Après la sprinteuse voilée, prière musulmane sur le drapeau de la République laïque à Pékin

Publié le 26 août 2008 - par - 1 190 vues
Share

En 2003, je m’étais insurgé contre les prières très démonstratives de l’athlète français Medhi Baala, lors des championnats du monde d’athlétisme (1). Je me félicite que cet athlète, quelques années plus tard – il a fini quatrième du 1500 mètres de Pékin – a modifié son attitude, et qu’il n’exhibe plus sa religion d’une manière aussi voyante.

Il y a plusieurs semaines, en plein championnat d’Europe de football, j’avais émis le même type de protestation contre le footballeur Franck Ribéry, dont les prières, très visibles, avant le début d’un match, me paraissaient ne pas avoir leur place dans un stade (2). Le jour même de la sortie de cet article, le malheureux avait fini sur la civière, dès la huitième minute du match, gravement blessé à la cheville, montrant ainsi que les incantations divines ne résolvaient pas tout.

J’avoue avoir pensé, au vu de l’attitude de Mehdi Baala, que des consignes discrètes, destinées à éviter que ce type de débordements ne se produise aux Jeux olympiques, avaient été données aux sportifs français. J’en arrivais à me dire que Bernard Laporte, appelé au secours du désormais célèbre maire UMP de Vigneux et de son fameux tournoi inter-mosquées de basket féminin dont l’entrée était rigoureusement interdite aux hommes, avait peut-être été utile (3).

Hélas, en regardant le 3000 mètres steeple, j’ai dû constater qu’il n’en était rien. L’athlète Mahiedine Mekhissi-Benabbad, après une course remarquable qui lui a permis de gagner la médaille d’argent, s’est prosterné une vingtaine de secondes, à même la piste, sur le drapeau de la République française, comme s’il s’agissait d’un simple tapis de prière ! Comment un athlète français peut-il se comporter comme un vulgaire prosélyte religieux, devant des millions de spectateurs et téléspectateurs ? Quel scandale pour nos valeurs laïques et républicaines !

Mais le mauvais exemple ne viendrait-il pas d’en haut ? Quand le président de la République française, en voyage à Rome, fait le signe de croix devant la personne du Pape (alors qu’il est président de tous les Français, croyants, agnostiques, athées ou indifférents), quel message véhicule-t-il ? Quand il se signe de nouveau aux obsèques des soldats morts en Afghanistan (tous, au passage, déclarés chrétiens !) (4), comment Bernard Laporte pourrait-il rappeler les règles laïques aux délégations sportives françaises présentes à Pékin, en admettant, bien entendu, qu’il en ait lui-même le désir ?

A une époque où les sportives des pays musulmans risquent de se retrouver de plus en plus en difficulté pour échapper au prosélytisme religieux, suite à la présence d’une athlète voilée du Bahrein en finale du 200 mètres d’athlétisme (5), il est regrettable que des champions de pays non musulmans, (en l’occurrence, des athlètes français de religion musulmane) se révèlent les plus démonstratifs dans leurs prières. A l’évidence, dans la France de Nicolas Sarkozy, les éducateurs sportifs – pour ne parler que d’eux – ne savent plus ce qu’est la séparation du religieux et du politique.

Tout le monde se tait sur ce geste honteux. Songeons à un athlète français, adepte de Besancenot, qui levrait le point en faisant son tour d’honneur, après une médaille. On imagine les cris de la droite !Imaginons un athlète « français de souche », membre de l’UMP, comme l’était ce grand champion, Guy Drut, devenu champion olympique du 110 mètre haies, qui se livre à des démonstrations aussi ostensibles que celles de Mahiedine Mekhissi-Benabbad, mais en levant cette fois un crucifix vers le ciel, agenouillé sur le drapeau tricolore. Que n’entendrait-on la gauche laïque au grand complet, ainsi que toutes les associations bien-pensantes, invoquer la loi de 1905 et interpeller le gouvernement pour qu’il rappelle l’ensemble des sportifs français à l’ordre ! Mais présentement, entre deux courbettes devant le Dalaï-Lama, règne le plus grand des silences, soufflé par la loi du politiquement correct.

Les islamistes qui, même au sein de l’équipe de France, ont compris l’importance du sport dans leur offensive idéologique, auraient bien tort de délaisser pareille aubaine. Après tout, quand les partis politiques, de droite comme de gauche, atteignent un tel niveau de duplicité, pourquoi se gênerait-ils ?

Pierre Cassen

(1) http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=343

(2) http://www.ripostelaique.com/Les-prieres-de-Ribery-ont-elles.html

(3) http://www.maire-info.com/article.asp?param=9969&PARAM2=PLUS

(4) http://www.ripostelaique.com/Une-ceremonie-anti-laique-pour.html

(5) http://www.ripostelaique.com/Le-voile-fait-sa-force-ou-la.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.