Avec l’islam, pouvons-nous aller plus loin dans le masochisme ?

Publié le 4 octobre 2010 - par - 592 vues

Des jours, je me pose des questions existentielles. Pourquoi, lorsqu’une route est refaite, la font-ils systématiquement plus petite qu’à l’origine, agrandissant le trottoir et l’espace pour les vélos alors même qu’aucun piéton n’y circule et que les vélos sont rares ? Pourquoi continue t-on à ouvrir de nouvelles lignes de tgv, aux coûts dépassant le(s) milliard(s) d’euros, pour gagner moins de 20 minutes ? Pourquoi on n’entend plus les sceptiques de la première heure, si sûrs d’eux en début d’année sur le “soi disant” réchauffement climatique, quand il est probable que l’année 2010 soit l’année la plus chaude (1) ?

Et puis, d’autres questions me tourmente. Pourquoi l’Onu a t-il intégré des pays islamiques en son sein, alors même qu’ils sont aux antipodes de cet organisme ? Comment des pays totalitaires osent-ils tenter de donner des leçons à la France ? Pourquoi la question du blasphème est-elle encore d’actualité, alors que son principe même n’est évoqué nulle part dans nos constitutions (on parle de “diffamation”, et rien ne peux être diffamatoire vis à vis d’une religion puisque les religions reposent sur des dogmes théoriques, non démontrés et non démontrables) ?

Pourquoi aucun média n’a parlé des armes retrouvées sur le “bateau de la paix” ? (2) Pourquoi les journalistes prennent tellement plaisir à couler le gouvernement Sarkozy ? (3)

Ce dernier article est intéressant à plus d’un titre, puisque les journalistes avouent eux-mêmes qu’une censure existe “Cela fait des mois et des mois que ça dure” ; personnellement, j’aurais parlé de plusieurs dizaines d’années, mais passons.

Et puis, je me dis alors que tout ceci est un mauvais cauchemar, que les gens prendront bientôt conscience, qu’il n’est pas possible de faire pire, que l’on a touché le fond depuis bien longtemps, et pourtant, l’actualité arrive encore et toujours à me surprendre, à me dégouter, à me faire peur.

Je ne parle même pas de ces nombreux articles qui encensent l’islam pour chacun de ses pets, avec des constructions de mosquées “logiques” (4), non, hélas, ces choses sont devenues monnaie courantes et ne semblent pas s’arrêter ; ce serait trop facile.

Non, je veux parler de ces menaces au niveau international que l’on subit, encouragé par des élites qui n’en sont qu’au niveau de la stupidité, et là encore, ce serait trop d’honneur pour ces individus. L’étau se resserre, et pourtant, ils continuent de tourner la vis, apparemment. Ainsi, après ces histoires de blasphèmes qui n’en fissent plus -rappelons que les bienveillants pays qui ont pour tête la religion de la paix et de l’amour, veulent infliger la peine de mort pour les blasphémateurs, ce qui ne semble pas spécialement faire bondir les gens de l’Onu alors même que la peine de port est abolie dans la plupart des pays, et même si elle a encore cours, le nombre de victimes n’excède pas la centaine par année- nous avons reçu des demandes pour arrêter de préciser que les terroristes sont islamiques -alors même que lesdits terroristes le revendiquent haut et fort.

Mais ne vous inquiétez pas, il est toujours possible de faire pire, et je pense pouvoir dire sans me tromper que l’acte le plus stupide de l’année revient à la nomination, à la tête du Conseil Atomique (AIEA) (5) de M. Parvez Ansar. Qui que c’est ? Rien de très grave, juste… Le gouverneur du Pakistan. (6)

Pakistan qui, on le rappelle, est irréprochable au niveau des droits de l’homme, et encore plus sur les droits de la femme. Son programme nucléaire est réalisé dans un but pacifique, on y croit.

Non seulement on leur donne le droit de nous vomir leur haine en toute quiétude, mais en plus, on leur donne le sabre et les outils juridiques pour qu’ils puissent mieux nous égorger. Je crains qu’il ne soit pas possible de faire pire au niveau du sado maso.

Autant, je crois qu’il est encore possible de faire quelque chose au niveau national (aux niveaux nationaux plutôt, la plupart des pays d’Europe (et d’ailleurs) commencent -enfin- à se réveiller), autant, pour ces institutions, il sera plus difficile de bouger. Je crains qu’il n’y ait plus grand chose à faire : où on sort de ces institutions (Onu, UE surtout) pour limiter leur contrôle, où, mieux, on éjecte ces élus -qui ne sont élus qu’entre eux, qui plus est- et on y met aux commandes des gens censés, qui œuvrent pour leur peuple, pour rétablir un semblant d’ordre dans ce bazar ; je n’utilise pas le mot “bamboula”, on ne sait jamais…

Olivier Pfister

(1) http://content.usatoday.com/communities/sciencefair/post/2010/05/2010-is-warmest-year-on-record/1

(2) http://img.over-blog.com/397×600/0/56/18/16/JPG3/h-20-2094968-1275339853.jpg

(3) http://www.acrimed.org/article3450.html

(4) http://www.lalsace.fr/fr/permalien/article/3876259/Une-nouvelle-mosquee-en-construction.html

(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/AIEA

(6) http://www.aschkel.info/article-le-pakistan-le-plus-grand-proliferateur-de-la-planete-nomme-a-la-t-te-du-conseil-de-l-energie-atomiquele-pakistan-le-plus-grand-proliferateur-de-la-planete-nomme-a-la-t-te-du-conseil-de-l-energie-atomique-57873957.html

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi