possible alors d’intégrer assez vite, les défenses de l’organisme sont submergées. Des kystes se constituent alors, comme le cancer par une multiplication effrénée, sans contrôle de ce genre de cellules. A ce stade, une maladie n’a pas forcément de stratégie, elle attaque tout ce qui présente la moindre faiblesse en fonction de sa programmation..

Mais voici venir la stratégie : elle n’est pas venue toute seule, il a suffi d’un déclencheur, lointain, dans les sables du désert, là où ce pur cancer est installé depuis des siècles. Ce cancer couvre déjà un quart de la planète et étrangle et détruit tout sur son passage tout en se nourrissant des organismes infectés et subjugués … sans être capable lui-même de fabriquer sa propre croissance, connaissance, etc.. La où cette infection passe : la raison, le progrès, la liberté trépassent.

Ainsi, des cellules quasi dormantes se sont vite transformées en cellules cancéreuses : comme pour le cancer, les défenses de l’organisme sont retournées contre l’organisme lui-même en commençant par ses cellules dirigeantes, de communication, de réflexion, qui présentent un certain nombre de faiblesses :

Affairisme, électoralisme, clientélisme, culpabilisme lié au colonialisme, anti-racisme, aux « pauvres », nihilisme, idéalismes, et toutes les fautes réelles, supposées ou maximalisées par tous les « boboistes », droits de l’hommistes, etc… et qui œuvrent en fait à la diminution, voire à la destruction des défenses de l’organisme.

Défenses jugulées et inversées au profit de la pathologie envahissante

L’organisme a alors ses défenses purement et simplement détournées, jugulées, paralysées : impossible de critiquer, impossible de sonner l’alarme, impossible de simplement effectuer des études, des statistiques, de pointer le problème, de nommer l’ennemi, d’élaborer des stratégies et des digues de défense : les cellules dirigeantes, de communication, de réflexion, distillent elles mêmes un poison violent capable de faire taire ou tuer toute cellule saine : ce poison a de multiples composantes : bien pensance, politiquement correct, antiracisme, diabolisation extrême droitiste, régularisation tous azimuts, multiculturalisme, aucune exigence liées aux valeurs de l’organisme hôte, le « Tout se vaut » , refus de défense des valeurs de l’organisme « Hôte » , et certains (il s’agit alors de suicide par inconscience) vont même jusqu’à appeler de leur vœux, et contre toute raison, l’arrivée d’encore plus de cellules cancéreuses, par « idéologie ». Les cellules dirigeantes et de communication sont ainsi totalement aveuglées par ce poison et inversent même le processus de défense pour éliminer, juguler, tuer ses propres cellules saines.

Nous voici donc avec un organisme sérieusement infecté, défenses jugulées ou détruites, l’organisme doit même en arriver à composer avec les kystes cancéreux et lui donner des gages, pour éviter ou pense qu’il pourra éviter des fièvres et autres maladies plus graves (ce en quoi ce ne sont que des illusions instillées par le cancer qui fait ainsi croire en la rémission, susciter un fol espoir… desserrer l’étau puis frapper encore plus fort).

Points faibles

Le cancer quant à lui s’attaque à d’autres points faibles de l’organisme hôte. Ces points faibles ne sont pas de même nature que les premiers, car les premiers étaient censés être les défenseurs les plus capables de l’organisme, hors ils ont démissionnés pour les uns, trahissent et collaborent avec le cancer dans tous les domaines pour les autres, sans voir ou vouloir voir que celui-ci s’évertue à détruire l’organisme par tous les moyens possibles.

Ces autres points faibles de l’organisme sont ses joyaux bâtis sur des siècles d’évolution et de progrès, ils n’avaient à priori aucune défense de ce type nécessaire, car l’organisme pensait avoir dépassé le stade des maladies primitives (du domaine du délire absurde hystérique) depuis longtemps, il pensait avoir passé les maladies terribles mais infantiles (fanatisme religieux, croyances absurdes, inquisition, obscurantisme) et avait même accouché dans la douleur de vaccins puissants, tel la Laïcité, l’enseignement des sciences, la démonstration de la profonde absurdité religieuse. Ainsi il n’y avait aucune sérieuse défense ( et pensait que le vaccin et ses diverses défenses étaient assez efficaces contre ce genre d’infection que l’on pourrait aussi nommer « lobotomisante » et primitive ) .

Ainsi l’organisme pensait-il que l’école, les hôpitaux, la liberté de parole, de pensée, de croire, de manger, de boire, d’aimer, de plaisanter, de choisir ses dirigeants, de réfléchir, de critiquer, étaient définitivement acquis et hors de danger l’organisme n’avait pas plus de défense particulière concernant 50% des cellules dont il est constitué, appelées femmes. Mais la maladie la plus primitive qui soit (en dehors des réducteurs de tête et des cannibales) est aussi la plus obstinée et la plus féroce. Ses ravages terribles sont parfaitement visibles la où ce cancer étrangle le plus les organismes, mais les cellules de défense du notre ont été ainsi entrainées à ne plus voir , raisonner, ni se défendre contre ce cancer (au contraire, ils l’appellent de tous leur vœux) .

Comment l’organisme peut donc se défendre (intégrer à nouveau / guérir aussi une partie des ces cellules qui perdent ainsi leur caractère cancéreux) avant de devenir un pur zombie, de pensée unique, de décérébration et d’oppression absolue, de lavage de cerveau à raison de 5 doses par jour et de pur obsession religieuse, haineuse et schizophrénique instillée dès le plus jeune âge.

Il ne peut compter sur ses cellules dirigeantes ni de communication, elles sont perverties par le poison idéologique et construisent à tour de bras (et sans même consulter les cellules de bases de l’organisme) les centres de diffusion du poison, d’oppression, d’obscurantisme et d’étranglement immédiat et automatique de 50% de l’organisme (les femmes) – cela s’appelle des Mosquées et des écoles coraniques (forme de la maladie qui est la plus virulente et mortelle qui soit). Le poison anesthésie toute douleur, toute réflexion, provoque l’auto excuse à la seule décharge des cellules cancéreuses.

Le stade de la maladie conduit il à un pronostic fatal ?

La situation est-elle désespérée? Le nombre de kystes et de métastases permet il ou non une guérison de l’organisme hôte par cette attaque massive et tous azimuts par des cellules cancéreuses destructrices ?

Comme pour toute maladie, il faut d’abord faire un bilan (et le cancer déploie toute stratégies à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisme pour empêcher celui-ci de prendre conscience et donc d’activer les défenses face à ce danger mortel ou encore d’invalider ses défenses).

A partir de ce bilan, qui doit intégrer les effets et les causes, les dégâts provoqués par les fièvres, comme les forces insoupçonnées de l’organisme et la réactivation des vaccins. Sans oublier aussi les coups qui peuvent être portés à la maladie à ses divers lieux d’origine (et donc aussi les faiblesses de ce cancer), qui sont loin d’être négligeables.

Il y a aussi le réveil progressif de toutes les cellules de l’organisme hôte de la maladie quand le niveau d’agression ( et d’information sur celle-ci) dépasse un certain seuil, et ce malgré les tentatives des cellules « retournées » de l’organisme qui défendent maintenant le cancer.

C’est un protocole complexe, qui permet parfois de circonvenir la maladie, fabriquer des anti corps incorruptibles, et faire régresser les métastases et les kystes, et dans la foulée, améliorer mécaniquement l’état de l’organisme dans tous les autres domaines… (finances, sécurité, vivre ensemble, courtoise, beauté, amour, industrie, tolérance – non dévoyée -, paix, progrès).

Je présenterai dans des prochains articles les faiblesses qui peuvent être exploitées et les remèdes (réguliers et de « cheval ») que cela peut impliquer, si l’organisme malade a encore le sursaut de se battre … Car il y a des remèdes encore à portée !

Bien à vous

Jack Lucent

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi